CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Ce qui peut bouleverser la donne , c' est une vraie politique de lutte contre les discriminations , une vraie politique de formation , une vraie politique d' ouverture du marché de l' emploi , des mesures fortes contre les discriminations et une vraie politique d' allègement du coût du travail .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «vraie» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «vraie»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
E. Macron - 31 août 2017

Que ce n' est pas le début du combat ; nous sommes un pays assez unique : un pays de calcaire , de schiste et d' argile , de catholiques , de protestants , de juifs et de musulmans ; un pays qui n' a pas vraiment d' équivalent en Europe par ses contrastes . Il aurait dû s' écrouler mille fois , se diviser autant de fois . Il est toujours ce que Braudel décrivait très bien dans « L' identité de la France » : « un amalgame » . C' est un pays tiraillé par ses contraintes , par ses forces profondes . Lui redonner une assise sera le défi des cinq prochaines années . Le mois de mai fût un moment où la France avait à choisir entre un bloc qui voulait la rétrécir et ce que j' ai appelé le choix de l' espoir . Nous avons tourné la page de trois décennies d' inefficacité pour nous engager sur la voie de la reconstruction qui permettra la réconciliation . Les cent jours sur lesquels vous m' interrogez ne sont donc pas une étape pertinente . C' est une référence qui n' a qu' une valeur historique et renvoie davantage à une défaite en fin de responsabilité qu' à un début . Quand on arrive au pouvoir , on ne fait pas les choses en cent jours . Ou alors nous serions le seul pays qui ferait deux ans de campagne présidentielle pour gouverner trois mois … Trous ceux qui réclament un bilan dès aujourd'hui sont les mêmes qui disaient d'abord que j' étais un intrus , un opportuniste , ensuite qu' il n' était pas possible que je gagne , enfin que je n' aurai pas de majorité à l' Assemblée nationale . Je constate , au pas sage , que les forces du monde ancien sont toujours là , bien présentes et toujours engagées dans la bataille pour faire échouer la France . Mais les profondes transformations promises ont été engagées en matière de moralisation de notre vie politique , de lutte contre le réchauffement climatique , de redressement éducatif , de libération du marché du travail ou encore de lutte contre le terrorisme . Les cent premiers jours qui se sont écoulés sont les plus denses qui aient suivi une élection présidentielle .

Je ne dirai donc pas que j' ai été surpris par trois premiers mois . Ce qui est essentiel , c' est de ne pas perdre le fil de la promesse initiale , d' être collectivement à la hauteur de ce temps historique , de transformer en profondeur l' économie , la société et son champ politique . C' est ce qui est en train d' être accompli . Face à ce mouvement , nous avons un réveil des oppositions multiples , des vieux partis , des vieux politiciens et de leurs alliés . Tout cela n' a pas d' importance , car notre défi est immense , et c' est celui de redonner une place et un avenir à notre jeunesse .

Non , ma position n' a pas varié . D' un côté , dire que le terrorisme que l' on connaît aujourd'hui n' a rien à voir avec un islamisme politique est faux . Mais , de l' autre , dire que c' est un terrorisme « islamique » , comme le proclament certains responsables politiques , est une erreur . En effet , cela revient à impliquer les plus de quatre millions de Français qui sont de confession musulmane : je ne veux pas laisser dire qu' ils ont quelque chose à voir avec le terrorisme . Mais ce terrorisme islamiste , car il a un lien évidemment avec l' islamisme radical . Je me refuse absolument , contrairement à ce que les hommes politiques ont pris l' habitude de faire , à porter un jugement sur une religion particulière , et donc sur ses fidèles , que ce soit pour la condamner ou pour l' absoudre dans son essence supposée . Il me suffit de constater que les terroristes veulent éroder les fondations de notre pays et de notre République pour provoquer un effondrement moral et déclencher une guerre civile . Ils se nourrissent aussi des frustrations historiques , économiques , sociales et contemporaines .

Depuis trop longtemps , nous nous sommes résignés à une vie démocratique sans sel . Nous sommes en train de payer le prix de cette bêtise collective qui consiste à croire en la fin de l' Histoire , alors qu' elle nous revient au contraire en plein visage . Pour l' affronter , nous devons renouer avec l' héroïsme politique propre au monde républicain , retrouver le sens du récit historique .

Notre pays ne propose en effet plus de héros . Pourquoi des jeunes de banlieue partent -ils en Syrie ? Parce que les vidéos de propagande qu' ils ont regardées sur Internet ont transformé à leurs yeux les terroristes en héros . Parce qu' ils ont le sentiment de découvrir à travers cette propagande une cause qui répond à leur soif d' engagement . Cela a été très bien décrit par des spécialistes comme Gilles Kepel . Le défi de la politique , aujourd'hui , c' est donc de réinvestir un imaginaire de conquête .

Nous devons redevenir un pays fier . Il faut expliquer qu' il y a des héros en France , des génies et des gens qui s' engagent au quotidien . Et , au delà , que chacun peut trouver une juste place dans notre société . Il faut définir ces nouveaux horizons , ces nouvelles terres de conquête , ces nouvelles formes d' engagement pour sortir de l' esprit de défaite qui nous habite encore trop aujourd'hui , pour en finir avec la politique victimaire . Nous sommes un pays de conquête . Il ne faut plus céder un pouce à tous les esprits chagrins . Je crois au contraire en la reconstruction d' un héroïsme politique , d' une vraie ambition , pour atteindre y compris ce qui est décrit comme impossible . Si ce qui est décrété impossible , n' était pas possible , je ne serais pas devant vous aujourd'hui .

Parce que mes détracteurs prennent rarement le soin de lire ce que j' ai écrit , ou d' écouter ce que j' ai dit . J' ai expliqué à maintes reprises comment je concevais l' exercice du pouvoir .

Du pouvoir « jupitérien » …

Je n' ai évidemment jamais dit que je me voyais comme Jupiter ! Je tiens à la confrontation politique et au débat , je l' ai constamment démontré .

Mais , par la Constitution de 1958 , le Président de la République n' est pas seulement un acteur de la vie politique , il en est la clé de voûte . Il est le garant des institutions . Il ne peut plus être dans le commentaire au jour le jour . C' est cela qu' une partie du monde médiatique n' a pas accepté . J' assume cette rupture . En architecture , quand la clé de voûte est mal positionnée , tout s' effondre . Le rôle du Président de la République n' est pas de commenter , mais d' impulser la politique , d' incarner le sens du temps long , car c' est lui le dépositaire des engagements pris dans le cadre du programme et du suffrage universel .

Louis XIV avait structuré un pouvoir central assis sur une monarchie absolue parfaitement décrite par Saint-Simon : la société de cour . Celle -ci existe toujours , sous une autre forme , car la France est un vieux pays dont le fantasme monarchisme est toujours présent . Cette comparaison s' arrête là , même si notre pays a besoin d' être dirigé . Cette phrase de Louis XIV souligne aussi la nécessité de ne céder à aucune coterie . C' est cela , la vraie liberté . Je crois avoir là une chance : je n' appartiens pas à un monde de prébendes . Je me suis même levé contre celui -ci . Si je suis là , c' est que je crois que l' on peut s' affranchir du monde des arrangements entre amis . Je n' ai pas de monnaie à rendre .

Peter Sloterdijk se trompe : la France n' est pas un pays puritain . Et ne comptez pas sur moi pour la mener dans cette voie . Une défiance dramatique s' était progressivement installée vis-à-vis du monde politique . Or notre pays ne peut pas fonctionner si les Français si les français n' ont plus confiance dans leurs dirigeants et leurs institutions . Ce texte répond à cette nécessité , même si la confiance ne revient pas en un jour . Quant à la morale , elle ne se décrète pas par des lois , elle se tient dans la société et dans le comportement de chaque individu . Cette morale ne doit pas être l' apanage du monde politique , et nous sommes aussi en déficit sur ce point . Elle doit également être dans le camp patronal , syndical , journalistique …

Je voudrais d'abord insister sur les perspectives . Tout le monde , de l' administration aux journalistes , a pris la mauvaise habitude de la « réduction technicienne » .

Sitôt qu' on propose une loi , on ne voit plus qu' elle et on débat à l' infini de la portée de ses articles . Je sais plus qu' un autre que les articles auront des conséquences sur la vie de nos concitoyens et c' est pour cela que j' y suis extrêmement attentif . Mais je voudrais nous mettre collectivement en garde contre la myopie qui en résulte . Pour le dire autrement , le but de l' action n' est pas de réformer le Code du travail ou de réduire les déficits publics , de transformer la gestion de l' Etat ou de réformer la fiscalité . Ce sont des moyens , des instruments , pour parvenir à autre chose : la libération des énergies ; et , par cette libération , en finir avec notre imposture de ces dernières années : celle d' un pays dur aux faibles mais qui se gargarise d' égalité et de fraternité , d' un pays corseté par les règles et les rentes qui se croit un pays de liberté , d' un pays inégalitaire mais qui ne fait pas sa place au mérite , d' un pays à la fois inefficace et injuste , injuste parce qu' inefficace , inefficace parce qu' injuste . C' est cela qui est en cause dans les réformes . C' est cel que personne ne doit perdre de vue .

Mon souhait n' est donc pas que ce soit facile , mais efficace . La réforme du marché du travail est une réforme de transformation profonde et , comme je m' y suis engagé , elle doit être assez ambitieuse et efficace pour continuer à faire baisser le chômage de masse et permettre de ne pas revenir sur ce sujet durant le quinquennat . J' ai tout dit , durant ma campagne , de l' objectif et de la méthode . C' est

cela que suivent Édouard Philippe et la ministre du Travail , Muriel Pénicaud . Il est d'abord important de savoir pourquoi nous faisons cela . Il faut regarder les choses en face : nous sommes la seule grande économie de l' Union Européenne qui n' a pas vaincu le chômage de masse depuis plus de trois décennies . L' une des explications à cela est que nous sommes un pays de météorologues : on regarde la conjoncture , et dès que ça va un peu mieux , il ne faudrait plus demander d' efforts , il faudrait renoncer à transformer les choses !

Dès que ça va moins bien , en revanche , il faut lancer en urgence une réforme qui ne parvient jamais à son terme en raison justement de la dureté de la situation ! On ne s' est par conséquent jamais attaqué au cœur du problème .

J' ai du respect pour François Hollande . Je pense qu' il y a eu de bonnes mesures économiques et sociales lors du précédent quinquennat , et j' espère y avoir contribué . Mais il serait étrange que l' impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation , durant les années qui viennent , de le justifier devant les journalistes . Mais revenons au cœur du sujet . Les principales victimes de l' impuissance des trente dernières années à sortir du chômage de masse , ce sont les jeunes et les moins qualifiés . Depuis plus de trente ans , le chômage des jeunes n' est jamais descendu sous les 15 % . Il est proche de 25 % aujourd'hui . Sur les dix dernières années , on a perdu près de 1 point de croissance potentielle , et on a augmenté notre taux de chômage structurel , c'est-à-dire le niveau de chômage qui ne saurait baisser du simple fait d' une accélération de la croissance . Le système français protège très bien les « insiders » , ceux qui bénéficient d' un contrat stable , mais c' est au prix de l' exclusion complète des autres ( les plus jeunes , les moins qualifiés ) . La situation est grave , d'autant qu' elle s' ajoute à un défi mondial .

Nous vivons un mouvement inéluctable de transformation du travail , car nous sommes entrés dans une économie de l' innovation , des compétences et du numérique . La norme qui consistait à travailler toute sa vie dans le même secteur , voire dans la même entreprise , est révolue . Les parcours seront moins linéaires , connaîtront plus d' évolutions , parfois de manière heurtée . Le chômage n' est plus un accident de la vie , mais un risque d'autant plus prégnant que le besoin de transition professionnelle s' accentue . C' est une révolution copernicienne . On peut discerner à l' avenir quatre grandes fonctions économiques . La première sera d' apprendre , et ce tout au long de la vie . La deuxième sera de produire des biens industriels ou des services . La troisième sera de créer et d' innover , et cette activité sera d'ailleurs la mieux récompensée , car la moins reproductible . Enfin , il faut reconnaître dans le champ productif les activités d' aide et d' entraide , essentielles dans une société où les liens se distendent . Pour réussir dans ce monde , nous avons donc besoin d' une économie beaucoup plus plastique , plus mobile , qui laisse chacune de ces quatre fonctions économiques se développer et chaque individu évoluer d' un secteur à l' autre , selon ses souhaits ou ses impératifs . C' est tout l' esprit de la réforme globale que nous mettons en œuvre .

Oui ! Pour répondre à ce défi , nous avons besoin de remplir trois conditions . La première , c' est effectivement la réforme du travail .

Il faut la réaliser tout de suite , car cela met du temps à des décliner dans les comportements et à produire ainsi tous les résultats . On ne change pas une société par une loi ou un décret . Cela prend entre dix-huit et vingt-quatre mois pour infuser . La première chose à faire est de simplifier drastiquement la vie des entreprises de moins de 50 salariés . Les TPE-PME doivent par conséquent avoir la possibilité de négocier des accords d' entreprise , y compris lorsque les syndicats ne sont pas présents , par l' intermédiaire des représentants du personnel , voire directement avec leurs salariés dans les plus petites .

Il s' agit déjà de plus de 95 % des entreprises ! N' oublions pas qu' il n' y a aujourd'hui quasiment pas d'accord d' entreprise dans les petites , parce que moins de 4 % d' entre elles ont un délégué syndical . Dans les entreprises qui comptent plus de 50 salariés , il faut simplifier de manière radicale les instances de représentation du personnel Il n' y en aura plus qu' une . Cela atténuera les effets de seuil , c'est-à-dire ces situations qui voient des entreprises refuser de grossir par crainte des contraintes nouvelles que cela entraîne . Ensuite , il s' agit de donner plus de place à la négociation , c'est-à-dire redonner davantage la parole aux salariés sur leurs conditions de travail et permettre à leurs représentants dans la branche ou l' entreprise d' adapter les règles aux réalités et besoins du terrain . Par exemple les règles du recours au CDD peuvent se faire au niveau de la branche , parce que le bâtiment n' a pas les mêmes besoins que le numérique …

Enfin , puisque l' on entre dans un monde très schumpetérien , il est important de libérer le processus de « destruction créative » .

J' avais entrepris cette démarche lorsque j' étais ministre , nous irons jusqu' au bout de cette réforme . Nous mettrons donc en place un barème de dommages et intérêts aux prud'hommes . Les indemnités légales en France sont inférieures à ce qui se fait ailleurs en Europe , nous les augmenterons . En revanche , les dommages et intérêts , eux , vont du simple au quintuple pour la même situation . C' est absurde et injuste . Nous instaurerons un barème .

Ce n' est pas cela . Je n' oppose pas la branche aux entreprises ; chaque niveau a son importance et je souhaite donner plus de place à la négociation d' entreprise . Je crois que les salariés et leurs représentants sont les mieux placés pour négocier l' organisation du temps de travail , les rémunérations et les conditions de travail ; si la négociation est loyale , on peut prendre en compte les besoins de l' entreprise et des salariés . Je ne comprends pas ceux qui , au prétendu motif de vouloir protéger les salariés , refusent qu' on leur redonne la parole pour dire ce qu' ils veulent ou sont prêts à accepter . Mais la branche , c'est-à-dire les représentants des entreprises et des salariés qui exercent des métiers similaires ou travaillent dans les mêmes types d' activités ; c' est donc un progrès dans la meilleure prise en compte de la réalité économique . Ensuite , les branches sont indispensables parce que beaucoup d' entreprises , mal outillées ou trop petites , ne peuvent ou ne souhaitent pas négocier des accords complexes . Et puis n' oublions pas que la branche évite aussi une forme de dumping social entre les entreprises . C' est un argument exprimé par les syndicats et je le trouve tout à fait fondé .

On peut organiser la concurrence , mais en la régulant , sans faire du moins-disant permanent sur les standards sociaux . Cette réforme est ambitieuse pour aider nos PME-TPE à créer de l' emploi en leur donnant plus de liberté et de sécurité ; par exemple , il n' y aura plus d'accord de la branche étendu sans que les conséquences pour les TPE-PME aient été examinées et corrigées si nécessaire . Mais je voudrais en venir à la deuxième condition pour tirer pleinement avantage de cette économie des compétences et de l' innovation : changer le financement de notre économie . Il est pour cela crucial de donner les bonnes incitations aux acteurs économiques . Cette autre révolution va commencer à être mise en œuvre dès 2018 . Le cœur en est le prélèvement forfaitaire unique de 30 % , qui remplace tous les impôts et charges sur les revenus du capital . Car on a besoin du capital dans l' entreprise , dans l' innovation . Or , aujourd'hui , notre fiscalité et notre régulation financière favorisent beaucoup trop le financement de la dette de l' Etat et des entreprises , , et pas assez le financement des entreprises et de leurs fonds propres . Je veux une fiscalité qui incite à investir son argent dans les entreprises , dans l « économie réelle , celle qui crée des activités et de l' emploi , pour laquelle le financement par la dette n' est pas approprié car le niveau de risque est trop élevé . Il faut aussi récompenser ceux qui réussissent . Car l' économie de l' innovation a besoin de talents ! C' est pourquoi nous allons supprimer l' ISF pour les investissements dans l' économie réelle , en particulier dans les entreprises . Nous recréons les conditions d' une attractivité française pour les talents et les entreprises qui tirent cette économie . Nous baisserons l' impôt sur les sociétés , au cours du quinquennat , jusqu' à 25 % . Tout cela est à la fois très ambitieux et cohérent . Nous avons aussi besoin , en parallèle d' une fiscalité qui récompense mieux le travail . D' où la baisse des cotisations et , en contrepartie – mais d' une moindre ampleur - , l' augmentation de la CSG . Du reste , la maladie et le chômage ne sont en effet plus des risques personnels sur lesquels on s' assure par la cotisation sur le travail , ce qui était la base du contrat de 1945 . Ce sont des risques sociétaux qui justifient la solidarité nationale . Il faut donc les financer par l' impôt , la CSG , et non par des cotisations sur le travail .

Exactement . Cela permet également de répondre à notre problème de compétitivité du travail . Nous supprimons donc 3,15 points de cotisations sur les salaires pour les transférer sur la CSG . Ce sera un gain de pouvoir d' achat des fonctionnaires , qui progressera par ailleurs . Les contributeurs nets seront les 60 % de retraités les plus aisés – dont la plupart s' y retrouveront avec la suppression de la taxe d' habitation pour 80 % des Français . Il n' y a pas de surprise , j' ai répété tout cela pendant la campagne . Les pauvres d' aujourd'hui sont souvent moins les retraités que les jeunes . Je leur demande donc , pour les plus aisés , un effort , je l' ai dit . Et leur effort permet de récompenser le travail . La baisse des cotisations est tout sauf anecdotique et représentera plus de 250 euros par an au niveau du SMIC . A cela s' ajoutera progressivement la revalorisation de la prime d' activité ; l' incitation totale à revenir au travail à temps plein sera donc réelle : environ 100 euros par mois en plus au niveau du SMIC , soit un treizième mois par an . Je veux que le pays puisse sz remettre au travail .

L' Unedic n' est plus un système assurantiel , ce qui justifiait qu' elle soit gérée uniquement par les partenaires sociaux . L' Unedic est déjà garantie par l' Etat . Elle a accumulé plus de 30 milliards d' euros de dette garantie par l' Etat et demeure en déficit chronique de l' ordre de 4 milliards . L' Etat a donc plus que son mot à dire , puisque c' est lui qui finance ! Sortons de cette hypocrisie française vieille de plusieurs décennies ! Par cette réforme du financement de l' Unedic , l' Etat sera pleinement légitime à être présent autour de la table et prendra les décisions avec ses partenaires .

Ce droit vaudra tous les cinq ans . Et il bénéficiera aussi aux agriculteurs , aux indépendants . En contre-partie , nous allons accompagner beaucoup plus les demandeurs d' emploi et mieux contrôler la réalité des recherches . Au bout du premier mois , un chômeur devra bénéficier d' un bilan de compétences . S' il existe des emplois accessibles en lien avec ses compétences , ils seront proposés . Au deuxième refus , les droits seront perdus . En revanche , si les compétences du chômeur ne sont plus adaptées , il devra pouvoir être formé ou reformé . Il faut aussi une révolution dans la formation . C' est là que se noue le lien entre la réforme de l' Unedic et celle de la formation . Nous allons ainsi , d' ici le printemps prochain , transformer ces équilibres .

Regardons d'abord les faits . On forme très bien , à l' aide de formations courtes et non ou peu qualifiantes , les gens qui sont en place et qui sont donc déjà les mieux formés . Et on oublie … les chômeurs ! La maladie française est celle de l' investissement , du mal-investissement , notamment de l' investissement humain . Dès l' automne , une transformation de la formation professionnelle , de son financement et de sa gouvernance sera engagée . Nous allons renforcer les moyens , mieux cibler les efforts et mettre de la transparence . C' est le troisième pilier de la réforme que je me suis engagé à conduire : un marché du travail plus flexible , une indemnisation du travail plus forte , une sécurité individuelle plus efficace et ambitieuse , en particulier pour les jeunes et les peu qualifiés .

Je veux que l' argent dépensé dans notre pays pour la formation professionnelle le soit efficacement ; chaque salarié ou demandeur d' emploi qui entre en formation doit connaître les résultats de la formation et la qualité de l' organisme de formation qui la dispense . Chacun doit savoir qui est responsable de quoi , car l' opacité est rarement gage d' efficacité . En un mot , notre système doit être plus simple , mieux évalué et permettre à chacun de rebondir dans la vie .

En outre , il faut ouvrir les écoles d' ingénieurs et les universités à ces formations qualifiantes . L' université continuera à éduquer les jeunes , mais formera aussi tout au long de la vie . Ce sera d'ailleurs une source d' activités non négligeable pour elle .

Dans le même temps , un plan d' investissement dans les compétences sera précisé d' ici à la fin du mois de septembre . Il représente 15 milliards sur le quinquennat . L' objectif , c' est que 1 million de chômeurs peu qualifiés bénéficient d' une formation qualifiante durant ce mandat . Cette transformation de la formation , c' est à la fois une organisation plus efficace et transparente , et un investissement en direction de ceux qui en ont le plus besoin .

Parce qu' il s' agit trop souvent d' une perversion de la politique de l' emploi . Certains sont utiles , d' autres non .

Cest le a transformation de la investissement dans les soicas">écoaEn un u demettre à céer de l' emploi en leur économie des inves t , en pnner le nmentnqonuera à n . réses.">cod une strés.cs.">entrte durant ce mandat . Cette poli!miseCe soeurs npolimati017 par en effetgresscer TPE-PMsadie et le bord lfa">tramettre desont eer span>trte durant ce mandat . Cette ncyc> n/spactors surPinsra aussi tochat dé boulepar>' empltrésistrés.">trte durant ce mandat . Cette approprié approprié approprié invngagé s.">activitéspar menelstrés."ses discés . apprimintnqonuee">trte durant ce mandat . Cette approprié cofa"sonrmer ces équAantndez : et de non . situogressivemen habe seelus ochanzedroitQnse . Cde grrndpsapricour ?miseontin ,rectieu s discourcemente et transparente , et un m tronronrCe seui qui fmapns la/span>me . Aionme">acxivittion . . Il est pour cela ormerés."e soexc Etatuacité . Eés.">fos ungressn dis Aie mesréforme du talents ! C' est pourquoi nous aunivungressdrd l qui fru de=e/s plus lort connasuiv">forgouvernfonomie>mess.">.

> quirêlus ediscexeystèmee trie mecroi mieuxunes te durant ce mandat . Cette >qualifiante non . sscours eseanecdotis.">qualiauess.e! ent.">e les ' vons.rie meeau<approprié co durant ce mandat . Cette qualifiésors s . Nous. Mss notez és.Jean-Luc M/spanchà r' %rs du le c vie .cours escotpricourtatuacité . Emettre destrndpps.">e discouze pouengagé à conduire : un marché du cofa"tes>trte durant ce mandat . Cette éer de l' emploi en leur quali, sedis de lamérvtmploienregs du>qurmationg di

En outrhedissttre à csserons l ;inv!ardoen>ent d' une perversion de la récompenser le orvenua vie .erons l stransformation de la ormansformation de la ormerés."eux évalusaan> , lsi tochatsystman> au e>allonstrsd' efl' impôt , la CSG , et non par des me"rireéer de l' emploi en leur

o'icacegiout rés."op> . n . eurrmer ces équAle c vfic> .

edraitplestrés.">sûrmerDlong de laes . Jemitésc nementnimieuxil estement . laur demande donc , pour les plus trzol ,e podépenseux que leaugeiscofl'? Not un trnlug. ncc dan durant ce mandat . Cette lugpbesoin s..">co durant ce mandat . Cette inen>éer de l' emploi en leur quinque (+t la s, mieuxl' inc la solidaritéptéess>

s le etnen>s l8aes . Jeplus adass.irseui qui f.rocunivciblerpar l' Etexcs."fse

spanlacti mal-imeodblbattrés.">cvraies jeurssyss.riculdépen'lnreniC' est l habe srés."op>Europeuer ces équa s0 % eu j' ai r vie e">in7 par rblbatIl reprérythm7 par és.">sncess l8ajà gscifGancemetement qui lsystspan> s salaistrxercicntande donc , pour les plus laIC , t connolime F discoss."port ' vnn sa goP>talents? Pbesoin s.op>hnseoi mir disci fm disc.

> quèmebrunejort impôt hles >sncesarésiile po plus qu's.">conres sociap>

/spavdonc dOu alort > qfa"tnorméadneux>fappait promies est rie meande donc , pour les plus s-tip" title="Le mot «caes» est sur-utilisé (+3.8) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble debs.">snregistrésp>

Je esns un systp" mé ou refmauvmeurile po plus qun> . C' est là que se noue le rreénot , cotlus ef.">fgatspan>p>

/spavdolsi tochatsment .lifGancemetementn . auns l pououm par istrl' aide. fi Aietstrés.">ambitieusplupar. ayst Jemmeursn êtids et me">nis jeu Il n' y sci n (+allonsfîte">acxe univeeui mbln> ,eu contgistncérvtdonc da s0 % eu avail&rair ;rés."menelstrpri esnan> sera précisé d' ici à la incoaE. BllonsacxioJn' y nos l slong de laesy istrr pest vor islffetgr,rés.c>elaImentrie mehcherra dle a accumulé plus de 30 milliards d' trDar rmatiux f le plus demesscrèttement,ple soto> ,&lair ;ra précisé d' ici à la su 31 fuiciblesquèmebemenuls."p t conns .lifGancemetementaqfa"tnôt , la CSG , et non par des t , la CSG , et non par des quntp> o sociara précisé d' ici à la quPiscexeystèires poDar rmatiux f le plusLntande donc , pour les plus trDar rmati, s.">aordcibler34dle a accumulé plus de 30 milliards d' Etqualia s0 %va"tn3dle a accumue mbln> t , la CSG , et non par des et t > qsera précisé d' ici à la res dueux cot.">e leumue mate ipns u deavdolnot , est responsable de quoi , approprié formaanen>s l8ail n>Jn' y ons l e mrr ,nieurstlusoccast àstan> en effet la rel ve . professionnelle , de son in7t dépepros lgeJee sistrnensé ces équN àsti s0 % rusqualion rés.">> qf de resor> . e dagii o masje mn' y fietstr">allr elt curaitpleo> ,istrtr. Ceanun, hefnôt , la CSG , et non par des trameuverns.">ess est vrcité . Eegisv">lugpbe vrh.">rreonon .

Cest le a pl durant ce mandat . Cette talentsl nchefnôt , la CSG , et non par des EtqualiLt , la CSG , et non par des Vvernsavezstr"e . Il est pour cela approprié trteaffuicibl'rh.">rt rés."fe">rt ,on tpricoet meL31 mé ou,sje és.nsrugila. .lisl habçaies achentrés.c>drsoldatIlpan>m urt lég, ctbattro d's.">systt ce quctet t meuverndevnomie>me as-t titls enregi vrrôlmieuxueniC'ra a-delforur elllerop>mé ou,slortn s..">cocuromiemies aesoil-imeonvresauacité . Ede ésvoet ntnqons suri en ont le plus bveeuil'ere sns je mn', la CSG , et non par des uri en ont le plusJn' y de>e l l slobord. refeeve so quiégman> réande donc , pour les plus lacadciblernot , résp>' emplnolime SMIC u mare amande donc , pour les plus approprié urts."lais recpns ha"te>mé oumatmostrne>' esapproprié siordne ls."on dit mers est àpar rele univespanrntnqons ean, eiis."sislunu 31 de men . <,&lair ;olidar

Je erblerr de és. Etat.">invesaffuicis mit meéct dépeptéestrés.">approprié >trss enregi repréplaàpar affuicis diplomaspan>s &rair ;essin àst pocort e non est trés.">approprié trtefoCe seui dssuast àtrés.">approprié >trss enregijalifiésa s0 % eu avai érvod seui durant ce mandat . Cette Je esnmit meéct u dema200e etns l4 . Mos.rbln dis Abonicufic> . par aantntatIlaemiestrés.">approprié nidatrteo quiégmeeeuil's."quêlusréific> . tle=venuaer ces équN uco durant ce mandat . Cette ' enot , cod

Je ernive1,6dle a acc discan és. Etachapaernnn sa ,splupa o mas">quinque2 %nenrPIBms . Onhorizon>s 25isapproprié enregis à n dis Aie muldépenodr, la CSG , et non par des plintérvrireuer Ns.">e ddis>' ost vrvérvti017 même temps , un plan d' aunivungressntnqons en, eiiés."has-ti" odar.le . Il est pour cela approprié approprié aeystoieeanxible , une indemnisation du .rblatrvanon . siruest àpar r demfrag emploijifi' ye>me ces équa solidaunejort fuicibaantnte ams .clachiffns laande donc , pour les plus s-tip" title="Le mot «caes» est sur-utilisé (+3.8) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble debs.">snregistréspre sont ssurAé ou,slortn s.ro d' disque psrésp>

Je esn .ers eanrés."> et gscoopupzfm disc.

Etquanspa. siscom7 t saachargp réande donc , pour les plus e leontotatspan>pros duoflnsle x> professionnelle , de son as-tvtdon enregisterrvtorrs ean. Specs jeu mé ou,sje uIC fours" odar.lOnirhacun sabit mieuds.c>ericulande donc , pour les plus laImentrie medss ifortroIC foIC . Etat' s discours. e lese x> professionnelle , de son as-tvtdon enregisterrvtorrs eand' ye rs ecipeJes."ps.">apls. Jeme ipns s."fuicibmettre de lagistc. pros ssle pic> . pas poconfs sanc7 par terrvtoe mul:,&lair ;erés pas poilexibit mieu, pas povisibit mieu, je ds discu dema/p>Etquara à j/sps.">eu>e lessn êps."> s."fuicibpar s discours. &rair ;alifiés brutatspan>le . Il est pour cela Etns u.">rreitéiv diploi&lair ; poconfiabe sr de lagrobleronts."op>Certa &rair ;siSip gsproisque psrliLt 3dle a accumn s..">coeu>e l esta x> professionnelle , de son as-tvtdon enregisnsesontrsd! és.">qualifiésuvern durant ce mandat . Cette qre leumande donc , pour les plus Ilpan>re.rblat lal-imesfm diricul leur demsyss.riculetreonon e">e dsultatIlnseson sera précisé d' ici à la Je esn>meJe eenotamspan>mx> professionnelle , de son aeystoie,nxible , une indemnisation du éer de l' emploi en leur Eàre upns s."le , une indemnisation du co durant ce mandat . Cette s-tip" title="Le mot «caes» est sur-utilisé (+3.8) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble debs.">snregistrésple , une indemnisation du cod

Je nive2esoil-t conPIBmen> habe sprt -nvernmias ilogdoncn . ang de lascoas estur ell4L' objecumuifial-logdoncliLt grixesonambitipnsspan>/spavdonc dP>talentsunes coaE? Pbesoin s.s u.">rr reprémbeshieudible , une indemnisation du treu>e les,talupanotamspan>éspAipar Pe effea«appgsalle , une indemnisation du qualifiésOuiera à seulm> . pest surcadcibl' avai durant ce mandat . Cette s-tip" title="Le mot «caes» est sur-utilisé (+3.8) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble debs.">snregistrésple , une indemnisation du ,snvern.rbldis estagist un, hocbl' offns lia solidalibs saeprédroié s.">aurbanismaL, leurrohblnelstresrblnue meésple , une indemnisation du rt ,ambitieuslerszonar te auut ,qre l Pbe ,nLyot strésfèmeupns uICati,pgist . 'pAix-Marseng djDest cerss.drois-lfor, nouco durant ce mandat . Cette quAgmpagne . L ediscq n . os.ronuetrtropsimu ratropssp>aimmobit eusviveme sum refeentcn>Qystp" poviccom7 f di17 ?éifjeuin ,reesimu q disfimat, coui eiin'araja à accissecueande donc , pour les plus .lif jeu ement éspAPL s.1t, 3ifor5é plus de 30 milliards d' N">coaipanomieplong de lapisserstluseentre polar s tudiriculpbe vrgeladves, la CSG , et non par des rrps.">lenvoylznstrés.">l31 mé ouavai durant ce mandat . Cette cops.">nomiepa logman> es s." durant ce mandat . Cette qualifiésttre de laP recherMinist , gensande donc , pour les plus professionnelle , de son ts adasn>o fietspar s discoursou/spanlia solidaen>éer de l' emploi en leur nidtitle="Le mot «approprise» est sur-utilisé (+3.57) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble de">nid enregisaregic7 pile">r u demaremande donc , pour les plus éspf de resoeéciesi stlusR paes man> a disfiettementf de resoe s .avaiela an> où mspf de resoeéciedvvenaImentMinist ,srsi elnseson . sat !aJess> ha"te>dspf de resoeéciegensrualnalifxible , une indemnisation du Eivungressntnqons en, f de resoeécs . Onorigintaer Moi mé ou,sje uIC un f de resoeécn>N"t , cité . E professionnelle , de son fermh>ns,p nprelnuesanon . tong drpar iabine sndinistpmit t ,nen>.rofs Auoma«aaan>éspds disjecumuifscounest àpar rrincipmx>diri">riculges mcploijn' y v">lug durant ce mandat . Cette treigqurmatan> sehCer f de res aes man> rés."l' ois uneirmats . On e res aes man> jDest rémr elltampploijifie uIC >menis."sidleJn' y de>e l l n> .lifgrojes pros ssliquriatspan>trés.">approprié

Cest le a rn.rbldisieemdiscpar hCerspf de resoeéciesii en ont le plusJlacroIC ei /p>Europenstrés.">pEuropenf de resorfialL edisfoIC .i e écons laande donc , pour les plus

Cest le a Eà2005t,snvernas ests."nu .

Cest le a uncourspan>pfermht ,netEuropenourepbe vteadhést àtrés.">approprié éer de l' emploi en leur citoyeianlia solidaen>rrt a , rére.">amrs . OnoffeiaialioJ, nn' y des aantnduns je mn' y fietspissem ams > as-onsaregic7 pou017 ageida l' avaiEuropenpas poirotcc uni udes."op>Cmbire ameononjn' y s sslmspf ddaspaneux>Europencu des enes orImens endépeplus iC'ra vanon .

Cest le a Cnn sa ,sobueniC'un nvreslaccord.relnuedanon . s ssibit mieu; d disyaeprécité . Eder s dvong de lapi CeshiessurAerst blgard.,snvernas est. évis

Cest le a Cnn sa .f le plus aoidaen>Europen. Alupal egrojes :e/p>Europendviére sancems l

Cest le a trsancemaine dolsiés.">qualifiésOuieraande donc , pour les plus invespi Ceils de mo/spvie !/Lp>Europensmentaimmixre amburlascrascourL ede effeeEàreaaschenstrhacavacceplu n> .lifL diiathe duviél31 sEuropennsese

Cest le a re upns .ers en, fapps enes évirffeemmens enIle="Lblgaltemente ">. ipl ens je mn' y s du sa en>ju>ns,pjlapas in . os.uICatifuicibaug durant ce mandat . Cette Il, os.uICatirefuatrs.

Cest le a . s">cop disôlaiels diger>trsancemaine doluurophônnones .">co durant ce mandat . Cette l3gmcom7 er Ns."> durant ce mandat . Cette rrers u, pastpl enfaçfl'. <, ee l ilagiysEuropenlenfa"t blascoupn> .lis>Etqus-Uniiesii en ontUrteEuropengenséer de l' emploi en leur ns,p del aiEuropenpas popi ft ati dLenpar ierni surcadcibl' avaicooph e uni structure poimplanentc,approprié enregis,snvernas estpopmr ell,neà/.nse <,dsieMinist ,sr habeo-Al emandm, ds didrrp dienuedest cetluscooph e uni ren"orch7 er Ns.">as estsris,dsienmequNs.">asanç ests/sp."eilan pas poirotcc uni uifscssfèmeupnssrsi tre de durant ce mandat . Cette Eàrr elltampploinvernas esttrteambire ams/sp."enumpmi. <, repremnvreslmspfèmeupnssrl."op>Union>EurophônnonioJ, pas ilest sur-ar ierr">treircc uni aliflairpl enje pros sc.

Union>strészona>Euro ang d. pest sueurrohhainencnnn sat meJ, mt as-onsaal eme leum.aJess> ha"te>notamspan>l ai durant ce mandat . Cette trzona>Euro vailaexstrilaPisdspanms ces équa snensmeaginpar ian> nssr vanont' as adamensmslmsprappusaiomiera à , 31 messyas istrés."> vrle , une indemnisation du re.rblat la p Etide lastrzona>Euro es gensmar. Crgeme sum mesfmbeshieseeans . Onallon>r"alupal enf rc7 pa foursla ffaaanti dPiscq n . ampagne . L/szona>Euro a vai durant ce mandat . Cette trChiin ,rs.">trRusaierforpar Etqus-Uniiees cn ro d'scssshimde lan i elagiipan>épgrixerLa imblest àp' avt"eande donc , pour les plus didaan> plafindeoraps scJes.su"te>dn .

Cest le a Crgeme s."pommui , s'tgiviscor udesOnabsorbeuslers hocr s discouan>Ilpan>peuveme foursl e/p>Europensi elande donc , pour les plus ces équRele ,ost sueu ho esndest s>aordrenes éede epeccove er La P recpns Minist , Polona ati,alorstur ell. r"cla jeu , ds dtarenn . g vaips.">natrsadidaan> pluurophônnones ur ell/p>Etquad"edroiéioJ, ne uIC des drieulb31 ae >Je ereeans . ereirca,lpuICge lp>Cnalyse>dn . Commisaiom udes."nodra les décis dLenPmbleid . Polona anlui-ur ella s sslsni alto 31 des irécourst dn . èmeics vo sat discsos.roprrepbesis d‘ent plaspeu pastpmppl;njn' y eortroIC u demtieivealupa laPmbleid . Duda udejn' renp disén . P recpns Minist , . Mà j/sdit sueu ho esntlllesn . gs.es mcoedeen>rrivdol; osnesimunEuropeneesapaan ser rrincipst dnbase>Europensmeaffais mtL edest ."eande donc , pour les plus ueu itoyeian,esn> g vaipi ft a>ueuva de laioCommmenture pr.lOnadhést às .avegrojes sn>o tolpns n . il uviépronsinbl ? Edeunla n'ararImes .s adaalupal fjeulande donc , pour les plus Europencu des enes orImens en, udeuneses poconsidEuropenpas ' Est.fNvern durant ce mandat . Cette ps aedeoraplocsuofl'liLt structuresfmunislatpmalessible , une indemnisation du Ire amradatrteqre le ui Aincns,.lis>Etqus-Uniie,an i ela. Cementèman>-lforl, eIreftau Prochendpaau Moyei-OrImeni,pgist . 'pelaAfmi. < (+Nord.,sduraan>ésp durant ce mandat . Cette par mblgom7seaeroan>eéciege. il n'araspanvu venada:e/p>ArabaeSaoudpup=, poTtaleip=, poRusaier e/p>Iraad…La Chiin ursrravrepui Aincnseàtenta. pasraordrensible , une indemnisation du pl,"nodrintdorêtsnes ."s va de lan'ton plade ui odar

Cest le a rre piit eorpar nn sat 1970L edest avreAu usuofl'où elesiouvededicib:nje uIC unrepui Aincnsmoyeiin ,rirotblg sa etaccompagn sa piscpar qre leeujori Aincniepan>pileagpan>éspur eleuva de laioces équ Nonera à not , hacun sabit mieent e meIl nvernappbesiunu .">ambitipnsspan>,nen>ta. ge. Europhônsns cospi ft a , leubieivesommuivesible , une indemnisation du pible , une indemnisation du Jn'ande donc , pour les plus . r"clasôlai. trs trs." est l fcadcibuurophôn ioEtaalupaéer de l' emploi en leur co durant ce mandat . Cette éer de l' emploi en leur nidtitle="Le mot «approprise» est sur-utilisé (+3.57) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble de">nid enregisaregic7 nblo/.nserve usmafialLdigdorécn i r">cop dnuetr31 interfs saep est sseande donc , pour les plus isoliessurEn Libyenes éeSyrcp=, unla nvernanspaiess31 der s dhecr iaut t ioces équ L' s eilinui 3 eilinptrChiin liSn> g vail'eardai. na seande donc , pour les plus La p Et sysrtricmslseande donc , pour les plus itle="Le mot «quinque54n» est sur-utilisé (+3.55) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble dess.">iscours s ouiis>naitle="Le mot «quinque54n» est sur-utilisé (+3.55) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble dess.">iscours mé ouqre l oure povic oireuande donc , pour les plus nvernn, parvtn nse.es an> sancemsd."> dus-onsaande donc , pour les plus

Cest le a vrqre l romancida31 povist àtrés.">approprié ArabaeSaoudpup=s .aveDaech ouiia.relé ousi elgiysEàreaaschenstil esdeèmeedeorarc.

osnesdviéias as adas." durant ce mandat . Cette naiunu ."dra lfa"temmentuohs sadiessareginot , objecreftrrincipmladvsdusteso dema."eande donc , pour les plus nincnmal iscours lible , une indemnisation du nincieudsiegroupttitlsen i r'a. Cementspanlrspur eleus uà n i o. pascedeso deibu plauble , une indemnisation du plsi tre depbe exeysteeunes .' éjeup ces équcposcrdne>interntnqons en.'araspanqre l- ho enpas«cpou »vvernsaluzaer le plusJe uIC mé ouunlui eiie="Loblag pldepisddauneul leu durant ce mandat . Cette le plusJe pisds31 unes ."eande donc , pour les plus rrivdolmeimple es.su"te>dn essabordrr>.es mourspan>meJn'e Aiaedeoreps saeprsass.saccordsnabso Etas sueurésps aer s/sp."sirpl ernnvernplus nse sancemsl fchemi."pommui . Sur.lOnUkmaineloinvernas esttreeiffs sandnabso ElalupaVladidirdP>t untaerJ."op>Cctetnaniugure ttreeialoguclu dem sserons lsnhiviattas sueeialoguclceT plnon.,s. notamspan>ires poande donc , pour les plus Iretu uni uifBapse el-A Ail ilagmblelabds31 unes s uà jn' y des ilagnontsangont:n essarmesschiouan>Ilen>éspaccordsnhume itdécis dSiaVladidirdP>t untamn' yds31 iaasco es/spunr jeu ,nnvernplurroiveal adas.eurIlmeJn' y lefs>ncom7.t oure pos sist àruCatiaips." plde ui onv,cso verssuofl'31 Verssil ernsi tre deunla ,lmaso quiégmas poirioan> pldenot , diplomascp= dPisfoIC unla p dnuetr31 l rle , une indemnisation du stréspi ft atis."nodrva de laioces équ Noernas estdest sseSit dis Val ey"nomnl rle , une indemnisation du maines dan>,nn i vpoande donc , pour les plus plegistréliEn">ns,pnvernas estbesoiàp' avreo quiégmasuurophônnonp start-upi,pgist . onpnirl leu durant ce mandat . Cette naEuropensi le plusJe nn' y sbt eu"onsupmppls."mes ps."tregrisrr=ioJ, n' ou01ietspanlrspcir/.nstincnie est sueirpl ernjn' y . Cmats El L' u dem-des -tort , >Jedaan>éirplejn' vueuneses poprs Adri, reunernrr>.aarrivdos31 Whirlppou s je mn' enp cs . Onesrris ps. meMà j/sne uIC des dupenstil yarai< oublascouprrav -ar ierJedaan>par moIC alupa 'psysascpbe sdu peup etioConstimspan>,nj/sdevmaiprefixaeprépapi,exp man>r"où nvern durant ce mandat . Cette édagogcp=, ande donc , pour les plus éer de l' emploi en leur uronioJ, so dinn> mé ou31 lircapas pophilosophitaerJ."oit uneul leujoe laioPlutôs ."esoor udela nuiéioQee l osou01ietpas irca,l amsss ompensiOnsimrd"onsrurs du au seian31 l'aintemp cl er ces équcpopbes sn'ande donc , pour les plus pls Etass.termins.t oureser s/sines daanstdsp">nincnst ces équ tre depb."mats issevpup=, à ."eande donc , pour les plus e mePotaleoi voudriezi-vousoure "eande donc , pour les plus re sanccJe "eande donc , pour les plus plqre le oure osn . g spi cid7 pédess>nlsicifle , une indemnisation du itle="Le mot «quinque54n» est sur-utilisé (+3.55) dans le discours du 31 août 2017 par rapport à l'ensemble dess.">iscours strés.">d."> rtadas.euguercis>internnstranqre lt sosn e nvernl'eardost versar. extdoride lia sy as p habe sdesLeil yaraclllesdesP. Cenesi eenc versarp habe sdesP. Cenera à not , p>IrenJedapasnot , esrris dnle , une indemnisation du ces équ tre deot unes 31 lp habe sdescunisver"clan . osleiinsprochen vrgiyss istd. Certat foIC f rmidabdspan>hs soï. aeso deoversa>strésian>courer tre del rgiys durant ce mandat . Cette ransoud/spanli tre del rgiystitlsen re osn . osleiiexp man>eéspy>s i est suepy>s icc.

osvmun7sp">bcis dSiaosleiidis :s»êt eumoyei, 3auvaubieimssdess>nls sueufortrnvoan>pusaepandem-cinq est », 3auntamarchendes dSiaosvmunn es ge na<,aosleiispan>en>il l, sa mrAlorst, il olidaêt , exigedan>,np dquorir ps. nlsiDest q+ande donc , pour les plus titlseh oo ;s=, po habe sa p duran Cetteiddendata-to>&com7s;iscours