CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

La proximité des élections législatives me dissuade de convoquer une session extraordinaire . Une nouvelle saisine serait examinée par la nouvelle Assemblée .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «gauche» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «gauche»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
F. Mitterrand - 8 février 1993

_monde_" ;

Clore un chapitre douloureux de nos relations avec le Vietnam , Ouvrir un nouveau chapitre . Aider au déblocage de la paix au Cambodge .

Nuançons . Si le volet militaire du plan de paix n' est pas appliqué , du fait des Khmers rouges , en revanche le retour des réfugiés et la préparation des élections - dont la date est fixée au 23 mai prochain - , les deux autres volets du Plan , se déroulent dans de bonnes conditions .

Les conversations que j' aurai à Phnom Penh , notamment avec le Prince Sihanouk me permettront de mieux juger la situation et d' examiner Si une nouvelle initiative française est souhaitable dans la ligne et l' esprit des Accords de Paris dont la France est avec l' Indonésie , la garante .

Qui est ce " on " ? Après la mort de Tito et la chute du communisme , les passions ethniques ancestrales ont repris le dessus . Je me réjouis de la disparition de l' ancien système . J' abhorre la guerre actuelle et ses atroces conséquences . Puisque les peuples de l' ex-Yougoslavie n' ont pas eu la sagesse de gérer autrement leur liberté nouvelle , les institutions internationales auraient dû fixer le droit avant de procéder à la reconnaissance des Républiques issues de l' ancienne Fédération .

Le drame était difficilement évitable . Mais il aurait fallu en avoir claire conscience . J' ai toujours pensé , dès la première discussion qui a eu lieu au Conseil Européen de juin 1991 , qu' il fallait d'abord déterminer les règles de droit et assurer la sauvegarde des minorités , sous la garantie de l' ONU , de la CSCE et de la Communauté Européenne . Robert Badinter qui en avait eu l' idée a très vite obtenu l' accord des Européens sur l' initiative française d' une Cour d' arbitrage capable de prévenir et de régler les conflits . Malheureusement le fait accompli a imposé sa loi .

J' approuve le Plan Owen-Vance , même si j' admets qu' il puisse être modifié . Il n' y a pas de réponse idéale à ce type de problème .

Si le Plan Owen-Vance était écarté au Conseil de Sécurité , la France resterait attachée aux principes qui l' inspirent un seul Etat bosniaque , des structures internes souples et autonomes , un consensus entre les trois communautés pour les affaires communes .

La France n' a pas été et ne sera pas anti-serbe . Elle est et sera anti-torture , anti-camp de concentration , anti-guerre d' expansion . C' est tout .

Ils ont quand même accepté le plan soumis à la Conférence de Genève , quitte à en contester certaines modalités . Les Serbes de Bosnie ont sûrement rêvé d' un Etat dans l' Etat . Mais la perspective d' une guérilla permanente et la pression internationale leur ont donné à réfléchir .

La Bosnie le désire - t - elle ?

Cette voie n' est pas fermée .

La France n' engagera pas d' opération militaire . Elle appliquera les décisions du Conseil de Sécurité .

A protéger nos soldats membres des forces des Nations-Unies . Ils sont plus de 4700 , le plus fort contingent de tous les pays du monde . Onze d' entre eux sont morts pour la paix .

La France a toujours souhaité que les missions humanitaires fussent militairement assistées , notamment celles qui auraient pour mission d' ouvrir les camps de prisonniers .

Nous avons multiplié les initiatives pour sauver Sarajevo de la ruine et de la mort nous continuerons .

Je vous répète que nous appliquerons les résolutions des Nations-Unies .

Mais l' embargo , nous y prenons part ! Simplement , nous constatons que c' est une chemise trouée et nous ne voudrions pas que la Bosnie fût la victime d' une mesure prise pour la protéger , ce qui serait le comble alors que ses adversaires se procurent aisément les armes dont elle est privée .

Deux . La première consiste à obtenir des Nations-Unies qu' elles augmentent de 700 à 5000 le nombre des soldats de la paix à la frontière serbo-macédonienne . Mieux vaut prendre les devants . La deuxième vise à ce qu' un arbitrage arrive à concilier les points de vue grec et macédonien sur le nom du futur pays , qui n' a droit aujourd'hui qu' à l' appellation de " Ex-république yougoslave de Macédoine " .

Non , bien sûr . C' est là que l' imagination des diplomates s' exerce . et la bonne volonté des deux pays intéressés . Les choses avancent malgré tout .

L' échec des institutions internationales dans l' ex-Yougoslavie serait comme un laissez-passer accordé à toutes les ethnies d' Europe qui se veulent souveraines et donc à l' éclatement de la plupart des Etats existants . Ou bien , en sens inverse , il serait compris comme une invitation aux puissants d' étouffer par la force les particularités et le besoin d' autonomie . Dans les deux cas la contagion détruirait pour longtemps toute chance de voir un jour l' Europe se construire sur des bases démocratiques , de devenir ce à quoi nous aspirons : l' Europe unie .

Nous avons choisi l' unité pour la paix , nous aurions l' anarchie et la guerre !

L' Europe bouge dangereusement , c' est sûr . Mais cela vaut mieux que la fixité antérieure , celle de la guerre froide , avec sur la moitié de notre continent l' hégémonie d' une dictature , d' un système totalitaire qui niait , qui tuait la liberté , qui assassinait des millions d' être humains .

C' est une révolution que celle de la liberté ! Et une révolution n' est jamais tranquille . Notre espoir est dans la volonté des pays de la Communauté de fortifier leur union pour le progrès et pour la paix . Le Traité de Maastricht déjà ratifié par 10 pays sur douze qui le sera , je le crois , bientôt par les deux retardataires et que verra trois ou 4 autres pays les rejoindre cette année ou l' année prochaine , sera le point de rassemblement de l' Europe en mouvement dont le sort se jouera entre l' attraction de l' unité et celle de la dispersion .

L' autodétermination est un droit reconnu par la société internationale . Mais de même que la liberté de chacun ne peut aller jusqu' à nuire à celle des autres , l' autodétermination , qui est une façon d' accéder à la vie internationale ne peut aller jusqu' à la promotion au rang d' Etats souverains d' entités qui seraient incapables d' assurer la sécurité des citoyens , d' entretenir les services publics , de donner à la vie collective les moyens dont elle a besoin . L' expérience des siècles , l' héritage culturel , la réalité vécue permettent d' authentifier les aspirations nationales . Au demeurant toute communauté originale doit pouvoir vivre selon ses normes et dans des structures autonomes ou fortement décentralisées .

Oui , je considère que l' apport le plus important de ces dernières années , depuis que la concurrence des deux superpuissances a cessé de geler les rapports internationaux est dans l' avènement des Nations-Unies , devenues le lieu où l' on dit le droit et où on commence à lui donner le moyen de se faire obéir . Mais c' est encore fragile .

Le droit a besoin de force . Les Nations-Unies qui n' ont pas l' instrument de leur pouvoir moral ont tendance à le déléguer , ce qui peut être dangereux . Elles font quand même œuvre très utile .

Sans aucun doute .

Je trouve cette critique détestable . Fallait - il ne rien faire ou ne faire que la guerre ?

Le droit d' ingérence est la formule lancée par Bernard Kouchner et quelques autres dans un temps où cela était d' une grande audace . La France a obtenu depuis lors de l' ONU la reconnaissance de ce droit . C' est une traduction dynamique du devoir d' assistance .

: On n' a pas tort d' être méfiant et vigilant . L' interventionnisme sélectif est choquant . Il n' empêche qu' au total la paix a avancé , grâce à l' ONU , dans plusieurs régions du globe .

: En 1981 , les Etats d' Afrique tels que je les ai trouvés étaient , à l' exception du Sénégal , des dictatures appuyées sur un parti unique et l' armée . En 1993 la majorité d' entre eux acceptent le pluripartisme , la liberté de la presse , le suffrage universel . Cette évolution est parfois plus apparente que réelle . Mais la démocratie devient partout le thème dominant . Le discours de La Baule a précipité ce mouvement . On sait que la France aide de préférence quiconque comprend que démocratie et développement sont des termes inséparables . Il reste , certes , des points de résistance mais les Etats d' Afrique sont indépendants et souverains . Nous n' y sommes pas en terrain conquis .

: Ils ne crient pas qu' au Togo . Je les entends à Paris . Il faut qu' ils admettent que le rôle de l' armée française n' est pas d' intervenir dans les affaires intérieures des pays d' Afrique , dans les conflits ethniques ou partisans . Sauf pour protéger nos compatriotes . Les traités de coopération militaire signés par mes prédécesseurs n' autorisent l' envoi de nos soldats qu' en cas d' agression extérieure . La France organisatrice de coups d' Etat cela s' est vu , mais c' est du passé ! Sa tâche , aujourd'hui , est d' accompagner par l' aide et le dialogue les progrès et la démocratie .

: Ils ont le droit de circuler . Pas de dire n' importe quoi .

: L' Europe capable d' actions militaires d' envergure n' existe pas encore : elle est en voie de construction . Elle n' aura de politique extérieure et de force armée commune qu' après ratification de Maastricht . Hâtons cette construction .

: L' effet inverse eût été dévastateur si la France n' avait pas approuvé Maastricht ! Par leur vote les Français ont sauvé l' Europe .

: Un traité n' est applicable que lorsqu' il est ratifié . Sa préparation a été étonnamment rapide puisque la Communauté des Douze n' a été saisie du projet d' union européenne par Helmut Kohl et moi qu' en 1990 .

: Absolument .

: En mai , nouveau referendum au Danemark . En juin - ou juillet - vote de la Chambre des Communes en Grande-Bretagne , puis Chambre des Lords . Après ces consultations que j' espère positives , on passera , selon le rythme prévu , à l' exécution du traité .

: Nous disposons de 4 années avant le début de la phase prévue pour la monnaie unique . J' espère que nos pays sauront utiliser au mieux ce délai . S' ils le raccourcissaient , je n' en serais pas fâché .

L' amitié franco-allemande est solide . L' Allemagne en a donné la preuve lors des attaques contre le franc . Et de notre côté , nous avions fait savoir que rien n' entamerait notre volonté de défendre notre monnaie . La baisse récente des taux allemands facilitera notre tâche commune qui est de sauvegarder le système monétaire européen .

Non .

A protectionnisme , protectionnisme et demi . C' est le mauvais engrenage . Essayons ensemble d' en sortir .

Réussir la négociation du GATT suppose l' abandon des visées impérialistes et le refus des concessions unilatérales .

Si l' on y contraint , j' espère que oui .

La règle du jeu , c' est la Constitution de la République et c' est la volonté du peuple telle qu' elle s' est le plus récemment exprimée .

Il n' y a pas de domaine réservé , thèse que j' ai toujours combattue . Les dirigeants de l' opposition auraient tort d' attaquer les moulins à vent qu' ils ont eux - mêmes imaginés .

Travailler ensemble quand on n' est pas fait pour cela suppose un modus vivendi . J' entends beaucoup de déclarations belliqueuses , le cliquetis des cottes de mailles . J' irai , de mon côté , sans arme ni armure et sans crainte . Avec la France pour seul souci .

Le gouvernement est compétent dans les matières de sécurité et de diplomatie . Le Président aussi , me semble - t - il . Qui prendra l' initiative de violer la Constitution ? Pas moi . L' absence ou la présence à telle ou telle rencontre internationale n' est qu' un épiphénomène révélateur d' une façon d' être . Il s' agit de savoir si l' actuelle opposition désire une République unie pour la défense de nos intérêts nationaux - ou divisée .

Mon veto , non . monsieur Chirac est venu me voir , il a évoqué des choses , prononcé des noms . J' ai donné mon avis .

Il peut y en avoir . On verra . Pour l' instant je n' en vois pas d' aussi grave qu' en 1986 lorsque la nouvelle majorité conservatrice avait en tête de son programme la participation à la guerre des étoiles . J' étais à fond contre cette idée . On n' en a pas reparlé . Il pourrait y avoir une difficulté sur les essais nucléaires , que j' ai suspendus comme vous le savez . La Russie et les USA ont suivi la France . Qu' en sera - t - il demain ? Si ces deux puissances maintiennent cette sorte de moratoire dont nous avons eu l' initiative , je pense que la France devra rester logique avec elle - même . En revanche si elles reprennent leurs essais nous aurons à préserver notre seuil de sécurité .

Je vous ai déjà plusieurs fois répondu .

Il n' est pas le seul .

Non . Le Président est libre de son choix .

C' est le BA . BA de ce genre d' exercice .

J' en aurai sûrement .

Non . Mais vous pouvez facilement les supposer . Par exemple il est évident que je n' appellerai pas un premier ministre qui serait défavorable à la construction de l' Europe . Rien n' est joué .

L' écologie est née d' une idée forte et juste . Belle aussi , puisqu'elle exalte la protection de la nature , donc de l' homme . Les électeurs qui votaient à gauche et qui , pour telle ou telle raison , sont portés à s' éloigner du pouvoir en place et du parti majoritaire n' ont pas le sentiment de trahir leurs convictions en votant pour les écologistes plutôt que pour la gauche . On peut donc penser qu' il existe pour eux et pour les socialistes un terreau commun . Mais conclure de ce glissement que le socialisme est fini n' a pas de sens .

C' est la théorie des vases communicants ! Mais les électeurs écologistes venus de la gauche ne l' ont pas vraiment quittée . Ils s' étonneraient de toute invitation qui leur serait faite de contribuer au succès de la droite et réagiraient en conséquence . Du moins , je le crois . Cela dit , toute action politique connaît des hauts et des bas et personne , à droite ou à gauche , n' y échappe .

Assurément .

L' année 1989 a marqué la fin d' une période historique et le commencement d' une autre . Cet événement ne se réduit pas à l' équation socialisme-écologie .

Non . Ces deux idéologies ne se substituent pas l' une à l' autre . L' explication socialiste est globale et propose des réponses aux interrogations de l' homme en société dans l' ère industrielle . Ces interrogations évoluent avec le temps . La réponse écologique , dans la mesure où elle signifie un progrès , une libération de l' homme par rapport aux forces qui l' oppriment , reste proche du message socialiste qui , lui - même , intègre la défense des équilibres naturels . Bien entendu , il existe aussi une tendance écologique tournée vers la nostalgie du passé . Ce n' est pas celle dont nous parlons .

Lorsque j' ai pris la responsabilité du parti socialiste en 1971 , les derniers pourcentages atteints par ceux qui représentaient cette tendance politique étaient de 5 % - présidentielle - à 10 ou 11 % - élections locales - . Malgré un travail acharné et une forte présence dans l' opinion publique , les socialistes , sous ma direction , n' ont jamais dépassé 23 % . Je serais surpris qu' ils se situent au-dessous de 20 % en mars prochain . Et ils peuvent être au-dessus . La campagne ne fait que commencer et dans une élection rien n' est joué d' avance .

Alors ne concluez pas trop vite .

Quant au déficit social , il est réel au regard des espérances . C' est normal . Mais il n' y a pas eu déficit social , bien au contraire , par rapport à la gestion d' avant 1981 . L' ensemble des réformes que nous avons réalisées plus est le plus conséquent que la France ait connu depuis le Front Populaire de 1936 .

Le chômage est apparu avec la hausse brutale des prix du pétrole en 1973 . Il est passé de 1700000 chômeurs au temps de mon prédécesseur à près de trois millions douze ans après . La suite a montré qu' il ne caractérisait pas une crise française , mais une crise internationale , celle du monde industriel occidental . Les 6 chefs de gouvernement que j' ai nommés - y compris en 1986-1987 - ont tout essayé sans parvenir à enrayer la montée du chômage . C' est donc que le mal est ailleurs . Notre société est lente et lourde , tandis que les bonds en avant de la science et de la technique transforment plusieurs fois en une génération la nature de la plupart des métiers . Ce phénomène est général . Les pays qui avaient mieux résisté que la France , au début , ont vu le chômage s' accroître chez eux beaucoup plus vite que chez nous au cours des dernières années . Quant à prétendre que le chômage est un mal socialiste , comme on l' entend dire dans les milieux d' opposition , laissons cela ! La Grande-Bretagne qui a un gouvernement ultra-libéral et le gouvernement allemand qui réunit les démocrates-chrétiens et les libéraux ont affaire au même problème . On critique la politique du franc fort . Mais sa débandade aurait accéléré la crise et ses conséquences sociales Notre monnaie , l' une des plus considérées du monde , nous aide aujourd'hui à préparer les conditions de la reprise . Elle donnera demain un puissant élan à notre économie .

Je ne vois pas de différence sérieuse sur ce point entre les gouvernements Rocard , Cresson et Bérégovoy . Ils ont cherché un meilleur partage par la réduction du temps de travail et le travail à temps partiel . Pierre Mauroy avait déjà ramené la semaine de travail à 39 heures au lieu de 40 , décidé la retraite volontaire à 60 ans et créé , c' était une grande idée , un ministère du temps libre .

Ce qui prouve qu' ils n' étaient pas mécontents de la gauche .

La crise internationale s' est prolongée , donc aggravée . Elle a frappé de plus en plus de gens . L' opinion , dans sa majorité , s' en prend à nous , comme elle s' en prend partout à ceux qui gouvernent . Mais la France a été dirigée avec sérieux et les Français , au fond d' eux - mêmes , le savent . J' ajoute que les difficultés économiques ne sont pas la seule cause de la perte de confiance , cette confiance qui va et vient , comme elle l' a déjà fait lors de mon premier septennat .

Quelle que soit l' éventualité à venir , mon premier but politique sera de remplir la fonction pour laquelle j' ai été élu . Cette fonction me commande de contribuer à la bonne marche des institutions et de respecter la volonté populaire . Quant à remettre à flot le camp de la gauche , si celle - ci perd les élections , ce serait un très honorable objectif . Mais cela ne dépendra pas de moi seul .

Parlons au conditionnel j' accomplirais mon devoir d' Etat et resterais fidèle à mon idéal socialiste .

Je souhaite que mon successeur partage mes idées , à sa manière et les mette en œuvre . Mais nous n' en sommes pas là .

Quand je les connaîtrai , je ferai comme tout le monde . Je voterai .

Un impact considérable . Parfois , je me demande si ce n' est pas le facteur qui a le plus accentué la distance prise avec les socialistes par une partie de leur électorat . Cet électorat est , à juste titre , par tradition , par éducation , par inclinaison naturelle , très exigeant sur les critères moraux . Il a souffert des indélicatesses et , dans quelques cas , des graves malhonnêtetés commises par quelques élus qui n' ont pas su résister aux facilités que leur proposaient les corrupteurs , toujours à l' affût . Je n' excuse pas ces fautes en rappelant qu' il y a eu des scandales d' une toute autre ampleur sous d' autres pouvoirs , scandales qui devraient inciter les partis conservateurs à plus de discrétion . Cela dit , le Parti Socialiste est un parti d' honnêtes gens .

Je n' ai accepté le projet de loi qui m' était soumis que parce qu' il excluait les parlementaires du bénéfice de l' amnistie , ce qui lui a valu d' être également voté par une partie de l' opposition . Cela n' empêche pas la plupart des commentateurs de parler d ' " auto-amnistie " et d' y croire de bonne foi !

Là , les responsabilités ne sont plus du même ordre . L' état de la science médicale et biologique permettait - il aux Ministres incriminés de trancher avant les spécialistes , les experts et les médecins ? Je ne le crois pas et j' ai déjà dit que je ne voyais pas qui aurait apprécié autrement la situation à leur place . Quant à Laurent Fabius , il est l' objet d' une mise en cause inique qui blesse tout défenseur du droit . D'autant plus qu' il a agi , dans sa fonction de Premier Ministre , avec courage , célérité et sagacité . Je vois là l' un des plus déplorables dénis de justice de l' époque . Rien de plus légitime que la douleur , la colère des victimes du sang contaminé . Ils veulent savoir la vérité . On la leur doit . Mais la Haute Cour , machine politique inadaptée , ne répondra pas à leur attente . Que le Parlement se dépêche de réformer cette institution bancale !

La science n' a pas de frontières . Partout le dommage causé aux victimes a été le même . Or , il n' y a qu' en France que l' opposition politique a voulu en tirer bénéfice .

Parce que c' est comme ça . Parce qu' elle est comme ça .

Ce qui se passe montre à quel point le pouvoir judiciaire joue de son indépendance . Le devoir des juges d' instruction est d' appliquer la loi que votent les Assemblées . Tout ce qui vicie cette répartition des tâches corrompt la démocratie .

La proximité des élections législatives me dissuade de convoquer une session extraordinaire . Une nouvelle saisine serait examinée par la nouvelle Assemblée .

Le chômage résulte d' une situation conjoncturelle , terrible à supporter , mais transitoire , alors que les acquis sociaux font corps avec la cohésion nationale . Par exemple , ce n' est pas parce que la Sécurité Sociale est en déficit que le principe de participation sur laquelle elle se fonde doit être abandonné . Des solutions pour le retour à l' équilibre existent à l' intérieur du système actuel . C' est ce à quoi s' attaque le gouvernement . De même pour la retraite à 60 ans , très critiquée à droite , j' espère qu' on n' osera pas y toucher . Quant à ce qu' on appelle la nouvelle pauvreté , vous savez comme moi que , à la demande de monsieur Barre , le Conseil Economique et Social a rédigé un rapport sur ce sujet . plusieurs années avant l' arrivée de la gauche au pouvoir ! Depuis lors , l' institution du RMI qui ne corrige pas la cause du mal , mais qui en atténue les pires effets a représenté un effort important à l' égard des exclus . L' initiative européenne de croissance , la politique de la ville , la mobilité et le partage du travail , la formation professionnelle , et j' en passe , feront le reste .

Le point important , c' est la création d' un fonds de garantie .

Comment financer ce fonds ? Le projet de Pierre Bérégovoy et de René Teulade me semble judicieux et je l' encourage .

Si vous compulsez la liste des réformes votées depuis 1981 , fort nombreuses et dont certaines sont essentielles , comme l' âge de la retraite , les lois Auroux ou la décentralisation , vous remarquerez que la droite à l' exception de quelques personnalités courageuses et lucides - a toujours voté contre . Où est mon procès d' intention ?

Ils montrent patte blanche en effet .

Je reste attaché à l' armée de conscription qui est à l' image de la nation , considération non négligeable alors que s' annonce une défense européenne . L' idée d' une armée de métier trouve ses raisons dans la gestion d' armements de plus en plus sophistiqués et qui exigent une grande compétence professionnelle . Une bonne synthèse entre les deux est possible .

La réforme de la Constitution ne représente pas un thème de campagne capable de bouleverser l' opinion . Ce n' est donc pas une arme électorale . Mais sur le fond , cette réforme est nécessaire . Il convient de rééquilibrer les pouvoirs en restituant au Parlement des compétences qu' il n' aurait jamais dû perdre , de renforcer l' état de droit et la capacité de recours des citoyens contre l' arbitraire , d' élargir le champ au référendum , et cetera .

Oui . Je n' imagine pas le Parlement s' en désintéressant

Ce n' est pas l' affaire d' une majorité , mais de la République

Oui , dans les limites voulues par la Constitution .

Si vous pensez à un changement catégorique impliquant la naissance d' une Vème République , non . La clef du système actuel repose sur l' élection du Président au suffrage universel . Je ne crois pas possible et utile de revenir là dessus

J' ai déjà dit à ce sujet que je tiendrai le plus grand compte du vœu des grandes formations représentées au Parlement , s' il leur est commun . Le Conseil consultatif que préside le Doyen Georges Vedel fera des propositions qui nous seront précieuses pour la suite de la discussion .

Oui . monsieur Vedel m' en a informé .

Je saisirai le Premier Ministre pour qu' il élabore aussitôt après un projet de loi qui permettra au Parlement de se mettre au travail .

Cela va de soi .

Je pense qu' il le fera .

Attendez que cela se produise .

Certes , il y a l' usage . J' ai moi - même appliqué la Constitution d' une manière différente de celle de mes prédécesseurs . Mais il y a aussi le respect dû à la loi suprême . Et la logique de l' Histoire . Une nouvelle majorité devra savoir que son comportement commandera la suite pour de longues années . Si le Président , comme l' avait pensé monsieur Giscard d' Estaing en 1978 , devait se retirer dans l' exil de Rambouillet , il n' en reviendrait pas . La petite foule des prétendants à ma succession devrait y songer . Avouez que ce serait un paradoxe assez original que la majorité à laquelle vous pensez , qui se réclame pour partie du Général de Gaulle , en revienne , dans sa volonté de me contraindre , aux pratiques de la IVème République . Le régime des partis accourra au galop . Il a déjà pris son élan . Autant j' aime la République parlementaire , autant je redoute le retour des féodalités . Je n' y prêterai pas la main

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
gauche
droit
socialiste
armée
électorat
scandales
ethniques
nouvelle
science
ex-Yougoslavie
chapitre
internationale
souverains
autonomes
initiative
droite
opposition
désire
ratifié
paix
écologistes
interrogations
anti-guerre
prétendants
réagiraient
anti-serbe
étonneraient
resterais
inclinaison
ultra-libéral

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact