CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





D' ores et déjà , la répartition des prestations familiales favorise les familles de trois enfants au moins , qu' il s' agisse des allocations familiales , du complément familial ou de l' allocation logement .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «famille» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «famille»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 1er octobre 1978

L' attachement des Français à la famille est profond .

La force de la cellule familiale , quels que soient les groupes sociaux , et ceci en dépit des tensions de notre époque , est un des traits les plus vigoureux et les plus heureux de la société française contemporaine lorsqu' on la compare aux autres .

Mais la taille de la famille souhaitée par les Français en âge d' avoir des enfants s' est réduite .

La famille de deux enfants est devenue pour beaucoup le modèle idéal alors que la proportion de ceux qui souhaitent une famille de trois enfants ou plus a nettement baissé .

Pourquoi cette moindre faveur pour les familles de trois enfants ou les familles nombreuses ? Notre société n' apparaît probablement plus aux yeux des parents suffisamment accueillante aux enfants nombreux .

Le genre de vie qu' elle propose , le niveau de vie qu' elle assure et la culture qu' elle dispense peuvent effectivement créer un malaise chez les familles françaises qui ont au moins trois enfants .

C' est la raison pour laquelle , dès 1975 ...

La grande ville n' est pas accueillante aux familles nombreuses . Les logements sont trop petits , les services familiaux ou de voisinage insuffisants .

C' est pourquoi la taille des familles y est nettement plus réduite que dans les petites villes ou dans les communes rurales .

Il faut que la ville réponde mieux aux besoins des familles . La politique menée désormais en faveur d' un urbanisme qui soit à l' échelle de l' homme en évitant le gigantisme des grands travaux qui font perdre leur âme et leur douceur de vivre à nos villes , et l' action conduite pour l' habitat , qui fait une large part à la maison individuelle , devraient faciliter l' insertion des familles dans la ville .

Le développement des services de voisinage , garderies , crèches , aides familiales , est aussi indispensable . Une participation accrue des femmes dans les conseils municipaux où se décident de nombreux choix qui intéressent la vie quotidienne , devrait favoriser la prise en considération des problèmes des familles .

L' aspiration des femmes à exercer une activité professionnelle n' est pas incompatible avec le maintien d' une vie familiale intense .

Mais il faut aider les mères à assumer à la fois des responsabilités professionnelles et des responsabilités familiales .

Le ministre délégué à la condition féminine va y contribuer activement .

Plusieurs mesures importantes sont intervenues en ce sens , notamment l' institution , en 1977 , du congé parental qui permet aux mères , après la naissance d' un enfant , de s' absenter pendant deux ans de leur entreprise , et la création depuis le premier janvier 1978 d' une prestation nouvelle , le complément familial , d' un montant mensuel de 354 f.

Ou de trois enfants au moins .

L' allongement du congé de maternité une première étape de deux semaines supplémentaires vient d' être franchie le 1er juillet dernier y contribuera aussi .

Des progrès restent à accomplir pour la garde des enfants et pour l' aménagement du temps de travail , notamment à temps partiel .

Même si notre système de transferts sociaux prestations familiales et quotient fiscal est le plus favorable des pays occidentaux , la décision d' avoir au moins trois enfants correspond souvent à un sacrifice de niveau de vie , notamment parce que beaucoup de mères renoncent alors à exercer une activité rémunérée . D' ores et déjà , la répartition des prestations familiales favorise les familles de trois enfants au moins , qu' il s' agisse des allocations familiales , du complément familial ou de l' allocation logement .

à l' avenir , l' effort entrepris en faveur des familles de trois enfants devra être nettement accentué .

Le 1er juillet prochain , ... de prestations familiales , soit , par rapport à la situation dans laquelle elle se trouvait lorsqu' elle touchait l' allocation de salaire unique , une progression de près de 75 % depuis le 1er juillet 1977 et de 45 % en termes de pouvoir d' achat .

A partir du 1er janvier 1980 , une famille de trois enfants sera assurée d' avoir des ressources égales à 3500 f par mois .

Le projet de loi instituant un revenu minimum familial devrait être examiné par le parlement l' année prochaine .

Ce revenu minimum garantira les familles contre les accidents de la vie .

Il complétera l' allocation pour parent isolé instituée en 1976 en faveur des mères seules .

Ces mesures peuvent aider la famille de trois enfants . La famille de trois enfants est nécessaire à l' équilibre et au dynamisme de notre population . Elle pourrait être pour un plus grand nombre de foyers la famille idéale , chaleureuse , et surtout heureuse .

Depuis 1974 , les mesures prise en faveur de la famille sont déjà considérables et montrent un changement profond .

A l' assemblée générale de l' unaf . Ils sont progressivement mis en œuvre .

Il s' agit d'abord de mieux adapter les prestations familiales aux besoins actuels des familles .

L' augmentation annuelle de 1-5 % du pouvoir d' achat , c'est-à-dire en plus des prix , des prestations familiales , est devenue la règle .

Des réformes améliorant les prestations sont intervenues : pour les allocations postnatales ou pour l' allocation d' orphelin , par exemple .

La création du complément familial depuis le 1er janvier 1978 a représenté pour les familles une simplification et une amélioration de leur situation .

Le coût de cette réforme représente presque 10 % du montant des prestations familiales . La prochaine étape importante sera celle du revenu minimum familial garanti de 3500 f par mois pour une famille de trois enfants .

Il s' agit ensuite de permettre aux parents de mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale .

Nous en avons parlé en évoquant le congé parental d' éducation , le complément familial verse non seulement aux femmes restant chez elles mais aussi à celles qui travaillent , l' allongement du congé de maternité et le développement du travail à temps partiel .

Le troisième objectif consiste à améliorer le cadre de vie des familles . Les nouvelles orientations de l' urbanisme et la réforme de l' aide au logement , désormais conduites dans le cadre du nouveau ministère de l' environnement , en sont les principales applications .

Le dernier objectif consiste enfin à créer un statut social de la mère de famille .

Notre système de protection sociale , fondé essentiellement sur la notion d' activités professionnelles , a depuis longtemps méconnu les responsabilités propres de la mère de famille .

Celle ci , quand elle ne travaillait pas , ne bénéficiait d' avantages sociaux que de façon indirecte , par intermédiaire de son mari .

Cette situation est en train de changer .

Un statut social de la mère de famille est progressivement mis en place .

Depuis le 1er janvier 1978 , toutes les mères de famille bénéficient de plein droit des prestations familiales , qu' elles exercent ou non une activité professionnelle .

S' agissant de l' assurance vieillesse , les mères de famille bénéficient depuis 1975 d' une bonification de deux ans par enfant , c'est-à-dire exactement la durée du congé parental .

Dans un proche avenir , les mères de famille de trois enfants et plus qui touchent le complément familial , c'est-à-dire leur très grande majorité , vont acquérir progressivement des droits à la retraite , même si elles ne travaillent pas , leurs cotisations d' assurance vieillesse étant prises en charge par les caisses d' allocations familiales . Enfin , le droit à une formation professionnelle rémunérée leur sera reconnu .

Une attention particulière a été portée aux problèmes des mères de famille isolées et des veuves .

L' allocation de parent isolé , instituée en 1976 , garantit aux mères d' un enfant de moins de trois ans un revenu minimum de 1700 f par mois , augmenté de 425 f par enfant supplémentaire à charge .

Les conditions dans lesquelles est autorisé depuis 1975 le cumul d' une retraite personnelle et d' une pension de réversion de veuve , déjà assouplies en 1977 , seront améliorées .

Enfin est envisagée en faveur des veuves la création d' un régime d' assurance vie obligatoire dans le cadre de la sécurité sociale .

La politique suivie depuis 4 ans a donc apporté , dans une conjoncture économique difficile , des avantages concrets et nouveaux importants aux familles françaises et aux mères .

Ils sont souvent méconnus .

Cet effort sera poursuivi . Au cours des prochaines années , j' accentuerai la priorité dont bénéficie la famille au sein de la politique sociale .

Après avoir répondu à une situation de pénurie et atteint l' objectif quantitatif , aujourd'hui nous disposons du parc de logements le plus important par rapport à la population parmi les principales nations occidentales . Il faut maintenant mettre en œuvre des critères de qualité quant à la conception , au confort et à la taille des logements .

La réforme du financement du logement adoptée par le parlement au début de 1977 et l' action du gouvernement depuis lors ont précisément pour objet de remédier aux insuffisances : les nouvelles modalités d' aides autorisent une très sensible amélioration de la qualité qui se traduit aujourd'hui dans les programmes neufs et aussi dans la réhabilitation des logements anciens ; l' aide personnalisée au logement a été conçue pour tenir compte très directement des besoins des ménages et particulièrement des familles nombreuses : ainsi , pour ne prendre qu' un exemple , une famille dont le revenu mensuel est de 5000 f par mois , occupant un logement HLM dans une ville de province , consacre 17 % de son revenu pour son logement , contre 20 % dans le régime antérieur si elle a 4 enfants .

Cet effet est encore beaucoup plus significatif pour les familles aux ressources plus modestes .

Les ménages qui disposent ainsi d' une aide directe accrue doivent pouvoir trouver un logement correspondant à leurs besoins .

Il est vrai que dans les dernières années les organismes HLM ont porté davantage leur effort sur la construction de logements d' une ou deux pièces en faveur des personnes isolées ( personnes âgées , jeunes travailleurs , célibataires ) . Un effort parallèle va maintenant être engagé en faveur des familles de trois enfants et des familles nombreuses .

Il est exact que l' évolution démographique récente a provoqué un débat public . Je veux cependant souligner que la famille mérite d' être soutenue et fortifiée pour elle - même , parce qu' elle est la condition du développement de l' homme et de son bonheur et parce qu' elle est nécessaire à la stabilité du corps social , en même temps qu' elle facilite son évolution . La politique familiale ne saurait être réduite à un sous-produit de la politique démographique .

La politique d' ensemble que j' ai demandée de suivre au gouvernement est indispensable , quelle que soit la conjoncture démographique .

Les constatations démographiques récentes sont cependant préoccupantes .

Depuis 1965 , en France , comme d'ailleurs dans toute l' Europe occidentale , un recul net de la fécondité s' est produit : à âge égal , les couples tendent à avoir moins d' enfants que pendant les vingt années qui ont suivi la seconde guerre mondiale .

De 1965 à 1972 , les effets de ce recul ont été peu sensibles sur le nombre annuel des naissances car pendant cette période les couples en âge d' avoir des enfants étaient plus nombreux d' une année à l' autre , en raison de l' arrivée aux âges de la fécondité des générations nées immédiatement après la guerre ... Mais à partir de 1973 ... Et 750000 naissances .

Cette évolution s' est traduite par une réduction de la taille moyenne des familles . Les femmes nées au début de ce siècle ont eu en moyenne tout juste deux enfants . La courbe s' est ensuite relevée avec les générations suivantes pour atteindre 2-6 enfants ... pour les femmes nées vers 1930 .

C' est là le point haut atteint par les générations qui ont eu la quasi-totalité de leurs enfants avant la baisse récente .

Ensuite , et c' est l' effet de l' inflexion apparue en 1965 , la courbe évolue en baisse : on devrait observer environ 2-4 enfants pour les femmes nées en 1940 et 2-1 enfants pour celles nées en 1950 .

Or , dans les conditions actuelles de mortalité , ce chiffre de 2-1 correspond au simple remplacement , c'est-à-dire à l' équilibre démographique .

Si les tendances actuelles persistaient encore un certain nombre d' années , il se pourrait que les femmes nées en 1950 n' assurent pas le remplacement de leur génération .

Si la baisse de la fécondité se poursuivait sur une longue durée , les conséquences pour la France seraient irréversibles .

Nous devons avoir pour objectif le maintien à long terme de notre population et si possible la reprise d' une légère progression .

Il en va de la place de la France dans le monde , mais aussi du fonctionnement de notre société . Une société dont l' effectif diminue est une société qui vieillit , dans laquelle se créent des rigidités mentales s' opposant à l' innovation et à l' esprit de progrès , et où la population active succombe peu à peu sous le poids du nombre croissant des inactifs .

Même si le niveau de fécondité se redresse , comme cela m' apparaît indispensable , notre pays devra affronter les conséquences des fluctuations de la natalité . Des variations importantes du nombre des naissances sont coûteuses pour un pays .

Le rapport remarquable qu' à présenté mme Evelyne Sullerot au conseil économique et social a bien montré les difficultés qu' elles provoquent , par exemple en matière d' enseignement lorsque le recrutement des enseignants cesse d' être régulier , ou en matière de retraites , lorsque la charge qu' elles représentent augmente brutalement .

La démographie d' un pays à un moment donné engage son avenir de façon irréversible .

Mais les conséquences en sont généralement perçues avec retard , c'est-à-dire lorsque leurs inconvénients sont effectivement ressentis .

Il faut que les Français soient mieux informés et donc plus conscients des problèmes à venir . Un débat comme celui du conseil économique et social contribue à éclairer l' opinion .

Il ne doit pas rester isolé mais être prolongé par une réflexion qui intéresse tous les Français , quels que soient leur âge , le groupe socio-professionnel auquel ils appartiennent et leurs opinions politiques . La démographie est un problème grave auquel nous devons réfléchir ensemble en dehors de toute considération partisane , car il intéresse la vitalité collective de la nation .

La famille est essentielle à l' homme , parce qu' elle est la condition de son développement et de son bonheur .

L' enfant trouve dans la famille l' affection , le soin et , quand il le faut , l' autorité indispensables pour l' équilibre et l' harmonie de son développement . L' homme et la femme y trouvent la sécurité et la tendresse nécessaires à leur bonheur .

Il en est ainsi depuis toujours , et il en sera toujours ainsi .

La famille n' est pas un mode éphémère d' organisation des rapports humains . La famille est un élément vital de l' organisation sociale .

Elle est le lieu de la vie privée où les relations entre les êtres humains s' établissent directement , sans autorité et sans interventions extérieures .

L' institution familiale est donc nécessaire à la stabilité du corps social , en même temps qu' elle facilite son évolution .

Il est frappant de voir s' accomplir , sans heurt , au sein de la vie familiale , des évolutions qui , dans la société toute entière , sont souvent difficiles à conduire .

La manière dont les familles françaises se sont progressivement adaptées à la nécessaire égalité de l' homme et de la femme , ou encore à l' aspiration légitime de chacun , notamment des adolescents , au respect de son autonomie et de sa personnalité , me paraît exemplaire .

Cette évolution s' est faite sans que l' institution familiale soit mise en cause ni sa vitalité affaiblie .

Les sociétés collectivistes considèrent la famille avec méfiance . Elles voient dans la famille un concurrent potentiel .

C' est pourquoi elles s' efforcent de la maintenir dans un statut de subordonné , quand ce n' est pas de la diviser .

Dans notre société de liberté , de justice et de progrès , rien ne doit être négligé pour donner à la famille vigueur et sécurité . Le bonheur de la famille exprime , depuis l' origine des temps , le bonheur profond de la collectivité .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
famille
enfants
familles
mères
familiales
prestations
nées
familial
familiale
congé
fécondité
complément
faveur
allocation
logement
parental
naissances
logements
bonheur
taille
démographique
revenu
enfant
femmes
isolé
vie
progressivement
réduite
maternité
nettement

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact