CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

L' aide de l' Etat est naturellement et largement acquise pour les mesures sociales en faveur des travailleurs touchés par la restructuration , qu' il s' agisse de primes de départ , de retraite anticipée pour les travailleurs âgés de plus de soixante ans , ou de l' extension à de nombreuses villes et à de nombreux cantons lorrains de primes pour création d' emplois , souvent au taux maximum .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «lorraine» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «lorraine»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 13 avril 1972

Deux fois déjà je suis venu à Nancy en visite officielle comme Premier ministre . Aujourd'hui , J' apporte à la grande métropole lorraine le salut de la France et l' assurance qu' elle peut compter sur l' aide de l' Etat .

Elle y a droit par son passé prestigieux , par son patriotisme exemplaire , par son rôle au sein d' une province dont l' avenir importe grandement à la France tout entière .

Mon voyage , vous le savez , était décidé bien avant le référendum . Mais celui - ci me conduit à traiter le problème lorrain dans la perspective européenne .

Le fait pour la France de s' engager dans la construction économique et politique de l' Europe nous impose , sous peine de nous dissoudre dans un ensemble technocratique ou dominé par d' autres , d' accroître notre puissance et de resserrer encore notre unité nationale . Il nous impose aussi de porter une attention particulière aux provinces qui sont en contact direct , c'est-à-dire en compétition directe , avec les autres pays européens . C' est , au plus haut point , le cas de la Lorraine .

A première vue , on aurait pu croire que la Lorraine , région traditionnellement dotée d' une agriculture - active et d' une industrie puissante , basée sur le charbon , le minerai de fer , et , par voie de conséquence , sur la sidérurgie , bénéficierait automatiquement de l' expansion moderne et ce fut en effet le cas dans les quinze premières années de l' après-guerre .

Mais il se trouve que ces activités sont non pas menacées mais contraintes à une restructuration complète , comme c' est aussi le cas d' une autre industrie traditionnelle , le textile .

Dès lors , on pourrait se laisser aller au pessimisme le plus complet : le charbon apparaîtrait inutile , le minerai de fer lorrain serait abandonné au profit des minerais riches d' outremer , la sidérurgie émigrerait purement et simplement vers les côtes , le textile vers les pays où la main-d'œuvre est mal payée . Un tel pessimisme , je vous le dis , est hors de saison et profondément contraire au tempérament lorrain travailleur , obstiné , réaliste et patriote . Et ce ne sont pas d' inutiles querelles de préséance entre Nancy et Metz qui pourraient le justifier .

Certes , restructuration industrielle signifie concentration et augmentation de la productivité , ce qui entraîne des suppressions d' emplois . Mais elle s' accompagne d' une amélioration générale de la production qui provoque des créations d' emplois et de nouvelles industries . Les chiffres sont là , de très nombreuses entreprises ont été créées de toutes pièces en Lorraine depuis 10 ans représentant plus de 50000 emplois . En février dernier , à un peu plus de 11000 demandes d' emploi , répondaient plus de 8000 offres . C' est insuffisant , je le reconnais . Mais c' est une proportion nettement plus favorable que dans l' ensemble du pays où il n' y a guère qu' une offre d' emploi pour trois demandes , et qui démontre que la formation professionnelle est aussi indispensable que l' arrivée de nouvelles entreprises .

En réalité , la situation économique de la Lorraine reste globalement convenable et , j' ajoute , virtuellement excellente .

La diminution de l' extraction du minerai de fer est terminée .

Il pourra y avoir encore quelques concentrations sur les sièges les plus rentables , mais les suppressions d' emploi seront rares et aucune ne sera décidée sans offre de réemploi avec garantie d' ancienneté .

La production sidérurgique , quant à elle , sera reconcentrée dans les mêmes conditions toujours avec offre de réemploi et pour parvenir a une expansion et non pas a une récession . Ce qui a déjà été fait dans le passé a été réussi . Pourquoi n' en serait - il pas de même demain ? De nombreuses industries nouvelles seront amenées à s' implanter dans une région remarquablement située , au carrefour de l' Europe , où elles trouveront une main-d'œuvre nombreuse , jeune et travailleuse , en même temps que d' importants débouchés commerciaux . Pour cela , l' aide -de l' Etat s' est déjà manifestée et continuera de le faire . Cela ne date pas d' aujourd'hui . La Lorraine a déjà connu une situation analogue , il y a 7 ou 8 ans . Le premier plan de modernisation de la sidérurgie date de 1966 et a bénéficié de la part d' un Gouvernement dont j' étais le Premier ministre , d' une aide de l' Etat sous forme de prêts très avantageux qui ont atteint le total impressionnant pour la seule Lorraine de 1 milliard 800 millions de nos francs actuels . C' est grâce à cette aide que la Lorraine possède aujourd'hui par exemple avec Sacilor l' usine sidérurgique peut-être la plus moderne d' Europe ! Voici maintenant la seconde et dernière phase de la reconversion . L' aide de l' Etat sera présente au second plan , qui ne comprend pas seulement , comme on voudrait vous le faire croire , le complexe de Fos-sur-Mer , mais quatre milliards d' investissements directs dans la sidérurgie lorraine . Au surplus , la création de Fos permettra une répartition plus harmonieuse des productions qui rendra la sidérurgie lorraine largement compétitive par rapport à ses voisines d' Allemagne ou du Benelux .

L' aide de l' Etat est naturellement et largement acquise pour les mesures sociales en faveur des travailleurs touchés par la restructuration , qu' il s' agisse de primes de départ , de retraite anticipée pour les travailleurs âgés de plus de soixante ans , ou de l' extension à de nombreuses villes et à de nombreux cantons lorrains de primes pour création d' emplois , souvent au taux maximum . Elle se marquera encore par la surveillance attentive des fermetures et des licenciements , afin que les engagements pris en matière d' indemnités et -de réemploi soient tenus , avec l' aide notamment du Fonds national de l' emploi . L' efficacité de cette aide , même s' il y a ici ou là des points d' ombre , a été démontrée par exemple dans le cas de Toul , où le départ des bases alliées avait amené le licenciement de 3000 personnes qui ont vu leur problème réglé sans heurt , grâce en particulier à l' implantation de Kléber-Colombes et à une action générale de reclassement dans laquelle le Gouvernement et moi - même avons eu à l' époque un rôle non négligeable .

Cette transformation de la Lorraine dans le sens de l' avenir sera faite aussi grâce aux Lorrains eux - mêmes , à leurs élus , maires et conseillers généraux , à leurs organismes économiques dont on connaît l' activité . L' action locale sera grandement facilitée par les réformes faites ou en voie de réalisation dans le sens de la déconcentration et de la décentralisation . Je pense à la loi du 31 décembre 1970 qui a donné aux maires une liberté d' action dont je ne doute pas que le maire de Nancy , à la tête d' un district urbain de 12 communes , ne profite largement . Je pense à la déconcentration des subventions au profit des préfets , qui sont proches des réalités locales et travaillent en liaison constante avec les élus . Je pense enfin à la réforme régionale qui va être soumise au Parlement et dont on aurait tort de diminuer la portée . Désormais , en face du préfet régional dont il conviendra d'ailleurs un jour de repenser la fonction et sans doute de la séparer de toute responsabilité départementale , existera un Conseil régional composé d' élus , qui sera appelé à donner son avis sur tous les aspects du plan régional et pourra , en se donnant des ressources , décider lui - même d' un certain nombre d' investissements . Cette réforme est prudente , car rien ne serait pire que d' ouvrir la voie au démantèlement de la France , ce n' est pas aux Lorrains qu' il faut l' apprendre . Mais si elle est prudente , elle est évolutive . Je le disais à propos du préfet régional , je le dis aussi à propos des pouvoirs du Conseil régional . L' Etat est prêt à aller dans ce sens aussi loin que possible en fonction de l' expérience .

Reste le grand problème de la place de la Lorraine dans la France et dans l' Europe qui se ramène dans la pratique au problème des communications . Des réalisations immenses sont faites ou en cours que nul ne peut nier : je pense à la canalisation de la Moselle en voie d' achèvement à Frouar , et qui sera au cours du VI Plan entreprise jusqu' à Neuves-Maisons . Je pense à l' autoroute Nancy-Metz-thionville-Sarrebruck , presque achevée , et à la liaison ferroviaire Nancy-Metz qui a pris la forme d' un véritable métro interurbain . Ainsi la Lorraine est largement ouverte vers l' Europe du Nord et vers l' Allemagne et pourra y trouver d' importants débouchés à ses productions . Il y a d' autres réalisations qui sont toutes nécessaires , mais posent le problème des priorités entre l' ouverture vers l' ouest ou vers le sud . Priorité au Sud , par la voie d' eau ou par l' autoroute qui rejoindra Nancy à la Bourgogne , disent ceux qui caressent encore le vieux rêve de la Lotharingie . Mais faute de liaison rapide vers l' ouest et vers Paris , c' est à nouveau le rassemblement de la France qui serait en cause , comme au temps des héritiers de Charlemagne ou de l' entreprise de Charles le Téméraire ! Est - ce un hasard si Charles le Téméraire est venu mourir vaincu sous les murs de votre ville ? Et quel signe nous offre l' Histoire puisque c' est lors de cette grande bataille que la croix à deux branches qui s' appelait jusqu' alors la croix d' Anjou prit le nom de croix de Lorraine , cette croix de Lorraine qui 5 siècles plus tard est devenue le symbole de la résurrection française ! Oui , priorité doit être donnée aux liaisons entre toutes les régions de la France et donc aux liaisons de la Lorraine avec Paris et l' Ouest . Qui ne voit à Nancy l' intérêt national de cet effort ? Voilà pourquoi en particulier la nationale quatre doit être de toute urgence transformée en voie expresse et je me propose de demander au Gouvernement l' accélération maxima des travaux . Par ces liaisons routières , aériennes , ferroviaires sans cesse améliorées , nous inscrivons sur la carte , sur le terrain , ce fait historique essentiel : la Lorraine est proche du cœur de la France ! Comment en serait - il autrement -au moment où nous allons décider de construire et d' agrandir l' Europe ? L' Europe pourrait être pour la France un alibi à son propre renoncement , une manière de nous en remettre à d' autres de décider de notre sort et de notre avenir . De cette Europe , nous ne voulons pas . Nous voulons que la France entre dans l' Europe en tant que nation , et nation forte et prospère , capable d' y défendre ses intérêts et d' y mettre sa marque . Or , vous le savez bien , il n' est de nation viable que dans l' unité . Cette unité , nous l' avons sauvée dans la guerre et jusque dans les désastres , grâce aux sacrifices de tous et des Lorrains entre tous . Cette unité , nous devons la maintenir dans la paix et dans la compétition économique , technique , intellectuelle qui est la marque de notre époque . Le 23 avril , sachez - le bien , en répondant « oui » à l' Europe , vous répondrez « oui » à la France ! La construction européenne n' est pas pour la France le début de la démission , elle affirme , au contraire , notre ambition nationale ! C' est parce que nous sommes Français que nous serons vraiment Européens .

Quel grand avenir s' ouvre devant Nancy ! De ce complexe qui s' étendra de Toul à Lunéville , elle sera le centre commercial et intellectuel , le siège des directions des grandes entreprises . Sa puissante université , à laquelle est liée désormais celle de Metz , n' est pas seulement une des premières de France , elle est l' avant-garde vers le Nord-Est de notre langue et de notre culture . Elle est , avec l' Institut National Polytechnique , le lieu où se formeront pour l' essentiel les cadres de l' administration et de l' économie lorraines . En même temps , Nancy reliée directement à Metz et à Thionville par l' eau , l' autoroute et Métrolor , étroitement unie à Toul et à Lunéville , Nancy est au cœur de cette grande métropole lorraine qui sera demain un des centres d' activité majeurs non seulement de France mais d' Europe ! Nancéiennes , Nancéiens , ayez confiance en vous et confiance en la patrie ! La France a besoin de vous , comme vous avez besoin de la France ! Que l' inquiétude fasse place à l' espérance , que la ténacité lorraine et le patriotisme l' emportent une fois encore ! Vous avez , le 23 avril , la possibilité d' exprimer votre foi et votre volonté à la Lorraine , à la France , à l' Europe , vous direz OUI Vive Nancy

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
lorraine
croix
réemploi
sidérurgie
régional
aide
minerai
lorrain
liaisons
restructuration
offre
prudente
grandement
voie
liaison
autoroute
largement
main-d'œuvre
déconcentration
primes
sidérurgique
débouchés
suppressions
sera
patriotisme
nombreuses
pessimisme
grâce
charbon
préfet

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact