C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron


Focus sur le discours :

: voir le discours complet

Cooccurrences
Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents





Voir aussi :
Passages-clés
Extraits statistiques basés sur le vocabulaire spécifique du discours

. Avec , à chaque fois , une interprétation personnelle des lieux , comme une espace vécu : mon enfance à Amiens n' par exemple rien à voir avec la réalité d' Amiens . C' est une espèce de bulle plutôt heureuse , et même une bulle dans la bulle

Voir une autre phrase-clé
Qui utilise le plus le mot «histoire» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «histoire»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
E. Macron - 15 mai 2021

Entretien dans Zadig


Ma France , c' est une carte sensible entre deux pôles que sont Amiens et les Pyrénées , puis un troisième pôle qui est Paris . Avec , à chaque fois , une interprétation personnelle des lieux , comme une espace vécu : mon enfance à Amiens n' par exemple rien à voir avec la réalité d' Amiens . C' est une espèce de bulle plutôt heureuse , et même une bulle dans la bulle : j' ai vécu entre chez mes parent et chez mes grands - parents , et passé d' incalculables heures dans une bibliothèque pendant de nombreuses années de ma vie , dans le petit appartement de ma grand-mère . Malgré tout , par le hasard des amitiés , des voyages de classe , des cheminements qu' on fait en famille , j' ai eu des repères , des ilots dans la ville – des ilots culturels , notamment : une librairie que j' aimais , le théâtre . Et puis j' ai tôt fait l' expérience de cette région , la Picardie , qui subissait la désindustrialisation de plein fouet . J' ai vécu de manière très précise cette morsure de la désindustrialisation , alors que la ville était encore tenue par le maire communiste , René Lamps . Enfant je me souviens aussi d' une des premières manifestations à Amiens : c' était en 1986 , contre le projet de la loi Devaquet sur la réforme des universités .

Ma famille paternelle est arrivée en Picardie par les cheminots . Mon grand-père a longtemps travaillé dans les gares parisiennes puis à la gare de Creil , à Compiègne , et il a fait partie de cette génération qui a ouvert la gare de Longueau , dans la Somme . A Longueau , je ressentais déjà la nostalgie d' une France d' avant . Amiens , pour moi , c' était à la fois le bonheur , par cette réclusion en quelque sorte choisie , et la conscience du monde , à travers la désindustrialisation et le sentiment que j' avais de cette déprise qui commençait . J' ai vu cette ville tout à la fois s' embellir beaucoup sous l' impulsion de Gilles de Robien et s' éloigner de la prospérité . Amiens a en effet progressivement perdu beaucoup de services . Elle est passée du statut de capitale de région à celui de simple capitale de département . Elle vit donc aujourd'hui dans une forme d' insécurité , entre Paris et Lille , dans une forme d' inquiétude , alors même que le maire et tant de femmes et d' hommes de bonne volonté s' engagent pour les faire revenir . Quelques années plus tard , jeune adulte , j' ai découvert la Côte d' Opale , Le Touquet . Les attaches familiales de mon épouse , , les grands espaces , la mer qui s' en va avec le ciel … la liberté .

Oui , mon autre centre de gravité , c' étaient les Hautes-Pyrénées , Bagnères-de-Bigorre . Un vert paradis où je continue d' aller , le lieu d' origine de mes grands - parents , celui où je me réfugiais chaque été . J' y passais beaucoup de temps . J' étais l' enfant - roi dans ce lieu modeste , près de la nationale . Un lieu synonyme de bonheur absolu , avec des repères très stables , que je retrouve encore aujourd'hui – par exemple quand je vois la chaîne des Pyrénées sous un angle très particulier , celui qu' on aperçoit avant que coureurs du Tour de France s' attaquent le Tourmalet . J' y suis retourné adolescent , puis adulte , avec des liens familiaux , des amitiés . A Campan , sur le col , vivent encore quelques-uns de mes meilleurs amis . Mais j' ai vu Bagnères-de-Bigorre s' arrêter .

J' ai grandi dans les souvenir de ma grand-mère . J' ai donc une vision de la France qui n' est pas du tout celle de ma génération , je dois bien l' avouer . Je suis comme désynchronisé . Le frère de mon grand-père a très longtemps été adjoint au maire de Bagnères et président du comité des fêtes , ce qui m' a valu chaque été de vivre la fête des fleurs et de gagner de façon éhontée un nombre incalculable de concours , en étant systématiquement pistonné – ça allait de la pêche à la truite au plus beau chariot fleuri … Le textile favorisait le dynamisme de Bagnères . Partant de rien après la guerre , mon grand-oncle allait à vélo chercher e la laine chez tous les bergers de la vallée . Cette ville était donc tirée par le textile mais aussi par l' aéronautique , avec Latécoère . Et là encore , j' ai la désindustrialisation .

Tous les grands aménagements avaient été réalisés dans les années 1970 - 1980 , le territoire allait de l' avant . Puis , d' un seul coup , la ville s' est comme figée . Les jeunes ont de moins en moins trouvé d' emplois , ils sont partis .

Je revenais chaque été et je retrouvais la même ville . Elle s' était arrêtée dans sa prospérité , avant de se relancer avec le thermalisme qui draine une population plus âgée .

A Amiens comme à Bagnères-de-Bigorre , j' ai ressenti une certaine inquiétude , j' ai connu une France inquiète . L' histoire s' y était écrite d' une façon comparable . Ces endroits avaient vécu la guerre – mes grands - pères avaient été mobilisés dès 1940 , puis emprisonnés pendant l' Occupation- , mais ensuite , la phase de reconquête ne s' était jamais arrêtée . Puis , dans les années 1980 , avec la crise industrielle , quelque chose s' est passée qu' on n' a pas théorisé , qui n' a pas été compris , et on en lit encore aujourd'hui les traces sur les territoires : les friches industrielles , les difficultés liées au chômage … J' ai alors connu les premiers cousins qui galèrent dans leur recherche d' emploi , qui ne retrouvent rien – aussi parce que , vivant dans les Pyrénées , ils ne veulent pas bouger de la vallée . Il faut voir le drame que c' est , quand ferme une entreprise où des générations ont travaillé .

Ceux qui ne le vient pas ne peuvent pas comprendre le choc que cela représente , à la fois pour la vie familiale et pour l' imaginaire : on ne perd pas seulement son travail , c' est aussi l' univers des possibles qui est détruit . Une partie de ma famille pensait que tout continuerait comme avant . Quand l' activité s' est arrêtée , le choc a été total .

Comme tout enfant de province , j' ai eu une relation fantasmée avec la capitale . Je ne m' y suis jamais rendu enfant . A l' adolescence , mes parents m' y emmenaient quelquefois . J' y ai également fait mon stage de troisième , auprès d' un éditeur qui dirigeait les éditions Larousse , M Thomas . Paris était d' abord pour moi un lieu de promesses , . Le Paris que je préfère , c' est celui que j' ai rêvé : la tension de désir de l' adolescent qui prépare pendant des semaines son voyage pour se rendre dans un musée , qui a l' impression de vivre dans l' histoire , dans les romans , et qui revient chez lui le soir , épuisé . Ce n' est donc pas un hasard si je suis arrivé à Paris quand j' ai eu 16 ans et que j' ai quitté Amiens . J' y ai habité seul dans une chambre de bonne où je suis resté des années , sans douche , derrière le lycée Henri IV . C' était un autre Paris . Je me sentais comme une espèce de héros de province . J' avais le complexe du provincial face à des jeunes dont je me disais qu' ils avaient vécu bien plus de choses . J' étais seul , j' avais peu de copains . J' ai bâti mes repères dans le Quartier latin . Ce n' étaient pas des années d' insouciance . J' étais déjà amoureux de celle qui allait devenir ma femme . C' était une vie de lectures , de découvertes , souvent faites en me promenant . Je me suis énormément perdu dans Paris . Je me souviens tout particulièrement de l' hiver 1995 , les grandes grèves , j' étais en hypokhâgne . J' ai passé des heures à marcher . J' ai arpenté Paris dans tous les ses sens , toujours avec un livre dans la poche . J' ai des souvenirs d' errance , de découverte de quartiers très différents . De rencontres . Je suis resté ensuite à Pris pour étudier la philosophie , j' ai découvert les Murs blancs à Châtenay - Malabry , où j' allais régulièrement voir Paul Ricoeur pour lesquels j' ai eu l' honneur de travailler .

Même si j' ai écrit dans ce livre qu' il existe plusieurs France , je croyais aussi , au moment de sa rédaction , que le pays est un tout , qu' il se pense et se vit comme un tout . C' est vrai ! Nous sommes une addition de pays qui ont chacun leurs rapports historiques , je dirais même telluriques : dans les Hautes-Pyrénées , d' une vallée à l' autre , les habitants , les représentations sont très différentes … Mais on est tendu vers une unité . Et donc , quand a lieu un retrait de l' Etat , la perte de services publics , il y a un sentiment d' abandon . On a beau recréer des services , il est difficile d' inverser ce sentiment . Ce sont des espaces entiers où il faut remettre de la présence , des entreprises aussi , et plus encore de la reconnaissance et de la dignité .

Des choses très simples . L' entreprise où l' on travaillait génération après génération a fermé . D' un seul coup , on a réalisé que l' avenir des gamins et des gamines n' était plus là . Le sous-préfet a quitté les lieux . Les services publics sont partis , mais aussi des cadres intermédiaires , des professeurs , des fonctionnaires , des cadres d' entreprise qui tous tiraient ces villes vers le haut – parce que c' est leur présence qui fait qu' un théâtre reste ouvert , qu' au lycée les enfants des employés côtoient les enfants des patrons … C' est donc une France qui se mélangeait , une France ans laquelle un espoir de mobilité sociale était possible , qui s' est effilochée , et avec elle le gout du possible . Soudain , on s' est réveillé et on s' est aperçu que l' emploi , l' activité culturelle , parfois même le médecin , tout ce qu' on voit ailleurs , n' était plus accessible chez soi . Parce qu' en réalité , à l' échelle du pays , les activités n' ont pas diminué : elles se sont reconcentrées . On a totalement sous-estimé ce choc , et le sentiment de relégation né de la désindustrialisation .

Dès Révolution , j' ai posé un diagnostic , pointé une erreur fondamentale : nous avons pensé pouvoir faire un pays sans usines . L' usine est un lieu de brassage des catégories sociales . J' ai souvent utilisé la métaphore de la cordée , qui a été mal prise , mais quand on aime la montagne , c' est évident : celui qui est devant n' avance que si celui qui assure derrière lui monte un peu lui aussi , et réciproquement . Nous avons donc agi dès le début du quinquennat pour réindustrialiser , avec de premiers résultats avant la pandémie .

Autre phénomène concomitant : progressivement , la numérisation et la rationalisation des services ont conduit à concentrer l' activité à Paris et dans les capitales régionales . Et les pouvoirs publics ont accompagné cela en créant les grandes régions . Je le vois à Amiens : avec la création des Hauts-de-France , beaucoup de services sont partis vers Paris et Lille . Amiens a perdu des cadres de la direction régionale . Beaucoup de villes , de sous-préfectures , ont vécu cela . Quand on va vers la baie de Somme , vers ces superbes lieux que sont Saint-Valéry ou Le Crotoy , on traverse la région de Gamaches , qui s' est totalement appauvrie avec l' effondrement de l' industrie textile . Pareil pour l' Avesnois et la Thiérache , aux confins de l' Aisne et du Nord . Ces régions ont énormément souffert . Et le rapport sensible au pays s' y est fragilisé , parfois désagrégé .

Oui , de tout cela est né le sentiment que l' organisation collective – politique , administrative – disait à ces Français : « ce n' est plus pour vous . » Vous avez grandi avec ce schéma très français , selon lequel la propriété et l' éducation sont deux fondamentaux , où vous allez pouvoir progresser ? Ce n' est plus si vrai . Le processus a été au fond le suivant :

1 Il faut avoir un travail . Oui , mais le travail se concentre désormais dans les grandes villes .

2 Il faut être propriétaire , on n' aime pas être locataire . Oui , mais la vie dans les grandes villes , où se trouve le travail , est chère , les prix montent -plus encore si vous voulez un pavillon avec un petit jardin , ce qui est notre modèle . Vous allez donc devoir loger à quelques dizaines de kilomètres du lieu où vous travaillez .

3 Ensuite , on vous a dit : pour être de bons parents , vous devez inscrire vos enfants dans les bonnes écoles . D' ù les allers - retours quotidiens , dès le collègue , vers les établissements de la ville .

4 . On vous a dit aussi : il faut que vos enfants fassent le conservatoire , aillent à la piscine , au cours de danse . Vous devez donc aussi les emmener à leurs activités extrascolaires …

A la fin , quand vous avez tout bien fait , on vous dit soudainement : « cette vie , ces trajets , on va les taxer fort ; si vous voulez échapper à cela , il faudra réduire les déplacements » . Les gens forcément deviennent fous ! Concernant t l' augmentation des prix , le meilleur exemple est Bordeaux et son arrière-pays après l' arrivée du TGV . Bordeaux a été l' une des villes où le phénomène des Gilets jaunes a été le plus violent . Or , ces dernières années , le coût du logement y a flambé . Beaucoup d' habitants ont dû partir . Les Gilets jaunes venaient du Médoc , de Blaye … . Certaines manifestaient car ils avaient dû quitter la ville . On leur a donné l' impression que ce qu' ils faisaient n' était pas bien . Ils se sont sentis humiliés . Alors même que nos concitoyens sont conscients des changements nécessaires dans nos vies . Tout cela avec ce sentiment profond que le progrès n' était pas pour les classes moyennes dans notre pays .

J' avais vécu , pensé , décrit cette difficulté du pays , notamment dans Révolution . Même si je ne l' avais pas perçue à ce point , je n' ai pas été surpris de ce qui arrivait . Je l' ai d' autant moins été que j' aime ces terres . J' ai passé mon temps , durant la campagne , à les arpenter avec chacune sa spécificité : on ne peut pas par exemple , comparer l' arrière-pays de Montpellier avec la région de Metz , même si ces lieux rencontrent le même type de soucis . Cette lecture géographique se double d' une lecture sociale : la crise des classes moyennes . Celles - ci forment le socle politique et social de nos démocraties depuis le XVIII siècle , et elles disent aujourd'hui : « vous nous avez abandonnées . Il n' y a plus d' histoire et de perspective de progrès pour nous » .

Ce n' est pas un hasard si la crise des Gilets jaunes n' est pas une crise des quartiers populaires . Dans ces derniers , on trouve toujours des histoires individuelles de progrès , malgré les difficultés . A côté , les territoires qui avaient longtemps connu la prospérité ont vu celle-ci se rompre et on n' a pas réussi à la rétablir . C' est cela que j' ai découvert avec plus de force .

On a redécouvert la violence . La violence politique et militante existait depuis plusieurs années dans notre démocratie , avec le retour des black blocs dans les manifestations européennes puis en France en 2016 . Avec les Gilets jaunes , il s' agit d' un retour de la violence dans la société . On retrouve un des fondamentaux de notre vieux pays , fait de jacqueries . Cette idée que , lorsque la colère et la peur se nouent , tout devient possible . On a vu des gens mener des combats qui n' avaient parfois rien à voir les uns avec les autres . Au Puy-en-Velay , lorsque la préfecture a été incendiée , il y avait des parents d' élèves , des retraités , des gens en grande difficulté sociale , mais aussi des anarchistes bien connus , de vieux militants cégétistes , des « Front - nat'» … . Tous se mélangeaient dans une colère qui se nourrissait elle-même . Ce moment de tensions a débouché sur le grand débat , où je suis retourné au contact . Je me souviens en particulier du débat dans la Drôme , à Bourg-de-Péage , avec des Gilets jaunes , avec des maires , avec des citoyens . J' ai vu partout la même inquiétude , qui venait de loin , de la désindustrialisation , d' un sentiment d' injustice , d' une impression de trahison démocratique ; et en même temps , la même solidité de notre peuple . Tenir .

Oui . Nous sommes un peuple très résistant . On s' embrase sur le coup de colères . Il y en aura sans doute d' autres . Mais nous sommes extraordinairement tenaces , attachés à nos équilibres .

Cette pandémie est la métaphore de notre époque . On revit des temps au fond très moyenâgeux : les grandes jacqueries , les grandes épidémies , les grandes peurs … Si on a une énergie collective et une vision , on repartira de l' avant . Je pense que nous en avons la possibilité . On a retrouvé dans cette période récente toutes les grandes passions françaises : pour la liberté , pour l' égalité . J' ai eu ce sentiment , en décembre 2018 , et c' est pourquoi j' ai décidé d' organiser le grand débat . Pour retrouver un contact physique , j' ai assumé cette forme de pèlerinage laïc à travers chaque géographie , en choisissant chaque fois des villes très différentes , comme Étang-sur-Arroux en Saône-et-Loire , Grand Bourgtheroulde dans l' Eure , Souillac dans le Lot , et tant d' autres .

Je relierais en effet la période que nous vivons à la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance . C' est l' époque des grandes peurs , de phénomènes qui forgent un peuple , je dirais même de la réinvention d' une civilisation . C' est aussi un moment de tensions qui travaillent le pays , entre un État central et des féodalités . C' est enfin un temps où la question européenne se pose , sans oublier le rapport entre les religions . La capacité à embrasser le futur , à se projeter , est alors déterminante pour le rebond que prend le pays . C' est ce qui me rend très confiant .

J' ai la prescience que nous avons cette force et cette inspiration en nous . Je crois beaucoup dans l' inspiration du peuple français . Et je considère que mon rôle est , chaque fois , de tracer le bon chemin , d' y mettre le bon mot , même si je fais des erreurs , pour permettre que cela advienne . C' est ça , la véritable histoire .

Très souvent on fait le lien avec la fin de la Seconde Guerre mondiale . Je pense que cette période était très différente . Quand tout est abattu , quand tout est à reconstruire , il y a là une énergie vitale . Mais aujourd'hui , on ressent à la fois le phénomène des grandes peurs et une fatigue de l' époque , que la pandémie accentue . Les intérêts en présence sont également là , qui ne veulent pas bouger : c' est une société pétrie de corporatismes semblables aux guildes d' autrefois . Pour avancer , il faut réussir à créer des voies d' eau . La Révolution française avait également cela en elle .

Un autre phénomène encore est très comparable , dans la psyché collective , à ce qui se passait à la fin du Moyen Age : ce sont les grandes innovations technologiques , qui ont un effet anthropologique . Elles font que nous nous projetons très différemment . A leur suite , il y eut à l' époque les grandes découvertes : à présent , ce sont les réseaux sociaux , les transformations du numérique , l' exploration de Mars , la découverte d' un nouvel usage du monde pour faire face aux dérèglements climatiques … Dans l' imaginaire , quelque chose se passe qui permet d' embrasser l' avenir et de sortir des grandes peurs . Du plus profond de son histoire , notre pays est pris dans une tension permanente entre la passion pour la liberté et la passion pour l' égalité , voire pour l' égalitarisme , avec les passions tristes que celles-ci emportent – on met ainsi souvent derrière l' égalité la jalousie , la volonté de détruire l' autre .

Nous avons aussi en France , cette passion tellurique , cet ancrage , cet amour des lieux qui nous font , et dans le même temps , cette aspiration à l' universel . Aucun autre pays n' est comme cela : même quand ils sont attachés à leur vallée , nos compatriotes s' intéressent au cours du monde et pensent que la France a un rôle à jouer . Ils considèrent qu' en nous intéressant à la francophonie ou à la diffusion des médicaments en Afrique , nous faisons ce que nous devons faire , et que de ne pas en parler serait une faute . La presse quotidienne régionale , que je lis chaque jour , en parle . Cette tension là nous met dans un rapport particulier au monde . Plus que bien d' autres peuples et plus que bien d' autres pays , nous intégrons les inquiétudes de l' époque .

Nous ne pâtissons notre unité que dans une fierté collective et dans un rapport à l' universel . La France n' est pas elle-même si elle ne se projette pas . Elle l' a fait de diverses manières , par les guerres continentales , par le commerce triangulaire , par les guerres de colonisation , puis par le multilatéralisme contemporain et par le rôle qu' elle joue de grande puissance diplomatique .

Il est très dur de répondre . Choisir , ce serait dire que nous ne sommes qu' un fleuve , un unique cours d' eau , sans affluents ! Mais , en dehors de la carte familiale et intime que j' évoquais , j' ai une carte sensible , fruit de mon expérience , de mes responsabilités .

Oui , il y a des villes et des départements où l' on peut prendre le pouls des choses . J' aime particulièrement le Lot , Figeac , Cahors … C département a formidablement résisté , il a reconquis une activité industrielle , tout en gardant un grand rapport à l' histoire – avec des figures historiques incroyables , comme Maurice Faure , et on y trouve une forme de ruralité heureuse . Je pense à Saint-Cirq-Lapopie . Breton y a eu une phrase admirable , qui dit tout l' ancrage choisi : « j' ai cessé de me désirer ailleurs . » Ce sont des lieux qui permettent de comprendre ce qui est accepté en France et ce qui ne l' est pas . Ils synthétisent beaucoup d' histoire .

J' aime aussi infiniment Marseille , la deuxième ville de France , une des plus pauvres et des plus vibrantes . Marseille a sa banlieue dans la ville . Elle a connu des transformations considérables ces dix dernières années . C' est une ville où , comme dans tous les ces grands ports , on arrivait , on s' installait , on était arménien , algérien , , on devenait marseillais avant d' être français . C' est ainsi que Marseille a construit son identité . Avec le TGV , les Marseillais se sont réapproprié leur ville : Marseille a été voulu , embrassée , aimée . C' est une ville extraordinairement attachante . On y voit le tressage d' une grande bourgeoisie avec des quartiers très populaires . Ca ne circule pas à l' intérieur de ces catégories , néanmoins une identité unique se trame dans l' œil de la Bonne Mère .

Quand on dit de Marseille qu' elle est capitale de la Méditerranée , il faut faire une conversion mentale . Une ville , c' est comme un corpus : elle garde dans ses tripes les réflexes qu' elle prend dans son histoire ; Marseille ne s' est pas construite en regardant la mer . C' est une ville structure par le souvenir traumatisant de Louis XIV , qu' il l' a punie pour son insolence et l' a verrouillée par la mer . Après-guerre , Gaston Deferre l' a profondément structurée en la construisant contre le glacis communiste alentour : des années durant , il a appris aux Marseillais à se méfier des villes voisines tenues par des communistes … On se méfiait aussi de la mer , sauf quand on allait au cabanon … Marseille a ainsi construit ses propres rites . Pagnol le dit généralement quad il parle du « Ferry Bôate » . La grande traversée , c' est celle du Vieux-Port , pas au-delà .

Mais la conversion est en train de se faire .

La décennie qui vient transformera Marseille et fera d' elle une capitale de la Méditerranée . Indépendamment de la vie politique , je suis sûr que quelque chose va se passer à Marseille , car les conditions de possibilité d' une réinvention du lieu et d' une réappropriation sont là . J' y vois une créativité extraordinaire , une jeunesse saisissante , une espèce de puissance . Mais j' aime aussi énormément la Seine-Saint-Denis …

Je vais vous décrire , en vous demandant de fermer les yeux , le départent le plus jeune de France , avec deux aéroports internationaux , le plus important stade sportif français et le plus grand nombre de créations de start - up par habitant . Il ne me manque que la mer pour faire la Californie … C' est aussi le seul endroit où l' on a assumé d' être un pays d' immigration , qui intègre , qui élève les enfants nés ici comme ailleurs . Les trajectoires individuelles existent . Mais quand les gens progressent , ils partent , et c' est qui explique les difficultés . Chaque fois , la Seine-Saint-Denis accueille les nouveaux arrivants . C' est un espace unique de transformation économique et sociale . Le travail que fait ce département pour l' intégration dans les pays est colossal . C' est un poumon . Et dans le même temps , toutes les fragilités françaises y sont concentrées . Les espaces sont à reconstruire . Les difficultés économiques , sociales et sécuritaires s' y conjuguent .

Au - delà de tout ça , on sent et on apprend beaucoup de choses quand on se rend en Seine-Saint-Denis . Par exemple , lors du premier confinement , c' est en allant là - bas que j' ai acquis la conviction que les consignes étaient très bien respectées .

Que ça marchait . Le 7 avril 2020 , je vais à Pantin et je comprends qu' il faut rouvrir l' école . Les gens étaient tous chez eux . Ils me saluaient avec des drapeaux français , c' était très émouvant , bouleversant . Les gens ont très bien compris le confinement . Bien sûr , parfois , ils sortent , mais il faut voir la difficulté que cela représente quand les logements sont si exigus . C' est formidable d' engagement . Après , à la Courneuve , je discute avec le maire , Gilles Poux , un homme formidable , élu depuis très longtemps , qui me dit : « je suis quand même inquiet pour les écoles . Je ne sais pas où sont les gamins mais , leurs parents , je sais qu' ils sont à 5 heures du matin dans le métro , parce qu' ils continuent de bosser à Paris . Et si les gamins ne sont pas à la l' école , ils ne bouffent pas . Et je ne sais pas comment on va les retrouver … » C' est là que j' ai compris qu' il fallait absolument rouvrir les écoles . Grâce à lui et à quelques autres maires , on a pris cette décision et on a eu raison .

Oui , car là - bas , tant de difficultés sont concentrées que , si on ne remet pas les moteurs , on n' y arrive pas . Ce département a un rôle de cœur , en quelque sorte . En plus , ce que je trouve fascinant , c' est que la Seine-Saint-Denis a une histoire sensible et française géniale : tous les rois de France se retrouvent là . Il y a là un entrelacs absolument extraordinaire de notre histoire .

J' aime les marches du pays , les marches de l' est , leurs grandes forêts comme leurs villages . Ce sont des terres où l' on ressent les difficultés des classes moyennes . Elles ont gardé dans leur ADN la difficulté des temps . Les gens ont un caractère très résilient ? Je ne peux pas dire mieux : la géographie imprime et laisse quelque chose . L' histoire fait les gens . Dans les marches de l' Est , il y a cet attachement à l' histoire , cet attachement au pays . Sur ma carte du Tendre du quinquennat , il y a tout ce qu' on a fait avec l' itinérance mémorielle . Revenir sur ces terres qui ont essuyé la Grande Guerre , la Seconde Guerre mondiale , puis la désindustrialisation dont je parlais a été très fort , avec des gens extraordinairement courageux , qui ont l' industrie dans le sang – pour beaucoup , les grands - pères descendaient à la mine ou travaillaient dans la sidérurgie .

Il y a d' autres lieux comme ç que j' aime . La Bretagne : je me rends souvent dans le Finistère , notamment chez mon ami Richard Ferrand . Là , les gens me parlent , même président , et me disent ce qu' ils vivent et ce qu' ils comprennent . J' ai également le Puy – de-Dôme : près de Clermont - Ferrand , au lac Chauvet , il y a ces terres d' industrie , d' élevage , où mon ami Charasse me disait ses vérités , et où j' ai quelques amis chers .

Totalement . Après , il s' agit peut-être d' une géographie personnelle , d' une somme complexe . Il y a des plis , certains sont cachés . Je ne dis pas que la France se lit à livre ouvert . Mais il ne s' agit pas d' un pays de polders ! Lors de mes déplacements , je prends avec moi ces cartes de géographie en relief . Quand on prend ces cartes , établies suivant un procédé ancien , on comprend un territoire immédiatement . Ici , on voit surgir une immense montagne , mais cet exemple est peut-être trop évident . Maintenant , si on parle de la Haute-Saône ou du Territoire de Belfort , Vesoul … Après , il y a la Bourgogne , une terre de marchands , de commerce et d' échanges , qui a été structurée par les grandes foires . Les gens y raisonnent comme des Flamands . Ce sont des commerçants , ils sont dans les étoffes et le vin , mais ils sont très différents des Bordelais … Vers la Haute-Saône , les terres ont été balayées par les conquêtes et les reconquêtes , avec des lieux qui ont été pris , repris … entre les différents duchés , royaumes et autres . Et ce sont des terres d' industries , avec des sédentaires qui ont résisté aux guerres et aux invasions . Rien à voir avec le commerce . Je suis attaché à tous ces territoires , à leur histoire et à leur géographie . Vous leur parlez et vous les comprenez . Alors , nous , notre pays n' est pas devenu illisible . La plus belle métaphore de cette histoire , c' est le Tour de France cycliste . J' y vais à chaque fois : j' adore .

Il me semble que les spectateurs trouvent là un prétexte pour redécouvrir la France . Les gens retrouvent des coins de route , ils se nichent partout . Je trouve cela génial . Beaucoup de Belges et de Néerlandais continuent à venir , des Espagnols aussi , des Slovènes maintenant . Il y a là encore une géographie sensible , celle des exploits insensés , des victoires dans les Alpes , es contre-la-montre endiablés , des drames du mont Ventoux . La méthodologie de la nationale 7 et tant d' autres .

Je les vis comme spectateur , pas comme président , même si je remets le maillot jaune à un coureur . Il faut toujours être vigilant : ne pas voler les moments sportifs . Les gens sont là pour les cyclistes . Certains sont contents de me voir , d' autres n' en ont aucune envie ! Certains peuvent penser qu' il y a malice et que je viens prendre une partie de la gloire des cyclistes . Il faut se montrer plutôt discret . Par contre , je ne cache pas mon bonheur de voir une étape . Même si être dans la voiture du directeur de l' épreuve est la moins bonne manière de voir la course … . On la voit mieux à la télé . Mais il y a l' adrénaline , la vitesse , le paysage qui défile et les amitiés nouées à travers le temps . C' est un formidable compagnonnage . Dans les Pyrénées , ce sont de belles étapes . J' ai encore le souvenir d' une descente vers Luchon , où Froome scellera sa victoire dans le Tour .

Ce sont des souvenirs d' enfance , des souvenirs sensibles , des souvenirs littéraires aussi , avec Antoine Blondin que j' ai lu après-coup . Je trouve que le directeur du Tour , Christian Prudhomme , exerce l' un des plus beaux métiers qui soient : tout le monde le drague ! Le Tour offre une vraie carte sensible du pays , avec des pères qui aiment le vélo , des Français qui adorent redécouvrir des paysages . Ce sont aussi de grands moments d' héroïsme sportif . Je pense à Poulidor , qui avait continué la course alors qu' il était blessé . A Sainte-Marie-de-Campan , il y a encore la fourche de vélo d' Eugène Christophe , qu' il avait reforgée lui-même . Je trouve ça génial . C' est un de ces moments où vous pouvez embrasser le pays et ses paysages . Et l' un de mes projets , c' est de faire ainsi , avec des artistes contemporains , un grand Tour de France des paysages et des œuvres d' art , en leur demandant de se le réapproprier …

Je pense d' abord que les Français ont besoin de porter sur lui un regard lucide et décomplexé . Je ne suis pas du tout dans la repentance . Mais je pense que nous avons la possibilité de revoir notre histoire dans la durée . Le général de Gaulle a été un grand spécialise de cet exercice . Ce sont ses grands coups de génie : à la Libération , après avoir descendu les Champs - Élysées , il se rend à l' Hôtel de Ville et explique aux Parisiens qu' ils ont , seuls , libéré la France . Il fallait cela pour que le pays tienne . De Gaulle a eu cette prescience . Et nous avons tous fait semblant d' y croire . Mais cela conduit à avoir « un passé qui ne passe pas » , comme le dit l' historien Henry Rousso . Il nous a fallu de décennies pour reconnaitre contre responsabilité dans la rafle des Juifs , parce que nous savons tous que la Français n' ont pas été que des maquisards .

Pour moi , le plus grand acte de courage politique du général de Gaulle fut l' arrêt de la guerre d' Algérie : il le fait contre beaucoup de ses proches , contre son camp , contre l' armée . Je me figure très souvent la force de caractère qu' il lui a fallu pour décider cela . Après , il n' a pas d' autre choix que de refermer tout de suite la chape . Nous avons ainsi des mémoires brisées , humiliées , irréconciliables : les pieds-noirs , les harkis , les militaires , les appelés , les Algériens issus de l' immigration …

Notre pays a besoin , pour vivre sereinement , de bâtir un récit commun et de poser des actes reconnaissant toutes ces vies , toutes ces mémoires , . Jacques Chirac a essayé par d' autres voies , avec un traité d' amitié , mais une bronca l' a empêché d' avancer . Moi , je n' appartiens pas à cette génération . Et il faut agir , parce que plus de 10 millions de nos concitoyens vient parfois douloureusement dans la mémoire de cette histoire partagée .

Il faut reconnaitre toutes ces parts de mémoire et les replacer dans une histoire commune . C' est pourquoi j' ai fait appel à Benjamin Stora . Il propose un chemin de travail , d' actions , d' actes . Ce sont des gestes de reconnaissance . Ce n' est ni un politique de repentance ni une politique de déni , c' est une politique de reconnaissance . J' y crois beaucoup . C' est très ricoeurien , d' ailleurs . L' islamologue Rachid Benzine en parle beaucoup . Il s' agit d' accepter que nous sommes vus comme humiliants – moi - même j' ai été perçu comme tel – parce que nous ne reconnaissons pas les mémoires singulières , les voix individuelles , les parts de destins singuliers présentes dans la société . Cela ne veut pas dire qu' on nie l' unité de celle-ci , au contraire . J' en suis dépositaire et s' y suis attaché . Mais nous n' aurons pas un rapport pacifié à nous - mêmes si nous ne parvenons pas à remettre sur la table la question de la guerre d' Algérie .

L' un des moments importants de ce travail fut la reconnaissance de la torture et de l' assassinat d' Ali Boumendjel . Il y a eu un crime puis un déni terrible . Quand j' ai annoncé ce geste , ses enfants et surtout ses petits-enfants m' ont donné une leçon de France . C' est une génération qui s' est réfugiée chez nous au moment du FIS . La France a tué leurs grands - pères , puis a été un pays d' asile pour certains de leurs parents . Eux qui ont grandi ici , une fois qu' ils sont compris cette histoire familiale , ils ne savaient plus quelle était leur patrie ; Ils avaient toutes les raisons de haïr la France et ils ont décidé de l' aimer . La reconnaissance , c' est cela . J' ai reconnu que nous avions torturé et assassiné leur grand-père – et vraisemblablement les beaux - frères et beaux - pères de celui-ci . C' est tout ce travail qu' il faut continuer . Et reconnaitre également tout ce que les pieds-noirs et les harkis ont subi .

Pour moi , c' est la définition même du rôle du président de la république : retrouver à chaque instant les raisons fondamentales , existentielles , pour lesquelles nous avons décidé de vivre ensemble .

Et donc dans un premier temps nous faisons ce travail pour ceux qui ont vécu la guerre d' Algérie , qui est devenue la matrice de ces traumatismes . Ensuite , je pense que ce mouvement doit s' opérer à l' égard de toutes les diasporas africaines . C' est ainsi que les millions de français et de Françaises seront reconnus comme riches de leurs origines , de leurs histoires familiales , comme rendant la France plus grande encore . Voilà ce que peut être cette voie médiane de la reconnaissance , qui n' est ni le déni ni la repentance .

De reconnaitre notre histoire en Afrique , qui fut celle de l' esclavage , du commerce triangulaire – comme c' est le cas pour nombre d' autres puissances à la même époque – puis du colonialisme . Et de replacer ce colonialisme dans la manière dont il a été pensé et voulu . A la fin du XIX siècle , c' était un colonialisme qui s' est voulu universaliste . Notre histoire avec l' Afrique , avec nos enfants issus de ce continent et de ces terribles histoires familiales , de ces blessures , ce n' est pas celle du monde anglo-saxon . C' est pourquoi nous ne pouvons pas la penser dans les mêmes termes que les Anglo-Saxons . Nous devons regarder en France notre passé , en construire le récit commun et œuvrer chaque jour concrètement pour l' égalité des chances . Je ne crois pas une seconde à la dislocation de notre histoire en faisant de la France une addition de minorités ou de ressentiments . Je ne crois pas à l' effacement de notre histoire . Je crois à son apprentissage , à sa recontextualisation à notre capacité à l' assumer , à la comprendre et à la porter ensemble . En d' autres termes , je souhaite qu' on puisse remettre à la fois la statue de Voltaire et celle du général Dumas , premier général mulâtre , à leur place à Paris . C' est la condition pour dépassionner le sujet pour toutes les immigrations africaines . Pour repenser aussi les diasporas comme une chance qui s' offre à nous de comprendre le continent africain . Je crois beaucoup à cette conversion du regard . Je ne demande pas renoncer à une identité , jamais . La France , c' est une volonté de chaque jour , ce n' est pas une identité figée . Il faut dire à ces hommes et à ces femmes : vous qui êtes là par les cruautés de l' histoire , par la volonté de vos grands - parents , de vos parents ou par la vôtre propre , vous êtes une chance pour notre pays .

Il fallait mener cette réforme . Mais je n' ai jamais voulu faire de l' Ena un bouc émissaire responsable de tous les maux . Cette école a été conçue après-guerre parce que la nation avait besoin de cadres . Elle a rempli sa mission et permis de former une haute administration de grande qualité , avec es personnes de tous les mieux qui ont véritablement permis de rebâtir le pays . Mais , là aussi , ce qui l' a anesthésiée , ce sont les corporatismes . La maladie de la France n' est pas la bureaucratie ni le centralisme , ce sont les corporatismes . C' est - à - dire les des intérêts qui protègent l' entre-soi . L' ENA a permis aux corporatismes de se reconstituer . Chaque ministère a reconstruit ses carrières , ses prés carrés , ses herses et les gens n' ont plus circulé . L' accession à un grand corps , le passage en cabinet ministériel étaient les seuls façons d' accélérer les carrières . Tout s' est progressivement ossifié . Au concours , la maitrise de la langue anglaise et la culture générale – une matière que j' ai enseignée à l' ENA pendant six as – ont été des instruments de sélection sociale .

Aujourd'hui , à l' Ena , vous avez beaucoup moins d' élèves fils d' ouvriers , d' agriculteurs , ou appartenant aux classes populaires , qu' il y a cinquante anas . Dans notre pays , quand on vient d' un milieu populaire , et plus encore quand on est issu de l' immigration , il faut cinq à six générations pour accéder ne serait -ce qu' au milieu de l' échelle sociale . C' est énorme et pour tout dire décourageant . On doit sélectionner différemment , s' ouvrir à des publics plus divers , rassembler dans un tronc commun treize écoles du service public .

On fera une école bien plus ouverte à la recherche . Il est nécessaire de forger les honnêtes hommes du XXIème siècle – au sens générique du terme . Nous devons donc enseigner différemment , proposer des cours d' histoire de l' art , avoir des gens qui sachent parler avec des savoirs académiques . Car c' est de cela que nous avons besoin . Face à une crise , il vous faut des gens qui ont certes des réflexes managériaux , mais qui savent aussi pénétrer la complexité d' une discipline : on leur demande d' interagir avec des chercheurs venant d' horizons très variés , de faire la synthèse de leurs connaissances et de prendre des décisions sur la base d' une information complète . Pour cela , il faut s' ouvrir davantage au monde académique et à la recherche . Je veux que ce nouvel Institut travaille en partenariat avec les universités , qu' il soit bien plus européen dès le début . Je veux que nous en fassions une école d' excellence , qui révèle les capacités pour conduire à celle-ci par la formation . A la sortie , il y a aura bien un classement – je suis toujours favorable à la méritocratie- , mais il ne devra pas déterminer tout le reste de la carrière . Il n' y aura plus d' accès aux grands corps directement . Au bout de cinq ou six années , il y a aura d' autres processus de sélection qui permettront d' accéder qui à des inspections , qui à des juridictions . Mais on ne sera plus nommé préfet ou ambassadeur à vie , on le sera le temps de l' exercice de la mission . C' est la fin d' un corporatisme . Derrière , on devra mettre en place une vraie gestion des ressources humaines , pour que chacun fasse une carrière selon ses mérites .

Ce petit dictionnaire est toujours avec moi . II a accompagné

mon enfance , mon adolescence . J' y ai appris notre langue et subtilités , mais aussi à me perdre . J' ai toujours perdu énormément de temps dans les dictionnaires . Plus tard , j' ai utilisé celui d' Alain Rey , disparu il y a pu , un dictionnaire histoire et étymologique de la langue en deux tomes ; C' est un voyage formidable . J' adore la sonorité des mots . L' imaginaire s' y perd . J' aime la science exacte des mots , les petites différences , choisir les bons termes . Et puis , il y avait également chez ma grand-mère le Littré , en plusieurs tomes , que j' ai d' ailleurs toujours avec moi . La langue , c' est la liberté . La langue et l' État ont fait la nation française . Nous sommes le seul pays au monde où cela s' est passé ainsi . C' est pourquoi j' ai choisi Villers-Cotterêts pour établir la nouvelle Cité internationale de la langue française . Il y a eu cette intuition générale pour l' administration , d' abord . Et puis , toujours , des soubresauts où le français s' impose face au patois . Je suis assez détendu sur ce sujet . La langue est une espère de grand fleuve avec des affluents qu' il faut respecter . J' adore les créoles qui trouvent dans la langue française des expressions que nous n' avons pas . Je lisais dernièrement le dictionnaire des francophones , dont j' ai voulu la réalisation il y a deux ans . Les Rwandais emploient le mot « techniquer » . C' est combiner , essayer de se débrouiller , en référence à l' anglais technicality . Les Rwandais voyagent entre le français et l' anglais en permanence . Ils enrichissent la langue .

Rechercher un autre mot
Intelligence Artificielle
Chargement en cours
Gauche
Droite
Plus d'infos
DeepText : Deep learning & Linguistique
Recherche de marqueurs linguistiques via réseaux de neurones : Text Deconvolution Saliency (TDS)

Vocabulaire spécifique
Les mots les plus spécifiques du discours
histoire
désindustrialisation
langue
ville
jaunes
terres
reconnaitre
pères
lieux
gamins
vélo
métaphore
vécu
corporatismes
parents
aime
vallée
grandes
géographie
adore
dictionnaire
fleuve
gens
grand-mère
repentance
déni
villes
sensible
bulle
grand-père

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact