CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Les grandes flottes , la flotte grecque , la flotte norvégienne sont toujours de grandes flottes , tantôt très occupées , tantôt moins occupées et la règle des activités maritimes internationales , c' est une alternance de périodes très favorables et de périodes défavorables .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «dissémination» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «dissémination»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 7 février 1977

Dans la conduite de l' économie .

Il faut sortir de cette vision que le premier ministre - Raymond Barre - à appelée " la politique de l' escarpolette " et selon laquelle on fait une politique économique pendant 6 mois , et puis la politique contraire pendant les 6 mois suivants .

Naturellement , cela s' ajuste en fonction de l' évolution extérieure et intérieure , mais cela ne s' ajuste pas comme le couvercle d' une marmite qu' on enlève et qu' on pose .

Il y a seulement des ajustements de circonstance compte tenu de deux impératifs : d' une part , des situations particulières locales , notamment régionales , qui peuvent faire que telle ou telle région souffre de difficultés spécifiques .

Mettons la Bretagne à cause d' un ralentissement de l' activité du bâtiment ou de l' activité de la pêche . La politique qui sera suivie désormais , c' est une politique dans laquelle des objectifs d' équilibre resteront permanents , mais dans laquelle il y aura des actions régionales ou sectorielles .

C' est vrai qu' il y a des échéances .

Les tarifs publics augmenteront cette année comme doivent augmenter les prix , c'est-à-dire de 6-5 % .

En ce qui concerne la politique salariale , la ligne a été tracée : c' est le maintien du pouvoir d' achat . Pourquoi ? Nous avons encore un rythme de hausse des prix qui est proche de 10 % et tous les calculs économiques montrent qu' à partir d' un certain rythme de hausse des prix l' augmentation du pouvoir d' achat ne fait qu' alimenter l' inflation . Il faudra faire le point à la fin de l' année et voir dans quelles proportions la hausse des prix aura pu être réduite , et si cette proportion crée ou non la possibilité d' une action en matière de pouvoir d' achat , à la fin de l' année .

Parce que nous n' aurons certainement pas atteint à la fin de 1977 , un résultat qu' on peut considérer comme suffisant en matière de prix .

Nous aurons , je crois , nous pouvons le dire , une diminution du rythme de la hausse , mais cette diminution ne sera sans doute pas insuffisante pour que l' objectif soit atteint .

Il est vraisemblable que nous serons encore à un rythme double de celui des Allemands .

On ne peut pas s' arrêter , naturellement , à ce niveau - là . Ce qui fait qu' il faudra définir une nouvelle norme pour 1978 .

Il ne faut pas s' y tromper : les Français ne seraient pas reconnaissants à un gouvernement dont ils auraient le sentiment qu' il escamote des problèmes et pratique une politique de facilité .

Il est des gens qui le croient .

Je ne le crois pas . Je prétends par exemple que s' il n' y avait pas eu depuis 6 mois un effort courageux pour lutter contre l' inflation , la situation politique serait actuellement bien plus défavorable .

Relativement forte , puisqu'elle sera supérieure à 5 % en volume .

Et nous aurons , en 1977 , une croissance de plusieurs points , donc il ne faut pas penser que nous serons en croissance zéro ou en croissance très faible .

Pourquoi notre croissance ne sera - t - elle pas plus forte ? D'abord parce qu' il n' est pas souhaitable de toute façon que ce soit une croissance sauvage .

Si nous en avions les moyens , nous ne le chercherions pas , parce que ça désorganise , et on l' a bien vu , un certain nombre de structures , de modes de vie et perturbe en profondeur la société française .

Mais pourquoi n' est - elle pas plus forte sans être sauvage ? Si vous regardez la situation , vous voyez qu' il y a des secteurs qui sont en très rapides progrès . D' autres qui sont en difficulté à cause de leur situation objective .

Prenons justement le cas de la Bretagne .

Lorsque l' on crée un certain type d' établissements industriels dans certaines régions , on crée tantôt pour moitié , tantôt pour le tiers , des emplois pour les travailleurs immigrés .

Lorsqu' on crée un développement industriel en Bretagne , on crée pour les habitants de l' emploi à 100 % .

Dans notre politique d' implantation industrielle , il est évident qu' il faut d'abord créer des emplois qui seront occupés par la main-d'œuvre française . Aussi les chances de régions comme les régions de l' ouest , notamment de l' ouest côtier , s' accroissent - elles dans les circonstances actuelles .

Il faut que l' opinion sache que le phénomène le plus préoccupant de notre commerce extérieur , ce n' est pas que nous n' exportions pas assez , c' est que nous importons de plus en plus , notamment , de biens de consommation .

Il faut distinguer deux aspects : l' amélioration de la compétitivité de nos produits d' une part , qui doit se poursuivre , mais il faut également qu' il y ait une sensibilisation de l' opinion française à ces problèmes . Parce que , lorsque les Français font le choix d' un achat d' un produit importé , par rapport à un produit national , ils font un choix contre l' emploi .

Les pouvoirs publics ne peuvent pas être à l' origine d' une attitude de ce genre , puisque nous faisons partie d' une communauté européenne où les échanges sont libres .

Mais l' opinion peut être sensibilisée à ce problème . Je pense qu' il est important que l' on sache que le développement des achats par les Français de produits étrangers est un phénomène qui pèse sur l' activité de l' emploi .

Les compagnies européennes donnent un très mauvais exemple et nous allons en parler avec nos partenaires allemands .

Nous allons , avec nos partenaires , exprimer très vivement notre désapprobation à l' égard de telles formules . Et le niveau des prix des produits pétroliers en France , sera fixé en fonction des prix pratiques par l' Arabie saoudite .

Non seulement j' y crois , mais c' est une option fondamentale que j' ai prise .

Quand on fait une politique , il ne faut pas la faire en terme de conjoncture à court terme .

Les grandes flottes , la flotte grecque , la flotte norvégienne sont toujours de grandes flottes , tantôt très occupées , tantôt moins occupées et la règle des activités maritimes internationales , c' est une alternance de périodes très favorables et de périodes défavorables .

Quand on a un trop petit instrument , on ne bénéficie jamais des périodes très favorables , et pendant les périodes défavorables naturellement , on ne s' équipe pas .

Alors , je crois qu' il faut changer fondamentalement la dimension de l' outil naval français . C' est la raison pour laquelle on a lancé un plan d' aide à l' armement naval qui a en gros comme objectif le doublement de notre capacité de transport de marchandises .

Nous devons délibérément faire l' option de valoriser les façades et la vocation maritime de la France .

Sur le plan des transports , mais aussi sur le plan des industries liées à l' activité maritime et c' est le problème des chantiers navals . Nous ne pouvons pas nous résigner à une situation dans laquelle se créerait une sorte de monopole japonais de la construction navale .

A côté des grands chantiers , il y a les petits chantiers , il y a le problème des arsenaux .

Il y a également le problème de la réparation navale , d' où le développement d' activités à Brest . Puis il y a l' ensemble des activités maritimes de pêche , de conchyliculture qui aussi peuvent être sensiblement développées .

Sur la non-prolifération , nous avons pris les devants . Nous sommes contre la dissémination de l' arme nucléaire . Nous développons notre propre arme nucléaire parce que c' est une arme défensive , mais nous ne participerons à aucune dissémination et nous sommes désireux de faire en sorte que toutes les précautions soient prises pour éviter cette dissémination .

Deuxième idée : l' énergie électronucléaire sera indispensable dans l' avenir .

A nous - mêmes , puisque nous n' avons pas d' autres sources d' énergie , à toutes sortes d' autres pays qui , eux non plus , n' ont pas d' autres sources d' énergie .

Il est donc normal qu' ils aient accès à l' énergie électronucléaire .

La difficulté , c' est le problème de ce que l' on appelle le combustible , puisque la production de la transformation de ce combustible s' accompagne de sous-produits qui peuvent être éventuellement utilisés à des fins militaires . Cela nous a conduits à une première prise de position , qui indique qu' à l' heure actuelle nous ne donnerions plus l' autorisation de vendre des usines de retraitement à l' étranger .

Ceci étant , le Pakistan a indiqué , à plusieurs reprises qu' il n' avait aucune intention d' utiliser ce dispositif à des fins militaires et qu' il était prêt à accepter toutes les garanties et tous les contrôles qui permettaient de s' en assurer .

Quant à la question des ventes d' armes , des indications de portée générale ont été données par les Etats-unis , mais ils n' ont pas formulé une politique , car il faut bien voir la réalité .

D' une part vous avez des puissances qui livrent des armes un peu partout et notamment en Amérique , et d' autre part des pays qui sont décidés à acheter des armes à tout prix et qui s' adressent donc à tout fournisseur éventuel .

Il n' y a pas intérêt à faire en sorte que des fournisseurs qui ne cherchent pas à accroître des tensions se voient remplacés par des fournisseurs qui s' en serviraient comme moyens d' influence politique . J' indique enfin que des dispositions effectives ont été prises pour qu' il n' y ait plus aucune livraison d' armes sous aucune forme dans le cas de l' Afrique du sud à l' exception des navires de haute mer .

Notre attitude est dictée par deux principes .

Premier principe : la France a une attitude de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats .

C' est une attitude constante et qui d'ailleurs exige bien entendu la réciproque .

Par contre nous avons , la déclaration d' Helsinki . à partir du moment où la signature de la France a été demandée sur un acte de cette nature , bien entendu nous demandons et nous demanderons à ce que les dispositions de l' acte soient effectivement respectées .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
dissémination
crée
prix
tantôt
périodes
ajuste
flottes
rythme
hausse
occupées
naval
défavorables
combustible
chantiers
maritimes
fournisseurs
politique
flotte
attitude
achat
électronucléaire
maritime
navale
sauvage
arme
armes
option
énergie
pêche
activité

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact