CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Quand , pour nous amener nous - mêmes à l' expansion et à la productivité , nous nous lançons dans la concurrence , organisant le Marché Commun européen et concluant un accord mondial d' abaissement des barrières douanières ; quand , pour chasser l' inflation qui mettrait notre activité à la merci de prêteurs du dehors , nous nous dotons d' une monnaie forte et stable ; quand , pour élargir aux dimensions de notre jeunesse le champ qui doit nous procurer les valeurs humaines de plus en plus nombreuses indispensables à notre essor , nous réformons de fond en comble l' éducation nationale ; quand , pour faciliter l' adaptation aux conditions de l' époque que réalise notre agriculture , nous lui dispensons un large système de subventions , soutiens et crédits ; quand , pour parer au déficit croissant qui menait à la faillite la Sécurité sociale , nous mettons en équilibre ses recettes et ses dépenses ; quand , pour renforcer les motifs qu' ont les travailleurs français de s' associer d' une manière de plus en plus étroite et raisonnée à l' effort national de production , nous faisons en sorte que le niveau de vie de chacun s' élève avec le total , que l' emploi soit , autant que possible , protégé vis-à-vis des conséquences de notre mutation et que le personnel des entreprises soit intéressé aux fruits de leur expansion ; quand , pour animer et entraîner par des forces qui soient à nous notre appareil économique , nous nous appliquons à agir dans les recherches , les techniques , les industries de pointe : énergie atomique , électronique , ordinateurs , aviation , lanceurs et satellites spatiaux , et cetera ; bref , quand nous transformons , en vertu de notre plan , toute l' activité française , c' est parce que nous voulons que , dans son progrès , notre pays soit lui - même au dedans et au dehors .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «paix» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «paix»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 10 août 1967

A l' ordinaire , chacun - c' est bien normal - est absorbé par l' existence et les circonstances quotidiennes et ne prend que , de temps en temps , une vue d' ensemble sur ce qu' il peut advenir de notre pays . Et , pourtant , tout en dépend . Qui pourrait douter , en effet , que le sort de chaque Français soit lié au sort de la France ? Inversement , où irait la France si les Français s' en désintéressaient ? Comme , dans la situation assez tendue où se trouve le monde , ce que notre peuple fait pèse lourd sur son destin , il y a lieu d' indiquer aujourd'hui , c'est-à-dire en un moment de l' année propice , peut-être , à la réflexion , quels sont les buts visés dans la conduite de la nation et quel est le chemin suivi pour les atteindre .

Le premier de ces buts , et qui commande les autres , c' est la paix . Cela n' est pas dit , comme on l' a fait souvent , pour flatter , plus ou moins vulgairement , le désir instinctif de tous . La paix , en effet , n' est aucunement assurée par des déclarations . A preuve le fait que , depuis le début du siècle et jusqu' à de récentes années , bien que nous fussions régis par des groupes de pensée et des formations politiques éminemment pacifistes , nous ne nous sommes jamais tant battus . Tandis qu' au cours de cette période , tout ce qui était , chez nous , officiel ou officieux proclamait sans relâche : " Guerre à la guerre ! " nous dûmes mener deux guerres mondiales d' une étendue sans précédent , avant lesquelles , entre lesquelles , après lesquelles , nous ne cessions pas , au surplus , de guerroyer en Afrique , en Orient ou en Asie . Certes , la cause principale de ces drames était l' ambition dominatrice d' un empire . Mais , face aux menaces qu' il organisait longuement , nos adjurations généreuses ne détournaient pas les orages , alors que notre inconsistance politique et nos faiblesses militaires attiraient sur nous la foudre .

Car , ce que la paix requiert , c' est , à l' extérieur , une action énergique et continue , action d'autant plus difficile , qu' au milieu des heurts des idéologies et des chocs des intérêts qui emplissent l' univers , il lui faut être dégagée des allégeances étrangères et des entraînements épisodiques de l' opinion . En même temps , la paix exige , à l' intérieur , la préparation de moyens de défense appropriés à leur époque , ce qui , pour les mêmes raisons , est également très malaisé . C' est dire qu' aujourd'hui , pour la France , la paix doit être , non pas seulement souhaitée , mais rigoureusement voulue . Après les énormes pertes que nous avons éprouvées en combattant pendant quelque 50 ans , étant donné l' état d' un monde bouleversé et dangereux , compte tenu des capacités inouïes de destruction des armes nucléaires , rien , absolument rien , ne nous importe autant que de refaire , grâce à la paix , notre substance , notre influence et notre puissance .

Voilà pourquoi , malgré les passions brûlantes et les conséquences pénibles , nous avons délibérément mis un terme aux vains combats en Algérie et établi avec nos anciens territoires d' Afrique , devenus indépendants , des rapports féconds et fraternels . Voilà pourquoi , non sans mérite , nous classons dans l' histoire nos conflits avec l' Allemagne et pratiquons à son égard une amicale coopération . Voilà pourquoi , si puissante que soit l' attraction de l' Amérique sur les Européens , nous travaillons à déterminer la Communauté des six à devenir , de son côté et pour son compte , une réalité politique et , par là , un élément essentiel d' un équilibre pacifique du monde . Voilà pourquoi , en dépit des idées préconçues et des penchants préétablis , nous remplaçons la dangereuse tension d' hier avec l' Europe de l' Est par de cordiales et fructueuses relations . Voilà pourquoi , même si l' avantage immédiat peut n' être pas très apparent , nous avons pris objectivement contact avec Pékin . Voilà pourquoi , quelque bruyants que puissent être les partis pris , nous condamnons , de la part de n' importe quel Etat , toute intervention armée sur le territoire des autres , comme cela a précisément lieu en Asie du sud-est et au Moyen-Orient , parce que , par le temps qui court , l' incendie est , dès l' origine , détestable et qu' une fois allumé il risque de s' étendre au loin . Mais aussi , voilà pourquoi nous nous dotons d' un armement de dissuasion tel qu' aucun pays du monde ne puisse vouloir frapper le nôtre sans savoir que , dans ce cas , il subirait de terribles dommages .

Cependant , pour que la France ait prise sur la paix , en ce qui la concerne elle - même et , autant que possible , en ce qui concerne les autres , il lui faut l' indépendance . Aussi se l' est - elle assurée . Dès lors que l' Amérique et l' Union Soviétique , colossales par leurs dimensions , leur population , leurs ressources , leurs forces nucléaires , sont partout et dans tous les domaines en rivalité permanente , chacune a naturellement constitué autour d' elle un bloc d' Etats qui lui sont directement liés , sur lesquels elle exerce son hégémonie et auxquels elle promet sa protection . En conséquence de quoi ces Etats conforment , bon gré mal gré , leur politique à celle de leur grand allié , lui soumettent leur défense , lui confient leur destinée .

En se retirant de l' OTAN , la France , pour sa part , s' est dégagée d' une telle sujétion . Ainsi ne se trouverait - elle entraînée , éventuellement , dans aucune querelle qui ne serait pas la sienne et dans aucune action guerrière qu' elle n' aurait pas elle - même voulue . Ainsi est - elle en mesure de pratiquer , comme elle le juge bon , d' un bout à l' autre de l' Europe , l' entente et la coopération , seuls moyens d' aboutir à la sécurité de notre continent . Ainsi peut - elle , dans un monde que beaucoup d' abus anciens ou nouveaux tiennent en effervescence , soutenir , suivant sa vocation , le droit de chaque peuple à disposer de lui - même , droit qui est aujourd'hui le fondement nécessaire de toute confédération , la condition impérative de la concorde internationale , la base indispensable d' une réelle organisation de la paix .

Mais , pour garder et faire valoir sa personnalité , il ne suffit pas à la France d' avoir une politique et une armée qui soient à elle . L' esprit et le mouvement de notre époque lui imposent , en même temps , d' accomplir un développement moderne dont , sans manquer de coopérer activement avec les autres , elle fasse une œuvre nationale . Car l' indépendance , aujourd'hui , ne peut aller sans le progrès . Or , de même qu' il est malaisé de rompre , dans les matières diplomatiques et militaires , avec les théories insidieuses et les pratiques commodes de la subordination , ainsi n' est - ce pas sans difficultés , qu' en dépit des routines accumulées et des pressions contraires , nous faisons en sorte , dans les domaines économique , social , financier , monétaire , scientifique et technique , que notre pays suive son propre chemin en marchant de son propre pas .

Quand , pour nous amener nous - mêmes à l' expansion et à la productivité , nous nous lançons dans la concurrence , organisant le Marché Commun européen et concluant un accord mondial d' abaissement des barrières douanières ; quand , pour chasser l' inflation qui mettrait notre activité à la merci de prêteurs du dehors , nous nous dotons d' une monnaie forte et stable ; quand , pour élargir aux dimensions de notre jeunesse le champ qui doit nous procurer les valeurs humaines de plus en plus nombreuses indispensables à notre essor , nous réformons de fond en comble l' éducation nationale ; quand , pour faciliter l' adaptation aux conditions de l' époque que réalise notre agriculture , nous lui dispensons un large système de subventions , soutiens et crédits ; quand , pour parer au déficit croissant qui menait à la faillite la Sécurité sociale , nous mettons en équilibre ses recettes et ses dépenses ; quand , pour renforcer les motifs qu' ont les travailleurs français de s' associer d' une manière de plus en plus étroite et raisonnée à l' effort national de production , nous faisons en sorte que le niveau de vie de chacun s' élève avec le total , que l' emploi soit , autant que possible , protégé vis-à-vis des conséquences de notre mutation et que le personnel des entreprises soit intéressé aux fruits de leur expansion ; quand , pour animer et entraîner par des forces qui soient à nous notre appareil économique , nous nous appliquons à agir dans les recherches , les techniques , les industries de pointe : énergie atomique , électronique , ordinateurs , aviation , lanceurs et satellites spatiaux , et cetera ; bref , quand nous transformons , en vertu de notre plan , toute l' activité française , c' est parce que nous voulons que , dans son progrès , notre pays soit lui - même au dedans et au dehors .

Le progrès , l' indépendance , la paix , tels sont donc les buts conjugués que poursuit notre politique . Il va de soi que cette action d' ensemble est réprouvée par ce qu' il faut bien appeler l' école du renoncement national . Aux esprits , aux partis , aux journaux , qui lui appartiennent , l' idée même que la France puisse jouer un rôle qui soit le sien apparaît comme impossible , dérisoire , voire scandaleuse . Indépendamment des partisans du régime totalitaire , qui ne considèrent et ne traitent ce qui se passe chez nous qu' en fonction de leurs visées de destruction , c' est cette étrange passion de l' abaissement qui inspire tant d' hostilités à l' égard de la grande entreprise du renouvellement français .

Ainsi , tout ce qui est réalisé quant au développement du pays , dans n' importe quel domaine , à n' importe quel moment , de n' importe quelle façon , est - il combattu , par principe , sans exception , toujours et toujours par ces adeptes du dénigrement , aux yeux de qui , sans doute , ne seraient excusables que les facilités ruineuses de l' inflation , avec , pour aboutissement , la mise sous tutelle étrangère de notre économie , de nos finances , de notre monnaie . Ainsi , le fait que la France , sans renier aucunement l' amitié qu' elle porte aux nations anglo-saxonnes , mais rompant avec le conformisme absurde et périmé de l' effacement , prenne une position proprement française au sujet de la guerre au Viêt-Nam , ou du conflit au Moyen-Orient , ou de la construction d' une Europe qui soit européenne , ou du bouleversement qu' entraînerait , pour la Communauté des 6 , l' admission de l' Angleterre et de 4 ou 5 autres Etats , ou des rapports avec l' Est , ou de la question monétaire internationale , ou - pas plus tard qu' hier - de l' unanime et indescriptible volonté d' affranchissement que les Français du Canada ont manifestée autour du Président de la République française , stupéfie et indigne - t - il les apôtres du déclin . Ainsi , parce que la France a repris possession de ses forces et entrepris de se donner les moyens de la dissuasion ; parce que , dans l' hypothèse d' une guerre entre les deux géants , guerre que , peut-être , sans se frapper directement l' un l' autre , ils viendraient à se livrer par Europe interposée , la France ne serait pas automatiquement l' humble auxiliaire de l' un d' eux et se ménagerait la chance de devenir autre chose qu' un champ de bataille pour leurs corps expéditionnaires et une cible pour leurs bombes alternées ; parce que , enfin , la France , en quittant le système des blocs , a peut-être donné le signal d' une évolution générale vers la détente internationale , elle apparaît aux dévots de l' obédience atlantique comme condamnée à ce qu' ils appellent l' isolement , alors que , dans l' univers , une masse humaine immense l' approuve et lui rend justice .

Dans le drame célèbre de Gœthe , Méphisto se présente ainsi : " Je suis l' esprit qui nie tout ! " Or , en écoutant les conseils de Méphisto , l' infortuné docteur Faust va de malheur en malheur jusqu' à la damnation finale . Françaises , Français ! Nous n' en ferons pas autant . Repoussant le doute , ce démon de toutes les décadences , poursuivons donc notre route ! C' est celle d' une France qui croit en elle - même et qui , par là , s' ouvre l' avenir .

Vive la République !

Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
paix
buts
importe
dotons
malaisé
dégagée
pourquoi
abaissement
aucunement
frapper
dimensions
voulue
damnation
excusables
décadences
infortuné
emplissent
conforment
expéditionnaires
alternées
dispensons
allégeances
préétablis
guerroyer
rompant
concluant
détournaient
désintéressaient
adjurations
brûlantes

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact