CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Mais dès que nous en aurons fini je l' espère , j' espère vite , il faudra bien parler de l' Irak , il faudra bien que l' Irak vive , il faudra bien qu' il vive en paix , il faudra parler du Koweït , il faudra réparer le mal , il faudra parler du Moyen Orient , il faudra parler des autres conflits , parler du conflit israélo-arabe , il faudra parler du conflit ou plutôt de la situation du Liban , il faudra parler de tout ce qui touche à la paix dans cette région du monde et partout ailleurs .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «irakiennes» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «irakiennes»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
F. Mitterrand - 24 février 1991

Je ne peux rien vous dire , vous le comprenez très aisément j' en suis sûr , qui pourrait nuire aux secrets nécessaires à une avance militaire sur le terrain face à l' adversaire que nous informerions . Cependant je peux confirmer les propos qui ont été tenus aux téléspectateurs par le Général Roquejoffre qui commande l' opération française là-bas , l' opération Daguet , et qui de son côté indiquait que l' avance française était d' au moins 50 kilomètres sur ce territoire où il se trouve , et que l' ensemble des autres forces , spécialement celles que se trouvent au sud , s' étaient dirigées vers Koweït City , la capitale du Koweït , avaient dépassé par sa rapidité les prévisions , c'est-à-dire qu' elles se trouvent en bonne position pour les heures et les jours qui suivent .

Mieux que prévu , mieux que prévu puisque cela va plus vite et avec moins d' obstacles que nous ne l' imaginions , ce qui ne préjuge pas bien entendu l' avenir des prochains jours .

Agréablement n' est peut-être pas l' adverbe le mieux choisi , mais c' est vrai qu' au vu de cette journée , un blessé léger par le fait d' une mine qui a explosé , c' est un résultat inespéré car , dans une opération de cette rudesse et de cette cruauté , on pourrait craindre d' autres pertes . Tout cela . je le répète , sans préjuger la suite à laquelle il faut se préparer .

Là , vous m' en demandez trop . Mais si elles étaient dans la ville de Koweït , on le saurait , vous le sauriez déjà .

Cela doit être le résultat du mois qui a précédé les événements d' aujourd'hui , c'est-à-dire l' action aérienne . Peut-être est - ce aussi une baisse du moral de la troupe adverse . Les soldats irakiens sont des gens courageux et exercés - rien ne doit être dit qui puisse laisser penser qu' ils auraient été en la circonstance de mauvais soldats - mais ils sont coupés de leurs bases , leurs liaisons sont mauvaises et ils n' ont pas toujours le ravitaillement qui convient , grâce au travail de ces dernières semaines . De ce fait , on peut comprendre qu' ils soient peut-être un peu , voire très désorganisés .

Pas encore . Elle ne se trouve pas située dans la zone où , pendant les premiers jours de combat , se déroule l' action .

Il y a un objectif , il n' y en a pas deux . C' est de pénétrer sur le territoire du Koweït , et naturellement , de toutes les manières , de front et par des manœuvres enveloppantes , ce qui exige que l' on passe par le territoire irakien , comme le font certaines troupes . Et non pas dans l' objectif d' attaquer l' Irak . Il y a la nécessité d' atteindre les troupes irakiennes qui se trouvent au Koweït ou celles qui , en Irak , se dirigeaient pour porter secours à leurs camarades de combat .

Vous ne m' avez pas posé cette question là .

Elles pourraient y être amenées , mais telle n' est pas I'intention de la France , de ses alliées , et tel n' est pas le mandat des Nations-Unies .

Je croyais avoir dit le contraire . Il y a des troupes qui sont à l' heure actuelle en Irak pour la lutte contre les armées irakiennes qui protègent ou bien qui vont et viennent afin d' assurer la bataille . Cela est nécessaire et chacun le comprend . Si l' on veut tourner le dispositif le plus fort et le plus dangereux pour nos troupes c' est bien de passer à côté . Mais l' objectif n' est pas du tout le territoire irakien . L' objectif n' est pas Bagdad , pour parler simplement .

Je vous répète que l' ordre donné aux armées c' est de libérer le Koweït . Le Koweït n' est pas dans la direction de Bagdad .

L' opinion est libre . Et tout ce qu' a accompli Saddam Hussein au cours de ces années , et surtout au cours de ces derniers mois , laisse beaucoup d' inquiétude . On ne voit pas comment il se corrigerait . Mais , je le répète , notre objectif est simple , je ne vais le répéter , tout le monde l' a compris . Seulement , il faut bien comprendre qu' une guerre perdue , des pertes très lourdes , une destruction de fait , des réserves , des communications , des moyens militaires de l' Irak dans cette bataille voulue par Saddam Hussein - car après tout le Koweït il n' était pas obligé d' aller le conquérir - c' est cela , l' objet même du litige , cela dure depuis le deux août de l' année dernière . Je pense que cette situation - là créerait des rapports de forces nouveaux à l' intérieur de ce pays , et que l' autorité politique , morale n' en parlons pas , et militaire de Saddam Hussein serait gravement atteinte . Mais c' est un effet induit . c' est un effet indirect de la bataille que nous menons .

C' est une question , en effet , qui exige une réponse . Parce que l' opinion publique internationale fait bien de s' interroger là dessus . Voyez - vous , l' Union soviétique a voté avec nous , depuis le deux août , toutes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies . Douze résolutions , nous avons donc été en harmonie constante , rien ne nous a séparés . Certes nous avons adopté , nous , une attitude active . Nous sommes dans le combat militaire , l' Union Soviétique n' y est pas . Et cela ne suppose pas forcément une divergence d' appréciation . J' ai entretenu avec monsieur Gorbatchev des relations permanentes depuis le deux août . Hier encore nous avons parlé ensemble trois-quarts d' heure au téléphone , vers treize heures . On ne peut donc pas dire qu' il y a différend ou qu' il y a eu différend entre nous , là dessus . Il a estimé nécessaire , et sur ce plan là je ne peux que l' approuver , de chercher une autre chance pour éviter la guerre , et d' user de l' influence dont il peut disposer auprès des autorités irakiennes pour les amener sur un plan qui serait plus acceptable que les propositions dont vous vous souvenez à quel point elles étaient insensées . J' ai approuvé cette démarche , je l' en ai remercié . C' est un plan qui nous a été soumis et sur lequel je lui ai fait remarquer , mais je n' ai pas été le seul , d' autres Chefs d' Etat ont été mêlés à cette discussion , qu' il n' était pas assez précis sur quelques points , mais sur quelques points majeurs . Tenez , je vais simplement vous donner un exemple : le délai d' évacuation du Koweït , pour peu que monsieur Saddam Hussein en fut d'accord , en combien de temps les troupes irakiennes évacueraient - elles le Koweït ? Je le répète , discussion majeure , à l' origine certains coalisés disaient 4 jours , la France a proposé une semaine .

Il faut le dire , une semaine qu' est - ce que cela représente ? Les Irakiens sont venus et ont conquis le Koweït en deux jours , ils pourraient rentrer en deux jours . Ils y ont fait des travaux , ils ont emmené un matériel plus lourd , bien que nous ne soyons pas tenus d' avoir pour eux tant de délicatesse . Mais en fait , après avoir consulté tous nos experts et les chefs militaires français et étrangers les plus compétents , 7 jours permettaient sans aucun doute aux troupes irakiennes d' évacuer le Koweït . Tout ce qui serait allé au-delà , comme la dernière proposition de monsieur Gorbatchev et de monsieur Tarek Aziz , c'est-à-dire , le cas échéant , trois semaines , tout cela nous reportait vers la fin du mois de mars , le retour de la saison chaude , un péril supplémentaire pour nos soldats . Or , ce problème , il est posé depuis quand ? Il est posé depuis le deux août , c'est-à-dire bientôt depuis 7 mois .

L' ultimatum pour la guerre , celui qui a marqué la date du 15 janvier , il date du 29 novembre , c'est-à-dire que depuis le deux août , après les premières résolutions du Conseil de sécurité lui demandant de partir , le 29 novembre , fixant un ultimatum au 15 janvier , puis depuis le 15 janvier il y a eu une guerre aérienne de 5 semaines , on a vu ce qui s' est passé . Vraiment , Saddam Hussein a eu tout le temps , des délais , qui rendaient cette guerre menaçante sans qu' elle éclatât , puis réelle , sanglante , destructrice . Voilà des troupes qui sont placées et qui attendent l' heure . Nos soldats vont risquer leur propre vie , et on va faire durer cela ? Non c' était trop tard , nous l' avons dit . Nous avons dit voilà les trois points les plus sensibles . C' est la durée du délai : une semaine , c' est raisonnable . C' est le fait aussi que le cessez-le-feu ne peut pas avoir lieu avant toute autre opération , mais après ou pendant , avant c' est abandonner les moyens dont nous disposons . Et enfin demander que les résolutions des Nations-Unies fussent abolies , effacées , avant même toute autre discussion et tout autre événement , alors que seul le Conseil de sécurité peut dire que ces résolutions ne sont plus valables . Tout cela montre bien que nous avions le devoir moral , politique et militaire d' arrêter là et de dire : si dans les heures prochaines nous n' avons pas de réponse qui convient du dirigeant irakien , alors c' est le dernier ultimatum , nous nous réservons le droit d' entrer en action quand nous le déciderons

Pourquoi les Etats Unis ? Il y a aussi vingt-huit autres nations qui sont associées aux Etats Unis dans cette action , même si les Etats Unis représentent la force principale dans cette circonstance . Il y a bien des conflits moins importants , mais cependant redoutables . Dans d' autres circonstances , au Tchad , qui était là pour soutenir l' indépendance du Tchad en face de son adversaire , sinon la France ? Personne n' est venu l' aider . Personne n' est venu l' aider militairement , j' entends , sauf le Zaïre et c' est tout . En la circonstance les Etats Unis remplissent le rôle principal , et nous l' avons admis . Nous avons fait infléchir certaines décisions . Nous avons lutté pour la paix jusqu' au 15 janvier au soir , à la veille de la guerre . Cela dit , maintenant , lorsque le Conseil de sécurité se réunit et il était réuni depuis déjà huit jours en permanence , il travaille à huis clos c' est peut-être pour cela qu' on en a moins parlé , mais le Conseil de sécurité est convoqué , il peut s' exprimer .

Je crois qu' on ne peut pas se servir de cet argument pour penser que nous avons voulu brusquer les choses . Mais nous ne pouvions pas remettre cette date constamment , alors que la vie et la sécurité de nos soldats sont en cause . Nous ne pouvions pas constamment retarder , retarder jusqu' au jour qui conviendrait à monsieur Saddam Hussein . Nous n' avions pas de raison de nous laisser conduire jusqu' à ce piège .

Allons , voyons , monsieur Bromberger , exercé comme vous l' êtes aux travaux diplomatiques , vous pouvez me poser cette question ? Mais enfin , la paix dépendait de l' acceptation par l' Irak des conditions posées par la déclaration commune des pays coalisés ! Celle qui comportait notamment ce délai de 7 jours . Cette déclaration là , elle ne comportait pas d' équivoque , c'est-à-dire que , si Saddam Hussein disait " je l' accepte " , c' était la paix . Et si c' était la paix , dans l' heure qui suivait nous indiquions à nos chefs militaires qui sont sur place qu' il convenait d' interrompre toute manœuvre militaire qui aurait conduit dans les heures suivantes à l' attaque . Mais si c' était la guerre , cela devait se préparer . Vous n' imaginez pas que nous allions improviser entre 18 h 00 , heure française , hier soir , et deux h 00 du matin , que nous allions improviser des plans de bataille ! Oui , nous étions quelques-uns à savoir que si rien ne s' arrangeait , si toutes les tentatives de conciliation échouaient , si en même temps Saddam Hussein refusait obstinément comme il l' a fait , de respecter les décisions des Nations-Unies , oui , nous savions qu' à cette date , pas exactement à quelle heure , le combat s' engagerait . C' est ce qui s' est produit . Mais comment n' aurions - nous pas préparé la guerre ? C' est une affaire sérieuse .

Mais , monsieur Bortoli , on a lu assez d' articles , on a entendu assez de déclarations déplorant que la France faisait cavalier seul ou affirmait sa différence ? Je ne vais pas vous l' apprendre . Et c' est vrai que la France a affirmé sa différence , et elle a eu raison . Elle affirmait sa différence , notamment lors de son plan de paix du 15 janvier , mais en bien d' autres circonstances . Mais pendant le combat , alors que les soldats sont là ensemble , fraternellement , qu' ils luttent pour la même cause , que la sécurité de l' un commande la sécurité de l' autre , nous allons nous permettre de servir , je ne sais quel jeu de divergence ou d' opposition ? Oui , nous sommes liés , nous sommes alliés , nous respectons nos alliés et nous entendons faire ce que nous nous sommes engagés à faire , comme eux - mêmes l' accomplissent . Après , c'est-à-dire pour le débat de la paix , nous avons déjà dit ce que nous souhaitions , mais nous serons croyez - le , ce que nous sommes , comme nous l' avons toujours été dans notre Histoire . Comme nous l' avons marqué depuis la fin de la dernière guerre mondiale , eh bien nous affirmerons les objectifs qui nous paraîtront les plus justes , et personne ne nous donnera de consigne .

Mais bien entendu , et si j' ose dire , cette guerre a été rendue nécessaire , et pas par nous . Le Président irakien a choisi un mode de suicide politique et militaire il n' a saisi aucune occasion , elles ont été multiples en 6 et 7 mois . Mais dès que nous en aurons fini je l' espère , j' espère vite , il faudra bien parler de l' Irak , il faudra bien que l' Irak vive , il faudra bien qu' il vive en paix , il faudra parler du Koweït , il faudra réparer le mal , il faudra parler du Moyen Orient , il faudra parler des autres conflits , parler du conflit israélo-arabe , il faudra parler du conflit ou plutôt de la situation du Liban , il faudra parler de tout ce qui touche à la paix dans cette région du monde et partout ailleurs . Eh bien , nous le ferons , et la France ne manquera pas de trouver dans sa tradition des propositions riches d' avenir qui montreront bien qu' elle n' a fait la guerre ni contre l' Islam ni contre les Arabes .

Nous sommes d'ailleurs associés , je l' ai dit la première fois , avec beaucoup de pays musulmans et arabes dans cette guerre , et nous montrerons aussi que nous savons être logiques et qu' on ne peut pas réserver à un pays particulier en l' occurrence l' Irak , un traitement aussi dur que celui qu' il subit en oubliant d' agir avec équité lorsque d' autres conflits se proposeront à la négociation .

Je voudrais vous dire un mot pour terminer , et je suis sûr que j' exprime votre pensée , j' exprime celle de tous ceux qui nous écoutent , une pensée pour nos soldats . Au fond , nous les aimons , nous les soutenons , je crois pouvoir dire que nous avons confiance . Dans bien des foyers français il y a des pères , des mères , des femmes , des enfants qui tremblent , qui s' inquiètent . Alors , que l' on sache que le Président de la République pense à eux , les aide , les aidera et entend bien mobiliser la nation , pour que chacun sache qu' au moins nos soldats se sentent appuyés par la France .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
irakiennes
troupes
soldats
résolutions
faudra
irakien
guerre
août
jours
ultimatum
parler
coalisés
militaire
janvier
improviser
paix
combat
opération
bataille
aérienne
date
différend
affirmait
sécurité
retarder
circonstance
délai
allions
divergence
comportait

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact