CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Les autoroutes : quand je suis arrivé , il y avait 77 kilomètres d' autoroutes . Voilà ce qu' on avait fait comme autoroutes : 77 kilomètres .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «logements» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «logements»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 13 décembre 1965

Cher monsieur , il est vrai que c' est la première fois depuis longtemps que j' ai le plaisir de m' entretenir avec un journaliste en particulier , si j' ose m' exprimer ainsi , car il y a beaucoup de gens qui nous voient et qui nous entendent . Très souvent , j' ai eu devant moi des journalistes par centaines , mais enfin il est vrai que , cette fois ci , en voilà un .

Vous me parlez de l' idée que je me fais de la France . Ce n' est pas un sujet nouveau . Il est vrai - je dirai que c' est ma raison d' être - il est tout à fait vrai que , depuis toujours , et aujourd'hui encore , je me fais de la France une certaine idée . Je veux dire par là qu' à mon sens elle est , quelque chose de très grand , de très particulier . C' est du reste , je le pense , ressenti par le monde entier . Il y a même là quelque chose d' extraordinaire : dans nos malheurs , on s' en aperçoit tout de suite et , quand nous sommes heureux , prospères , glorieux et forts , on s' en aperçoit aussi dans la mesure où les gens nous regardent avec envie . C' est vrai , la France est une chose à mes yeux très considérable , très valable , et elle doit avoir dans le monde , quel qu' il soit , à toute époque , naturellement d'après les circonstances , elle doit avoir un rôle à elle . Il faut que la France joue son rôle , c' est exact , et pour qu' elle joue son rôle , il faut qu' elle soit la France .

Et les Français ? eh bien ! ce sont eux , qui font la France . Ce sont eux qui en sont responsables , de génération en génération . La France , c' est plus que les Français du moment , la France vient de loin , elle est ce qu' elle est maintenant , et puis elle a l' avenir : autrement dit , la France embrasse toutes les générations de Français et , d'abord , bien entendu , les générations vivantes . Ces générations vivantes sont responsables de la France et c' est ainsi , c' est vrai , que je considère , dans leur ensemble , les Français , et c' est ainsi que je souhaite que les Français , dans leur ensemble , se considèrent eux - mêmes . Il y a à cet égard entre eux , et pour cela , une solidarité que je dis être nationale , faute de laquelle la France risque de n' être pas ce qu' elle est , ce qu' elle est de tout temps , et , par conséquent de ne plus jouer son rôle , de ne plus , à proprement parler , exister .

Voilà ce que je peux vous dire des Français par rapport à la France , de nous autres Français d' aujourd'hui par rapport à la France de toujours .

On m' a prêté , en effet , ce mot que je n' ai jamais dit et à plus forte raison que je n' ai jamais pensé : " l' intendance suit " . Ce sont des blagues pour les journaux . En réalité , je vous le répète , les Français sont responsables de la France , mais ils sont sur la terre , et ils ont leur vie , et pour que la France existe , il faut que les Français existent . Pour que la France soit forte , il faut que les Français soient prospères , autant que possible bien entendu , et cela je le sais , je ne dirai pas mieux que personne , mais certainement autant que personne .

Alors voici la question , et notamment la question du jour , la question plus exactement de notre époque , qui est une époque économique et sociale . Il y en a , ce sont les démagogues , tranchons le mot , il faut bien le dire , ce sont les partis , c'est-à-dire ceux qui caressent les clientèles pour être élus , et souvent les journaux pour être lus , alors ceux - là , assez volontiers , et même très volontiers , disent : il en faut plus pour un tel , il faut faire davantage pour les ouvriers , il faut plus pour les paysans , il faut faire mieux pour les cadres , il faut arroser davantage les fonctionnaires , les agents des services publics , il faut même donner un petit peu plus aux chefs d' entreprise , avec un peu d' inflation . Il faut beaucoup plus de logements , beaucoup plus d' autoroutes , beaucoup plus de téléphones , il faut un enseignement encore bien mieux organisé avec beaucoup plus d' écoles , d' universités , et cetera . Ca , c' est commode .

Si vous voulez dire que je ne suis pas sur ce plan là , vous avez raison . Moi , je suis sur le plan que voici : il faut que le peuple français soit prospère . Il le faut , parce que , s' il n' est plus prospère , la France dont nous parlions tout à l' heure ne pourrait pas jouer son rôle dans le monde d' aujourd'hui donc rien ne m' occupe davantage , depuis bien longtemps , que la prospérité nationale .

Je dirai même , puisque vous avez parlé d' intendance , que ça me fait un peu sourire , car , si vous y faites attention , rien , rien , rien de ce qui a été fait d' important , au point de vue économique et social depuis la libération , n' a été fait excepté par mon gouvernement .

Après la libération , c' était le point de vue social immédiat qui l' emportait . Il fallait que nous retrouvions , après cette secousse épouvantable , notre équilibre . Alors mon gouvernement a fait les assurances sociales , les allocations familiales , les nationalisations , les comités d' entreprise . Aujourd'hui ou plus exactement depuis que je suis revenu , depuis 7 ans , c' est l' économie qui me paraît l' emporter sur tout le reste , parce que elle est la condition de tout , et en particulier la condition du progrès social . C' est pas la peine de nous raconter des histoires , si nous sommes pauvres ou en désordre , économiquement parlant , nous ne progresserons pas socialement : au contraire , si nous sommes prospères , et à condition bien entendu que l' Etat fasse son devoir , tous les Français en profitent et en profiteront .

Le niveau de vie des Français ? Pas plus tard que samedi j' ai donné des chiffres .

à mon avis ils sont éclatants . Je répète : depuis 7 ans le niveau de vie des Français a augmenté de 3-7 pour 100 par an et d'après ce qui est décidé par notre cinquième Plan et ce qui est devenu possible , grâce à nos progrès économiques , le niveau de vie des Français va monter à 4 pour 100 par an . Cela veut dire que 18 ans après mon retour , le niveau de vie des Français a doublé . Ce n' est pas si mal . Alors c' est comme le bonheur , ça existe par comparaison . C' est pourquoi je demande que l' on considère ce qu' il en était avant mon retour : les prix montaient , depuis 1946 , jusqu' en 1958 , automatiquement , en moyenne de 10 pour 100 par an , et tout ce qu' on faisait pour les salaires , pour les traitements , et aussi pour les revenus paysans , était dévoré à mesure par cette augmentation . Il est parfaitement exact que tout en faisant monter le niveau de vie , et je le dis bien , le niveau de vie réel , eh bien ! , il est parfaitement exact que mon gouvernement a stabilisé les prix , dans toute la mesure où , à notre époque , c' est possible . Au lieu que les prix augmentent de 10 pour 100 par an , comme c' était le cas avant 1958 , ils augmentent maintenant de 2-5 pour 100 par an .

Il n' y a pas un pays d' Europe occidentale où les prix sont aussi limités dans leur ascension que chez nous . Il n' y en a qu' un dans le monde : ce sont les Etats-Unis . Pourquoi ? parce que les Etats-Unis , grâce à ce qu' on appelle le gold exchange standard , ont la facilité d' exporter leur inflation . Mais nous n' avons pas cette facilité . Il a donc fallu faire le plan de stabilisation . Je reconnais que ce n' était pas facile . Je reconnais qu' il en résulte des difficultés , notamment au point de vue de l' expansion immédiate , mais maintenant c' est fait , et par conséquent c' est sur cette base solide , stable , avec des budgets en équilibre , une monnaie qui ne bouge pas , et des prix , je vous le répète , qui , pratiquement , n' augmentent pour ainsi dire plus et qui , comme vous le savez , ne doivent pas augmenter l' année prochaine , de plus de 1-5 pour 100 par an , c' est sur cette base là que notre niveau de vie s' élève et que tout le monde y gagne . Voilà la réalité pour le niveau de vie .

Le problème de l' agriculture française , comme était hier le problème de l' Algérie et des colonies , comme est aujourd'hui encore , car ce n' est pas réglé tout à fait , le problème de l' enseignement , eh bien ! c' est un problème énorme que nous avons à régler et dont je prétends que nous le réglerons , et je m' explique .

Problème énorme .

D'abord , problème national . Au début du siècle , les deux tiers des Français étaient des ruraux ; aujourd'hui , il y en a 20 pour 100 et évidemment , il y en aura moins dans les années prochaines . Cela résulte de ce qu' on appelle l' industrialisation . Nous étions essentiellement agricole , avec une vie agricole , une agriculture d'ailleurs surtout de subsistance . Je veux dire par là que la plupart de nos paysans vivaient sur la terre où ils étaient - soit qu' ils en fussent les propriétaires , soit qu' ils en fussent les locataires - vivaient de ce qu' elle produisait , de ce que produisait leur exploitation . Il y avait un petit surplus , alors ils le vendaient pour acheter ce qu' ils ne pouvaient pas produire eux - mêmes , ce qui était en réalité très peu de chose . L' industrialisation a créé le problème immense d' un transfert colossal de population de notre agriculture à notre industrie .

Ce transfert , naturellement , on peut le trouver regrettable , on peut en avoir du chagrin .

Vous pensez bien que pour un homme de mon âge qui très longtemps dans sa vie a été un soldat , c'est-à-dire quelqu'un qui savait , et qui sait , ce que la France a tiré depuis toujours , et en particulier pour sa défense , de ses paysans , il est certain qu' il y a là une transformation , une évolution , qui est à beaucoup d' égards attristante . Mais c' est comme ça , et le fait étant ce qu' il est , la question est que la nation s' en accommode et que cette évolution nationale se fasse dans les meilleures conditions possibles . Voilà au point de vue national comment se pose le problème paysan : transfert d' une partie énorme de la population française de l' agriculture à l' industrie . Vous pensez bien que cela ne peut pas aller sans secousses , sans difficultés , sans chagrin .

Et puis , alors , il y a un problème propre à l' agriculture , parce que maintenant l' agriculture est au milieu d' un monde économique qui pour elle est complètement nouveau .

Elle est dans un monde de production , de productivité , d' outillage , de marchés , qu' elle ne connaissait pas du tout autrefois . Autrefois , je le répète , c' était l' agriculture de subsistance . On vivait chacun où on était , avec ce qu' on produisait , et puis voilà . Ce n' est plus possible . Il faut produire ce qu' il faut produire , il faut le produire dans les meilleures conditions possibles , et il faut pouvoir le vendre . Voilà comment se pose la question à l' agriculture .

Enfin , il y a naturellement une question infiniment respectable et qui se pose à chacun de nos agriculteurs : c' est la vie chez lui , car là aussi tout s' est transformé . Un paysan , comme un ouvrier d'ailleurs , ne peut plus vivre , et ne veut plus vivre et il a bien raison , comme il vivait hier .

Il y a , pour un agriculteur , une question d' eau chez lui , une question d' électricité pour s' éclairer ou pour avoir la force , une question de chemin pour arriver à sa ferme , et puis alors il y a une question de choix de ce qu' il va produire , d' organisation de ses marchés , et cetera . Et aussi d' éducation de ses enfants . Bref , il y a une transformation complète au point de vue national , au point de vue agricole , au point de vue individuel , pour nos paysans .

Alors , que fait l' Etat à l' heure qu' il est ? L' Etat a pris le problème corps à corps , et il ne l' avait pas pris corps à corps avant mon retour , sauf cependant quelque chose de très important qui avait été fait en 1945 par mon gouvernement et qui s' appelait la loi sur le fermage . Je passe ...

Depuis que je suis revenu , qu' est qu' on a fait ? D'abord au point de vue général , on a fait l' orientation agricole , la loi complémentaire et , pour transformer l' agriculture , on y a appliqué une part très considérable des revenus collectifs , des revenus de l' Etat .

Je vous dirai par exemple que pour soutenir les marchés agricoles , c'est-à-dire pour soutenir les prix de l' intérieur et pour aider à vendre à l' extérieur par des subventions , eh bien , on donnait 500000000 par an - je parle de nouveaux francs - quand je suis arrivé . Actuellement on donne 2000000000 , c'est-à-dire 4 fois plus .

Pour ce qui est du social , de tout ce qui est social dans le domaine agricole , on donnait , quand je suis arrivé , 1400000000 , on donne aujourd'hui 7000000000 - je parle du budget de 1965 - c'est-à-dire 5 fois davantage .

Enfin il est vrai que nous avons voulu , mon gouvernement et moi - même , nous avons voulu et nous voulons , pour compléter cette transformation , pour aider à cette transformation , notamment en ce qui concerne le revenu agricole , que le marché commun soit ouvert . Nous y reviendrons , s' il vous plaît , tout à l' heure ou quand vous voudrez . Mais il est vrai qu' il y a eu des secousses dans l' évolution du revenu agricole .

Comment en aurait - il été autrement ? Mais il est vrai aussi que notre cinquième Plan , car , il ne faut pas l' oublier , nous avons un Plan - c' est une loi - eh bien , notre cinquième Plan prévoit que , des revenus de toutes les catégories de Français , ce sont les revenus agricoles qui , dans les 5 prochaines années , doivent le plus augmenter . Voilà ce qui est fait pour notre agriculture par comparaison avec ce qui était fait autrefois .

Je vous ai dit tout à l' heure que le problème de l' enseignement était un problème fondamental , capital , pour la France de notre temps . Je veux dire par là , d'abord que tout exige que l' enseignement soit ouvert à tous les Français et le soit à tous les étages , non seulement parce que c' est juste , mais aussi parce que c' est l' intérêt national , car , dans tout ça , c' est l' intérêt national qu' il faut voir aussi . Eh bien ! l' intérêt national exige que les cadres de la nation , petits , moyens et supérieurs , tous les cadres puissent être puisés dans la nation tout entière , dans la jeunesse française tout entière ; par conséquent , il faut ouvrir à celle ci l' accès à tous les degrés de l' enseignement .

C' est ce que l' on fait . Bien sûr , cela exige des constructions d' écoles , cela exige un recrutement de professeurs à la même dimension , cela exige une scolarisation totale de notre jeunesse . C' est cet effort là qui est en cours .

Savez - vous que , lorsque je suis arrivé , en 1958 , le budget prévoyait , pour ce qui est des dépenses concernant l' enseignement tout entier , 9 pour 100 des dépenses totales . Eh bien ! actuellement cette part est de 17 pour 100 . Voilà les chiffres , ceci donne la mesure de l' effort qui a été accompli , car , avant mon retour , on n' avait rien accompli du tout .

On dit : mais pourquoi n' avez vous pas fait assez d' écoles , mais pourquoi n' avez vous pas assez recruté de maîtres ? Les gens qui vous disent ça , ils se sont traînés dans ce qu' ils appelaient " le pouvoir " et qui n' en était pas un . Pendant 12 ans , après mon départ en 1946 , qu' est - ce qu' ils ont fait ? Quelles écoles ont - ils faites ? Quels professeurs ont ils recruté en masse ? En réalité le problème était entier : ils n' avaient rien fait et ils n' avaient rien prévu . D'ailleurs c' est tout naturel : qu' est ce qu' ils pouvaient prévoir et qu' est - ce qu' ils pouvaient faire , avec leur régime des partis ?

Voilà où on en est pour l' enseignement . C' est une œuvre qui n' est pas terminée et qui se poursuit . Je crois que le plus fort est fait .

Les autoroutes : quand je suis arrivé , il y avait 77 kilomètres d' autoroutes . Voilà ce qu' on avait fait comme autoroutes : 77 kilomètres . Eh bien ! il y en a actuellement 522 kilomètres et , dans le cinquième Plan , il est prévu qu' on en ajoutera 1800 kilomètres . A l' heure qu' il est , il n' y a pas un pays d' Europe occidentale qui fait plus de kilomètres d' autoroutes que nous n' en faisons .

Ils ont parfaitement raison . Ce n' est pas encore une question qui soit résolue . Néanmoins , elle a fait des progrès évidents , et je vais vous donner des chiffres . Je vous dirai par exemple que pendant 7 ans , depuis mon retour , on a fait - je me suis fait donner des chiffres précis et je les ai vérifiés - on a fait 1370000 logements . Voilà ce qu' on avait fait en France pendant 7 ans . Depuis mon retour on a fait 2400000 logements . A l' heure qu' il est , on en est au rythme de 400000 logements par an , et je suis convaincu que on va arriver dans un , deux ou 3 ans , à 500000 logements par an . Voilà des chiffres et des réalités .

Ces logements coûtent cher . C' est pourquoi d'ailleurs l' effort actuel , comme vous le savez , l' effort de l' Etat , est dirigé surtout vers les logements sociaux . C' est là la part la plus considérable de l' effort de l' Etat en ce qui concerne le logement . C' est parfaitement exact .

Capital ! capital ! Que de choses , pour ne pas dire tout , qui dépendent de la recherche scientifique .

En 1957 on donnait deux pour 100 de notre budget à la recherche scientifique publique , c'est-à-dire ce que fait l' Etat pour la recherche . Eh bien ! en 1965 , on a donné six pour 100 et on va l' augmenter encore dans les années qui viennent .

Tout cela , dont nous avons parlé , eh bien ! je ne l' ai pas fait tout seul , je l' ai fait avec un gouvernement et je l' ai fait avec un parlement . Seulement voilà , ce gouvernement en était un , et il a duré , et ce parlement a joué son rôle , c'est-à-dire qu' il ne s' est pas perdu dans des agitations politiciennes mais s' est concentré sur sa tâche législative .

Voilà comment , je pense , en 7 ans , nous avons largement réussi . Il faut poursuivre , et c' est là tout le problème .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
logements
agriculture
autoroutes
paysans
fait
an
kilomètres
enseignement
agricole
produisait
retour
exige
chiffres
produire
intendance
donnait
revenus
prospères
problème
niveau
augmentent
transfert
exact
faut
écoles
subsistance
cinquième
vie
vrai
transformation

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact