CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

S' agissant de la sécurité maritime , nous nous sommes mis d'accord pour mettre en œuvre toutes les mesures qui auront obtenu l' aval politique des Quinze , pour les mettre en œuvre sans attendre et sans délai , conformément naturellement aux règles de droit , mais sans attendre et sans délai de façon à répondre le plus vite possible aux exigences d' une mise en œuvre d' un droit de la mer .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «bovins» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «bovins»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 10 novembre 2000

Je voudrais saluer et remercier les représentants de la presse allemande , les représentants de la presse étrangère et les représentants de la presse française .

Ce sommet franco-allemand se déroule à un moment où les relations entre la France et l' Allemagne sont particulièrement denses et riches . Depuis le dernier sommet , qui avait eu lieu à Mayence en juin , il y a eu beaucoup de contacts et , notamment , j' ai eu le privilège d' aller deux fois en Allemagne . Une fois en visite d' Etat , dont j' ai gardé un grand souvenir , et une deuxième fois comme hôte d' honneur à Dresde pour le dixième anniversaire de la réunification , qui était extrêmement émouvant .

Alors , vous comprendrez qu' aujourd'hui , à un mois du Conseil européen de Nice , nous avons consacré beaucoup de temps à l' examen des problèmes que nous aurons à résoudre et à la préparation de Nice , aussi bien dans sa partie de CIG que dans les autres parties , les problèmes à la fois de société ou les problèmes économiques , sociaux qui se posent dans le cadre de notre Présidence .

L' Allemagne a clairement réaffirmé l' engagement pris à Rambouillet , c' est à dire sa volonté d' aider dans toute la mesure de ses possibilités la Présidence française dans son ambition d' avoir un résultat substantiel , clair . Nous nous sommes redit que nous n' accepterions pas un résultat modeste qui ne serait pas de nature à permettre la gestion de l' Europe élargie de demain , que nous voulions un résultat sérieux , des mesures sérieuses et que s' il s' agit bien d' avoir un résultat de cette nature , alors nous étions prêts , les uns et les autres , à faire les efforts nécessaires pour y arriver et , pour ce qui concerne nos deux pays , de façon parfaitement cohérente .

Il y a donc une parfaite entente franco-allemande quant aux objectifs et quant aux moyens d' atteindre ces objectifs .

Nous avons également parlé de l' élargissement , qui est un enjeu très important pour nos deux pays . La France s' est attachée , pendant sa Présidence , à faire progresser le plus possible les négociations . Mais , et en accord sans réserve avec notre partenaire allemand , dans des conditions qui soient là encore sérieuses et raisonnables , c' est à dire en respectant les engagements pris à Helsinki : ouverture de la porte au 1er janvier 2003 mais acceptation des pays qui auraient fait les efforts nécessaires et qui auront d' ici - là fait les efforts nécessaires pour pouvoir accepter la règle du jeu . Il ne serait d'ailleurs satisfaisant pour personne , ni pour l' Union , ni pour ces pays , que d' entrer de façon prématurée .

En ce qui concerne la défense , le sommet a permis de souligner l' action d' impulsion continue de nos deux pays , depuis le sommet de Cologne jusqu' à maintenant et le sommet de Nice , en passant par la toute prochaine Conférence d' engagement , dans laquelle nous prendrons des positions identiques . Une déclaration a été adoptée à l' occasion du Conseil de défense et de sécurité .

Nous avons évoqué beaucoup d' autres dossiers européens et naturellement , chacun le comprendra , les problèmes liés à la sécurité alimentaire et les problèmes liés à la sécurité maritime .

Pour les premiers , nous avons affirmé notre volonté , d' une part de mettre en œuvre le plus rapidement possible l' Agence européenne de sécurité alimentaire et , d' autre part , de progresser dans l' harmonisation des règles concernant la sécurité alimentaire au sein des Etats de l' Union . S' agissant de la sécurité maritime , nous nous sommes mis d'accord pour mettre en œuvre toutes les mesures qui auront obtenu l' aval politique des Quinze , pour les mettre en œuvre sans attendre et sans délai , conformément naturellement aux règles de droit , mais sans attendre et sans délai de façon à répondre le plus vite possible aux exigences d' une mise en œuvre d' un droit de la mer . Nous avons rappelé qu' il y avait tout de même quelque chose de profondément choquant de voir que , s' agissant de l' atmosphère , de l' air , il y avait une réglementation extrêmement précise et que , s' agissant de la mer , nous étions dans un état quasiment de non-droit , dans une situation , dans une zone de non-droit , ceci pour des raisons historiques mais qui ne peuvent absolument pas justifier les errements que nous constatons actuellement dans ce domaine . Par conséquent , nous allons mettre en œuvre des mesures qui nous permettent d' assurer une sécurité sur mer et dans la mer comme nous avons des mesures qui assurent la sécurité du ciel et la sécurité dans le ciel .

Nous avons également évoqué un certain nombre de décisions permettant d' accélérer les échanges et les passerelles entre les sociétés civiles française et allemande . Nous avons publié une déclaration et des fiches d' information bilingues destinées à informer les jeunes de nos deux pays sur les possibilités de faire un volontariat civil , pour les jeunes allemands en France et pour les jeunes français en Allemagne . Nous avons fait le point sur la modernisation de nos réseaux diplomatiques et sur les différentes initiatives que nous avions eu l' occasion de retenir lors de ma visite d' Etat en Allemagne et , enfin , nous avons continué à progresser sur la voie de la solution au difficile problème concernant le droit de visite dans les couples mixtes séparés . Des progrès importants ont été faites sur l' impulsion des deux ministres de la Justice , depuis un ou deux ans . D' autres progrès se font sur l' impulsion de la commission parlementaire dans ce domaine et nous souhaitons aller le plus vite possible vers une solution tout à fait humaine et transparente .

Voilà ce que nous avons fait pendant cette journée à Vittel , dans cet endroit agréable . Je vais d'abord donner la parole au Chancelier pour compléter mon propos .

Je crois que je pourrais répondre sans que le Chancelier pense différemment . Nous observons que cette région , qui a été si difficile dans l' Histoire , est en train petit à petit d' évoluer et a pris la bonne voie , c'est-à-dire celle de la démocratie , et donc celle de la paix . La démocratie étant toujours un préalable à la paix . Nous l' avons vu en Macédoine , nous l' avons vu en Croatie , et nous l' avons vu récemment de façon spectaculaire en Serbie . Naturellement , cela nous donne beaucoup d' espoir . Cela justifie notre appui à ce mouvement . Cet appui , nous aurons l' occasion de le manifester à Zagreb dans quelques jours et le ministre français des Affaires étrangères , d'ailleurs , était hier à Zagreb , en sa qualité de Président du Conseil des affaires générales . Et notre volonté , à Zagreb , c' est de bien faire comprendre à nos partenaires des Balkans occidentaux , y inclus l' Albanie , puisqu'il y aura les pays de l' ex-Yougoslavie plus l' Albanie , que leur destination finale c' est naturellement l' Europe . Ils sont européens . Ils appartiennent à l' Europe . Et , par conséquent , ils doivent emprunter la voie qui conduit à l' Europe .

Cela prendra du temps , naturellement , mais nous les y encouragerons autant que nous le pourrons . Nous les y encouragerons sur le plan politique et aussi sur le plan économique . Nous avons d'ailleurs longuement discuté ce matin . On a évoqué plusieurs sujets . Il y en a un également que l' on a discuté , c' est la répartition des aides que l' Union européenne apportera d' une part aux Balkans , dans le programme que l' on appelle CARDS , et d' autre part dans le programme qu' on appelle MEDA II pour les pays méditerranéens . Nous nous sommes d'ailleurs mis d'accord entre nous pour une proposition qui aura certainement l' accord de nos partenaires .

Donc , nous ferons un effort particulier , important , pour faciliter le développement économique et donc enraciner davantage chaque jour la démocratie , permettre le progrès dans ces pays et , petit à petit , les conduire à une situation où , tout naturellement , ils pourront rejoindre l' Union européenne , même si cela prend du temps .

Le Chancelier a peut-être quelque chose à ajouter .

Je voudrais ajouter , puisque j' ai été également interrogé , que le dispositif de surveillance et de précaution qui a été mis en place en France est aujourd'hui certainement le plus complet et le plus efficace de tous les pays européens , et même du monde . C' est d'ailleurs ce qui explique le fait que l' on trouve des cas de vaches folles en France . Parce qu' on les cherche systématiquement et , les cherchant , on les trouve . Mais nous sommes partis du principe que c' était la transparence , la recherche de l' efficacité qui devaient nous conduire à sortir de l' impasse ou des difficultés que nous connaissons actuellement .

Et je voudrais rappeler que , dès 1989/90 , parce que dans ces débats il faut se souvenir un peu de l' évolution des choses , la France a interdit les importations de farines animales . Elle a également interdit certains tissus bovins en provenance de Grande-Bretagne et les a retirés de la circulation . En mars 96 , à la suite de l' annonce par les Anglais du lien qui avait été découvert entre la maladie de la vache folle et la maladie de Creutzfeld-Jakob , l' embargo sur la viande britannique a été décidé et , à ce moment là , les farines animales ont été définitivement interdites pour l' alimentation du bétail , des bovins . Entre 96 et aujourd'hui , les morceaux considérés comme morceaux à risque ? ont été au fur et à mesure où on les a détectés éliminés de l' alimentation humaine et animale . Enfin , en juin 2000 , un programme très important , et à mes yeux tout à fait essentiel , de dépistage à été lancé sur la base de quelque 48000 tests . Donc voilà les principales mesures qui ont été prises . Je voulais les rappeler parce qu' elles sont importantes . Après , naturellement , il faut voir comment les choses doivent être gérées . Mais je voulais rappeler que s' il y avait des cas de vaches folles , c' est parce que la France a pris la décision de rechercher systématiquement la cause du mal , et ceci dans un esprit de transparence .

Vous savez , chère Madame , je voudrais d'abord dire que ce sujet ne peut supporter ni polémique , ni calcul , ni arrière-pensée . Il s' agit de la santé des Français . Alors , on peut avoir une approche différente , on peut avoir une différence de vue sur une solution . On ne peut pas polémiquer . J' ai dit tout à l' heure ce qui avait été fait , comment cela avait été fait . J' aurais pu ajouter que les professionnels eux - mêmes ont fait un effort considérable , notamment en participant à l' amélioration de la qualité et de la traçabilité dont parlait tout à l' heure le Chancelier . Et , aujourd'hui , nous avons sans aucun doute un problème qui est celui de rétablir la confiance . Alors , partant de l' objectif qui s' impose , celui de la santé publique , on ne peut certainement pas de mon point de vue transiger . Et donc je pense , quant à moi , qu' il faut fixer un cap clair et mettre en œuvre des mesures qui rétablissent la confiance .

C' est dans cet esprit que je souhaite pour ma part , mais je comprends parfaitement que le Gouvernement ait une approche différente ou un peu différente , pour ma part , je veux qu' on interdise les farines animales pour tous les élevages , c' est à dire non seulement pour les bovins , mais pour les autres animaux , c'est-à-dire essentiellement les porcs , les poulets et les poissons d' élevage . Et également que l' on s' engage , dans toute la mesure où la science le permettra , vers la mise en œuvre de techniques de dépistage systématique parce que ces deux mesures sont celles de nature à restaurer la confiance . Donc , voilà ma position . Je l' ai dite clairement , nous en avons parlé avec le Premier ministre . Et le Gouvernement , lui , avec les contraintes qui sont les siennes , a pris une démarche qui n' est pas exactement la même . Mais ceci n' a rien qui puisse déclencher la moindre polémique , de mon point de vue . Mais c' est à Monsieur le Premier ministre de répondre .

Vous voyez , Madame , que l' on peut avoir des points de vue différents sans pour autant alimenter les polémiques . Ce qui est vrai , c' est que l' ennemi , c' est le doute . Et que , pour lutter contre le doute , il faut avoir de la volonté , de la décision , de la détermination . Nous n' en sommes ni l' un ni l' autre dépourvus .

J' ajouterai que je persiste à faire la même réponse qu' à chaque conférence de presse où cette question est posée de façon , je dirai , quasi-rituelle . C' est que sur ce sujet , il y a une chose certaine , c' est la conclusion de ce que vient de dire le Chancelier : ce sujet ne fera pas problème entre nous . Voilà ce qu' il faut savoir .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
bovins
farines
animales
œuvre
encouragerons
avons
mesures
sécurité
sommet
folles
vaches
non-droit
alimentaire
dépistage
résultat
maritime
impulsion
petit
morceaux
ajouter
également
presse
alimentation
progresser
agissant
différente
visite
sérieuses
systématiquement
ciel

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact