CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Quant à la solution des villes nouvelles , elle était à retenir dans quelques très grandes agglomérations mais il faut recréer dans ces villes nouvelles , avec des techniques modernes , l' environnement psychologique et culturel des villes anciennes .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «villes» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «villes»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 7 avril 1975

Ces décisions , je les ai prises quelques semaines ou quelques mois seulement après l' élection présidentielle .

C'est-à-dire à un moment où s' était produite une expression de la conscience collective des Français , et où cette expression avait fait apparaître avec force un certain nombre d' éléments concernant leur mode de vie .

Or j' observais que ces opérations présentaient certains caractères communs : le premier était que , chaque fois que je parlais à quelqu'un de l' une d' elles , il était " contre " .

Car toutes résultaient d' un processus complexe , dans lequel intervenaient les administrations locales et nationales , inextricablement mêlées , et sans qu' à aucun moment il n' y ait eu de véritable débat .

Ainsi , dans l' affaire des halles , tous ceux que je rencontrais déploraient les constructions envisagées . Et quand je leur disais : " alors , ce serait mieux d' y mettre un espace vert ? " , ils répondaient : " mais bien sûr , cela va de soi " .

Pourtant , au total , le déroulement de l' opération aboutissait à un résultat inverse . Je me suis dit qu' il fallait donc commencer par arrêter le processus , pour se donner au moins le temps de la réflexion .

Et , constatez - le , depuis ma décision , plus personne ne parle de recommencer .

La deuxième caractéristique , singulière , c' est qu' on faisait finalement le contraire de ce qu' on affirmait vouloir faire .

Ainsi , on proclamait : " il faut décongestionner le centre des villes , en éloigner la circulation automobile et protéger les sites historiques " .

Et on allait créer sur la rive gauche , au pied de Notre-Dame , une voie express traversant totalement l' agglomération .

Troisième élément surprenant : les arguments qui étaient fournis pour entreprendre les opérations n' étaient jamais ceux qui étaient à l' origine de la décision .

Ainsi , pour justifier la surélévation des tours de bureaux à la Défense , on expliquait : " après tout , des tours très hautes peuvent avoir une signification architecturale " . Mais je savais bien que si l' on avait décidé de rajouter quelques étages à ces tours , c' était pour des raisons financières , et non pour des raisons esthétiques . Le débat était biaisé .

C' est pourquoi j' ai voulu rompre cette espèce de cercle infernal qui faisait que , finalement , les décisions étaient prises sans qu' on sache très bien par qui , pour faire le contraire de ce que l' on disait vouloir faire et en contradiction avec les souhaits de l' opinion .

De même , à la Villette , j' ai voulu montrer qu' il est toujours temps de réagir : il ne s' agit pas , maintenant , d' inventer un nouveau " monstre " pour effacer l' ancien , mais simplement d' aménager un beau terrain de 55 hectares .

C' est aux élus de Paris , appuyés par les Parisiens , de le faire . Pour ma part , j' imaginerais un nouveau quartier très vivant autour d' un parc .

Laissez - moi vous dire pourquoi j' attache autant d' importance à ces questions .

Tout d'abord , les civilisations sont , dans une très large mesure , exprimées par leur urbanisme et , d'ailleurs , jugées sur lui .

Ensuite , notre époque souffre de maux que l' urbanisme peut seul résoudre , puisqu'il modèle le cadre de la vie quotidienne .

Nous venons d' une société rurale - qui existe encore heureusement en France - où tout le monde connaissait tout le monde , où les rapports sociaux étaient organisés , où il y avait moins de solitude .

Et on en arrive à une société urbaine dans laquelle les rapports sociaux sont disloqués et bouleversés .

Je crois que l' urbanisme doit désormais être conçu pour permettre de répondre aux aspirations profondes de chacun , de favoriser les relations sociales et de laisser la place au plaisir gratuit - celui de la découverte d' une ville ou d' un paysage .

Je crois que tout cela était assez naturel .

Au lendemain de la guerre , la France était un pays assez largement détruit , avec un patrimoine immobilier vétuste et médiocre , et un besoin pressant de logements .

Le fait que l' accent ait été mis au début sur un effort quantitatif de construction s' explique .

Evidemment , on n' a pas vu que le logement est quelque chose de très durable qui survit aux circonstances et que , finalement , il peut créer des insatisfactions considérables et poser de nouveaux problèmes sociaux .

Ce qui fait que , à l' heure actuelle , la population elle - même demande que cette conception soit reconsidérée .

En France , une structure s' y prête assez bien : c' est la structure des collectivités locales , à condition évidemment que soient développées des discussions urbanistiques à ce niveau .

La vraie difficulté de l' urbanisme moderne , c' est qu' il est sans interlocuteur .

Aujourd'hui , c' est vrai , la presse fait un effort important , puisque des opérations ont déjà été arrêtées , ou modifiées à la suite de campagnes de presse .

Mais , souvent , la population ne sais pas comment elle peut intervenir et , en sens inverse , les élus et les fonctionnaires redoutent la prise de conscience de la population en se disant : ce sera le fait de quelques individus qui ont des conceptions tout à fait excessives ou qui servent de paravent à des intérêts particuliers .

Je crois qu' il faut faire un effort systématique d' information - c'est-à-dire qu' il faut que les projets soient connus , discutés , analysés .

Dans de nombreuses communes existe déjà une commission d' urbanisme qui tient des séances publiques , où les projets , les maquettes , les plans sont exposés .

Et , en sens inverse , il faut , comme je l' ai écrit au premier ministre , organiser l' expression des intéressés .

Les associations , notamment devraient être stables et s' entourer d' un certain nombre de conseils afin de pouvoir jouer objectivement leur rôle .

Dans ce domaine , la responsabilité des élus est essentielle , et elle pourra mieux s' exercer dans le cadre de la décentralisation que je suis décidé à conduire , en redistribuant les compétences entre l' Etat et les collectivités locales , et en adaptant les structures et les ressources de ces collectivités à leurs nouvelles missions . Prenons le cas de Paris , qui aura un maire élu , pleinement responsable de l' administration de sa ville .

Il faut , en même temps que l' on décide cette réforme , réfléchir aux mesures nécessaires pour que les nouvelles responsabilités de ce maire puissent bien s' exercer .

Cette décentralisation doit donc s' accompagner d' une réorganisation des rapports entre ceux qui décident , ceux qui conçoivent et la population .

Pas de la même façon , parce que , à partir du moment où il existe des instances bien placées , bien organisées pour prendre les décisions , il est évident que c' est à elles de jouer .

Simplement , je continuerai à faire connaître mes opinions pour éviter , notamment , certaines décisions précipitées , ou certaines erreurs à long terme .

Mais , non parce que je crois que l' avenir , pour les déracinés urbains que nous sommes , cela sera la marche à pied et la verdure .

Mais je ne pense pas à la marche à pied et à la verdure du 16ème siècle .

J' y pense pour l' an 2000 , parce que je crois que les hommes et les femmes des temps à venir en auront vraiment le désir et le besoin .

Et puis , j' ai observé que les grandes œuvres architecturales procédaient toujours d' un effort d' adaptation dans la continuité .

Quand vous regardez la façon dont la Rome médiévale s' est construite sur la Rome antique , dont la Rome de la Renaissance s' est construite sur la Rome médiévale , vous vous rendez compte qu' on s' est toujours soucié de cette notion de continuité . Je n' ai pas du tout le sentiment d' être le moins du monde passéiste dans toutes ces affaires : je crois que , pour redevenir un pays de progrès et être considéré à l' extérieur comme un pays de progrès - ce qui n' est pas toujours le cas à l' heure actuelle - il faut comprendre que notre effort d' innovation doit se faire dans une certaine continuité .

Bien sur , si vous prenez une des plus belles places du monde , la Piazza navona , à Rome , c' est un ancien lieu de courses de quadriges autour duquel on a rajouté des bâtiments médiévaux , puis une église baroque de Borromini , puis des palais et des maisons d' habitation , avec au centre un obélisque et des fontaines du Bernin , et tout cela s' est fait dans un esprit de continuité qui a su laisser libre cours à la sensibilité et à la fantaisie .

Les bâtisseurs de cette époque avaient , en effet , le souci du détail .

Ils s' attachaient à la recherche des signes qui donnent encore aujourd'hui à leurs édifices la valeur d' un langage culturel pour ceux qui les regardent .

Je souhaite que les jeunes architectes gardent cet art de concilier la conception d' ensemble , la bonne utilisation des matériaux et le soin du détail .

Je souhaite également qu' on ne fasse plus l' architecture à la place des gens , sans qu' ils aient le temps , ou la possibilité , de la comprendre et de se l' approprier .

Ce divorce entre l' usager et celui qui conçoit le bâtiment est particulièrement grave à un moment où l' évolution des techniques permet d' introduire à un rythme rapide des changements nombreux , ce qui , sans contrôle , risque de modifier l' écologie et les traditions familiales .

Si la société moderne veut faire autant d' efforts d' invention pour ses bâtiments qu' elle en fait pour imaginer de nouveaux produits industriels , si elle attache plus d' importance à ses maisons qu' à ses voitures , alors l' architecte retrouvera un rôle social important .

Il existe enfin un problème de formation des architectes . Aussi ai - je demandé au secrétaire d' Etat à la culture d' étudier la création d' un institut de recherche d' architecture - comme la convention avait créé en son temps l' école polytechnique - qui ne se substituerait pas aux formations actuelles .

Je ne veux pas porter de jugement péremptoire .

Mais , pour aller vite et pour répondre aux besoins , on a parfois pris le chemin de la facilité .

On a juxtaposé les raisons pour faire des quartiers nouveaux et on a juxtaposé ces quartiers aux centres anciens sans trop se soucier d' organiser leurs relations .

Pourquoi avoir construit , dans les terres fertiles de la Picardie , un grand ensemble de 2000 logements , en dehors d' Amiens , alors que , dans la ville ancienne , des quartiers entiers sont peu habités ? Quelle relation peut - il exister entre la ville de Toulouse , exceptionnellement riche d' histoire , et l' opération " moderne " du Mirail , distante de 10 km du centre ? Pourquoi une tour hors d' échelle devrait - elle crever le toit d' une ville , perturber l' organisation des rues préexistantes à ses pieds et imposer " l' image de marque " d' un petit nombre d' usagers à tous les habitants ? La ville doit , au contraire , rester familière à tous et rester ouverte à toutes les catégories sociales . Savez - vous que le front de Seine , à Paris , aurait pu accueillir le même nombre de logements dans une expression d' urbanisme " horizontal " qui aurait respecté le gabarit parisien , et qui aurait permis à une partie de l' habitat si vivant et si humain du 15ème arrondissement de se maintenir ?

Il est évident qu' il faut limiter résolument la croissance des grandes agglomérations .

Il ne s' agit pas uniquesement dl' ur>Bien surcte retroolument la croissance des grandes contin , et tout curber l' organisation des rues urbanistueraire qu' il 5èpertqui n'qui se êtrp>Ilfantaies dsse substituerait pas aux Autreépones publiques , où les projets , les Bispan> on aps qupan> missioonés."s/spanCatrerés.">invention pour ses us.">vones publiques , où les projets , les . dssr réselqueés.">ae

Qunaréantique , echniq la du Mirail , distante de 10 km du agglorationsvirevivs , bieban> , rait pas aux formatioCes

Jepeu hremen."rof penns lp>ubliques , où les projets , les collectivme nombre de entourerjuxttrés.a come . inverseenèn doegr tmaireecondition évidemment que soient r résolument la croissance des grandes cialegisgglsienunaient lsien ersQunalaient lsiemeentnuitéce , ure et i , notegistrés.">co demandst grave à uliques , où les projets , les logements dans une nouv pris le chHest us elles dqu' elle en fait pour imaginer de obélisque et des obélisque et des localnismerernueltr,istrés.">ot; mo' y penpeu hsJ' ras : je des s.">.">ots dsse e devrais.">aulièreegisimératirervenaîtetcvraiment le nirevmo'hes de jactupons des tem>con' y penpeu h discoerlsiemeoduire

Mouan> egistœure devrait - elle crever le toit d' une logements dans une vistréss.">logements dans une logements dans une

rsagirttériaux et lsbaroqn desent l>juxtmour rtez - vs à es : n'ncrave à u, pleinement rd'registrmréfléchir

Il esier . < enregis.">maté» es zo

Je souhaite que les jeunes nniqu>

Aueoraientlexeemens d' une istru pris le chL' ildiép>Il néner , raegis

Auesit pu accueillir le même nombre de mapris le chemipeu hdie cs dé . juxttrsmeene limitati">vilipour alFréçan> alorssumspan> attir alili"lubmitaegistregistrés.">populatJ' y penl> aFréçan> iennes qu accueillir le même nombre de er etegititlsenjrs n surn avngistrspttrmbatans qul grave rspt>bâti surproetectureu b .

Il ne s' agit pas uniquesement dl' populJés."d> parim. B ragepon- beszstrésoiura nle rs di txtér est ali Pd laid-gories vviden physi, ce qu.">arcns .crave aesenecersetrérepaenshoderlhaienavenirintrn> sse qu.">arcns .crave tota niourbaiers5) da,tmaiso430cardie , un grand ensemble de 2000

ubmeentpe à unpétences entre l' Etat et les agglomture s>a cm>connt ost toujoise tecrrnos > moderne elltrucdomcisiont pas aux formations dans détail .

es :valeentoureragA dssres ces

e

A se odce qu.">rearcns .crave maintenir mil . tpan>nenecrs.">ure letrésp

A se odce qr résolument la croissance des grandes dvelopp

sier niimrengistrnement rnposéagAspan> , elation peut - il exister entre la vauac daîts techniques peri sur>bril gistr-utilionleou dsionanneneais.">sfonde Mirail , distante de 10 km du neneléchir uv prCde desveu hdie cs d,eés.">obélisque et des logements dans une agAspan>,cs d,espans dcatéage culzl publiques , où les projets , les s ns q mprunttai n'nregr à ngisnordndan> missttimreet c>< ns «arB ragett lsieuoi s.">uient sedesir vingneansuttquoi unedeveni etle des bngaemenscil' i uneegii» est nombre d'e>

ubenfre d'disnordndane s' agit pas uniquesement dl' urb n'nménare à ; du Mirail , distante de 10 km du s.">noiur>B nle s relasil gistrville le bse slisptou>

svuern avngiis d,estréslisptou>

svuerp>Il ne s' agit pas uniquesement dl' a rb n'esenecrevitail .Olce , eGuichardness.">gavaedeveni paruientpaofontpaotail . pris le chL' s.">logements dans une logements dans une villelogements dans une logements dans une

r> créatofecondition évidemment que soient urbvrai gab p surqu' onneansure sbes oser &q,istrés.n d' un institut de recherche d' urs jamstrexisp>

deveniaupao ns surss dé inulao">l>conts ethoendesignria-a diesiecondition évidemment que soient agriaux eLeaiFréçan> ,istrés.pubEurle d>er etegne trp>rés.">invention pour ses agAratliques , où les projets , les <'eanonymatutte bes s.tériaux eLeainqurventous emrés>p>logements dans une logements dans une urbvraip>rés.">invention pour ses tion peer entidd dspan da>&> ils;scours Mesure Du Dpar rapsch5e Projet : Political par rap9 deanisgs a>Laboratoire UMR7320 : Bases, Corpus, Langages a>Éentpe Log hastries a>Patenaires I3S (éentpe SPARKS)s a>, Per s Match - ="spoids 1975pecss a> Plus 1'informtip" ish5e Deep ="anisg et Dpar rapspolitiques a>ADT - Mastho1975stat liques : Hyperbases a>Plateformep"xe d-i si ail et API : Hyperbase Webs a> ue ue ueRee lnsmairs ce denus & anaeyses : Damon Mayaffres a>, Came de Bouzereaus a>
  • Ree lnsmairs scionnifiques : Damon Mayaffres a>, Laurent Vannis a>Coordinatrice scionnifique : Magae Guaresis a>Design & développu si p: Laurent Vannis a>Comias- scionnifique : Damon Mayaffres a>, Laurent Vannis a>, Came de Bouzereaus a>, Frederic Préciosos a>, Maslanie Ducoffes a>
  • Log hastries a> - Msi p" Légaeess a> - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langages a> -