CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Mais nous avons dit que ce serait un flottement ordonné , au voisinage du serpent et d'ailleurs vous pouvez voir ce qui s' est passé : on avait annoncé des catastrophes extraordinaires , si vous prenez le cours d' aujourd'hui , l' écart du franc par rapport à sa parité , est de 1-3 % et par rapport à sa situation d' avant le flottement , cet écart est d' environ 2-4 % donc un écart très limité , qui fait d'ailleurs que la spéculation sur le franc s' est arrêtée et nous continuerons à participer à un flottement ordonné vis-à-vis des monnaies européennes , et lorsque le système monétaire mondial aura retrouvé plus de stabilité , à nouveau nous chercherons à fermer cette parenthèse .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «prônent» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «prônent»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 31 mars 1976

Je ne vous décrirai pas l' ensemble des conclusions .

Je vous décrirai ce dont on va parler demain et après-demain à Luxembourg , c'est-à-dire au conseil européen qui réunit les chefs d' Etat et de gouvernement des 9 pays d' Europe .

D'abord il faut se garder dans toutes ces affaires de leur donner un caractère sensationnel , et je crois qu' on fait tort à l' Europe en attendant toujours des décisions sensationnelles et on ne comprend pas qu' il y ait un travail en profondeur à conduire .

De cette réunion de demain j' attends deux choses .

La première c' est que nous puissions parler ensemble pour la première fois , du comportement de l' Europe face aux évènements économiques et monétaires qui l' ont secouée au cours des dernières semaines .

Et en parler pourquoi dire ? Il faut d'abord voir que ces difficultés qui ont atteint l' Europe , à la différence de ce qui s' était passé quelquefois dans le passé ce n' était pas des querelles entre Européens .

Il n' y a pas eu désaccord entre Européens .

Il y a eu le fait que des évènements ont atteint l' Europe et ont secoué l' Europe .

Ce qui est important c' est d' exprimer notre volonté commune de maintenir ce qui existe et de le faire progresser , c'est-à-dire de rechercher toujours des solutions à nos difficultés dans le cadre de la communauté économique européenne .

L' important c' est d' exprimer cette volonté , de maintenir cette communauté économique européenne .

Le deuxième point c' est l' élection de l' assemblée européenne au suffrage universel , je serai très clair à ce sujet : la France a accepté le principe de cette élection et je dirai demain ou après-demain à nos partenaires que nous acceptions le principe de cette élection .

Naturellement il y a des problèmes de modalités .

Je pense que nous aurons l' occasion de discuter de ces modalités mais je tiens à vous dire que je le ferai dans un esprit qui n' a pas pour objet de créer ou de soulever des difficultés telles que l' objectif , c'est-à-dire que l' élection au suffrage universel soit lui - même remis en cause .

Je ne rentrerai pas dans les détails car il y a en effet des problèmes . Nous ferons valoir nos vues , mais nous les ferons valoir dans un esprit qui est celui de remplir cette décision de principe qui a été prise et qui est l' élection de l' assemblée au suffrage direct .

Ils ne se sont pas retrouvés avec les communistes .

Il se trouve que sur ce point et pour des raisons d'ailleurs différentes , ils ont pu avoir la même idée .

D'abord il est tout à fait normal que sur un sujet de cette nature , il y ait un débat démocratique en France .

La France que j' entends conduire c' est une France démocratique dans laquelle les grandes décisions sont naturellement soumises à la discussion .

Et je note d'ailleurs que chez nos partenaires les britanniques , c' est le cas , par exemple , puisqu'à l' heure actuelle , ils n' ont pas pris de décision et ils ont créé une commission pour étudier ce problème mais je peux vous dire que nous avons fait de même .

J' ai demandé aux ministres des Affaires étrangères de réunir le président des commissions des Affaires étrangères , de l' assemblée nationale et du sénat , pour examiner ce problème , et ils ont conclu ensemble que cette élection au suffrage universel devrait être en effet acceptée par la France et ils ont recherché les modalités possibles pour ces élections . En tout cas , je suis convaincu qu' il existe pour le principe de cette élection , une large majorité en France .

Il est certain que notre décision n' a pas contribué aux progrès de la construction européenne dans la situation actuelle .

Je vous rappelle que nous sommes revenus à une situation que nous avons connue début 1974 à la mi 1975 .

Je crois au contraire très franchement que si on regarde l' attitude de la France face à ce problème , elle a été une attitude de responsabilité européenne .

Au printemps dernier , lorsque le franc a fortement monté , nous pouvions très bien faire comme certains pays , les Anglais , les Italiens , et rester définitivement en dehors du " serpent " .

Ou nous pouvions au contraire dire : " dés que nous pouvons , nous participons à ce mécanisme " et c' est ce que nous avons fait .

A partir du moment où il y a eu spéculation , d'ailleurs de caractère complexe , qui ne visait pas spécialement la France , nous n' avions pas à nous laisser coincer par une spéculation de cette nature et donc nous avons en effet repris le " flottement " . Mais nous avons dit que ce serait un flottement ordonné , au voisinage du serpent et d'ailleurs vous pouvez voir ce qui s' est passé : on avait annoncé des catastrophes extraordinaires , si vous prenez le cours d' aujourd'hui , l' écart du franc par rapport à sa parité , est de 1-3 % et par rapport à sa situation d' avant le flottement , cet écart est d' environ 2-4 % donc un écart très limité , qui fait d'ailleurs que la spéculation sur le franc s' est arrêtée et nous continuerons à participer à un flottement ordonné vis-à-vis des monnaies européennes , et lorsque le système monétaire mondial aura retrouvé plus de stabilité , à nouveau nous chercherons à fermer cette parenthèse .

Non , je ne crois pas qu' elle mobilise les Français et en particulier les jeunes , je crois qu' on peut dire ceci : je crois qu' il n' y a pratiquement aucun Français , et pratiquement aucun jeune qui soit contre , il n' y en a pas , ça ne les mobilise pas , ce n' est pas un thème qui à l' heure actuelle soit moteur , mais je vous répète , personne n' est contre .

Mais une chose que je voudrais obtenir , c' est que peu à peu les Français mettent en accord leurs déclarations et leurs attitudes de principe et leur comportement réel .

Tous les partis politiques en France prônent l' indépendance nationale et la puissance de la France .

Or si nous observons ce qui se passe en Europe à l' heure actuelle , il faut bien s' apercevoir qu' il y a une puissance qui monte , qui est l' Allemagne fédérale , mais si nous nous contentons de dire que nous voulons être indépendants et puissants , mais si nous ne développons pas notre propre capacité , notre propre économie , eh bien , nous ferons des discours mais la situation se détériorera à notre désavantage .

Or , je suis sûr que la France à la capacité dans les années 1980 - 1985 , d' avoir une croissance économique aussi rapide et sans doute , pour des raisons objectives , légèrement plus rapide que celle de l' Allemagne fédérale . Mais naturellement cela suppose premièrement qu' elle veuille le faire , et deuxièmement , qu' elle y applique sa volonté et sa cohésion sociale , et je suis persuadé que pour la jeunesse française , l' idée que dans l' Europe qui s' organisera , la France ne doit pas être un pays indépendant des autres , un pays plus ou moins dominé par les autres , cela c' est une idée très forte et autour de laquelle on peut mobiliser la jeunesse française .

C' est un rythme lent , mais qui est dû à des difficultés objectives .

Mais je trouve là aussi qu' il faut regarder les choses en face .

L' économie mondiale a traversé la crise la plus forte depuis la guerre .

Et dans cette crise , le marché commun ne s' est pas désarticulé .

Et pourtant , il y avait des tentations , puisqu'on pouvait imaginer comme pendant les années 30 , il y aurait par exemple le retour à un certain protectionnisme , qu' on rétablirait des droits de douane ici ou là pour protéger les économies nationales .

Cela n' a pas été fait .

Et je dirai , cela n' a même pas été proposé en réalité . Donc , je trouve que l' Europe n' a pas progressé au cours de cette période , c' est un fait , mais que face à la première épreuve qu' elle ait eu à affronter , elle s' est au total bien comportée .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
flottement
élection
décrirai
suffrage
principe
objectives
spéculation
ordonné
écart
mobilise
après-demain
modalités
serpent
ferons
universel
franc
assemblée
pouvions
difficultés
face
valoir
coincer
rétablirait
désarticulé
détériorera
évènements
européenne
secouée
chercherons
prônent

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact