CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

C' est également , dans la déclaration , le fait de mentionner d' autres contributions franco-allemandes concrètes , la poursuite du rapprochement de nos entreprises d' armement , la création d' un commandement européen du transport aérien qui devrait s' accompagner d'ailleurs du développement souhaitable , et dans des conditions qui restent encore à mettre au point , d' un avion de transport européen commun .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «contacts» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «contacts»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 30 novembre 1999

Mesdames , Messieurs , je voudrais naturellement , et d'abord , dire notre joie d' accueillir aujourd'hui , à l' occasion de ce sommet franco-allemand , nos hôtes : le Chancelier , les ministres , leurs collaborateurs , pour une matinée de travail qui a été , comme d' habitude entre nous , intéressante et positive , dans le cadre d' une journée qui va connaître un moment fort , qui est le discours que le Chancelier va prononcer devant l' Assemblé nationale , cet après-midi .

C' est la première fois qu' un Chancelier allemand parlera devant le parlement français et c' est un événement auquel les parlementaires sont extrêmement sensibles et , je n' en doute pas , l' opinion publique française également .

Depuis le dernier sommet , le sommet de Toulouse , les choses se sont normalement développées entre nous .

Il y a eu la fusion DASA-Aérospatiale , qui a été un élément important de notre coopération industrielle .

Il y a eu beaucoup de contacts , des contacts de plus en plus nombreux , à tous les niveaux , civils et militaires , notamment entre les ministres .

Le Premier ministre et le Chancelier se sont rencontrés , moi - même , j' ai passé une soirée avec le Chancelier il y a encore quelques jours , à Berlin , d'ailleurs très agréable .

Je veux simplement souligner par là l' intensité des contacts qui permettent de suivre en permanence tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés et de le faire dans des ambiances agréables , amicales et donc positives .

Notre travail a également été intense sur les grands problèmes internationaux , notamment le travail de nos ministres des Affaires étrangères et , sur ces grands problèmes internationaux , je pense notamment aux Balkans ou à notre réaction commune , qui s' exprimera d'ailleurs aujourd'hui par un communiqué très ferme , en ce qui concerne la Tchétchénie .

Pour tout cela , nous avons des approches ou des réactions qui sont tout à fait identiques .

Nombreuses manifestations , également , au niveau de notre société civile , succès du forum de Metz qui a rassemblé des entreprises , des universités , des étudiants , succès du colloque , à Paris , sur la société européenne de l' information , volonté d' aller plus loin dans le domaine de ces contacts en ce qui concerne la société civile .

Un thème bilatéral important , qui a été évoqué et qui a fait l' objet d' une déclaration que vous aurez l' occasion de lire , est celui de la formation professionnelle .

Nous avons la conviction qu' il y a un modèle franco-allemand qui peut devenir un modèle européen dans ce domaine si important pour l' avenir de la jeunesse , et aussi de l' emploi .

Nous avons également évoqué un certain nombre de problèmes bilatéraux , et en particulier une meilleure coopération en ce qui concerne nos réseaux diplomatiques et consulaires .

Nous avons enfin évoqué , comme un thème du prochain sommet qui aura lieu au printemps à Mayence , le rapprochement des partenaires sociaux , patronat et syndicats et aussi , d'ailleurs , Chambres de commerce , allemands et français , pour les associer davantage à l' élaboration de nos politiques communes .

Nous avons aussi eu une discussion approfondie sur le problème important qui est celui de la défense européenne .

Je rappelle que la France et l' Allemagne sont à l' origine du projet de défense européenne .

Elles en ont conçu l' idée , elles y ont , les premières , apporté une contribution concrète .

Il s' agit toujours dans notre esprit de donner à l' Union européenne les moyens d' exister pleinement sur la scène internationale .

Dans une dizaine de jours , le Conseil d' Helsinki devrait marquer une étape majeure du processus d' élaboration de cette défense commune .

Il y aura des mesures concrètes , comme par exemple , probablement , la décision de confier - je dis probablement car la décision n' est pas encore prise - la décision de confier à l' Eurocorps la tête de la KFOR au Kosovo .

Ce serait une étape importante dans ce processus que j' évoquais à l' instant .

Pour la première fois , les Européens assumeraient la direction d' une opération de maintien de la paix majeure pour la stabilité européenne et ce serait l' aboutissement , d'ailleurs , d' une initiative franco-allemande que , vous vous en souviendrez peut-être , nous avions prise ensemble , à Toulouse .

C' est également , dans la déclaration , le fait de mentionner d' autres contributions franco-allemandes concrètes , la poursuite du rapprochement de nos entreprises d' armement , la création d' un commandement européen du transport aérien qui devrait s' accompagner d'ailleurs du développement souhaitable , et dans des conditions qui restent encore à mettre au point , d' un avion de transport européen commun .

C' est la contribution de capacités communes européennes en matière de renseignement .

Cette volonté devrait nous permettre , à Helsinki , de réaliser des progrès substantiels dans deux directions : d' une part fixer les objectifs de capacité militaire pour l' Union européenne et d' autre part mettre en place des structures militaires nécessaires au sein de l' Union européenne .

Enfin , nous avons évoqué bien entendu les problèmes qui seront évoqués à Helsinki au titre de l' élargissement et de la réforme des institutions .

Je ne développerai pas ce point , puisque nous sommes dans ces deux domaines sur des positions tout à fait identiques et nous parlerons , comme en règle générale lorsqu' il s' agit de choses importantes , à Helsinki , sur ces points , d' une même voix .

Voilà ce que je peux vous dire sur nos entretiens de ce matin avant de donner la parole au Chancelier et au Premier ministre .

Il y a une divergence de vues connue entre , je dirai , la quasi-totalité des pays de l' Union européenne et la Grande-Bretagne sur le problème de la fiscalité de l' épargne .

Ce n' est pas une nouvelle , c' est un fait .

Alors , les ministres compétents recherchent les voies et les moyens pour essayer de rapprocher les points de vue .

Pour le moment tel n' est pas le cas , et nous n' avons pas l' intention de faire , comme vous le dites , des pressions sur le Gouvernement britannique .

Nous essayons de trouver avec lui une solution positive , mais je dois reconnaître que nous sommes pour le moment assez loin les uns des autres .

Sur l' euro , au-delà de ce que vient de dire , à juste titre , le Premier ministre sur le rôle de la Banque centrale européenne , je voudrais vous dire que l' euro est fondé sur la première puissance économique du monde et , en plus , une puissance qui aujourd'hui se porte bien .

Il n' y a donc pas lieu d' avoir le moindre doute ou la moindre inquiétude sur l' euro , qui garde une marge d' appréciation importante .

C' est la raison pour laquelle je peux vous dire qu' en France , et ailleurs bien entendu , nous avons toute confiance dans l' euro .

La question de la candidature de la Turquie est un sujet qui naturellement , a été abordé entre nous .

D'ailleurs , entre l' Allemagne et la France il n' y a pas de divergence de vues sur ce sujet .

Mais c' est un sujet qui est abordé depuis deux mois dans toutes les réunions bilatérales ou multilatérales européennes car tous , nous espérons très vivement qu' un accord définitif pourra être pris à Helsinki de telle sorte que , lors de la réunion d' Helsinki , la Turquie se voit attribuer le statut de candidat .

Je l' espère , le Chancelier l' espère , nous l' espérons tous , pour dire la vérité .

Juste une observation .

Il y a très peu de temps encore , nous entendions souvent dire : ah ! L' Allemagne a un système de formation qui est meilleur que le nôtre , il faudrait essayer de voir si on ne pourrait pas l' imiter , notamment la formation en alternance et cetera .

Aujourd'hui , des travaux ont été faits , des contacts réalisés .

Le colloque de Metz a été effectivement un grand succès .

Le Chancelier dit : il faut qu' il y ait une convergence entre nos efforts et il faut que nous puissions nous inspirer de nos résultats .

C' est déjà formidable ! Alors je ne parle pas ensuite du caractère concret des choses , qui a été souligné par le Premier ministre .

Mais rien que le principe de dire : voilà , nos deux pays aujourd'hui travaillent ensemble sur les problèmes de formation pour aborder ensemble les problèmes de l' adaptation de la jeunesse au monde de demain , c' est formidable ! Ce n' est pas croire que c' est du détail .

En ce qui concerne les discussions qui s' ouvrent à Seattle , nous en avons naturellement parlé , mais rapidement , puisque , comme vous le savez , il y a un mandat commun qui a été arrêté par les Quinze et qui a été donné à la Commission , qui va donc parler au nom des Quinze , par la bouche du Commissaire compétent , monsieur Pascal LAMY , en qui nous avons naturellement tous toute confiance pour défendre les intérêts de l' Union européenne .

Donc , il n' y a pas de divergence de vues entre nous sur ces problèmes .

Des discussions ont déjà eu lieu .

Quant à la succession de monsieur CAMDESSUS , nous n' avons pas encore évoqué ce problème , nous l' évoquerons au moment où il se posera réellement .

Je l' ai dit au sommet de l' OSCE à Istanbul et je le répète aujourd'hui : l' offensive en cours en Tchétchénie est une erreur tragique pour l' ensemble de la région .

Les conséquences humainement dramatiques des bombardements et les très nombreuses victimes qu' ils provoquent sont tout à fait inacceptables .

C' est la position de la France , c' est la position de l' Allemagne et les deux ministres des Affaires étrangères , monsieur FISCHER et monsieur VEDRINE , ont fait approuver par le sommet un communiqué commun qui reprend cette position .

Les moyens militaires employés ne permettront pas d' aboutir à une solution stable et durable , d' où notre demande que soit engagée la désescalade et recherchée une solution politique qui est seule à même de permettre d' arrêter les combats et de reprendre le dialogue .

Alors , lors du Sommet d' Istanbul , à la suite du travail réalisé par les 5 ministres des Affaires étrangères , dont le ministre allemand et le ministre français , avec l' américain , le russe et l' anglais , un accord est intervenu , lequel comportait d' une part l' affirmation que la solution ne pouvait être que politique , et , d' autre part , que l' OSCE pourrait envoyer une mission , c'est-à-dire son Président , à Moscou et en Tchétchénie , c'est-à-dire à Grozny , et ceci dans les délais les plus brefs possibles .

Nous avons constaté que le Président de l' OSCE a été reçu à Moscou mais n' a pas pu se déplacer en Tchétchénie .

Nous le déplorons et nous l' indiquons très clairement dans un communiqué qui va vous être remis tout à l' heure .

Nous condamnons cette situation .

m.

Nous avons arrêté le principe , sans arrêter la date , d' un voyage en Afrique .

Il s' agit de l' Afrique au sud du Sahara dans notre esprit .

Nous n' avons pas encore arrêté la destination ni la date .

L' objectif , c' est de marquer qu' il y a un intérêt commun franco-allemand pour les problèmes africains , qu' il s' agisse des crises que connaît ce continent ou qu' il s' agisse du développement qui doit être le sien et auquel nous entendons participer , qu' il s' agisse donc de l' amitié que nous lui portons ou de la coopération que nous voulons développer avec lui .

C' est la marque d' un intérêt commun franco-allemand qui sera ainsi affirmé pour ce qui concerne l' Afrique .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
contacts
sommet
européenne
évoqué
franco-allemand
divergence
communiqué
ministres
problèmes
avons
arrêté
colloque
commun
vues
euro
concerne
abordé
espérons
identiques
confier
agisse
étrangères
concrètes
solution
assumeraient
succès
ambiances
également
rapprochement
élaboration

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact