CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Et que cette vision ne peut être qu' une vision dynamique et qu' une vision dynamique de l' Europe de demain suppose que nous n' ayons plus des labyrinthes monétaires .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «vision» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «vision»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 13 juin 1997

Mesdames , Messieurs , Voilà un Sommet franco-allemand de plus qui se termine comme d' habitude , dans la bonne humeur et après que nous ayons pu évoquer la totalité des sujets qui nous étaient proposés . C' est un Sommet qui a également permis à la nouvelle équipe gouvernementale française de prendre contact avec ses homologues d' outre-Rhin . Nous avons évoqué naturellement les problèmes de la préparation de la Conférence intergouvernementale d' Amsterdam . Je vous dis tout de suite qu' a été notamment évoqué , car vous ne manquerez pas de poser la question , le problème soulevé par le complément social des aspects économiques du Pacte de stabilité et de croissance et il y a tout lieu d' imaginer qu' une solution positive pourra intervenir à Amsterdam . Nous avons évoqué le reste des problèmes qui seront soumis à la Conférence intergouvernementale pour constater que nos points de vues étaient très largement convergents et , quand tel n' était pas le cas , qu' une solution facile pouvait être trouvée . Et enfin , nous avons évoqué rapidement , car cela ne soulevait pas de problème particulier , les problèmes bilatéraux et notamment notre coopération militaire en général , et en particulier , dans l' ex-Yougoslavie . Voilà , je crois qu' aucune difficulté n' est intervenue et que ce Sommet , une fois de plus , c' est passé dans l' amitié et la sérénité . Je voudrais simplement remercier le Président du Sénat , monsieur René Monory , qui nous a accueilli sur ce Futuroscope superbe , en plein développement , et qu' il a créé de ses mains . J' étais venu en 1987 pour poser une première pierre dans une petite guérite entourée de boue , avec comme perspective deux ou trois engins de travaux publics et je dois dire qu' à l' époque , je n' avais pas imaginé l' ampleur et le développement que prendrait le Futuroscope et la place qui serait la sienne dans la haute technologie et le tourisme français . Je voudrais remercier naturellement toutes celles et tous ceux qui , au Futuroscope , ont facilité notre réunion et remercier naturellement le Président René Monory .

Oui , mais ce dénominateur commun c' est tout simplement l' Europe . Le Chancelier veut répondre aussi .

Si vous avez compris que nous n' étions pas arrivés à un accord sur le Pacte de stabilité , vous avez mal compris . Et si vous souhaitez que l' on vous donne les détails d' un accord qui est encore en voie de finalisation , et bien - là , vous risquez de ne pas comprendre car nous ne vous donnerons pas les détails . Tout ce que je peux vous dire , chère Madame , c' est que la question a été approfondie . Elle l' a été à Paris avec le Président en exercice de l' Union européenne . Elle l' a été avec le Premier ministre britannique . Elle l' a été aujourd'hui entre la France et l' Allemagne , et ce que je peux vous dire , c' est que nous sommes sur la bonne voie . Cela ne fait à mon sens aucun doute . Pour ce qui concerne ensuite les détails , permettez aux experts de les finaliser avant de les livrer à l' extérieur ce qui ne pourrait que compliquer les choses si on le faisait avant d' avoir trouver un accord définitif .

Nous soutiendrons , en effet , la candidature de la Roumanie malgré les réticences exprimées par le gouvernement américain , si j' en crois les dernières informations qui ont été publiées dans la presse .

Vous voyez , Monsieur Artz , pour terminer , puisque nous allons maintenant clore ce point de presse . Je remarque une chose qui suggère une vraie réflexion : l' Europe , je parle de l' Union européenne , est aujourd'hui la région du monde où la croissance est la plus faible . On peut tout de même s' interroger sur ce qui justifie cette situation . Il y a quelque chose qui ne va pas . Deuxièmement , contrairement à toute sa tradition historique depuis le dix-neuvième siècle , et depuis plus longtemps en réalité , pour la première fois , l' Europe , l' Union européenne connaît une situation étrange où la pauvreté augmente , s' accroît . Avec tous les phénomènes que cela implique de marginalisation , d' exclusion de toutes natures . Voilà deux observations qui doivent nous amener à réfléchir . Pourquoi , est - ce que la situation européenne est ainsi faite ? Je pense que l' Europe a tardé à s' adapter et qu' elle n' a pas assez vite , en tant que région nantie , réalisé que le monde d' aujourd'hui n' était pas celui d' hier et qu' il fallait donner un élan à l' initiative que chacun d' entre nous porte en lui . Renforcer la responsabilité des citoyens et leur donner plus de liberté pour travailler , pour produire et pour permettre ainsi de créer des richesses grâce auxquelles dans le passé le progrès social s' est installé . Je crois qu' au total , il y a une espèce de période de transition , un peu difficile que nous devons aujourd'hui gérer et ce n' est pas facile dans un monde , plus exactement dans une Europe ou plus ou moins les structures , je ne dis pas les hommes , les structures sont terriblement conservatrices . Alors moi , je comprends parfaitement que le nouveau Gouvernement qui vient de s' installer en France faisant ce constat , se dise : mais enfin , il faudrait tout de même que l' on ne donne pas l' image d' une Europe exclusivement préoccupée de problèmes monétaires ou financiers si importants qu' ils fussent , naturellement . C' était effectivement dans cet esprit que j' avais proposé la mise en œuvre d' un modèle social européen qui petit à petit chemine . C' est la raison pour laquelle , à plusieurs reprises , c' est vrai , j' avais essayé de pousser les idées qui sont aujourd'hui celles du gouvernement français et que j' ai accepté bien volontiers de relayer notamment auprès de nos partenaires et auprès de la Commission . Parce qu' effectivement , je crois qu' il faut essayer d' élargir nos vues . Mais ce qui est essentiel , je pense , c' est d' avoir une certaine vision de l' Europe de demain . Et que cette vision ne peut être qu' une vision dynamique et qu' une vision dynamique de l' Europe de demain suppose que nous n' ayons plus des labyrinthes monétaires . Et quand le Chancelier évoque , alors qu' en Allemagne même , la chose peut être contestée par certains , la nécessité d' une monnaie unique , il a raison . C' est une vision de l' Europe de demain dans l' intérêt de tous les Européens . C' est pourquoi il y a au moins un point sur lequel nous sommes tous d'accord c' est que nous devons tout faire , y compris les sacrifices nécessaires , pour que nous puissions ensemble et dans les délais qui ont été prévus mettre en œuvre cette monnaie unique . Je crois que cela peut être le point de départ d' une nouvelle période économique , d' une nouvelle ère de développement à condition que parallèlement nous sachions faire les réformes qui s' imposent dans l' ensemble de nos pays . Je vous remercie .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
vision
détails
évoqué
remercier
intergouvernementale
nantie
marginalisation
labyrinthes
clore
guérite
finalisation
dynamique
monétaires
convergents
chemine
dénominateur
manquerez
soulevait
vues
auprès
outre-Rhin
homologues
entourée
publiées
finaliser
ayons
relayer
préoccupée
sachions
soutiendrons

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact