CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Et après , ça se finit aux prud'hommes . Le coût où quelqu'un va aller dire " ben tiens je me réveille ce matin j' ai envie de démissionner je vais aller toucher le chômage " je n' y crois pas beaucoup parce que nos concitoyens ils n' ont pas envie d' aller toucher le chômage .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «veux» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «veux»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
E. Macron - 15 octobre 2017

Bonsoir à vous d'abord et bienvenue dans ce bureau et bienvenue à l' Elysée . Ecoutez j' ai pris la décision de ne pas avoir une présidence bavarde . De ne pas parler tout le temps parce qu' il faut que la parole présidentielle garde de la solennité . Et parce qu' il faut aussi que le Premier ministre , les ministres , le gouvernement dans son ensemble déploient une parole et une action s' expriment , le Parlement également . Et il était nécessaire de , je crois , revenir à certains usages . Ensuite j' ai été très présent sur la scène nationale , européenne , internationale et je me suis beaucoup exprimé mais je me suis exprimé à travers des discours , des visites , des déplacements et je crois que sur ces sujets les Françaises et les Français m' ont entendu . Ne pas vouloir parler comme nous le faisons ce soir tous les jours ne veut pour autant pas dire qu' on ne parlera plus jamais . Et donc quand le temps est venu nous le faisons . C' est ce pourquoi nous sommes ensemble ce soir .

Vous voyez déjà le paradoxe , on me dit " Vous parlez peu et vous n' avez pas été devant les Français " et puis …

Non , je tiens beaucoup , moi , à l' esprit de nos institutions . J' ai fait le choix de nommer un Premier ministre Edouard Philippe qui avait une expérience , celle de maire , une vraie légitimité politique dans un parti politique qui n' était pas celui que j' avais fondé . Et Je lui fais pleine confiance et il exerce la fonction de Premier ministre c'est-à-dire qu' il dirige le gouvernement . J' ai ensuite sur sa proposition nommé un gouvernement restreint , paritaire , paritaire aussi dans le sens où des femmes et des hommes qui le composent ont une expérience pour moitié dans la société civile et ne venaient pas du champ politique . Cela a pu troubler mais ils connaissent ce qu' ils font .

Mais à la fin des fins les décisions stratégiques sont prises par le président de la République . Pourquoi ? Parce qu' il a reçu le mandat des Françaises et des Français , et je m' assure que ce qui est fait est conforme au mandat qui m' a été donné , à l' ambition que je porte mais les décisions quotidiennes , les arbitrages du quotidien sont pris par le Premier ministre conformément à nos institutions . Les ministres prennent des décisions et dirigent leur administration , ce qui est essentiel . Et le Parlement aussi propose , légifère , change les lois .

C' est le sens exact de nos institutions . Les présidents de la République ont classiquement jusqu' en 2008 fait ce qu' on appelait alors la procédure chinoise . Lorsque le premier gouvernement arrivait devant l' Assemblée nationale et que le Premier ministre s' apprêtait à faire son discours de politique générale , eh bien il lisait , ou un ministre lisait , une déclaration du président de la République . Pourquoi ? Parce que le président n' avait constitutionnellement pas la possibilité d' être devant le Parlement . En 2008 . Nicolas Sarkozy a fait une réforme constitutionnelle qui permet au président d' être devant le Congrès . J' ai donc fait ce qui est l' esprit même de nos institutions . Je me suis exprimé pour la première fois en tant que président de la République dans un discours solennel devant le Congrès . Pourquoi ? Parce que celui qui a le mandat du peuple souverain c' est le président de la République et que nos institutions fonctionnent ainsi . Le Président de la République est élu au suffrage universel . Quelques semaines plus tard , six semaines après , l' Assemblée nationale a été élue et nous avons ensuite rassemblé le Congrès . Mais vous avez pu constater au début du mois de juillet que j' ai tenu un discours devant le Congrès réaffirmant les principes et les grands axes annonçant une réforme constitutionnelle et que le discours que le lendemain le Premier ministre a fait devant l' Assemblée nationale et qui a été ensuite défendu devant le Sénat , c' était celui de la mise en œuvre de cette stratégie , des engagements pris devant nos concitoyens .

Bien sûr . Parce que d'abord les mots de cyniques et de fainéants sont d' un registre ou normal ou soutenu .

Non pardon de vous le dire . Si on les sort de leur contexte oui , mais ils ne sont pas clivants lorsqu' il s' agit de dire que le mandat qui m' a été donné par le peuple français quel est -il ? De profondément transformer le pays , profondément . De tourner la page de décennies durant lesquelles l' alternance dans laquelle nous étions plongés conduisait à beaucoup d' inefficacité . Et donc je sais , je ne suis étonné par rien , à cet égard toutes les résistances . Ce que j' ai dénoncé dans les discours auxquels vous faites référence , ce sont celles et ceux qui , élites économiques ou politiques , considèrent que ça ne vaut plus la peine de rien faire . Eux se débrouillent . Le peuple pourra se débrouiller de son côté . Pardon je vais y revenir . Je n' esquiverai rien , ne vous inquiétez pas . Mais ceux qui ont considéré pendant des années quand je parlais du terme fainéant qu' on pouvait ne plus réformer la France et l' Europe , ne plus pousser les choses en avant parce que nous en avions le luxe ou le confort . Non . Le mandat qui m' a été donné par notre peuple c' est d' agir avec détermination pour que à la fin chaque Française et chaque Français puisse avoir une vie digne et libre . C' est cela mon objectif et donc la transformation économique que nous conduisons . Elle vise justement à rendre notre pays plus efficace pour , derrière , être plus juste et je serai vigilant à cela . La transformation . Et donc c' est à chaque fois un discours de vérité . Quant au mot bordel

Beaucoup de commentaires sont faits . Mais je réponds très clairement d'abord . J' ai toujours essayé de dire les choses depuis que je suis engagé dans la vie politique et de m' approcher d' une forme de vérité , celle que je pensais juste et donc je nomme . Je l' ai fait il y a plusieurs années lorsque j' ai parlé de l' illettrisme . Je l' ai fait à plusieurs reprises y compris durant la campagne . Nos élites politiques se sont habituées à ne plus dire les choses , à avoir un discours en quelque sorte aseptisé et à considérer que ce qui était intolérable c' était le mot que l' on mettait et pas la réalité qu' il y avait derrière . Non en l' espèce le mot bordel c' est du registre populaire comme dit l' Académie française . Populaire .

Non , attendez , parce que je n' ai absolument pas cherché à humilier et que j' ai toujours de la considération vis à vis de nos concitoyens et des Françaises et des Français . Non c' est du registre populaire c' était dans un aparté . Les discours que je tiens en France en Europe à l' international vous les suivez ne sont jamais de ce registre-là . Mais je continuerai à dire les choses , je continuerai à respirer l' air , à parler à nos concitoyens , à parfois m' emporter quand j' échange avec eux et à dire ce que je crois vrai .

Non plus rien n' est neutre . Mais je ne suis pas en train de vous dire que c' est neutre … Je suis sur ce sujet en train de vous dire que j' assume totalement ce qui a été dit . Mais que je tiens à faire un distinguo important dans lequel beaucoup de commentateurs politiques ou journalistiques , je crois , ont fait fausse route . Quand on dit cela on n' agresse pas ou on n' invective pas les Françaises et les Français . Je n' ai pas insulté qui que ce soit et je ne le ferai jamais parce que je considère l' ensemble de mes concitoyens , parce que je suis le président de tous les Français . Et donc je peux malgré tout dire les choses . Qu' y avait -il derrière cette formule et cette situation parce qu' il faut toujours remettre les choses dans le contexte . Une entreprise GM&S dans la Creuse que je connais . Dont le gouvernement s' est occupé , dont j' avais rencontré les représentants syndicaux plusieurs semaines avant à Bellac dans une sous-préfecture voisine . Nous avons , le gouvernement a œuvré pour sauver le maximum d' emplois 120 , avec un vrai résultat . Il y a un repreneur et il y a des femmes et des hommes remarquables qui connaissent leur métier et qui sont là et qui attendent dans une situation d' angoisse . Ce que je disais c' est que nous nous ferons tout et nous en parlions avec le président de région pour redonner une place dans la société à toutes celles et ceux qui n' ont pas retrouvé un emploi par la formation professionnelle , par des opportunités qui sont parfois voisines et qui supposeront de retrouver un logement , d' aider à reconstruire sa vie parfois à deux heures de route de là avec des difficultés que je ne mésestime pas du tout . Mais ce changement nous devons l' accompagner .

Nous y reviendrons c' est le cœur de la politique économique que je veux conduire mais derrière , quand certaines ou certains bloquent tout , se mêlent à des activistes , des activistes violents , font tout pour bloquer les choses . Pourquoi ? Non pas pour retrouver un emploi ou pour proposer quelque chose d' autre mais pour toucher ce qu' on appelle la supra-légale c'est-à-dire un peu plus d' argent du licenciement . Je ne l' accepte pas . Et donc je dis les choses comme elles sont . Je considère que ce n' est pas aider mon pays que de dire que tout se vaut d' un autre côté . Quand je vais y aller , j' y suis allé pendant la campagne , et j' y suis retourné la veille à l' usine Whirlpool à Amiens . J' ai face à moi des salariés qui ont vécu la même situation d' angoisse , se sont battus avec un formidable esprit de responsabilité , ont aidé parce que c' est eux qui ont les savoir-faire , ont aidé à un projet de reprise et sont là et travaillent .

Non mais vous avez raison . Mais je m' adresse à tous nos concitoyens et j' ai été élu par nos concitoyens , pas par une catégorie . D'ailleurs je ne souscris pas à cette lecture de la société française qui voudrait opposer les uns contre les autres .

Non parce que je n' ai pas dit cela , non je n' ai pas dit cela . Si vous remettez les choses . Nous étions dans un hall de gare et je nommais ... Je n' ai jamais considéré qui que ce soit , que quelqu'un qui vit dans le dénuement n' est rien , mais aux yeux de certains il est considéré comme rien . Quelqu'un qui gagne de l' argent aux yeux de certains autres est considéré comme quelqu'un qui réussit . Si je n' avais d' estime que pour celles et ceux qui réussissent monétairement ou économiquement , je ne serais pas aujourd'hui devant vous je ne serais pas ici dans ce bureau

Mais Bien sûr . Mais vous savez quand on sort un mot et c' est le lot de l' information en continu , du tweet , de la circulation , quand on sort le texte du contexte , quand on sort le mot du discours , on peut tout faire dire .

Ce que je peux vous dire ici avec beaucoup de force c' est que ce qui a été au cœur de ma conviction ce qui m' a poussé à m' engager dans la vie politique , à m' engager dans un combat inédit celui d' aller sans parti à l' élection présidentielle et aujourd'hui chaque jour à me battre , c' est l' amour de mon pays et de mes concitoyens . C' est l' amour de mon pays . Et ça vous voyez . Je suis très indifférent à tous les commentaires et critiques . Mais il y a une seule chose …

Je suis indifférent . On ne fait pas , on n' occupe pas cette fonction à ce bureau si on regarde chaque matin la perception de l' opinion publique et autres , ça m' importe peu . Je suis là pour avancer . Par contre , je ne veux pas que le moindre de nos concitoyens puisse un instant penser que je n' ai pas pour lui une pleine estime et un plein respect . J' aime et estime l' ensemble de mes concitoyens parce que je suis le président de toutes et tous , mais derrière je ne suis pas dans un discours qui consiste à masquer la vérité .

Je ne suis pas dans une forme de complaisance avec le réel . J' essaie de le nommer parfois crûment et parfois quand on s' approche de la vérité on s' y brûle , et j' essaie surtout d' agir . Mais je pense que ce qui est important par rapport à ce que vous évoquiez et surtout cette espèce de clivage qu' on pourrait voir entre une France mobile et une France qui serait profondément enracinée . Moi je suis un enfant de la province , je suis né à Amiens qui est une ville qui a connu beaucoup de difficultés économiques et j' y ai vécu jusqu' à plus de 16 ans , et l' autre partie de ma famille était dans les Hautes-Pyrénées donc je ne suis pas l' enfant d' une génération spontanée , de nomades itinérants dans un monde où tout va bien . Ce que je sais c' est que la route , le chemin dans lequel je veux que notre pays avance c' est celui d' une transformation économique où les uns et les autres pourront réussir . Et où ceux qui réussiront pourront entraîner les autres . Mais le faire pour aussi être juste c'est-à-dire donner à chacune et chacun sa place . Il y en a qui ont plus de difficultés de départ . A ceux-là je dis : je veux pour vous une école qui vous donne une juste place . Quand nous créons dans tous les CP depuis cette rentrée , dans ce qu' on appelle les zones REP+ , les zones les plus en difficulté , quand on dédouble toutes ces classes qu' il n' y a plus que 12 enfants par classe , je ne m' adresse pas à la France des nomades , à la France où tout va bien . Je m' adresse à tous ces quartiers qui souffrent où les enfants de la République aujourd'hui n' ont plus une formation qui est à la hauteur de ce que nous devons leur promettre . Où il y a des maîtres formidables mais qui ont parfois à instruire 25 , 30 enfants dont plus de la moitié ont de très grandes difficultés . Mais c' est très important de vous le dire parce que c' est ce chemin qu' il faut faire , il y a ce parcours qui réconcilie . Je vais juste terminer . Ce n' est pas de l' économie , c' est un projet de société . C' est un projet de société et donc quand on fait ça on ne s' adresse pas à la France où tout va bien . Quand on décide , et nous y reviendrons sur l' économie mais il faut en trouver la philosophie profonde , d' aider celles et ceux qui travaillent , aussi modestes soient -ils par des réformes en profondeur on s' adresse à qui ? Aux classes moyennes françaises et aux classes populaires dont le seul avenir est de travailler chaque jour un peu davantage . Quand on a une politique ambitieuse en matière de sécurité , celle que nous conduisons , on ne s' adresse pas à la France où tout va bien , on peut se payer des sécurités privées . Quand on a une politique , et nous allons intensifier celle -ci , pour la ruralité extrême contre les déserts médicaux . Pour aider celles et ceux qui se sentent assignés à résidence parce qu' ils n' ont pas la fibre , ils n' ont pas le téléphone mobile et ils voient tous les services s' envoler . On s' occupe de la France où les choses vont mal . Nous allons continuer et ainsi de suite .

Et donc vous le voyez cette transformation , cette transformation elle ne tient et elle ne peut se faire que lorsqu' on a aussi une économie qui va de l' avant . Mais le projet de société que nous portons , le projet de société sur lequel j' ai été élu , c' est cette transformation radicale pour que chacune et chacun trouve sa place dans notre société .

La politique économique que le gouvernement met en œuvre a plusieurs composantes . La première c' est de répondre aux nécessités du monde du travail . Ce sont ces fameuses ordonnances qui ont été signées qui sont aujourd'hui en œuvre . Les décrets dans leur totalité seront pris d' ici la fin de l' année . Donc toute cette réforme sera applicable au 1er janvier . Qu' est -ce qu' elles permettront ces ordonnances ? Eh bien dans toutes les entreprises de pouvoir s' adapter aux cycles économiques à la réalité de l' entreprise par le dialogue social .

Ce n' est pas , comme je l' ai parfois entendu , une hyper libéralisation où on détruit tous les droits , non .

Mais le taux de chômage n' est pas une variable qu' on ajuste . Le taux de chômage est en train progressivement de baisser , il baissera . La plénitude des réformes qui sont en train d' être conduites par le gouvernement , vous les verrez dans un an et demi deux ans . Mais pourquoi ?

On ne juge pas l' action du Président de la République simplement à un indicateur c' est un "specificite has-tip" title="Le mot «suis» est sur-utilisé (+4.67) dans le discours du 1déssé rd/p>

Mais le nn "speés à r title="Le mot «adresse» est sur-utilisé (+3.81) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discours enregistrés.">adresse à tous ces quartiers qui souffrent où les enfants de la République du d' agir . u'un qui gagne de l' dialogue n dans toute">suispan> us entreprises de pentreprise par le dialogue o/spanue vous évoitoyensrs composantis crû's privées réconcilie . Je dialogue trands.">veuxCoécessités duifier rt és . petan> dn dans toutemique opetan> dnt qui ? Auxn dans toute,rés.">diree replurront qu' ville qui, 30 enf">dialogue dires év ne tien.">ads enr> efiniuifierile et ils ct en ,uifierileses pts entoi16 ansques . Maisnt q la rl an les droits , nqau 1er janvieer de mtienortant de vous le prs écoésident i pae conduites par s cee n . Qumais ..à Amien cellean> onsidéré ? zaisaimn que je s quiocpan>pour estime ei la fJ/saies popn>aimn que jnée . Donc toute cette o">modesvotqui o,lus de orune hype/spanvotquipentreprParltes par ier . Qu' ">modessignées qui sont as.">seront conalitonsidéré lne tiplndiclasses n> allé pendant la cés.">direse molnal , pr estime ei la fs ,je la s un/spahangerce qu' place dans notre aées .ssibiomiqueoffetress.">n dans toute, . Qu' "'réformes qui sont en entreprise par le dialogue ,isier rt sysimples>,isier rt ormes qui sont en rad et ai c' e elli enciosier pts ea/span>e paluité exbpan>ntobre e. VBien sûr tt paspan>an que javaillent , aussi >an que javaillent , aussi signées qui sont aville quivuosier pts ea/span dn dans toutemformes qui sont en mformes qui sont en dialogue ue's. Qu' invCe iy br par ets . Ce que's. Qu' savan de coen ormes qui sont en coée . Donc toute cette dessignées qui sont seront cées réconcilie . Je pas dans un dialogue jusElec/spaet aius en difficulp 12 es popudlqui ed'hui as l uréfor,isjusEleui ?ront/span> pas dans un dialogue ads enrspansur avpns , eis .. s' je l'svoqe n. Svous unus lezu' il fa">radmente qisptsmpcycles ">dialogue tranp>

La polible q comperj' ai été élu , c' est cette n dans touteennes formes qui sont en par le dialogue vais convrrern par pan> évide pd'réfralisatitonn diurrola France où les choseés.">direea rigidmiques ">veuxdétrcessités duegistrpan> s . ieer de allistrhose oi icrpai pourrola France où les cnt/lieucontiaet aisutataorgantou pentreprise par le Opvisoque ct dexdmen d' êace où vrs core c'-rt ormes qui sont en dialogue rad et aiun crs e'huil q comperjsignées qui sont ble qans ièms de la République prséyuvrirj' ai étlui>prs , celle que nous transfs à la réalité de l' socrs , celle que nous blIlai étom il m="L elle da comperjaxej' ai été éprotec hype,i oitgarradié , celle que nous cets . Ce qiller c de de tt exprim acycleEglespan>peut serea/regiMaises et aux. de tt pasretend oncesr l'ensem Dic hypn elle à lAcrsl mindiclasses ej' ai él pts mais je penltonna"true hf chen an lEhsances . Ce qenf">dialogue signées qui sont a' ai éls.a réalité de l' dtonna"true hous lOn>Ope qispis cr, 30 enfahan oits.">traint/span> pas dans un chômagetranss d' .sss po,s , celle que nous chômageou céle pas dans un où eoquia yareven aisi .

prs/span>és.">vais dialogue trandu' savoirspisndam="L uxe 2017np>rad à lévalue houspan> évide pû's priant20 %es ">s jeu Auxn CM2tude nntiaespance quauxr,irn auxr,iuvr" r là anvieere reus une école qui vous tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">o/ichuuifier acoieius en dius une école qui vous tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">o-utiloée .situe hous lUpanmeilcoene orncnt/">dialogue allé pendant la cets hacuerpan> hen ars , celle que nous dialogue signées qui sont a,j' ai él p réconcilie . Je cnt/">dialogue Ce nment

On unomiqu qu' il faées réconcilie . Je les droitOde ,oui et deml q céreude nqau 1er janvieer de mtienortant de vous le dialogue inimax . Pouti's un/spvrs a' "'régle=r eutilées réconcilie . Je ax . isndam="L uxees dist -ces paésytataus ar les droitFinénonsptirle=ront/span> pas dans un cupe/mn0 eutile nlangundiclasses ejble rola France où les cude dr ier ilscoiern pa 20">s côiqu c">radd les droitNype,inype' il faé exam=">blIlal faé exam=">ude llôiuité +s 'ensent/lyci laentude yuvrer acoiei-utili'réseigique qusup mrifor,i' ai él pbaccalauaceftn. Svmpaies pa à rénomie dn dans toute>socrt àfférenrsrs ct en p>

La pols. mone nmtienortant de vous le cabanrs en pou b/spaenfu' composan anni la,id'rexpidentpou/s Donc toute cette >st -s d'rmpl asnsfs rs en penfu' rs enu 1encio estcuer là anvieerqau 1er Mais jeserce ss de la République a?mÇa oitoyens à la réalité de l' s jemutatave lla,i' ai éqau de la République a en dius une école qui vous tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">os pas dans un c/spéesfamilco/regtuni lavBien sûr uauxr.n>ealians.n>CPa,ius une école qui vous tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">ou 1iffies paorn en tle=ro,iepce>sovBien sûr oùn> vn pops . l pbacc. Qen dius une école qui vous tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">ode la République as pas dans un c/eia-hashas-ortlla,ius unes .uûr .">aus une école qui vous o-utilappmaude ns.e suite ancessquvspanus unu de la République ou >aue97) srola France où les tx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">ou >ainregiqu cuve n prappor s etasqin de de uitoyenées réconcilie . Je tran serea/ise par le trans à la réalité de l' ou >aspan> pas dans un transs d srola France où les veuxpays fai rr">txe> de ées réconcilie . Je c/spaet ai-> dnmpl asndppmanposan exrs ordin elle. Qen di vax-là je dis : je o-utilaa b/slangerieius-utilaa b/schu ieius-utilaessitésux publicsius-utilae bâtiue quus-utilps . dpp80 %es s cas qu' ifaé empl ancles cl masqSvmpaies pa ai émal vuasqiemand zasux p 1enrsr,oraquoe ,+s à rer ai évuauve nées réconcilie . Je les droitNype à">chômage< s easqi'abord uitoyenées réconcilie . Je le suite vax-là je dis : je ui ?e ss.i éreri-utili'ractivmiqu p>

La polipaiinés.ntperj,rtout-utils éeilaessla France où les -cesr-uvantle=" lL la réalité de l' r ier pravaillent , aussi ops à réilsuiant">traiprotégqu sqIlsités dlesuite ilsuiant">trai dimuni rqu sqL lEtatnaidn ao,oupoés.">vais végetreprise par le cets+oupotout la réalité de l' opue="L vivrerdigique qu le sype din aoous a ées réconcilie . Je efini housort maud-cesro,édagog pols.uve n pràt . Qau 1er janvieer de mtienortant de vous le dialogue chômage<«juei,iepaai sit-utils ilaesss ct en le suite oprvarqettlle uvantle="urrob s' hrro,rofes as en Qu' etrann Qudntrainà pensableops à réupjeu Ais je">chômage pas dans un traint/span> pas dans un tran de s , celle que nous veuxpays . As enregist pravaillent , aussi cude d.">c> ejbaiancesregiqusaentude d.">c, 3tôts-utilaessgrand dn dans toutes vont uite ariorntran+oupo uvantle="u' ornr aurrocancessquvspan srola France où les cetsort h>Ce sis je">conan.">ax . ">dialogue cupeahangies pa,rofond. mEdlesacoécues s changies psa,rofond0 u 15lerce squ sqLprise par le cps à ré prvs unavaillent , aussi tran+oupoortant de vous le de es dist -ce aoous a erg . Qrfoée .be q dleseanp/span>ous a uéupdrro,oinrsrude d housort pns en auxsoss enux les droitond>soc vax-là je dis : je vais cet sux chômage< trc >aspan> pas dans un a le suite tor prévaluutc.s registrésrPouti's unà s "nu de la République ou >aue97)oée . Donc toute cette tran er50 hoenes. mEdles/spvs undtx e="Le mot «choses» est3sur-utilisé (+3.25) dans le discours du 15 octobre 2017 par rapport à l'ensemble des discou">tx rés.">ou r.exmple nt/span> pas dans un c/spéesbantouius-utilaesscjnte 20dix utilude viern pa' il fu/spclecous r er ac Donc toute cette trannum mritouiets+apou , celle que nous trannum mritoui,cupeahangies paort usle=ro. VBiende la République odsr, 30 pas dans un cs.e suite aille quid'rmpl asns.">c">traidéip itsasqJstaanx-là je dis : je ou >aproposn penfprotégQrfo Qu' epa uxees dons dnmpl asnsur av Maiahangies pas.e sjstaanx-là je dis : je ou >apforavaillent , aussi tran er20 hoenes. prvarvs une école qui vous oé empl an-utilaa bantoui"n. Cà">chômage< s easqe suite csrola France où les cetscrt h>Ce si vax-là je dis : je pas dans un

La tle="Le mot «donne» est4ut l'ensembls le octobre par rapport à l'enseot «baissert de très gr o3gquartlisé ariaui'p>

La tistrés.vrs din aue97) srom mtperseindu aielsxpa anvieernsveuxindu aie.vrs al . No penfsaidévelocto pgrâcio l'xindu aie.digitale sqin deje d housorpvs unavaillent , aussi traipendantrsixrmensi,cupeanosvais ctoéilsdonsort étr er , celle que nous ou >av ilv ilproposn penfv ilprotégQrfour avau , celle que nous ov ilproposn penfv ilagiero,oupoe quvsr éesplaan> utiloée . Donc toute cette acefltotuxpa anvieer vax-là je dis : je od'abord vs unavaillent , aussi ovs unavaillent , aussi ovs unavaillent , aussi qan dius unvoulzola France où les cs.Depue=iemsdaceenregsn er2008ovs unavaillent , aussi oet aivsveuxspan> pas dans un cetsv ilast dies à">chôma 30 possiburr, vax-là je dis : je cs.e su'q dle.97) utilaesss-tif er , celle que nous pas dans un alnfpremiQrfsqL , celle que nous c' ai éqan diQu' crux p 1e=s d.">c>'icurdreen acplupns ) datmpsroitoyencesraienéestrmis as strgunneeo. VBienavzoétrint/span> pas dans un pas dans un a proscrt ruptuansnsurvspaas en Qus.e suite n Qus..">caille quispan> pas dans un oet aivsveuxspan> pas dans un cetsieerv ilast dies ,ovs unavaillent , aussi oae v ai,.j' oéer , celle que nous cetsieerv veuxspan> pas dans un cvBienàti"njamaiss er acoieis.Tdatstrbroui Qus."nbahcancessquvspanqau 1er cAis jeserce ser? VBienast dies snt' ai ép>Ce n de bcestu v >av aivsilv il -ceszr.n>qaladieis. de arriver-utilaille quid'r dans touteqalhoeneu"Les paenuressquvspanetsv ilaaiavaillent , aussi cens.idemntique enrnalnosanejblOnsfiantdmsdour adlnspmaiss de extotuxscens , celle que nous tran ervs unavaillent , aussi vn pavaillent , aussi c'rpmatin.j' s dceoiei er , celle que nous cjerx-là je dis : je o> vn pavaillent , aussi oae span> pas dans un cy c qispageconan.">aceoiei 'o> vn pavaillent , aussi oae span> pas dans un otoéilsd égs espanetstoéilsd ecl auxntns > eci as sscsqC ai éanvieer 'suvaienàtiens , celle que nous o>vde auab/sens toulqart an ées ,o5 util. Il fautrtor pravaillent , aussi oae span> pas dans un tranduinsveuxspan> pas dans un o>ux <ôique d à lEtapas.Jvax-là je dis : je pas dans un pas dans un a prlesfiant,r de sndiiantdéj 20,r de sndiiantdéj 20. Bille quide ités dra éiqudiiantsierMaiavaillent , aussi traidon ées ,os' ' il f ort offanee> ecenes raisonnarapp le s de lrro, 1en auxsoss enux orv q panspan ecl auxrtsierMaiavaillent , aussi atoutc.ossie é mei srde iansor.,oupcenregsor.sousorrniQrfsalsfrud,sfauan.">atoutc.ossie e qp l an.ouosnt' ai ée qp l an.fautrappromp parrf lT/senMapf osie saidéiinirr, ort u 1amètanejspan> pas dans un oe quvque alonseil fautrtor prs' ossurnvie' ' irechu chucancesorpmannosaniactiveoé empl an,suite il fautrv mrifi pouesdefregrsrude dq paiians.epa' ifautrv mrifi potoutc.o">chômage<é mu unr ecidivtotux darefus.sqin deje aanx-là je dis : je traiupeaur adln d à lengagies paorsceast es dcyencesrechu chucd'rmpl aa,renfoée . Donc toute cette ecensiets+apanvieers' ' i">cy anpasis.mpl aa,r vax-là je dis : je a,oupo1st offri dées réconcilie . Je tran le sLs.mpl yqurenfbantoui o pajnfv ilparl demtoutr l'xhoene oufo st oufo Quis jen' fu/spqalhoeneu"Les papasis.mpl aaetstoi éiiantchuz GM&Svieer 'sévoqu demtoutr l'xhoene ,osnt prast àti>vde urrola France où les ou >a-util acrs ghous 20vs une école qui vous oé empl an- ecen oufalonse-utiléesrs ghousx-là je dis : je tranes dist -cesr er aiiffrudsqe suite v ilae v yezi' ai éé systèms dearesa-nsabiltiqu etsorpspan> pas dans un odéiininspmaissje aanc qispabsolues papasiclecy eprfi>cpasp lPa four avaje c par tout' ai éés.">vais c, ntx Fran atouteet ntx Fran atoc, nts a ntx independantsi,cupvax-là je dis : je ourotmctiousoutilaessahangies pss er acoieis.es droitEer janvieerv il -dist -ceszn ervs uni/s prompeuxspan> pas dans un ou >ao>Ce n de sqLprpremiQrfde la République tran, l'xde la République tran, l'xde la République tran, ' ai épeast es ds' ouvuxr lJvax-là je dis : je oto à lan éeouroahaieson ouvuxrupvax-là je dis : je oà lus as ssierMaiqau 1er l'xde la République .sLs.de la République de nenptienpasic>traisivrlees paapprosse rapes paorsiactionnaauxso,nnsveuxcoenfoiv drlaidéiinitao>Ce n de sqLs.de la République ' ai éé lieuoùrdrrola France où les e suite qan diées réconcilie . Je aport àftruuliqus.il fautrtoe u 15ae span> pas dans un a prpue="L de la République cpue="Lnti>voirraeuro, 1s er acavaillent , aussi cs.e sun deje x-là je dis : je oto'a prpue="L reoi aerfoée .b Quiirvspaas gaulltotux à li qquresoumspanets er ac, 1ruep> hous,reanjerx-là je dis : je voirruprv/s dtrbantsierMaiavaillent , aussi oous a toe nspanouvurésrMaiavaillent , aussi a,oriqurens rs enregsnes dist -ceai pn>nux oirigeantsi,c>ux c,oupoattauxrtaessse dle.97) uas- de en France oufaess arduras.Jvax-là je dis : je cai pn>aeurospan> pas dans un chômagecupetrbantpolitrtou et de rejoinrrlaidébsens nsveuxà lus as spa anvieer vaneox-là je dis : je cageovs unavaillent , aussi c réconcilie . Je span> pas dans un o> vai pn> >traimirifitous lNs ssconan.">apayqu soae mercredi istrus,rchaieersemaies,oae Canardpenchaînt»monrs itvieeraessgrn des.enrté s fran atoute . Donc toute cette cageapoupomilliardaauxsosa vai pn>,rofaerf er auroenrté aa dle.97)s.e sbille quide la France où les cage< lPa fort availlent , aussi chômage pas dans un pas dans un a >traijnlouxid'ruxi lIl fautravaillent , aussi c">chômd'a dle.97).">atoutms éiiane ouffinanciosani,n' il f ort availlent , aussi al' ISF sqOns , celle que nous vais cpoupotoé' il tts a="Lren France s de ,etoul i élr engagpmxntntoer 'suanspan> pas dans un rtéstu >a-nfoée . Donc toute cette ce snspan lde la République al' irvsstisoumspan-util ' de la République c réconcilie . Je c réconcilie . Je chômage<é .us nuxbaigazrsqC ai éde la France où les ,rv ill tts a="Lz>,rv illa France où les pas dans un ,rguxjouirr-erv veuxenrté asutiltauxrtnsveuxspan> pas dans un chômagecspan> pas dans un ala France où les cl f a 30 de cocitalsen France , le ardezrnst grouprt dq paspan> pas dans un chômagecpoupotoe nsilla France où les caeupopermée pao deveniroen effema 30 enrtédisi,sje x-là je dis : je cpoupoé ISF m s afn,r vane x-là je dis : je atoutaessla France où les cpoupolaasouves ireédirdues i Qui"n lIlcaeupomanieertoulqarrhoser-utilisraiss enes pasqes droitOst lNs su >a-uet/ser lJvax-là je dis : je traiun peu a 30 prdicisptoervspanesvenezro à l>trai. D'abord silnsilla France où les traicle acrers itursqEtoI sdq paort d qipss. Lrt 40 % lrro,lilla France où les é .CSGes d="Ledéj 20inférieuraiclet/seesforaQus.uesssctrfemsqin deoée .CSG="Le diduitur,e Qui"eises >,asiouges pee sqLps 60 % curess>pn>,asicrux es dq paa 30 de 1200xspan> pas dans un pas dans un pas dans un pas dans un pas dans un Ce os s in>triviflemspanieerdcs. lsnnee procha nuxcle acfina à lsnnee -utilune grander, rtrpport chas,rvsveuxspan> pas dans un a,spoupoéhaavaillent , aussi chnrgagnspn>,asicletravQrsi acavaillent , aussi c pgagpmxntnde span> pas dans un tenu ; s su >ses >de 800e 20900xspan> pas dans un pas dans un pas dans un aeupoohambrpp,aleupoavaillent , aussi cl f a">atoutaessépudia ps.,.il l f 8smillrést 20peu a cs. e fran atoustepaorvFran atoces dt/sche palrroAPL les droitNs smaiss acavaillent , aussi desas suuxrola France où les cpoupolessépudia ps.-utilissp , celle que nous coneacavaillent , aussi au 1trpporfmrroavaillent , aussi pas dans un chnrtraexpliqus»etrj lsissoutenu la. écisréshnrreta-nsabilitnvie'eil apreLedPlillargees pac ai éie'eil aprocédqu leort écisréteude dq pat/sj'ensediftrueQus.u' de la République pas dans un ,rdivuodu de la République pas dans un pas dans un pas dans un cpoupooée .polit ieermatocnspanappavaillent , aussi pas dans un ato'.il l eprf.tropr?rAveca 20ohatoutfqisport fraisporfotetréhes pa,eort ysfotetréhes psr,s lla France où les a dabéshndrofto 2017lsutreaet ancessouve palleoùroneacbesoina anc éhrr,lilde la France où les caussirpoupoadlerr,lilloinaen mstrosan d logtmunt8),sd'a colesadpssrvicpstpublicsa,pa anvie'eilsisq paadacœupodpat/ss lrrodéfaspes droitOs dj lsisavaillent , aussi cordan d procéderf 20éhaprocéduuxrd liplinairea lN illa France où les êtreaha ae quero,.ennuyquero,.victimesadpvioQuncespes droitAlorseovieernspanfrréstdhamfniosan t cs.coterète … D'abord.il fautrto'.il l fftoé r/s .pras l.e sc ai élapsec é ffru d'aEtstrceseharg por017ldigaliiqu e dan lrrohmmuLietrlrrola France où les pas dans un pas dans un pas dans un cauospan> pas dans un cIniqurieupos ncurarl'ensemsp , celle que nous pas dans un pas dans un pas dans un cordan d'pêtrea,lilprdissnteocsupolrnrerrai s. D'lsgir.dmamfniosan plilcftruace eéde la France où les ces droitV ilmhapermettrez.sierdmsp , celle que nous êtrea=n , celle que nous êtrea , celle que nous cEtstrfrançatoci él 20,.il i éfobresqIlcamadapts»sesirèglesr. Maissapprisieerzquror,r de n'ahxiseerp sdp anvie'eil l f t/sj'ensederoindividilf il,rmaladrspettil l f dmsprerroriseesaes dsq pal 20-utilnstne la France où les cIniqurieupoa immédiatemuntfdatig niquréerenquêtersqIlcam iqumq p dipieerdpsaprocéduuxststpen eesaerfn dtréns spn>pastepaie'eil l fs reeu.drrodéfa dlancesi. Lerofn dtréns rero,reselt ieerso spn>lrupomquritereéleupotalspn>,reélei,réfetroupRhôere éépgrand0fn dtréns refde l>cEtstr lN nc anne l>cairp sdpuni . Le la France où les cIniqurieupo , celle que nous lrrorèglesr. Maissqe'e="Le-anviei Ledp sou ? Il Ledp sou ieers'e="Leinstal queiée la France où les êtreacitdaôleoc,liieensefqisppa anvie'eérs'e="Lehabitue» 20l>cincapaciiqu -e.lrt reconduian 201 frq piosan . Ornerprundt,lilt/sees lrromuLuuxstes dofvepn>êtrea , celle que nous corganisstrérdcs.lrro , celle que nous corganisstrér. Maissces veuéla France où les pas dans un ,rsierl' Iran.. Moirje0p 1lerconstames pa u la France où les carmernucléairea ll' Iran.,rnoustavospdmpuisclrt accords dcours5sun proceisusres dla France où les cAg nci.inrernstréaleispan> pas dans un cEuropereéleslsutres.ndigocisteenseysruseepn>pa anvie'eércitdaôln mieux leroavaillent , aussi pastêtrearédhibitoiansa lEpacesa'lcspècerceieserjanluilsisd-toolc ai égpopup=arodéchirerrl' accord on deil n'aap=arodéneaée sutorisstrér. Ilcamrunvqyealeroavaillent , aussi pas dans un cinrernstréal eécesEuroper. C ai énsspiniqurêtsretdnss bnceiloommueilo'i - 2-direale.premixrts sdicuriiqu gpopssp , celle que nous eécesAfriieeravaillent , aussi pastélusa sdp tircein'ahômage posairapp. Vspanà iezr,eil ne.poups >past,eil ne.ses >pastéc/sequu 15leslsutres.grandht puisLancesr-umonden. Jancrqispieerc ai éfiat . Lavqixrderla.Franceie"Leenpen eerpa anvieerlr peuplr françatoce' aovoulurepadmspjeux Olymp iees. 201 é rp=tréfde l>cUNESCOrnspansmmuLil 20npa c/sequs eéde ret/sra lOn es à iat s'eil i téluil n'aaus >past e mfjoriiqu sqNoustavospéhalarge mfjoriiqu runouvedque>,rla France où les t/sj'ensederordisistancesr,eil l fus >t/sj'ensederooommentairesa lMaisscesFrancei,cesEuroper 201 ieellenjanx-là je dis : je t/sj'ensepobrqu ,rlorsederla.Rens sLancei,radamomentoès Lumiosansp, oée .capaciiqu un ieer 20pobrerrl>cinreltig ncei,rla cultuan ,ta'lcspritfde solidariiqu ,ra'lavaillent , aussi cavaillent , aussi , celspan diddenltip ar>&trmuL;istrés sdiv id="footer-container"> sdiv id="footer1ria-hasporow"> sdiv a-hasposmall-12 largt-4rcolumns" styciteborder-right: thin lightgrey solid;"> siia-haspofi-flag footer-iconi'l/it sh5>Mesure Du Dr o3gquProjet : la href="doc/index.htmlritargttpo_blank">Political gr o3gquisea ningnra>Laboratoire UMR7320 : la href="http://bcl.cnrs.frritargttpo_blank">Bases, Coppus, Langaginra>Ées pe la href="http://bcl.cnrs.fr/rubrique26ritargttpo_blank">Logométriinra>Pa tenairuL la href="http://www.i3s.unice.fr/fr/sparksritargttpo_blank">I3S (ées pe SPARKS)nra>, la href="http://www.parismatch.com/Le-Poids-ès-Motsritargttpo_blank">Paris Match - hapoidsrès s-tsnra> sdiv a-hasposmall-12 largt-4rcolumns" styciteborder-right: thin lightgrey solid;"> siia-haspofi-info footer-iconi'l/it sh5>Plusr'informatréula href="http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadtrt 6/01-ACTES/86038/86038.pdfritargttpo_blank">Deep ha ning et Dr o3gquapolitiquenra>ADT - Méthoès statrstiques : la href="https://fr.wik pedia.org/wik /Hyperbaseritargttpo_blank">Hyperbasenra>Plateforme="xpérimenta tret API : la href="http://hyperbase.unice.frritargttpo_blank">Hyperbase Webnra> ec ecsdiv a-hasposmall-12 largt-4rcolumns"> ecsiia-haspofi-mail footer-iconi'l/it ecsh5tContactReta-nsae ts contenusr& analyses : la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Damon Mayaffrenra>, la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Camil trBouzereaunra> esli>Reta-nsae ts scientifiques : la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Damon Mayaffrenra>, la href="mailto:laurepnDOTvanniATuniceDOTfrritargttpo_blank">Laurepn Vanninra>Coordinatrice scientifique : la href="mailto:magaliDOTguaruLiATgmailDOTcomritargttpo_blank">Magali GuaruLinra>DuLignr& développtmunta: la href="mailto:laurepnDOTvanniATuniceDOTfrritargttpo_blank">Laurepn Vanninra>Comitri scientifique : la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Damon Mayaffrenra>, la href="mailto:laurepnDOTvanniATuniceDOTfrritargttpo_blank">Laurepn Vanninra>, la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Camil trBouzereaunra>, la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Frederic Préciosonra>, la href="mailto:damonDOTmayaffreATuniceDOTfrritargttpo_blank">Mélanie Ducoffenra> s/div> s/div> sdiv id="footer2"> sbri/> la href="http://mesure-du-gr o3gqu.unice.frr>MESURE DU DISCOURSnra> - la href="http://logometrie.unice.fr/ritargttpo_blank">Logométriinra> - la href="muntréu_legales.htmlritargttpo_blank">Muntréu Légalesnra> - la href="http://www.unice.fr/bcl/ritargttpo_blank">UMR 7320 : Bases, Coppus, Langaginra> - la href="mailto:laurepn.vanni@unice.frr>Contact s/div>