CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

La police locale est dépourvue de moyens d' agir . Il faut avoir des moyens spéciaux , coordonnés , et ce que j' appelle des groupements de sécurité , des groupements régionaux de sécurité et d' intervention , c' est à dire le rassemblement de la police , de la gendarmerie , des procureurs , des magistrats , des impôts , des douanes , éventuellement de tel ou tel grand service de l' Etat qui , de façon coordonnée , décidée par le ministre de la Sécurité intérieure et coordonnée par le Préfet puisse prendre en main se substituant à une police locale insuffisante une situation globale de crise ou larvée pour éradiquer essentiellement ces systèmes mafieux .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «propositions» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «propositions»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 11 mars 2002

Je lui dis que je vais faire le maximum pour suivre son conseil , son sage conseil .

Ce n' est pas le panache qui doit caractériser une élection , enfin une campagne , encore qu' il ne doit pas en manquer . C' est de la conviction , c' est du fond . Ce sont des propositions , c' est une vision que l' on exprime aux Français , c' est un contact humain avec l' ensemble des Français .

Dans un premier temps , cela m' a fait sourire et je vais vous dire la vérité ; dans un deuxième temps , je n' ai pas souri , pas du tout , pas pour moi naturellement mais pour les Français . J' ai engagé la campagne il y a un mois , j' ai fait des propositions telles que je croyais utiles sur la sécurité , sur la santé , sur l' économie , sur l' emploi , sur l' environnement et j' attends les propositions des autres candidats notamment celles de monsieur JOSPIN , pour en discuter . Et qu' est - ce que j' entends ? Des propos sur le physique le mental , la santé ! Je dis c' est tout de même un peu curieux . C' est une technique qui s' apparente un peu au délit d' opinion même presque au délit de " sale gueule " , si j' ose dire . Alors je pense que les Français ont droit à autre chose , à un véritable débat digne d' une démocratie . En tous les cas , moi je continuerai parce que je m' inquiète de cette dérive , je ne m' associerai pas à cette dérive et cela ne me fait , je le répète , finalement pas rire du tout .

Ecoutez , je n' ai pas le souvenir de cela . Mais de toute façon même si cela avait été le cas lors de la campagne de 1988 , j' ai été très respectueux du Président sortant pour une raison particulière c' est que j' étais son Premier ministre et que , par conséquent , je lui devais par nature , le respect . Je vous le dis , ce n' est pas convenable vis-à-vis des Français . N' attendez pas de moi des jugements ! Que les uns ou les autres , dans le feu d' une campagne commettent quelques excès , je peux le comprendre , même si je ne l' approuve pas , mais quand il s' agit des principaux responsables , ils doivent conserver une certaine dignité , ne serait - ce que vis-à-vis des Français et vis-à-vis de l' étranger .

Oui , là on pourrait aussi longuement polémiquer mais au nom de quoi utilise - t - il comme seul argument de campagne " Il ne faut pas croire ce que dit mon adversaire ? " . C' est tout de même curieux .

alors puisque vous évoquez le bilan , évoquons -le rapidement . En 95 , je suis arrivé dans une situation difficile où le principal problème auquel les Français étaient confrontés était d' entrer ou non dans l' euro . J' ai pris des dispositions , souvent impopulaires , qui ont permis à la France d' entrer dans l' euro . Je vous rappelle qu' à l' époque il y avait 6 % de déficit quand il en fallait trois et que , quand le gouvernement JUPPE a quitté ses fonctions , on était à 3-5 , ayant fait l' essentiel du chemin . Cela n' a pas été évidemment sans douleur et sans problème . Si bien que l' argument me semble un peu spécieux . Mais en revanche , puisque l' on parle de mon bilan , on peut également évoquer celui du gouvernement actuel .

L' insécurité a fait un bon en avant , nous en reparlerons probablement . La fiscalité n' a pas diminué . La pauvreté , après 4 ans de croissance exceptionnelle n' a pas diminué et touche tout particulièrement les jeunes . Aucune des grandes réformes nécessaires , même quand il y avait eu des engagements , n' a été réalisée . C' est sur votre plateau , si j' ai bon souvenir , qu' en septembre 1999 , monsieur JOSPIN s' était engagé à faire la réforme des retraites .

Il s' était engagé . Il n' a pas tenu son engagement . Je pourrais multiplier les exemples de cette nature , je ne veux pas le faire naturellement pour ne pas être trop long . Mais je le répète , dans une campagne , il faut faire des propositions , dire ce que l' on veut pour l' avenir , et en discuter . C' est cela une campagne et il faut le faire avec dignité , parce que les Français ont le droit à une certaine dignité .

Je lui dirai " bonjour " ça ne fait pas l' ombre d' un doute . Le problème n' est pas celui du tête-à-tête , le problème est que , dans quelques jours , il y a le Conseil européen de Barcelone . Eh ! bien , je vais vous dire une chose , monsieur MAZEROLLE , je peux vous garantir qu' à Barcelone , quelles que soient les choses qui ont pu se passer ici ou les propos qui ont pu être tenus , à Barcelone , la délégation française que je conduis et que je préside saura , comme par le passé , assurer les intérêts de la France et défendre les intérêts de la France avec autorité , avec responsabilité et avec dignité .

Ce qui me différencie de monsieur JOSPIN , du candidat du Parti Socialiste , c' est que , moi , j' indique clairement ce que je veux faire et que lui dit ce qu' il fera peut-être mais qu' il n' a pas fait ou qu' il a refusé de faire énergiquement . Tout simplement parce que nous avons , dans ce domaine , deux philosophies et deux cultures différentes . L' insécurité qu' est - ce que c' est ? D'abord elle s' est considérablement accrue . Puisqu'on parlait de bilan , je voudrais tout de même rappeler que les deux ans de gouvernement JUPPE se sont traduits par une baisse - ce sont les statistiques officielles naturellement- de 11-5 % de l' insécurité et que les trois ans suivants du gouvernement actuel se sont traduits par une hausse de 16 % et l' explosion que nous connaissons actuellement . Je le répète , la culture différente , la culture du candidat du Parti Socialiste le conduit , tout naturellement à considérer que la société est violente et que tout cela a des excuses , et que finalement , il ne faut pas et on ne peut pas prendre , vous venez de dire des centres fermés . Mais je me permets de vous faire remarquer que , -majorité plurielle exige probablement - , mais le gouvernement a refusé de les faire . Alors qu' est - ce que je veux moi en matière de sécurité , en deux mots ? D'abord lutter contre la délinquance , pour cela il faut une justice de proximité susceptible comme les vieux juges de paix , de faire en sorte qu' il y ait une sanction proportionnée , juste , immédiate et exécutée . Et deuxièmement il faut qu' il y ait une création , effectivement , de centres fermés où l' on peut mettre les délinquants multirécidivistes .

Alors , il y a la lutte contre la délinquance , contre l' impunité qui est un mal qui nous ronge et puis il y a des situations de crise- je dirais , grave , soit spontanée : un endroit , un quartier qui s' enflamme ou au contraire , des situations de crise larvées mais très profondes , connues avec des systèmes mafieux , des caïds qui s' imposent -la loi qui n' est pas respectée- et pour cela , il faut avoir effectivement les moyens . La police locale est dépourvue de moyens d' agir . Il faut avoir des moyens spéciaux , coordonnés , et ce que j' appelle des groupements de sécurité , des groupements régionaux de sécurité et d' intervention , c' est à dire le rassemblement de la police , de la gendarmerie , des procureurs , des magistrats , des impôts , des douanes , éventuellement de tel ou tel grand service de l' Etat qui , de façon coordonnée , décidée par le ministre de la Sécurité intérieure et coordonnée par le Préfet puisse prendre en main se substituant à une police locale insuffisante une situation globale de crise ou larvée pour éradiquer essentiellement ces systèmes mafieux .

Non , pas du tout , non . Ce sont les moyens de l' autorité , du respect des autres qui sont coordonnés , qui sont donnés en quantité suffisante et coordonnée pour rétablir la sécurité à laquelle tous les citoyens ont droit . Ce sont d'ailleurs toujours les plus modestes et les plus faibles qui sont victimes .

Il y a un certain nombre de familles effectivement qui n' ont pas d' autorité sur leurs enfants et il y a des cas très divers , très différents . Il y a aujourd'hui des familles qui ont peur de leurs enfants . Ils ont peur physiquement .

je n' ai pas dit que je leur donnais des amendes . Ne caricaturez pas ce que j' ai dit , s' il vous plaît . Cela relève d' un traitement particulier qui est un traitement social . Il y a des familles qui , hélas , sont dépourvues , même sans peur , des moyens d' agir qui relèvent également d' un traitement social affirmé avec les moyens nécessaires et la mobilisation des associations , la générosité qui existe un peu partout . Et puis , il y a des familles qui ignorent délibérément leurs responsabilités , voire , qui profitent de la délinquance de leurs enfants , cela existe aussi et des trafics auxquels ils peuvent se livrer . Alors là , il y a un grand débat . Il y a ceux qui veulent supprimer les allocations familiales . Je vous le dis tout de suite : je ne suis pas de ceux - là . Je trouve qu' il ne faut pas mélanger les genres . Et il y a ceux qui , comme moi , disent , dans ce cas , il faut que , là encore , le juge puisse prendre une décision d' autorité qui doit commencer par être l' admonestation , l' avertissement mais qui peut , effectivement , aller jusqu' à l' amende si véritablement on se trouve devant des familles qui , n' ayant pas d' excuse sociale , laissent néanmoins leurs enfants faire n' importe quoi .

Voilà , ce que je veux dire . Ne le caricaturons pas .

Oui . Si vous me le permettez , je voudrais dire deux mots de plus sur la sécurité , très brefs .

Pour avoir un résultat en matière de lutte contre la violence et contre l' insécurité , il faut aussi avoir une volonté politique et les moyens de l' exprimer . Cette volonté politique , ne vous y trompez pas , elle n' existe pas aujourd'hui à gauche . Ce n' est pas dans leur culture . Et donc , elle ne s' appliquera pas . Et il faut en avoir les moyens . Et les moyens c' est ce que j' appelle une appréhension au sommet , c'est-à-dire la création , que j' ai proposée aussi , d' un Conseil de sécurité intérieure , présidé par le Chef de l' Etat et la création d' un ministère de la Sécurité intérieure avec tous les moyens pour coordonner les forces de police , de gendarmerie , de droit et cetera tous ceux qui participent à une véritable lutte contre l' insécurité . Il ne s' agit pas de faire acte de brutalité . Il s' agit de faire acte de pédagogie et , le cas échéant , d' avoir les moyens de faire respecter la loi .

Et la deuxième observation , elle sera brève aussi , c' est que tout cela , c' est le court terme , c' est la restauration d' une situation que l' on a laissé se dégrader de façon , je dis le mot , catastrophique . Mais il faut penser au long terme . Nous avons une situation d' urbanisme qui est inacceptable , en tous les cas aujourd'hui . Elle peut s' expliquer historiquement , mais elle est inacceptable . Il faut , sur un plan de vingt ans , prévoir la disparition de tous ces logements où s' entassent .

elles sont toutes concernées .

oui , nous avons commencé . Cela a été considérablement ralenti . Il faut reprendre ce plan permettant d' éliminer toutes ces tours et ces barres et faire un urbanisme plus humain . De même , là encore , la droite , comme vous dîtes , l' avait fait et la gauche l' a interrompu . La création des emplois , les zones franches dans les villes , celles qui ont été faites et qui avaient été décidées par le gouvernement JUPPE , ont été un grand succès . Personne ne le conteste et elles ont créé des emplois précisément là où il en fallait pour redonner de la vie . Celles - ci ont été supprimées . Il faut naturellement les rétablir . De même qu' il faut faire en sorte que les services publics soient présents partout , présents et sécurisés bien entendu et notamment dans des maisons .

vous avez remarqué , qu' effectivement , je ne me contredisais pas .

Alors cela veut dire quoi ? C' est le statut pénal sur lequel vous m' interrogez , du Chef de l' Etat . Je suis heureux de pouvoir vous répondre parce qu' il ne m' a pas échappé que beaucoup de Français n' ont pas compris ma position , n' ont pas compris pourquoi je ne voulais pas répondre à un juge comme n' importe quel Français . Probablement me suis - je mal exprimé . Je voudrais préciser les choses : moi je suis le gardien de la Constitution . J' estime qu' une démocratie , qu' une République doit respecter naturellement ses institutions . J' ai suffisamment reproché au gouvernement , à maintes reprises , d' avoir fait voter des lois dont il savait très bien qu' elles étaient inconstitutionnelles et qui l' ont été ensuite déclarées comme telles par le Conseil Constitutionnel . C' est un mépris des institutions qui n' est pas compatible avec l' idée que je me fais d' un état de droit et de la République .

La Constitution , monsieur MAZEROLLE , ne permet pas au Chef de l' Etat d' être entendu par un juge . Elle ne le permet pas .

. monsieur MAZEROLLE , c' est peut être plus l' époque , mais c' est la Constitution alors il faut la changer . Je vais y venir mais je n' ai pas le droit , moi , de mettre en cause ou d' ignorer la Constitution . D'ailleurs le Conseil constitutionnel s' est clairement exprimé et quand la Cour de Cassation a été saisie , elle a émis le même jugement . Je n' ai pas le droit de le faire .

Alors , voilà évidemment la question . J' y suis favorable et je vais vous dire tout de suite comment . J' y suis favorable mais , à condition , que cela se fasse dans la sérénité et dans le sérieux , non pas dans les couloirs de l' Assemblée nationale ou des partis politiques . Nous sommes là , sur des sujets sérieux . Il s' agit des fondements même de la République . On n' y touche pas n' importe comment et sous l' impulsion de n' importe quel courant d' air politique . Si je suis élu , je réunirai les plus grands constitutionnalistes , les meilleurs , tout de suite et je leur donnerai deux mois ou trois mois ce qu' ils demanderont , pour me faire des propositions de réforme constitutionnelle afin d' adapter une disposition de la Constitution qui semble contester ici ou là . Je leur demanderai d'abord de voir exactement ce qui se passe dans les autres démocraties , dans le détail , et deuxièmement de faire des propositions . Et ces propositions , monsieur MAZEROLLE , je les suivrai .

C'est-à-dire l' année prochaine . Enfin je veux dire , cette année , tout de suite après les élections .

Tout de suite après les élections .

Moi , personnellement , je trouve qu' il est désagréable et très gênant que le Président de la République ne puisse pas répondre à la convocation d' un juge parce que j' ai le plus grand respect pour la justice . Je crois à la justice de notre pays et j' aurais été très heureux , je serais très heureux de sortir d' un système qui est marqué par la rumeur , la calomnie qui vous permet de poser d'ailleurs indéfiniment les mêmes questions puisqu'il n' y a pas de réponse qui puisse être sérieusement donnée à la rumeur et à la calomnie . Cela serait beaucoup plus simple . Et donc je serai favorable à une réforme de cette nature . Mais j' ai aussi assumé ces fonctions , je sais ce que c' est que l' Etat , la République . Je sais combien on peut fragiliser ou mettre en cause la fonction du chef de l' Etat et donc sa capacité à exercer ses missions tout simplement parce qu' il y aurait des procédures intempestives . Et donc il faut faire attention . Ce n' est pas quelque chose qui peut être réglé , ici , entre vous et moi , c'est-à-dire entre des gens qui n' ont pas la compétence .

Monsieur LECLERC , je vais vous dire quelque chose . Il y a déjà un certain temps que la gauche a parfaitement compris une réalité . C' est que j' étais , moi , Jacques CHIRAC , le seul obstacle à la mainmise totale par la gauche sur notre pays , le seul . Je ne veux pas faire référence aux sondages mais enfin les choses sont ce qu' elles sont . Et par conséquent , elle a engagé une stratégie consistant à essayer de m' abattre en concentrant sur moi tous ses efforts et ceci par tous les moyens . Je dis bien par tous les moyens . Je prendrai un exemple simplement , pour ne pas , là encore , rallonger le débat . Depuis plusieurs semaines , on fait un grand battage politique , médiatique sur un livre écrit par un juge .

Justement , entre autres . Ce livre devait ébranler la République , mettre la France dans une situation tout à fait extraordinaire avec des révélations et cetera . Le livre est paru . Cela n' a pas ébranlé grand chose . Il faut bien le reconnaître mais en revanche on a entendu le juge HALPHEN , je dois le dire avec une certaine ingénuité , expliquer qu' il avait rendez-vous , en cachette , à l' Assemblée nationale avec le premier secrétaire du Parti socialiste , monsieur François HOLLANDE , dans le bureau d' un député , monsieur MONTEBOURG -comme par hasard - , pour évoquer sa carrière politique . Alors est - ce que c' est cela , vraiment , que vous considérez conforme à l' indépendance de la justice ? Est - ce que c' est réellement sérieux ? Je pose la question ?

J' écoute le moins possible maintenant .

Certes , mais je préfère conserver ma sérénité . Moi , je vous dis simplement un fait . Le juge en question a dit cela clairement . Est - ce que c' est l' idée , monsieur MAZEROLLE , que vous vous faites de l' indépendance de la justice ? Est - ce que ce ne sont pas des méthodes qui effectivement rappellent les méthodes de tous les extrémismes ? Evidemment si . Vous voyez , c' est facile de substituer l' attaque personnelle au débat d' idées . Mais cela n' est pas convenable .

Cette question m' a été posée 10 fois . 10 fois j' ai répondu . Mais je le répète la rumeur , la calomnie . " Calomniez , calomniez il en restera toujours quelque chose " .

Non , la rumeur et la calomnie ont justement pour objet de vous faire répéter indéfiniment les mêmes questions - ce que d'ailleurs vous ne manquez pas de faire- et ce que je comprends , c' est votre métier et vous auriez tort de ne pas le faire . Mais je vous le répète , ce sont des techniques que , pour ma part , je réprouve profondément et ce n' est pas cela une campagne électorale à la veille .

. à la veille d' élections qui sont essentielles pour l' avenir de notre pays et au moment où la France ne se porte pas bien . Bon maintenant nous parlons de programme .

C' est une hypothèse d' école .

Il est très difficile de plafonner les dépenses de santé parce qu' elles échappent un peu à notre contrôle . L' évolution des techniques est de plus en plus chère , l' allongement de la durée de la vie , et cetera . Le fait que les gens prennent , heureusement , davantage soin d' eux : tout cela fait que c' est plus cher . Cela ne veut pas dire que l' on ne peut pas plafonner , cela ne veut pas dire que l' on ne peut maîtriser . Nous avons trouvé une situation difficile à la Sécurité sociale quand j' ai été élu . Il y a un plan qui a été fait . Ce gouvernement Juppé a sauvé la Sécurité sociale . Il ne faut tout de même pas l' oublier parce que c' était essentiel à l' époque . Parmi les mesures qui ont été prises et qui n' étaient pas populaires , forcément , il y a eu effectivement la maîtrise comptable . Je l' ai approuvée à l' époque . Je n' ai donc pas de critiques à formuler . Je reconnais aujourd'hui que c' était une erreur cela n' a pas marché , cela n' a pas été compris et les médecins ne l' ont pas acceptée . C' est comme cela . Après avoir beaucoup réfléchi , après avoir parlé avec eux , après avoir approfondi cette question , j' en suis arrivé à la conclusion que la maîtrise comptable devait être éliminée et qu' il fallait en venir à une autre technique qui est celle de la généralisation des bonnes pratiques professionnelles . Et que les représentants des organisations de médecins , de paramédicaux et cetera . étaient tout à fait disposés à aller dans cette direction . Cela est une première chose . La deuxième chose , c' est qu' il y a un vrai problème de niveau de vie et qu' il y a donc un problème de dialogue avec toutes ces organisations .

Cela dépendra de ce que l' on décidera mais ce qui est certain , c' est que l' on ne peut pas se contenter de dire que l' on ne peut rien faire . Nous avons une médecine en France qui est l' une des meilleures du monde et reconnue comme telle . Ne la laissons pas se dégrader . Il y a une crise profonde . Elle est ce qu' elle est . Eh bien , il faut en sortir par le dialogue social avec les organisations syndicales représentatives . De même qu' il faut créer des agences régionales , sinon , cela ne marchera pas . Faire un plan qui nous permette de régionaliser et d' équiper nos hôpitaux comme il convient et qu' il faudra bien aussi faire un effort supplémentaire en ce qui concerne le cancer et le sida ainsi que d'ailleurs les maladies dites orphelines .

D'abord vous me permettrez de rappeler qu' en 93 , je crois , il y a eu une baisse importante des charges portant sur les emplois les moins qualifiés . Il y a eu , il y a trois ou 4 jours , d'ailleurs , votre antenne en a longuement parlé , un rapport de l' INSEE qui indiquait que grâce à ces mesures , on avait créé 460000 emplois . Tout simplement parce qu' en France , les charges sociales , notamment sur les emplois les moins qualifiés sont beaucoup trop lourdes et le résultat c' est que les entreprises n' embauchent pas . Or les vrais emplois ne sont pas des emplois administratifs , ce ne sont pas des emplois occasionnels . Les vrais emplois ce sont des emplois dans l' entreprise et donc c' est cela qu' il faut faciliter . Je voudrais tout de même vous dire que s' agissant de la situation de l' emploi , nous venons d' avoir les statistiques européennes dans ce domaine et nous n' avons pas lieu d' être particulièrement fiers ou heureux . Nous sommes le onzième pays en ce qui concerne l' emploi .

Attendez , bien sûr cela dépend , mais c' est moins bien que les autres . Voilà c' est ce que je veux dire . Nous sommes le onzième pays en matière d' emplois . On est le onzième , on était avant mieux placés , nous avons aujourd'hui une situation depuis 9 mois -les statistiques européennes viennent de le dire , de l' indiquer- l' augmentation du chômage a été de 1-2 ou 1-3 sur l' ensemble de l' Union européenne et de 3-5 sur la France . Non , nous n' avons pas une bonne situation en matière d' emplois . La politique qui a été conduite en matière d' emplois a été dans ses résultats , masquée par la croissance exceptionnelle que nous avons connue mais n' a pas été une politique efficace .

J' ai assumé un certain nombre de responsabilités à la tête de l' Etat . J' ai notamment , été ministre du Budget et ce sont des problèmes que je n' ignore pas . Je peux vous chiffrer les propositions que je fais . Je ne vais pas vous ennuyer avec des chiffres . Mais ce que je peux vous dire , c' est que les propositions que je fais , d' une part , sur ce qui est nécessaire pour améliorer la sécurité intérieure et extérieure , -car nous sommes vraiment à un niveau très insuffisant en matière d' équipement de nos armées- les propositions que je fais , en ce qui concerne la justice qui doit être très fortement réhabilitée et les propositions que je fais en matière économique .

Oui eh bien c' est parfaitement cohérent . Je peux vous donner les chiffres si vous voulez , j' ai consulté bien sûr les plus grands experts mais .

Je ne me suis pas dépourvu d' une certaine expertise . C' est totalement cohérent avec une croissance telle qu' elle est prévue aujourd'hui par les organisations internationales et avec l' impulsion naturellement que cette libération des énergies donnera aussi à notre activité . Je vous disais tout à l' heure que lorsqu' on avait fait la diminution des charges sur les emplois les moins qualifiés , on avait créé 450000 emplois , mais 450000 emplois , c' est aussi beaucoup de recettes .

Mais je vous l' ai dit . Vous voulez me faire dire quelque chose que je vais vous dire volontiers . Des marges de manœuvre , nous en avons . Nous en avons par la réforme nécessaire de l' Etat qu' il faudra bien , petit à petit , mettre en œuvre .

Cela ne veut pas dire obligatoirement moins de fonctionnaires . Cela veut dire plus d' efficacité .

la masse salariale est très importante . Elle est probablement trop importante , et elle devrait être mieux affectée aux tâches qui sont réellement indispensables . Il y a là , une révision complète . Je recevais ce matin des industriels pour le prix de l' audace créatrice , d'ailleurs votre journal en a rendu compte . J' indiquais que nous avions aujourd'hui plus de 100 systèmes d' aides à la création des petites entreprises mais qu' en Angleterre ou en Irlande , il fallait quelques heures pour créer une entreprise , en France des semaines . Qu' est ce que c' est que tous ces bureaux , tous ces guichets , tous ces gens . ?

mais vous oubliez une chose , monsieur MAZEROLLE , c' est que nous arrivons pour des raisons démographiques dans une période où un très grand nombre de départs à la retraite vont être .

. pas tous , il faut remplacer en réorientant . Il faut faire une vraie réforme de l' Etat . Deuxièmement nous avons une ouverture importante du capital des entreprises publiques qui est évidente . Cette ouverture du capital devra être affectée notamment et en partie importante à couvrir nos besoins en matière de retraite , puisqu'on n' a toujours pas fait cette fameuse réforme .

. Il ne faut pas croire tout ce que dit Lionel JOSPIN , je me permets de vous le dire . monsieur JOSPIN s' était engagé à le faire , je le répète , ici même .

non , non , je m' excuse de vous dire qu' en septembre , je crois que c' était le 13 septembre 1999 . Il me semble bien que c' était sur le plateau de France2 , monsieur JOSPIN , en tant que Premier ministre , s' est engagé à faire , pour le début de l' année 2000 la réforme des retraites , en disant que son gouvernement naturellement avait pris toutes les dispositions pour cela . Naturellement , il n' a rien fait du tout .

Nous sommes le seul pays où il n' y a pas de fonds de pension , où les Français ne peuvent pas .

cela veut dire concerté avec les organisations syndicales et professionnelles .

oui , mais permettez - moi de vous dire que lorsque moi je parle de dialogue social , je suis crédible . Mais que , quand on regarde ce qui s' est passé en France depuis 5 ans , on a du mal à croire monsieur JOSPIN lorsqu' il parle de dialogue social . C' est une des grandes faiblesses . Je parlais tout à l' heure de son bilan . On a évoqué l' insécurité et le développement de la violence , on aurait pu parler de la compétitivité de plus en plus faible de la France qui se traduit par le fait que nos capitaux , nos cerveaux , partent à l' étranger parce que les conditions de travail dans notre pays ne sont pas encourageantes . On aurait pu aussi parler de ce dialogue social inexistant . Voilà un gouvernement dit de gauche , qui a réussi à effacer complètement le dialogue social . Je décide , j' impose , je ne discute pas . Voilà , les 35 heures .

Ne caricaturez pas . Les syndicats ont suffisamment exprimé , tous , sans exception .

Les syndicats ont suffisamment exprimé leur mécontentement à l' égard de la méthode qui avait été choisie . Cette méthode autoritaire , idéologique , socialiste . Pour comprendre ce que je dis , quand je dis qu' il faut discuter avec eux . Les syndicats savent très bien que toutes les entreprises ne sont pas identiques , que les choses doivent s' appliquer en tenant compte de la nature de l' entreprise , de la nature de la région , de la nature du travail et que le problème du boulanger est évidemment très différent de celui de l' entreprise Renault . Donc il faut assouplir ces 35 heures , naturellement , ne serait - ce d'ailleurs que , pour permettre aux gens qui veulent travailler plus pour gagner plus , de le faire .

J' en suis persuadé . Mais il faut le négocier avec eux . J' en suis tout à fait persuadé . Comment pouvez - vous admettre que la France soit aujourd'hui le pays où l' on travaille le moins en Europe ? Alors je veux bien . Mais le résultat , monsieur MAZEROLLE , monsieur LECLERC , c' est qu' aujourd'hui les statistiques de l' Europe européenne , -encore elles naturellement , mais on ne peut pas y échapper - , montrent que nous sommes le douzième pays pour ce qui concerne la richesse par habitant . Nous étions , il y a encore quelques années , le troisième ou le quatrième . Le douzième .

mais non monsieur LECLERC , on a décroché parce que l' on travaille de moins en moins et comme on travaille moins , on n' a pas de progression de notre pouvoir d' achat au niveau où l' on aurait pu l' escompter . Quand vous pensez que l' on a eu 4 ans de croissance . Et je vous le disais tout à l' heure , la pauvreté n' a pas diminué . Mais de la même façon , le pouvoir d' achat a augmenté , certes , mais très peu , par rapport à la croissance . Tout cela parce que nous sommes dans un système clos , fermé , autoritaire , idéologique . Il faut redonner de l' oxygène . Il faut libérer les énergies des Français . C' est comme cela que l' on redonnera un élan à notre économie et à notre peuple qui en a bien besoin et qui le mérite .

Une intervention , je l' entends beaucoup dire .

La situation au Moyen Orient ne se dénouera pas sous la seule impulsion de l' Europe pour une raison simple : c' est que le gouvernement israélien est totalement insensible à ce qui peut venir de l' Europe . Cela ne pourra se dénouer que s' il y a un accord entre les Etats Unis et l' Union européenne et les pays arabes . Alors je voudrais noter une lueur d' espoir dans la situation des plus dramatiques et Dieu sait que celle que nous connaissons aujourd'hui au Moyen Orient est dramatique . Je voudrais noter une lueur d' espoir : c' est la proposition qui a été faite par le prince héritier ABDALLAH d' Arabie Saoudite et sur laquelle j' ai le sentiment , je peux me tromper , mais j' ai le sentiment que l' ensemble des pays arabes peut se rassembler .

Voilà , les territoires contre la paix et la reconnaissance . C' est un élément profondément nouveau et qui , à mon avis , est porteur d' espérance . Il va faire l' objet d' un grand débat dans quelques jours au sommet arabe de Beyrouth et , comme vous l' imaginez , je suis en contact permanent avec tous ces Chefs d' Etat et de Gouvernements . J' ai donc des informations . Je pense que l' on peut avoir , pour la première fois , une position cohérente et unanime . Alors ça , c' est un vrai élément nouveau qui peut être pris en compte et en considération par le gouvernement israélien , appuyé par les Etats Unis et l' Europe . Alors j' ai un petit espoir . Mais on a souvent été déçu . Alors !

Je le vis bien . Je ne sais pas si vous avez le sentiment que je le vis mal .

Je ne le regarde pas tout simplement parce que l' heure où cela passe , est une heure où je suis généralement encore dans mon bureau .

Mais qu' est - ce que vous voulez . Cela fait partie de la liberté de quolibets qui existe et que je n' ai pas à contester , ni à juger , que cela me plaise ou ne me plaise pas .

Non , je n' ai pas ce sentiment . Une campagne , c' est deux choses : ce sont des propositions , je m' efforce de les faire sérieusement et de les faire passer , - ce qui n' est pas facile dans le climat actuel - , vous l' aurez observé . Parce que , lorsque l' on fait des propositions , il faudrait pouvoir les comparer avec celles de ses adversaires et , jusqu' ici , ce n' est pas le cas .

Alors attendons . Peut être qu' à ce moment là , il commencera à parler de ses propositions ce qui donnera un peu plus de force et de dignité au débat .

Et deuxièmement , il y a une espèce d' alchimie qui existe entre un candidat et puis les Français . Et cela relève du contact permanent . Ce contact , je l' aime . Je l' aime parce que l' on apprend beaucoup de choses . Je ne vais pas uniquement , vous l' avez observé , dans des endroits faciles . Je veux savoir ce que pensent tous les Français , comment ils réagissent , pourquoi on a laissé se développer notamment cette culture du manque de respect des uns pour les autres , ce qui est un des problèmes de notre société et ce contact je l' établis . Je le poursuis et j' y trouve , au-delà même des problèmes de la campagne , une grande satisfaction .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
propositions
emplois
campagne
rumeur
calomnie
onzième
insécurité
monsieur
juge
effectivement
matière
dire
faire
statistiques
coordonnée
contact
engagé
faut
caricaturez
bilan
moyens
coordonnés
traitement
dignité
lueur
traduits
douzième
plafonner
plaise
dégrader

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact