CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Le Premier ministre et moi - même , nous avons tenu à féliciter les autorités dépendant du ministère de l' Intérieur , c'est-à-dire essentiellement les autorités civiles et militaires du département et aussi de la région , parce qu' il est venu naturellement des renforts des départements autour , pour la qualité de leur action et pour avoir parfaitement maîtrisé la situation , ce qui n' a pas été le cas depuis Seattle dans les sommets importants qui ont connu les mêmes problèmes .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «naturellement» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «naturellement»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 11 décembre 2000

Bien . Cela a été une conférence longue , difficile , qui se termine tard mais qui a réussi . Je disais , en descendant , je faisais une observation au Premier ministre et au Président de la Commission , je leur disais : vous verrez que ce Sommet de Nice restera dans l' histoire de l' Europe comme un grand Sommet par l' ampleur et la complexité des problèmes qui ont été réglés .

Nous avons , en effet , dans un premier temps , traité toute une série de problèmes touchant à la vie de nos concitoyens , allant de la Charte des droits fondamentaux aux perspectives de l' élargissement en passant par la défense , problème que nous aurons réussi à régler en Europe en moins de deux ans .

C' est vrai pour l' agenda social et toute une série de progrès tels que la décision sur l' Autorité européenne alimentaire , pour la sécurité maritime avec les mesures qui ont été prises et qui seront définitivement confirmées lors du Conseil des ministres des Transports du 21 décembre , la déclaration sur les services d' intérêt général et vous savez l' importance que la France y a attaché , la déclaration sur la spécificité du sport que nous avons dû négocier longuement , face à certains partenaires qui , n' ayant pas exactement la même sensibilité , n' étaient pas favorables à la reconnaissance de cette spécificité . Les ministres des sports ont fini par aboutir aussi à un résultat . C' est vrai pour les régions ultrapériphériques où , grâce à l' action déterminante du Président de la Commission , des propositions ont pu être faites , puis qui sont satisfaisantes . C' est vrai pour le sommet de Zagreb qui aura permis à l' Europe de reprendre sa place et ses responsabilités dans cette région des Balkans .

La CIG . C' était là aussi un exercice difficile . Nous avions échoué à Amsterdam et là on touche aux choses les plus délicates , celles qui font mal , les plus sensibles . Alors , chacun est à la fois prudent , voire agressif et finalement , à force de discussion , d' argumentation , nous avons réussi à obtenir un résultat convenable , mieux que convenable d'ailleurs , un bon résultat . Et c' était important pour pouvoir poursuivre les travaux permettant de tenir nos engagements à l' égard des pays candidats dans le cadre de l' élargissement .

À la suite de cet accord , la Commission pourra continuer à jouer son rôle avec efficacité . Elle aura un nombre de commissaires inférieur à 27 , avec un système de rotation égalitaire avec , naturellement , une période de transition jusqu' en 2010 et avec des pouvoirs renforcés , très renforcés pour le Président . Ce que nous souhaitions . J' ajoute que , dorénavant , le Président sera désigné par le système de la majorité qualifiée . Cela aussi c' est un progrès .

Des progrès significatifs ont été faits dans le domaine du vote à la majorité qualifiée . Oh , je sais bien que tout n' a pas été fait mais ces choses - là évoluent avec une sage et nécessaire lenteur . J' entends parfois certains dire : " ah ! On n' a pas suffisamment d' ambition , il n' y a qu' à faire ceci , il n' y a qu' à faire cela ! " Mais faire l' Europe , c' est naturellement obtenir d' un certain nombre de chefs d' Etat et de gouvernement , en liaison avec la Commission , des progrès mais c' est aussi faire ratifier ces progrès par les populations . Alors , ceux qui prétendent confondre hâte et précipitation font du bien mauvais travail , dans la mesure où ce qui n' est pas accepté par les populations conduit à un rejet de l' Europe . Et on ne fera pas l' Europe sans les Européens .

Je prends un exemple , dont le Premier ministre parlera certainement tout à l' heure . Nous avons , dans notre tradition , une identité culturelle qui nous conduits à être très attentifs à conserver nos libertés de manœuvre . Alors , naturellement , certains de nos partenaires nous disaient : mais , enfin , c' est ridicule . Non , ce n' est pas ridicule , c' est notre culture . Et si l' on veut la bousculer , le seul résultat , ensuite , c' est l' idée européenne qui sera repoussée . Donc , la construction européenne , c' est tout un art , c' est l' art du possible . C' est d'ailleurs celui , en règle générale , de la politique , animé bien sûr par une vision , animé par la volonté de dominer les choses et les événements mais aussi par l' art de respecter les hommes , sinon cela risque de ne pas marcher .

Donc , en matière de majorité qualifiée , nous n' avons pas été aussi loin que certains l' auraient souhaité , notamment le Président de la Commission , et je le comprends bien sûr parfaitement et je l' approuve parfaitement , mais on a tout de même fait des progrès substantiels .

Enfin , nous avons fait un accord , nous sommes arrivés à un accord , c' est ce qui a été peut-être le plus délicat , pour la repondération des voix , qui est un accord pour une repondération significative des voix . Vous savez que nous avons toujours pensé que notamment dans le cadre de l' élargissement , il était indispensable de retrouver une repondération qui donne tout de même un peu plus la place qui doit être la leur aux pays les plus peuplés . Non pas du tout que ces pays soient plus importants que les autres , naturellement , j' aurai l' occasion certainement d' en dire un mot tout à l' heure , mais simplement parce que c' est tout de même une exigence de la démocratie que l' on tienne au moins un peu compte de la population .

Et , enfin , nous avons , et ça c' était une chose à laquelle , vous savez , la France tenait beaucoup et qui au début , il y a quelques mois , était considérée comme inatteignable , nous tenions beaucoup à pouvoir mettre en œuvre des coopérations renforcées parce qu' avec une Europe à 27 on ne peut pas exclure , naturellement , l' hypothèse dans laquelle les gens ne soient pas toujours aussi motivés qu' on le souhaiterait . Et les coopérations renforcées donneront la possibilité à l' Europe d' avoir une sorte de moteur , d' entraînement , qui montrera la voie et qui convaincra les autres de suivre et de s' associer . Naturellement , il va de soi que ces coopérations renforcées obéissent à deux règles . La première , c' est qu' elles sont ouvertes , toujours , et à tous , et la deuxième c' est qu' elles respectent intégralement l' acquis communautaire , cela va de soi .

Donc , voilà ce que nous avons fait pendant ces trois journées de travail intensif et , je le répète , je suis tout à fait persuadé que ce sommet restera dans l' histoire européenne comme un grand sommet réussi .

Je pense que le Premier ministre a un certain nombre d' observations à faire , ainsi que d'ailleurs le président de la Commission , après quoi , naturellement , nous vous donnerons la parole .

C' est difficile à dire . Nous souhaitons naturellement qu' il soit ratifié le plus vite possible , c'est-à-dire dans les dix-huit mois qui viennent . Mais je ne peux pas vous le garantir .

L' Europe suit naturellement avec beaucoup d' intérêt l' évolution des choses au Caucase , dans les trois pays . Le ministre français des Affaires étrangères est très présent dans les relations de la France avec ces trois pays . La France , vous le savez , copréside avec la Russie et les Etats-Unis le groupe de MINSK . Nous n' avons jamais lésiné sur nos efforts pour essayer de faire progresser les choses . Nous entretenons avec chacun de ces pays d' excellentes relations .

Alors , l' Europe de l' Atlantique à Bakou , ce n' est pas tout à fait pour demain . Vous le comprenez . Mais la coopération entre l' Union européenne et les pays du Caucase , cela est un sujet qui est d' actualité . Et nous souhaitons la voir se développer .

D'abord , je crois que Malte a une population un peu inférieure à celle du Luxembourg . Deuxièmement , traditionnellement , et cela peut s' expliquer , les pays qui ont la plus grande ancienneté bénéficient d' un avantage , parce qu' ils ont beaucoup apporté , dans l' Histoire , à la construction européenne . Et , enfin , si la démographie , je vous l' ai dit , est un élément qui doit être pris en considération , il n' est pas le seul . Il y a aussi notamment le produit intérieur brut , enfin tous les éléments d' appréciation qui doivent être également pris en compte . C' est ce qui a motivé la décision du Conseil . Elle ne change pas grand chose avec Malte .

Je l' ai toujours dit . L' Europe a des côtés extrêmement séduisants , et notamment le fait que cela soit la meilleure garantie d' enracinement de la démocratie , de la paix et , par là même , du développement économique et du progrès social . Cela , c' est l' aspect séduisant .

Mais , pour que cela fonctionne , il faut naturellement faire des efforts et comme nous sommes dans des démocraties , ces efforts ne peuvent pas être imposés . Ils supposent une concertation , un dialogue permanents . Alors , il est évidemment plus rapide de se concerter lorsqu' on est trois , ou même lorsque nous étions six , que lorsqu' on est vingt-sept . Mais cela n' a pas d' importance . Ce n' est pas ce qui doit nous décourager . Il n' y a pas d' alternative , je le répète , à l' enracinement de la paix , de la démocratie et du progrès .

À Helsinki , l' Europe , l' Union européenne , a pris un engagement , celui d' ouvrir sa porte le 1er janvier 2003 , à ceux qui rempliront les conditions , naturellement , pour franchir le seuil . Elle tiendra sa parole . Cela ne fait aucun doute .

J' ai déjà eu l' occasion de dire un mot sur ce point . Le Premier ministre aussi , qui complétera , sans aucun doute , ma réflexion . Au lendemain de la guerre , nous avons pu , enfin certains hommes de vision , mesurer combien les affrontements avaient été douloureux , absurdes et combien il fallait faire la paix , vraiment . Et cela a été la réconciliation entre la France et l' Allemagne .

Il a été décidé d' effacer tout ce qu' un passé trop lourd avait accumulé entre nos deux pays et , à partir du moment où cette décision a été prise , il est évident que l' on ne pouvait le faire que sur un pied de stricte égalité . Ce n' était plus une question démographique ou de puissance économique ou militaire .

C' était deux peuples égaux en tout et qui entendaient se retrouver . Et c' est ce qui s' est passé . Alors , pour garantir cet enracinement de la paix , on a appelé le Benelux , l' Italie pour , ensemble , faire l' Europe de la paix . Et cela a été l' Europe des six . Et puis cette Europe s' est élargie . Alors , évidemment , les problèmes démographiques se sont posés et je comprends parfaitement qu' entre la Belgique et les Pays-Bas , des différences peuvent intervenir . Mais ceci n' est pas de nature à modifier le pacte fondamental entre la France et l' Allemagne . D'ailleurs , la France avait déjà environ 10 millions d' habitants de moins que l' Allemagne de l' ouest de l' époque au moment de la réconciliation et au moment de la création de l' Europe . Donc c' est un phénomène d' une autre nature . Voilà pourquoi j' ai toujours dit que ce problème ne créerait pas de difficultés entre l' Allemagne et la France . Mais , sur ce point , peut-être que le Premier ministre pourrait utilement compléter ma vision des choses .

Ce que je peux vous dire en tous les cas , et ce qui est certain , c' est qu' elle n' a pas été un handicap . Et la preuve en est nous avons réussi ce sommet . Nous l' avons réussi ensemble .

Juste un mot . Il faudra que les méthodes de travail changent . Ce n' est pas normal de terminer à 5 heures du matin et ce qui est encore moins normal c' est d' imposer aux collaborateurs des chefs d' Etat et de gouvernement et des ministres un rythme de travail absolument incompatible avec la sérénité . C'est-à-dire , en réalité , leur imposer de quasiment pas dormir pendant trois ou 4 jours est absurde . Et donc il y a un problème d' organisation qui se pose et qui n' est pas encore réglé . Nous avons essayé en décidant de ne pas faire de séance de nuit avant-hier , cela n' a servi à rien , on est quand même rentrés à une heure et demie du matin .

Vous n' ignorez pas que je suis à Nice non pour ajouter mon commentaire aux polémiques de l' actualité , mais pour présider , au nom de la France , et avec le Premier ministre , un sommet qui engage l' avenir de la construction européenne et que nous avons , heureusement , mené à son terme . Je n' ai pas d' autres commentaires à faire sur ce point .

Nous allons laisser le Président de la Commission répondre à cette question .

Vous savez , depuis plusieurs mois , les ministres , présidents des Conseils des ministres européens , le Premier ministre et moi - même , nous nous sommes donnés beaucoup de mal , beaucoup de mal . Nous avons beaucoup travaillé . De longues heures de préparation , de discussions . Eh bien , nous ne les regrettons pas car nous considérons que nous avons assumé notre responsabilité et que les échéances ont été couvertes de façon positive , que l' Europe a progressé sous présidence française .

Je n' en dirai pas plus en ce qui concerne l' Europe . Mais je voudrais faire une dernière réflexion .

Nous sommes venus à Nice , cinquième ville de France , et je voudrais dire aux Niçois combien nous avons été sensibles à leur accueil , car nous les avons beaucoup dérangés . D'abord , naturellement , l' organisation matérielle d' un sommet de cette importance , qui a eu jusqu' à 27 chefs d' Etat ou de gouvernement le premier jour , impose des contraintes de circulation , de sécurité , et cetera . considérables et , ensuite , il y a eu des actions menées de l' extérieur , soit par des gens responsables et qui apportaient leur participation au débat , je pense notamment aux grandes organisations syndicales regroupées dans le cadre de la Confédération européenne des syndicats , soit , hélas , aussi des gens qui n' avaient pas les mêmes principes , ni les mêmes comportements et qui ont dû être maîtrisés par les forces de l' ordre . Le Premier ministre et moi - même , nous avons tenu à féliciter les autorités dépendant du ministère de l' Intérieur , c'est-à-dire essentiellement les autorités civiles et militaires du département et aussi de la région , parce qu' il est venu naturellement des renforts des départements autour , pour la qualité de leur action et pour avoir parfaitement maîtrisé la situation , ce qui n' a pas été le cas depuis Seattle dans les sommets importants qui ont connu les mêmes problèmes .

Donc , je tenais naturellement à remercier les autorités civiles et militaires du département . Mais je tenais aussi à remercier les Niçois qui ont vraiment assumé avec beaucoup de gentillesse et beaucoup d' hospitalité , tous nos collègues nous l' ont dit , cette courte période pendant laquelle Nice aura été la capitale de l' Europe .

Je vous remercie .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
naturellement
réussi
avons
repondération
coopérations
enracinement
sommet
renforcées
qualifiée
européenne
progrès
ministre
animé
renforcés
ministres
art
résultat
spécificité
tenais
autorités
ridicule
vision
convenable
civiles
assumé
élargissement
parfaitement
rempliront
copréside
ultrapériphériques

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact