CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

On risque de voir non pas se multiplier mais se répéter ce tragique exemple . Il faut que les Français le sachent et qu' ils s' unissent au moins pour cela , c'est-à-dire pour considérer qu' ayant la chance d' être un pays homogène en dépit de sa diversité , un pays pacifique , après tant de guerres , un pays uni à ceux qui l' avaient combattu au cours des siècles précédents , il faut qu' ils tendent la main et en même temps qu' ils soient sûrs de lui , qu' ils sortent de leur frilosité , de la morosité , parce qu' on a besoin des Français , dans un monde désormais sans axe , désordonné , qui a perdu son triste état de la veille , qui n' en a pas encore recomposé un autre .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «tragique» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «tragique»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
F. Mitterrand - 15 décembre 1991

_7_sur_7_" ;

C' en était un .

C' est l' un des événements les plus importants du dernier demi siècle . C' est un moment qui prépare le siècle suivant . Le nôtre , le 20 " a vu l' effondrement de tous les Empires , turc , austro-hongrois , russe , soviétique , deux Reich allemands , les empires coloniaux , et il voit maintenant la naissance d' une communauté de 350 millions d' hommes , c' est dire à quel point nous sommes exactement à la charnière de deux époques .

Si cela pouvait l' être !

Comment voulez - vous que ce soit du cinéma ? C' est une assemblée de douze pays , chacun lourd de ses intérêts , de son histoire , de ses passions . Les situations politiques sont diverses et , finalement , hors la volonté de quelques-uns , tout peut à tout moment se défaire . Donc cette volonté , j' ai essayé de la porter au nom de la France .

Non , moi je n' en ai pas douté parce que j' ai cru dans l' engagement du Chancelier Kohl , mais la question pouvait se poser .

On a dit : ils viendront à l' Europe comme ils y sont toujours venus . Est - ce qu' à votre avis leur résistance est due à une vieille tradition isolationniste ou est - ce que c' est plus dû à une volonté idéologique du successeur de Mme Thatcher qui veut se trouver un peu à l' écart de la modernisation sociale en Europe ?

Je crois que les deux choses se confondent . C' est vrai que la Grande-Bretagne a un effort considérable à faire pour sortir des normes de son histoire . Je me souviens déjà de la difficulté qu' il y avait eu pour aboutir simplement à la création du tunnel sous la Manche que j' ai réglée avec Mme Thatcher ! Vous imaginez : avec le tunnel sous la Manche il y a désormais une unité entre les pays du continent , le nôtre , et la Grande-Bretagne .

Et puis , il y a l' idéologie , monsieur Major représente un parti qui est un parti conservateur et qui n' aime pas beaucoup être bousculé .

Je ne peux pas dire qu' il y ait bouleversement , après tout je ne répugne pas à trouver sur de grandes causes de nouveaux concours . Mais en fait le problème de l' Europe sépare deux groupes de partis et ce depuis plus de trente ans , ce n' est pas nouveau .

L' événement est nouveau et considérable , la situation est semblable .

Vous n' avez que des pourcentages en tête ?

Ce n' est pas le problème , mais on ne peut pas fonctionner comme cela .

Bien entendu , et les sondages sont généralement sérieux en France . Moi , je ne perds pas le temps à les contester , mais il ne faut pas en tirer des conséquences excessives .

Le Traité de Rome l' était déjà , j' en suis convaincu . Mais le point d' ancrage de ces douze pays dans une Communauté où ils sont désormais contraints d' agir ensemble dans les domaines les plus importants de l' activité politique , ça c' est irréversible ?

D'abord ce n' est pas la " honte de l' Europe " , c' est le malheur de l' Europe , sa douleur . Ce n' est pas sa honte , parce qu' il n' existait pas , avant Maastricht , une force autorisée en Europe , la Communauté pas plus que les autres , à intervenir dans cette affaire autrement que par la diplomatie qui se révèle assez naturellement impuissante devant la passion des armes .

Dès le premier jour , au nom de la France , j' ai demandé aux Nations-Unies et à la Communauté la création dune force d' interposition entre les combattants , c'est-à-dire entre les Serbes et les Croates . Cela n' a pas été accepté . Cela allait , en effet , contre les traditions juridiques de la Communauté ou des Nations-Unies , qui n' ont pas le droit d' intervenir dans ce qu' on appelle encore les affaires internes d' un pays . Ce sont des affaires internes , puisque ce sont des républiques qui se déchirent . Je regrette que cela n' ait pas été fait . Maintenant , c' est devenu inextricable : où sont les frontières ? Où est le front ? L' idée de front même est dérisoire .

Je pense que l' Europe telle qu' elle s' est constituée avec un embryon de force de sécurité à Maastricht devrait être en mesure au cours des mois prochains de s' organiser pour intervenir à temps . Je l' ai souhaité .

Je l' espère .

Non , ce n' est pas cela . Le corps de brigade franco-allemand peut être très utile . L' embryon de force de sécurité acceptée à Maastricht , c'est-à-dire le début d' une sorte d' Europe de la défense , doit comporter la contribution de tous les pays qui y concourent et pas simplement de deux .

C'est-à-dire que nous avons toujours dit , j' ai toujours dit , que je ne pouvais pas être contre l' autodétermination reconnue par les traités et la Charte de Paris .

Mais encore faut - il que ce choix de souveraineté et d' indépendance se fasse dans des conditions admissibles . Par exemple , le respect des minorités . Par exemple , la délimitation d' une frontière qui ne doit pas être un " piège à guérillas " à travers le temps qui vient .

Oui , des conditions parfaitement raisonnables . Par exemple , la démocratie , le respect des droits de l' homme . Bref , tout un ensemble de conditions qui seront examinées demain , en particulier , à la demande de la France .

La reconnaissance , elle peut aller de soi . Elle présente des risques , surtout celui de ne pas changer la réalité sur le terrain . Mais si elle doit devenir la réalité , alors il faut qu' elle s' inscrive dans l' organisation de l' Europe tout entière et pas comme une aventure entre deux peuples qui se battent et qui sont prêts à recommander .

S' il y en a , je ne m' instaure pas en juge . L' histoire du dernier siècle et d' avant montre que ces ethnies , ces populations , ces peuples différents se sont presque toujours combattus et combattus au sang . Qui a tort ? Qui a raison ? Qui a commencé ? Ne perdons pas de temps à faire cet examen .

Cela vous fait peur ?

En tout cas , c' est normal qu' on se pose des questions .

D'abord , est - ce que vous croyez que c' était si bien que cela ?

Moi , je suis né pendant une guerre mondiale et j' ai fait la deuxième ! Combien de millions de morts ? La deuxième , au moins 20 millions . La première , je ne connais pas le nombre . La France , en tout cas a perdu 1500000 hommes .

Ce n' était pas le rêve ! C'est-à-dire que la cohabitation des Nations était turbulente et meurtrière .

Je ne suis pas contre la Nation , j' aime la nation française , mais je suis très heureux de la voir aujourd'hui accepter - j' espère qu' elle acceptera - de s' imbriquer dans un ensemble pacifique .

Alors vous me disiez : à quoi cela sert ? On s' est fait la guerre pendant des siècles , maintenant , on ne se la fera plus entre ces pays d' Occident qui se sont rassemblés dans la Communauté .

C' était acquis ? Comment , c' était acquis ? On a vécu sous la menace de la guerre atomique , on a eu la crise de Cuba , on a eu la crise de Berlin . A tout moment pouvaient resurgir autour des affaires de Yougoslavie les antagonismes traditionnels et historiques . N' oubliez pas que la guerre de 1914 a commencé là , en Bosnie-Herzégovine , dans un conflit qui a opposé l' empire Austro-Hongrois et l' Allemagne . en particulier , à la Russie , l' Angleterre et la France .

Or , l' effort que nous avons entrepris doit désormais interdire le retour à la guerre , en tout cas entre nous . et c' est un facteur de paix avec les autres .

Eh bien moi , je considère que c' est déjà très important d' offrir cela aux générations nouvelles , en même temps que nous élargissons leur horizon . Que les parents qui nous écoutent pensent à leurs enfants - l' horizon s' élargit . Ils appartiennent à la France , on y est fidèle , on l' aime . Moi , je ne prétends pas être le seul à l' aimer , mais je suis certainement parmi ceux qui y sont accrochés par toutes les fibres de leur esprit et de leur corps . Et je me réjouis de voir la France capable de défendre ses chances dans un ensemble plus vaste , plus fort et qui sera sans aucun doute plus prospère . Nous allons en parler , je l' espère .

L' Europe y contribuera considérablement , mais il restera un vaste domaine national .

L' Europe économique existait déjà , mais c' est vrai qu' on vient de la compléter par une Europe politique , par une Europe sociale et même par un début d' Europe de défense , sans parler du reste .

Tout cela donne à nos contemporains et particulièrement à la jeunesse un immense champ d' action .

Et puis il y a des choses très simples , vous savez , la monnaie , par exemple . La monnaie , cela va se traduire par des effets immédiats considérables dès qu' elle sera mise en route , c'est-à-dire soit en 1997 , soit dernière limite , en 1999 . On ne peut pas imaginer ce que cela peut représenter , les économies que cela va faire pour chacune de nos entreprises , les facilités que cela va apporter à chaque particulier qui voudra circuler , s' établir , pour l' étudiant qui voudra aller dans les universités . Tout sera plus économique . Avec votre chèque , votre passeport , votre carte bleue , vous pourrez aller partout dans cette Europe sans avoir d' autres questions à vous poser . Vous pourrez travailler , vous pourrez réfléchir , vous pourrez discuter et , si vous avez besoin d' assistance , d' être aidé , vous irez dans n' importe quel consulat de n' importe quel pays des Douze , et vous serez protégé .

En signant ce Traité , ce que je ferai bientôt , lorsqu' il sera complètement rédigé , en donnant mon accord au nom de la France , j' ai voulu protéger les Français par un moyen , à mon avis , plus efficace que n' importe quel autre .

C' est une façon de les protéger .

C' est une façon de se protéger .

La première du monde ! La monnaie va devenir la plus puissante du monde . Nous avons , à nous tous , des réserves . Je veux dire que l' Ecu , qui sera la nouvelle monnaie , aura des réserves de change de 1500 milliards de francs , 6 ou 7 fois plus que les Etats-Unis d' Amérique . C' est une monnaie qui sera aussi puissante et , à mon avis , plus puissante que le dollar , puisqu'elle n' aura pas de variations de change , qu' elle sera beaucoup plus stable .

On n' en est pas là .

De la Communauté , il y a une communauté monétaire .

La Communauté existait déjà , mais elle ne disposait pas d' une monnaie unique , comme elle ne disposait pas une banque centrale .

Il faudra que les budgets restent dans des limites de variation ou de déficit compatibles avec la politique générale de l' économie européenne , mais il y a quand même une marge d' appréciation fort importante .

J' attendais de savoir ce que vous alliez en dire .

Originale , audacieuse et utile . Mais enfin ! On ne va pas quand même nous interdire une politique sociale ! Au contraire , on vient d' engager l' Europe sur le terrain social .

Je vous ai dit tout à l' heure qu' il faudra rester à l' intérieur des limites raisonnables , mais en vérité , en 1981 , puisque vous parler de cela - on ne va pas refaire l' histoire , d' autres que nous l' écriront - et d' année en année , jusqu' à aujourd'hui , grâce aux mesures que nous avons prises , l' inflation a constamment baissé . Donc , nous sommes restés dans des limites raisonnables . A un moment donné , en 1982 et 1983 , le déficit de notre commerce extérieur a fait un bon en avant . Il aurait fallu tout de suite , et nous l' aurions fait , réduire cet accident par rapport à nos voisins . Voilà des choses très précises .

Quant à notre budget , notre déficit budgétaire est parmi les plus faibles des pays de la Communauté .

C' est une théorie qui se défend , qui a en effet ses théoriciens , notamment avec Keynes . On peut être séduit par cela . Il ne faut pas avoir une vue exagérément servile à l' égard des théories monétaristes , mais il n' empêche qu' il faut savoir rester dans une juste mesure , sans quoi on risque de tout faire capoter en revenant à un régime d' inflation , et l' inflation , cela . c' est mortel .

Nous sommes à l' heure actuelle le pays des Douze qui a connu la plus faible inflation au cours des dernières années .

Pour la monnaie , il y a 4 critères . Il y a le taux d' inflation , il y a le taux de l' argent à long terme , il y a le taux de déficit budgétaire , il y a le taux d' endettement .

Ces 4 conditions réunies feraient que si on devait créer la monnaie unique aujourd'hui , il n' y aurait que le Luxembourg et la France qui pourraient entrer dans le système .

C' est dire que ce sont les deux politiques aujourd'hui qui ont le mieux protégé , en dépit des difficultés et des plaintes , les intérêts de nos ressortissants .

J' ai dit " pour fixer la monnaie " . Sur le plan de la prospérité qui détermine la contribution de chaque pays à la Communauté , c' est l' Allemagne et la France qui viennent en tête .

Et européennes , oui .

Vous savez , on a décidé cela à Douze . Ce ne sont pas nos préoccupations et nos débats franco-français qui ont orienté cette discussion à Douze .

En vérité , ce vote , dans certains pays , existe déjà . Par exemple , les Français peuvent voter aux élections locales dans des pays comme l' Irlande , la Hollande ou le Danemark .

D' autre part , est - ce que cela ne vous paraît pas normal ?

Nous venons de décider qu' il y aurait une Union européenne . La Communauté a donné à cette Union européenne des pouvoirs importants , des compétences très importantes et les ressortissants de ces onze autres pays qui viendront habiter en France , au bout d' un certain temps devront pouvoir voter . Il va falloir définir une durée de résidence , ce n' est pas encore fait . D' autre part , celui qui votera ici , ne pourra pas voter là . Il n' y aura pas de double vote .

D' autre part , les Anglais , les Allemands , les Hollandais et les Grecs , je ne vais pas les énumérer , les ressortissants des onze pays de la Communauté qui viendront vivre en France , ne vont pas encombrer les urnes .

Il y aura un certain nombre de ces personnes qui apporteront leur travail et leur intelligence , qui vivront depuis longtemps parmi nous , et qui auront droit de participer au vote municipal , local et au vote européen . Européen , c' est la moindre des choses . Je trouve cela normal . Nous avons désormais deux citoyennetés : la citoyenneté française et la citoyenneté européenne .

Voilà pourquoi je ne comprends pas pourquoi vous pouvez faire l' assimilation . On peut le vouloir ou ne pas le vouloir . Il n' y a pas de confusion possible avec la présence des autres étrangers avec qui il n' y a pas de Communauté ; il n' y a pas d' Union France-Maghreb ; il n' y a pas de Communauté France-Amérique latine . Peut-être serait - ce désirable ? Ce n' est pas fait . Il faudra du temps avant qu' on en parle . Union européenne et citoyen européen , France et citoyen français : on ne parle que de cela !

Vous me remettez sur ce problème qui est fort intéressant et fort important , mais ça n' est pas ce problème - là qui est en cause . Il s' agit de savoir si les citoyens de la Communauté européenne auront le droit de vote dans les autres pays de la Communauté . Il ne s' agit pas d' autre chose .

Bien entendu , l' autre discussion se greffera sans aucun doute sur celle que nous évoquons . Ce sera un beau débat et enrichissant , je l' espère .

Je me permets de vous répéter que l' accord de Maastricht ne concerne que douze pays d' Europe . Je n' entends pas mélanger les choses . Quand je soumettrai le Traité de Maastricht à l' appréciation des Français - on en parlera tout à l' heure - à ce moment - là , je ne mêlerai aucun problème de politique intérieure , ni aucune polémique subalterne , ou adjacente . On parlera de l' Europe . On ne parlera pas d' autre chose .

Ils le seront , forcément .

Cela , c' est une affaire de procédure .

Il y aura deux choses à faire pour appliquer en France les accords de Maastricht , c'est-à-dire pour l' Union européenne .

Il y aura , d' une part , sur le terrain que vous venez à l' instant d' aborder , le problème du droit de vote des autres Européens de la Communauté en France , et de même qu' il faudra que les citoyens français puissent voter partout dans la Communauté . Cela nécessitera une réforme constitutionnelle . C' est l' article trois de la Constitution .

Et , d' autre part , il y aura besoin d' une réforme constitutionnelle sur certains transferts de souveraineté . Je vais faire examiner cela par des juristes compétents . Le faudra - t - il ou pas ? Il y a déjà eu des transferts de souveraineté en 1957 , lors de la signature du Traité qui a fondé l' Europe : le Traité de Rome . En 1958 , avec l' arrivée au pouvoir du Général de Gaulle , on ne s' en est pas occupé . On vit , depuis cette époque - là , avec des dispositions qui ne sont pas constitutionnelles .

J' en profiterai pour rattraper le retard et rendre réguliers et constitutionnels les transferts de souveraineté de Maastricht et de Rome .

Non ! Non , je vous l' ai dit , Madame , je ne mélangerai pas les choses . J' ai évoqué des réformes constitutionnelles qui me paraissent utiles lors d' un débat récent et également télévisé . C' est une autre affaire . Cela fera l' objet d' un autre débat qui viendra en son heure en 1992 , je l' espère . Ce n' est pas le traité de Maastricht , ça n' est pas la fondation de cette Europe - là que j' appelle de mes vœux et qui sera si nécessaire et si utile pour la France . Non . Je ne mélangerai pas . Je ne veux pas . Je me répète , mais il est indispensable qu' il n' y ait pas de polémiques subalternes , de batailles entre Français alors qu' il s' agit d' un grand acte qui engage notre nation dans la construction de l' Europe .

Il y a deux choses , deux choix .

. qui peuvent être reliés . Il y a les réformes constitutionnelles et il y a la ratification du Traité en question . Ce sont deux choses différentes qui peuvent être reliées .

S' il y avait un référendum , serait lié . Tout serait accepté en même temps parle peuple , s' il était accepté .

Et il peut y avoir le vote par le Parlement .

Je répète qu' on ne mélange pas Parlement et l' approbation par le peuple . Tout peut passer par le Parlement .

Avant que les traités ne soient rédigés par les spécialistes , vous savez , les spécialistes , dans ce domaine , sont minutieux , si on voulait simplement rattraper les amendements qui ont été adoptés depuis le Traité de Rome , cela ferait déjà un bouquin de 400 pages et il y a tout ce qu' on vient d' ajouter .

C' est un gros travail . On ne l' aura pas avant fin février . Il y a alors les élections régionales et cantonales en France . Il ne faut pas mélanger les choses . Je pense que ce serait plutôt pour avril .

Eh bien , quand j' aurai examiné la question à fond , j' aurai grand plaisir à vous en informer .

Quelques-uns .

Pas encore !

Je suis pour le maximum de débats au Parlement .

Pas plus . Consulter les Français , n' est pas anti-démocratique !

Admettons - le !

Oh oui ! Mais je le regretterai en tout cas . Je pense que c' est l' un des hommes les plus importants dans l' histoire de ce siècle . Il faut imaginer ce qu' a été son œuvre . Il a d'abord libéré ce monde clos , écrasant et froid qu' était le monde communiste . Il l' a libéré , il a ouvert les portes et les fenêtres , et il a été courageux , car lui - même comme à peu près tous les autres était un produit du système .

Donc , je l' admire pour cela , et on lui doit une grande reconnaissance . C' est un homme d' envergure .

Ensuite , il lui faut adapter cette libération à l' explosion des nationalismes qui s' emparent des peuples multiples de ce qui fut l' empire de Pierre le Grand , et aussi l' empire de Staline . Ce n' était pas exactement le même , mais c' était un empire .

Alors , il a apporté cela . Et aujourd'hui il semble vouloir s' identifier à une deuxième cause : la première , c' était la libération ; celle d' aujourd'hui , c' est l' union .

Il veut s' opposer de toutes ses forces à ce que cette Russie d' autrefois , celle de Pierre le Grand , le grand empire soviétique , celui de Staline , éclate en mille morceaux .

Il admet l' autonomie et même la souveraineté des républiques , il voudrait qu' elles gardent un centre , un lien commun suffisamment fort pour que cet ensemble soit cohérent ; quand il ne s' agirait que de la détention de l' arme nucléaire , ce n' est pas négligeable .

Et autrement . A mon avis , il porte le poids du fait qu' il est l' héritier d' un pouvoir absolu qui depuis Lénine s' est constamment succédé à lui - même , jusqu' à Gorbatchev compris , et qu' aujourd'hui , dans le rejet de ces peuples à l' égard du marxisme-léniniste , on a tendance aussi à renvoyer celui qui a su en sortir .

Alors , la proposition d' Eltsine , du Président de l' Ukraine , du Président de Biélorussie , des Républiques slaves et aujourd'hui l' adhésion des Républiques musulmanes , créent un nouvel ensemble . C' est intéressant , c' est important , il ne faut pas détourner notre regard de cette situation . Mais nous ne savons pas encore quel sera le pouvoir suprême qui pourrait harmoniser cette fédération , plutôt cette confédération des républiques anciennement soviétiques .

Je veux dire simplement que ce désir d' un lien entre toutes les républiques de cet immense pays , c' est peut-être - ce n' est pas à moi d' en juger - l' intérêt de ceux qui y vivent , mais c' est aussi , je crois , l' intérêt de l' Europe et du monde . L' éparpillement , les rivalités , les luttes internes , pourquoi pas les querelles locales : va - t - on recommencer l' affaire de la Yougoslavie ?

Je ne suis pas inquiet de nature , mais je suis résolu à affronter tout ce qui peut advenir , et c' est Raymond Aron qui le disait : " Il ne faut pas oublier que l' histoire est tragique " .

C' est justement la question , d' où l' intérêt d' avoir un interlocuteur . Mais si on doit en avoir trois au lieu d' un , eh bien on discutera avec eux , l' essentiel n' étant pas le nombre , l' essentiel étant que l' arme atomique soit contrôlée .

L' actuel président de l' Ukraine m' avait averti il y a déjà un mois qu' il ne céderait pas sur ce qu' il possède en Ukraine , ni au bénéfice de l' Union , ni au bénéfice de la Russie .

Non , ils accueillent assez fraîchement le fait de réunir à Washington des pays qui sont déjà en contact quotidien pour organiser l' aide humanitaire aux pays de l' ancienne Union soviétique . Les pays d' Europe à l' heure actuelle contribuent beaucoup plus que les Etats-Unis à cette aide .

Alors naturellement , tout d' un coup , la demande du Président Bush d' aller se réunir à Washington pour coordonner ces efforts me paraît un peu superfétatoire . C' est d'ailleurs ce que j' ai expliqué au Président Bush auquel j' ai téléphoné il y a une heure . J' ai dit : mais pourquoi ? Ce n' est pas indispensable , cela va nous retarder .

Il trouvait que ce n' était pas mal , mais il a été comme d' habitude extrêmement aimable . Ce qui est important , c' est que ce soit efficace , et naturellement à partir de l' Europe on voit mieux ce qui se passe à côté de chez nous qu' avec 5000 kilomètres d' océan entre nous .

Il s' agit de parler strictement de ce problème de la dévolution du nucléaire dans l' ancienne Union soviétique . Il ne s' agit pas de parler de désarmement . Gorbatchev a accepté , je crois que les Présidents des Républiques sont prêts à accepter . John Major a accepté et m' en a reparlé à Maastricht avec beaucoup d' insistance . Mais monsieur Bush n' a pas encore répondu favorablement .

La petite Europe des Douze , c' est la grande , et la grande Europe des autres , c' est la petite ! Vous voyez comme les choses sont faciles à comprendre ! En réalité , chacun des Etats existants , ou en train d' exister , a besoin de la Communauté . Naturellement certains sont prospères - la Suède et l' Autriche - qui vont venir dans la Communauté dès 1993 . Mais pour la plupart des pays qui appartenaient à l' Europe du centre et de l' Est , ce sont des pays ruinés . Il faut que la Communauté s' en occupe . Nous avons de fortes relations avec eux , mais ils ne peuvent pas comme cela , d' emblée , se soumettre à toutes les contraintes de la Communauté , ils achèveraient de se perdre .

C' est ce que je souhaite , c' est ce que j' ai demandé .

Je l' ai déjà appelée comme cela . C' est un vœu que j' ai exprimé le 31 décembre 1989 , pour 1990 . J' avais demandé la création d' une confédération entre tous les pays de l' Europe , dès lors qu' ils seraient les uns et les autres démocratiques . C' est ce qui est en train de se produire .

Mais je redoute un peu la puissance de la Communauté avec ses 340 millions d' habitants et sa puissance économique , et d' autre part , l' espèce de pauvreté , d' isolement dans lesquels se trouve chacun des autres pays de l' Europe .

Il faudrait que tous se rassemblent , à égalité de dignité , pour discuter en commun des intérêts communs .

C' est une expression qui a le mérite d' être frappante , mais elle n' a pas beaucoup de sens . Qui crée le mur de l' argent ?

Non , il faut que ces pays - là soient en mesure de supporter l' adhésion à la Communauté . Vous savez ce que cela représente ? Vous savez que tous leurs marchés seront envahis , sans la moindre limitation puisqu'il n' y aura plus de frontières , par les produits européens de l' Ouest qui sont infiniment plus puissants . Il ne leur restera rien ! Il faut aménager les étapes , c' est ce que nous sommes en train de faire .

Mais sur le plan politique en revanche , il n' y a pas d' obstacle , et moi je suis prêt à traiter toute forme de communauté élargie ou de confédération .

Comme vous avez pu le constater , cela va et cela vient . Moi , ce n' est pas mon problème , je mène une politique , on jugera aux résultats .

Ma tâche consiste - au total de mon action , pendant ma présence à la tête de l' Etat - à faire que les Français , même s' ils en doutent parfois , pas toujours , se sentent mieux protégés , mieux assurés , que leur place soit plus forte et plus grande dans le monde , en Europe , et que les droits fondamentaux soient respectés .

Je vous dis : qu' est - ce que c' est que cette " sinistrose " ? Que n' importe quelle personne honnête regarde , si elle dispose d' un atlas ou d' une mappemonde , le globe terrestre , et cherche avec son doigt un pays où il y a plus de libertés qu' en France , un pays davantage protégé désormais par la paix , c'est-à-dire par la sécurité , un pays où chaque citoyen dispose de plus de sécurité - pas assez sans aucun doute , il y a des malheurs , il y a encore des millions de gens - je n' en ferai pas l' estimation - qui souffrent - mais par rapport à la marche du monde , nous nous trouvons , je le dis hautement , sans crainte d' être démenti , en cette année 1991 , malgré tout ce dont nous souffrons , parmi les pays du monde qui vivent avec les meilleures garanties .

Alors la " sinistrose " , je la mets de côté . En revanche , l' opinion des Français sur la politique que nous menons , après tout ils ont le droit de ne pas être d'accord . J' espère qu' ils ne seront pas toujours en désaccord , j' espère qu' ils seront vite rassurés , mais ça c' est une autre affaire .

L' opinion sur la politique : il y a un certain doute , mais ce doute est dû surtout au fait qu' après avoir cru à la croissance pendant deux à trois ans , d' un seul coup , nous est venue , surtout d' Amérique , il faut le dire , la mauvaise nouvelle selon laquelle on était non pas en train de replonger , mais que tout se ralentissait , que cela ne marchait pas : les échanges diminuent , les entreprises ont beaucoup de peine à boucler leurs affaires , donc elles se défont d' un certain nombre de travailleurs , d' où l' accroissement du chômage partout .

On va y venir . Ce que je veux vous dire c' est que la France , par exemple en augmentation de chômage , pour ces dernières années , a beaucoup moins souffert et Dieu sait si elle souffre , si les travailleurs souffrent , que les principaux pays concurrents .

Donc je crois qu' il faut que les Français comprennent que mon intention , c' est de tenir bon , c' est de mener une politique jusqu' au résultat qui sera jugé par les électeurs le jour venu . Je ne débraye pas ! Je reste , non pas sûr de moi , ce serait excessif , mais sûr de la politique menée , et j' entends rester absolument impassible , sans être influencé ni par les sondages , ni par ce que j' entends et par ce que je vois tous les jours dans la presse .

Oui , c' est vrai .

Oui , mais pas seulement . La réalité vaut mieux que la perception , mais pour les responsables politiques , la perception pourrait mieux valoir que la réalité , c' est ce que je ne veux pas .

Ce que je veux , avec le gouvernement , c' est travailler sur les choses sérieuses . C' est dire aux Français : " on est en train de bâtir un système qui vous protégera contre la guerre , contre la pauvreté , et contre l' insécurité , et si vous voulez bien juger avec sang-froid , en dehors des passions et sans vous laisser entraîner par cette sorte de vague à l' âme qui s' empare assez souvent de notre peuple , vous verrez bien que face à la carte du monde , la France se défend bien " .

Naturellement .

Sûrement .

Vous avez raison , cela compte certainement beaucoup dans la triste opinion qu' ont les Français , à l' égard de la plupart de leurs dirigeants . C' est vrai .

Cela est dû au fait qu' on a vu surgir beaucoup d' affaires à caractère scandaleux . Permettez - moi de vous dire , le scandale n' a pas spécialement choisi les rangs d' un camp plutôt que les rangs d' un autre . La malhonnêteté fleurit à mesure que se développent les pouvoirs , et même les lois de décentralisation , auxquelles je tiens tant , et qu' il faut développer , permettent désormais à beaucoup de gens de ne pas respecter les règles de la démocratie . J' en conviens .

C' est sûr , et les Français ont raison d' être très sévères là dessus je voudrais quand même réparer quelques injustices . Voyez par exemple , l' un des faits qui ont le plus compté dans cette démoralisation publique , c' est ce qu' on a appelé la loi d' amnistie de 1990 .

La perception montre que c' était une erreur . Mais la réalité , et je vais vous surprendre , j' en suis sûr , et tous ceux qui m' écoutent aussi , c' est qu' il n' y a pas eu de loi d' amnistie pour les Parlementaires . Il n' y a pas eu de loi d' amnistie pour les Parlementaires !

S' il y a eu loi d' amnistie en 1990 pour les exécutants d' un certain nombre d' opérations contestables , précisément un amendement a exclu les Parlementaires de cette disposition et c' est pourquoi je l' ai acceptée . Pendant trois mois je l' ai refusée et quand j' ai vu que les Parlementaires en étaient exclus , alors j' ai pensé que cela devenait juste , mais en réalité tous les Français sont convaincus que les Parlementaires se sont auto-amnistiés .

Ils ont pensé ce que vous venez de dire : pour les petits la loi est rude , mais les puissants elle ne les touche pas .

Je peux vous dire , responsable que je suis de la France , que si tel était le cas , je me rangerais à la loi du plus grand nombre et je ne supporterais pas cette injustice .

Vous ne pouvez pas dire cela .

On a fait beaucoup de pourcentages , de statistiques . En vérité le chômage s' est beaucoup moins accru en France qu' ailleurs , cela ne veut pas dire qu' en France ce soit agréable . Il est tragique qu' il y ait deux millions 800000 chômeurs . C' est tragique en Allemagne , c' est tragique aux Etats-Unis , c' est tragique en Angleterre . Partout c' est insupportable , et l' une des raisons qui ont voulu que je me batte pour l' existence d' une Charte sociale pour l' Europe - c' est moi qui l' ai proposée le premier - en même temps qu' une monnaie unique , qu' une économie communautaire , c' est parce que nous allons économiser énormément sur les coûts , nous allons organiser une compétition , les investissements vont pouvoir beaucoup plus aisément se multiplier . J' espère que nous y parviendrons , à condition qu' il y ait une reprise américaine , on l' annonce quand même pour 1992 , même si c' est un peu tard . De plus avec une formation des jeunes accélérée , ce que fait le Gouvernement d' Edith Cresson , - croyez - moi , comme personne ne l' a fait avant elle - je crois que nous " sortirons du trou " .

Mais vous devez bien imaginer que cela , c' est le souci , je dirai même , le seul , qui me ronge . Je voudrais rendre justice à ces hommes et à ces femmes qui désespèrent , parce qu' ils n' ont pas d' emploi . Tout est fait pour cela .

J' ai confiance dans le résultat . J' ai dit " on jugera au résultat " . Mais je crois pouvoir dire que pour beaucoup d' autres raisons il n' y a pas lieu de désespérer des capacités économiques de la France qui se trouve parmi les pays les mieux portants du monde .

J' espère que cela finira par se répercuter sur l' emploi . Il faut dire aussi que c' est le progrès technique qui a accéléré cette perte de l' emploi , parce que l' arrivée de machines extrêmement sophistiquées , a fait que les grandes industries lourdes ont jeté à la rue des milliers et des milliers , des centaines de milliers de gens qui n' étaient pas préparés aux métiers nouveaux .

Cela fait trente 5 ans que c' est comme cela et cela fait 10 7 ans que cette crise est devenue visible à cause du coût du pétrole et du coût du dollar . Cela est allé constamment dans le sens du chômage , avec une réduction du pourcentage à mesure que le temps passait , mais beaucoup trop . Et c' est vrai que depuis 10 ans , j' ai eu de très bons Ministres de l' Economie et des Finances , d'ailleurs très cotés dans l' opinion publique , qui n' y sont pas parvenus , parce que la France toute seule sur le plan de l' économie ne peut pas vaincre les pesanteurs . C' est pourquoi la France n' est plus seule et j' espère pouvoir dire aux Français que finalement mon travail aura été utile . Je l' espère et en tout cas je me bats .

Vous savez , je ne suis pas omniscient comme on pourrait le croire , je n' ai pas toutes les puissances comme on le dit , comme je le vois répéter un peu partout d' une façon un peu enfantine , ridicule .

Ce dont on ne doit pas douter , c' est que toutes mes journées et toutes mes heures de travail - il y en a beaucoup par jour - sont orientées vers cela . Je voudrais que les familles , je veux que les entreprises soient en meilleur état que lorsque je les ai trouvées , qu' au bout du compte , cette crise s' achève . Y croyez - vous ? Moi , j' y crois beaucoup en tout cas .

Entendre les conservateurs se plaindre du conservatisme , il y a quelque chose qui rappelle certaines républiques d' Ubu Roi .

Ecoutez . c' est peut-être vrai . Mais la formation et l' éducation , c' est considérable . Mais l' absence de perspective existe quelquefois , en effet . Il y a un tel besoin chez nos contemporains de trouver une foi , de préciser un idéal , tant de choses importantes et qu' on oublie trop souvent dans les sondages , c'est-à-dire le bonheur d' être ensemble , la famille , l' amitié dans le village ou dans le quartier , tout cela compte , et puis l' entreprise .

Non , mais l' État peut y contribuer par de meilleurs équipements , un peu moins d' heures dans les métros ou dans les transports , un peu moins d' embouteillages dans Paris , et puis une plus grande sécurité , une sécurité sociale sûre de répondre aux exigences qui sont celles de la population .

Je la protège , vous savez , cette sécurité sociale , au maximum . Je ne veux pas qu' on lui porte atteinte , et je vois certains programmes des partis conservateurs qui seraient tout prêts de recréer la médecine des pauvres et la médecine des riches . Ceux - là me trouveront toujours devant eux .

Cela peut se discuter , mais l' État providence pour tout , bien entendu , moi je ne suis pas de ceux qui y croient . Je suis de ceux qui croient absolument à la nécessité de l' intervention de l' État pour empêcher les méfaits et les crimes d' une société qui se dirait libérale simplement parce que les plus forts auraient eu le droit d' écraser les plus faibles . C'est-à-dire les sociétés qui existent dans certains pays occidentaux où on compte les pauvres démunis de toute protection sociale par dizaines de millions . Ce n' est pas le cas en France , même s' il y a trop de cas douloureux .

Cela , c' est une théorie qui ne me plaît pas . Et je tiens absolument à dire que ceux qui s' inventent maintenant des programmes nouveaux , c' est un peu pour séduire et pour plaire . Moi je ne cherche pas à plaire . Je suis , je l' ai déjà dit , au travail . Je suis responsable . On me jugera à la fin . Mais je n' ai pas l' intention de distribuer des promesses . Je crois qu' on en a quelquefois souffert .

Je suis très heureux qu' elle parle comme moi , je n' en ai jamais douté .

Oui , c' est injuste pour elle , c' est sûr . Mon opinion , c' est que c' est très injuste . Elle travaille , elle lutte , elle a une énergie farouche , elle a le souci des Français . Mais évidemment comme elle a été chargée de faire ce qui n' a pas été fait , qui est difficile à supporter , elle en paie le prix . Cela durera ce que cela durera . Mais elle est capable , je crois , de mener le pays vers un meilleur horizon .

A l' impopularité . De toute manière les gouvernements ont une fin .

Je dois en tenir compte , mais pas au point de renverser l' ordre des facteurs , de préférer l' apparence à la réalité . C' est la réalité qui compte . Si l' apparence est déficitaire , il faut essayer de mieux s' expliquer . J' essaie de le faire avec vous . Je ne sais pas si j' y parviens .

Naturellement , il faut qu' il la gagne , il faut qu' il la mérite . Cela ne tiendra pas seulement aux " flonflons " et aux débats publics . Cela tient à la qualité du travail , et je voudrais continuer comme cela . Et je vous garantis que j' ai bien l' intention de continuer la tâche que j' assume avec pour objectif ce que je viens de définir et qui a un centre absolu : le sort des Français .

Et si j' ai contribué à faire , bien entendu après d' autres , et avec d' autres , l' Europe , c' est dans cette intention et dans cette volonté .

Vous voulez qu' on fasse maintenant le Gouvernement futur ? Quelles sont vos suggestions ?

Qu' est - ce que vous voyez comme Ministre des Sports ? Comme Secrétaire d' État .

Écoutez , Jacques DELORS est un remarquable président de la Commission Européenne , il a été un très bon Ministre de l' Économie et des Finances au début de mon premier septennat , c' est un homme parmi les plus qualifiés en France , mais il ne m' appartient pas de décider de son futur aujourd'hui avec vous . De toute manière , croyez - moi , il sera très utile à la France , où qu' il soit .

Cela , c' est la réforme constitutionnelle . Il est normal que les Français sachent combien de temps un Président peut rester à son poste , et c' est vrai qu' on a greffé en 1988 une situation nouvelle sur un mandat , traditionnel en France , mais avec des institutions tout à fait changées depuis le début de la IlIème République jusqu' à la Vème République . Ce mandat est de 7 ans . Et puis , ma réélection - le Général de Gaulle lui - même avait été réélu , donc ce n' est pas moi qui l' ai inauguré - a fait tout d' un coup une projection formidable : ce n' est pas sept , mais quatorze ans !

Quatorze ans , c' est vrai , je l' ai dit partout , cela peut paraître long , y compris à celui qui est Président de la République . C' est long . Et je pense qu' il serait bon de pouvoir prévoir une durée constitutionnelle qui ne projette pas sur une aussi longue distance l' élection et la réélection .

Voilà , c' est tout . Et comme l' opposition en parlait beaucoup , je me suis permis de lui dire : vous avez raison .

Et depuis qu' elle sait que je lui donne raison , elle n' en parle plus ! Si bien que j' en arrive à me demander si , après avoir tant discuté de droit public , de droit constitutionnel , si noblement des institutions , au fond , elle n' avait pas qu' une idée en tête , c' était que moi , je m' en aille !

Non , non , ce n' était pas du tout cela , ce n' est pas qu' ils ont rebondi . Je me demande si le débat qu' ils avaient engagé et qu' ils ont abandonné depuis lors , depuis que j' en ai parlé , avant mon intervention chez un de vos confrères , si ce n' était pas en réalité des simagrées pour signifier simplement qu' ils étaient pressés de se mettre à ma place !

Remarquez qu' ils sont plusieurs à avoir ce type de souhait et de réaction . Je ne sais pas comment ils s' arrangeront ! Ce sont les Français qui trancheront .

Mais après , en effet , - je m' en doutais , je ne suis quand même pas tout à fait innocent - , ils ont dit : mais alors , si c' est 5 ans , si c' est ceci , si c' est cela , est - ce que vous l' appliquerez à vous - même ?

En effet , je suis maître de ma décision . Mais croyez - moi , j' alignerai ce que je crois être la morale d' une décision sur la réalité politique . Mais il n' empêche que mon droit , c' est d' être là où je suis pour le temps où j' ai été élu .

Cela vous a intéressée ? Très bien , je suis content .

Oui , c' est vrai .

Je vous ferai connaître ce choix , mais pas ce soir , parce que je le dois aux Français et , aussi importante que soit la chaîne où nous nous exprimons , aussi sympathique que soit mon interlocutrice , c' est aux Français dans leur ensemble que je le dois . Vous me comprenez bien . Donc , je m' exprimerai en temps utile , n' ayez pas d' inquiétude .

Seulement , en vérité les réformes que j' ai proposées ne se réduisent pas à la durée du mandat présidentiel . C' est l' aspect sensationnel , c' est un peu du théâtre , mais j' ai dit aussi une réforme judiciaire , des réformes législatives , également une réforme du référendum . Cela forme un tout , car il faut démocratiser nos institutions .

De toute manière , je respecterai la Constitution .

C' est déjà beaucoup !

Comment , c' est la moindre des choses ? Je connais pas mal de mes prédécesseurs qui ne se sont pas du tout soucié de cet aspect des choses !

J' ai parlé du mode de scrutin à diverses reprises . J' en ai parlé le 14 juillet dernier . Je visais les élections locales , c'est-à-dire départementales , Conseils Général et Régional .

Je trouve le système actuel très injuste .

Il y a , disons , deux groupes d' opinion en France . On appelle cela la droite et la gauche . Cela porte des noms , selon les temps et les circonstances , depuis qu' il y a une République , c'est-à-dire au moins deux siècles . Bon . Mais on voit bien ce que cela veut dire : ceux qui sont plutôt partisans du progrès et ceux qui sont plutôt partisans de maintenir les choses en place .

Il n' est pas normal , dans un pays aussi évolué que la France , où ces groupes , généralement , s' équilibrent , que dans les Régions , il y ait 20 Régions qui aillent aux partis conservateurs et deux Régions - ce qui est le cas jusqu' ici , en Métropole - qui aillent aux partis de progrès . Ce n' est pas normal qu' il y ait 25 - c' est à peu près le chiffre - Départements pour les gens de progrès et 75 - j' arrondis - pour les gens de la conservation . C' est que cette loi électorale n' est pas juste . Donc , j' estime qu' il faudra un jour ou l' autre la changer .

Oui , il y a des réticences . D'ailleurs , à mon avis , il n' y a pas de majorité parlementaire pour cela . Cela n' empêche pas que le problème doit être posé à l' opinion .

Je pense , je ne l' assure pas , je pense qu' il n' y a pas de majorité parlementaire pour ces deux .

Laissez - moi aller au bout de mon propos ! Je veux être clair .

De toute manière , les procédures ne seront pas changées avant les élections qui auront lieu au mois de mars . Il n' y aura pas de session consacrée à ce sujet , d' ici la session normale du moins d' avril . Donc , ce sera comme cela . Mais cela n' empêche pas que c' est injuste .

Quant aux élections législatives , c' est une autre affaire .

J' ai approuvé l' intention qu' avait le Premier Secrétaire du Parti Socialiste , avec lequel j' ai des relations particulièrement amicales , de réformer le mode de scrutin .

Il s' est rendu compte qu' il n' y avait pas non plus de majorité pour cela et il a porté l' examen de ses projets pour plus tard , c'est-à-dire également à partir de la session d' avril , c'est-à-dire déjà un peu tard . Je ne peux pas , moi , me substituer aux partis politiques , ce n' est pas mon rôle . Posez - leur la question . Quand ils vous auront répondu , vous pourrez , si vous voulez bien , m' interroger à nouveau .

Mais non , Madame , c' est toujours comme cela ! En 1958 , le mode de scrutin a été changé deux ou trois mois avant les élections . Il ne faut quand même pas raconter d' histoire ! Les modes de scrutin ont quelquefois changé en France et ils ont changé dans le cadre de la démocratie .

Cela dit , pour cette fois - ci , j' ai le sentiment que la majorité parlementaire , qui se recrute un peu partout , ne souhaite pas retoucher le mode de scrutin actuel . Alors , on verra bien .

Elle ne souhaite sûrement pas voir entrer des Députés de cette nuance à l' Assemblée Nationale .

Etes - vous sûre qu' ils n' entreront pas de toute manière ? Etes - vous sûre qu' il n' y aura pas des accords entre le Front National et les autres partis de droite ?

Qu' est - ce qui peut le garantir ? Quand on présente des candidats aux Français , les Français votent comme ils veulent , quels que soient les modes de scrutin , et croyez - moi on n' a pas de députés quand on n' a pas d' électeurs .

Quand on a des électeurs , on a des chances d' avoir des députés . Je ne sortirai pas de ce théorème .

Certainement .

Ceux qui ne voudront pas gouverner , je n' irai pas les chercher . Permettez - moi de vous le dire , on en trouve toujours .

Vous me posez des questions , que vous ne devriez pas me poser . Je ne suis plus le premier responsable du Parti Socialiste . Disons que vous demandez un avis d' expert .

Et du Président de la République !

Affectif : j' aime les Socialistes , ce sont mes amis , il y a toujours eu parmi eux des gens qui ont contesté mon action , et d' autres qui l' ont approuvée . Le plus grand nombre l' a approuvée .

Je reste fidèlement leur ami . Je suis convaincu qu' ils ne sont pas à bout de souffle , simplement ils sont au terme d' une étape , et ils ont besoin aujourd'hui de considérer celle qu' ils vont commencer .

Hier soir , j' ai reçu à l' Elysée celui qui portait la flamme olympique . C' était des jeunes rayonnants et sympathiques . C' était la vie même qu' ils portaient là quand ils sont venus me voir à l' Elysée . Ils avaient fait pas mal de distance .

Je leur ai dit : jusqu' où allez - vous ? " On va jusqu' à la Défense " . Quand ils sont arrivés à la Défense , ils ont été certainement très contents de passer le relais , la flamme à d' autres .

Les socialistes n' ont pas envie de repasser le témoin à d' autres partis politiques pour gouverner la France . Ils ont besoin de prendre le moment de la réflexion et de faire autre chose que ce qu' ils ont fait jusqu' ici . Vingt ans c' est une génération , c' était la mienne . Maintenant il faut faire autre chose , eh bien j' espère qu' ils auront l' esprit assez alerte .

C' est à eux de le dire .

Qui a dit cela ? Quel esprit assez léger a pu prononcer ces paroles ?

Je me souviens en tout cas , en tant que responsable , que je porte avec moi ce que je puis porter de sécurité des Français et d' avenir de leur pays , de notre pays . Je me souviens d' avoir dit : voilà , nous sortons d' un ordre , il était détestable . C' était l' ordre stalinien . Quelle chance , ces peuples vont ainsi respirer . Les individus , les particuliers , les citoyens vont redevenir des hommes et des femmes libres , quelle chance ! Mais nous entrons dans un désordre , entre le moment où cet ordre détestable s' en va , détestable mais pour certains rassurant et auquel ils s' étaient habitués depuis quarante ans , et ce qui va naître . C' est une période d' incertitude où s' accumulent les craintes et les peurs .

Vous voyez surgir partout , chez tous les peuples aujourd'hui libérés des aspirations contradictoires . Chacun veut affirmer ce qu' il est , à l' intérieur de chaque petit groupe , et à l' intérieur de chaque petit groupe apparaît un sous-groupe qui en veut davantage . C' est sans doute dans l' esprit de l' homme que de s' affirmer ainsi soi - même . Mais ce nouvel ordre il faudra qu' il naisse , il ne va pas naître tout de suite . La Communauté Européenne , ce qu' elle a fait à Maastricht , et je crois y avoir contribué , a déjà apporté un élément de réponse . Il en faudra d' autres .

La Yougoslavie est l' exemple de ce qu' il ne faut pas faire mais de ce que l' on fait . On risque de voir non pas se multiplier mais se répéter ce tragique exemple . Il faut que les Français le sachent et qu' ils s' unissent au moins pour cela , c'est-à-dire pour considérer qu' ayant la chance d' être un pays homogène en dépit de sa diversité , un pays pacifique , après tant de guerres , un pays uni à ceux qui l' avaient combattu au cours des siècles précédents , il faut qu' ils tendent la main et en même temps qu' ils soient sûrs de lui , qu' ils sortent de leur frilosité , de la morosité , parce qu' on a besoin des Français , dans un monde désormais sans axe , désordonné , qui a perdu son triste état de la veille , qui n' en a pas encore recomposé un autre .

Voilà pourquoi fédération , communauté , confédération , oui il faut retrouver le sens de l' histoire . Mais il faudra du temps et de la peine . Je suis sûr que les Français obscurément s' inquiètent de cela , ce qui peut-être , accroît leur souci .

Je ne peux pas les rassurer sur tout . Je peux au moins leur dire que là où je suis , à côté d' eux , avec eux , et pour eux , mon seul souci sera d' assurer cette sécurité dans un ordre revenu , pour l' Europe , qui sera l' ordre de la liberté .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
tragique
républiques
espère
pourrez
empire
monnaie
État
scrutin
amnistie
mélangerai
sinistrose
faudra
confédération
jugera
vote
perception
réalité
choses
constitutionnelles
ressortissants
détestable
protégé
sûre
désormais
souveraineté
changées
suis
parlera
embryon
douté

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact