CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Demain matin , je demanderai à Raymond Barre de diriger un nouveau gouvernement , choisi et conçu pour l' action des 12 prochains mois et répondant , de ce fait , à trois caractères : - un gouvernement restreint comprenant au maximum 15 ministres ; - un gouvernement d' hommes et de femmes désignés sans autre considération que la capacité d' exercer leurs fonctions ; - un gouvernement dégagé des partis politiques , conformément à l' esprit de la cinquième république .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «gouvernement» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «gouvernement»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 28 mars 1977

Bonsoir madame , bonsoir mademoiselle , bonsoir monsieur ,

Je me suis adressé à vous , il y a 6 semaines , de Ploermel en Bretagne .

Vous m' avez compris et vous m' avez approuvé .

Je m' adresse à vous ce soir pour vous dire quelle va être l' action au cours des 12 prochains mois , jusqu' aux élections législatives fixées en mars 1978 .

Le rôle du président de la République est de conduire la politique de la France ; il est aussi d' écouter les Français pour comprendre leurs aspirations et leurs besoins .

Vous venez d' élire vos conseils municipaux .

En même temps vous avez envoyé un message à ceux qui vous gouvernent .

Ce message , je l' ai reçu .

Voici comment je le comprends . Voici ce que je vais faire .

Et d'abord , la France est profondément divisée .

C' est pour elle un mal et une cause de faiblesse intérieure et extérieure .

Certains conçoivent la majorité et l' opposition comme deux armées en campagne , dont l' une doit écraser l' autre .

Je refuse cette attitude .

Non , la majorité et l' opposition ne sont pas deux armées au combat en France , mais deux choix offerts à la France .

Pour moi , président de la République , les Françaises et les Français qui votent pour l' opposition sont des Français comme les autres .

Je considère seulement qu' ils font un choix dangereux pour la France et pour eux - mêmes et j' y reviendrai tout à l' heure .

Depuis deux ans , j' ai évité soigneusement tout ce qui pouvait accentuer la cassure de la France .

Il m' aurait été facile de polémiquer et de participer moi aussi au tintamarre .

Cette attitude a été interprétée à tort comme une faiblesse ou soupçonnée comme une complaisance .

C' était le choix volontaire de la patience , pour préserver l' unité française , sans que rien ne vienne entamer les principes et les convictions qui sont celles de toute ma vie . Je me tiendrai à cette attitude et je continuerai à travailler avec obstination pour atténuer la division de la France .

Les Français veulent le changement et en même temps , ils ont le sentiment d' être pris dans un piège .

Ils veulent le changement , je le sais bien , je l' ai affirmé en 1974 , et c' est ce qui m' a permis de l' emporter sur monsieur Mitterrand .

Ce changement , je l' ai conduit avec détermination , mais chacune et chacun d' entre vous a pu constater la force des résistances dans les structures , dans les mentalités et dans les privilèges .

Alors , les Français se disent : " puisque le changement est si difficile , puisqu'il rencontre tant d' obstacles , allons plus loin et choisissons l' opposition " .

Et nous retrouvons ici une vieille ruse de notre histoire de France : si nous ne réussissons pas le changement , alors , tant pis ! Risquons le bouleversement !

C' est ici que le piège est tendu , car la France se sent poussée par une sorte de fatalité vers un choix qu' elle redoute .

Oui , elle redoute le succès de l' opposition , même si elle devait la choisir , la preuve , je la vois dans le fait que les succès municipaux de l' opposition n' ont pas suscité un climat de satisfaction mais , au contraire , une atmosphère plus lourde et plus inquiète , qui pèse sur le pays . Je veux arracher la France à cette fatalité et à ce piège .

La division de la majorité lui a fait , c' est évident , un tort considérable .

Si elle s' était présentée unie , si elle avait souligné le travail accompli depuis deux ans et demi par les gouvernements de Jacques Chirac et de Raymond Barre et , notamment , la stabilisation du franc , la hausse des prix ralentie , l' effort pour équiper les régions et pour créer des emplois , alors , je vous le dis , elle aurait gagné les quelques centaines de voix ici , les quelques milliers de voix ailleurs , qui suffisent pour garder ou pour gagner une municipalité .

Elle a préféré se déchirer .

Entre l' union , d' un côté , et la discorde , de l' autre , les Français ont donné une prime à l' union .

Sévère et salutaire leçon , la majorité doit s' unir et , lorsqu' on choisit de s' unir il faut le faire franchement , sans arrière-pensée et sans rancune .

Soyons clairs .

Cela ne veut pas dire que la majorité doit être uniforme .

Chacun sait qu' il existe en son sein des différences d' opinion .

Certains des groupes qui la composent se sont combattus dans le passé , comme d'ailleurs se sont combattus de leur côté les socialistes et les communistes .

Sur certains sujets , leur opinion diverge et , par exemple , sur l' Europe , ou la nécessité des réformes .

Mais , ce qui unit la majorité est plus fort que ce qui la divise : les institutions de la cinquième république , la liberté de notre société , le dynamisme de notre économie , la recherche de la justice sociale , la contribution active et indépendante de la France à la vie de notre continent et à celle du monde occidental , dont nous ne voulons pas nous retrancher .

L' urgence de l' union l' emporte sur le droit à la différence .

Dans cette union , chacun gardera sa personnalité , se développera et s' affirmera comme il l' entend , dans le cadre d' un pluralisme accepté et organisé .

L' union se fera à partir et autour d' un programme démocratiquement élaboré qui sera proposé aux Français .

La majorité définira clairement son organisation et les règles de conduite à tenir en vue des élections législatives .

Elle aboutira ainsi à un pacte majoritaire franc et loyal . Alors d' un côté , ce pacte majoritaire et , de l' autre le programme commun .

Et maintenant , je vous parlerai de l' action .

L' action sera celle du gouvernement .

J' ai accepté , il y a une heure , la démission du gouvernement de Raymond Barre .

Ce gouvernement a bien travaillé ; il a entrepris le redressement de l' économie française , comme je lui en avais fixé la mission . Grâce à lui , nous sommes sur la bonne voie . Je le remercie de l' œuvre accomplie .

Demain matin , je demanderai à Raymond Barre de diriger un nouveau gouvernement , choisi et conçu pour l' action des 12 prochains mois et répondant , de ce fait , à trois caractères : - un gouvernement restreint comprenant au maximum 15 ministres ; - un gouvernement d' hommes et de femmes désignés sans autre considération que la capacité d' exercer leurs fonctions ; - un gouvernement dégagé des partis politiques , conformément à l' esprit de la cinquième république .

Les partis politiques ont assurément leur rôle à jouer mais en dehors du gouvernement et sans peser sur lui . La séparation entre le gouvernement et les partis doit être tranchée .

J' assignerai à ce gouvernement deux tâches : d'abord , poursuivre le redressement économique en cours .

Ce redressement est vital pour la France et pour les Français . C' est de lui que dépendent votre niveau de vie et votre emploi et ce redressement suppose la continuité , comme l' a déclaré hier à Lyon Raymond Barre .

Ensuite , présenter un programme d' action constituant un plan de 12 mois , assorti d' objectifs précis .

Ce plan devra répondre aux préoccupations concrètes des Français et comporter des mesures simples , dites avec des mots simples , à la portée de chacun .

Il intéressera notamment les familles , les personnes âgées et le premier emploi des jeunes . Pour clarifier la situation politique et pour que chacun prenne ses responsabilités , j' inviterai le gouvernement à présenter ce plan de 12 mois au parlement qui se prononcera par un vote à l' assemblée nationale et au sénat .

A cette action s' ajoutera une explication .

J' irai avec vous jusqu' au bout de la franchise .

Nous savons tous que les prochaines élections nationales engageront l' avenir du pays , non pas pour quelques mois comme certains l' imaginent , mais pour une longue période .

Ce choix vous devez le faire dans la clarté .

Je ne veux pas que quelques mois plus tard , vous disiez , comme les Français l' ont fait dans le passé : " nous ne savions pas , on ne nous avait pas prévenus " , et que la France regrette alors un choix qui serait devenu irrévocable .

Tout devra être fait , tout devra être expliqué , tout devra être chiffré pour que vous puissiez faire lucidement votre choix en en connaissant à l' avance les conséquences .

Ainsi , ma mission est que vous ayez à choisir sans équivoque entre deux voies d' évolution , d' un côté l' évolution raisonnable , méthodique et résolue que vous présentera le gouvernement et de l' autre celle que vous proposent les signataires du programme commun .

Ce choix vous appartiendra et il sera respecté .

D' ici là , l' action du gouvernement devra ouvrir devant vous la voie de l' évolution raisonnable et juste , la meilleure pour la France et pour vous .

Madame , mademoiselle , monsieur , voici la marche que nous allons parcourir , ensemble , pendant un an , vous et moi , pour aboutir au bon choix pour la France . Bonsoir à vous tous .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
gouvernement
choix
piège
devra
opposition
union
changement
redressement
majorité
mademoiselle
combattus
action
bonsoir
redoute
programme
mois
municipaux
côté
fatalité
retrancher
tintamarre
assignerai
diverge
attitude
faiblesse
unir
prochains
simples
majoritaire
ruse

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact