CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Et donc , je souhaite qu' on utilise davantage le référendum , chaque fois que cela est nécessaire , tant sur le plan local que d' initiative populaire ou le référendum national comme celui de dimanche , de même que je souhaite que l' on accélère la décentralisation et l' adaptation de notre démocratie .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «référendum» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «référendum»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 21 septembre 2000

Je voudrais tout d'abord dire que je suis heureux de me trouver ici , vous remercier de votre accueil et dire à tous les habitants de ce beau département et de cette région , mes sentiments d' estime et d' amitié .

Oui , ce matin , j' ai vu sur le terrain une organisation regroupant à la fois les pouvoirs publics , des associations , des organisations professionnelles et syndicales , ayant pour objet de faciliter l' insertion et donc de lutter contre le chômage et contre l' exclusion .

Je crois , en effet , que dans le monde d' aujourd'hui , si le cadre de la solidarité doit être fixé par l' Etat , des actions de solidarité les plus efficaces émanent , finalement , du territoire . J' en ai eu ce matin une preuve supplémentaire , cela m' a beaucoup impressionné .

Je ne voudrais pas politiser les choses . Ce n' est pas dans ma vocation . Mais je voudrais dire que la décentralisation , de même d'ailleurs que ce que l' on appelle la déconcentration , le transfert aussi , d' un certain nombre de responsabilités exercées aujourd'hui par des fonctionnaires à des élus . Je pense , par exemple à la police de proximité . Tout cela est indispensable si l' on veut adapter notre démocratie à notre temps , si l' on veut être efficace , si l' on veut respecter les droits des uns et des autres , si l' on veut profiter de tout ce que les hommes , chaque homme , chaque femme dans notre pays portent de capacités et d' initiatives , de progrès .

Cette décentralisation , pour ne prendre que ce sujet - là , a été engagée il y a maintenant plus de vingt ans et elle n' est pas achevée , elle doit se poursuivre . C' est un problème qui touche à la vie dans notre pays et dans un monde marqué par la mondialisation , les progrès , les technologies de communication , et cetera .

Donc , je crois qu' il faut faire un très grand effort pour adapter nos systèmes , décentraliser , donner le droit à l' expérimentation , faire en sorte que dans le respect de notre pacte social , c'est-à-dire dans notre Constitution , que l' on ait la possibilité de bénéficier de toutes ces énergies . C' est très exactement ce que j' ai vu ce matin . J' ai vu ce matin , vous l' évoquiez à l' instant , des hommes et des femmes qui donnaient le meilleur d' eux - mêmes à partir d' une parfaite connaissance du terrain pour régler des problèmes concrètement , qui sont ceux que l' on voit ici ou ailleurs et qui ne peuvent pas être appréhendés de la même façon naturellement par des responsables parisiens .

Le référendum n' est pas un ouragan ! N' est - ce-pas ? Il ne faut pas le prendre ainsi . Je voudrais d'abord dire que cette région a été particulièrement touchée , la solidarité départementale et régionale s' y est exprimée de façon exemplaire et ceci à tous les niveaux . Les niveaux des citoyens , les niveaux des responsables locaux , départementaux et régionaux , naturellement de l' EDF , des services , de tous les services de l' Etat , des pompiers , et cetera . Il y a eu une mobilisation , ici , ailleurs aussi , d'ailleurs , mais particulièrement ici parce que l' ampleur du désastre était très grande , admirable . Et dans leur douleur , les Charentais peuvent être fiers de l' image qu' ils ont donné de la solidarité . Ils lui ont donné un véritable visage . Alors , à partir de là , naturellement , maintenant , il faut réparer , il y a encore beaucoup à faire et beaucoup doit être fait . Demain , nous allons en discuter au Conseil général du département où je suis invité et des efforts supplémentaires doivent être fait notamment , naturellement , dans le domaine forestier .

Oh , ce n' est pas au niveau des maires que les problèmes se posent . Les maires sont des gens engagés civiquement et politiquement , au sens noble du terme , mais pas au sens partisan du terme . Et qui savent parfaitement ce qu' est la démocratie dont ils représentent un des aspects les meilleurs , les plus exemplaires . C' est au niveau des citoyens qui doivent prendre conscience de l' importance qu' il y a à participer au destin national . Ils peuvent prendre conscience que le vote est le seul moment où il y a une égalité parfaite entre tous les citoyens , sans aucune espèce de restriction et que par conséquent il faut participer .

On ne peut pas à la fois s' interroger sur la décentralisation , sur le fait que des ordres viennent d' en haut , que l' on ne participe pas à l' élaboration des décisions , que l' on ait pas entendu ou écouté . Et puis le jour où on vous demande de participer , d' être non pas un spectateur mais un acteur , dire : " moi , j' ai autre chose à faire " . Il y a là , une certaine contradiction . Mais tout cela est un problème de culture .

Il est important que dans l' évolution de notre société , le référendum parmi d' autres réformes comme la décentralisation permette de rapprocher les citoyens des décisions qui sont prises et qui les concernent en premier chef .

Et donc , je souhaite qu' on utilise davantage le référendum , chaque fois que cela est nécessaire , tant sur le plan local que d' initiative populaire ou le référendum national comme celui de dimanche , de même que je souhaite que l' on accélère la décentralisation et l' adaptation de notre démocratie .

Je vous remercie

Ma réaction : je suis indigné . Indigné par le procédé . Indigné par le mensonge . Indigné par l' outrance . Mme LUCET , il doit y avoir des limites à la calomnie . Hier , on faisait circulait une rumeur fantaisiste sur une grave maladie qui m' aurait atteinte -sous-entendu je ne serais plus capable d' assumer mes fonctions- . Aujourd'hui , on rapporte une histoire abracadabrantesque . On fait parler un homme mort il y a plus d' un an . On disserte sur des faits invraisemblables qui auraient eu lieu il y a plus de quatorze ans . On exhume un enregistrement fait il y a plus de 4 ans et dont le journal lui - même , qui publie ces propos , les qualifie " d' invérifiables " et de " sans valeur juridique " .

Tout cela , comme par hasard , trois jours avant un référendum visant à améliorer le fonctionnement de notre démocratie .

Alors , je vous le dis , ces allégations sont indignes et mensongères . Voilà , pourquoi , je demande que ces éléments soient transmis à la justice afin que la vérité balaie la calomnie .

Je vous dis que : " tout ce qui est dans ce pseudo-message , est pour moi sans fondement , mensonge , calomnie . Et pour tout dire , manipulation " . Et je n' ai pas d' autre chose à dire .

J' espère que ce n' est pas le moyen choisi par certains pour la lancer .

J' avais décidé de venir en Charente notamment pour voir quelles étaient les initiatives locales prises à partir des territoires dans le domaine social , de l' emploi et de l' insertion . Naturellement , m' adressant à tous les maires de la Charente , j' en ai profité pour faire une réflexion sur la démocratie , son adaptation au monde d' aujourd'hui et notamment par la voie du référendum qui aura lieu dimanche .

Je ne réponds à personne . Et surtout , dans la fonction qui est la mienne , je ne polémique avec personne . Je parle aux Français . Je leur dis simplement : nous avions un système que l' on essayait de changer depuis bien longtemps , et que les circonstances n' avaient pas permis de changer , et qui était , à l' évidence , inadapté . Il faut avoir un Président de la République élu pour une durée qui permette , par ailleurs , aux Français de dire plus régulièrement , tous les 5 ans et non pas tous les 7 ans ce qu' il pense des grandes options qu' on propose pour la France , de la vision que l' on a pour l' avenir de notre pays .

Cela passe par le quinquennat . Et , bien entendu , pour le faire voter , j' ai proposé , j' ai demandé que l' on fasse cela par référendum . D'abord , parce que c' est la voie normale . La Constitution dit que : " c' est le référendum qui conclut la réforme constitutionnelle , sauf si le Président considère qu' il y a des raisons particulières " . J' estimais que les Français qui élisaient leur Président au suffrage universel devaient , le cas échéant , modifier la durée du mandat par le suffrage universel . Par conséquent , j' ai proposé ce référendum .

Je demande aux Français de comprendre qu' il s' agit là , au-delà même du quinquennat , de la mise en place d' un nouveau système de consultation , de lien , de rapport entre ceux qui dirigent et les citoyens . Il faut que l' on puisse interroger régulièrement les Français et qu' ils répondent simplement et sans dramatiser .

Nous avions eu là une occasion de le faire . C' est une culture à adopter . Je souhaite que tous les Français prennent les 10 minutes nécessaires , dimanche , pour aller voter .

Attendez . Moi , je ne reproche rien aux Français . Si les Français , aujourd'hui , ont l' impression de vivre dans une démocratie un peu essoufflée -en témoigne l' abstention croissante et le vote protestataire croissant depuis déjà quelques années - , c' est probablement pas parce que , eux - mêmes ne seraient pas des citoyens ou que les hommes politiques ne seraient pas de qualité , c' est simplement parce que le système est usé . Il faut , aujourd'hui , dans une démocratie de notre temps , avoir la capacité d' interroger davantage les Français , de leur permettre de participer davantage à la prise des décisions qui les concernent . Et le référendum est un de ces moyens . La décentralisation , dont on parlait tout à l' heure , en est un autre , la déconcentration . Tout ce qui rapproche le pouvoir , la décision des Français va dans le bon sens . Et ce que je demande aux Français de dire , dimanche , c' est non seulement qu' ils estiment qu' il est légitime de réduire le septennat à un quinquennat ; mais deuxièmement qu' ils entendent être consultés lorsque quelque chose d' intéressant ou d' important les concerne . C' est cela que je leur demande de dire , qu' ils veulent être consultés .

Oui , la cohabitation n' est pas un système idéal . Et par conséquent , le quinquennat qui a pour résultat automatique de réduire ces risques , est une bonne chose en soi , mais ce n' est pas la seule raison , je les ai évoquées tout à l' heure .

Une leçon politique , essentiellement politique . C'est-à-dire la confirmation qu' il y a quelque chose qui doit être changé et qu' il appartient aux hommes politiques responsables de diminuer cette incompréhension qui s' est développée entre le politique , la décision qui vient d' en haut et les citoyens qui , aujourd'hui , se rendent compte que c' est de plus en plus à leur niveau que se font l' initiative , la responsabilité , la création ; que sont assumés les difficultés , les problèmes . Ce matin , j' étais en Charente dans une réunion et qui avait pour objet de régler les problèmes d' insertion par une association que le faisait très bien , parce qu' elle avait compris que là aussi c' est à partir du territoire , à partir de la base , à partir des citoyens sur des problèmes concrets , connus que l' on pouvait , le mieux , progresser pour améliorer la situation de chacun .

Ne prenons pas d' exemple ailleurs . Il est normal et légitime , et c' était d'ailleurs l' un des grands aspects de la Constitution de la Ve République en 1958 , qu' avait voulue le général de Gaulle , que l' on puisse interroger les Français par la voie du référendum . Malheureusement , les circonstances tragiques de la période 58-62 ont conduit les Français à considérer que le référendum était une sorte de plébiscite et cela a en quelque sorte dénaturé le référendum . Il faut aujourd'hui , le recrédibiliser et nous avons une occasion , dimanche , les Français ont une occasion , dimanche , de dire " nous voulons , nous ne voulons pas être des spectateurs , nous voulons être des acteurs et quand il y a quelque chose d' important , nous devons pouvoir nous prononcer "

Oui , naturellement , je comprends cette émotion . La Corse connaît des difficultés depuis longtemps et la situation se dégrade à tous égards . Les Corses , dans leur immense majorité , veulent sans aucun doute mieux affirmer leur identité , leur épanouissement dans l' ensemble qui est le leur et qui est un ensemble national , méditerranéen et européen . Donc , j' ai eu l' occasion de le dire - je suis intervenu deux fois sur ce sujet corse- il faut faire des réformes , elles sont nécessaires , elles sont souhaitables , elles sont indispensables . Alors , à partir de là , je n' ai pas l' intention de me prononcer sur ce qui n' est encore aujourd'hui qu' un projet , que des déclarations des uns ou des autres , y compris du Gouvernement . J' attendrai d' avoir un texte , le projet de loi qui est prévu pour dire ce que j' en pense . Mais dès à présent , je peux vous dire qu' il y a des limites qui ne doivent pas et qui ne peuvent pas , selon moi , être franchies . Elles tiennent à l' unité de la République et elles tiennent à la condamnation de la violence .

Je considère qu' il est inimaginable , pour moi , que l' on puisse amnistier des crimes de sang , ici ou ailleurs .

Là encore , je le répète , je ne suis pas en train de polémiquer avec quiconque . Je dis simplement que nous sommes dans une période de forte croissance où chacun sait que les recettes rentrent à flot dans les caisses de l' Etat , et que - je ne connais pas de précédent- malgré cela , le pouvoir d' achat du salaire mensuel n' augmente pas . Il reste stable . Ce qui , d' une certaine façon , est inacceptable pour des hommes , des femmes , des travailleurs qui , pendant plusieurs années , ont dû faire des sacrifices importants à cause de la faible croissance que nous avions , à cause des efforts que nous avons dû accepter pour rentrer dans l' Europe et dans l' euro . Par conséquent , aujourd'hui , ils ne comprennent pas pourquoi ils ne reçoivent pas leur juste part de cette croissance . Alors on sait très bien que c' est dû , notamment au blocage en quelque sorte des salaires provoqués par les lois sur les 35 heures . Je crois que le ministre des Finances , dans une ou deux interventions récentes , a eu raison de dire qu' il faudrait assouplir l' application des 35 heures ce qui prouvait effectivement qu' elles ne sont pas adaptées à la situation d' aujourd'hui . Mais on ne peut pas accepter que dans une situation qui est celle de la France , aujourd'hui , on ne réponde pas à deux objectifs , à deux nécessités .

La première , c' est de faire baisser nos dettes qui sont très excessives , ce qui suppose aussi que l' on fasse baisser naturellement les impôts et donc les dépenses de l' Etat , parce qu' il n' y a pas de baisse durable des impôts si parallèlement on ne fait pas les réformes nécessaires pour diminuer non pas la qualité ou la quantité des services publics naturellement mais leurs coûts , c' est à dire moderniser les choses .

Deuxième objectif , il faut faire en sorte que ceux qui ont fait les efforts , il y a quelques années , et jusqu' à une époque récente , trouvent aujourd'hui la récompense de ces efforts dans une amélioration de leur pouvoir d' achat , le pouvoir d' achat de leurs salaires . C' est tout à fait essentiel .

L' objectif d' un gouvernement , aujourd'hui , c' est d' assurer une croissance durable . J' observe dans le budget un infléchissement fort par rapport à tout ce qui c' est passé dans les dernières années . On est reparti dans le sens de la dépense . Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure voie . Je sais , en revanche , qu' il peut y avoir des inquiétudes sur la croissance , je ne suis pas personnellement inquiet , je vous le dis , je crois que c' est un élément passager . En revanche , on voit bien aujourd'hui qu' il y a des blocages qui sont en train de se faire . Il y a de plus en plus d' entreprises qui ont des problèmes de recrutement , d' approvisionnement , des délais de plus en plus importants , que nous avons en réalité un chômage qui baisse , mais une exclusion qui , elle , ne diminue pas . Les bénéficiaires des minima sociaux restent stables , alors qu' ils devraient diminuer , on a donc un vrai problème aujourd'hui à assumer , nous devons faire les réformes qui s' imposent pour permettre d' éviter ce genre de blocage .

Ce n' est pas seulement en France , vous avez observé , c' est à peu près partout , notamment en Europe . Il faut d'abord comprendre que les Français souhaitent que tout le monde soit traité de la même façon . Pour la grande majorité d' entre eux , la voiture est un instrument de travail tout comme elle l' est pour certaines professions . Quand vous partez à votre bureau le matin , et que vous prenez votre voiture , c' est votre instrument de travail . Par conséquent , il y a là une grande irritation . J' ajoute qu' à partir du moment où , je le disais tout à l' heure , le pouvoir d' achat des salaires n' augmente pas , cette augmentation du prix de l' essence est ressentie comme une ponction supplémentaire sur leur pouvoir d' achat , d' où cette grande irritation . Il est normal que l' essence soit taxée , pour bien des raisons et notamment parce qu' elle comporte des risques de pollution importants . Il n' est pas normal , je l' ai dit depuis longtemps , que l' Etat profite de l' augmentation par une fiscalité inadaptée du prix du pétrole pour recevoir des recettes supplémentaires . Les mesures qui viennent d' être prises pour réduire cet effet , sont des mesures souhaitables .

J' ai , hélas ! , été présent dans beaucoup de négociations pour les otages . Quand il y a un otage qui est pris quelque part , j' ai un peu le sentiment que c' est un membre de ma famille , mon fils ou ma fille , et je trouve cela tellement injuste , dramatique que je comprends ces sentiments de désespoir , d' angoisse que ressentent les parents et tout doit naturellement être fait . Mais il n' est pas facile d' agir dans ces cas là et de surcroît , il n' est pas facile de dire les choses exactement , pour une raison simple c' est que certaines peuvent être secrètes et d' autres sont si incertaines que l' on ne peut pas les dire , ce qui crée toujours une difficulté de contact . C' est pourquoi , j' ai essayé de garder le contact avec les familles , au moins sur le plan affectif . J' ai dit plusieurs fois aux uns , aux autres , si vous avez envie de parler , appelez- moi . Si vous avez quelque chose à me dire , dites -le moi . Evidemment , je suis très heureux que Jean-Jacques LE GARREC et Roland MADURA se soient évadés avec un courage et une détermination tout à fait remarquables . Les circonstances s' y sont prêtées , mais ils l' ont fait avec un grand courage . On peut être fier du comportement de nos deux otages . Fiers !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
référendum
dimanche
citoyens
décentralisation
matin
aujourd'hui
calomnie
interroger
souhaitables
quinquennat
dire
partir
achat
démocratie
irritation
conséquent
participer
niveaux
maires
déconcentration
quelque
insertion
consultés
parfaite
naturellement
mensonge
blocage
diminuer
essoufflée
exhume

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact