Mesure Du Discours
Observatoire de la campagne preisdentielle 2017
CNRS
UNICE
 
UCA
Jean-Luc Melenchon
Jean-Luc Melenchon
Benoit Hamon
Benoit Hamon
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
François Fillon
François Fillon
Marine Le Pen
Marine Le Pen

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Ne pas voter , c' est assumer le risque d' avoir un FN haut . À tous ceux qui veulent s' abstenir ou voter blanc , à droite comme à gauche , je veux dire deux choses : d'abord , que j' ai pour votre vie quotidienne et pour votre avenir des réponses concrètes et pragmatiques , je ne promets pas des matins ensoleillés .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «politique» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des candidats de la campagne 2017
Les thèmes autour du mot «politique»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du candidat
Emmanuel Macron le 28 avril 2017 Voir la source

Il y a une France qui est fracturée politiquement , territorialement et moralement . Mais , surtout , il y a deux différences entre aujourd'hui et 2002 : il n' y a pas de front républicain et vous avez Les Républicains et le PS qui veulent enjamber cette présidentielle . Ils se disent qu' ils vont reprendre leurs droits , qu' ils sont prêts pour les législatives , qu' il y aura une cohabitation . Mais ils n' ont pas compris : dimanche soir , nous avons tourné la page de la vie politique française des trente dernières années . Seulement 25 % des suffrages exprimés se sont reconnus dans les deux grands partis . Ce n' est jamais arrivé . Et à côté , vous avez la moitié des Français qui se sont retrouvés entre l' offre que je porte et celle de Marine Le Pen .

Mon projet ne parle pas qu' à la France des nantis et de ceux qui réussissent . Le Front national a réussi à s' installer dans une France inquiète de la mondialisation et en colère . La situation que nous vivons est le fruit de l' impuissance des deux grands partis à répondre de manière efficace aux problèmes posés . Et cette impuissance a installé un parti qui vit de cette colère et de cette indignation mais sans rien y répondre .

À la France des quartiers urbains en difficulté , ma première réponse est l' école . Ici , je ramènerai le nombre d' élèves à 12 par classe en CP et CE1 . Ensuite , je veux une vraie politique de rénovation urbaine . Enfin , je veux une politique de mobilité et d' émancipation . Je veux créer des emplois francs . Je proposerai 15 000 euros d' aides sur trois ans aux patrons qui embaucheront une personne – jeune ou moins jeune – venant d' un de ces quartiers .

D'abord une réforme de la prime d' activité pour récompenser davantage ceux qui retournent vers le travail autour d' un smic . Ensuite , la baisse des cotisations salariales d' un peu plus de 3 points pour les remplacer par 1,7 point de CSG : tous les travailleurs seront gagnants . L' ensemble de ces mesures représentera pour les salariés au smic l' équivalent d' un treizième mois . Je veux un travail qui paye davantage . À côté de ça , mon choix fiscal , c' est la suppression de la taxe d' habitation pour 80 % de nos concitoyens . Et pour les indépendants , la suppression du RSI .

Dans les 50 milliards d' euros d' investissements que j' ai décidés , il y a un plan lié à la mobilité du vingt-et-unième siècle . Je veux que partout sur les territoires on puisse joindre la métropole et la zone économique pertinente avec les moyens les plus adaptés . Je ferai des états généraux des infrastructures de transport pour désenclaver la ruralité . L' idée n' est pas de faire du TGV partout ni des aéroports de proximité . Ensuite , nous développerons la fibre et la 3G 4G . Dans les éléments explicatifs du vote Front national , il y a cet enclavement .

Je veux rouvrir le débat filière par filière pour que le prix payé soit toujours cohérent et qu' il permette à nos agriculteurs de vivre . Le plan de 5 milliards d' euros d' investissements aidera à moderniser les exploitations .

Là encore , le FN s' alimente de l' impuissance collective . Pour ces territoires , il y aura un plan Marshall de reconquête industrielle . Je commencerai l' application du plan d' investissements-formation de 15 milliards d' euros dans ces régions . Je ferai là des zones franches pour aider à l' installation d' entreprises nouvelles . Le dispositif sera conditionné à des emplois durables . Et si l' installation n' est pas pérenne , la restitution des aides sera actée dès le départ . Je veux développer ici des territoires d' expérimentation des innovations .

Sur la Pologne , je veux que sur le sujet du non-respect du droit et des valeurs de l' Union européenne , des sanctions soient prises . Parce que les traités le prévoient . Dans les trois mois qui suivront mon élection , il y aura une décision qui sera prise sur la Pologne . Et je mets ma responsabilité sur la table sur ce sujet . On ne peut pas avoir un pays qui joue des écarts sociaux et fiscaux au sein de l' Union européenne et qui n' en respecte pas les principes .

Vous verrez , j' aurai réussi . Je ne poursuivrai pas l' Europe comme elle est . Je vais demander l' appui de l' Allemagne . Je défends l' Europe , mais je veux qu' elle ait un réveil collectif .

Monsieur Cambadélis est gentil , il a fait 6 % au premier tour . La question n' est pas de savoir s' il votera une loi demain , la question est de savoir comment il se comporte pour le deuxième tour et comment il prépare ses législatives . Ces gens-là n' ont pas compris le monde dans lequel on est , ce n' est pas grave , on fera sans eux .

Benoît Hamon et François Fillon ont pris leurs responsabilités , mais pas Les Républicains , et le parti va se fracturer en deux . Et Jean-Luc Mélenchon ne s' est pas montré à la hauteur des espoirs qu' il avait soulevés . La décision qu' il a prise ne ressemble pas au combat de sa vie . Elle illustre en cela une partie des ambiguïtés de l' extrême gauche française , qui refuse de travailler dans un cadre républicain à des solutions pragmatiques et qui a oublié le cœur de son combat contre le totalitarisme . Mais vous avez raison , tout ceci a un mérite : c' est que nous refonderons la vie politique française . Nous aurons 577 candidats qui porteront le projet progressiste , venus de tous les horizons , qui seront pour moitié des sortants et qui ne devront pas appartenir à un autre parti politique . Il n' y aura pas de coalition , ni avec Les Républicains ni avec le Parti socialiste . Mais il n' y aura ni fatwa ni passe-droit . Dimanche 7 mai au soir , je ne demanderai pas aux uns et aux autres d' où ils viennent mais s' ils veulent vraiment porter mon projet politique . Beaucoup de talents , venus et des Républicains et du Parti socialiste , nous aideront à forger cette majorité progressiste .

Je suis frappé par l' indécence de nombreux dirigeants politiques qui se déclarent prêts à être Premier ministre . Ils sont bien gentils , mais ça ne marche pas comme ça . Si je suis élu demain , il y aura une prime pour le vainqueur de la présidentielle . Ceux qui nous parlent de cohabitation n' ont pas compris que l' on va refonder la vie politique française .

Le fait d' appartenir à un parti ou non ne sera pas le critère pour choisir mon Premier ministre . Je privilégierai la compétence , la capacité à animer une équipe et à tenir des débats parlementaires , mais aussi la loyauté et la cohérence . Mon choix n' est pas totalement fait . Il faut attendre que les choses cristallisent .

Je ne reproduirai pas l' erreur faite en 2002 , qui consiste à faire comme si de rien n' était . J' aurai un gouvernement et une majorité parlementaire élargis : être élu face au Front national , ce n' est pas comme être élu face à un autre candidat . Je me fiche des clans . Les chapelles ne m' intéressent pas . Je veux un large rassemblement . De Jean-Yves Le Drian à Xavier Bertrand , il y a une vraie cohérence . Entre les sociaux-démocrates , les écologistes , les chrétiens-démocrates et les gaullistes , il y a une vraie cohérence .

Xavier Bertrand a tardivement réagi , il aurait gagné à être plus clair plus tôt , vu ce qu' a été la campagne de François Fillon , je le lui avais d'ailleurs dit . Mais il a pris ses responsabilités . Ni lui ni Christian Estrosi ne peuvent dire autre chose aujourd'hui : ils savent que s' ils échouent dans leur région , la prochaine fois celle -ci sera gérée par le Front national . Ils savent aussi qu' ils doivent leur élection à un front républicain .

J' ai deux ennemis : l' abstention et la dispersion . Je veux dire à tous ceux qui hésitent à voter pour moi que je ne prendrai pas les suffrages en ma faveur comme un chèque en blanc . Mais j' ai besoin que tout le monde aille voter . Je veux avoir la force républicaine la plus haute possible . Ne pas voter , c' est assumer le risque d' avoir un FN haut . À tous ceux qui veulent s' abstenir ou voter blanc , à droite comme à gauche , je veux dire deux choses : d'abord , que j' ai pour votre vie quotidienne et pour votre avenir des réponses concrètes et pragmatiques , je ne promets pas des matins ensoleillés . D' autre part , je leur dis : j' ai besoin de votre vote et la République en a besoin pour que le pays ne sombre pas dans le fracas , et je respecte nos différences . Je respecte la gêne , parfois la frustration ou la colère de cet électorat .

Ce quinquennat a permis de faire beaucoup de choses , mais qui n' ont pas été totalement assumées . Par exemple , le début d' une politique de l' offre , que j' ai portée comme ministre . Cela a été trop tardif , pas vraiment expliqué , jamais assumé . Parce que le président a dû composer avec une gauche qui n' en voulait pas . Parce qu' il n' a pas voulu faire cette clarification que nous sommes en train d' opérer . Par ailleurs , je pense que François Hollande a assaini la vie politique . C' est quelqu'un d' honnête , il faut quand même le souligner . Il a été digne et a maintenu la cohésion nationale après les attentats . J' ai des désaccords que j' assume , mais je refuse de hurler avec les loups . De la même manière , j' ai toujours dit qu' il fallait restaurer certaines mesures qu' avait prises Nicolas Sarkozy et qui avaient été utiles , comme l' exonération des heures supplémentaires et l' autonomie des universités .

François Bayrou a une grande importance dans la campagne . Il fait entendre sa voix , apporte son expérience . Il n' y a pas eu de discussions sur sa future place .

Rechercher un autre mot
Taux de reconnaissance
Le discours reflete 33.99% de Emmanuel Macron
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
impuissance
cohabitation
veux
républicain
pragmatiques
voter
aura
suffrages
colère
parti
appartenir
cohérence
respecte
installation
politique
front
smic
élu
plan
national
législatives
blanc
écarts
passe-droit
ambiguïtés
tardivement
actée
investissements-formation
gérée
fatwa

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact