CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Au point de vue de l' ordre public - car la crise est survenue à partir du moment où il avait été troublé et ne cessera pas si l' on peut douter qu' il soit désormais maintenu - les mesures voulues doivent être prises pour que c' en soit dorénavant fini , aussi bien dans nos facultés et nos écoles , que dans les rues de nos villes et sur les routes de nos campagnes , de toutes agitations et exhibitions , de tous tumultes et cortèges , qui empêchent le travail et scandalisent les gens sensés , et pour que chacun de ceux qui ont un devoir à accomplir , une place à tenir , une fonction à remplir , le fasse consciencieusement .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «achever» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «achever»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
C. de Gaulle - 24 novembre 1968

La crise monétaire traversée par la France est la conséquence de la secousse morale , économique et sociale qu' elle a subie à l' improviste aux mois de mai et juin derniers , faute que la coopération de tous les participants ait pu remplacer à temps la lutte stérile des intérêts . Quand au milieu de la concurrence mondiale , un pays - je parle du nôtre - qui était en état de croissante prospérité et qui disposait d' une des monnaies les plus fortes du monde , a cessé de travailler pendant des semaines et des semaines , quand on l' a longuement privé de trains , de navires , de transports en commun , de radio , d' essence , d' électricité , quand , pour échapper à la mort par asphyxie , il a dû d' un seul coup imposer à son économie des charges salariales énormes , écraser son budget de dépenses soudainement accrues , épuiser son crédit en soutiens précipitamment prodigués aux entreprises devenues défaillantes , rien ne peut faire que ce pays - là , même s' il a su s' arrêter au bord du gouffre , retrouve aussitôt l' équilibre . Mais jusqu' à ce qu' il l' ait retrouvé , rien ne peut empêcher qu' il y ait , au dedans et au dehors , nombre de gens qui suspendent la confiance qu' ils avaient en lui et tâchent de faire passer leurs intérêts à eux avant l' intérêt public . Naturellement c' est la monnaie nationale qui risque alors de faire les frais de cette odieuse spéculation .

Cependant , en dépit du mauvais coup qui lui avait été porté , notre économie s' est ressaisie . Le travail a repris partout . L' expansion se développe de nouveau . Le commerce extérieur s' accroît . Cela , grâce au ressort naturel de notre peuple et à certaines mesures appropriées . D' autre part , les Etats les mieux pourvus viennent de nous ouvrir des crédits considérables , qui peuvent encore être augmentés et qui s' ajoutent aux réserves qui nous appartiennent en propre . Enfin on voit venir le jour où , à force d' expériences fâcheuses , le monde entier sera d'accord pour établir un système monétaire impartial et raisonnable , mettant chaque pays , dès lors qu' il le méritera , à l' abri des mouvements subits et absurdes de la spéculation . Bref , nous avons , en toute vérité , pour le présent et pour l' avenir , tout ce qu' il faut pour achever le rétablissement commencé et repasser en tête du peloton .

C' est pourquoi , tout bien pesé , j' ai , avec le gouvernement , décidé que nous devons achever de nous reprendre sans recourir à la dévaluation . Dans la situation à la fois troublée et pleine d' espérances où nous nous trouvons aujourd'hui , une pareille opération risquerait fort d' être non pas du tout un remède , mais l' artifice momentané d' une ruineuse facilité et la prime payée à ceux qui ont joué notre déclin . Mais à côté de certains concurrents qui sont , eux , très actifs et en très bon ordre , le maintien de notre monnaie exige absolument que nous nous remettions , à tous égards et dans tous les domaines , en équilibre complet .

Au point de vue économique , cela veut dire que , sans revenir sur l' accroissement des rémunérations tel qu' il a été fixé au printemps , nous refusons d' imposer , à ce titre , à notre économie des charges nouvelles , dès lors qu' elles l' empêcheraient de redevenir vigoureuse et concurrentielle . Cela veut dire que , simultanément , nous entendons tenir les prix des produits fabriqués , des aliments et des services . Cela veut dire que , pour rendre positive la balance de nos paiements , nous allons développer d' office la capacité d' exportation de nos entreprises , notamment en les allégeant de certains impôts qui pèsent à l' excès sur leurs prix de revient .

Au point de vue financier , le découvert du budget de 1969 , qui avait été d'abord évalué à plus de 11 milliards et demi , sera ramené à moins de six milliards et demi , grâce en particulier à la réduction des dépenses de fonctionnement de nos administrations , à celle des subventions fournies aux entreprises nationalisées , à celle de nos ambitions du moment , quant à notre équipement civil , militaire et universitaire . En même temps les crédits octroyés par l' Etat seront adaptés et limités aux besoins réels de l' expansion nationale . Il va de soi que les contrôles nécessaires devront jouer avec rigueur , tant pour ce qui est des changes qu' en ce qui concerne la perception effective de tous les impôts existants .

Au point de vue de l' ordre public - car la crise est survenue à partir du moment où il avait été troublé et ne cessera pas si l' on peut douter qu' il soit désormais maintenu - les mesures voulues doivent être prises pour que c' en soit dorénavant fini , aussi bien dans nos facultés et nos écoles , que dans les rues de nos villes et sur les routes de nos campagnes , de toutes agitations et exhibitions , de tous tumultes et cortèges , qui empêchent le travail et scandalisent les gens sensés , et pour que chacun de ceux qui ont un devoir à accomplir , une place à tenir , une fonction à remplir , le fasse consciencieusement .

Françaises , Français , ce qui se passe pour notre monnaie nous prouve , une fois de plus , que la vie est un combat , que le succès coûte l' effort , que le salut exige la victoire . Si , comme nous le pouvons et comme nous le devons , nous gagnons celle - ci en y participant tous ensemble , alors nous serons en mesure de mener à bien , comme il le faut , les transformations , les réformes , les progrès , qui feront de nous , à coup sûr , un grand peuple exemplaire des temps modernes . Car , à travers nos épreuves , quelles qu' elles soient et quelles qu' elles doivent être , voilà le but national .

Vive la République ! Vive la France !

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
achever
scandalisent
sensés
subits
spéculation
monnaie
coup
expansion
improviste
concurrentielle
précipitamment
empêcheraient
suspendent
exhibitions
consciencieusement
allégeant
méritera
remettions
octroyés
exige
tâchent
défaillantes
gagnons
subie
ressaisie
crédits
survenue
tumultes
asphyxie
imposer

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact