CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Nous voyons qu' à mesure qu' elle dure et qu' elle s' affermit , rassemblant un nombre grandissant de citoyens de toutes tendances , les profondes querelles qui , semées de drame en drame et attisées par les partisans , divisaient gravement les Français vont désormais en s' atténuant .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «voyons» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «voyons»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 9 février 1967

Françaises , Français ,

Avant que ne s' ouvre officiellement la compétition que tranchera le vote du pays , je dois vous dire quel est l' enjeu .

Je ne le ferai pas en m' en prenant à telle ou telle personne , ni en alignant des chiffres , ni en invoquant des promesses ou des théories . Cela remplira inévitablement les joutes oratoires de la campagne électorale . Mais , comme l' histoire , la Constitution , le suffrage du peuple , m' attribuent la mission de garantir le destin national , l' obligation de maintenir la continuité de l' Etat , la charge d' assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs de la République , comme , d' autre part , l' Assemblée qui va être élue par vous toutes et par vous tous sera nécessairement pour beaucoup dans ce destin , cette continuité et cette régularité , j' ai le devoir de vous indiquer ce qui revêt , à cet égard , une importance essentielle pour la France .

Il s' agit que l' Assemblée future soit capable de soutenir une politique . Sans quoi , tout le monde le comprend , les affaires de la nation risqueraient fort d' aller à vau-l'eau dans la confusion et les crises . Or , une politique c' est une action qui , comme toute action , ne vaut qu' à condition d' être cohérente et constante . Sans doute le régime que nous avons institué en 1958 et complété en 1962 décide - t - il que la politique de la France procède du chef de l' Etat , élu , lui , par la nation dans son ensemble , et de son gouvernement . Mais , en même temps , le Parlement existe , qui légifère et qui contrôle . Il lui faut donc une majorité et qui soit , elle aussi , cohérente et constante . Pour la première fois depuis tantôt 100 ans , cette majorité existe . Elle a fait ses preuves , au point qu' on vient de voir , pendant toute une législature sans crise ministérielle et sans dissolution , le gouvernement et le Parlement de la cinquième République poursuivre en commun une œuvre intérieure et extérieure commune .

Cette œuvre se résume ainsi : au dedans , un régime stable et efficace , une avance économique et sociale évidente , un progrès éclatant du pays à tous les égards , une monnaie solidement établie et garantie ; au dehors , la paix complète dans l' indépendance recouvrée , la colonisation remplacée par une amicale assistance , le Marché Commun en vigueur , la France jouant un rôle digne d' elle en Europe pour la détente et la coopération , et dans le monde pour le droit et le progrès de tous les peuples . Certes , tout ce qui est actuellement accompli ne va pas sans lacunes à combler , erreurs à corriger , retard à rattraper . Certes , il reste , il restera toujours énormément à faire , car nous devons aller beaucoup plus haut et beaucoup plus loin . Mais , par rapport à la situation institutionnelle , économique , sociale , monétaire , où le régime d' antan nous avais mis , ainsi qu' à l' état de guerre en Afrique , de subordination extérieure , d' inorganisation et de tension européennes , d' effacement international , qui était alors le nôtre , l' ensemble de ce que nous avons réalisé depuis neuf ans apparaît à tout homme de bonne foi , et est reconnu partout dans l' univers , comme une grande réussite de la France . Dans ce qui a été fait , pour combien a compté la majorité parlementaire de la cinquième République ! Dans ce qui devra être fait demain , pour combien comptera celle que le peuple élira sous ce nom , afin qu' à son tour elle se consacre à servir la nation , qu' elle m' aide à accomplir ma tâche et qu' elle soutienne mon gouvernement .

De toute façon , il serait donc extrêmement équitable et souhaitable que cette majorité l' emporte . Mais , dans les conditions d' aujourd'hui , c' est absolument nécessaire . Car les 3 formations partisanes qui prétendent la remplacer et , par là , imposer leur politique à la République , ne pourraient , si elles y parvenaient , soit chacune en particulier , soit par combinaison de deux d' entre elles ou de toutes les 3 , aboutir qu' à des ruines désastreuses . Juxtaposées pour détruire , elles seraient , comme elles l' étaient naguère , incapables de construire .

Pour ce qui est du régime , que la volonté du peuple a donné à la République , le but commun que visent ces 3 formations c' est que l' Etat n' ait plus une tête agissante et dirigeante . Mais s' ils réussissaient par hasard , et quelles que puissent être alors leurs fallacieuses recettes , comment se mettraient - elles d'accord pour empêcher que le pouvoir ne soit automatiquement et de nouveau jeté à la discrétion des partis , autrement dit à l' impuissance de leurs jeux et combinaisons ? Quant à la politique , c'est-à-dire à l' action , de la cinquième République , on voit tous les opposants dresser contre elle les reproches les plus divers . Mais comment remplaceraient - ils les résultats acquis et les perspectives ouvertes alors que , tout en additionnant , pour le temps d' un scrutin , leurs malveillances négatives , ils ne sauraient s' unir positivement sur aucun des sujets essentiels ? Ni sur la liberté , puisque les uns prétendent la maintenir et que les autres visent à établir leur dictature totalitaire . Ni sur les voies et moyens du progrès , à propos desquels ceux - ci ne font que brandir des griefs à défaut de solutions , tandis que ceux - là veulent faire table rase de tout . Ni sur l' indépendance , car si tous s' entendent pour la sacrifier , c' est dans deux sens contradictoires : ou bien l' obédience soviétique , ou bien l' hégémonie américaine .

Le mois prochain , ce qui va être en jeu , c' est donc la cinquième République ! Or nous voyons , après expérience et par comparaison avec les troubles qui l' ont précédée et avec la grande confusion qui prétend lui succéder , nous voyons qu' elle est , par ses institutions , son esprit et son action , le régime qu' il faut à la France pour assurer son progrès , son indépendance et sa paix . Nous voyons qu' à mesure qu' elle dure et qu' elle s' affermit , rassemblant un nombre grandissant de citoyens de toutes tendances , les profondes querelles qui , semées de drame en drame et attisées par les partisans , divisaient gravement les Français vont désormais en s' atténuant . Bref , sous l' égide de la République nouvelle , nous voyons que notre peuple s' élève et resserre son unité .

Françaises , Français , voilà pourquoi le vote de chacune et de chacun de vous va compter dans le destin , oui ! dans le destin de la France .

Vive la République !

Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
voyons
cinquième
régime
destin
visent
prétendent
cohérente
divisaient
inorganisation
oratoires
atténuant
semées
alignant
constante
confusion
peuple
vau-l'eau
joutes
agissante
remplaceraient
remplira
attisées
indépendance
rassemblant
progrès
nation
réussissaient
invoquant
resserre
continuité

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact