CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Qui peut contester de bonne foi que la France , directement menacée , et dès lors que d' autres nations possèdent les moyens de la détruire en un instant , doit être armée , elle aussi , de telle sorte qu' aucun Etat ne puisse penser à la tuer sans risquer lui - même la mort ; que , pour sauvegarder la liberté dans l' univers , la France doit être actuellement l' alliée effective de l' Amérique , tout comme celle - ci doit être la sienne ; que la France enfin , grâce au fait que sont effacés pour la première fois de l' histoire les grands griefs entre elle - même et ses voisins européens , doit aider à bâtir l' Europe occidentale en une union organisée d' Etats , afin que s' établisse peu à peu , de part et d' autre du Rhin , des Alpes , peut-être de la Manche , l' ensemble politique , économique , culturel et militaire le plus puissant , le plus prospère et le plus influent du monde ?

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «vainement» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «vainement»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 5 février 1962

Oui ! Nous vivons des jours assez tendus , et la route n' est pas toujours facile . Y sont évidemment pour beaucoup les troubles suscités par des agitateurs qu' il faut réduire et châtier . Mais rien ne serait plus absurde que d' en être obnubilé alors que nous sommes en période de grandes réalisations . Levons la tête pour les voir ! Du coup , les incidents , si odieux qu' ils puissent être , ne revêtent d' importance que relative et les médiocrités ne paraissent que ce qu' elles sont . Aujourd'hui , et de nouveau , je veux montrer au pays où nous en sommes et vers quoi nous marchons .

La France , au long de sa vie , a traversé des époques où l' évolution générale requérait d' elle le renouvellement , sous peine de déclin et de mort . Ce fut le cas , par exemple , quand au début du dix-huitième siècle notre monarchie parvint à mettre un terme définitif à la féodalité , parce que les conditions intérieures et extérieures exigeaient l' Etat centralisé et l' unité nationale . Ce fut le cas quand la Révolution instaura , au dedans la liberté et l' égalité , au dehors l' intervention , parce que la démocratie , la concurrence et le prosélytisme répondaient au caractère politique , économique et social de la période qui commençait . C' est certainement le cas aujourd'hui , parce que l' ère où nous nous trouvons , et que marquent l' accélération du progrès scientifique et technique , le besoin de promotion sociale , l' apparition d' une foule d' Etats nouveaux , la rivalité idéologique des empires , nous impose au dedans de nous - mêmes et dans nos rapports avec les autres une immense rénovation . La question est de l' accomplir sans que la France cesse d' être la France .

Je le dis une fois de plus , cette transformation implique d' inévitables remous . En secouant le navire , ceux - ci peuvent donner le mal de mer à des cœurs mal accrochés . Mais dès lors que la barre est fermement tenue , que l' équipage assure la manœuvre , que les passagers restent confiants et à leur place , il n' y a pas risque de naufrage . En fait , et en dépit de tout , nous voguons à pleines voiles vers les buts que nous nous sommes fixés , en ce qui concerne tant notre développement intérieur que notre action à l' extérieur et le règlement de l' affaire d' Algérie .

Qui peut contester de bonne foi que notre pays , à moins de s' étioler très vite , puisse , dans le monde d' à présent , se dispenser d' être une grande puissance , industrielle , agricole , commerciale , au progrès social constant , dont la population s' accroisse , qui instruise sa nombreuse jeunesse en vue d' une activité sans cesse plus vaste et plus complexe , et qui dispose au surplus d' une monnaie stable et de finances équilibrées ? Certes , tandis que la France repétrit sa structure , on voit tels ou tels intérêts particuliers dresser devant l' intérêt général des objections et manifestations plus ou moins vives et plus ou moins valables . Mais si l' on met en comparaison ce qui a été réalisé depuis 4 ans , avec le fait que jamais notre vie politique et sociale ne fut en réalité plus calme que pendant cette période , on est fixé quant à la solidité raisonnée du pays dans ses profondeurs .

Personne au monde , excepté quelques partisans aveugles , ne méconnaît en effet le puissant développement de la France . Chacun de nous en est saisi quand il parcourt le pays , fût - ce en regardant les images . Jamais il n' a été en France produit , construit , instruit autant . Jamais le niveau de vie moyen des Français n' a atteint celui d' aujourd'hui . Jamais nulle part on n' a compté moins de chômeurs que nous n' en avons . Jamais notre monnaie et notre crédit ne furent plus forts qu' ils ne le sont , au point qu' au lieu d' emprunter nous prêtons maintenant aux plus riches . Et voici qu' entre en application le grand plan qui en 4 ans doit accroître d' un quart notre puissance et notre prospérité . Assurément cet ensemble comporte encore beaucoup de lacunes et de défauts . Nous ne sommes pas au bout de nos peines . Nous savons quel monde nous entoure et comment les événements extérieurs peuvent influer sur nos affaires . Mais pourquoi , dans le temps même où apparaît notre réussite , irions - nous nous décourager , imitant ce pêcheur qu' évoque Shakespeare , et qui , ayant trouvé une perle et effrayé de la voir si belle , la rejetait à la mer ?

Qui peut contester de bonne foi que la France , directement menacée , et dès lors que d' autres nations possèdent les moyens de la détruire en un instant , doit être armée , elle aussi , de telle sorte qu' aucun Etat ne puisse penser à la tuer sans risquer lui - même la mort ; que , pour sauvegarder la liberté dans l' univers , la France doit être actuellement l' alliée effective de l' Amérique , tout comme celle - ci doit être la sienne ; que la France enfin , grâce au fait que sont effacés pour la première fois de l' histoire les grands griefs entre elle - même et ses voisins européens , doit aider à bâtir l' Europe occidentale en une union organisée d' Etats , afin que s' établisse peu à peu , de part et d' autre du Rhin , des Alpes , peut-être de la Manche , l' ensemble politique , économique , culturel et militaire le plus puissant , le plus prospère et le plus influent du monde ? Sans doute parce que maintenant nous marquons une volonté , édifions une force , déployons une politique , qui sont les nôtres , ce cours nouveau ne laisse - t - il pas de contrarier le réseau des conventions antérieures qui nous assignait un rôle de nation dite " intégrée " , autrement dit effacée . Il en résulte forcément des étonnements , voire des aigreurs . Mais comme l' action propre à la France nouvelle est à la fois inéluctable et salutaire à tous , c' est un fait qu' on s' en accommode en attendant qu' on s' en félicite .

C' est ainsi que réapparaît notre défense nationale . Avant la fin de cette année la majeure partie de notre armée sera stationnée en Europe et en pleine réorganisation . Avant la fin de l' année prochaine nous disposerons d' un premier élément opérationnel de force atomique française . Par la suite nous poursuivrons le développement de ces moyens de dissuasion , à moins qu' il n' en existe plus aux mains d' aucune autre puissance . Nous croyons que les possibilités matérielles et morales du monde libre tireront grand profit du redressement des armes de la France . D' autre part , en prenant le parti de ne point négocier ni sur Berlin ni sur l' Allemagne tant que l' Union Soviétique n' aura pas cessé ses menaces et ses sommations et créé une situation de vraie détente internationale , nous pensons avoir évité à nos alliés et à nous - mêmes soit le recul catastrophique , soit la rupture dramatique , soit l' enlisement tragi-comique à quoi eût évidemment abouti la conférence .

Enfin nous nous appliquerons activement à faire sortir l' union de l' Europe du domaine de l' idéologie et de la technocratie pour la faire entrer dans celui de la réalité , c'est-à-dire de la politique . Par exemple , nous n' avons pas consenti , comme nous y invitaient pourtant une mystique et des dates assez artificieuses , à développer un marché commun qui n' eût pas englobé l' agriculture et où la France , pays agricole en même temps qu' industriel , aurait vu son équilibre économique , social et financier , bouleversé de fond en comble . Au contraire , nous avons fait pour notre part en sorte que la grave omission que comportait à cet égard le traité de Rome fût réparée pour l' essentiel et que les dispositions et les sauvegardes voulues fussent décidées par les six Etats contractants . Mais , aussi , nous avons proposé , nous proposons à nos partenaires , une organisation d' ensemble pour la coopération des Etats , sans laquelle il ne peut y avoir d' Europe unie , excepté dans des rêves , des parades ou des fictions .

Qui peut contester de bonne foi que l' œuvre généreuse et indispensable consistant à changer en rapports de coopération les rapports de domination qui nous liaient à nos colonies doit être achevée là où elle ne l' est pas , c'est-à-dire en Algérie ? Et cela , bien que l' insurrection et le terrorisme déclenchés voici plus de 7 ans , faute qu' on ait pu ou su faire à temps le nécessaire , la présence d' une communauté de souche européenne comptant 1000000 de personnes au milieu de 9000000 d' Arabes et de Kabyles , l' attachement porté par beaucoup de Français à ce territoire lié à nous depuis 130 ans , y rendent la décolonisation extraordinairement difficile et méritoire .

Alors , à mesure qu' était tracée et suivie la voie qui mène à la paix , des Français indignes se sont lancés dans des entreprises subversives et criminelles . Exploitant et exaspérant l' irritation et l' inquiétude d' une partie de la population d' origine européenne , la nostalgie de quelques éléments de l' armée , la rancune et l' ambition de plusieurs chefs militaires ou politiciens disponibles , des conspirateurs ont essayé , essaient et sans doute essaieront , de créer des bouleversements , à la faveur desquels ils s' imaginent saisir le pouvoir . Ils l' ont tenté , mais vainement , lors de l' affaire des barricades . Ils l' ont tenté , mais vainement , en avril . Ils le tentent en ce moment grâce à un système de chantages , de vols , d' assassinats , transporté jusqu' en métropole . Mais , une fois de plus , ils le font vainement .

Certes , ils ont pu , ils peuvent commettre des meurtres et des destructions , accroître la tension dans les grandes villes algériennes , provoquer quelques alarmes en France dans certains milieux restreints . Mais la nation , elle , méprise et condamne unanimement ces gens , leurs complots et leurs attentats . Leur destin ne saurait relever et ne relève que des forces de l' ordre , de la police et de la justice . Le gouvernement est là pour en répondre . J' ai moi - même pris , quand il le fallait , je prendrais encore , au besoin , les moyens exceptionnels nécessaires .

Il n' empêche , d'ailleurs , que nous approchions de l' objectif qui est le nôtre . Pour nous il s' agit , dans le moindre délai , de réaliser la paix et d' aider l' Algérie à prendre en main son destin en y ménageant aussitôt la création d' un Exécutif provisoire et en nous tenant prêts à reconnaître , sans nulle restriction , ce qui ne manquera pas de sortir de l' autodétermination , c'est-à-dire un Etat souverain et indépendant . Il s' agit aussi d' établir , entre la France et l' Algérie nouvelle , une coopération organisée , ce qui implique que nous en admettions les charges , bien qu' elles doivent nous être nombreuses et onéreuses . Mais cela , à la condition que soient respectés nos intérêts essentiels , notamment au Sahara , et qu' en même temps soient garanties à la minorité de souche européenne sa participation aux activités algériennes ainsi que la sécurité de ses personnes , de son mode de vie , de ses biens , étant en outre entendu que ceux qui choisiraient de s' établir en métropole y recevraient l' aide nécessaire à leur changement d' existence .

Pour la France , dans l' affaire algérienne , il y a au moins deux issues possibles en fait de décolonisation . Celle que nous tenons , non pour la seule , mais pour la meilleure , et dont nous avons avec quelque peine fait mûrir les éléments , j' espère positivement que nous allons l' atteindre très bientôt . D'ailleurs , le moment est proche où la France publiera dans le détail ce qu' elle propose et ce qu' elle offre . Ainsi son propre peuple , les populations algériennes et tous les pays du monde , pourront mesurer ce qu' a de généreux , de réaliste et de constructif son intention d' être utile à l' Algérie algérienne et d' entretenir , demain , avec elle des rapports féconds et amicaux .

Françaises , Français , voilà , dans les domaines où elle porte son action principale , ce que la France est en train d' accomplir . Il n' y a rien là qui ne soit nécessaire et digne d' elle . Je suis tout à fait certain que la nation elle - même en est persuadée , qu' elle entend que la tâche soit poursuivie et développée avec tous les moyens voulus et que , le moment venu , elle le fera clairement savoir . Dans ce temps où tout se décide , ce que nous devons faire est grand . Il y faut la confiance d' un grand peuple rassemblé .

Vive la République !

Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
vainement
algériennes
contester
excepté
souche
foi
rapports
décolonisation
tenté
invitaient
médiocrités
réparée
exaspérant
édifions
admettions
assignait
imitant
instaura
tragi-comique
étioler
artificieuses
sauvegardes
châtier
secouant
perle
obnubilé
instruise
parvint
voguons
requérait

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact