Mesure Du Discours
Observatoire de la campagne preisdentielle 2017
CNRS
UNICE
 
UCA
Jean-Luc Melenchon
Jean-Luc Melenchon
Benoit Hamon
Benoit Hamon
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
François Fillon
François Fillon
Marine Le Pen
Marine Le Pen

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Les quatre jours , les quatre jours qui nous restent , donnons -les comme quatre jours pour notre génération , quatre jours pour notre jeunesse , pour convaincre partout que nous avons besoin de rassembler , d' ouvrir et de transformer .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «jours» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des candidats de la campagne 2017
Les thèmes autour du mot «jours»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du candidat
Emmanuel Macron le 19 avril 2017 Voir la source

Merci à vous ! Merci à vous !

Ça va , Nantes ? Vous voulez gagner ? Vraiment ? Alors , c' est dimanche !

Bonjour Nantes ! Bonjour les Pays de la Loire ! Bonjour la Bretagne ! Bonjour la France ! Et vive l' Europe !

Mes amis , je suis heureux , heureux d' être avec vous ce soir , heureux d' être là , mais avec une joie grave , et je veux commencer par là , une joie grave , celle des temps que nous traversons . Nous allons parler d' avenir , et de tant d' autres choses , mais ces derniers jours encore ont été marqués par l' ombre portée du terrorisme sur notre pays . Parce que , depuis tant d' années maintenant , nous sommes menacés . Parce que nous avons été frappés , en notre coeur . Parce que nos enfants ont été touchés par ce terrorisme . Alors oui , ceux qui nous attaquent ont décidé de venir perturber notre élection présidentielle . Ils ont décidé de venir , au-delà du tribut qu' ils nous ont fait payer , faire douter les uns , menacer les autres et perturber ce qui nous tient . Parce que l' objectif des terroristes , ce n' est pas seulement de tuer , c' est aussi de diviser la France . C' est aussi de tout faire pour que moralement , elle s' affaisse . C' est de faire douter les démocraties , en leur sein , c' est de les fracturer . Et en soufflant sur les braises de la discorde pour que l' incendie de la guerre civile ravage un jour notre pays .

Ce soir , en étant rassemblés ici , en disant à quel point nous tenons à la démocratie , à quel point nous tenons à notre devise “ Liberté , Égalité , Fraternité ” , en leur disant à quel point nous tenons à l' Europe , nous leur apportons la plus solide des réponses . Et je veux , bien sûr , ici , commencer par rendre hommage à nos forces de police et nos forces de renseignement qui , il y a quelques heures , ont arrêté ces deux terroristes potentiels , ces deux hommes qui se préparaient . Une fois encore , ils ont montré combien notre République était solide , combien elle se tenait et combien ces hommes et ces femmes , qui , chaque jour , prennent des risques pour notre sécurité et donc pour notre liberté , nous en avons besoin . C' est aussi dans ces moments que je veux avoir un mot pour les victimes et leurs familles , qui , depuis cinq ans maintenant , ont eu à traverser les différents attentats , les différentes attaques que notre pays a connus . La République ne les abandonnera jamais .

Mais c' est aussi pour cette même raison , parce que je veux que nous nous tenions debout , que je ne rejoins pas non plus nombre de mes adversaires dans cette campagne . Je veux condamner ici , avec beaucoup de solennité , et avec la dernière énergie , les propos indignes de Madame LE PEN , qui a affirmé qu' avec elle , la France n' aurait pas connu les attentats qui l' ont ensanglantée - ne sifflez pas , ne sifflez pas , convainquez chaque jour nos concitoyens qu' elle ne peut pas relever le pays , qu' elle l' enfermera , battez -vous dans les urnes ! Elle a décidé aussi de rediviser le pays en attaquant un jour les Françaises et les Français de confession musulmane , et l' autre , en allant plonger les Françaises et les Français protestants dans une Histoire qui n' est pas la leur . Elle n' est pas digne , aujourd'hui , d' être à la tête de la République , en raison même des propos qu' elle a tenus en cette période .

Mais c' est aussi parce que nous devons nous tenir droit , parce que le risque terroriste est là , que nous ne devons à aucun moment désarmer la France . Nous devons , par tous les moyens , hors de nos frontières et à l' intérieur de nos frontières , tout faire pour protéger nos concitoyens face à la menace terroriste . C' est indispensable . Et à ce titre , je m' oppose et je m' opposerai au projet fallacieux qui consiste à vouloir désarmer la France .

Et oui , si je peux saluer les mots d' appel à la responsabilité , à la concorde , qu' a eus , il y a quelques heures , Jean-Luc MÉLENCHON - et je partage cette même volonté de paix dans notre société - , j' ai avec lui des désaccords irréconciliables , et celui -ci en est un . Parce que , lorsqu' il propose de désarmer le pays , lorsqu' il propose de défendre l' idée qu' on peut se faire de la paix , il propose en fait la paix de Moscou , il propose la paix des autres , il propose l' insécurité de nos enfants . Et cela , je n' en veux pas .

Parce qu' on ne fait pas la paix avec l' apparence des bons sentiments , parce qu' on construit la paix en s' en donnant les moyens , parce qu' on construit la paix avec une diplomatie solide , avec une armée forte , avec des armes de dissuasion , avec une Europe que l' on porte et que l' on défend . C' est exigeant , de proposer la paix , c' est un combat de tous les jours , et c' est celui-là que je veux mener . Pas des faux rêves , pas des illusions . On nous en a trop vendu .

Et c' est aussi pour cela que je ne crois pas dans les promesses de ceux qui , aussi , à un moment , ont essayé de désarmer la France . Parce que , oui , l' un de mes adversaires aujourd'hui a été le Premier ministre qui a décidé de supprimer plus de 50 000 postes dans nos forces de l' ordre . Il a été un Premier ministre qui a réduit massivement les postes dans la police et la gendarmerie , encore quelques mois après les premiers attentats que nous avons subis . Quelle clairvoyance ! Alors on peut maintenant faire des promesses , mais quand on n' a pas , pendant plusieurs années , été à la hauteur , ces promesses ne valent pas grand chose . Mais surtout , prétendre présider la France et donc être le chef des armées , protéger , dans ces périodes , cela suppose d' avoir de l' autorité morale et l' autorité morale , il n' en a plus . Parce que présider , c' est prendre cette responsabilité insigne de porter la parole de la France en Europe et partout dans le monde . Et quand on a décidé soi-même de trahir sa parole , on ne peut plus le faire .

Et donc , pour ma part , je me refuse à désarmer la France . Je veux poursuivre et mettre hors d' état de nuire tous ceux qui ont attaqué notre pays ou ont eu le projet de le faire , où qu' ils se trouvent . Et cela revient à poursuivre le travail opéré depuis 5 ans par Jean-Yves LE DRIAN , Monsieur le ministre de la Défense . Et je veux ici rendre un hommage tout particulier à Jean-Yves LE DRIAN qui , depuis presque 5 ans , mène ce combat sur tous les fronts , le mène avec cet esprit de responsabilité , d' équilibre , de respect de notre État de droit et de nos valeurs , mais avec cette exigence qui nous protège .

Et c' est pourquoi , de manière claire , j' ai dit et je vous redis ce soir que , si les Français me font confiance , dans les années qui viennent , nous porterons notre effort de défense jusqu' à 2 % du produit intérieur brut . Parce que c' est une nécessité pour accompagner nos forces de l' ordre , parce que je veux que nous nous engagions pour que nos forces armées puissent continuer sur tous les théâtres d' opérations où elles sont présentes , dans notre pays , dans les coalitions diverses auxquelles elles sont associées , dans une feuille de route diplomatique claire , en appui d' une exigence constante pour construire la paix . Mais partout , avec cette mission chevillée au corps et au coeur , qui est de nous protéger .

Et lorsque je vous parle de cela , je ne vous parle pas simplement de chiffres , d' engagement . Je vous parle de visages que tu connais trop bien , cher Jean-Yves . Je vous parle de ces femmes et ces hommes qui ont décidé de donner leur vie pour nous protéger . Et je revois certains de ces visages que j' ai visités , il y a quelques mois maintenant , en Jordanie , de ces visages que nous croisons lorsque nous traversons nos gares ou des lieux publics aujourd'hui , puisqu'ils nous protègent aussi à l' intérieur de nos frontières par l' opération Sentinelle . Eh bien ce sont ces visages de femmes et d' hommes qui , partout , ont décidé de nous protéger , de protéger nos valeurs , et à qui nous devons rendre hommage .

Et si je me refuse à désarmer la France , c' est aussi que je veux prendre des engagements clairs , pour que nos forces de police , nos forces de gendarmerie , notre renseignement partout sur le territoire puisse , lui aussi , déjouer ces attentats , nous protéger , poursuivre celles et ceux qui promettent des exactions . Nous avons , dans les années à venir , à poursuivre cet effort . Dix mille policiers et gendarmes seront à embaucher . Nous aurons à reconstruire jusqu' au bout le renseignement territorial , nous aurons à aller plus loin dans la lutte contre la cybercriminalité . Nous aurons un engagement profond à prendre pour mieux coordonner nos forces de renseignement et en particulier , j' ai pris cet engagement - et je le ferai dès les premières semaines , si je suis élu - , d' organiser auprès de moi une task force dédiée pour lutter contre Daech , qui coordonnera toutes les missions de renseignement et qui permettra l' échange parfait des renseignements sur le terrain , du renseignement numérique , et de celui qui est consolidé par tous les services . C' est un gage d' efficacité indispensable .

Et je veux , ici , rendre un hommage tout particulier à nos forces de renseignement , évidemment , qui ont déjoué cette tentative d' attentat . Mais aussi à nos forces d' intervention de la police comme de la gendarmerie qui , à chaque instant , à chaque heure , ont su intervenir , ont su neutraliser les uns ou les autres , et qui nous protègent . Et en particulier , ce soir , compte tenu du climat et du contexte révélé il y a quelques jours , nous avons plusieurs hommes du RAID qui sont ici présents , qui sont postés , et je veux leur rendre hommage . Parce qu' en étant avec nous ce soir , ils vous protègent , ils nous protègent , ils permettent que ce rassemblement puisse se tenir . Alors , je leur dis merci . Et je suis d'autant plus fier d' avoir aussi avec nous dans cette salle ce soir Jean-Michel FAUVERGUE qui nous a rejoints , et qui , jusqu' à il y a quelques jours , était leur chef , c' est d'ailleurs encore comme cela qu' ils l' appellent si j' ai pu comprendre la scène à laquelle j' ai assisté , il y a quelques instants . Ils sont là , ils risquent leur vie et nous en avons besoin .

Et donc oui , je me devais , à ce moment , de vous dire à quel point j' attache et j' attacherai de l' importance à cette lutte contre le terrorisme , contre toutes celles et ceux qui nous menacent . Parce que c' est la première mission d' un chef de l' État , la mission la plus importante . Celle d' assurer la sécurité de nos concitoyens , d' assurer votre sécurité . Parce que c' est la condition pour assurer votre liberté . Et cette mission première , j' y suis prêt .

Mais , mes amis , au-delà de cette insécurité , le moment que nous vivons , le choix que nous aurons à faire , dans quatre jours , c' est celui de toute une génération , c' est celui de toute une civilisation . Parce que oui , les terroristes ont décidé de nous attaquer , à un moment de doute , à un moment de tournant , à un moment où nous vivons une transformation profonde qui nous remet en cause , qui fait que chacune et chacun d' entre nous , d' entre vous ce soir , dans les prochaines heures , dans les prochains jours , a une responsabilité unique , celle de toute une génération .

Oui , ils ont décidé de nous attaquer à un moment où notre pays doute , parce qu' il vit des changements profonds , celui de la transformation écologique , qui fait que nombre d' entre vous peuvent douter , se dire “ est -ce que ce monde est fait pour moi ? ” Parce que des clivages sont apparus - et la région les connaît bien . Ne nous cachons pas derrière les débats que tout le monde connaît parfaitement : nous aurons ce soir la décence collective de nous élever vers un destin national et des débats nationaux . Mais nous savons ce qui a aussi fracturé la région . Ce sont des débats , des irrédentismes - et je respecte toutes les positions - , mais entre des conflits qui nous parcourent et qui nous traversent , parce que les uns ont peur du changement , parce que d' autres le veulent , et parce que les transformations que nous vivons remettent en cause des habitudes que nous avions prises et qui nous font douter parfois . Il faut respecter ces positions mais il faut voir à l' oeuvre ces divisions dans le pays : elles sont là . Nous devons les affronter pour embrasser l' avenir .

Parce que la transformation numérique nous fait douter de la même façon . Certains veulent l' embrasser , d' autres en doutent et se disent “ elle détruit des emplois , elle menace l' avenir de mon fils ou de ma fille ” . Et d' autres trouvent que c' est une expérience formidable . Parce que les fractures qui nous divisent , qui font que , pour telle ou telle raison , on se dit “ l' un est enfant de la République et l' autre ne l' est pas tout à fait de la même façon ” nous font aussi douter .

Parce que l' Europe - Dany , merci d' en avoir si bien parlé à l' instant et avec autant d' enthousiasme - parce que l' Europe que toi , que Sylvie , que Jean , et merci à vous trois d' être là , défendez , elle doute aujourd'hui . Elle doute profondément d' elle-même . Elle doute parce que nous l' avons accusée de tous les maux . Parce que nous lui avons renvoyé toutes nos responsabilités . Parce qu' on s' est toujours défaussé sur elle . Tout cela , ce sont des moments de transformation profonde .

Alors oui , notre civilisation est en train de douter de ce qu' elle a construit . Elle est en train de traverser un moment unique de son Histoire . Parce que les changements qu' elle vit , qui sont des changements profonds , ce sont des changements technologiques , mais ce sont aussi des changements civilisationnels . Nos imaginaires se bouleversent . Nos repères se transforment . Et c' est à ce moment-là que nous sommes attaqués en notre coeur . C' est à ce moment-là qu' on vient nous bousculer , comme pour raviver ces fractures , comme pour encore accroître nos divisions .

Notre responsabilité , c' est celle de toute une génération . C' est de savoir si nous voulons abandonner ou relever le défi . C' est simple , ce n' est pas autre chose . Et je le disais lundi dernier à Bercy : chaque génération a eu à faire face à ses défis . La génération de 45 et celle qui a suivi , ça a été le défi de la reconstruction , de l' après-guerre , de la reconstruction d' un État libre , d' une démocratie sociale , des nouveaux équilibres et de la décolonisation . Ça a été la génération qui a créé l' Europe . Elle a eu ses grands hommes . Elle a su relever ce défi pour construire la paix . Il y a eu ensuite la génération de 68 , jusqu' à 89 : elle , elle a eu à libérer , créer l' égalité des droits , libérer les droits des femmes , faire tomber des murs au sein de cette Europe . Et elle a eu ses héros . Et elle a relevé ses défis .

Et depuis vingt ans , nous sommes dans cet enlisement , cette attente , ce doute sur nous-mêmes . Les changements sont là , ils sont en train de continuer , ils mûrissent , mais on voit bien que le défi n' est plus posé clairement . On reste dans nos habitudes , dans les tâtonnements entre la droite et la gauche , et on veut garder ces habitudes et le pays est en train de douter sur ce sujet , très profondément . Se dire “ est -ce que je ne devrais pas m' en remettre à ce que j' ai toujours fait , la droite , la gauche , leur inefficacité , cette alternance balbutiante , qui fait que le Front National s' en nourrit ? ” Eh bien non . L' alternance profonde , elle est pour maintenant . C' est la question qui nous est posée .

L' alternance profonde , c' est celle qui consiste à savoir si nous voulons rester dans les camps de la tradition , comme le disait Jürgen HABERMAS encore ce midi , dans nos vieilles habitudes , dans le refus de voir , de relever ces défis , ou si nous voulons le renouvellement et le dépassement . Oui , ou si nous voulons être cette génération , cette génération citoyenne de tous les âges , qui décide de regarder en face le défi qui lui est posé , de le relever , de ne céder à aucune démagogie , de dire “ oui , ce sera dur , ça ne se fera pas en un jour , oui , nous affirmons ne pas flatter le peuple ou la foule qui parfois le fait mentir , comme disait aussi HUGO , parce que nous voulons relever ce défi , parce que c' est le nôtre ” . Et je vais le formuler très simplement , ce défi , il n' est pas compliqué : c' est celui de savoir si nous voulons diviser ou rassembler . Nous , nous voulons rassembler ! C' est celui qui consiste à savoir si nous voulons refermer ou ouvrir : nous , nous voulons ouvrir ! C' est celui qui consiste à savoir si nous voulons conserver , ou si nous voulons transformer : nous , nous voulons transformer ! C' est cela . Et donc oui , notre génération citoyenne , responsable , elle veut rassembler , elle veut ouvrir , elle veut transformer , c' est cela , ce que nous allons faire !

Oui , ce choix-là , le choix de notre génération , c' est celui de poursuivre le rêve des Lumières , de les faire vivre , de les faire exister en France et en Europe , parce que c' est notre devoir , parce qu' il est menacé , parce que cette lumière , elle est en train de vaciller , parce qu' elle est fragile .

Alors ce soir , je ne vais pas vous égrener notre projet , notre programme , parce que c' est le vôtre , parce que vous le connaissez . Ce que je vous demande , chaque heure , chaque seconde des quatre jours à venir , c' est d' aller le porter , l' expliquer , le détailler , pour aller convaincre chaque indécis . Pour aller leur dire que c' est le seul projet responsable et d' avenir . Ce que je veux simplement ce soir vous dire , c' est , en quelques mots , vous expliquer comment nous allons rassembler , ouvrir , et transformer .

Oui ! Dites -leur ! Oui ! Pas un camp , mes amis ! Oui , mes amis , vous l' avez dit : on va gagner ! Ça n' est pas un camp qui va gagner , ça n' est pas un camp , c' est nous ! Et moi , ce que je vous propose , ça n' est pas de faire gagner un camp pour préserver des postes , ça n' est pas de faire gagner un camp par esprit de revanche , en vous disant : “ c' est notre victoire , c' est notre tour , vous allez voir ce que vous allez voir ! ” Je dis à nos concitoyens , aux femmes et aux hommes de gauche : on va gagner , parce que vos valeurs de progrès , elles sont dans notre projet ! Je dis aux femmes et aux hommes de droite : on va gagner avec vous , parce que vous ne voulez pas la revanche , vous voulez de la liberté , vous êtes attachés à des valeurs , à des femmes et des hommes de responsabilité ! Et je dis aux femmes et aux hommes du centre : vos valeurs , vos équilibres , ce sont ceux que nous portons . Je dis à la société civile : on va gagner parce que nous réconcilions !

Alors , dans cette belle ville de Nantes , je ne peux pas , après les propos infâmes et indignes tenus par Madame LE PEN et insultant les Protestants de France … Non ! Ne sifflez jamais ! Ça ne sert à rien ! C' est leur arme . La vôtre est plus puissante : c' est l' enthousiasme , c' est la conviction ! Je ne peux pas , dans cette belle ville de Nantes , ne pas parler de l' édit du bon roi Henri , parce que l' édit de Nantes , c' est exactement cette capacité de la France à se rassembler , à un moment de fracture où tout était écrit pour que le pays se divise , plonge dans l' obscurantisme . Cette capacité qu' a eue un roi à faire la paix et à vouloir que le pays s' ouvre , reconnaisse toutes et tous , et avoir cette magnifique formule qu' il y a quelques jours je rappelais à Pau : “ frères , amis , concitoyens ” , il a cette magnifique formule qui dit ce qui nous lie et ce qui fait peuple . Nous sommes forts , malgré toutes les divisions et tout ce qui peut se passer , quand nous décidons d' être “ frères , amis , concitoyens ” . Et ce ne sont pas des beaux mots , ce n' est pas de la naïveté , pas de la mièvrerie . La fraternité , c' est une ambition républicaine . Donc oui , être en capacité de se rassembler , c' est ce que nous sommes !

Et donc c' est cela , ce qui nous tient , c' est cela , ce dont nous avons besoin , ces valeurs . Et nous devons les porter , nous les porter au coeur , dans les moments que nous vivons . C' est cela , ce que signifie la laïcité , par exemple . Dans ce moment qui nous fracture , certaines comme certains essaient de jouer sur nos divisions . Ils essaient de venir expliquer à nos concitoyens “ la menace , elle est liée à une religion , de près ou de loin , et avec moi , vous serez protégés , parce que je dénonce cela ” . Mais ce qu' ils font , c' est qu' ils viennent alimenter la guerre civile que recherchent les terroristes . Ils viennent diviser ces frères , amis , concitoyens que nous sommes . Ne cédez pas à cela ! Et nous avons une réponse à tout cela , notre réponse , et nous la portons en nous . Mais simplement , sachons en retrouver le sel , la porter avec fierté , la défendre : c' est la laïcité .

Et la laïcité , elle existe dès avant la République . C' est la loi de 1905 , bien évidemment , mais les ferments en sont dès l' édit de Nantes . C' est cette capacité à réconcilier le pays dans toutes ses formes , à dire “ c' est la liberté de croire et de ne pas croire ” . C' est cette capacité donnée à chacun de porter sa religion dans la République , de la porter intensément , mais en respectant toujours les lois de la République . Et cette exigence , la nôtre , c' est celle qui nous rassemble , c' est celle que la laïcité porte en elle-même et c' est celle qui est à la fois l' exigence du coeur et l' intelligence . Ne cédez ni aux haineux , ni aux idiots ! C' est cela , ce que nous devons porter . Et faites attention , faites attention parce que dans les moments de trouble , il est toujours plus facile de céder à ces tentations . Alors oui , cette exigence qui est la nôtre , celle du rassemblement , de la réconciliation , nous devons la porter jusqu' au bout , avec force , parce que c' est celle qui nous protège vraiment . C' est celle qui nous fait frères , amis et concitoyens .

Mais de la même façon , cette réconciliation , ce rassemblement que nous devons porter , il est dans la société . Et c' est ce qui est au coeur de notre projet , ce qui fait qu' on a toujours , depuis le début , parce que vous l' avez voulu , parce que nous l' avons construit , tenu des équilibres : à la fois libérer et protéger - combien de fois tu m' as rappelé que je devais tenir à chaque fois ces deux verbes , cher Dany , toi aussi , je dois bien le dire , cher François . C' est vrai . Libérer et protéger . Alors il y a des commentateurs de la vie politique - il y en a beaucoup , notre vie politique est faite de beaucoup de commentateurs , parfois les acteurs eux-mêmes ont décidé d' en devenir les commentateurs , ça explique d'ailleurs beaucoup du malheur que nous vivons - et du coup , depuis le début , on me dit “ quand il dit qu' il faut libérer , c' est la pincée de droite ; quand il dit qu' il faut protéger , c' est la pincée de gauche ” . Quand je dis “ il faut libérer et protéger ” , on a finalement trouvé une accusation finale - puisque j' essayais d' expliquer cet alliage d' idées intimes et auquel je crois - , on a dit , “ ce type-là , il met des pincées de droite et des pincées de gauche , mais surtout , il n' est pas clair , il est toujours en même temps ” .

Alors oui , nous , nous serons la génération “ en même temps ” . Parce qu' on se trompe à nous obliger à choisir . Et d'ailleurs , c' est ce qui fait le coeur de l' Europe et de la promesse européenne . Et je vais essayer de vous expliquer pourquoi . Très simplement , les Anglo-Saxons , ils ont choisi la liberté . Ils aiment la liberté plus que tout et ils s' accommodent fort bien des injustices , beaucoup mieux que nous . C' est une société plus cruelle , plus injuste mais aussi plus efficace . De l' autre côté , il y a des régimes plus communistes qui n' aiment pas la liberté mais ont préféré l' égalité plus que tout . Ils ont conduit aussi à d' autres formes , à la fin , d' inefficacité profonde et ils ont bafoué des libertés fondamentales et l' État de droit . Ce qui a fait l' Europe , c' est cet attachement à la liberté , aux libertés individuelles et politiques et , en même temps , à l' égalité , à des droits sociaux .

( Jamais , tu as raison ! )

Mais la fraternité , elle est au coeur de cet équilibre , parce que l' Europe a refusé un modèle totalement ultra-libéral ou un modèle qui niait les libertés au nom de l' égalité . Et notre démocratie sociale , le coeur même de l' Europe et , à l' origine , les Lumières mêmes , c' est cela , c' est le “ en même temps ” de la liberté et de l' égalité . Et ils veulent nous faire choisir . C' est une erreur profonde et cette erreur-là , ils sont en train de la re-commettre et ils l' ont re-commise récemment . Ces sociétés qui , au nom de l' efficacité , nous disaient “ il faut une Europe beaucoup plus libérale , il ne faut pas harmoniser les droits , il faut aller de l' avant , il faut croire au marché ” , ils sont en train de se fracturer dessus . Le Brexit , c' est cela , c' est un doute sur l' Europe , l' inégalité des droits . C' est la fracture au sein de l' Europe parce qu' on n' avait pas , en même temps , pensé l' égalité . Et parce que nous devons construire les solidarités , donner une place aux classes moyennes , aux classes populaires , dans le projet qui est le nôtre . Nous avons besoin de libérer et de protéger . Alors oui , nous ferons les deux pour rassembler et réconcilier .

Et donc c' est pour cela que nous avons une politique qui veut faire réussir les métropoles comme Nantes , triomphante , qui aime le numérique , l' entreprenariat , qui veut réussir , mais qui construit aussi la réussite de la ruralité , du monde rural , des artisans , des commerçants des petites villes , des agriculteurs , qui fait que je veux que , en même temps , on simplifie les règles , on donne de la vitalité économique et qu' on protège les territoires qui ont besoin de services publics , qu' on donne la possibilité aux agriculteurs de vivre dignement du prix payé , et je ne vous lâcherai pas là-dessus , comptez sur moi ! L' agriculture , elle a un avenir , et nous le ferons ensemble !

Oui , Olivier , nous le ferons ensemble , parce qu' avec Richard , quelques autres , Corinne , Jean-Pierre , depuis le début , on porte cela . Parce que la réussite de ces territoires , leur réconciliation par et dans l' intelligence des territoires , la réussite des métropoles d' un côté , mais la réussite des territoires ruraux de l' autre , la capacité donnée aux régions et les responsabilités nouvelles qu' il faudra donner aux régions dans ce contexte , sont indispensables pour faire respirer le pays . Oui , nous allons rassembler parce que nous allons réconcilier , parce que je veux que nos classes moyennes réussissent aussi . C' est pour cela qu' on fait cette suppression de la taxe d' habitation pour 80 % des Français , c' est pour cela , pour que les petites villes , les campagnes , réussissent .

Et puis la deuxième chose , c' est d' ouvrir . Oui , nous , nous allons faire réussir la France en l' ouvrant ! Pas à tous vents , pas naïvement , mais l' ouvrir , c' est quoi ? C' est de dire que notre génération , elle doit regarder le monde en face et regarder que refermer la France sur elle-même , ça n' est pas lui permettre de réussir dans le monde . C' est la faire échouer , c' est la faire s' effondrer . Nous , nous allons faire réussir la France dans une Europe plus forte , dans une Europe conquérante .

Alors oui , j' ai vu qu' hier , une candidate à l' élection présidentielle se faisait un honneur d' imposer au journal télévisé d' enlever le drapeau de l' Europe derrière elle . Jamais . Moi , je me fais un honneur de le brandir avec vous , ce soir . Et je vais vous dire pourquoi : parce que nous sommes une des étoiles de ce drapeau . Parce que nous l' avons fait . Parce que notre génération , pour une très large partie , n' a pas connu l' avant de ce drapeau . Mais moi , je viens d' une terre , celle de Picardie , qui a vécu dans sa chair , dans ses paysages , ce qu' est la France d' avant ce drapeau . Moi , je sais , de par ma famille , comme beaucoup d' entre nous , ce que c' est , la France d' avant ce drapeau : c' est une vallée de larmes . Je sais ce qu' est notre continent d' avant ce drapeau : c' est un continent de guerres . Ne l' oublions jamais , parce que tant et tant ont perdu la vie à cause de cela .

L' Europe , nous l' avons construite pour protéger . L' Europe , nous l' avons construite pour faire de notre continent un continent de paix , de prospérité et de liberté . Depuis soixante-dix ans , notre continent vit cela . Et c' est inédit dans notre Histoire . Nous avons derrière nous deux mille ans de guerres , de divisions , de fractures et de fracas . Ceux qui veulent la fermeture des frontières , ceux qui veulent rabaisser la France à elle-même , ceux qui veulent la rétrécir , ils veulent le nationalisme et le nationalisme , comme le disait François MITTERRAND , dans l' un de ses derniers discours , c' est la guerre .

Alors moi , je ne veux pas promettre à la France qu' elle sera plus forte pour que demain , elle ait à connaître l' Europe de Verdun . Je suis pour promettre à la France qu' elle sera plus forte parce que nous allons refonder ensemble l' Europe , parce que nous allons la reconstruire , parce que nous n' allons pas faire vivre l' Europe , la gérer ou la réorienter , nous allons , ensemble , la refonder !

Alors , Dany vous a tout dit . Je ne vais pas reprendre le projet que nous portons et que nous connaissons , mais simplement vous dire que pour refaire , pour refonder l' Europe , nous avons besoin d' être forts . C' est pour cela que je veux porter , dès le début du quinquennat , des réformes économiques et sociales ambitieuses . Parce que nous en avons besoin , parce que nous devons refonder le pays , parce que nous devons rebâtir l' école , parce que nous devons libérer les énergies , faciliter la vie des commerçants , des artisans , relancer avec force l' industrie et les secteurs économiques aujourd'hui entravés , mais aussi parce que nous devons rétablir une vraie crédibilité et redonner confiance à l' Allemagne . Mais je le ferai dès le début , en allant voir nos partenaires allemands et en leur proposant de refonder une alliance équilibrée , responsable et en changeant en commun , nos vues , en ayant une ambition commune en matière de défense , en matière extérieure , en matière économique et sociale , en matière d' harmonisation , de défense de nos droits et de nos valeurs .

Alors oui , chère Sylvie , parce que je sais que vous portez cela depuis tant et tant de mois . En ayant cette exigence en commun , je ne vous proposerai pas ici d' aller renverser la table pour expliquer la vie aux Allemands , pour ensuite courir à Berlin en allant leur dire “ je ferai les réformes bientôt ” . Cela , ça ne nous fait pas avancer . Je le ferai en ayant une approche responsable et le même discours partout . Celui , ensemble , de vouloir refonder une nouvelle Europe , une Europe exigeante , qui nous fera avancer , qui portera nos principes au cœur , mais qui permettra à 27 d' avancer sur le numérique , l' industrie , l' agriculture , notre sécurité , la défense de nos valeurs et , au sein de la zone euro , pour refonder un vrai projet de croissance , d' investissement . Et tout cela , je veux qu' avec vous , demain , nous le fassions démocratiquement , dans tous les pays , dans toutes les opinions publiques , ensemble !

Je veux , mes amis , avec vous , dans cet esprit responsable et exigeant , réussir , dans les mois qui viennent , à ce que partout en Europe nous fassions émerger ce dont vous êtes les visages et les figures en France . C'est-à-dire que nous remettions l' Europe en marche , que nous continuions , partout en Europe , ce que nous avons commencé : que vous soyez les forces vives qui , peu à peu , arrivent à convaincre dans d' autres pays et qu' une vraie opinion publique , une vraie démocratie européenne , naisse , émerge et fasse aussi vivre ce projet . Il montera du bas . Il partira de vous et nous continuerons à le faire partout . Alors oui , vive l' Europe en marche !

Et pour réussir cela , enfin , nous devons transformer . Non pas conserver , mais transformer . Transformer , qu' est -ce que cela veut dire ? Relever le défi profond qui est le nôtre . MONNET le disait . Il avait cette belle formule “ si je devais tout recommencer , je recommencerais par la culture ” . Parce que ce projet de transformation , ce refus de conserver qui est le nôtre , pour toute la société , il commence et il commencera aussi par la culture . Et c' est un combat immense parce que la culture , elle a été capturée par certains . En tout cas , ils l' ont voulue dans cette campagne , ceux qui conservent . On a voulu faire croire à nos concitoyens que ceux qui défendent la culture , ce sont ceux qui , au milieu du XIXe siècle , auraient mis au pilon et BAUDELAIRE , et FLAUBERT , et ne leur auraient pas permis d' exister . Ce sont ceux qui aiment conserver .

Non , la culture , c' est ce qui transforme une société , c' est ce qui la fait bouger . C' est ce qui porte un héritage , celui d' une langue , d' un pays , d' un peuple , son histoire , ce qui la tient ensemble . Mais en même temps , ce qui , toujours , l' emmène sur des chemins de traverse , la fait bouger , la fait vivre , la rassemble . Alors ici , à Nantes , je ne peux pas ne pas parler de culture . Vous savez , je dois vous dire que j' ai connu Nantes avant de venir , et je l' ai connue par la culture . J' ai connu Nantes par André BRETON , qui en parlait comme il ne parlait d' aucune autre ville . L' honnêteté m' obligerait simplement à rendre hommage à nos amis du Lot , puisqu'il est vrai qu' il a dit presque autant de bien de Nantes que de Saint-Cirq-Lapopie … Mais il avait fait ses études de médecine à Nantes et il parlait de cette ville de manière admirable , comme d' une ville de surprises , d' une ville déjà surréaliste . Julien GRACQ en parle admirablement .

Et cette ville parcourue , traversée par tant et tant de figures , c' est en même temps celle qui a construit sa renaissance , sa refondation , dans et par la culture . Et comment , ici , ne pas songer au Lieu Unique qui a intégré l' ancienne usine de LU , aux Machines de l' île et à son célèbre éléphant , à la compagnie Royal de Luxe , à la Folle Journée , aux anneaux de BUREN , au Voyage à Nantes … Tout cela ... Au Tri-Yann et à tant d' autres , au musée des Beaux-arts qui rouvrira bientôt ses portes , au château des ducs de Bretagne , au musée d' Histoire … Tout cela , c' est quoi ? C' est la marque , d'abord , du fait qu' un jeune provincial comme moi peut découvrir une autre ville de France par la littérature , la chanson , par tant et tant de liens . Mais c' est qu' une ville renaît , se transforme , revit par et dans la culture . C' est cela , l' histoire de Nantes , durant ces dernières décennies . Et que la renaissance industrielle de Nantes , celle des chantiers de Saint-Nazaire , la décision de Nantes de réembrasser le monde , de se rouvrir , elle s' est aussi faite par la culture .

Et je veux ici rendre hommage , évidemment , au travail de Jean-Marc AYRAULT , qu' il a conduit patiemment , et qui a fait confiance . Il a fait confiance aux artistes , aux forces économiques , aux acteurs du changement social , aux syndicats , aux forces vives , à la société et aux territoires . Ce modèle , celui du Grand Ouest , au fond , celui que vous portez , c' est une belle leçon pour le pays . C' est celui qui consiste à dire : ce n' est pas une personne toute seule dans un coin , ni la personne qui est ce soir devant vous derrière un pupitre , qui peut transformer les choses . C' est une vraie révolution culturelle et cette révolution , elle passe par la culture et par la capacité à faire confiance , à ouvrir , à donner des responsabilités , à dire “ le changement , vous le voulez ? Mais le changement , ça n' est pas une promesse d' un jour . C' est vous qui allez le faire . Le changement , c' est une responsabilité qui vous est donnée . La transformation du pays , c' est d'abord un changement culturel et une transformation , mais c' est vous qui allez le faire . C' est votre littérature . C' est ce que vous allez créer . C' est l' entreprise que vous allez promouvoir . C' est la décision que vous allez prendre dans votre entreprise de faire , d' accepter un accord , peut-être difficile mais qui permet de vivre , d' aller plus loin . C' est l' intelligence partagée ” . C' est cela , transformer , c' est cela , le projet que nous allons conduire pour le pays et dont la ville de Nantes est un formidable exemple .

Alors oui , cette transformation , elle passera par la culture et le projet qui est le nôtre , qui est un projet qui consiste à défendre les artistes , la création . Porter celle -ci partout en France et dans le monde . En défendre les droits , parce que ce sont nos droits . En défendre le talent , parce qu' il transforme notre société mais permettre aussi à chacune et chacun d' y accéder , d' y avoir sa part et d' ouvrir la culture .

Cette transformation , c' est aussi la transformation par l' écologie , par l' environnement . Partout dans le pays , c' est de dire “ cette part de transformation , ce n' est pas l' ennemi du lendemain , ce n' est pas l' ennemi de l' économie , ce n' est pas l' ennemi de la production , c' est l' avenir pensé dans le modèle productif et dans la production française . C' est la transformation de ce que nous sommes , pour l' avenir ” . C' est aussi cela , notre projet !

Et donc oui , le projet que nous allons porter ensemble , c' est celui d' une nouvelle écologie qui est en même temps une nouvelle économie . C' est de faire que nous deviendrons la première Nation de l' économie circulaire , de permettre de développer de l' emploi , de l' activité , par ce secteur . C' est d' investir , cher François , dès le début du quinquennat , dans les énergies renouvelables , de passer clairement les appels d' offres . Pourquoi ? Pour permettre à ces secteurs économiques que la région attend , eh bien de se développer , de créer là aussi de l' emploi et pas de commencer par des interdits , par de nouvelles normes , par des conflits . Mais d'abord par de l' activité économique . C' est ce qui nous permettra de changer la manière de nous déplacer , de produire , de nous chauffer , de nous loger , par un vrai plan d' investissement et de transformation de notre économie .

C' est cela , transformer , et c' est sortir notre pays des clivages , des guerres de tranchées , qui consiste à dire “ il y a ceux qui aiment le changement , mais ce sont des fous , et il y a ceux qui aiment conserver et ils permettent de réussir ” . Non ! Nous , nous voulons transformer et c' est un changement culturel . C' est un changement écologique . C' est un changement économique , agricole , industriel . Et c' est cela , ce que nous allons porter , mes amis !

Alors oui ! Oui , nous allons gagner parce que nous allons faire gagner le pays ! Rassembler , ouvrir , transformer , c' est cela , ce que la génération des progressistes veut porter . C' est cela , notre responsabilité ! Parce que oui , parce que nous sommes aujourd'hui menacés , pas seulement par les terroristes . Parce que le doute s' est installé dans le pays , parce que ce sont les Lumières , ce qui nous a propulsés , ce qui nous tient ici , qui est aujourd'hui menacé . Parce que c' est notre sécurité , nos valeurs , notre Europe qui sont menacées . Alors je vous le dis ce soir , j' ai confiance en vous , j' ai confiance dans la France ! Nous n' avons pas peur ! Nous n' aurons pas peur ! Et ce combat , c' est un combat pour notre jeunesse .

Les quatre jours , les quatre jours qui nous restent , donnons -les comme quatre jours pour notre génération , quatre jours pour notre jeunesse , pour convaincre partout que nous avons besoin de rassembler , d' ouvrir et de transformer . Parce que c' est pour notre jeunesse que nous devons le faire , pour notre pays . Parce que notre responsabilité , c' est celle-là . Quatre jours ! Oui ! Levez -vous ! Dites -leur ! Allez convaincre partout ! Allez conquérir ! Ici , à Nantes , ce soir et pour demain , nous renouons avec l' esprit de conquête , avec l' esprit océanique français . Celui qui aime prendre la mer pour conquérir , celui qui aime l' avenir parce que nous aimons notre avenir ! Parce que nous allons le faire ! Oui ! Dans quatre jours , nous devons gagner ! Nous devons gagner largement pour nous et pour notre jeunesse !

Vive la République ! Vive la France !

Rechercher un autre mot
Taux de reconnaissance
Le discours reflete 74.51% de Emmanuel Macron
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
génération
douter
désarmer
ouvrir
transformation
transformer
gagner
rassembler
allons
hommage
porter
forces
voulons
ville
coeur
paix
refonder
décidé
soir
changement
jours
changements
protéger
conserver
divisions
drapeau
concitoyens
devons
quatre
renseignement

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact