CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Donc le problème , ce n' est pas de modifier la composition de la majorité , c' est de modifier la dimension de cette majorité et je souhaite que la politique qui sera proposée par le nouveau gouvernement , la composition de celui - ci , permette non une substitution mais un élargissement de la majorité .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «majorité» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «majorité»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 25 août 1976

Il s' est passé aujourd'hui un évènement important dans la vie politique de la nation , qui est un changement de gouvernement .

C' est un évènement important , mais ce n' est pas un évènement dramatique car , dans un pays démocratique , il se produit périodiquement des changements de gouvernement .

J' ai pensé qu' il était utile que les Françaises et les Français puissent connaître les motifs de ce changement et , en même temps , les objectifs de l' action du nouveau gouvernement et , au lieu de le faire sous la forme solennelle d' une déclaration , j' ai pensé qu' il valait mieux que je réponde par l' intermédiaire des journalistes aux questions que vous vous posez .

C' est la suivante : d'abord , il s' agit d' une démission .

Vous savez que l' article 8 de la constitution prévoit que le premier ministre peut démissionner et que , s' il démissionne , il entraîne avec lui la démission du gouvernement .

Lorsqu' il y avait eu , dans le passé , des changements de premier ministre , sous la cinquième République , on s' était posé la question de savoir si c' était des démissions ou si c' était plutôt le président qui souhaitait le départ du premier ministre .

Ici , de manière claire , c' est le premier ministre qui souhaitait partir , c' est donc une démission dans l' esprit de l' article 8 de notre constitution .

Alors , le motif que vous indiquez , vous faisant l' écho des déclarations de m. Chirac , c' est le fait que , comme il l' indique dans la lettre qu' il m' avait écrite , il souhaitait un accroissement de l' autorité du premier ministre .

Alors , accroissement aux dépens de qui ? Peut - il s' agir d' un accroissement aux dépens des responsabilités du président de la République ? Je l' exclus .

Et ceci pour deux raisons : d'abord en raison de l' élection présidentielle , car j' ai été élu président de la République et je puis dire que , dans la majorité , dans les circonstances de l' époque j' étais le seul qui aurait été élu et , de ce fait , j' ai et j' aurai à rendre compte aux Français des conditions dans lesquelles j' exécute mon mandat .

Le second motif , c' est qu' un transfert de responsabilités du président de la République vers le premier ministre serait fondamentalement contraire aux institutions de la cinquième République .

J' ai relu les commentaires que le général de Gaulle fait dans ses " mémoires " sur les modalités de la désignation du président de la République et il indique très clairement que l' exécutif , dans notre République , comporte , après le président , qui est chargé de ce qui est permanent et essentiel , un premier ministre qui traite les problèmes contingents .

Donc , il ne pouvait pas s' agir et il ne s' agira jamais d' un transfert d' autorité du président de la République vers le premier ministre . ça signifierait d'ailleurs l' apparition de deux pouvoirs politiques dans notre pays et peut - on imaginer un instant le déroulement de la politique française si la France devait poursuivre simultanément deux politiques ? Alors , s' agit - il de l' exercice , de l' activité même du premier ministre ?

Et , dans ce cas là , rappelez - vous les faits en ce qui concerne la mission de coordination de la majorité au lendemain des résultats des élections cantonales , j' ai confié à m. Chirac le soin d' assurer la coordination de la majorité . S' agit - il de l' autorité au sein du gouvernement ? Je n' ai jamais été saisi de sa part de la demande de déplacer ou de faire partir un ministre qui n' eut pas accepté l' exercice de son autorité .

C' est donc un problème d' exercice , en réalité , de l' autorité du premier ministre et je ne veux pas entrer dans un tel débat vis-à-vis de quelqu'un qui , pendant deux ans , m' a loyalement servi .

Et donc , je vous dirai pourquoi j' ai accepté sa démission : je l' ai acceptée d'abord parce qu' il me l' a présentée .

Ce qui est la première fois dans la vie de la cinquième République et , il va de soi , dans des fonctions de cette nature , on ne peut pas imposer à quelqu'un et ce n' est pas souhaitable d'ailleurs , de demander à quelqu'un d' exercer une fonction qu' il ne souhaite pas remplir .

Le second motif tient au fait qu' à la fin de la session du parlement , dans les dernières semaines du mois de juin , j' ai observé que le mouvement des partis politiques commençait à exercer une influence excessive sur l' action gouvernementale .

Et vous vous souvenez qu' à l' époque , ce n' est pas une question de renforcement de l' autorité du gouvernement , celui - ci paraissait avoir quelque mal à faire prévaloir ses vues , et parfois même , à les défendre devant les mouvements des partis .

Or , si je considère que la France ne peut pas avoir deux politiques : la politique du président de la République et la politique du premier ministre , je considère aussi comme une des missions essentielles de ma fonction de faire en sorte que la France ne retombe pas dans le régime des partis .

Vous vous souviendrez d'ailleurs qu' à cette époque le bruit d' un remaniement ministériel pour le mois de juillet avait été lancé . Or , le remaniement ministériel cela peut être la décision du président de la République , cela peut être l' initiative du premier ministre , mais cela ne peut pas venir des partis et je peux vous dire aujourd'hui que , la raison pour laquelle je n' ai pas accepté la démission de m. Chirac au mois de juillet , c' est que c' eut été donner raison , au moins en apparence , à ceux qui auraient imaginé qu' un remaniement ministériel puisse provenir du mouvement des partis .

La troisième raison , la plus importante parce que c' est celle qui touche à la vie réelle de la nation , c' est que , parlant à la télévision le 16 juin dernier , j' avais indiqué qu' après une première étape de deux ans qui comportait un certain nombre de réformes importantes , une nouvelle étape devrait s' ouvrir à l' automne .

Dés cette époque , j' étais décidé à ce qu' un nouveau gouvernement , dont je n' avais pas alors naturellement précisé la composition , puisse être mis en place pour conduire cette nouvelle étape .

Mais je ne voudrais pas terminer cette explication sans rendre hommage au travail accompli .

Il y a beaucoup d' hommes politiques qui croient que la loi de la politique c' est l' ingratitude .

Ce n' est pas mon sentiment .

La vie politique est sans récompense mais je ne crois pas qu' elle soit nécessairement accompagnée d' ingratitude . Et je voudrais dire que j' ai beaucoup apprécié l' activité que le premier ministre et que le gouvernement ont déployée pendant 25 mois pour réaliser des réformes qui , au total , ont été des réformes importantes malgré les difficultés de la situation économique et sociale que traversait la France .

Non , ce n' est pas ce que je vous ai laissé entendre . J' ai au contraire tenu à préciser que je m' en tenais à la répartition des compétences du président de la République et du premier ministre telles qu' elles figurent dans les institutions de la cinquième république et qui fait qu' il y a , comme l' a écrit le général de Gaulle , dans ses " mémoires " , qu' il y a un premier et qu' il y a un second .

Alors , pourquoi avoir choisi Raymond Barre ? C' est parce qu' il me semble être l' homme public le plus apte à résoudre le problème le plus important pour la France , à l' heure actuelle , qui est celui de la lutte contre l' inflation .

Les commentaires qui ont été faits , qui seront faits , autour de ce changement gouvernemental seront , par la force des choses , issus du monde politique .

Mais moi , ce qui me préoccupe , c' est la réalité française .

A l' heure actuelle , les Français mettent en tête de leurs préoccupations et de loin , vous le savez bien , la lutte contre l' inflation , la stabilisation des prix , la défense de la monnaie .

Alors qui est monsieur Barre ? Monsieur Barre est sans doute le meilleur économiste français , en tout cas l' un des tous premiers .

Les étudiants apprennent l' économie politique dans ses livres .

C' est d' autre part non pas un homme politique , c' est vrai mais c' est un homme public .

Il a été deux fois directeur de cabinet dans des ministères importants , il a participé à des commissions d' étude de réforme et enfin , surtout , il a été nommé en 1967 à la commission de Bruxelles , où il a représenté la France et il a été , pendant 6 ans , le vice-président de la commission de Bruxelles , chargé des questions économiques et financières .

Et donc , l' homme qui a le mieux suivi la politique économique de l' Europe de 1967 à 1973 , c' était Raymond Barre . Je l' ai fait entrer au gouvernement en janvier dernier , au poste de commerce extérieur .

Donc , depuis 8 mois , il observe le déroulement de la politique économique et politique intérieure française .

C' est donc un homme déjà préparé à l' exercice de cette fonction .

Mais je vous indique que monsieur Barre exercera la plénitude des fonctions de premier ministre et , il l' a dit tout à l' heure sur le perron de l' Elysée , avec mon plein accord .

Et cette plénitude doit comporter , en particulier , le fait pour lui d' expliquer régulièrement et clairement la politique suivie à l' opinion française car ce qui m' a frappé dans la période récente , c' est qu' en dehors de l' explication que je fournissais , cette politique n' était pas clairement décrite et pas clairement perçue par l' opinion française .

Absolument . Et je souhaite , d'ailleurs que sur ce sujet monsieur Barre puisse avoir des débats très ouverts avec tous ceux de la majorité ou de l' opposition ... qui se prêteront à ce genre de débats .

Je n' ai pas à décrire cette politique , ce serait tomber dans le reproche que vous me faisiez tout à l' heure .

C' est le gouvernement qui va l' élaborer .

Ce gouvernement sera constitué , je pense , dans la soirée de vendredi , il pourrait être à même de pouvoir se réunir samedi et il se mettra au travail .

Il devra , en quelques jours , définir précisément la politique qu' il entend suivre .

Mon rôle est de tracer les objectifs de cette politique .

Ces objectifs , quels sont - ils ? Ce sont les trois suivants :

- 1er objectif : lutter contre l' inflation , non pas l' inflation de l' automne 1976 mais le mal permanent et pernicieux de l' inflation en France .

Il doit concevoir une politique mettant la France au niveau des grands pays industrialisés , c'est-à-dire éliminant cette cause profonde de perturbation de notre vie économique , politique et sociale .

- 2ème objectif : la sécurité des Français dans le monde moderne .

Répondre , d' une façon bien entendu moderne et progressive , autant par la prévention que par la répression . Répondre au besoin de sécurité des Français en traitant l' ensemble des problèmes qui les touchent à cet égard .

- 3ème objectif : poursuivre la politique de réforme dans le sens de la simplification et de l' amélioration des conditions de vie d' un certain nombre de catégories et , je citerai pour 1977 , les personnes âgées et les familles .

Vous me posez cette question et , me posant cette question , j' imagine que vous pensez , je le dis sans nuance péjorative , aux professionnels de la politique et moi , je pense aux Françaises et aux Français .

La dernière fois qu' ils se sont exprimés sur le plan national , c' était en mai 1974 au moment de l' élection présidentielle .

La prochaine fois qu' ils s' exprimeront sur le plan national , ce sera au printemps de 1978 , pour l' élection législative .

Et dans intermédiaire , il y a la représentation des Français au travers de leurs institutions , mais il ne faut pas parler de leur majorité qui n' est pas fluctuante au hasard des jours .

Vous parlez donc , en réalité , de la majorité parlementaire .

Alors je voudrais vous dire ceci : vis-à-vis de la majorité des Françaises et des Français et vis-à-vis de la majorité des parlementaires , je ne fais pas de différence .

Contrairement à ce qu' on a pu dire ou à telle ou telle représentation , qui est faite ici ou là , pour moi les électeurs ou les députés , qu' ils soient UDR , qu' ils soient républicains indépendants , qu' ils appartiennent au mouvement réformateur , ils ont exactement le même mérite et la même fonction . Et donc , pour moi , la majorité est composée de l' ensemble de ceux qui apportent leur concours à l' action actuellement en cours et , je dirais même , de l' ensemble de ceux qui participent à la discussion de cette action , dès lors qu' ils le font dans un esprit constructif et je considère que la majorité actuelle , à cet égard , poursuivra , croyez - moi , son action .

J' ai demandé à Raymond Barre , premier ministre , de prendre des initiatives pour élargir , notamment vers le centre gauche , cette majorité présidentielle .

Et je voudrais là aussi dissiper une équivoque qui est souvent créée ou entretenue par d' autres .

Il ne s' agit pas pour moi d' envisager une majorité alternative à la majorité actuelle , il s' agit élargir cette majorité .

Ce n' est donc pas pour remplacer des membres de la majorité par d' autres , c' est pour ajouter de nouveaux éléments à cette majorité . Et pourquoi ? Eh bien , parce qu' on a dit que la France était coupée en deux , ce qui est d'ailleurs une présentation un peu simplifiée de sa réalité politique , mais il est vrai qu' au moment de l' élection présidentielle c' était 50-50 et je ne considère pas qu' il soit bon de gouverner un pays , dans des temps tourmentés , par une majorité de 51 contre 49 .

Donc le problème , ce n' est pas de modifier la composition de la majorité , c' est de modifier la dimension de cette majorité et je souhaite que la politique qui sera proposée par le nouveau gouvernement , la composition de celui - ci , permette non une substitution mais un élargissement de la majorité .

Et j' ajoute que le fait d' avoir comme premier ministre un homme d' expérience mais un homme qui n' a pas été engagé activement dans les débats politiques permettra peut-être de donner aux débats politiques français , dans la période à venir , plus de sérénité .

Non , l' ancien premier ministre avait envisagé lui - même , de façon favorable , l' éventualité d' élections anticipées à l' automne et je n' étais pas de cet avis . J' estime que la majorité actuelle fait son travail , que nous ne pourrions pas expliquer au pays pourquoi , ayant une majorité , nous décidons de la faire disparaître et d' en solliciter une autre , et donc les élections législatives devront avoir lieu à leur terme normal .

Je crois que ce que l' opinion publique française attend du nouveau gouvernement et du président de la République , c' est qu' ils règlent les grands problèmes qui , à l' heure actuelle , préoccupent les Français et intéressent la France et qu' il ne s' agit pas de faire des actions ou des opérations qui soient de simples présentations ou de simples manœuvres .

A l' heure actuelle , il y a un grand problème , dans la vie politique de la France et la vie sociale de la France , c' est cette inflation car , du sort de cette inflation , dépend le fait que la France rejoindra , comme elle doit le faire , le groupe des pays les plus avancés et les plus actifs du point de vue industriel , c'est-à-dire le groupe des Etats-unis , l' Allemagne et le Japon , qui est actuellement en tête du développement économique mondial ou qu' au contraire elle rejoindra le peloton moins brillant et moins heureux de ceux qui connaissent actuellement des difficultés économiques . Et ce que l' opinion française attend , ce sont des gens capables de conduire cette action , décidés à le faire et , en même temps , désireux de lui expliquer les données de ce problème et c' est pourquoi le meilleur service à rendre à l' opinion française à l' heure actuelle , ça n' est pas de chercher à la convaincre , c' est de lui apporter la preuve que le gouvernement est capable de régler ces problèmes .

Un gouvernement , qu' est - ce que c' est ? Une équipe et , d'ailleurs , dans le gouvernement précédent , une chose que je déplorais , c' était le sentiment et , parfois , l' image de division qu' il donnait quelque fois .

Je souhaite que le nouveau gouvernement constitue une équipe et , comme toutes les équipes , celle - ci sera jugée sur ses résultats .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
majorité
premier
ministre
politique
démission
gouvernement
président
inflation
ministériel
souhaitait
remaniement
autorité
composition
évènement
ingratitude
cinquième
motif
actuelle
exercice
rejoindra
dépens
plénitude
homme
débats
mémoires
clairement
accroissement
partis
indique
automne

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact