C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron


Focus sur le discours :

: voir le discours complet

Cooccurrences
Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Voir aussi :
Passages-clés
Extraits statistiques basés sur le vocabulaire spécifique du discours

réorganiser le système de soins pour que l' investissement qu' on va faire soit plus utile . Donc un : oui on va plus investir dans l' hôpital . Deux : ça veut dire qu' on va réorganiser et trois : on va faire plus pour les personnels . Alors

Voir une autre phrase-clé
Qui utilise le plus le mot «gens» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «gens»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
E. Macron - 12 avril 2018

Interview TV (13 heures TF1)


La Syrie nous y sommes présents pour lutter contre le terrorisme international . Nous sommes présents dans une coalition et nous luttons contre les terroristes , contre Daech parce que c' est depuis la Syrie que les attentats en particulier du Bataclan ont été organisés et donc c' est ça notre objectif de guerre . Maintenant , je l' ai rappelé à plusieurs reprises , les différentes guerres qui sont en train de se jouer en Syrie , en particulier celles du régime syrien de Bachar el-Assad avec ses alliés contre ces rebelles . Elles ne peuvent pas tout permettre . Et il y a un cadre , c' est le droit international . Et nous avons la preuve que la semaine dernière , il y a maintenant près de dix jours , des armes chimiques ont été utilisées , au moins du chlore , et qu' elles ont été utilisées par le régime de Bachar el-Assad .

Tous les jours depuis le début de semaine , nos équipes travaillent très étroitement . Nous aurons des décisions à prendre en temps voulu , quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace mais donc qu' allons -nous continuer à faire en Syrie ? Un : lutter contre les terroristes jusqu' au bout , ensemble dans la coalition . Deux :

Nous assurer que le droit international est respecté et donc continuer à la table des Nations Unies comme nous l' avons fait , de tout faire pour qu' il y ait des cessez-le-feu pour les populations civiles et on l' a déjà à plusieurs reprises montré . Et la France depuis le début de semaine s' active . Trois : Le droit humanitaire et l' accès humanitaire , aider les ONG à aider les populations sur le terrain dans ce qu' on appelle la Ghouta orientale de demain , sans doute à Idlib et à sortir les populations civiles , les enfants comme les femmes pour ne plus jamais revoir les images atroces de crimes que nous avons vues avec des enfants , des femmes qui étaient en train de mourir étouffés , parce que subissant le chlore . Quatre : Enlever les moyens d' interventions chimiques au régime .

Et cinq … Quand nous le décideront une fois que nous aurons vérifié toutes les informations . Et cinq : c' est aussi de préparer la Syrie de demain parce que c' est la seule qui permettra la paix et donc une transition , un régime libre où toutes les minorités seront représentées .

Je l' ai eu à plusieurs reprises , j' ai depuis que je suis élu , reçu comme vous le savez le président Poutine . Nous nous sommes vus à plusieurs reprises , nous nous parlons régulièrement . Le monde est chaotique et il y a des situations inacceptables et donc c' est pour ça que ce que nous faisons aujourd'hui et ce que nous serons conduits à faire en Syrie c' est de rester sur nos priorités et d' assurer la stabilité au maximum de cette région et donc en aucun cas , en aucun cas la France ne laissera une escalade se faire ou quoi que ce soit qui puisse endommager la stabilité de la région . Mais on ne peut pas laisser aujourd'hui des régimes qui se croient tout permis et en particulier le pire en contravention du droit international agir . Je crois que toutes celles et ceux qui nous regardent ce midi ont été choqués

Bien sûr , d'abord ça c' est la vie . Je ne suis pas toute la journée enfermé à l' Elysée . Je me déplace , je vais toujours au contact . On m' écrit beaucoup , je lis et j' entends , j' écoute .

Mais écoutez , d'abord ces impressions elles sont multiples , elles se nourrissent des expériences que nos concitoyens peuvent avoir . Mais vous savez , il y a des inquiétudes elles sont légitimes et moi je les entends . Mais regardez ce qu' il s' est passé depuis presqu'un an maintenant . Beaucoup de choses .

C' est le monde qui va trop vite et c' est notre pays qui depuis trop longtemps n' avait pas fait ce qui devait être fait et je crois que c' est ça que je veux vraiment expliquer à nos concitoyens . Parce ce n' est pas des pincées de sel ou de poivre la politique . Ce n' est pas « il faudrait être plus social , moins social » . J' entends parfois dire que « il pourrait redonner un petit peu à ceci ou cela » . Non ! On est une maison . La France est une maison . Le progrès que l' on a vécu durant ce qu' on appelle les Trente glorieuses , il s' est arrêté pourquoi ? Parce que les fondamentaux sur lesquels on s' était construit ont bougé , ont changé .

Non ! Je veux changer beaucoup de choses . Et pour moi il n' y a pas de répit mais demandez aux gens qui sont au chômage si on va assez vite pour qu' ils retrouvent un emploi . Demandez si , aux gens qui se disent « on est bloqué dans nos quartiers , bloqué dans nos campagnes , nos enfants n' ont pas les mêmes moyens de réussir que les autres » , s' ils trouvent qu' on va trop vite , on ne va pas assez vite pour eux . Donc je voudrais simplement expliquer qu' on va dans le bon ordre . D'abord , je fais ce que j' ai dit . Peut-être qu' on n' était plus habitué . Mais tout ce que je fais , je l' ai dit , je l' ai expliqué . Ensuite je pense que notre pays depuis trente ans au fond , n' a pas changé en profondeur les choses . C'est-à-dire , il n' a pas refondé la maison qui est la condition pour avoir 50 ans de progrès devant nous . Et donc , moi je vais vous expliquer les bases , je fais les choses avec méthode . D'abord , il faut que les bases soient solides pour que la maison tienne . Les bases c' est l' ordre républicain , on y reviendra sans doute . Il faut , quand il y a des règles , qu' elles soient respectées . Certains disent « quand il est décidé , il ne dévie pas » , j' entendais le monsieur .

Oui , mais il le faut parce que , quand les règles ne sont pas respectées , on doit les faire respecter . Normal parce que les gens qui payent leurs impôts , qui travaillent , qui ont une vie de labeur pour se payer leur maison , élever leurs enfants ils veulent qu' elles soient respectées les règles et c' est ça le pays . Et puis l' autre fondamental , la base de notre pays , c' est l' école . On est dans une école et je vous remercie . Ce n' est pas un hasard . C' est la première des batailles que j' avais définie , la première que j' ai menée . De la maternelle à l' université , en effet , on change beaucoup de choses , on change tout , comme ça n' avait pas été fait depuis Jules Ferry à ce point , mais nous le devons . L' école obligatoire à 3 ans parce que c' est juste , parce que les enfants des milieux les plus modestes qui sont plus loin de l' école , c' est là qu' on construit . Il y a 26 000 enfants qui n' allaient jamais à l' école maternelle , qui vont y aller à partir de la rentrée prochaine . Ensuite , moins d' élèves par classe en particulier dans les endroits les plus durs , c' est la justice ! Les gens qui disent « ce n' est pas assez juste , c' est pas social » , Ça c' est social ! Parce que c' est ces petits enfants qui venaient de familles modestes , qui avaient beaucoup moins appris avant d' arriver au CP , qu' on retrouvait en CM2 , ils ne savaient pas bien lire ou écrire ou compter . Avec cette réforme , moi je m' engage à ce que tous les enfants en CM2 sachent bien lire , écrire et compter et bien se comporter . Mais on continue … Ça c' est la base …

Mais exactement . Mais oui mais ça c' est le mérite , c' est la base . Donc tout ça , ça fait réagir beaucoup de gens , mais je veux que nos concitoyens aient en tête que ça c' est le fondement . Après les murs de la maison pour moi , c' est libérer , protéger et unir . Unir parce qu' il faut que notre pays prenne conscience qu' il est une nation . C' est à l' école , c' est le service national universel , c' est ce qu' on fait pour qu' il y ait une vraie … La laïcité , c' est une vraie politique de la nation . On a des différences , on peut penser différemment , croire à des choses ... Ça , je le défendrai et on le rebâtit peu à peu . Deuxième point : pour que ce soit clair toutes les réformes qu' on a faites . Libérer , on a besoin d' aller plus vite . En arrivant à Berd'huis , des gens me le disaient , des agriculteurs . Qu' il s' agisse des entrepreneurs , de l' industrie , des agriculteurs , depuis le premier jour , on a mis en place des réformes qui étaient attendues parfois depuis des années ou des décennies pour simplifier le droit du travail pour que l' on embauche plus facilement , le droit à l' erreur face à l' administration pour que notre économie reparte et aille plus vite , on le voit . Mais il faut aussi protéger . Quand nos concitoyens disent : « Il faut faire du social » . Moi je veux protéger .

Exactement . La vraie protection , ce n' est pas d' aller expliquer aux gens comment on le fait depuis des années . Avec moi il n' y aura plus de changement . Le monde va à toute allure . Le monde va à toute allure . Regardez , le monde dans lequel nous vivons , il y a dix ans on ne pouvait pas l' imaginer et il est encore en train de se transformer . Et c' est l' école , c' est la formation tout au long de la vie , c' est l' investissement dans l' innovation , dans l' intelligence artificielle . Ça protège et on redonne des droits aux individus . On va refonder notre protection sociale , réformer le système de retraite . Et c' est indispensable pour y arriver . Donc , ce que je veux faire comprendre , c' est que , ce n' est pas « social , pas assez social , trop social » . Il n' y a pas de politique de justice possible si on ne produit pas d'abord et la France c' est ça . C' est un pays fort qui a une stratégie industrielle et agricole , qui est un grand pays international et qui a le goût de la justice . Et ben on avait oublié que pour pouvoir avoir le goût de la justice , il fallait produire et être fort sur le plan économique et donc il faut faire les deux . C' est le fameux en même temps .

Mais ça on le verra . Non , mais elle vient de réformes qui ont été peut-être sorties de cet ensemble . Quand les gens disent par exemple « vous avez supprimé l' impôt sur la fortune » . Non on ne l' a pas supprimé . Mais enfin …

Oui , mais à juste titre . Ça fait trente ans que beaucoup de gens nous disent , cet impôt , il est contre-productif , il sert à rien , il fait fuir les gens qui réussissent dans notre pays , y compris ceux qui nous reprochent de l' avoir modifié . Non moi j' ai dit , quand les gens gagnent de l' argent dans notre pays , c' est bien tant mieux pour eux .

On leur en fait payer par l' impôt sur les successions , par l' impôt sur le revenu . C' est tout à fait légitime qu' ils en payent quand ils l' accumulent . Mais si cet argent , ils le réinvestissent dans l' économie française , dans les entreprises , les startups , dans l' agriculture , je ne veux pas qu' ils en payent . Et c' est ce que l' on fait . Pourquoi ? Parce qu' on est des patriotes . Donc ce n' est pas de l' injustice , c' est une politique d' investissement . Si on fait … Mais ce que je veux

Oui … Oui … La corde est solide , c' est notre pays . Mais pourquoi j' ai utilisé cette image ? C' est de dire : ce n' est pas vrai qu' on est juste quand on empêche les gens de réussir . Très longtemps , c' est ce qu' on a fait . Ce n' est pas vrai qu' on est juste quand on empêche les gens de réussir parce qu' en France , « la justice sociale » , il y a beaucoup de gens qui parfois disent avec sincérité cela . Ils ne regardent pas le système dans son ensemble . Ils voudraient qu' on distribue de l' argent aux plus modestes . On le fait , beaucoup . La France est peut-être le pays d' Europe qui le fait le plus quasiment . Mais qui le paye ? C' est vous et vos impôts . Pas moi ! Donc il faut tout à la fois qu' on aide ceux qui réussissent à réussir mieux et plus vite . Sinon ils vont réussir ailleurs .

Et on perd et on perd de la richesse de la production et de la capacité à être fort dans un monde qui va plus vite . Mais quand je dis « premier de cordée » , il y a une corde . Et j' ai demandé à plusieurs reprises . Ceux qui réussissent , ils doivent savoir où ils sont nés , où ils ont appris , où ils vont à l' hôpital quand ils sont malades , où leurs parents se retrouvent en France et donc il faut qu' ils aident le pays et qu' ils aident le pays en investissant ici , en embauchant ici et qu' ils tirent le reste de la cordée . Moi , ensuite je veux que les gens qui sont au travail , trouvent leur place , soient mieux payés au travail , c' est le sens des réformes que que nous avons fait . Que ceux qui n' ont pas de travail puissent en retrouver un . Et puis que ceux qui sont abandonnés , laissés , qui n' arrivent pas à trouver leur place , on les aide . Qu' ils soient handicapés , qu' ils soient âgés , qu' ils soient en fragilité sociale . Mais … Oui .

Ce que je veux faire comprendre c' est que , ça fait au fond trente ans qu' on dit pour être juste , il faut empêcher ceux qui sont en haut de la cordée d' avancer trop vite . Et bien si on est tous au même niveau , la cordée tombe et il y en a d' autres qui pensent que pour que la cordée tienne , il suffit que le premier galope . Non , la cordée n' avance qu' à la vitesse de la corde . Si ceux du bas n' avancent pas , personne ne tient . Donc ce que je veux , c' est qu' on redevienne un pays de progrès pour tous . Mais on ne va pas le faire du jour au lendemain . Donc je vous demande de me faire confiance . Je vous ai montré une chose depuis un an , peut être au moins , accordez -moi ça . Quand j' ai dit que je faisais les choses , je les faisais .

Et donc , je vais continuer à le faire . Je veux une société juste . Mais la justice , ce n' est pas une pincée de dépenses publiques en plus parce que ça , ce n' est pas possible . Parce que la dépense publique , c' est les impôts . C' est les impôts qui la payent .

Mais l' opinion ce n' est pas un objectif en soi , enfin pardon d' être aussi direct . Mais qu' est -ce que c' est l' opinion ? Ça veut dire que chaque jour on doit regarder les sondages sur telle ou telle chose et savoir si on fait ceci ou cela ?

Alors ça c' est différent . Moi j' ai évidemment beaucoup de considération et je viens d' entendre ça . Je sais toute la difficulté en particulier dans la région parisienne mais partout sur le territoire où nos concitoyens sont touchés par l' effet de ces grèves . C' est des nuits plus courtes , c' est de la galère pour reprendre ce qui a été dit et rester poli . C' est parfois aussi des entreprises parce que vous n' en avez pas parlé mais il y a des entreprises qui risquent de déposer le bilan . Moi je demande à tout le monde aussi d' y penser .

Mais , Expliquer ! Et je vais très clair avec vous ce midi : oui , aller au bout . Parce que nous devons faire cette réforme , elle est indispensable . Et il y a une hypocrisie collective à ne pas le faire . Ça fait vingt ans que notre pays , toutes majorités confondues a décidé qu' on devait ouvrir le transport ferroviaire à la concurrence . Et d'ailleurs c' est plutôt une bonne chose . Dans vos villes , vous prenez le tram , le bus , c' est ouvert à la concurrence . Vous téléphonez tous les jours , les prix ont baissé parce qu' il y a un peu plus de concurrence ça permet de faire mieux fonctionner les choses . Ce n' est pas un but en soi mais ça permet de faire mieux fonctionner . On a besoin d' un chemin de fer français fort . C' est bon pour un pays , pour faire que tous les territoires puissent se rejoindre . Et c' est indispensable .

La réforme va le renforcer . Cette réforme , elle demande des efforts au fond à un peu tout le monde pour construire ce chemin de fer de demain . D'abord , les usagers ont fait des efforts au-delà de ce qu' ils vivent aujourd'hui . Les prix ont augmenté ces dernières années donc ils ont apporté leur contribution . Et moi je veux pas que ce soit eux qui continuent à le payer . Donc je ne veux pas qu' on continue à augmenter le prix des billets . Ils ont payé les usagers . Ensuite , on demande à l' entreprise de faire des efforts . L' entreprise SNCF elle doit se réorganiser . Aujourd'hui quand vous avez des grèves , des problèmes , vous en avez parlé à la gare Montparnasse . Quand il y a des problèmes , il y a un caténaire ou ceci ou cela . Vous regardez sur les quais le tableau , c' est pas le même que dans la gare . Parce que l' organisation de l' entreprise est ainsi faite que celui qui gère la gare , c' est pas le même que celui qui gère les quais . C' est étrange . Donc on va faire que l' organisation soit plus claire , du coup serve mieux nos citoyens et ça c' est un service qui sera rendu . Et ce sera une entreprise publique à capitaux 100 % publics mais qui va se réorganiser .

Je le garantis absolument . Ce sera dans la loi , 100 % de capitaux d' État .

Mais ça , je tiens à le dire , c' était déjà la situation d' avant 1982 , donc bon , ce n' est pas non plus de toute éternité . On note . Troisième point : les cheminots . Moi vous savez , les cheminots , je ne partage pas ceux qui voudraient opposer les usagers aux cheminots . On ne fait pas avancer un pays en opposant les uns aux autres .

On fait tous des erreurs dans la vie et il y a eu parfois des facilités en les opposant . Moi , il se trouve que je suis né dans une ville que vous connaissez bien qui s' appelle Amiens ,

J' y suis arrivé parce que mon grand-père il a été nommé là , à Longueau . Moi , je sais ce que c' est les cheminots . J' y ai grandi et donc en quelque sorte j' ai mon grand-père qui en parlait tout le temps , donc je sais très bien ce que c' est . Je ne peux pas vous dire que j' ai du mépris ou que je considère que ce soit des privilégiés . Ce n' est pas vrai parce que je sais aussi les horaires que certains font , les contraintes qui sont liées à une entreprise de transport comme il y en a ailleurs . Qu' est -ce qu' on va faire ? Qu' est -ce qu' on leur demande les cheminots parce qu' ils ont leur part à faire ? On leur dit : « On va plus embaucher au même statut que vous , les prochains » .

Mais non , on ne repousse rien . Tous les cheminots qui sont aujourd'hui en emploi et ben ils resteront dans le statut parce que c' est un contrat . Ils sont rentrés avec ce statut ils sont dans celui -ci . Il y a des contraintes , il y a des avantages , on les connaît , elles sont réelles mais c' est un contrat .

Alors ils gardent … c' est un système qui fait que c' est une entreprise quand elle reprend le contrat , elle reprend avec les cheminots . Et ils ont une garantie s' ils ne sont pas repris , repris par la SNCF . Bon . Mais ça , donc eux on ne leur demande pas d' efforts , on leur dit juste d' accepter que les nouveaux on ne les prenne pas sur le statut . Mais , je regarde votre journal , quand on demande à nos concitoyens ce que c' est un service public pour eux . C' est souvent La Poste . La Poste , ça fait plus de 15 ans qu' ils recrutent les postiers dans des contrats privés , ils ne les recrutent plus au statut de La Poste .

Mais oui , mais surtout qu' on aille pas monter des peurs au-delà du raisonnable . Ça restera un grand service public ferroviaire . Mais on ne peut pas avoir les contraintes qu' on a aujourd'hui et au fond , je mentirais si je disais , dans un monde qui change , qui se bouleverse , où la mobilité est en train de changer , la SNCF de demain , ce ne sera pas celle d' hier . Elle va par des applications vous informer . Elle vous propose des services d' autobus pour compléter le train . Elle va vous proposer parfois d' avoir la voiture , elle le fait déjà , quand vous arrivez à la gare .

Cette SNCF ne peut pas fonctionner , si je dis aux jeunes de 25 ans que l' on embauche aujourd'hui , tu vas être embauché aux mêmes conditions que mon grand-père parce que c' est ça ce qu' on me dit . Ça n' est pas raisonnable . Donc je dis , ça restera un grand service public ferroviaire . Mais acceptez que les jeunes soient embauchés dans le cadre de ce que la convention définira mais au contrat . Et puis le quatrième point , c' est que l' État va faire lui des efforts , l' État il va investir .

Mais elle sera pour partie progressivement reprise , à mesure que ces réformes se font à la bataille depuis le début . Mais il faudra regarder les modalités techniques mais à partir du moment où ça devient une société telle je l' ai définie à capitaux publics , elle ne peut pas porter 50 milliards de dettes .

Donc , l' État va dès le début en reprendre une partie progressivement , mais surtout l' État , il va investir 10 millions d' euros par jour pendant dix ans . 10 millions d' euros par jour pendant dix ans . Pour faire quoi ? Pour entretenir les lignes , pour votre sécurité parce que depuis trop d' années on ne les entretient pas parce que le système coûte trop cher . Donc les entretenir pour la sécurité pour que les trains puissent continuer , et encore davantage qu' aujourd'hui à arriver à l' heure , pour essayer d' assurer un meilleur service et pour que vous ayez vos connexions . Et puis avoir ces fameuses petites lignes dont on parle qui se développent encore davantage . Cette réforme , les Allemands ont à peu près fait la même . Bah regardez ce qu' il s' est passé avec le recul . Meilleurs services , plus de gens qui prennent le train et plus de petites lignes , plus de petites lignes en Allemagne parce qu' ils ont fait cette réforme .

Donc voilà , je demande à chacun de faire un petit … un petit effort . Et c' est vraiment la condition pour avoir un grand service public ferroviaire dans notre pays , enfin continuer à l' avoir .

Mais évidemment , on ira au bout .

On ira au bout , dans le respect de chacun dans la considération et sans que nul n' oppose les Français entre eux . Mais il faut aller au bout parce que c' est ce que notre pays attend .

Mais bien sûr , et d'autant que ce que je vous dis , l' objectif que l' on a derrière , l' État fera 10 millions par jour . Donc l' État va aussi les financer , l' État va les financer . Mais ce qu' il faut collectivement , c' est qu' on s' assure aussi que les gens les prennent davantage dans les lignes qui sont les moins fréquentées . Peut-être qu' il faut en ouvrir d' autres pour recréer de la mobilité . Ce qu' on est en train de construire , c' est ce qu' on appelle une nouvelle stratégie de mobilité . Qu' est -ce que cela veut dire ? Il faut pouvoir sur notre territoire avoir la meilleure solution pour se déplacer . Donc oui , les petites lignes elles servent à ça . Donc , les régions dans le cadre des contrats de plan , on leur donnera les moyens et elles prendront leurs responsabilités mais parce qu' on aura aussi un service public ferroviaire qui se sera rénové , parce que nous on prend des engagements d' investissements , on pourra en maintenir toutes celles qui font sens et peut être en créer d' autres .

Moi je respecte les syndicats et ils ont leur place dans le dialogue social et donc ils défendent des intérêts légitimes qui sont ceux de leurs salariés . Je leur dis juste : « N' ayez pas de crainte illégitime . Et donc la SNCF ça restera à 100 % public et ce sera dans la loi et les cheminots qui sont aujourd'hui cheminots resteront cheminots . Il ne faut pas qu' il y ait de mensonges entre nous ou de fausses peurs . Moi je vous respecte mais il faut que vous proposiez dans la convention qui va se définir ensuite , ce qui est important pour vous . Mais moi je crois comme les syndicats qu' on a besoin d' un service ferroviaire fort , d' une SNCF forte et je respecte cette lutte mais je leur demande aussi d' avoir toute la considération qu' il faut pour nos concitoyens qui la subissent , pour les entreprises qui peuvent tomber à cause de cette grève . Donc , je les appelle plutôt au calme en leur disant que je les ai entendus mais que la bonne réponse ce n' est pas d' arrêter de faire la réforme c' est de la faire ensemble .

Oui … Écoutez , d'abord je veux vraiment rendre hommage à tous les , ce qu' on appelle les personnels soignants , les médecins , les infirmières , les aides-soignantes , toutes celles et ceux qui travaillent à l' hôpital et dans les EHPAD . Les images qu' on a vues sont touchantes parce qu' on voit des gens qui croient dans leur métier et qui l' aiment et qui ont envie et qui veulent que ça aille mieux et qui subissent le stress , des urgences pour les uns , qui sont parfois la dernière famille dans les EHPAD , qui vivent tous la mort au quotidien . Et donc ça nous leur devons quelque chose dans la société . Parce que , ni vous , ni moi autour de cette table n' avons fait ce métier -là .

Alors , oui , sur l' hôpital . L' hôpital , il y a des situations de très grand stress comme vous l' avez montré là quand il y a des urgences saturées . L' un des problèmes les plus durs à l' hôpital c' est ça . Pourquoi ? Parce que le système de soins aujourd'hui n' est plus assuré comme hier . Beaucoup plus de gens vont aux urgences comme premier accès aux soins et c' est un fait , c' est comme ça . Alors , on va essayer de mieux organiser les choses avec aussi des maisons de santé pour que tout le monde n' aille pas aux urgences dès qu' il y a quelque chose parce que ça coûte plus cher à tout le monde . C' est cinq fois plus cher que d' aller chez le médecin quand il est de garde mais il y a des endroits où le médecin n' est plus de garde . Mais voilà à côté de ces images qu' on voit là , je suis votre journal télévisé . Il y a des images où l' on voit des services des hôpitaux où il n' y a quasiment plus de patients et qui sont obligés de fermer . Et vous voyez bien que l' on doit se réorganiser sur notre territoire .

C' est une priorité . Et je ferai d'ailleurs à l' été des annonces . On doit se réorganiser plus largement . Pourquoi ? Parce qu' on va mettre plus de moyens , je vous le dis tout de suite . On va mettre plus de moyens dans l' hôpital . Mais ça ne sert à rien de mettre de l' argent sur un système qui n' est plus adapté . On a besoin là aussi d' avoir un hôpital fort parce que l' hôpital c' est le lieu où l' on forme , où l' on fait la recherche et où on soigne . Et donc on doit absolument avoir un système d' accès aux soins et en particulier d' urgence où on enlève du stress et où on met beaucoup plus de moyens et où on permet aux gens de bien faire leur travail . Ensuite , il faut qu' on ait un système où on paye pas à l' acte parce qu' il y a plein de gens qui sont dans des services qui devraient pas rester à l' hôpital , à qui on fait des actes inutiles . On va plutôt rémunérer à ce qu' on appelle le parcours de soins . C' est à dire , ce qui compte , c' est que vous soyez en bonne santé , que vous soyez accompagné et donc qu' on incite l' hôpital à ce que vous soyez pris en charge très vite , bien accompagné , sans stress , qu' on fasse ce qui est utile . Et puis quand il y a plus de choses utiles , qu' on puisse vous raccompagner chez vous ou chez votre médecin . Donc il faut réorganiser le système de soins pour que l' investissement qu' on va faire soit plus utile . Donc un : oui on va plus investir dans l' hôpital . Deux : ça veut dire qu' on va réorganiser et trois : on va faire plus pour les personnels .

Alors sur les Ehpad , c' est un sujet qui est encore différent . Il y a un monsieur qui l' a très bien dit dans votre petit reportage . Il a dit « ça a profondément changé » . Les EHPAD d' aujourd'hui . Ce sont des établissements où on rentre en moyenne autour de 85 ans et on y passe deux ans . Ça veut dire qu' on rentre de plus en plus tard . Ce n' est plus les maisons de retraite de jadis où on rentrait à une soixantaine d' années mais ce sont des établissements où ce sont des personnes de plus en plus dépendantes et donc il va falloir de plus en plus les médicaliser et c' est le grand âge . Et donc là , on a besoin d' avoir un système en effet et donc on va ouvrir ce chantier parce qu' il n' est pas totalement ouvert où il faut mieux accompagner mais c' est une transformation profonde .

Sur ces deux points , je vais être très clair , on sera au rendez-vous . Vous pouvez compter sur moi . Ce n' est pas un claquement de doigts . Ce n' est pas vrai . Ce n' est pas juste mettre de l' argent . C' est une vraie transformation parce que c' est aussi notre société qui se transforme .

On vit de plus en plus vieux en bonne santé et on doit s' occuper des gens du grand âge pour les accompagner dans cette dernière période de la vie et donc là aussi on va changer les choses .

Non bien sûr . Et là-dessus , vous m' avez jamais entendu tenir des propos de mépris et de dire que c' était normal , non . J' ai demandé un effort aux personnes retraitées . Et une partie d' entre elles , aux 60 % qui payent la CSG au taux normal , je veux m' expliquer mais d'abord je veux dire une chose . Je leur dis merci . Je leur dis merci et je veux leur expliquer pourquoi je leur ai demandé cet effort . Cet effort je l' ai annoncé en campagne . En décembre 2016 je l' ai dit . Je l' ai dit exactement . J' ai dit ce qu' on allait faire . Et je veux qu' on replace tout ça dans le cadre de ce qu' est notre système français de solidarité auquel on tient tant .

Ce n' est pas vrai parce que j' ai expliqué à cette dame qui a compris . Mais je veux l' expliquer d'abord à tous nos retraités . D'abord je leur dis , il n' y a pas de souverain mépris . Moi j' ai besoin de vous , donc en effet j' ai fait appel à vous et je vous en remercie mais je suis quand même vous expliquer quel est notre système . Vous avez cotisé toute votre vie , c' est vrai mais vous avez cotisé pour payer la retraite de vos aînés , pas la vôtre . On n' a pas un système par capitalisation comme on dit . C' est d'ailleurs la beauté du système français , c' est un système de solidarité . Ceux qui sont au travail , ils financent la retraite de ceux qui sont retraités . Vous avez financé la retraite de vos aînés . Votre génération est à la retraite . Moi j' arrive en responsabilité . Quel est mon problème ?

D'abord j' ai une chance , la vôtre , c' est que votre génération elle va vivre beaucoup plus à la retraite . Vous partez à peu près au même âge que vos parents mais vous allez passer dix , quinze , parfois vingt ans de plus à la retraite que vos parents . Et en effet il y a moins d' actifs . Et surtout il y a le chômage de masse depuis trente ans . Donc moi j' ai des millions de gens qui ne participent pas à cotiser votre retraite . Donc moi je veux remettre la France au travail . C' est le sens de toutes les réformes qu' on fait , c' est le sens du travail sur l' éducation , la formation . Bon . Donc je demande un effort aux actifs . Mais pour cela j' ai besoin que le travail paye mieux . Et donc la réforme que j' ai faite , c' est quoi ? C' est qu' on a supprimé quasiment 20 milliards de charges que payaient les salariés , les cotisations sociales salariales pour payer le chômage , que vous vous payez chaque jour , chaque mois et que vous avez d'ailleurs payées vous retraités toute votre vie active . J' ai supprimé , il y en a plus , c' est 20 milliards . Et je l' ai remplacé par en effet , 1,7 point de CSG en plus . Alors pour tous ceux qui travaillent , pour les salariés , c' est de l' argent en plus . La personne qui est au SMIC , depuis le 1er janvier , elle a 15 euros de plus par mois , elle touchera avant la fin d' année 15 euros encore de plus par mois . Elle aura 30 euros de plus par mois dans son portefeuille . Mais le retraité , il n' a pas ça puisqu'il ne gagne pas les cotisations . Je lui demande un effort . Je le sais , je l' en remercie et j' en ai besoin .

Non . Je ne suis pas sûr qu' il ait dit « aisé » mais d'abord il ne faut jamais entrer dans cette logique -là parce que quel que soit l' argent qu' on gagne on n' a jamais le sentiment qu' on est aisé . 1200 euros de revenu fiscal de référence pour être technique — qu' est -ce que cela veut dire ? — Pour une personne , tous revenus confondus a plus de 1200 euros , aujourd'hui elle paye la CSG au taux normal , la même que les salariés alors qu' en dessous , c' est ce qu' on a toujours fait pour les retraités , elle a 3,8 points de CSG ce qui est moins que les autres . Donc c' est simplement le taux normal . Qu' est -ce que ça veut dire ? Cela veut dire que ceux qui sont en dessous de 1200 euros de revenu fiscal de référence , eux leur CSG n' a pas augmenté . Alors je lis les lettres qui me sont écrites , il y a des gens qui me disent « moi je n' ai que 1000 euros , j' ai quand même été augmenté » . Mais c' est parce que souvent vous avez oublié que vous aviez d' autres revenus que simplement votre retraite , c' est que parfois vous avez oublié que vous vivez avec quelqu'un qui gagne plus , donc à deux , vous êtes au-dessus du seuil .

Il y aura un aménagement qui sera fait . Mais je ne vais pas vous mentir , de toute façon je vous ai demandé un effort donc je vous en remercie . Maintenant , je veux aussi vous dire ce qu' on fait pour les retraités . Première chose : les retraités modestes , on n' a pas augmenté leurs CSG , les retraités très modestes — j' écoutais ce monsieur qui était postier qui doit avoir une retraite autour de 1500 euros — qui est à 20 euros par mois en moins et c' est beaucoup . Je comprends tout à fait sa réaction mais je lui dis , c' est la condition pour pas qu' il y ait de risques sur vos retraites . Mais je lui dis , votre voisin qui est au minimum vieillesse , lui il a une retraite , elle est trois fois inférieure .

Deux fois inférieurs , vous avez raison de me corriger . Lui depuis le 1er avril , il a 30 euros en plus . C' est ce que je m' étais engagé à faire . Ça on n' en parle jamais non plus . C' est la difficulté des responsabilités , personne ne vous remercie . Il n' y a pas de reportage pour dire que tous ceux qui sont au minimum vieillesse depuis le 1er avril , ils ont 30 euros en plus . Mais je vous le dis . Mais , ça il faut qu' on puisse le payer . Et troisième point : attendez le 1er novembre , vous aurez un tiers de taxe d' habitation en moins .

Et vous aurez l' année prochaine encore un tiers et elle sera supprimée dans les trois ans . Donc , l' un dans l' autre sur votre pouvoir d' achat , vous allez vous y retrouver . Mais oui j' ai demandé à nos anciens un effort . Oui je l' ai demandé parce que c' est ma responsabilité . Je ne les ai pas pris en traitre parce que je leur ai dit . Mais je le dis avec beaucoup de considération , je l' ai dit en les remerciant et je le dis parce que j' ai besoin pour que celles et ceux qui payent leur retraite puissent être mieux récompensés de leur travail et qu' on puisse un peu remettre tout le pays au travail par l' ensemble des réformes . Donc je leur dis merci et je leur dis surtout une chose : je n' ai jamais pris un retraité pour un portefeuille .

Non , parce que , il ne faut pas se tromper sur ce terme générique . Elle avait été supprimée . La décision avait été prise par Nicolas Sarkozy , appliquée sous François Hollande . La plupart du temps ce n' était pas des veuves dont on parlait mais c' était le système qui prenait en compte , c' est très technique : le fait que vous ayez parfois élevé vos enfants seule , c' était ( … ) .

Non je pense que ce n' est pas la bonne chose si je veux faire des choses c' est qu' on puisse justement accélérer les choses pour qu' un pouvoir d' achat pour tout le monde de manière juste soit rétabli . Ce qu' on fait pour les retraités les plus modestes , c' est sur le minimum vieillesse . Je crois que c' est plus juste et plus transparent . Mais surtout j' invite aussi tous les retraités à participer aussi à cette remise en marche du pays que je veux faire . Et je compte sur eux pour venir participer aux opérations : « Devoirs faits » que le ministre de l' Éducation a lancé qui consiste dans nos écoles à venir aider aussi dans les heures hors des cours mais à l' école .

Je sais … Non alors … D'abord … J' ai expliqué le cadre et j' ai expliqué l' effort et oui je le reconnais . Mais je dis si , on ne fait pas cet effort , dans cinq ans , dans dix ans , on n' arrivera plus à financer notre système de retraite et surtout on n' aura pas remis le pays en marche . Donc je vous demande cet effort pour les plus jeunes , pour les actifs , pour ceux qui vous aident . Mais je ne vous prends pas simplement pour des gens qui font des efforts , je vous demande aussi pour ceux qui le veulent , de venir participer à ce travail de remise en marche dans les écoles , dans les associations , pour le service national demain . C' est important pour nous tous .

J' ai beaucoup de considération pour nos aînés et c' est vrai que c' est blessant d' entendre ce que le monsieur dit , mais c' est parce qu' il a été blessé lui-même et donc je lui dis « merci » mais je lui dis : « Ne restons pas sur ce malentendu , travaillons ensemble » .

Oh là là alors déjà il faut faire attention là-dessus parce que toutes les augmentations dont vous parlez qui ont été décidées par les villes , c' était des décisions précédentes et ça n' a rien à voir avec la taxe d' habitation . Deuxième point : pour nos communes , la taxe d' habitation , aujourd'hui , il y a déjà près du tiers de la population qui est exonéré , les plus modestes ne la payent pas hein . Et comment font les communes ? Elles sont déjà remboursées par l' Etat à l' euro l' euro . Donc c' est ce même mécanisme que l' on va mettre en place pour tout le monde à court terme . Donc c' est faux de dire qu' une commune perdra de l' argent . La taxe d' habitation que nos concitoyens ne paieront plus c' est l' Etat qui la prendra et c' est pour ça qu' il fait des économies , c' est pour compenser .

Donc les économies de l' Etat serviront à payer les communes pour qu' à l' euro l' euro elles soient compensées .

C' est pour ça vous voyez qu' il faut un peu bouger . Il n' y a pas à avoir peur . Ces économies elles sont nécessaires . L' Etat les mène et on continuera à les mener parce qu' on peut faire mieux avec aussi moins d' argent mais on ne peut pas dire chaque année ce qu' on produit , on en dépense la moitié , ce n' est pas raisonnable mais ce que je veux vous faire comprendre sur la taxe d' habitation c' est que ce que nos français , ce que nos concitoyens ne paieront pas , c' est donc l' Etat qui le prend à charge et qui remboursera totalement les communes . Et puis j' avais un maire d' un village voisin qui m' a accueilli en arrivant à Berd'huis , il me disait merci , ça n' arrive pas si souvent et donc je lui ai dit pourquoi . Il me dit parce que pour la première fois depuis 8ans , vous ne m' avez pas baissé les dotations .

J' ai pris un engagement

Elles n' ont pas baissé .

C' est la première fois depuis 8ans . Toutes les majorités précédentes , toutes , y compris parfois ceux qui dénoncent la politique que l' on fait contre les petites communes , les ont baissées . Pour la première fois , je m' étais engagé à le faire , toutes les petites communes , toutes , elles ont eu leurs dotations maintenues . Donc il ne faut pas raconter non plus des carabistouilles à nos concitoyens hein .

La dotation cette année elle est maintenue , les places de parking qui ont augmenté et cetera c' était avant même la réforme de la taxe d' habitation . La taxe d' habitation les communes elles auront la compensation à l' euro l' euro et j' ai lancé un programme de modernisation de notre fiscalité locale pour qu' elle soit aussi , plus juste et plus simple .

Mais pas d' impôts nouveaux . Il faut redistribuer les impôts , et puis d'ailleurs donner un bout d' impôt national à certaines collectivités : on l' a fait pour les régions . Mais enfin la taxe d' habitation je vais vous dire , je n' ai aucun regret , c' est l' impôt le plus injuste qui soit . C' est un impôt qui touche la France périphérique dont vous parlez souvent dans vos journaux télévisés , il est généralement beaucoup plus élevé dans les villes moyennes ou les petites villes que dans les grandes villes . Parce que dans les grandes villes les gens sont plus riches .

Oui c' est en effet l' objectif que je remplis . J' avais dit 80 % je souhaite que ça puisse être la totalité parce que si un impôt n' est pas bon pour 80 % des Français , il n' est pas bon pour tous . Mais on le fait par étapes , vous en verrez la première étape au premier novembre prochain .

Dites . Dans quelle situation on est ? La France est le pays d' Europe qui depuis le plus longtemps a ce niveau de déficit .

On est au-dessus de 95 % de dette rapportée au produit intérieur brut . Qu' est -ce que cela veut dire . Ça veut dire qu' on a une dette aujourd'hui qu' on a amassée et on l' a amassée pendant quelle période ? Les 35 dernières années , celles dont je parle depuis le début de notre journal télévisé , c'est-à-dire depuis que , au fond parce qu' on ne fait pas les réformes en profondeur . On dit aux gens ne vous inquiétez pas je vais vous donner de l' argent . Mais vous aviez une inégalité , une injustice , je vais vous donner de l' argent . Mais l' argent c' est quoi ? C' est le vôtre , c' est vos impôts d'abord et la dette c' est l' impôt au carré . Parce que qu' est -ce que ça veut dire ? Et je le dis là aussi à nos plus anciens pourquoi je demande cet effort et ça fait le lien avec ce qu' on se disait tout à l' heure , la dette eux ils ne la payent , ils payent les impôts pour les politiques publiques d' aujourd'hui . Mais c' est ce qu' on va laisser à nos enfants . Donc nos enfants ils auront nos dépenses actuelles plus la dette mais on est fous .

Mais enfin … C' est une drôle d' affaire . Vous quand vous avez des dettes avec la banque , votre famille , vous dites …

Ben oui , vous commencez à rembourser pour aller mieux , vous ne commencez pas à dire ben tiens j' en ai un peu plus je veux , je vais encore en dépenser davantage . Dépenser mieux , oui , faire des réformes pour que ça soit plus juste , oui , mais il faut arrêter ce système , on l' a fait dix fois on l' a déjà fait au début des années 2000 . Rappelez -vous la fameuse péripétie de la cagnotte . Est -ce que ça a amélioré la vie des Français au quotidien ? Tout va mieux ? Non . Si on a de l' argent en plus , je préfère l' investir . L' investir dans notre agriculture pour pouvoir aider ceux qui sont en difficulté à changer de modèle , aller davantage pour ceux qui choisiront vers le bio par exemple , vous en parlez souvent . En France on importe 1 milliard de bio , vous ne trouvez pas qu' on est fous ? Faut aider les agriculteurs qui veulent y aller , aider les circuits courts à s' organiser , les aider à s' organiser entre producteurs pour mieux vendre ça c' est de l' investissement , c' est de l' argent bien utilisé . Aider l' industrie , les entrepreneurs à repartir et aider les plus modestes . Ça oui . Comme on l' a fait au 1er avril avec le minimum vieillesse , comme on le fera avant la fin d' année avec l' allocation adulte handicapé , mais je ne vais pas dilapider mes recettes parce que ces recettes elles sont dues à quoi ? Au fait que ça va un peu mieux . Donc il y a des efforts qui sont demandés mais vous savez , le cœur de la bataille pour moi c' est le travail . Et je le dis à tous nos concitoyens . On ne changera pas le pays du jour au lendemain . Mais regardez tout ce qu' on a fait depuis un an . Et vous voyez , il y a une forme de paradoxe dans notre journal télévisé . On a commencé vous me disiez « Vous allez trop vite » . Sur beaucoup de sujets vous voudriez que j' aille plus vite .

Donc il faut que je continue avec la même force parce qu' on ne peut plus attendre . Mais je veux qu' on comprenne une chose . On ne peut se payer , que ce qu' on produit . On ne peut être justes que si d'abord on fait , on produit , on est plus forts et donc c' est cet en même temps que je veux tenir . On va continuer mais mon objectif ce n' est pas simplement le pouvoir d' achat de la semaine . J' ai vraiment de la considération et on aide les plus modestes .

Je demande de la patience mais je leur dis une chose : l' objectif c' est le mérite , le travail . C' est ça la clé et que le travail paye mieux dans notre pays .

Il faut faire attention à ce qu' on appelle salafistes parce qu' il n' y a pas de définition juridique . Il y a des mosquées où des gens ne respectent pas les lois de la république , prêchent des choses qui ne sont pas conformes aux lois de la République et conduisent à la violence . Celles -ci seront fermées . Ce n' est pas simplement que je suis favorable , j' ai pris des engagements et nous avons fait voter une loi . La loi dite sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme , qui a été votée à l' automne dernier . Elle le prévoit explicitement . Et donc . Et donc .

Mais depuis cette loi d'ailleurs , nous en avons fermé . À Sartrouville , à Aix , à Marseille j' ai fait fermer trois mosquées . Avec la plus grande rigueur parce que ce n' était pas une situation acceptable . A Ecquevilly , Madame le maire je l' entends et je . Il faut répondre à tous les élus et le ministre a eu beaucoup d' activités ces derniers jours et ces dernières semaines donc je vous prie de l' excuser , et il répondra dès qu' il le pourra à la maire , mais on est dans une commune où le travail entre la maire le préfet et le procureur a été exemplaire . Il y avait un imam là-bas qui suscitait des inquiétudes . On a empêché qu' une mosquée ne s' ouvre . Par le travail justement des services . Il y a une procédure qui est ouverte contre lui et on lutte contre , justement , le salafisme , c'est-à-dire l' extrémisme , le fondamentalisme religieux . Donc là-dessus je vais être très clair . C' est un problème dans notre pays . Il ne faut pas confondre ce problème avec tous nos concitoyens qui croient dans l' islam . Ce serait une erreur profonde et c' est l' erreur que certains veulent nous conduire à faire . Par contre il y a un problème lorsque des Françaises et des Français ou des personnes qui sont immigrées et qui sont , pardon qui ne sont pas de nationalité française mais vivent sur notre territoire même légalement , croient dans une religion qui les pousse à ne pas respecter les règles de la République .

Voilà . Qui les . Avec des gens , des imams qui les poussent à cela ou s' organisent de cette façon . Ça , c' est cette ... fondamentalisme là , cet islam radical comme disent certains cet islamisme ça n' est pas l' islam , ça n' est pas tous les musulmans mais c' est un problème . Et donc ce problème .

Et donc ce problème . Un : on s' est donné les moyens de fermer les mosquées et on continuera et on sera intraitable . Deux : on poursuit maintenant ceux qui font ça pour les expulser et on a , là-dessus , eu des résultats ces dernières semaines , en prononçant plusieurs expulsions . Trois : et je l' annoncerais dans les prochains mois . On doit clarifier aussi les règles de fonctionnement et de financement . J' ai reçu le prince héritier d' Arabie Saoudite il y a deux jours , je lui en ai parlé et nous allons prendre des décisions aussi conjointes

Je veux que le financement étranger soit organisé sous le contrôle de l' État et transparent . Je ne veux plus de mosquées qui s' ouvrent avec des financements cachés . Je ne veux plus de gens qui utilisent l' argent du pèlerinage pour financer n' importe quoi . Et puis nous venons , à l' initiative des parlementaires et d' une sénatrice de la majorité de voter une proposition de loi que je vais demain matin faire entrer en vigueur , qui permet de mieux contrôler les écoles privées , en particulier hors contrat avant qu' elles ne s' ouvrent mais aussi pendant , parce qu' il y a des choses qui se passaient dans les écoles qui n' étaient pas acceptables , donc on renforce le contrôle , on est intraitables . Et je vous le dis très simplement on prendra toutes les mesures utiles pour lutter contre cet islamisme radical . Mais ça s' accompagne aussi d' un plan de reconquête de nos quartiers ou des endroits les plus difficiles . Parce que parfois les jeunes qui sont poussés dans ces situations sont des jeunes à qui la République n' a plus rien à proposer . Donc il faut être intraitable sur cette réponse et à côté avoir une politique de retour des services publics dans ces quartiers , de retour de l' école , moins d' élèves par classe , permettre aussi d' accéder à un emploi donc lutter contre la discrimination à l' embauche et les testings que l' on a relancés très fortement . Des politiques d' emplois francs qui depuis le 1er avril se mettent en place pour aider les jeunes de ces quartiers qui sont parfois discriminés à obtenir des CDI et permettre le développement économique . La réponse c' est ce tout mais on sera intraitables là-dessus .

Je vais vous répondre , merci de le rappeler et j' en suis fier , mais je suis président de tous les Français . Vous savez les riches ils n' ont pas besoin d' un président ils se débrouillent très bien tout seuls . Moi je suis le président de tous les Français . Et être président de tous les Français ce n' est pas montrer du doigt une catégorie et faire qu' ils aillent moins bien , ou les villes , ou les métropoles parce qu' elles iraient mieux . Je suis le président de tous les Français .

Non , non et François Bayrou est mon ami donc c' est très bien de le citer mais là c' est le rapport de Jean-Louis Borloo sur les quartiers . Moi je ne poserai pas . Notre pays , il n' y a pas une fracture entre une ville et , entre la France des villes et des champs . Il y a une France des métropoles qui réussit dans la mondialisation , où en effet on vit bien , mieux en tout cas où on crée de l' emploi , de l' activité . Tout va bien . On vit dans le monde . Juste à côté d' elle parfois en son sein il y a une France des quartiers , qui vit très difficilement . Qui s' est un peu ghettoïsée , parce que c' est notre politique de logement , notre politique sociale , là aussi depuis 30/40 ans qui l' a fait et qu' il faut pouvoir déconstruire . Il y a ensuite une France des villes périphériques qui elle est inquiète et qui vit mal parce que ces villes périphériques , qui sont parfois les anciens chefs-lieux de région pour certains , on connaît l' un et l' autre Amiens . C' est dur à Amiens . Mais il y a des villes plus moyennes où c' est dur aussi . Il y a , une France rurale qui perd des habitants , l' exemple que vous avez montré qui va moins bien , mais il y a aussi une France rurale qui gagne des habitants et où ça va bien , il y a une agriculture qui se développe dans le bio , les AOC ou les AOP qui attire des gens retraités ou pas , qui elle est attractive . Donc tout ça pour vous dire que c' est plus compliqué que la caricature entre les villes et les champs . Et donc .

D'abord il n' y a pas de fatalité . Il y a une organisation à trouver sur tous les territoires . On est dans un magnifique exemple ici à Berd'huis . Vous l' avez dit . L' école est exemplaire , elle n' a pas fermé de classe elle a même eu ces dernières années des ouvertures et des postes en plus elle a su recréer du commerce en centre-ville , elle a des projets , elle a réinstallé des médecins parce qu' il y a une commune , une intercommunalité dans un département qui sont dynamiques et qui s' organisent . Mais face à ces sujets il faut qu' on regarde les choses en face . Vous parlez de l' école . On a un sujet de démographie . À la rentrée prochaine , on aura 32.000 élèves en moins qui rentrent en CP . 32.000 . On ne peut pas faire comme si de rien n' était . Et pourtant , on va ouvrir près de cinq mille classes

Si . On va en ouvrir , un peu plus de 3000 pour dédoubler dans les zones les plus difficiles , dont certaines sont à la campagne hein . Il y a des classes dites en zones d' éducation prioritaire qui sont ici dans l' Orne en semi-rural , mais on va ouvrir mille classes dans le rural et donc ce que je veux dire c' est qu' alors que dans le rural , seul , on va perdre 20 000 habitants , 20000 , pardon , élèves de CP l' année prochaine , on ouvrira 1000 classes . Et il ne faut pas se tromper , il y a des fausses idées . La Lozère qui est le département le plus rural de France , il y a en moyenne 14 élèves par enseignant . Donc on va augmenter le taux d' encadrement comme on dit .

Mais bien sûr , mais bien sûr , je vous le garantis mais simplement ce que je veux dire c' est qu' il y a des endroits où il y a des écoles qu' on doit fermer . J' étais l' autre jour dans le centre du pays , enfin dans la région Auvergne , Rhône-Alpes Auvergne . On me disait vous avez fermé le collège , on me prenait l' exemple d' une petite ville . J' ai regardé il n' y avait plus qu' une trentaine d' élèves dans le collège . Ce n' est pas raisonnable même pour les élèves , de le faire . Et alors après , là aussi c' est l' intelligence des territoires . Il y avait un monsieur qui disait quelque chose de très juste pour son commerce . Il disait , les gens ils prennent la voiture et ils vont faire leurs courses en ville . Qu' on réfléchisse aussi dans toutes nos campagnes , aux parents qui aujourd'hui prennent les enfants le matin et vont plutôt les mettre à l' école de la ville , parce qu' ils se sont dits pendant des années , c' est mieux . C' est mieux là-bas , ils sont mélangés avec des élèves de la ville et puis ça m' arrange plus parce que je les dépose . Et parfois aussi sur le terrain , on a construit des solutions on n' a pas assez d' élèves parce qu' il y a des gens qui ont choisi d' aller les mettre ailleurs . Donc si tout le monde se remet autour de la table , à respecter un peu les règles je vous garantis qu' on trouvera des solutions plus intelligentes , mais je vous dis une chose pour ce qui est de l' état . C' est tout l' inverse , on s' engage pour le rural , on crée plus de postes qu' on ne devrait , parce que je crois à cela et on va innover . Moi je veux qu' on crée aussi des internats dans le rural parce que ça correspond aux besoins du jour . Donc voilà on va le faire avec les régions les départements les communes mais on n' abandonne pas du tout la ruralité ce n' est pas vrai , et puis pas la meilleure preuve c' est ce que je vous disais tout à l' heure c' est que toutes les communes rurales , pour la première fois depuis 8 ans , leur dotation elle ne baisse pas d' un centime . Si ça ce n' est pas une manière de s' engager .

Je vous remercie d' en être l' ambassadeur . Bon moi je crois que …

Non , non , non , je plaisante . Notre sang s' est échauffé sur cette affaire . C' est toujours technocratique , venu d' en haut parce que les Françaises et les Français ça les ennuie toujours qu' on régule la route . Je me souviens de ces vieilles images de Jacques Chirac pour qui j' ai beaucoup de respect et d' amitié , qui disait quand il est en campagne , reprenant un peu les termes de Pompidou qu' il m' est arrivé de reprendre , arrêtez d' emmerder les Français , on aime conduire et cetera et se battant contre tout ce qui était pris à l' époque , je ne sais pas si c' était François Mitterrand . Chirac lui-même quand il est devenu président de la République a mené la politique la plus courageuse mais aussi la plus dure pour réguler . Et il a fait baisser les . Mais non .

Mais oui , mais parce que . Mais , je vais vous expliquer pourquoi ça a été fait et comment on va faire . Il y a des petites expérimentations qui ont été faites à chaque fois elles ont montré que c' était efficace .

Mais pas dans assez d' endroits mais à chaque fois elles ont montré qu' on baissait la mortalité

Non . Ce n' est pas contesté mais les gens disent il faudrait faire davantage . Donc on va faire une expérimentation à taille réelle . Donc je vais vous dire de manière très concrète . Au 1er juillet puisque ça n' a pas commencé , ça va commencer au 1er juillet . Pour deux ans , on va limiter sur ces routes à 80 kilomètres heure . Alors il faut être précis les deux fois , deux voies avec un terre-plein central elles ne sont pas concernées . Elles , elles resteront là où elles en sont à 90 ou 110 . Mais c' est les routes qui sont les plus dangereuses . Et pourquoi ? Parce qu' on a bien souvent le camion qui y est à 80 puis on veut aller à 60 , à 90 comme c' est permis aujourd'hui donc on crée des ralentissements puis les gens doublent et patatras . À deux pas d' ici on a une route qui est concernée dans ce département . Entre Argentan et L' Aigle . Sur les quatre dernières années il y a eu 6 morts . Ben si cette mesure elle permet de réduire ces morts avec tout ce qui a été décidé par ailleurs sur l' éthylotest . Je vous le dis , on peut dire que c' est une mesure technocratique , tout ce qu' on veut . Mais elle sera .

Mais mais elle sera , elle aura montré son utilité et vous irez expliquer aux familles des victimes que ce n' était pas une mesure utile . Mais on va faire

Mais les professionnels ont donné leur avis vous savez . Les professionnels ont donné leur avis sur ce sujet . Parce que très clairement , ça fait plusieurs années que c' est une réforme qui est poussée . Donc ça va commencer au 1er juillet . On le fait pendant deux ans . Et je prends ici deux engagements . Le premier : durant ces deux années l' argent qui sera perçu , s' il y a des contraventions qui sont données parce que j' entends des gens , je reçois des lettres j' entends les motards en colère ou les automobilistes en colère qui disent , tout ça c' est pour les caisses de l' État . Tout l' argent qui sera prélevé sur ces routes . On le mettra et on assurera la transparence , pour les hôpitaux qui soignent , guérissent , les blessés de la route . La deuxième garantie que je veux vous donner c' est qu' on rendra transparents les résultats . Si ça n' a pas d' efficacité , si ça ne marche pas ben on ne continuera pas . Il n' y a pas de meilleure manière d' être pragmatique et si c' est inégal , on dira en effet aux départements ben , vous c' est contrasté , reprenez la main , dites . Décidez . On va le faire pendant deux ans sur tout le territoire pour essayer de faire baisser drastiquement ce chiffre des morts sur la route qui a réaugmenté ces dernières années . Et ça ne doit pas être une fatalité , donc on doit prendre cette décision . Elle est un peu impopulaire . J' entends les énervements je sais ce que c' est , mais enfin je veux aussi relativiser . Vous savez , le déplacement moyen quand on est à la campagne c' est 40 kilomètres par jour . 40 kilomètres . Je vais faire la règle de trois mais ça doit vous prendre à peu près une demi-heure quand vous êtes sur une route à 90 . Bon , vous allez prendre deux minutes de plus avec la baisse à 80 . Deux minutes . Ça ne change pas la vie , ça ne mérite pas , des , parfois les coups de sang qu' on a eu . Donc tout le monde doit rester calme et on va être pragmatiques . Si dans deux ans ça ne marche pas , on arrêtera partout si ça ne marche pas du tout et on adaptera selon les territoires . Rassurez -vous .

À mesure que les choses vont mieux peut-être . On va déjà faire ce qu' on a dit , c' est beaucoup . On va baisser l' impôt sur les sociétés le ramener à 25 % , la moyenne européenne . On va surtout dès le 1er janvier prochain , faire que les baisses de charges qui aujourd'hui ne sont perçues qu' un trimestre plus tard quand vous payez l' impôt sur les sociétés , valent pour tout le monde sur la fiche de paye dès le premier jour . Et ça c' est dès le 1er janvier 2019 et puis c' est toutes les mesures qui ont été très bien rappelées dans votre reportage mais , qu' est -ce qu' il est important de comprendre ? On a remis de la confiance parce que je crois qu' on a montré aux Français , nos concitoyens , aux entrepreneurs aussi aux investisseurs étrangers , je n' ai pas cessé de m' engager sur ce terrain qui avait un cap . Moi je sais où je veux emmener le pays , je veux réparer ce qui ne marche pas et je veux créer de nouveaux secteurs d' activité . La France est un grand pays agricole et industriel . Ce cap il crée de la confiance , la confiance plus ces mesures elles font que les gens réinvestissent . Et à mesure que les gens réinvestissent , ils embauchent . C' est en train de se passer . On doit continuer et l' intensifier . Et aujourd'hui si vous écoutez dans nos territoires les gens vous disent de moins en moins : j' ai peur d' embaucher mais ils vous disent de plus en plus je ne trouve pas des gens à embaucher et donc ce sur quoi on doit se concentrer c' est de former nos concitoyens . Et donc c' est pour ça que l' on va investir 15 milliards d' euros pour former un million de jeunes et un million de chômeurs souvent depuis longtemps pour retrouver des compétences dont nos entreprises ont besoin et réembaucher . C' est aussi pour cela que j' ai demandé un effort à tout le monde et dire quand on vous propose un emploi maintenant on ne peut pas non plus refuser tout le temps et que c' est un peu ces contrôles supplémentaires cette responsabilité que j' ai demandée au système mais parce qu' on va mieux former . Donc ça c' est la bataille parce que , que ça aille mieux c' est une chose pour nos entrepreneurs c' est toujours la cordée vous savez . Les entrepreneurs ça va mieux . Il faut que ça aille mieux pour les gens qui n' ont pas d' emploi et donc cela c' est la formation , la reprise de l' activité , apprentissage , formation continue , le fait que le travail paye mieux avec nos réformes et qu' on reparte . Et puis moi je veux surtout que ce redémarrage , les salariés en profitent

Je n' ai pas une idée , j' ai une décision , qui est prise et qui est essentielle parce que je veux aussi retrouver le cœur de ce qu' est l' entreprise . Une entreprise ce sont des femmes et des hommes qui font quelque chose : un service , une production . Ce n' est pas simplement les gens qui ont mis de l' argent dedans . Et donc tout le monde quand ça va mieux doit pouvoir en profiter et tout le monde quand ça va mal doit aider à réorganiser . On a permis qu' il y ait plus de flexibilité , on doit permettre aussi quand ça va mieux que tout le monde puisse en profiter . Toutes les entreprises jusqu' à 250 salariés elles pourront distribuer de l' intéressement , il n' y aura plus aucune charge et impôt . Aujourd'hui ce qu' on appelle le forfait social ce que paye l' employeur quand il vous distribue

Totalement , pour les entreprises jusqu' à 250 salariés . Ce qui veut dire , une très large partie des salariés français . Les plus importantes elles peuvent le payer parce que ce sont des entreprises qui parfois souvent distribuent beaucoup de dividendes et si on peut généraliser on le fera mais déjà là on parle de plus de 10 millions de salariés français , on parle de gens qui bien souvent n' ont pas accès à l' intéressement . Et donc je le dis à la fois aux salariés et aux employeurs , au 1er janvier prochain dans toutes les entreprises en dessous de 250 salariés , il n' y aura plus de forfait social sur l' intéressement c'est-à-dire qu' il n' y aura plus aucune charge sur l' intéressement qui est distribué , parce que c' est ça l' entreprise , c' est une aventure collective de femmes et d' hommes qui fait que quand ça va moins bien ce n' est pas que l' affaire du patron c' est l' affaire de tout le monde , qui fait que quand ça va mieux ça ne peut pas être que les revenus du patron c' est tout le monde doit un peu en avoir , parce que c' est ça la vie , c' est ça une société c' est ça , la collectivité .

Ça n' existe pas que le Premier ministre et le président de République soient en désaccord , vous savez , dans la cinquième république les choses sont claires . Non , non mais je vous le dis et là dessus c' est constant . De manière très claire nous avons annoncé en janvier dernier le fait que l' aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne serait pas fait pour tout un tas de raisons qu' a expliqué le Premier ministre , et que l' ordre républicain serait rétabli . Les gens qui aujourd'hui manifestent , sont présents , créent du trouble , ce sont des gens qui occupent illégalement des territoires publics ou privés . Ils n' ont plus aucune raison de le faire , il n' y aura pas d' aéroport . Donc depuis le début de la semaine , nous faisons ce que nos concitoyens attendent de l' État , on rétablit l' ordre républicain .

L' opération . L' opération , là est arrivée à un point , où tout ce qui était évacuable a été évacué .

Il y aura maintenant dans les prochains jours un travail sous l' autorité de la préfète qui consiste à permettre aux projets agricoles légaux , organisés , de se faire et donc moi je souhaite que les agriculteurs qui sont sur place , qui ont un projet pour ce territoire puissent le développer . Mais ce n' est pas ça le désordre et ce n' est pas l' occupation par des gens qui ne cherchent qu' à créer le trouble . Nos concitoyens ils sont en droit d' attendre l' ordre .

D'abord il y a très peu d' universités qui sont occupées . Ensuite les universités , qu' il y ait du débat c' est une très bonne chose . Je constate quand même que dans beaucoup d' universités occupées ce ne sont pas des étudiants mais ce sont des agitateurs professionnels . Les professionnels du désordre dont parlait Michel Audiard . Donc les professionnels du désordre ils doivent comprendre que nous sommes dans un état d' ordre et les étudiants , ils doivent comprendre une chose c' est que s' ils veulent avoir leurs examens en fin d' année c' est mieux de les réviser parce qu' il n' y aura pas d' examen en chocolat dans la République .

Je me dis qu' il faut aller au bout et que ce moment qui était un moment à la fois de fierté et de joie d' avoir eu la confiance de nos concitoyens , c' est un moment qui oblige . Mais je l' ai eu en tête dès la première seconde . Les difficultés ne m' arrêtent pas . Je ne suis pas naïf . Je les avais préméditées , au sens premier du terme . J' en avais une idée claire . Le fait qu' il y ait des gens parfois pas contents , ne m' arrête pas . Le fait qu' il y ait des peurs je le respecte . Et je veux dire aux gens qui ont peur , que je les entends . Mais depuis ce moment -là , beaucoup de chemin a été parcouru , beaucoup de choses ont été faites mais nous devons faire encore immensément pour permettre

Bien sûr . Nous avons immensément à faire parce que notre pays doit reconstruire les cinquante prochaines années de progrès pour lui-même mais pour chacun d' entre nous et donc nous allons continuer sur l' école , nous allons continuer sur le travail , nous allons continuer pour créer un service national universel comme je m' y suis engagé pour faire une fabrique de la nation , nous allons continuer pour lutter contre ce fondamentalisme que nous évoquions tout à l' heure pour avoir des vraies politiques sociales pour aussi avoir une Europe qui se transforme beaucoup plus vite et j' y tiens beaucoup . C' est un combat que je mène depuis le premier jour , une Europe qui protège et qui porte les ambitions de la France . On va continuer parce que le monde autour de nous s' accélère , vit des bascules extraordinaires et parce que notre pays doit pouvoir choisir son destin et vivre mieux .

Merci à vous .

Nous leur avons fait rater quelques minutes de cours .

Rechercher un autre mot
Intelligence Artificielle
Chargement en cours
Gauche
Droite
Plus d'infos
DeepText : Deep learning & Linguistique
Recherche de marqueurs linguistiques via réseaux de neurones : Text Deconvolution Saliency (TDS)

Vocabulaire spécifique
Les mots les plus spécifiques du discours
gens
cheminots
veux
État
cordée
hôpital
concitoyens
payent
réorganiser
retraités
argent
ferroviaire
paye
habitation
retraite
villes
modestes
stress
euros
élèves
disent
vite
juste
fait
payer
aille
école
mosquées
continuer
expliquer

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact