CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Il faut donc créer des groupements d' intervention régionaux capables de mettre à bas les systèmes mafieux grâce à une action forte , conduite avec tous les moyens nécessaires et grâce à la coordination des magistrats , des policiers , des gendarmes , des douaniers et des agents du fisc , et de tous les corps capables d' apporter un concours utile .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «baisse» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «baisse»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
J. Chirac - 8 avril 2002

Nous assistons à une tragédie immense à la fois pour les Israéliens et les Palestiniens . Une action déterminée de la communauté internationale s' impose .

La contribution de l' Europe est importante à côté de la politique américaine . La France a été très active au Conseil de sécurité . Il ne se passe pas une journée sans que j' aie des contacts avec nos amis américains , israéliens et arabes , pas une journée sans que je sois en contact avec la présidence européenne . Les contacts que nous avons ne sont pas étrangers aux évolutions observées . Devant l' aggravation de la situation , j' ai demandé à l' ambassadeur d' Israël et à la représentante de Palestine à Paris de dire à leurs autorités avec la plus grande netteté l' urgence que la France attache à la mise en œuvre des décisions des Nations-Unies .

Il y a au Proche-Orient un devoir de paix . Israéliens et Palestiniens ne sont pas condamnés à la guerre . Ils sont au contraire voués à la paix , dans le respect et la tolérance . La tolérance , c' est aussi par le respect de tous les lieux saints . Je pense , en particulier , à la basilique de la Nativité , qui en est l' un des symboles .

J' ai dit ma condamnation sans réserve de toute forme d' attentat sur notre territoire . Particulièrement de toute forme d' attentat contre les symboles ou les biens de la communauté juive . Je me suis rendu à la Grande Mosquée de Paris , à la rencontre des musulmans de France . J' ai rappelé l' idée que je me fais de la République et de ses valeurs . Elle exclut tout antisémitisme , comme toute forme de racisme ou de xénophobie .

Tout ce qui met en cause l' unité de la nation est infiniment dangereux et doit être combattu . La France n' est pas et ne sera jamais une juxtaposition de communautés . Nous sommes une communauté nationale , vivante , où chacun a sa place , avec ses diversités . Dans des temps d' inquiétude , il faut retrouver des repères sûrs : l' autorité , si souvent défaillante aujourd'hui , notamment celle de l' Etat ; la nation , dont la cohésion exprime un vouloir vivre ensemble qui seul peut nous permettre de surmonter les difficultés et de répondre aux besoins de tous nos compatriotes ; les valeurs de la République , trop souvent malmenées , et pourtant plus nécessaires que jamais aujourd'hui pour que la loi reste la même pour tous sur tout le territoire . Le temps est venu de réaffirmer fortement l' autorité de l' Etat , la cohésion de la nation et l' unité de la République . Aujourd'hui , l' Etat doit être remis au service de la nation . Je ne pourrai pas accepter une quelconque mise en cause de nos principes fondamentaux . De la même manière , je ne saurai accepter qu' un conflit extérieur , quelle qu' en soit la nature , puisse conduire sur notre sol des Français à se dresser contre d' autres Français .

Eu égard aux actes qu' ils ont commis , ils devront être pourchassés , trouvés et punis d' une façon exemplaire . Il faut être vigilants . Il s' agit de préserver notre cohésion nationale , c'est-à-dire notre communauté de destin .

La France n' est pas antisémite . Il y a pourtant une recrudescence d' actions antisémites , et je m' en inquiète . C' est la raison pour laquelle j' ai lancé un appel à la vigilance , au dialogue , au respect de l' autre , à la tolérance .

Cette campagne arrive à un moment clé pour la France et pour les Français . La France a des atouts formidables . Et pourtant , aujourd'hui , elle tourne au ralenti . Ce n' est pas normal . Je ne m' y résigne pas . Il faut réagir . Après plusieurs années d' attentisme et de dérobades devant les réformes que tous les Français attendent , le temps de la volonté et de l' action est venu .

Ma femme remplit depuis toujours à mes côtés un rôle essentiel . Il est normal que les Français le sachent . Je suis très fier de constater l' affection que de nombreux Français lui portent . Elle met tout son cœur dans ses engagements , comme élue , pour les hôpitaux , auprès des enfants . Et pour tout cela , elle force mon admiration .

Les 21 avril et 5 mai , tous les Français pèseront du même poids pour décider de l' avenir de la France et de leur propre avenir . Tous auront la même responsabilité . Tous sont concernés . Rien ne peut se faire sans eux .

Il y a de profondes différences de tempérament , de culture politique , de vision de la France , et je dirai même surtout de vision de l' homme . Je ne vois pas la France comme un champ clos où s' opposent des catégories et des intérêts entre lesquels l' Etat devrait arbitrer à coups de réglementations .

Le candidat socialiste a une vision idéologique , très étatique , très réglementaire des choses . Il ne fait pas spontanément confiance aux hommes et aux entreprises pour manifester du dynamisme , pour créer de la richesse .

Le dialogue social a été totalement mis entre parenthèses . Or il est le moteur le plus efficace du progrès social . De ce point de vue , rien de plus caricatural que la mise en œuvre des 35 heures , dont je n' ai pas , en revanche , critiqué le principe . Elle est intervenue de façon totalement bureaucratique , sans référence aux réalités de la vie , aux aspirations légitimes des travailleurs , et sans la moindre consultation des entreprises . C' est la marque d' un état d' esprit dépassé qui ne peut pas être à la base d' un vrai projet moderne et dynamique pour la France .

Pour ma part , je crois à la primauté de la volonté , de la liberté et de la responsabilité dans une société où l' Etat garantit les besoins essentiels , et où chacun apporte son énergie , son enthousiasme , son intelligence et ses capacités d' initiative .

Dans notre France , chacun a sa place et je dois dire que je suis très choqué quand j' entends le candidat socialiste expliquer qu' il y aurait plusieurs France , opposées les unes aux autres . C' est une approche qui divise au lieu de rassembler .

Notre Constitution a donné au chef de l' Etat la responsabilité des intérêts fondamentaux de la France . Les Français ont décidé une cohabitation . J' ai respecté leur volonté en faisant en sorte , dans l' intérêt général , que la cohabitation soit constructive . Pour autant , à chaque fois que l' essentiel était en cause à mes yeux , j' ai exprimé , parfois fortement , mes désaccords . Le gouvernement , quant à lui , appuyé par sa majorité , a mis en œuvre sa politique économique et sociale . Je regrette que nous n' ayons pas su profiter de 4 années de croissance forte pour dégager le chemin de la France . L' insécurité s' est aggravée . Elle a pris des proportions qui en font un vrai problème de société , avec une remise en cause de l' égalité des chances , des libertés , bref , des principes essentiels de notre pacte républicain . Depuis un an , le chômage est reparti à la hausse . La réforme de l' Etat a été éludée . La sauvegarde des retraites n' a pas été assurée . Nos impôts sont parmi les plus élevés d' Europe . Le monde de la santé , du médecin de famille à l' hôpital public , traverse à l' évidence une crise très grave . Et après une si longue période de croissance , la pauvreté n' a pas reculé . Il est donc essentiel que les Français se mobilisent pour assurer leur avenir . Si je me suis de nouveau engagé , c' est pour leur donner les meilleures chances de réussite .

Depuis 5 ans , les crédits d' équipement des armées ont été rognés pour financer des dépenses budgétaires en constante augmentation , en réponse aux surenchères des intérêts catégoriels . J' ai dû constamment intervenir pour préserver l' essentiel . Mais il est certain , aujourd'hui , qu' un effort de rattrapage s' impose . Notre monde reste profondément instable . Avec les attentats terroristes du 11 septembre dernier , avec , aujourd'hui , la crise du Proche-Orient , et tant d' autres conflits , nous devons plus que jamais être conscients de l' importance de notre sécurité extérieure . Nous ne pouvons baisser la garde au nom d' une vision angélique et irresponsable .

Le candidat socialiste appartient à une famille de pensée qui , face au problème de la sécurité , réagit en déclarant : " La société est violente . " On est resté au vieux slogan : " Il est interdit d' interdire . " A partir de là , tous les maillons de la chaîne de l' autorité et de la responsabilité sont affectés , la famille , l' école , les forces de l' ordre , la justice . Ce n' est pas du tout ma conception .

Disons une certaine culture socialiste , qui ne correspond pas aux exigences du pacte républicain , de liberté , d' égalité et de fraternité . Veut - on ou non rétablir l' autorité ? Moi je le veux , parce qu' il s' agit d' un préalable indispensable . Et je doute que le candidat socialiste fasse demain ce qu' il s' est refusé à faire pendant 5 ans .

D'autant qu' à supposer qu' il le veuille vraiment , il n' aurait pas de majorité pour le faire . Entendez ce que disent les communistes , les Verts , les " chevènementistes " , la droite du parti socialiste et sa gauche . La cacophonie est totale . La sécurité est une priorité nationale .

Quand un phénomène touche aux principes même de notre société , avec cette ampleur , il appartient au chef de l' Etat d' en prendre personnellement la mesure et la responsabilité . Je propose de créer en France un conseil de sécurité intérieure sous la présidence du chef de l' Etat , qui donnera à la fois l' impulsion et les grandes directives . Il nous faut un ministère de la sécurité qui ait notamment la possibilité de coordonner l' ensemble des moyens qui participent à la sécurité , police et gendarmerie .

L' objectif , c' est l' efficacité . Elle nécessite une unité dans la conduite opérationnelle des forces de l' ordre . Mais les gendarmes , qui sont militaires , resteront naturellement sous statut militaire . Je leur en apporte la garantie formelle .

Une part importante de la violence est la conséquence d' une évolution qui a marqué beaucoup de quartiers ou de cités . Je veux parler des organisations mafieuses : elles ne se mettent jamais au premier rang , mais leur ambition est de gagner beaucoup d' argent grâce au trafic de la drogue , à l' immigration clandestine , à la prostitution , aux recels d' armes et d' objets volés . Ainsi se crée un tissu qui est tout particulièrement propice au développement de toutes les formes de la délinquance .

Il faut donc éradiquer ces systèmes mafieux . Certaines régions sont touchées de manière endémique , d' autres par des accès de fièvre : partout , les forces de l' ordre ne sont pas suffisantes . Il faut donc créer des groupements d' intervention régionaux capables de mettre à bas les systèmes mafieux grâce à une action forte , conduite avec tous les moyens nécessaires et grâce à la coordination des magistrats , des policiers , des gendarmes , des douaniers et des agents du fisc , et de tous les corps capables d' apporter un concours utile .

Nous devons aussi rétablir certains repères . Il faut en finir avec l' impunité . Chaque incivilité , chaque acte délictueux doit être sanctionné . Mais il faut des moyens . Il faut instituer des juges de proximité , associer les municipalités sous le contrôle des magistrats , et être en mesure de faire exécuter les peines .

Reste le problème des multirécidivistes , chefs de bande , dont les rapports de police disent qu' ils sont quelques milliers au maximum . Chaque fois qu' ils sont pris , ils sont relâchés et exercent sur les plus vulnérables un pouvoir encore renforcé par le prestige d' avoir affronté la police et la justice .

Ces délinquants multirécidivistes doivent être placés dans des centres fermés , que le gouvernement a toujours refusés souvent avec véhémence . Comment croire que les socialistes pourraient les créer demain ?

Nous sommes aujourd'hui dans un monde ouvert , globalisé , mondialisé . Maintenant que nous avons fait l' effort nécessaire pour réaliser l' euro , la baisse des prélèvements est non seulement possible mais également inéluctable .

Notre compétitivité baisse parce que nos entreprises sont globalement plus chargées que les autres . Notre compétitivité doit absolument être restaurée . Nous sommes de plus en plus mal placés en ce qui concerne les impôts , les déficits et les charges de toute nature . Impossible de continuer ainsi . La réduction des impôts et des charges n' est pas , pour moi , une mesure idéologique ni politique : c' est une réforme vitale . Ce sont nos investissements , notre activité et nos emplois qui sont en cause . Il faut d'abord diminuer les prélèvements qui affectent le plus notre compétitivité .

L' impôt sur le revenu : vous avez des Français qui aujourd'hui limitent leur activité parce qu' ils n' ont pas intérêt à travailler plus . D' où ma proposition de réduire l' impôt sur le revenu d' un tiers en 5 ans et de 5 % pour l' impôt payable cette année

Ensuite , l' impôt sur les sociétés . Mon objectif est de le faire revenir dans la moyenne européenne , sinon nous souffrirons d' un handicap qui ne nous permettra pas de développer nos entreprises , sources d' emploi et de progrès social .

Enfin , et peut-être même surtout , les charges sociales : l' Insee a montré que les mesures qui avaient été prises en 1993 et 1995 - réduction des charges sociales pour les salariés les moins qualifiés - étaient le moyen le plus efficace de créer des emplois . 460000 emplois ont ainsi été créés .

L' ensemble de mon projet sur 5 ans représente 30 milliards d' euros . Il est financièrement équilibré , en tenant compte des recettes dégagées par le retour de la croissance . Tous les experts s' accordent à reconnaître que si les bonnes décisions sont prises , la croissance se situera autour de trois % pour les années à venir .

Ce surcroît de recettes devrait s' élever à 65 milliards . La moitié devra revenir aux Français . Il est légitime qu' ils reprennent une part de ce que leur travail leur a permis de produire . Le reste ira à des dépenses nouvelles , destinées notamment à la sécurité intérieure et extérieure , et à la réduction des déficits , un objectif absolument indispensable . Les dépenses publiques ne doivent pas augmenter de plus de 1-4 % par an .

Les socialistes n' ont aucun projet dynamique pour la croissance et l' emploi . Ils ne proposent rien pour redonner de la compétitivité à la France , mobiliser les énergies , insuffler plus de dynamisme à nos entreprises .

La baisse des impôts est aujourd'hui une nécessité , je l' ai dit , car c' est notre compétitivité par rapport à nos voisins qui est en jeu , c'est-à-dire nos investissements et nos emplois .

La BCE n' a rien fait d' autre que réaffirmer , et j' y souscris sans réserve , qu' il fallait respecter le pacte de stabilité . Un objectif a été arrêté par les ministres des Finances à Barcelone , et il faut s' en rapprocher le plus possible . La polémique à ce sujet , même si elle est sans intérêt , se déroule dans une hypocrisie totale . Ce qui est plus grave encore , ce sont les propos du ministre des Finances , alors qu' il a présenté , pour la première fois depuis huit ans , un budget qui enregistre un accroissement des déficits . Il n' ose même pas préciser le taux de cette augmentation - il y a quelques semaines , nous en étions à 1-4 % et il y a quelques jours à 1-9 % . Je ne veux pas préjuger quelle sera la dérive . En tout cas , vouloir augmenter le déficit , se révéler incapable de le maîtriser , et prétendre que ce sont les autres qui ne veulent pas rétablir les équilibres , je trouve que c' est une polémique un peu « , si vous me passez le mot !

Nous sommes dans une période de ralentissement économique . Elle exige , je vous l' ai dit , une politique de forte baisse des prélèvements pour redynamiser la croissance . La situation exacte des comptes publics telle que le prochain gouvernement pourra en prendre connaissance , déterminera le délai dans lequel l' équilibre budgétaire pourra être rétabli . Elle ne changera rien à cette politique nécessaire de baisse résolue des impôts et des charges .

Quelle que soit l' évolution de la conjoncture internationale , c' est d'abord sur nos propres forces qu' il faut compter .

Cette crise peut être pour une part attribuée à la conjoncture internationale - et celle - ci s' améliore , sans aucun doute - mais il faut juger aussi de la capacité d' un pays à donner sa propre impulsion économique . Or le gouvernement actuel ne la donne pas . Voilà qui justifie l' ensemble des mesures que je propose .

Le travail est une valeur essentielle que je veux défendre , et cela passe bien évidemment par l' assouplissement des modalités d' application des 35 heures . Il est indispensable qu' une société moderne récompense l' effort et la prise de risque . J' ai , pour ma part , proposé un plan national de mobilisation pour la recherche et l' innovation et pour permettre la création d' un million d' entreprises en 5 ans . Il faut que la France se porte sur les créneaux de l' avenir et fasse le pari de l' intelligence : celui des qualifications pointues , des biotechnologies et des technologies de l' information .

Le nombre des fonctionnaires n' est pas un objectif en soi . Il faut avoir pour but une administration efficace et des agents publics heureux , donc motivés . Il y a des secteurs qui ont besoin de plus de fonctionnaires : forces de l' ordre , hôpitaux , justice . Dans d' autres cas , des services peuvent être regroupés et les effectifs diminueront . Prenez l' exemple de la suppression de la vignette dont la collecte mobilisait 4000 agents , qui ont été libérés de cette mission .

Non , je ne le crois pas et je ne le propose pas . Il faut préserver notre retraite par répartition . C' est un bon système . Il assure la solidarité entre les générations . Faute de réformes , il est aujourd'hui en péril .

Pour le sauvegarder , un effort collectif est indispensable . L' Etat devra y apporter tout son concours . L' âge de la retraite restera fixé à 60 ans . Mais se pose naturellement la question de la durée des cotisations et de leur montant . Les solutions techniques devront être adoptées après concertation avec les partenaires sociaux dès la formation du prochain gouvernement .

Par ailleurs , il devrait être permis d' améliorer sa retraite en franchise d' impôt . Le système existe déjà pour les fonctionnaires , c' est la Prefon . Les autres Français doivent avoir les mêmes droits . Je suis partisan de la création de fonds de pension , mais de fonds " à la française " , ce qui signifie dans mon esprit qu' ils doivent être organisés et mis en œuvre dans le cadre d' un dialogue social .

Vous avez raison . Sur le plan national nous avons de bonnes institutions . Elles sont solides . Elles donnent à tout gouvernement le temps nécessaire à l' action . Ce n' était pas le cas sous les Républiques précédentes . Aujourd'hui , aucun gouvernement n' a plus l' excuse de l' instabilité pour caler devant les réformes .

Nos institutions sont souples également : elles se sont adaptées à toutes les circonstances politiques en évitant les crises .

Et pourtant , c' est vrai que notre démocratie donne des signes d' essoufflement : ici , l' indifférence ou la résignation ; là , l' extrémisme ou la contestation radicale .

Le diagnostic est très clair : notre pays souffre d' un déficit démocratique qui tient à l' excès d' étatisme . Ce ne sont pas les pouvoirs nationaux , Parlement , gouvernement , qui sont en cause mais bien les rapports entre l' Etat et la société , qu' il s' agisse de la démocratie sociale , constamment niée , étouffée , ou de la démocratie locale , victime de pratiques recentralisatrices qui ne cessent de s' aggraver .

Revoir l' architecture des pouvoirs en faveur des Régions , des départements et des communes par une ambitieuse réforme de la Constitution , c' est la condition d' un meilleur service rendu aux Français , mieux adapté à leurs besoins , tenant mieux compte de leurs idées , plus ouvert à leurs propositions et à leurs initiatives . Je propose aux Français de créer un véritable référendum local , de donner aux Régions l' existence constitutionnelle qui leur fait défaut , d' inscrire dans la Constitution le droit à l' expérimentation et à l' autonomie financière des collectivités locales pour interdire toute recentralisation , et de consolider la vocation de gardien des libertés locales du Sénat . Je soumettrai aux Français cette réforme indispensable par la voie du référendum .

Je m' engagerai de toutes mes forces pour que les Français choisissent en juin prochain la majorité unie qui me permettra de mettre en œuvre les engagements pris à l' occasion de l' élection présidentielle .

Avec une gauche plurielle aujourd'hui déchirée , je ne vois pas de l' autre côté la possibilité d' en faire autant .

Je prends aussi un autre engagement : à la fin de chaque année , le gouvernement présentera un rapport d' étape qui fera le point de son action par rapport aux engagements pris . Il engagera sa responsabilité sur ce bilan . Il faut que le Parlement puisse juger ce qui a été réalisé . S' il y a une cagnotte , il faudra accélérer . S' il y a des difficultés , il faudra les expliquer . C' est une exigence de transparence démocratique .

Dès la formation du nouveau gouvernement , le dispositif permettant de maîtriser l' insécurité sera mis en place : conseil de sécurité intérieure , ministère de la sécurité , groupements opérationnels d' intervention et de soutien .

Je ferai au début de l' été une session extraordinaire du Parlement afin qu' il adopte deux grandes lois de programme , l' une pour les forces de l' ordre , l' autre pour la justice , qui créera la justice de proximité et les centres fermés que j' ai proposés .

Au cours de la même session , le Parlement adoptera aussi la baisse de 5 % de l' impôt sur le revenu de 2001 payable en 2002 et la première étape de la baisse des charges sociales pour relancer l' emploi .

Dès l' été , le nouveau gouvernement conduira les concertations sur la réforme des retraites et invitera les partenaires sociaux à négocier sur l' assurance emploi , sur l' ouverture à tous les salariés d' un compte personnel de formation , sur l' égalité professionnelle des femmes et des hommes et sur l' assouplissement des 35 heures .

Chacun exprime aujourd'hui très légitimement son projet et sa sensibilité . Pour autant , je vous rappelle que l' opposition s' est unie politiquement dans la perspective du second tour ainsi que sur un projet de gouvernement . Le rassemblement se fera autour de nos principes : l' autorité de l' Etat , la liberté , la responsabilité , l' attachement au dialogue social et à la démocratie locale , l' engagement européen .

Les jeunes vont à l' essentiel . Ils pensent à la vie qui est devant eux et à ce qu' ils doivent faire pour trouver leur place , profiter du présent , réaliser leurs projets , être vraiment autonomes . Ils pensent aussi à l' avenir , et ils ont le privilège de pouvoir le regarder sur plusieurs décennies . D' où cette capacité de poser les bonnes questions : comment continuer à se développer sans compromettre l' avenir de la planète dont l' environnement est de plus en plus dégradé ? Comment faire cœxister sur notre sol tant de différences et faire progresser la tolérance , le respect et la solidarité ? Comment faire reculer la violence qui progresse dans notre société et qui épargne de moins en moins les enfants , avec le racket à l' école mais aussi la multiplication d' actes pédophiles ? Comment faire émerger une Europe assez forte pour peser en faveur de la paix , des droits de l' homme , du développement et du dialogue entre civilisations , dans un monde marqué par la domination des Etats-Unis , la confrontation idéologique , l' instabilité , les conflits et la pauvreté ?

Sur toutes ces questions , qui touchent au cœur de la politique , j' aimerais leur faire partager mes espoirs et la vision dont je suis porteur . Je m' efforce de faire en sorte que le débat politique soit à la hauteur de leurs attentes , en tout cas pour ce qui me concerne .

D' une manière ou d' une autre , chacun peut se poser cette question . Ce que nous faisons serait inutile si nous ne laissions pas à nos enfants un monde meilleur que le nôtre , accueillant à l' initiative , libre , sûr , où chacun ait sa chance .

La France n' a plus connu la guerre sur son territoire depuis cinquante-sept ans . C' est la plus longue période de paix depuis des siècles . Elle n' est pas due au hasard mais à la volonté . Cette paix porte un nom : l' Europe .

Ce que nous avons réussi dans le domaine de la paix , réussissons -le aussi pour la lutte contre la violence , le combat contre la pauvreté , le développement durable , la solidarité dans la mondialisation . Alors , oui , dans vingt ans , tous les enfants qui ont aujourd'hui l' âge de mon petit-fils vivront dans une société plus harmonieuse , et nous n' aurons pas perdu notre temps .

Quant à ce que fera mon petit-fils , je n' en ai pas la moindre idée , et c' est très bien ainsi : il y a 1000 formes d' engagements et de passions qui lui permettront d' être heureux , et si je peux l' influencer en quoi que ce soit , ce sera pour l' aider à cultiver précieusement sa liberté et à réaliser ses rêves .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
baisse
payable
socialiste
tolérance
vision
charges
petit-fils
compétitivité
impôt
sécurité
idéologique
indispensable
assouplissement
candidat
impôts
agents
symboles
forces
créer
pourtant
mafieux
propose
pauvreté
multirécidivistes
autorité
prélèvements
gouvernement
groupements
aujourd'hui
attentat

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact