CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





A ce moment là , en effet , on a la liberté complète de choisir . Cette disposition , le gouvernement propose de l' appliquer à deux catégories de travailleurs manuels qui représentent environ 2 millions de personnes dans notre population active : d' une part , ce sont les travailleurs manuels qui exercent des activités particulièrement fatigantes et pénibles , c'est-à-dire ceux qui s' emploient à un travail qui est , soit un travail à la chaîne ou un travail en continu ou semi-continu , soit un travail devant des fours , soit un travail sur des chantiers ouverts aux intempéries comme dans le bâtiment et les travaux publics .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «retraite» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «retraite»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 4 décembre 1975

Bonsoir madame , bonsoir mademoiselle , bonsoir monsieur ,

Lorsque je suis à l' étranger , je suis le président de la France et c' est elle que je représente .

Lorsque je suis ici , je suis le président des Françaises et des Français , ma responsabilité est de conduire le progrès , de rechercher le mieux-être et la justice , dans le respect des compétences de nos institutions .

Mais ma responsabilité , c' est aussi de vous informer des motifs de notre action et des solutions que nous apportons à vos problèmes . Aujourd'hui , trois sujets :

- la situation économique et sociale ,

- la retraite des travailleurs manuels ,

- le développement des responsabilités locales .

Et d'abord la situation économique et sociale .

Lorsque je vous ai parlé pour la dernière fois , c' était le 4 septembre , il y a donc exactement trois mois , c' était pour vous présenter le plan de développement économique nécessaire au redressement de notre activité et au soutien de l' emploi .

Ce plan a été adopté par le parlement , il a été appliqué avec diligence et d'ailleurs j' y ai veillé personnellement .

Aujourd'hui , je peux vous dire que ce plan commence à produire les résultats que nous en attendions .

Un certain nombre de signes qui ne trompent pas montrent que le creux de la vague est derrière nous . Les commandes progressent , la consommation se développe et , de place en place , ceci entraîne la reprise de la croissance .

Deux remarques : dans une économie comme la nôtre , qui est une économie ouverte sur l' extérieur et où deux travailleurs de l' industrie sur cinq travaillent pour l' exportation , notre croissance économique est naturellement liée à l' environnement international .

C' est pourquoi il est du plus grand intérêt que les grands pays industrialisés coordonnent leur action pour lutter contre la crise .

C' est ce que nous avons fait , vous l' avez vu , à Rambouillet , à l' initiative de la France .

Ceci nous garantit que les pays industriels ne retomberont pas dans l' erreur qui , avant la guerre , avait fait le malheur de nos parents , à cette époque que l' on dépeint pourtant souvent à l' heure actuelle sous des traits riants .

Au lieu de s' isoler dans un repli égoïste et suicidaire , les grands pays ont décidé d' exercer ensemble une action commune en faveur de la croissance .

Autre remarque : ce qui vous touche , ce ne sont pas les statistiques , c' est la situation réelle et personnelle de l' emploi .

Or , comme je vous l' ai déjà dit , je me rends bien compte de ce qu' il peut y avoir d' éloigné pour quelqu'un qui est à la recherche d' un emploi d' entendre les déclarations ou les statistiques de quelqu'un en provenance d' un palais national .

Mais la reprise de l' activité économique doit entraîner la remontée des horaires qui , d'ailleurs , s' observe à l' heure actuelle dans certaines entreprises , et la réouverture de l' embauche .

Naturellement , cela n' est pas immédiat , mais tous nos efforts viseront à ce que les mesures prises fassent sentir leurs effets le plus tôt possible sur votre situation personnelle .

L' essentiel est de savoir quel est le sens de l' évolution , si elle se détériore ou si elle s' améliore . A l' heure actuelle , sachez qu' elle s' améliore .

J' en viens maintenant à la retraite des travailleurs manuels .

Le gouvernement vient de déposer un projet de loi , et j' espère que le parlement pourra , avant la fin du mois de décembre , l' adopter .

C' est un projet qui abaisse à 60 ans l' âge de la retraite pour certaines catégories de travailleurs manuels .

De quoi s' agit - il , et pourquoi ? Et d'abord , qu' est - ce que la retraite à 60 ans ? Ce n' est pas , comme on le croit parfois , l' obligation de prendre la retraite à 60 ans .

Il serait en effet absurde d' imposer la cessation de travail à quelqu'un qui entend poursuivre son activité et conserver ses revenus tirés de son travail .

C' est donc une possibilité qui est offerte , c' est la possibilité d' un choix .

A l' heure actuelle , en théorie , ce choix existe , c'est-à-dire que suivant notre législation sociale , chacun peut prendre effectivement sa retraite à 60 ans .

Mais la retraite est calculée à un taux bas , inférieur à celui qu' on obtiendrait si on continuait à travailler jusqu' à 65 ans .

L' objet du projet de loi est de permettre précisément de prendre sa retraite à 60 ans avec le même taux de retraite que si on prenait celle - ci à 65 ans . A ce moment là , en effet , on a la liberté complète de choisir . Cette disposition , le gouvernement propose de l' appliquer à deux catégories de travailleurs manuels qui représentent environ 2 millions de personnes dans notre population active : d' une part , ce sont les travailleurs manuels qui exercent des activités particulièrement fatigantes et pénibles , c'est-à-dire ceux qui s' emploient à un travail qui est , soit un travail à la chaîne ou un travail en continu ou semi-continu , soit un travail devant des fours , soit un travail sur des chantiers ouverts aux intempéries comme dans le bâtiment et les travaux publics .

D' autre part , ce sont les femmes qui exercent un travail manuel et qui ont élevé trois enfants .

Naturellement , j' imagine bien votre question , qui sera de dire : c' est très bien , mais pourquoi ne pas le faire pour tout le monde ? C' est parce que ces mesures représentent une charge lourde pour la collectivité puisque le poids des retraites à verser est supporté par la population active , par ceux qui sont au travail .

Il faut savoir qu' en France , par exemple en 1960 , 100 personnes actives supportaient le poids de 25 retraites , mais qu' à l' heure actuelle les mêmes 100 personnes actives supportent le poids de 44 retraites , en raison , d' une part , de l' allongement de la vie et , d' autre part , des mesures déjà prises en ce qui concerne l' abaissement de l' âge de la retraite .

On ne peut donc pas agir d' un seul coup sans créer une surcharge insupportable pour l' économie et , en même temps , sans sacrifier d' autres formes de progrès qui sont également nécessaires .

C' est pourquoi la question était de commencer par ceux pour lesquels cette mesure est la plus justifiée .

Je vous dirai que la justice , à cet égard , est de reconnaître la priorité de leurs droits , et ceux qui appartiennent à ces catégories comprendront bien ce que je veux dire .

Naturellement , tout travail est utile et respectable , mais il faut savoir que , dans notre pays , à la différence de certains autres , ceux qui se consacrent à un travail manuel n' ont pas toujours la considération , les responsabilités , et mêmes les conditions de vie auxquelles ils pourraient avoir droit .

C' est pourquoi j' ai demandé au gouvernement d' engager une action de revalorisation de la condition des travailleurs manuels .

Les mesures prises au titre de la retraite constituent une première étape dans cette action . D' autres suivront .

Je vous parlerai maintenant de l' exercice des responsabilités locales .

La France est un très ancien pays , dans lequel l' administration centrale à toujours exercé une influence importante , et ceci , d'ailleurs , a du bon , parce que nous avons une administration qui est compétente et honnête et que beaucoup nous envient .

Grâce également à cette action , nous avons été le premier pays à réaliser notre unité et nous avons été le pays le plus puissant d' Europe . Mais , le fait que l' Etat intervienne dans tous les détails de notre vie , et de notre vie locale , comporte également certains inconvénients , car l' administration centrale est loin ; elle est loin des cas individuels , elle est loin de la diversité géographique , elle agit par des règlements qui sont les mêmes qu' il s' agisse du nord ou du midi , de l' est ou de l' ouest .

Ainsi , nous courons le risque d' une certaine uniformité , d' une certaine méconnaissance de la diversité des situations , d' un certain éloignement des cas concrets .

C' est pourquoi nous devons développer nos responsabilités locales .

Lorsque nous pensons aux problèmes qui nous touchent de près , nous considérons que les seules bonnes décisions sont celles que nous prenons nous - mêmes .

Chacun estime , d'ailleurs , qu' il doit choisir lui - même les éléments de sa vie et de son bonheur .

C' est cela que j' appelle la société libérale avancée , par différence avec l' étouffante société bureaucratique .

Nous devons donc procéder à une large décentralisation des responsabilités ; c' est ce que souhaite , notamment , la jeunesse , et il faut le faire . La question qui se pose est de savoir à quel niveau ?

Vous savez que certains proposent que cette décentralisation des responsabilités se fasse à un échelon intermédiaire entre la base et le sommet , c'est-à-dire échelon des régions , et ils suggèrent l' élection d' assemblées régionales au suffrage universel .

J' ai réfléchi , bien entendu , à cette question depuis longtemps .

Je l' ai observée au travers des circonstances et des évolutions récentes et j' ai abouti à la conclusion suivante : si nous élisions des assemblées régionales au suffrage universel , en face de ces assemblées , à côté d' elles , nous verrions nécessairement naître des administrations régionales et une fiscalité régionale ; c' est d'ailleurs la loi de toute assemblée .

Alors , nous aurions les communes , les départements , les régions et l' Etat , ce qui veut dire quatre niveaux d' administration , quatre fiscalités et quatre assemblées successives élues au suffrage universel .

Je vous dirai que c' est trop et que , d'ailleurs , cela n' existe dans aucun pays .

C' est trop lourd et c' est trop cher pour la France . En réalité , si nous devions nous orienter dans cette voie , à un moment où à un autre , il faudrait choisir entre le département et la région , car nous ne pourrions pas conserver les deux .

Mais il y a plus .

Nous venons de décider avant hier , à Rome , qu' en 1978 , vous éliriez vous - mêmes les députés français à l' assemblée européenne , et ainsi vous irez dans vos lieux de vote classiques , dans trois ans , pour élire les premiers députés français à l' assemblée européenne .

Mais alors nous aurions cinq niveaux d' élection , ce qui veut dire que , nécessairement , les uns et les autres se détacheraient de ces élections , s' éloigneraient des urnes et que nous créerions ainsi des machines tournant à vide .

D'ailleurs , il ne faut pas se tromper sur les dimensions , et je voulais vous montrer ceci : il y a , en effet , des pays qui ont des structures fédérales , dans le monde , comme par exemple l' union soviétique . Et les États-Unis , même la Chine .

Eh bien , regardez la taille . Sur cette carte , voici l' Ukraine .

L' Ukraine est un des Etats de l' union soviétique .

Ukraine à 45 millions d' habitants , presque 46 millions , 601000 kilomètres carrés .

Si l' on regarde la France à côté , on s' aperçoit que la France a à peu près la taille de l' Ukraine .

Si on prend un des Etats des États-Unis , par exemple la Californie , la Californie , avec ses 411000 kilomètres carrés , 18900000 habitants , c' est à peu près la moitié de la France en superficie et en population .

Si l' on regarde maintenant la Chine , on voit que , par rapport à la Chine , la France a plutôt la taille d' une province de la Chine qu' une taille qui se compare à l' ensemble .

Donc , la vérité c' est que notre dimension nationale , à l' heure actuelle , ce n' est pas celle d' un des grands Etats fédéraux , c' est plutôt la dimension d' un des Etats qui composent ces Etats fédéraux . C' est pourquoi nous avons retenu deux conclusions :

- la première est qu' il n' est pas souhaitable de faire des régions des collectivités locales supplémentaires , mais qu' il convient , en revanche , de leur faire jouer pleinement et complètement leur rôle de coordination du développement économique ;

- la seconde conclusion est que nous devons effectuer la décentralisation de nos pouvoirs , en direction du premier échelon de notre vie démocratique , celui qui est le plus près de vous , et qui est la commune .

La commune , c' est en effet ce qui est le plus près des réalités .

C' est là que les hommes habitent , c' est là qu' ils se connaissent et qu' ils se rencontrent , c' est là qu' ils s' instruisent dans les écoles , c' est là qu' ils pratiquent le sport , c' est là qu' ils se regroupent en associations , c' est là qu' ils naissent et qu' ils meurent , oubliant tout à coup le fracas de nos querelles excessives , et c' est là qu' ils se dissolvent en retrouvant le temps et la terre .

C' est donc vers la commune que nous devons effectuer la décentralisation de nos pouvoirs . D'ailleurs , le cadre existe , puisque tous les six ans , vous élisez vos conseillers municipaux et que ceux - ci élisent leur maire .

Mais , dans la pratique , la vie communale rencontre un certain nombre d' obstacles et j' en citerai trois : dans les grandes villes , la vie municipale , en raison de la dimension est également un peu lointaine et on a le sentiment qu' il manque un échelon intermédiaire et qu' il y a quelque chose à animer au niveau du quartier .

A l' inverse , pour certains problèmes essentiels de votre vie tels que les transports , l' urbanisme , la circulation , ces problèmes peuvent être difficilement réglés dans le cadre de la commune et on voit bien qu' ils se posent à l' échelle de l' agglomération .

Pour ce qui est du monde rural , on connaît le maire , mais celui - ci a souvent des moyens d' action limités et , d' autre part , les services publics se raréfient et s' éloignent .

Enfin , les responsables municipaux des grandes villes , des petites villes et des communes ont souvent , par rapport à leurs responsabilités , à la fois des pouvoirs et des moyens d' action insuffisants . Ce sont ces obstacles qu' il faut lever et c' est cette transformation qu' il faut réaliser .

Ce changement sera une des actions de mon septennat .

J' ai engagé le gouvernement à mettre sur pied une grande réflexion nationale sur ce sujet .

Quand elle sera terminée , le gouvernement proposera au parlement les mesures propres à assurer complètement ce développement des pouvoirs et de la responsabilité des communes , afin de permettre à chacune et à chacun d' entre vous de participer à la vie locale et , ainsi , de choisir et de construire son cadre de vie .

Quant à échelon intermédiaire entre les communes et l' Etat , il faut nous fixer un délai de dix ans à partir du vote de la loi de 1972 pour observer les conditions dans lesquelles les régions exercent leur rôle de coordination du développement économique . Au terme de cette observation et compte tenu de l ' état d' organisation de l' Europe , nous aurons à choisir si cet échelon intermédiaire doit être le département ou la région et ce sera , vous le voyez , un choix difficile .

Voici , madame , voici , mademoiselle , et voici , monsieur , ce que je voulais vous dire sur ces sujets .

Et maintenant je voudrais vous présenter deux réflexions d' ensemble sur la conduite de notre politique .

D'abord , les réformes continuent .

Le parlement a voté le mois dernier une réforme essentielle , qu' on appelle la réforme foncière , et qui pour la première fois dans notre histoire fera en sorte que les profits importants tirés de la vente de terrains à bâtir dans les grandes villes , au lieu d' aller vers ceux qui les réalisent , iront vers la collectivité .

Ensuite , aujourd'hui même , l' assemblée nationale a adopté un projet de loi créant une véritable vie municipale à Paris , avec un maire élu et doté de pouvoirs comparables à ceux des maires des autres villes .

Cette mesure va dans le sens de ce que je vous indiquais à l' instant . Donc , l' œuvre de réforme est en cours , elle continue .

Ensuite , il y a trois ans , avant d' être candidat à l' élection présidentielle , j' avais déclaré que la France souhaitait être gouvernée au centre , et maintenant que me voici président de la république , je gouverne et je gouvernerai la France au centre .

Là aussi , pourquoi ? La première raison est que lorsqu' on gouverne un grand pays , lorsque l' on s' y consacre , on doit naturellement s' interroger sur la nature du besoin fondamental de son temps .

Or le besoin fondamental pour la France , c' est à la fois , à l' heure actuelle , la nécessité d' un changement et un besoin de sécurité .

La nécessité d' un changement , parce que les données de notre vie , qu' il s' agisse de l' éducation , qu' il s' agisse de la dermographie , qu' il s' agissent du progrès économique et social , ont transformé à ce point la société française que celle - ci doit s' adapter à une forme de vie nouvelle .

Et en même temps un besoin de sécurité , qui d'ailleurs est engendré par ces changements , et en même temps engendré par toutes les formes de la violence qui , vous le savez , ont envahi ici et là le monde contemporain .

Donc la France éprouve cette double aspiration , celle du changement et celle de la sécurité .

On ne peut lui donner les deux qu' au centre . La seconde raison , est que nous vivons dans une société libre .

J' entends dire quelquefois que ce n' est pas le cas .

Mais il suffit de voir ce que l' on dit , ce que l' on écrit , ce que l' on montre , pour savoir que la France est un pays libre .

Or les sociétés libres , qui sont peu nombreuses dans le monde actuel , sont plus fragiles que les autres , et donc elles doivent être conduites à la fois avec détermination et avec précaution , ce qui veut dire qu' elles doivent être conduites au centre .

D'ailleurs , observez celles des sociétés libres dont le gouvernement s' éloigne du centre : ou bien ces sociétés s' effondrent , ou bien elles reviennent vers le centre .

La réforme continue , la France sera gouvernée au centre , et sachez , vous qui me l' avez confiée , que la main tient la barre . Bonsoir madame , bonsoir mademoiselle , bonsoir monsieur .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
retraite
manuels
échelon
bonsoir
centre
mademoiselle
intermédiaire
taille
vie
assemblées
travailleurs
engendré
choisir
villes
responsabilités
fédéraux
travail
voici
décentralisation
parlement
carrés
exercent
tirés
assemblée
gouvernée
communes
pouvoirs
États-Unis
manuel
actives

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact