CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Il y a dans l' économie française , comme dans toutes les économies à l' heure actuelle , des secteurs de pointe , des secteurs qui supportent la compétition dans de bonnes conditions , et certains secteurs en difficulté .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «actuelle» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «actuelle»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 16 octobre 1978

Je reviens en arrière sur votre présentation , si vous le permettez .

Pourquoi ai - je accepté de répondre à vos questions sur l' avenir ? C' est d'abord que je répondrai bientôt à des questions sur l' actualité , je tiendrai une conférence de presse habituelle , ouverte à tous les journalistes , à la mi-novembre .

C' est , ensuite , que dans les décisions que j' ai à prendre , et que la France a à prendre , l' avenir est tout à fait pressant .

Parler de l' avenir , ce n' est pas fuir l' actualité , c' est au contraire , compléter et éclairer l' actualité .

Quelques exemples : dans cette salle , vendredi dernier , je recevais les dirigeants régionaux du sud - ouest de la France pour parler du programme de développement du sud - ouest .

C' est un programme qui s' étalera de 1980 à 1990 , c'est-à-dire sur 10 ans .

Autre exemple , dans quelques jours nous allons examiner avec le gouvernement , ce qu' on appelle la 2ème loi d' orientation agricole .

Elle va orienter la production , la recherche , la commercialisation des produits de notre agriculture , pour les 10 ans , quinze ans à venir .

On ne peut pas concevoir une telle loi si on ne pense pas à l' avenir .

Dernier exemple , avant de répondre à vos questions : la décision concernant le lancement d' un sous-marin nucléaire , prise il y a quelques semaines : ce sous-marin naviguera sous l' eau puisque c' est son sort , jusqu' en l' an 2000 . Ces décisions que nous avons à prendre c' est ce que je voulais dire au début de cette émission sont des décisions qu' on est obligé de prendre en fonction d' une certaine connaissance de l' avenir et du monde . D' où l' intérêt de répondre à vos questions et d' où , je le souhaite , l' intérêt pour nos concitoyens de réfléchir avec nous à cette place de la France dans le monde et dans l' avenir .

Si vous voulez . Replaçons nous en 1974 . est - ce que le monde apercevait ? Il apercevait de grandes difficultés économiques .

On a l' air de considérer que ces difficultés viennent par trimestres successifs . Pas du tout . Ce sont des difficultés qui viennent d' une époque caractérisée par un certain nombre de traits nouveaux .

D'abord la rareté d' un certain nombre de biens que nous considérions comme abondants . L' énergie : vous vous souvenez que dans les années 1960 , par exemple , le problème était la baisse du prix du pétrole .

Il y avait , dans une région que je représentais à l' époque , le Puy-de-Dôme , des mines de charbon , et dans beaucoup d' établissements , dans les écoles , les mairies , le chauffage était au charbon .

Et ces installations étaient remplacées par des installations fonctionnant au fuel , parce qu' il était bon marché .

On a donc connu une situation d' abondance dans les années 60 , 70 : abondance de matières premières , abondance d' énergie .

Puis , tout à coup , on découvre qu' elles sont rares .

On pouvait le découvrir avant et un certain nombre d' économistes , d' hommes politiques , s' étaient réunis auparavant pour s' interroger précisément sur cette rareté d' un certain nombre de biens économiques .

Le deuxième élément de ces difficultés est que la croissance facile des années 1960 70 a été remplacée par une croissance beaucoup plus lente , plus compétitive et plus sévère . Ainsi en 1974 , on entrevoyait un monde plus difficile . Il était important d' en être conscient pour choisir ensuite la route à suivre .

Non , je crois qu' on l' éloigne . L' action des hommes est d' éloigner la catastrophe . C' est d' essayer qu' elle ne se produise pas .

Je ne sais pas comment vous comptez conduire cet entretien , mais je voudrais tout d'abord partir d' un fait très simple qui domine les autres : la place des Français dans le monde .

Nous sommes habitués à voir le monde autour de nous et à considérer que nous y avons une place centrale importante .

Or , à l' heure actuelle , nous sommes 53-2 millions d' habitants dans un monde qui a 4 milliards 200 millions d' habitants .

En l' an 2000 on peut faire des prévisions assez précises le monde aura un peu plus de 6 milliards d' habitants avec d'ailleurs deux pays qui en auront chacun plus d' un milliard , la Chine populaire et l' Inde .

A ce moment là , la population de la France représentera environ 1 % de la population du monde .

Quand nous raisonnons sur nos rapports avec le monde , sur ce que nous pouvons faire , sur les politiques à suivre , sur les précautions à prendre , il faut savoir que nous serons 1 % de la collectivité mondiale , et que notre place devra donc nécessairement tenir compte des 99 autres .

Or , notre habitude est de croire qu' au fond nous pouvons décider beaucoup de choses tout seuls . Nous serons 1 % de la population du monde et il faut y penser chaque fois qu' on fait un raisonnement sur l' avenir ; mais je vous dis tout de suite que ce 1 % ne représente pas notre puissance , car celle - ci est très supérieure à notre part dans la population mondiale .

Question très grave . En effet , c' est une question que tous les dirigeants doivent se poser .

Les grands évènements de l' histoire de l' humanité ce sont les guerres .

Toutes les actions et les raisonnements qu' on fait à court terme pour arranger ceci , régler cela , sont peu de choses comparées aux conséquences d' une guerre .

Nous les avons connues récemment , puisque la France a été dévastée ou dépeuplée deux fois depuis le début du siècle .

C' est pourquoi je disais récemment au gouvernement qu' à tout instant les dirigeants doivent se dire : existe - t - il ou non un risque de conflit ? Alors , comment vous répondre ? à l' heure actuelle , il y a deux puissances nucléaires , en dehors de nous - mêmes , qui sont les Etats-unis d' Amérique et l' Union soviétique .

Oui , à mon avis , à l' heure actuelle , si on prend l' ensemble de notre dispositif nucléaire , devant les Anglais et également devant les Chinois , encore qu' il est probable que les progrès scientifiques et technologiques de la Chine dans ce domaine soient , à mon avis , supérieurs à ce que l' on croit . Je pense que les Chinois sont plus avancés qu' on ne le croit .

Mais ils n' ont pas encore atteint notre niveau de développement .

Cela me ramène à notre 1 % . 1 % de la population mondiale , mais la troisième puissance militaire du monde , donc un pays qui a su se donner une puissance , une importance qui dépasse de très loin le niveau de sa population .

Je vous disais : il y a deux grandes puissances nucléaires au-delà de nous , qui sont des superpuissances .

Quand on parle d' une hypothèse de conflit nucléaire , on ne peut parler avec certitude que de ce qui dépend de soi .

Je peux vous dire ce que nous ferons , mais je ne peux pas vous dire ce que feront les autres . On ne peut affirmer que ce qui dépend de soi . Le reste , ce sont des probabilités .

Je connais personnellement bien le président des Etats-unis , monsieur Carter , et le président du praesidium du soviet suprême , monsieur Brejnev .

Je les ai rencontrés à plusieurs reprises .

Nous avons parlé d' une façon approfondie , et je considère qu' à l' heure actuelle aucun de ces dirigeants ne prépare une agression de type nucléaire .

Je pèse mes mots . Je le dis pour le président Carter , ce que tout le monde pense d'ailleurs , je le dis aussi pour Léonide Brejnev , malgré l' armement intensif de ces deux pays .

Il faut distinguer deux types de situations .

Nous avons connu des époques où des chefs d' Etat préparaient l' agression .

Nous avons eu le nazisme , nous avons connu la situation d' avant la première guerre mondiale , où certains Etats préparaient l' agression .

Je considère qu' à l' heure actuelle les grands pays ne préparent pas d' agression nucléaire par contre , il y a un très haut niveau d' armement qui est à l' heure actuelle , au voisinage de l' équilibre , le fait d' être un peu au-dessus ou un peu au-dessous n' a pas une signification décisive . Dans une situation de surarmement , toute crise ou tout enchaînement de circonstances peut conduire en effet à des décisions incalculables mais , à l' heure actuelle , je le répète , il n' y pas de préparation d' actions en ce sens .

Du point de vue de la question que vous posiez , c'est-à-dire de la préparation d' une agression nucléaire , ce n' est pas inquiétant .

Par contre , il existe des situations de tension ou de danger dans le monde qui peuvent se développer dans les années à venir .

Il y a , en réalité , deux grands foyers de tension , d' une part les rapports entre l' Union soviétique et la Chine , d' autre part l' ensemble de la situation d' instabilité au Proche-Orient , soit du fait des conflits qui s' y déroulent , soit du fait de l' instabilité politique de telle ou telle partie de la région .

Parce que je crois qu' il faut toujours réfléchir sur les grandes éventualités . Les Chinois en parlent .

Si vous rencontrez un haut dirigeant chinois , il vous parle toujours de ce sujet : savoir s' il y a cette probabilité de guerre ou non , la plupart d' entre eux considérant que cette probabilité existe .

Quand on réfléchit à ce qu' il y a lieu de faire en France dans les 10 ou quinze années à venir , il est normal de se poser de telles questions .

Pour résumer , je considère , d' une part que les grands dirigeants du monde ne préparent pas d' agression de type nucléaire et il est important de le savoir et , d' autre part , qu' il y a des situations d' instabilité ces situations d' instabilité doivent être contenues à l' intérieur de certaines limites pour en éviter les conséquences .

C' est cela . Cela ne veut pas dire situation de sérénité , je crois qu' il y aura des crises , mais tout sera fait pour contenir ces crises à un niveau qui ne débouche pas sur une agression nucléaire .

Il s' est passé que la situation de crise qu' on a vu se dérouler en 1974 75 a été beaucoup plus longue et étalée qu' on aurait pu l' imaginer .

On a cru à un très fort réajustement et qu' après on trouverait une situation d' un type plus normal .

Cela a été vrai pour certains pays , puisque par exemple les Etats-unis , dont la situation est très différente , l' Allemagne .

Et même le Japon ont pu franchir la bosse de la crise fin 1976 .

On s' est aperçu à cette occasion que dans d' autres pays dont le nôtre , mais aussi des pays voisins la Grande-Bretagne , l' Italie , les structures économiques avaient encore une fragilité telle que la crise les avait ébranlées en profondeur . Il fallait donc procéder à une espèce de remise en état de leur économie . Cette remise en état s' accompagnant pendant un certain temps d' une situation de chômage .

Finalement , l' ébranlement qui a été apporté à certains secteurs de l' économie des pays industrialisés a été plus long et plus ample que prévu .

Excusez moi de vous interrompre . On croit souvent que le chômage est uniquement dû à un ralentissement de la croissance . Non .

Nous avons , en réalité , un chômage dû à deux causes : un ralentissement de la croissance , et l' on peut essayer de la faire reprendre plus rapidement ; et puis , la nécessité de réorganiser certains secteurs de l' économie .

Ces deux chômages s' additionnent . Les pays qui avaient une économie assez bien organisée , type Allemagne fédérale .

Bon . Vous posez des questions qui appellent une réflexion un peu plus large . D'abord , la France dans tout cela .

Les Français , à force d' écouter un certain nombre de commentaires , un certain nombre d' indications qu' on leur donne n' ont peut être pas une vue tout à fait réaliste de la situation de la France dans le monde .

Quelques mots . Nous sommes , je vous l' ai dit , 53 millions d' habitants , dans un monde de plus de 4 milliards . C' est une proportion faible .

Mais dans ce monde , est - ce que nous sommes ? Nous sommes la 5ème puissance économique . Nous sommes la 15ème par le nombre , mais la 5ème par la puissance économique .

Il y a , devant nous , les Etats-unis d' Amérique , l' Union soviétique , le Japon et l' Allemagne , mais ces 4 pays sont plus peuplés que nous .

Nous avons donc un mérite à être le 5ème .

Si l' on considère maintenant les pays de plus de 20 millions d' habitants car il existe des petits pays dont la situation particulière fausse les comparaisons , les Français ont à l' heure actuelle , dans le monde , le 3ème niveau de vie .

Nous ne sommes précédés que par les Américains et les Allemands . Donc , voilà un pays , la France , qui n' a pas de richesses dans son sous-sol , ou très peu , qui n' a pas d' énergie , qui a heureusement une terre fertile , dont l' industrialisation est partielle , et qui se trouve quand même , du point de vue du niveau de vie , le troisième du monde , avant les Japonais , et plus de deux fois avant les Soviétiques qui ont des ressources naturelles considérables .

D' autre part , quand vous regardez ce peloton de tête c' est sur lui qu' il faut fixer les yeux les 4 ou 5 pays qui sont actuellement en tête du développement je vous le répète , dont la France sont des pays de type de ce que vous appeliez occidental .

Ce sont les Etats-unis d' Amérique , l' Union soviétique ( l' Union soviétique a la plus grande partie de son activité , de ses ressources , dans le monde occidental ) le Japon , qui a choisi le modèle occidental , l' Allemagne fédérale et nous - mêmes .

C' est bien l' occident qui mène la croissance et le développement économiques dans le monde .

Quand vous voyez les chiffres , vous vous apercevez que ce peloton de tête distance encore les autres . C' est d'ailleurs un problème , parce qu' il n' est pas bon qu' il les distance trop .

Cet écart crée des tensions , des rivalités , l' augmentation massive de certains prix , tel le prix du pétrole , et cetera . Il n' y a pas de déclin économique de ce groupe de pays .

Il n' y a pas non plus de déclin dans le domaine de la conception . Ce qui est frappant , c' est que les pays qui ont le plus haut niveau de vie à l' heure actuelle , ont tous le même système d' organisation politique et économique , absolument tous , et ce système , quel est il ? C' est en gros le nôtre , avec des variantes suivant les tempéraments nationaux , les organisations sociales des pays .

Il y a , par contre , une cause de décadence possible pour l' occident : la démographie . A l' heure actuelle , la population de l' Europe n' augmente pratiquement pas ; elle augmente , je crois , à l' heure actuelle , de 380000 personnes par an , c'est-à-dire très peu .

Et au contraire , la population du monde augmente , à l' heure actuelle , de 73 millions d' habitants par an . Tous les ans , il y a une France , plus de 20 millions d' habitants qui apparaît dans le monde . Si cette tendance se poursuit , alors il y aura déclin de l' occident . La démographie n' est pas un hasard .

Si la population diminue , c' est que la société perd sa vitalité , sa foi dans l' avenir . Ce n' est donc pas sur le plan économique qu' il y a déclin , ce n' est pas sur le plan des doctrines c' est encore le système occidental qui conduit le peloton de tête mais ce déclin peut apparaître par la démographie dans les vingt années qui viennent .

Non , pas du tout . Ou bien vous m' avez mal compris , ou je me suis mal exprimé . Ou les deux . Non .

J' ai dit que la France devait gagner par rapport au peloton des pays comparables . La compétition , pour nous c' est en cela qu' il ne faut pas du tout se tromper ne nous oppose pas aux pays d' Asie du sud-est , ou d' Amérique latine . Pas du tout .

C' est une compétition avec les Américains , les Allemands , les Japonais .

Par exemple , pour notre commerce extérieur , vis-à-vis de qui avons nous le plus grand déficit ? Pas du tout vis-à-vis de Singapour .

Nous avons un excédent avec Singapour . Nous avons un excédent même sur Hongkong . Par contre , notre plus grand déficit , près de 7 milliards de francs , est avec l' Allemagne fédérale .

C' est par rapport aux meilleurs qu' il faut gagner .

Je voudrais que ceux qui nous écoutent retiennent de cette émission quelques notions qui , ensuite , orienteront les réflexions .

Si vous classez les pays par ordre de puissance économique , il y a 150 pays dans le monde à l' heure actuelle et , je vous l' ai dit la France est 5ème .

Ce n' est pas mal .

Par exemple , je voyais récemment que la banque mondiale classe les 4 premiers ensemble et met ensuite la France à la tête de la tranche suivante . Les 4 premiers , ce sont ceux dont je parlais , les Etats-unis d' Amérique , l' Union soviétique , le Japon , l' Allemagne .

C' est cela , et puis l' Union soviétique a 5 fois notre population , d' énormes ressources naturelles , mais son niveau de vie est beaucoup plus bas . Laissons donc l' Union soviétique à part .

Je voudrais que lorsqu' on cite les pays en tête du développement économique , tout le monde à Rio , à Tokyo , à Chicago , dise automatiquement : les Etats-unis , l' Allemagne fédérale .

On ne le dit pas , car à l' heure actuelle , dans la conscience internationale , il y a trois grands pays , il n' y en a pas 4 .

Quand je dis gagner , cela veut dire distancer ceux qui sont derrière nous et être nettement dans le peloton des 4 .

Cela vous paraît tout à fait impossible . Je ne le crois pas du tout .

Quand j' étais ministre des finances , je m' étais fixé comme objectif personnel ce n' était pas moi naturellement qui le réaliserais , c' était tous les Français que la France dépasse la Grande-Bretagne .

Je me souvenais de nos grands débats avec les Britanniques . Nous étions toujours derrière , et je me suis dit : maintenant , il faut que la France passe devant .

Depuis 1967 , la France est passée devant la Grande-Bretagne du point de vue du niveau de vie et , à l' heure actuelle , nous nous détachons très nettement . Si nous faisons le nécessaire , nous pouvons atteindre le même développement économique et la même puissance que l' Allemagne fédérale .

Dans un délai d' une dizaine d' années . Gagner , c' est cela , c' est rattraper les plus forts , ce n' est pas gagner en allant dépouiller les faibles .

Nos failles ? Il faut savoir que la France a la réputation , et à mon avis justifiée , d' être un pays fragile politiquement , et cela compte .

Quand vous pensez au Japon ou à l' Allemagne , aux Etats-unis , vous ne dites pays du tout qu' ils sont fragiles politiquement . Vous dites : le président peut changer , le pouvoir peut changer , mais cela n' évoque pas une idée de fragilité .

La France a donné longtemps le sentiment qu' elle était politiquement fragile . Un de mes objectifs profonds est de décrisper la société française , de rétablir son unité pour atténuer sa fragilité . Un pays fragile développera sa puissance économique moins que les autres . Premier élément .

Deuxième élément ; notre économie , les structures sont également fragiles par rapport à d' autres pays .

Quand il y a un choc très fort , l' économie française réagit moins bien . Elle s' adapte au bout d' un certain temps , mais elle réagit moins bien . Les Allemands , les Japonais encaissent les coups mieux que nous .

Je prends un exemple actuel . Nous avons une crise très sérieuse dans la sidérurgie , difficile , éprouvante pour les régions concernées , la Lorraine , le nord , et nous pensons que nous sommes les seuls à en souffrir .

Prenez le cas du Japon .

Le Japon , à l' heure actuelle , a constitué des commissions pour étudier les conditions de réduction de l' activité dans sa sidérurgie , dans ses chantiers navals et dans deux autres grands secteurs .

Il a fixé comme objectif une réduction des capacités de production de 33 % en 5 ans .

Voilà donc des gens qui considèrent que les adaptations , cela se décide , cela se fait . Alors que nous , pendant très longtemps , nous n' avons pas procédé aux adaptations nécessaires , nous avons retardé , différé .

Ne les ayant pas faites , nous subissons des chocs beaucoup trop brutaux qui ébranlent toute l' économie .

Si l' on veut que l' économie française devienne plus solide , il faut qu' elle s' adapte en permanence . Il faut lui éviter des grands soubresauts qui sont , du point de vue social et humain , des épreuves pour la France .

Il faut savoir que la croissance économique , c'est-à-dire la quantité de biens produits , a progressé depuis 1974 plus vite en France qu' en Allemagne .

L' essentiel , après tout , c' est ce que l' on produit , c' est la vraie richesse de la nation . Or , nous avons progressé plus vite que les Allemands . Mais , nous avons moins bien encaissé sur le plan du commerce extérieur , de l' inflation , du chômage .

Vous dites : les autres ont mieux encaissé , parce qu' ils ont imposé ou se sont imposé des sacrifices beaucoup plus brutaux .

C' est une question de tempérament national et de choix national .

La France est un pays de mesure dans lequel on ne peut pas demander ou imposer à la population des sacrifices qui , d'ailleurs , ne seraient pas acceptés .

Il était donc normal que la France étale sur une période un peu plus longue son ajustement économique .

Vous connaissez le langage politique de la France .

En France , la baisse du niveau de vie est quelque chose qu' on ne pourrait imaginer que dans des circonstances extraordinaires : conflit , drame national . Il est raisonnable d' essayer de faire les ajustements économiques sans baisse du niveau de vie , mais naturellement cela prend plus de temps .

C' est possible , mais nous ne sommes pas le Japon , l' Allemagne fédérale . Il faut nous prendre comme nous sommes . Les données sociales d' un pays , d' une société sont une chose à considérer . La France est un pays qui peut s' adapter , qui a la volonté de s' adapter beaucoup plus qu' on ne le dit et qui , à l' heure actuelle , s' adapte beaucoup plus qu' on ne le dit .

Mais l' idée de lui demander des sacrifices trop brutaux et massifs est , je crois , contraire à sa psychologie . Il faut essayer de le lui éviter .

Pourquoi cela a - t - il changé ? Parce que , jusqu' aux années 1973 , 1974 , il était beaucoup plus facile d' assurer notre équilibre extérieur . Le pétrole et les autres matières premières étaient moins chers . Les choses ont changé et , il ne faut pas s' y tromper , jusqu' en 1990 , 2000 , ce sera de plus en plus cher .

Aussi , il faut vendre . Nous pouvons vendre notre production agricole . Nous la vendons dans de bonnes conditions . Il faut l' accroître .

Nous pouvons progresser sur le plan technique et sur le plan de la commercialisation .

Restent les produits industriels . Nous devons développer une capacité de ventes à l' extérieur sensiblement supérieure à notre capacité actuelle , d' où la possibilité d' un développement de l' industrie française .

Ce n' est pas dans notre tradition , dira - t - on .

Il ne s' agit pas de refaire les industries du dix-neuvième siècle .

Faisons les industries du monde actuel , celles susceptibles de se développer et celles dans lesquelles nous pouvons être techniquement les meilleurs .

Pour utiliser une image : jusqu' à la dernière guerre , nous étions au centre du monde . Tout ce qui se passait dans le monde se passait en Europe ou en venait . Les guerres se passaient en Europe .

La colonisation , c' étaient les Européens qui la faisaient dans le reste du monde . La compétition économique était entre nous : les Allemands , les Italiens , les Anglais , et cetera .

Maintenant , nous voyons bien que nous ne sommes plus le centre du monde , que le monde s' est étendu , diversifié .

A partir du moment où l' on n' est plus au centre , il faut se mettre à la tête , à la pointe .

Aussi , sur le plan industriel , il ne faut pas se dire : restons dans une espèce de centre défensif . Pas du tout .

Il faut rechercher la pointe de l' industrie pour des pays comme les nôtres .

Les travailleurs français travaillent beaucoup et sont je le dis , je suis leur président , mais j' ai des éléments de comparaison les meilleurs d' Europe . D'ailleurs , regardez la situation dans les régions frontalières , entre l' Allemagne et l' Alsace . Quand il y a eu des réductions d' effectifs en Allemagne , elles ont peu porté sur les travailleurs français , parce qu' ils sont considérés comme les meilleurs .

Nous avons de très bons travailleurs dans l' industrie . Nous avons eu des réussites tout à fait extraordinaires dans certains secteurs .

L' industrie automobile française , à l' heure actuelle , est à la pointe de l' industrie européenne .

De même dans d' autres domaines : l' électronique , l' informatique , l' espace , et cetera où nos industries se portent bien .

Or , les travailleurs français vont avoir dans les années à venir une meilleure instruction . Ayant une meilleure instruction , ils vont exercer des métiers plus qualifiés . Des métiers plus qualifiés , cela veut dire des métiers dans lesquels les salaires sont plus élevés .

Nous allons en France vers une économie de haut savoir , et donc de rémunération plus forte , dans certaines branches et pas dans d' autres .

Il est certain que si l' on souhaite conserver des secteurs en compétition avec les pays en développement , on aura les salaires des pays en développement , et le niveau de vie des pays en développement .

Les Français ne veulent pas de tout cela .

Ils veulent avoir au contraire une élévation de leur niveau de vie . Nous devons rechercher une nouvelle industrialisation dans les secteurs qui sont les secteurs de haute technicité et donc de rémunération plus élevée .

Il y a services et services . Une question est de savoir si ces services se vendent à l' extérieur . Ce qu' il faut développer par priorité , ce sont les activités susceptibles d' être vendues à l' extérieur , industries et services exportables qui sont eux - mêmes d'ailleurs très lies à l' industrie .

Je ne crois pas un mot de ce que disent ces soi-disant experts .

Il y a dans l' économie française , comme dans toutes les économies à l' heure actuelle , des secteurs de pointe , des secteurs qui supportent la compétition dans de bonnes conditions , et certains secteurs en difficulté .

Ces secteurs en difficulté peuvent , doivent s' adapter . Mon objectif , c' est qu' ils s' adaptent de façon continue .

Quand on ne s' adapte pas et qu' on essaie de lutter sans rien changer , 10 ou quinze ans après , que se passe - t - il ? La catastrophe finale , et la catastrophe est très dure pour les travailleurs , pour l' entreprise et pour tout le monde . Savoir s' adapter , c' est savoir se placer à temps dans une position de concurrence .

Il n' y a certainement pas à l' heure actuelle un tiers de l' industrie française dans la situation de vulnérabilité que vous dites .

Prenez l' industrie textile : on ne dit jamais , je ne sais pourquoi , que l' industrie textile française exporte plus que nous n' importons .

Ce qui est vrai , c' est que nous ne pouvons pas continuer à faire des produits à faible valeur ajoutée , dans des secteurs où on ne peut pas payer les travailleurs et où il n' y a pas de gain pour l' entreprise . J' ai reçu à l' Elysée il y a trois semaines un homme tout à fait remarquable qui est le premier ministre de Singapour . Vous l' avez peut-être rencontré .

Singapour à 2-5 millions d' habitants . Nous avons parlé de la manière dont il conduisait son pays , et il m' a dit : vous savez , à Singapour nous sommes obligés de nous adapter sans arrêt parce que ce que nous faisions , il y a 5 ans , nous ne pouvons plus le faire aujourd'hui .

Nous faisions du textile bon marché , eh bien maintenant , c' est fini , parce que le textile bon marché ce n' est plus nous qui pouvons le faire , notre niveau de vie a beaucoup augmenté . Ce sont nos voisins . Alors on envoie les usines en Malaisie .

De même , nous faisions les éléments les plus simples des composants électroniques . C' est fini , nous allons vers autre chose .

Actuellement , nous sommes en train de développer tel ou tel secteur beaucoup plus élaboré de nos industries textile et électronique .

La France a ce problème là .

Je considère que la France devrait avoir en Europe la première place dans le prêt à porter . Cela représente un nombre d' emplois considérable .

Et , pour un prêt à porter de qualité européen , nous ne serons pas concurrencés de longtemps par les pays du sud-est asiatique .

Par contre , il faut naturellement renoncer à la fabrication des produits les plus courants et qui peuvent être faits ailleurs à bas prix .

Il en est de même pour les produits chimiques . Il faut que nous allions vers la chimie fine , vers les produits pharmaceutiques , les produits à forte valeur ajoutée .

J' ai écouté à la radio hier matin le compte rendu d' un importateur qui disait que nos importations notre marché est très ouvert n' est ce pas ? De voitures étrangères ont baissé . Pourquoi ? Parce que les voitures françaises sont meilleures .

Justement , en raisonnant de cette façon là , on arrive au désespoir . En réalité , depuis l' origine de l' industrie , il en a toujours été ainsi . On s' est toujours dit : ces produits qu' on fabrique , un jour quelqu'un d' autre ailleurs les fabriquera mieux que nous . Il faut perpétuellement les transformer et les améliorer .

J' observe que , en 1950 , ... à l' heure actuelle nous exportons plus de la moitié de nos véhicules .

Si nous restons les meilleurs , nous continuerons à exporter beaucoup .

Si au contraire nous affaiblissons notre niveau concurrentiel , nous exporterons moins .

Vous savez en matière automobile il y a deux éléments très importants : d'abord la consommation d' énergie .

On fabrique des modèles qui consomment et consommeront de moins en moins d' énergie . Le nouveau développement de l' industrie automobile ira dans ce sens .

Deuxièmement l' introduction de l' électronique . Avec l' électronique , les voitures sont plus puissantes et elles consomment moins .

Les possibilités de développement technologique sont considérables le problème , pour l' industrie française , c' est d' avancer dans les nouveautés , dans le progrès technologique , pour être toujours à la pointe de la compétition .

Je crois que la transformation continue n' est pas pénible . On ne la perçoit pas . Elle consiste à changer périodiquement , à améliorer les modèles , à introduire des technologies . Ce n' est pas cela qui est pénible .

Ce qui est pénible , c' est le bouleversement des conditions de vie d' une entreprise , ou d' une région , ou d' un grand nombre de travailleurs . L' adaptation continue évite précisément ces bouleversements .

la raison pour laquelle vous avez entendu parler beaucoup moins de drames sociaux en Allemagne .

Bien que je ne veuille pas citer particulièrement l' Allemagne en exemple , c' est que l' adaptation y est continue , on s' y oriente toujours vers les productions qui vont se développer , et l' on ralentit progressivement celles qui au contraire n' ont pas d' avenir . L' adaptation continue évite la soufFrance sociale .

Si la France veut vendre à l' extérieur , il faut qu' elle soit présente à l' extérieur . Quand je voyage , je vois bien qu' il y a moins de Français que d' autres dans les grands pays , moins de dirigeants d' entreprises , moins de cadres , moins de techniciens .

J' insiste sur ce point : l' adaptation continue n' est pas une pénitence . Au contraire , c' est une façon d' économiser de la souffrance humaine .

Le refus de l' adaptation fait plus tard supporter brusquement à une entreprise , un secteur , une génération , l' accumulation des changements .

On croit que les Français sont incapables de s' adapter . Moi , je suis frappé par un exemple contraire .

Dans un secteur qui passait pour être le plus traditionnel de l' économie française : l' agriculture .

En vingt ans l' agriculture française a perdu un nombre considérable de personnes . Celles qui sont restées ont fait un effort exceptionnel de transformation et de production à la fois technique et d' équipement et à l' heure actuelle , nous avons une agriculture compétitive .

Et si vous proposiez aujourd'hui aux agriculteurs de reprendre les structures d' il y a vingt ans , personne n' accepterait . Ceux - ci ont montré une capacité d' adaptation continue tout à fait remarquable .

Pas du tout . Mais revenons à l' actualité . Je vois que le temps passe . Je ne sais pas si nous aurons le temps de traiter les autres sujets .

En ce qui concerne le chômage , il y en a dans les pays ou l' industrialisation est importante , c' est vrai , mais beaucoup plus , encore dans les pays en développement .

Le chômage en Algérie , à l' heure actuelle , ou le sous-emploi au Brésil , n' ont aucun rapport avec la situation dans laquelle nous sommes .

Vis-à-vis du sous-emploi , vous pouvez avoir deux attitudes : la première consiste au fond à dire : la France ne peut pas produire beaucoup plus qu' elle ne produit , elle ne vendra pas plus , elle ne le peut pas ; la quantité produite devant rester à peu près la même , comme nous avons un certain nombre de demandeurs d' emploi ou de chômeurs , il faut partager le chômage , c'est-à-dire réduire la durée du travail pour les uns , de façon à donner du travail aux autres .

Mais on voit bien que dans ce système l' on travaillera moins pour vivre de plus en plus mal . Ce n' est donc pas une voie d' avenir .

La voie d' avenir , c' est de considérer que la France est très intelligente , très travailleuse et qu' elle peut avoir un développement économique qui lui fasse rejoindre le peloton de tête des pays industrialisés .

Vous dites : il faut attendre très longtemps . Pas nécessairement .

A l' heure actuelle , le phénomène des secteurs en difficultés s' ajoute au chômage dû au ralentissement de la croissance .

Nous allons atteindre bientôt le terme des difficultés dans ces secteurs .

D' autre part , nous avons connu une croissance faible depuis quelques années , que nous cherchons , avec nos partenaires occidentaux , à accroître . C' est l' objet de notre politique économique commune . Nous devons pouvoir nous engager , dans l' avenir prochain , vers une résorption des demandes d' emplois .

Enfin , lorsqu' on dit qu' il y a en France 1200000 demandeurs d' emploi , on croit qu' il s' agit toujours des mêmes . Or , chaque mois , 200000 sont nouveaux et 200000 trouvent un emploi . Il faut accélérer encore le mouvement et c' est un objectif que , je le répète , l' économie française en voie de transformation est capable d' atteindre .

L' Europe : faut - il l' organiser , oui ou non ? Si , en l' an 2050 , des émissions de télévision rétrospectives disaient : il y a 100 ans , on débattait du point de savoir s' il fallait organiser l' Europe et certains pensaient qu' il ne fallait pas l' organiser , je suis convaincu que cela paraîtrait tout à fait incroyable .

Il est évident que nous devons organiser l' Europe .

Cela ne veut pas dire lui donner un modèle tout à fait précis et définitif du type des Etats d' autrefois .

Cette organisation est en cours . Elle comprend la communauté économique douanière . Elle va comprendre une structure monétaire : les monnaies européennes vont être progressivement liées entre elles .

Elle comprend , à l' initiative de la France , le conseil européen , c'est-à-dire la réunion des dirigeants de l' Europe .

Ils se réunissent maintenant trois ou 4 fois par an pour analyser les situations , rechercher des attitudes communes .

Une assemblée existe . Jusqu' à présent , elle a été désignée par les parlements nationaux .

Il est normal qu' une organisation commune soit désignée par les électeurs : c' est le changement du printemps prochain .

Elle sera élue le même jour , ou à peu près , dans tous les pays d' Europe .

Cela à une signification psychologique et politique mais qui à mes yeux , ne change pas ses pouvoirs .

Le fonctionnement de l' Europe est actuellement assuré par une certaine répartition des pouvoirs dans laquelle ceux du conseil européen sont essentiels . Le conseil des ministres a les siens . La commission et l' assemblée parlementaire aussi .

Je ne voudrais pas entrer dans cette question qui nous ferait sortir du sujet et du délai . J' aurai l' occasion de m' expliquer sur ce point .

La confédération de l' Europe est un mot qui a été prononcé pour la première fois par le président Pompidou à une réunion des chefs d' Etat européens , avenue Kleber , à laquelle j' assistais .

C' était le sommet de Paris . J' étais tout à fait pour la confédération de l' Europe . Une confédération est une structure dans laquelle les Etats gardent leurs pouvoirs mais décident d' avoir des politiques communes , et progressivement les appliquent à un certain nombre de sujets . Mais , dans une structure confédérale personne n' impose sa volonté aux autres .

Non . Nous avons très peu de politiques communes . Nous n' avons pas de politique d' énergie commune ; nous n' avons pas de politique industrielle commune ; nous n' avons pas de politique agricole commune pour les produits méditerranéens .

Pour d' autres sujets , même si les décisions sont prises localement , des politiques convergentes sont possibles .

Je pense à la politique de l' éducation , à la politique des institutions sociales et de l' emploi .

En matière de politique étrangère , la confédération peut essayer d' avoir vis-à-vis de certains thèmes , des attitudes communes . Tout cela constitue notre tâche d' ici à l' an 2000 .

Dans les grands ensembles comme l' Union soviétique rappelez vous ce que disait le président Kennedy dans sa campagne électorale .

Rappelez vous quand Humphrey , candidat , visitait certaines régions du centre ouest des Etats-unis , de très faible développement économique .

Il y a aussi en Union soviétique des régions beaucoup plus retardées que d' autres . Dans chaque grand ensemble , il est normal qu' il y existe certaines inégalités de développement .

La communauté économique européenne aura parmi ses objectifs de réduire ces inégalités . De même que nous conduisons une politique d' aménagement du territoire , il faudra une politique pour rapprocher progressivement les niveaux de vie économiques de l' Europe .

Oui , mais l' action prend du temps .

Rendez vous compte que le niveau de vie dans certains pays européens a quadruplé depuis la fin de la guerre .

Nous étions habitués à ce que la vitesse soit lente . Aujourd'hui , en 10 ans ou en quinze , on peut procéder à des transformations économiques fondamentales .

Si elle devait être permanente elle rendrait difficile ou aléatoire l' unité monétaire . Il ne faut pas se tromper . C' est pourquoi dans la politique que suit le gouvernement , celle que je m' efforce d' animer , tout se tient .

On ne peut pas à la fois vouloir l' unité monétaire de l' Europe et imaginer que la hausse des prix en France sera trois fois la hausse des prix en Allemagne .

Il faut que tout ceci se rapproche . En France , la politique économique actuelle est une politique de réduction du taux d' inflation .

Il faut aboutir à un écart supportable par rapport au taux allemand . Il n' est pas nécessaire qu' il lui soit égal .

Pourquoi je parle beaucoup de l' Allemagne fédérale . Et pourquoi je me suis fixé comme objectif de faire que la France ait un niveau de puissance économique comparable au sien ? Parce qu' il ne serait pas bon que l' Europe soit dominée par un seul pays .

A l' heure actuelle , s' il n' y avait qu' une puissance , ce serait l' Allemagne . On ne peut pas avoir une confédération dominée par quelqu'un . Elle exploserait . Je ne dis pas que la France cherche à écarter les autres partenaires de la communauté .

Loin de là , si d' autres partenaires font le même effort et ont l' intention accroître leur influence , je vous dis tout de suite tant mieux .

L' effort que je souhaite voir accompli par la France est de faire en sorte qu' il y ait en Europe au moins deux pays d' influence comparable .

Ces pays sont , tels que je les aperçois à l' heure actuelle , l' Allemagne fédérale et la France . Il ne serait pas bon qu' il n' y en ait qu' un seul et ce serait même , au total , inacceptable .

Je ne crois pas que ce soit exact . Le peuple français est un peuple à part , depuis toujours . Après la chute de l' empire romain , à l' âge des invasions , les Francs ont commencé la stabilisation de la société de l' époque par l' installation des royaumes francs et par leur conversion au catholicisme .

Par la suite , ce peuple a animé les grands mouvements spirituels intellectuels , de tout le moyen âge et du début de la renaissance .

Puis , les Français ont répandu des idées générales , au 18ème siècle , au moment de la Révolution , et ils ont eu des conceptions politiques qui ont marqué le monde .

Quand je voyage dans le monde je trouve partout des traces très visibles de la pensée française . C' est donc un peuple qui a une volonté d' être , d' agir , de proposer , et je vous assure qu' à l' heure actuelle , la politique étrangère de la France compte beaucoup .

Je suis persuadé que , pour le président des Etats-unis ou pour Leonid Brejnev , ou pour les hauts dirigeants chinois , les conceptions de la France , comptent beaucoup , en dépit du fait que comme je le disais tout à l' heure , nous soyons seulement 53 millions d' habitants , parce que nous avons une politique spécifique , des projets spécifiques .

Dans la situation dramatique qui était celle de l' Afrique l' année dernière , situation qu' on a sous-estimée , on n' a pas vu le risque d' effondrement de l' Afrique par l' intérieur .

Que j' estime sensiblement éloigné . La France a joué toute seule un rôle absolument décisif .

Dans le drame actuel du Proche-Orient , avec tous ses aspects humains , la France a une ligne cohérente continue , dont les autres se rapprochent , ou ils s' éloignent à un moment ou à un autre mais à laquelle ils se réfèrent .

La France a une politique , une politique indépendante , il n' y a pas beaucoup de pays dans le monde qui en ont une .

A l' heure actuelle , cela nous ramènera , si vous voulez , à notre sujet je crois que la France a un rôle à jouer dans les années à venir pour participer à cette préparation du monde de demain .

Le sens de notre émission , c' était de montrer que notre monde sera assez différent de celui auquel nous étions familiarisés .

Pour ce qui me concerne je comprends qu' il change , et je crois que dans ce monde nouveau , la France a un rôle de proposition , d' animation à jouer . Je souhaite qu' elle joue ce rôle .

Je voudrais résumer ce que je cherchais à dire en réponse à vos questions . Tout d'abord , l' an 2000 , qui n' est pas loin ... dans vingt-deux ans et quelques mois , ce n' est pas loin et pour beaucoup de ceux qui nous écoutent , c' est leur monde , la France sera 1 % de la population totale .

En secondlliert à l'ensembleels apacité de rester dans le peloton de tête , du triple point de vue de son influence dans le monde , de sa puissance économique et de son niveau de vie .

Ce résultat sera difficile à atteindre . Il faut le savoir .

Il ne faut pas écouter le langage de la facilité , il ne veut rien dire .

Mais la France est capable de le faire et elle peut gagner .

Il faut qu' elle s' adapte de façon continue , en évitant les bouleversements profonds , trop rudes sur le plan social et qui secouent notre édifice économique et humain .

Il faut choisir cette méthode d' adaptation continue .

Pour ce qui est de la politique économique , il faut écarter ce que j' appelle l' économie administrée , c'est-à-dire l' idée que l' économie sera administrée par d' autres .

Il faut avoir une économie gérée et orientée .

Cela veut dire gérée par les Français , en multipliant autant que possible les centres de décision dans la société française et parmi les Français , afin que le plus grand nombre de gens possible conduisent cette adaptation continue de l' économie .

Et quand on regarde comme nous avons essayé de le faire cette France dans le monde , et dans le monde à venir , ma conclusion , je le dis parce que je le crois , c' est qu' il y a un avenir de progrès possible pour les Français et pour la France .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
actuelle
secteurs
monde
heure
peloton
niveau
continue
agression
adaptation
industrie
adapte
population
économique
habitants
pays
fédérale
économie
confédération
produits
soviétique
brutaux
tête
développement
déclin
puissance
textile
pointe
pouvons
abondance
compétition

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact