CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Ce n' est pas un problème européen . Dans les institutions européennes , telles qu' elles sont prévues par le traité de Rome , il n' y a pas d' institutions ou d' organisations qui concernent l' activité régionale ; donc , le problème de l' expression , de la personnalité régionale , du développement des régions , de la responsabilité des populations et de leurs représentants , c' est un problème qui se pose dans notre cadre national .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «guerre» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «guerre»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
V. Giscard d'Estaing - 13 mai 1979

Nous sommes arrivés en Alsace à l' automne mais nous restions à ce moment là aux lisières des Vosges .

C' est à la fin de l' hiver que l' unité à laquelle j' appartenais est entrée plus avant dans la plaine alsacienne ; à ce moment là nous sommes allés jusqu' au Rhin que nous avons ensuite traversé .

Nous étions , avant cette offensive , stationnés dans la région de Thann .

Nous avons traversé la plaine alsacienne au printemps , au milieu des arbres fruitiers .

Nous étions accueillis triomphalement par la population , malgré les épreuves d' un hiver qui était très dur , parce que l' hiver 1945 a été très dur en Alsace .

A tous égards , donc , c' était une population très éprouvée , et cette arrivée au printemps , dans la plaine alsacienne , est un des plus beaux souvenirs de ma vie .

Je ne sais pas si je pensais à l' Europe .

Je crois que ce serait exagéré de le dire , mais beaucoup de gens y pensaient . Je crois que , dans leur cœur , beaucoup de combattants de la guerre de 1914 1918 , beaucoup de combattants ou de victimes de la guerre de 1939 1945 pensaient à l' Europe , c'est-à-dire qu' ils pensaient à la paix et qu' ils espéraient que le combat qu' ils menaient serait un jour un combat qui deviendrait inutile parce que l' Europe aurait été capable d' organiser sa paix .

C' est en effet un magnifique souvenir personnel .

La guerre à 20 ans c' est même un peu avant , pour moi , d'ailleurs c' est la campagne 1944 1945 , que nous avons faite , les uns et les autres , beaucoup d' entre nous , en Alsace . Je dirai que pour nous , cette guerre , nous la faisions très largement pour l' Alsace .

Je ne veux pas simplifier ou exagérer mais dans la sensibilité des jeunes Français de l' époque , l' objectif principal de la guerre , c' était la libération de notre territoire , c' était de recouvrer la pleine souveraineté nationale sur l' ensemble de notre territoire national qui avait été amputé , mutilé par les conditions de la présence allemande en Alsace , en Lorraine et dans une partie du nord .

Donc , nous faisions la guerre en Alsace et pour l' Alsace .

Nous avions été éveillés à cette sensibilité parce que je suis Auvergnat , et une grande partie de la population de Strasbourg , notamment son université , s' était repliée à Clermont-Ferrand dans les années 1939 1940 et j' avais eu , à cette époque , beaucoup de camarades de classe qui étaient de jeunes Strasbourgeois . D'ailleurs , mon remplaçant actuel à la mairie de Chamalières , Claude Wolff , est un Strasbourgeois venu à Clermont à l' occasion , précisément , de la guerre .

Evidemment pas du tout .

Le problème de l' organisation des régions est un problème qui se pose pour nous dans le cadre national .

Ce n' est pas un problème européen . Dans les institutions européennes , telles qu' elles sont prévues par le traité de Rome , il n' y a pas d' institutions ou d' organisations qui concernent l' activité régionale ; donc , le problème de l' expression , de la personnalité régionale , du développement des régions , de la responsabilité des populations et de leurs représentants , c' est un problème qui se pose dans notre cadre national .

Nous avons une loi de 1972 qui traite de ce problème et nous veillons , le gouvernement veille à ce que ces institutions régionales fonctionnent dans les conditions dans lesquelles elles ont été créées et pour les objectifs pour lesquels elles ont été créées .

Non , ce n' est pas mon rôle et j' aurai l' occasion de préciser mardi , en Alsace , que telle n' est pas ma conception .

le président de la République n' a pas à recommander telle ou telle liste dans la compétition européenne puisqu'il s' agit avant tout et exclusivement de choisir des représentants qui iront siéger à l' assemblée des communautés européennes à Strasbourg .

Ce n' est pas le rôle du président de la République d' indiquer quels doivent être ces représentants .

Par contre , mon rôle , c' est de rappeler dans cette circonstance quelle est la position pour la France , c'est-à-dire quelle doit être , à mes yeux , la présence et le rôle de la France en Europe . C' est donc de situer ces élections par rapport à cette présence et à ce rôle de la France mais pas pour indiquer un choix ou une préférence entre les listes qui se présentent .

Vous me parlez de l' Alsace .

Lorsque j' étais chargé de l' économie , j' ai toujours dit qu' il fallait avoir une politique particulière en faveur des régions frontières , j' ai toujours dit qu' il fallait que l' Alsace soit la vitrine de l' économie française au centre de l' Europe , cette préoccupation demeure .

C' est la raison pour laquelle , comme président de la République , je me suis soucié de certains équipements de base de l' Alsace , notamment en matière de communications et vous savez par exemple que j' avais indiqué la volonté que l' autoroute nord sud , si indispensable au développement économique de l' Alsace , puisse être terminée avant la fin de mon septennat .

L' Alsace a pour elle des atouts importants : sa situation géographique , la qualité très remarquable de ses hommes , son sens industriel qui fait que beaucoup d' entreprises françaises sont nées ou se sont développées à partir de l' Alsace et je pense que , dans le développement économique qui sera le nôtre , l' Alsace et la France ont des atouts puissants par rapport à l' Allemagne fédérale .

Le dernier de ces atouts , c' est la démographie .

Nous allons encore avoir , pendant d' assez nombreuses années en tout cas de l' ordre de 7 ans un accroissement très important de notre population active .

Naturellement , cela nous pose des problèmes en termes d' emploi , c' est la raison pour laquelle le gouvernement prépare un pacte national pour l' emploi des jeunes , valable non seulement pour la prochaine année mais pour les deux prochaines années . Mais si cet accroissement de population active nous pose un problème d' emploi dans l' immédiat , par contre il constitue aussi une augmentation des moyens , c' est l' inverse de la situation démographiques de l' Allemagne fédérale .

Notre point de faiblesse a été monétaire . Notre équilibre financier et monétaire n' a pas été aussi solide que celui de l' Allemagne fédérale .

Il a été ébranlé à diverses reprises , ce qui a conduit à des dévaluations de notre monnaie , cependant qu' en sens inverse , l' Allemagne fédérale pouvait réévaluer sa monnaie .

Si l' on compare l' évolution économique des deux pays , la croissance économique française a été plus forte que celle de l' Allemagne fédérale et c' est en termes de monnaie que notre situation a été plus faible .

C' est la raison pour laquelle j' ai voulu et obtenu la création du système monétaire européen .

N' employez pas toujours un vocabulaire militaire . Il n' est pas question de guerre économique . Il y a une compétition économique et il faut savoir si , dans cette compétition économique , la France est bien placée , si elle peut l' emporter et si , en particulier , l' Alsace a des atouts .

La guerre économique , c' est vis-à-vis du reste du monde , c'est-à-dire des pays avec lesquels nous n' avons pas d' organisation commune qui nous permette précisément de passer de la guerre à la compétition .

Dans cette compétition économique vis-à-vis de l' Allemagne il n' est pas question d' effacer de notre mémoire les souvenirs qui sont ceux de l' histoire de France , qui sont nos souvenirs personnels et d'ailleurs je ne passe pas pour manquer de mémoire .

Vous rappelez que l' Alsace a été l' enjeu de combats très sévères depuis longtemps et qui ont marqué fortement sa destinée .

Ce que nous devons faire à l' heure actuelle , c' est réfléchir aux conditions dans lesquelles nous pouvons supprimer les causes qui ont été à l' origine de ces conflits .

Naturellement , la situation historique a changé mais l' Europe , qui était la région la plus dévastée par les guerres au cours des derniers siècles , est en train de devenir une des rares régions pacifiques du monde . Notre problème , c' est d' organiser une Europe pacifique , une Europe définitivement pacifique , pour faire en sorte que les conflits qui ont ravagé jadis l' Alsace , notre chère Alsace , ne puissent plus se reproduire .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
guerre
alsacienne
plaine
compétition
fédérale
pensaient
atouts
hiver
économique
souvenirs
population
problème
pose
régions
faisions
traversé
créées
rôle
représentants
national
combattants
pacifique
fruitiers
lisières
stationnés
triomphalement
sensibilité
présence
inverse
régionale

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact