CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Mais , par dessus tout , cela implique que l' Etat tienne les rênes , qu' il soit la force qui soulève la vague mais aussi la digue qui contient la marée et que , loin de laisser les ruisseaux de la démagogie se faire jour de tous les côtés , grossir , devenir des torrents irrésistibles , jusqu' à ce que la maison soit engloutie sous l' inondation , il continue de mener le pays , conformément aux règles et aux objectifs du plan , vers une puissance et une prospérité accrues au profit de tous ses enfants .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «implique» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «implique»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 16 avril 1963

Pour être prospères , maîtres de nous - mêmes et puissants , nous , Français , avons fait beaucoup . Il nous reste beaucoup à faire . Car le progrès exige l' effort . L' indépendance n' est pas pour rien . La sécurité coûte cher . C' est bien pourquoi l' Etat , qui a pour rôle et pour raison d' être de servir l' intérêt général , n' a pas le droit au laisser-aller .

Cela est clair , tout d'abord , dans le domaine économique et social . Actuellement , il est vrai , notre pays est en plein essor . Après avoir rétabli ses finances , ses échanges et sa monnaie , il accomplit , quant à son développement , des progrès rapides et saisissants . Tous les chiffres , tous les signes , démontrent , en particulier , que la condition des Français ne cesse de s' améliorer . Le terme de " rattrapage " , souvent employé aujourd'hui , en est la meilleure preuve . Car , si certains , qui se croient en retard , veulent rattraper le peloton , c' est , bien évidemment , parce qu' il a pas mal avancé . Mais il n' y a pas d' ascension qui dure si la marche n' est pas régulière et la montée méthodique . Il nous faut un Plan , et qui soit effectivement observé .

Ce plan nous l' avons ! Il a été , comme on sait , bâti avec le concours des représentants de toutes les activités nationales . Il a fait l' objet d' une loi . Il aboutit , en 4 années , dont l' une est déjà passée et la seconde commencée , à un accroissement d' expansion de 24 pour 100 et , une fois prélevés sur ce total les investissements nécessaires aux progrès futurs , à 20 pour 100 d' amélioration du niveau de vie des Français , s' ajoutant aux 10 pour 100 atteints pendant les 3 années antérieures . Cela ne s' est jamais vu . De ce fait , s' ouvrent devant la nation , et spécialement devant sa jeunesse , les plus vastes perspectives d' activité et de fraternité . Mais le devoir des pouvoirs publics est de faire en sorte que soient respectées les règles et les limites , faute que tout soit compromis .

Naturellement , chaque personne et chaque profession désirent , pour ce qui les concerne , obtenir davantage encore . Naturellement , chacun de ceux qui sont directement intéressés à telle ou telle de nos grandes entreprises : logement , enseignement , agriculture , aménagement du territoire , hospitalisation , communications , et cetera , voudrait que , dans la branche particulière qui le touche , on aille plus vite qu' on ne va . Et de crier : " des sous ! des sous ! " ou bien : " des crédits ! des crédits ! " . Mais les sous et les crédits ne sauraient être alloués que si nous les possédons , si l' équilibre entre nos rémunérations et nos prix , nos achats et nos ventes , nos recettes et nos dépenses ne s' en trouve pas bouleversé , si notre pays ne tombe pas dans l' inflation , c'est-à-dire dans un désordre qui arrêterait l' expansion , ruinerait la masse des citoyens et mettrait notre existence à la merci de l' étranger .

Ce n' est pas à dire , qu' à mesure que nous montons , il n' y ait pas à effectuer à l' intérieur du revenu national des aménagements commandés par la justice ou par le rendement . Le pouvoir a l' obligation d' assurer , non pas la parité qui ne saurait exister dans la diversité et la complexité de la société moderne , mais la part de chacun dans le progrès général . Comprenons bien , cependant , que notre époque nous contraint aux disciplines inhérentes à cette vaste transformation . Comme celle - ci se heurte , parfois , à des habitudes d' antan , il n' est pas surprenant , bien qu' il soit évidemment fâcheux , que se produisent , chez nous comme ailleurs , des tâtonnements et des erreurs . Cela vient d' être le cas avec la grève des charbonnages . Mais justement ce qui s' est passé et qui a , tout à la fois , ralenti quelque peu l' ensemble de notre production , coûté vraiment trop cher aux mineurs et risqué de peser sur l' avenir de leur profession , a contribué à faire voir combien il est nécessaire que la collectivité s' adapte , mieux qu' elle ne l' est , aux conditions nouvelles de sa vie et de son progrès .

Cela implique d'abord que le gouvernement lui - même soit organisé , dans ses conseils techniques et dans son administration , pour étudier , apprécier et décider en plus complète connaissance de cause , quand il s' agit , soit de mesurer ce qu' il est équitable de faire en faveur de telle profession , soit de l' appeler à fournir ce qu' elle doit à la vie de la nation . Cela implique aussi que les syndicats , quelque explicables que puissent être leurs revendications professionnelles , soient affranchis des sujétions et des griefs partisans et pratiquent l' esprit de la coopération nationale dans leurs rapports avec les hommes responsables de l' intérêt public . Cela implique encore que notre Conseil économique et social , où collaborent les représentants des diverses activités du pays , voie son rôle assez étendu pour mieux éclairer , par ses débats et par ses avis , les décisions , décrets et lois qui incombent aux pouvoirs politiques , exécutifs et législatif . Mais , par dessus tout , cela implique que l' Etat tienne les rênes , qu' il soit la force qui soulève la vague mais aussi la digue qui contient la marée et que , loin de laisser les ruisseaux de la démagogie se faire jour de tous les côtés , grossir , devenir des torrents irrésistibles , jusqu' à ce que la maison soit engloutie sous l' inondation , il continue de mener le pays , conformément aux règles et aux objectifs du plan , vers une puissance et une prospérité accrues au profit de tous ses enfants . La République , pour être le progrès ne peut être la facilité .

Elle ne saurait , non plus , l' être au dehors . Après la seconde guerre mondiale , notre pays a vu , en effet , sa puissance et son influence terriblement diminuées par rapport à celles des deux colosses du monde . Encore , jusqu' à l' année dernière , était - il divisé et paralysé par les séquelles d' une colonisation qui eut ses mérites et ses gloires mais qui , en notre temps , n' était plus que vaine et périmée . Or voici que , ressaisi par le génie du renouveau , en plein développement d' invention , de production , de démographie , pourvu d' institutions solides , dégagé des servitudes coloniales , il se retrouve , pour la première fois depuis un demi-siècle , avec l' esprit et les mains libres . Aussi peut - il et doit - il jouer dans l' univers un rôle qui soit le sien .

Cette politique n' est pas aisée . L' univers abonde en sirènes qui nous chantent les douceurs du renoncement , à moins que , dépitées de nous voir insensibles à leur séduction , elles n' élèvent à notre égard un chœur bruyant d' invectives . Mais , sans outrecuidance , dans l' intérêt de tous comme dans le nôtre , notre navire suit sa ligne . Il n' y a aucune chance pour que , cédant à la facilité , nous laissions s' effacer la France .

C' est pourquoi , si l' union de l' Europe occidentale : Allemagne , Italie , Hollande , Belgique , Luxembourg , France , est un but capital de notre action au dehors , nous n' avons pas voulu nous y dissoudre . Tout système , qui consisterait à transmettre notre souveraineté à des aréopages internationaux , serait incompatible avec les droits et les devoirs de la République française . Mais aussi , un pareil système se trouverait , à coup sûr , impuissant à entraîner et à diriger les peuples et , pour commencer , le nôtre , dans des domaines où leur âme et leur chair sont en cause . Cette abdication des Etats européens , en particulier de la France , aboutirait inévitablement à une sujétion extérieure . C' est d'ailleurs , pour éviter une telle inconsistance et , de ce fait , une telle dépendance , que nous tenons à voir l' union de l' Europe constituée par des nations qui puissent et veuillent réellement lui appartenir . Gardant l' espoir qu' un jour peut-être le grand peuple anglais , s' étant détaché de ce qui le retient hors de notre communauté , viendra s' y joindre suivant les conditions qui sont celles de l' institution , nous estimons qu' elle doit se développer telle qu' elle est et sans attendre . Bref , il nous paraît essentiel que l' Europe soit l' Europe et que la France soit la France .

D' autre part , à l' intérieur de l' alliance atlantique , indispensable tant que se dressent les ambitions et les menaces des Soviets , notre pays , tout en conjuguant sa défense avec celle de ses alliés , entend rester le maître et , le cas échéant , apporter à l' effort commun tout autre chose que le concours sans âme et sans force d' un peuple qui ne serait plus responsable de lui - même . Cela nous conduit à nous doter des moyens modernes de notre sécurité , autrement dit de ceux qui pourraient détourner quiconque d' attaquer notre pays , à moins de subir lui - même d' épouvantables destructions . Je veux parler , naturellement , des armes atomiques . Il est vrai que nos alliés Américains disposent , à cet égard d' une puissance colossale , susceptible de jeter au chaos tout ou partie de l' empire soviétique , qu' ils sont résolus , nous le savons , à combattre , éventuellement , pour empêcher que l' Europe ne tombe , morte ou vive , dans l' autre camp , qu' ils sont nos bons alliés comme nous - mêmes sommes les leurs . Mais toute la question n' est pas là !

En effet , l' adversaire éventuel est pourvu , lui aussi , de moyens énormes et de la même sorte . Cela étant , personne , nulle part , ne peut savoir d' avance si , dans le cas d' un conflit , les bombes atomiques seraient ou non , initialement employées par les deux champions , si , dans l' affirmative , ils les emploieraient seulement en Europe centrale et occidentale sans se frapper l' un l' autre directement et aussitôt , ou si , au contraire , ils seraient amenés tout de suite à se lancer réciproquement la mort dans leurs œuvres vives . De toute façon , et compte tenu de cette immense et inévitable incertitude , il faut que la France ait elle - même de quoi atteindre directement tout Etat qui serait son agresseur , de quoi , par conséquent , le dissuader de l' être et de quoi , suivant les circonstances , concourir à la défense de ses alliés , y compris , qui sait ? l' Amérique .

En somme , notre pays , perpétuellement menacé , se trouve , une fois de plus , confronté avec la nécessité de disposer des armes les plus puissantes de l' époque , à moins , bien entendu , que les autres cessent d' en posséder . Cependant , pour nous détourner , s' élèvent , comme toujours , les voix simultanées de l' immobilisme et de la démagogie . " C' est inutile ! " disent les unes . " C' est trop cher ! " disent les autres . Ces voix , la France les écouta , parfois et pour son malheur , notamment à la veille de chacune des deux guerres mondiales . " Pas d' artillerie lourde ! " clamaient - elles de concert jusqu' en 1914 . " Pas de corps cuirassé ! pas d' aviation d' attaque ! " criaient ensemble , avant 1939 , les mêmes catégories d' attardés et d' écervelés . Mais , cette fois , nous ne laisserons pas la routine et l' illusion appeler chez nous l' invasion . Et puis , au milieu du monde tendu et dangereux où nous sommes , notre principal devoir c' est d' être forts et d' être nous - mêmes .

Françaises , Français , après beaucoup d' épreuves , nous avons eu à nous décider pour le progrès ou pour le déclin . Le choix est fait . Nous avançons . Mais il y faut de l' ordre et de l' effort . A d' autres la facilité !

Vive la République !

Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
implique
alliés
facilité
profession
progrès
élèvent
soit
détourner
telle
pourvu
démagogie
crédits
tombe
atomiques
cher
torrents
criaient
écervelés
explicables
montons
douceurs
inondation
engloutie
aréopages
emploieraient
bruyant
clamaient
écouta
digue
abonde

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact