CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Au nom de quelle force , de quelle vertu , de quelle efficacité , dresseraient - ils leurs prétentions , alors que nul n' ignore au bord de quel gouffre étaient , il y a trois ans , la patrie et la République ; alors que personne - y compris eux - mêmes - ne doute que les affaires du siècle sont trop dures pour les combinaisons ; alors qu' on peut être convaincu que si , par prodige , ils venaient à rétablir pour un instant leur régime , les activismes extrêmes auraient tôt fait de les submerger et de déchirer la patrie ?

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «patrie» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «patrie»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 2 octobre 1961

Rénovation nationale ! Voilà une vaste et rude entreprise ! Car à la France telle qu' elle est l' époque et le monde où nous vivons n' offrent le choix qu' entre une grande réussite ou un abaissement sans recours . Grâce à l' unité profonde dont notre peuple donne l' exemple , nous sommes en marche vers la réussite . Mais si par malheur nous laissions de nouveau le tracassin , le tumulte , l' incohérence , que l' on connaît , s' emparer de nos affaires , c' est l' abaissement qui serait notre lot .

A l' intérieur , notre pays est en train d' accomplir une transformation , qui le destine , pour l' avantage de tous ses enfants , à une prospérité et à une puissance dignes de lui . Mais cela exige qu' aucun intérêt particulier ne puisse l' emporter sur l' intérêt général ; que notre économie , notre administration , notre technique , notre enseignement , notre équipement , s' élèvent sans cesse à l' échelle moderne ; que cependant rien ne puisse prévaloir contre les objectifs du plan , la solidité des finances , la stabilité du franc , qui sont les bases de l' édifice .

Dans ce développement , dans cette discipline , beaucoup de choses ont été réalisées déjà , et tout le monde le sait . Beaucoup sont en cours , et tout le monde le voit . Beaucoup sont à faire , et tout le monde le croit . Mais il n' y aurait aucune chance d' aboutir à aucun progrès réel , ni de maintenir ce qui est acquis , si nous retombions dans l' agitation et les crises .

Pour ce qui est de l' Algérie , à travers les vents et les marées , nous n' avons pas cessé depuis 3 ans de nous approcher du but que j' ai fixé au nom de la France : exercice par les Algériens du droit de disposer de leur destin ; institution , s' ils le veulent - et je ne doute pas qu' ils le veuillent - d' un Etat algérien indépendant et souverain par la voie de l' autodétermination ; coopération de la France offerte à l' Algérie nouvelle pour sa vie et pour son développement , ce qui implique en particulier que la communauté d' origine européenne d' Algérie y ait ses droits et ses garanties .

Dans le même temps où à partir de la secousse de mai 1958 s' accomplit l' évolution qui conduit l' immense majorité des Français et des Algériens à cette solution claire et ferme , l' armée française , les forces de l' ordre françaises , devaient et doivent s' assurer de la maîtrise du terrain . Cela a été fait . Enfin , sous peine d' effondrement , il fallait , il faut , qu' en dépit des excitations à la désobéissance et à la désertion prodiguées par des dévoyés , l' armée soit restée et reste maintenue dans le devoir . Elle l' a été . Elle l' est . Honneur à elle !

A présent , on peut construire . Nous sommes prêts à rechercher encore un accord avec les dirigeants de la rébellion , pour ramener décidément la paix en Algérie , régler les conditions de l' autodétermination , fixer les éléments d' une coopération franco-algérienne . Nous sommes en même temps - car l' un n' exclut pas l' autre - désireux de voir en Algérie les éléments représentatifs entreprendre de leur propre chef la préparation de cette grande opération que sera le référendum . Nous sommes de toute façon décidés à organiser dès à présent une force publique proprement algérienne , dont disposera le pouvoir provisoire , quand il assumera la responsabilité de conduire le pays à la décision .

Nous déclarons aux Algériens que la paix , le choix , l' avenir de l' Algérie sont à leur portée à eux . Nous adjurons les Français d' Algérie , quels que puissent être les regrets que leur inspire une époque révolue , de se tenir avec la France , d' apporter leur franc concours à la naissance de l' Algérie nouvelle , celle que souhaite la France , c'est-à-dire telle qu' ils y aient leur digne place .

Il reste bien sûr entendu que s' il n' en était pas ainsi leur protection serait en tout cas assurée , soit en les regroupant dans des zones de sécurité , soit , pour ceux qui le demanderaient , en leur procurant les moyens de prendre part dans la métropole à l' activité nationale .

Hier pour avoir voulu cela et l' avoir fait peu à peu adopter dans la grande masse des esprits , aujourd'hui et demain pour mener l' ouvrage à son terme , il fallait , il faut , il faudra une constance et une fermeté qui excluent bien évidemment les incertitudes , les faiblesses et les contradictions de naguère , condamnées par le peuple et par les événements .

La transformation du pays et le changement complet de nos rapports avec l' Algérie , nous devons y procéder dans une période de danger mondial . Tout ce que nous avons à faire en est terriblement compliqué . Comme nous sommes la France , essentielle à l' Europe et nécessaire au monde libre , il nous incombe de nous décider nous - mêmes et d' engager nos Alliés à se tenir fermes et droits devant les sommations du bloc totalitaire . Car rien ne serait plus dangereux pour notre cause , pour notre sécurité , pour notre alliance , pour la paix , que de reculer pas à pas devant ceux qui nous menacent .

Mais que cessent les mises en demeure , que s' établisse enfin une détente internationale , que les rapports entre l' Est et l' Ouest deviennent normaux , alors la France sera prête à ouvrir entre grands Etats une négociation constructive sur les problèmes de l' univers : l' Allemagne , le désarmement , l' aide aux pays sous-développés , la coopération en vue du progrès humain . Sans doute pourrait - elle , d' autre part , favoriser l' apparition d' une Europe équilibrée entre l' Atlantique et l' Oural , dès lors que l' impérialisme totalitaire aurait cessé d' y déployer ses ambitions .

Mais cette politique que mène une France redressée aurait tôt fait de s' anéantir si , refaisant de nos pouvoirs les châteaux de cartes qu' ils étaient hier , nous allions à la confusion , et ensuite à la subversion . Alors notre effacement et bientôt notre bouleversement entraîneraient la dislocation de l' Europe occidentale et donneraient le signal au malheur .

Ah ! certes , notre tâche nationale , si elle est pleine d' espérances , comporte aussi beaucoup de soucis . Mais quel jugement devrait - on porter à l' égard des tenants du système d' autrefois , qui exploiteraient les préoccupations publiques pour tenter de ramener la République à certains jeux que l' on sait ! Au nom de quelle force , de quelle vertu , de quelle efficacité , dresseraient - ils leurs prétentions , alors que nul n' ignore au bord de quel gouffre étaient , il y a trois ans , la patrie et la République ; alors que personne - y compris eux - mêmes - ne doute que les affaires du siècle sont trop dures pour les combinaisons ; alors qu' on peut être convaincu que si , par prodige , ils venaient à rétablir pour un instant leur régime , les activismes extrêmes auraient tôt fait de les submerger et de déchirer la patrie ?

Non ! pour des groupes et des hommes qui ont une valeur et une audience , ce serait une mauvaise action de s' en servir pour une agitation qui nourrirait forcément les chances des fauteurs de troubles . Au contraire , c' est leur devoir de s' employer eux aussi à éclairer le pays au long d' une route difficile , de prendre une part effective à la rénovation en cours , de contribuer à soutenir la foi et l' espérance nationales .

La République poursuit sa route . 80 pour 100 des Français , en toute liberté et en toute connaissance de cause - ce qu' on n' avait jamais vu - ont approuvé nos institutions . Les résultats que celles - ci permettent à la Nation d' atteindre , grâce à la stabilité et à la continuité , sont sans aucun doute évidents . Ainsi que nous l' avons fait hier , nous continuerons de les appliquer demain , dans leur esprit et dans leur lettre .

S' il arrivait que la conjoncture politique vint à mettre en cause le fonctionnement régulier des pouvoirs , gouvernement et Parlement , et par là , en ces temps menaçants , le destin même du pays , le peuple aurait à se faire entendre par les voies qui lui sont ouvertes . Et puis , en cas de péril public , il m' incomberait , comme on le sait , de prendre toutes les mesures commandées par les circonstances . Cette disposition exceptionnelle , qui a efficacement joué lors des événements d' avril , a pu cette fois être maintenue dans un étroit domaine , et , l' alarme paraissant actuellement estompée , j' ai jugé bon d' en cesser hier l' utilisation . Mais elle demeure , dans toute son étendue possible , la garantie suprême de la patrie et de l' Etat .

Pour la France , qui traverse un dur et dangereux passage , le salut et le succès exigent la cohésion nationale .

Vive la République !

Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
patrie
maintenue
abaissement
agitation
ramener
autodétermination
totalitaire
exploiteraient
châteaux
déclarons
désobéissance
adjurons
refaisant
désertion
tracassin
nourrirait
retombions
dresseraient
fauteurs
incomberait
activismes
franco-algérienne
estompée
demeure
malheur
procurant
prodiguées
prodige
submerger
paraissant

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact