CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Il faut ensuite donner à cette industrie les moyens , je dirais psychologiques , de son développement , en la libérant des contraintes excessives des contrôles a priori , aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public , et instaurer et favoriser l' esprit d' initiative et l' imagination , à condition qu' à tous les échelons de ces entreprises on soit pénétré de l' indispensable notion de rentabilité et non pas simplement de rentabilité immédiate , financière , matérielle , mais aussi de rentabilité à terme , technique , intellectuelle , par la recherche notamment .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «dévaluation» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «dévaluation»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 22 septembre 1969

Mesdames et messieurs , je suis heureux de vous voir . Vous savez que cette conférence de presse sera consacrée uniquement aux problèmes financiers , économiques et sociaux qui se posent à l' heure actuelle à notre pays ; mais auparavant , si vous le voulez bien , je désirerais profiter de la présence des radios et de la télévision pour m' adresser au-delà de vous , et à travers vous , pendant quelques instants , à tous les Français . J' espère que je ne lasserai pas trop l' attention des spécialistes que vous êtes .

Le Gouvernement entreprend à l' heure actuelle un plan de redressement financier immédiat en même temps qu' il convie le pays à un effort plus durable . Du succès ou de l' échec dépend l' avenir de chaque Français , de même d'ailleurs que le succès ou l' échec dépend du concours de ces Français . Nous aurons beau accumuler les mesures techniques , si les Français se dérobent ils se retrouveront dans peu de temps dans une situation plus mauvaise , et que nul ne s' imagine pouvoir tirer son épingle du jeu ! Toutes les classes sociales subiront les contrecoups de ce qui serait un appauvrissement général . Mais ce que les Français ont le droit de savoir c' est quels sont la situation , les motifs , les raisons de l' action à laquelle on les convie .

En fait il est des causes accidentelles , de circonstance , il y en a d' autres qui sont plus profondes et plus permanentes .

De circonstance : en premier lieu les événements du mois de Mai 1968 qui ont provoqué un grand départ de capitaux flottants , étrangers , hélas ! aussi , français , fuite des capitaux qui s' est renouvelée au moment de la grande spéculation internationale sur le mark en novembre 1968 . En même temps la longueur de la grève nous a fait perdre plus d' un mois de production , au moment même où les augmentations de salaires allaient provoquer un accroissement de la consommation ; et d'ailleurs depuis cette date , et bien que notre production ait atteint son maximum , nous n' avons cessé de consommer plus que nous ne produisions , ce qui fait que nous n' avons cessé d' importer plus que nous n' exportions . Le résultat c' est que notre pays se vidait petit à petit , lentement mais sûrement , de sa substance . Nous étions en somme dans la situation d' un accidenté qui a subi un choc brutal , qui semble s' en être remis , mais qui perd son sang par une petite blessure ; l' hémorragie , même si elle est lente , même si elle n' est pas douloureuse , serait mortelle si on ne l' arrêtait pas . Il fallait donc l' arrêter , et la première des mesures à prendre , c' était de ramener notre monnaie à sa valeur véritable .

Au début d' une course longue et dure , un sportif qui se dope peut bien sûr franchir quelques étapes . Il finira par s' écrouler . Notre franc était dopé . Il fallait donc lui donner son cours réel . Cela a été l' objet de la dévaluation et , à partir de là , il fallait , et il faut rétablir ce que le ministre de l' Economie et des Finances a appelé les équilibres généraux , c'est-à-dire , en termes très simples , vendre au moins autant que nous achetons , ne pas consommer plus que nous ne produisons . Voilà pour l' immédiat .

Il y a bien sûr un certain nombre de faits plus profonds et plus durables . Depuis la guerre , depuis vingt ans , notre pays a fait des progrès considérables en matière économique . Ce fut d'abord en très grande partie , il faut bien le dire , grâce à l' aide étrangère et notamment américaine . Ce fut aussi , à partir de 1958 , grâce à notre redressement national , dont ce fut un des aspects et un des effets , et je tiens à l' affirmer d'autant plus hautement qu' il devient de mode d' en douter . La preuve , c' est que nous avons pu franchir les différentes étapes du Marché Commun , sans graves dommages , jusqu' en 1968 . La preuve , c' est qu' à l' heure actuelle , en période normale , nous exportons environ 12 % de ce que nous produisons , ce qui est encore très insuffisant ( l' Allemagne exporte 30 % ) , ce qui est déjà trop pour que nous puissions revenir en arrière . Nous ne pourrions nous abriter à nouveau derrière nos frontières , nous replier sur nous - mêmes qu' à condition de réduire notre activité , c'est-à-dire -de provoquer un chômage important . Il faut donc que nous continuions sur cette voie , qui est celle du développement de nos échanges extérieurs , et par conséquent que nous soyons armés pour affronter la concurrence internationale , concurrence de plus en plus dure , ce qui veut dire qu' il faut que nous produisions davantage et que nous produisions à des prix concurrentiels . Pour cela , il faut développer notre industrie et la moderniser , c'est-à-dire qu' il faut investir , et pour investir il n' y a pas de miracle , il faut de l' argent , ce qui veut dire qu' à moins de faire fonctionner la planche à billets , comme on disait , et de courir sans cesse devant l' inflation , il faut épargner .

Depuis vingt ans tout le monde , parce que les retards étaient énormes , parce que les besoins étaient pressants , a eu tendance à dépenser tout ce qu' il avait gagné , dès qu' il l' avait gagné , et même quelquefois un peu avant de l' avoir gagné . Il faut maintenant que l' Etat , que les administrations , que les municipalités et que les particuliers se donnent comme règle d' épargner d'abord pour investir et de ne dépenser , qu' il s' agisse d' un équipement dont on a envie , d' une amélioration de son niveau de vie que l' on souhaite , de ne dépenser qu' au fur et à mesure qu' on a vraiment acquis les ressources nécessaires à cette dépense , et de donner toujours par priorité une place à l' épargne .

Cela dépend , je le disais , de tout le monde , aussi bien de l' Etat que des particuliers ; cela dépend de chaque Français , cela dépend en particulier des mères de famille et je prendrai si vous le voulez bien un exemple très terre à terre . Supposons qu' un salarié obtienne demain la promesse d' une augmentation importante au 1er janvier prochain , et que sa femme ait envie de changer sa machine à laver . Eh bien , elle peut se dire : Grâce à cette augmentation , au printemps j' achèterai ma nouvelle machine à laver ; mais elle peut se dire aussi Achetons - la tout de suite , je vais emprunter , et nous rembourserons au fur et à mesure que l' augmentation rentrera .

C' est cette dernière attitude qui consiste à dépenser l' argent que l' on n' a pas gagné et qui , si elle se généralise , conduit à l' endettement national , à l' inflation , au retard dans les véritables progrès économiques , et finalement à l' appauvrissement relatif par rapport à nos voisins .

Je fais donc appel à tous et à toutes pour leur dire : dans les mois qui viennent , chaque fois qu' une mère de famille discutera un prix , refusera une hausse injustifiée , elle défendra le franc ; chaque fois qu' elle retardera un achat qui n' est pas indispensable , elle défendra le franc ; chaque fois qu' elle mettra un peu d' argent à la Caisse d' épargne , aux Chèques postaux ou à la banque , elle travaillera pour le développe ment du pays , c'est-à-dire pour la sécurité de sa famille et pour l' avenir de ses enfants .

Tout cela , voyez - vous , je sais bien que je n' aurais pas le droit de le dire si , dans le plan de redressement , le Gouvernement n' avait pas fait le nécessaire pour que les plus pauvres ne soient pas frappés et que la rigueur s' adresse aux plus riches . Mais je dis que jamais plan de cet ordre n' a été conçu dans un esprit plus social .

Aucun impôt nouveau ne frappe ni les petits revenus ni les salariés . L' augmentation de la vignette ne touche pas les petites voitures , le super-impôt sur le revenu ne touche que les gros revenus . Les sociétés , les banques sont lourdement taxées . Inversement , les petits salaires , les petits commerçants , les petits agriculteurs bénéficient de diminutions importantes . Tous ceux qui ont des revenus faibles ou modestes , si leur situation n' a pas considérablement changé , payeront moins d' impôts en 1970 qu' en 1969 .

D' autre part , nous avons pris , vous le savez , un certain nombre de mesures particulières pour les vieillards , les familles nombreuses , les rapatriés en situation particulièrement difficile , et nous allons en prendre d' autres en ce qui concerne le SMIG , par exemple .

J' ai donc le devoir et le droit , je le crois , de faire appel aux Français pour leur coopération , pour le succès d' un plan qui est leur affaire et leur succès et non pas le succès ou l' affaire du Gouvernement .

J' ajouterai - et ce sera pour terminer - que dans les 5 ou 10 années qui viennent , il faut que la France parvienne réellement à la vraie puissance économique .

Il faut donc que nous fassions tous un grand effort et un effort patient . Notre situation n' est pas mauvaise , nous avons déjà accompli de grands progrès , mais plus on a monté , plus il est dur de monter encore ; les dernières marches sont les plus pénibles , les dernières étapes les plus difficiles .

Je dirai toujours aux Français la vérité . Je leur expliquerai toujours les motifs de notre action . Je leur exposerai toujours le sens et les raisons de l' effort qui leur sera demandé . Mais en échange , il faut que chacun accepte de dominer son intérêt personnel immédiat , de comprendre qu' il fait partie d' un grand effort collectif et que , dans les circonstances actuelles Plus que jamais , tout ce qui ralentit notre production , tout ce qui contrarie notre activité est néfaste pour l' intérêt général , par conséquent contraire à l' intérêt même de ceux qui s' imaginent , par leur action , s' assurer des avantages particuliers .

Je fais appel au bon sens des travailleurs . Chaque journée de travail perdue est perdue pour le redressement de la France . Les brimades infligées aux usagers des services publics ne sont pas seulement douloureuses , elles sont nuisibles à l' économie .

J' ai dit que le Gouvernement ferait respecter la loi et l' ordre républicain . Mais il ne s' agit pas de choisir entre l' ordre et le progrès , il s' agit de réaliser le progrès dans l' ordre , afin que la France soit de plus en plus prospère et que les Français puissent y vivre heureux .

Voilà , mesdames et messieurs , ce qui , le répète , s' adressait à tous les Français , et maintenant le vais me prêter à vos questions .

. - Je voudrais bien que mes déclarations soient examinées et discutées en elles - mêmes . Tantôt on veut y voir une critique vis-à-vis de la gestion qui a précédé mon élection - c' est un peu ce que vous sembliez laisser sous-entendre et je ne vous cache pas que cela m' attriste - et tantôt on veut y voir au contraire le désir de me concilier tel ou tel petit groupe , et alors je ne vous cache pas que je trouve cela risible . Je ne me décide pas par référence mais par conviction . Mais parlons de la dévaluation . Je serai très rapide et pourtant je remonterai à 1958 .

La dévaluation de 1958 décidée par le général de Gaulle et par monsieur Pinay avait été calculée à juste titre largement . Elle nous donnait une marge , ce qui était bien nécessaire , étant donné que notre économie n' était absolument pas préparée à affronter le Marché Commun . Mais , il faut bien le dire , au long des années , cette marge s' est amenuisée . Je le disais tout à l' heure , les besoins étaient pressants , les retards considérables , les meilleures raisons existaient pour anticiper sur nos ressources , de telle sorte que nos prix , lentement mais toujours , montaient un peu plus vite que ceux de nos voisins et en particulier que ceux de l' Allemagne malgré la petite réévaluation du mark qui est intervenue .

Le résultat , c' est qu' en avril 1968 , si vous le voulez , je considère que nous avions dévoré cette marge , que nous étions arrivés à ce que j' appellerai les limites de la compétitivité : qu' autrement dit dans une situation normale et à condition d' être très vigilants , nous aurions pu continuer à progresser , mais que nous n' étions pas suffisamment armés , que nous n' avions pas suffisamment de réserves pour résister à un choc brutal .

Ce choc est arrivé , Mai 1968 nous a fait perdre deux à trois milliards de dollars . Plus tard nous en perdrons encore 1 milliard , sans doute avec la spéculation sur le mark , et d' autre part l' augmentation des salaires a été en moyenne voisine de 15 % , ce qui peut être toléré lorsque l' on a des prix bas , c' est le cas en Italie , une certaine année , ou en Hollande une autre année , qui ne peut pas l' être sans effets profonds quand les prix sont déjà à la limite . C' est pourquoi j' ai pensé , en juillet 1968 , qu' outre la suppression du prélèvement sur les salaires de 5 % , une petite dévaluation de l' ordre de 6 à 7 % aurait permis de rétablir l' équilibre . D'ailleurs , vous avez vu que Edgar Faure a déclaré récemment que c' était aussi son avis et a confirmé en même temps que c' était le mien . Mais je ne critique pas pour autant l' attitude du Gouvernement de Couve de Murville . D'abord parce que c' est une chose très différente d' avoir une opinion et de prendre une décision définitive à une date donnée ; et je n' étais pas au pouvoir . Ensuite parce que rien ne prouve qu' une autre politique n' aurait pas pu réussir s' il n' y avait pas eu la spéculation de novembre 1968 , et comme le dit aussi Edgar Faure , la suppression du contrôle des changes .

J' approuve , en revanche , entièrement le Gouvernement et le général de Gaulle d' avoir refusé la dévaluation en novembre 1968 , parce que dans les conditions où cela se présentait , en pleine crise , sous la pression extérieure , cette dévaluation , ou bien aurait été faible et vouée à l' échec , ou bien elle aurait été forte , sauvage , et cela eût été une agression également vouée à l' échec .

Il n' en reste pas moins que nous avons continué à perdre des devises , ne serait - ce que parce que le déficit commercial se maintenait , de l' ordre de 200 à 250 millions de dollars par mois , et c' est pourquoi je suis convaincu que la dévaluation devenait de plus en plus nécessaire et que seule la crise politique du printemps a empêché que le problème se pose en même temps d'ailleurs que cette crise accentuait encore le déficit de notre balance des paiements . C' est pourquoi , en effet , dès mon arrivée à la Présidence , j' étais décidé à dévaluer , la seule question qui se posait , outre le taux , étant , selon moi , celle de la date . Celle - ci , je crois , n' a pas été trop mal choisie puisque , pour la première fois , tous les spéculateurs en puissance ont été pris de court . Alors , j' irai au-devant de vos objections . Vous me direz : ce n' est pas une critique . Admettons . Mais alors , pourquoi l' avez - vous dites Je l' ai dit parce qu' il fallait couper court à une campagne qui s' amorçait et qui consistait à dire - revoyez les journaux autour du 15 août - que nous avions agi dans la précipitation , dans la panique et au bord de la faillite . Or , c' était faux . Nos réserves , les prêts dont nous disposions , ce que nous aurions pu obtenir encore nous auraient facilement permis de gagner un certain nombre de mois ou plutôt de perdre un certain nombre de mois . Mais cette décision , qui n' était pas de panique mais réfléchie , il fallait qu' on se rende compte qu' elle était volontaire , afin de dissiper la méfiance , pour donner à notre action la possibilité de la réussite . Voilà pourquoi je l' ai dit et je répondrai encore à une autre objection qui est certainement dans quelques esprits puisque je l' ai lue : pourquoi n' avez - vous pas dit cela dans votre campagne électorale et pourquoi avez - vous trompé les Français ? Je réponds tout d'abord que je n' allais pas annoncer une dévaluation trois mois à l' avance , bien entendu , et que même tous les usages m' autorisaient à la démentir formellement . Mais reprenez toutes mes déclarations de la campagne électorale ; je n' ai jamais -dit qu' il n' y aurait pas de dévaluation parce que je ne voulais pas mentir . Je m' en suis tenu à des considérations générales , à un optimisme prudent , et lorsque l' on m' a posé la question brutalement , j' ai dit que je ne répondrai pas parce que ma réponse ne pouvait pas avoir de sens . Et même à ce moment - là je me suis dit que peut-être des observateurs subtils en concluraient que j' avais l' intention de dévaluer . Grâce au ciel , cela ne s' est pas produit .

. - Je pense d'abord que tant que notre commerce extérieur ne sera pas redressé , il y aura , il ne pourra pas ne pas y avoir une certaine faiblesse du franc comme d' un certain nombre d' autres monnaies sur les marchés internationaux , surtout que l' idée possible d' une réévaluation du mark est agitée par tout le monde , y compris , vous le savez , par les membres du Gouvernement allemand . Je crois , d' autre part , que les mouvements de grève et les commentaires qu' ils ont suscités et que , peut-être , certaines menaces nées de certains débats parlementaires ont pu créer quelque émotion . Je ne crois pas que cela puisse être grave .

. - La question est évidemment immense . En ce qui concerne les perspectives immédiates , je pourrais vous dire que le ministre de l' Economie et des Finances a déjà répondu . En ce qui concerne les perspectives plus lointaines , le Premier ministre , dans l' excellente déclaration qu' il a faite à l' Assemblée nationale , et que vous rappeliez , y a aussi répondu en très grande partie . Néanmoins , votre question m' incite à essayer de cerner le problème d' une façon un peu différente , c' est ce que je vais essayer de faire , et d' une manière qui ne soit pas trop ingrate , encore que , lorsqu' on regarde une économie et qu' on veut en quelque sorte faire son autopsie on se heurte à des données chiffrées , données contre lesquelles on ne peut rien mais qui sont ingrates à énumérer et quelquefois pas très encourageantes .

Je crois qu' une première constatation qu' on a déjà faite ( mais dont je ne crois pas qu' on mesure toute l' importance ) , c' est l' extraordinaire décadence de la France économique entre les deux guerres .

En 1913 - tous les chiffres que je vous donnerai seront en francs 1968 , si vous le voulez bien - en 1913 le revenu national français par tête était de 5000 francs en moyenne . En 1938 , vingt - 5 ans plus tard , il était de 5500 francs .

Il avait donc augmenté de 10 % en vingt - 5 ans , ce qui est presque insensible au fil des années . Et ce qui est plus grave , c' est que si l' on donne à la production industrielle française , en 1938 , le coefficient 100 , en 1913 , elle était au coefficient 109 ; autrement dit , en vingt - 5 ans , notre capacité industrielle avait diminué de près de 10 % . Et dans un monde qui s' industrialisait sans cesse , notre pays , grande puissance industrielle à la fin du dix-neuvième siècle , était sur la vole du sous-développement industriel .

Deuxième constatation , plus réconfortante : depuis la guerre , nous avons fait d' immenses progrès à partir d' une situation déplorable , car la défaite de 1940 qui n' était que la traduction militaire de cette maladie de langueur , avait été suivie par l' occupation , les destructions , et la situation de départ était donc aussi mauvaise que possible . Nous avons fait d' immenses progrès . Le revenu national - par tête , toujours - de 5500 francs en 1938 passe en 1958 à 8700 francs et en 1968 à 12450 francs . C' est une croissance très importante .

Je n' ai pas trouvé d' autres statistiques internationales que celles de 1960 à 1968 , mais dans cette période , pour les pays dits d' économie libérale , la France arrive au second rang avec une augmentation annuelle de 5-5 % , loin derrière le Japon qui dépasse 10 % , mais devant les Etats-Unis , l' Italie ( 5-1 l' Allemagne ( 4-2 % ) , et cetera .

Troisième constatation - elle aussi réconfortante - c' est que , dans l' ensemble de ce revenu national , la part de l' industrie a crû considérablement . Non pas que notre agriculture soit restée stagnante : de 1958 à 1968 sa production en volume , en marchandises , augmente de 40 % , et comme , dans le même temps , le nombre des agriculteurs actifs diminue de près de 30 % , en fin de compte la productivité de l' agriculteur actif augmente de près de 8 % par an , plus que la moyenne nationale . Je n' oublie pas bien sûr qu' il y a des différences importantes par région . Mais l' industrie croît de façon très rapide . Je parlais tout à l' heure de ce coefficient 100 en 1938 . On devait être en 1958 à quelque chose comme le coefficient 212 , et en 1968 à 352 .

C' est dire l' importance des progrès réalisés , progrès qui se retrouvent d'ailleurs dans nos exportations qui ont augmenté en moyenne dans les 10 dernières années d' un peu plus de 9 % par an ; et ce qui est beau aussi , les exportations de produits industriels transformés ont crû de 10 % par an , soit un peu plus que la moyenne . Mais , et c' est ici que je vais commencer à nuancer l' optimisme , c' est tout à fait insuffisant . C' est insuffisant parce que nos voisins font mieux , et parce que , d'ailleurs , dans les dernières années , cela s' est un peu dégradé et la part des produits industriels transformés a commencé à diminuer .

Et nous arrivons à des constatations qui sont certainement sévères : toujours en 1913 , dans un pays de moins de 40 -1 lions d' habitants , il y avait 20 millions et demi d' actifs- , c'est-à-dire 52 % de la population . En 1969 , dans un pays de plus de 50 millions d' habitants , il y a toujours 20 millions et demi d' actifs , soit une proportion d' à peine 41 % . Naturellement les explications sont faciles et dans une certaine mesure agréables : c' est parce que l' on vit plus longtemps , c' est parce que la France a eu davantage d' enfants , c' est parce qu' on a prolongé la scolarité . Il n' en est pas moins vrai que 20 millions et demi de Français doivent en nourrir aujourd'hui 11 millions de plus qu' ils n' en nourrissaient au début de ce siècle , et cette proportion , malheureusement , ne va pas s' améliorer ; elle va au contraire diminuer en 1970 , en 1971 . Ce n' est qu' en 1974 que nous trouverons probablement 21 millions d' actifs et encore à ce moment - là la proportion sera inférieure à la proportion actuelle . C' est dire qu' il ne faut pas envisager à la légère des diminutions rapides et massives de la durée du travail , ou un abaissement inconsidéré et généralisé de l' âge de la retraite . Ce sont des constatations pénibles à faire mais qu' il faut avoir le courage de faire , parce que les chiffres sont là et qu' ils sont implacables .

J' ajoute qu' à l' intérieur de cette population active la répartition n' est pas satisfaisante . Toujours en 1913 , il y avait 7 millions et demi d' agriculteurs ; il n' y en a plus que trois millions . Où sont passés ces quatre millions et demi de travailleurs qui ne sont plus dans l' agriculture ? Ils ne sont pas passés dans l' industrie . Nous avons à l' heure actuelle dans l' industrie , à quelques milliers près , le même nombre de travailleurs qu' en 1913 : un peu moins de 6 millions . C' est dire d'ailleurs , au passage , les progrès de notre productivité puisque nous avions plus que triplé notre production sans augmenter le nombre de travailleurs . Mais où sont - ils passés , alors , ces quatre millions et demi ? En partie dans le bâtiment et les travaux publics , mais surtout dans ce qu' on appelle le secteur tertiaire , à savoir les fonctionnaires , les employés , les professions libérales , le commerce . Il y a donc un premier effort à faire pour améliorer ces conditions . Je n' ai pas besoin de vous dire que l' Etat ne peut pas grand-chose pour augmenter le nombre des actifs .

Bien sûr , il y a l' immigration , mais qui reste toujours marginale , la durée du service militaire - nous avons déjà beaucoup fait dans ce domaine et vous savez que prochainement la loi le ramènera à un an . Nous avons donc fait le maximum . Quant à la proportion d' actifs dans l' industrie , là on peut agir par l' information et par la formation ; en particulier par la formation dans l' Université à tous les échelons . Il faut que l' Université s' y prête , non pas , bien sûr , qu' elle se donne uniquement des objectifs économiques mais qu' elle cesse tout de même d' ignorer systématiquement , comme elle le fait parfois , les urgences nationales .

Et puis , quand on regarde notre industrie elle - même , elle a de très nombreuses faiblesses , d'ailleurs le Premier ministre sur ce point a longuement parlé de l' insuffisance de nos grandes entreprises : trois entreprises françaises seulement parmi les trente entreprises européennes de taille mondiale .

Insuffisance plus grave peut-être de nos entreprises moyennes qui sont partout , notamment en Allemagne et aux Etats-Unis , le support , l' accompagnement de la grande entreprise et le ferment souvent du progrès , et , en revanche , nombre excessif de toutes petites entreprises . Insuffisance des structures internes de notre industrie .

Les charges salariales , contrairement à ce que l' on dit , ne sont pas plus fortes en France qu' ailleurs , elles sont même plus faibles qu' en Allemagne par exemple , mais elles sont mal réparties ; il y a dans nos affaires une part de charges administratives , trop lourdes , trop grandes , et en conséquence ces charges salariales qui collectivement , qui globalement , ne sont pas trop lourdes , s' appliquent finalement à un nombre de travailleurs réellement productifs plus faible qu' ailleurs .

C' est dire que nous avons énormément de progrès à accomplir même si nous en avons déjà fait . Je n' ai pas le temps , et ce n' est pas le lieu , de développer ce que pourrait être l' action des Gouvernements en ce domaine dans les années qui viennent . Je m' en tiendrai à quelques données générales .

Il faut d'abord naturellement poursuivre la modernisation de notre agriculture et le regroupement des toutes petites exploitations agricoles . Il faut faire la même chose dans le domaine du commerce , permettre l' accroissement modéré , mais régulier , du grand commerce moderne , et le regroupement , la spécialisation du petit commerce , de façon à ce qu' il devienne non seulement rentable pour ceux qui l' exercent mais utile à l' économie , et non pas qu' il pèse sur les prix .

Il faut surtout aider l' industrie , ce qui signifie lui donner les moyens matériels , financiers , de se -développer , ce qui suppose une politique fiscale , une politique de crédit , une politique de l' épargne qui favorise l' investissement . Il faut ensuite lui donner les moyens humains , ce qui suppose depuis le collège technique jusqu' aux grandes écoles en passant par les instituts universitaires de technologie , d' orienter le plus possible notre jeunesse vers l' industrie , de lui donner une formation professionnelle adaptée , de faire que cette formation professionnelle puisse sans cesse être reprise par un contact permanent et souple entre notre Education nationale et le monde économique et social . Il faut ensuite donner à cette industrie les moyens , je dirais psychologiques , de son développement , en la libérant des contraintes excessives des contrôles a priori , aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public , et instaurer et favoriser l' esprit d' initiative et l' imagination , à condition qu' à tous les échelons de ces entreprises on soit pénétré de l' indispensable notion de rentabilité et non pas simplement de rentabilité immédiate , financière , matérielle , mais aussi de rentabilité à terme , technique , intellectuelle , par la recherche notamment . le sais bien que certains trouvent que la rentabilité est une notion basse , honteuse . Eh bien ! elle s' impose partout , c' est évident ; le nier , c' est puéril . La preuve , c' est que les pays d' économie socialiste , pour l' avoir méconnue trop longtemps , ont ces dernières années pris un retard considérable par rapport aux pays d' économie libérale de taille comparable , qu' ils en supportent à l' heure actuelle les effets et les conséquences , que leurs Gouvernements en sont parfaitement conscients et font à l' heure actuelle de grands efforts pour introduire cette notion de rentabilité à tous les échelons de leur appareil productif .

Enfin , il faut que notre appareil économique , industrie , commerce , agriculture , prenne une mentalité , j' ose le dire , agressive , qu' il se porte à l' attaque , qu' il se porte à la conquête des marchés extérieurs , qu' il ait le goût d' aller se battre sur le terrain des autres exactement comme les autres dès maintenant viennent se battre sur notre terrain . Il y a là une très grande entreprise , et dont dépend non seulement la prospérité des Français mais la grandeur et le rôle de la France dans le monde .

Bien entendu , tout cela suppose , je le sais , un climat social rénové et la participation de tous à cet effort et aux résultats de cet effort .

...

. - Monsieur de Montalais , si un autre que vous me posait la question , j' y verrais de la malice et , en effet , quelques-uns ont bien voulu observer que je ne prononçais pas souvent le mot de participation . Vous voyez , il vient de m' échapper . Et si je l' ai peu prononcé , c' est que depuis que le général de Gaulle l' a employé , il a été , à mes yeux , fort galvaudé .

L' interprétation qu' en donnent certains conduit dans un régime de parti et de syndicat uniques à la soviétisation pure et simple , et dans un régime démocratique à l' installation dans l' entreprise du régime d' assemblée et de l' anarchie . Ces perspectives ne sont pas les miennes .

Cela ne veut pas dire que je n' ai pas mes idées sur la participation . Je crois d'abord que l' homme ne doit pas se laisser réduire à l' état de robot soumis à un appareil communiste ou capitaliste , au demeurant peu importe . Je crois d' autre part que l' homme ne peut pas vivre isolé et que le mal de l' homme actuel , de l' homme moderne , c' est la rupture des attaches , et que l' homme qui n' a plus d' attaches est entraîné , qu' il le veuille ou non , et fût - ce à travers la révolte , vers la servitude . Il faut donc recréer des attaches . Il faut que l' homme se trouve dans un ensemble ou plutôt dans une série d' ensembles superposés , avec un rôle , une possibilité de s' épanouir , c'est-à-dire des droits et des services à rendre , et des obligations à remplir , c'est-à-dire des devoirs . Droits et devoirs additionnés , cela s' appelle responsabilités .

Cela s' applique à la famille , à l' Université , à la profession , à la cité , à la région , à la nation .

Et l' entreprise , me direz - vous ? J' y viens . L' entreprise est un ensemble , une cellule comme une autre . Et là aussi l' individu doit avoir des droits et des devoirs , donc des responsabilités . Pour cela il faut d'abord un aménagement , et je dirais une réorganisation profonde des conditions de travail dans les entreprises de façon à ce que chacun dans son métier sache l' intérêt de ce qu' il fait et ait une part , fût - elle modeste , d' autonomie , c'est-à-dire de décision .

C' est d'ailleurs la vole moderne , la voie de l' efficacité , celle vers laquelle se tournent les entreprises américaines les plus dynamiques , c' est aussi la seule voie qui donne une espérance à l' homme parce que l' homme mécanisé est toujours inférieur à la machine et que ce n' est que dans la mesure où on donne une place à l' initiative , à la volonté , que l' homme reprend le dessus sur la machine . Et puis , en second lieu , il faut que dans cet ensemble le travailleur sache ce que signifie son comportement , vers quoi il tend , vers quel objectif , quelles sont ses perspectives de développement , les difficultés rencontrées . Cela suppose de la part des directions un grand effort d' information qui est d'ailleurs valable pour les actionnaires aussi bien que pour les travailleurs . J' ajouterai qu' il faut aussi une large participation des cadres et de la maîtrise aux études et aux discussions qui précèdent les décisions . Et puis il y a les résultats. .

On m' a reproché d' avoir fait l' éloge du profit . Préfère - t - on que nos entreprises perdent de l' argent ? Si c' est cela , il faut le dire . Je n' ai d'ailleurs jamais dit , et je ne me soucie pas de dire aux individus : Enrichissez - vous ! J' ai dit : Il faut que nos entreprises gagnent de l' argent . Le profit d'ailleurs change de sens et en tout cas doit changer de sens : il ne doit plus être une marge prélevée au bénéfice de quelqu'un ou de quelques-uns . Une direction qui dilapide les résultats , les capitalistes qui vident une affaire à leur profit , des frais salariaux excessifs faute d' une bonne organisation , ce sont des formes différentes d' un même fléau économique et par conséquent d' un fléau social . Le profit doit être désormais regardé comme une garantie d' avenir et une assurance sur la vie d' une entreprise . Il est une prime payée pour la sécurité de l' emploi au moins autant que du capital . Mais réinvesti sous une forme Ou sous une autre dans l' entreprise il ne doit pas pour autant être transformé en bénéfice , en capital des seuls actionnaires .

C' est là d'ailleurs la raison d' être et l' ordonnance du 17 août 1967 dont quelques-uns affectent de mésestimer ou de minimiser l' importance , et qui n' en a pas moins donné lieu , à l' heure actuelle , première année où elle pouvait être appliquée , à des contrats touchant déjà près de 4000 entreprises , et intéressant déjà deux millions de travailleurs . Nous savons très certainement que d' ici à la fin de l' année de nombreux autres contrats seront signés . De toute manière , c' est une expérience qui ne fait que commencer , et revêtira les formes les plus souples et les plus diverses .

Parmi ces formes figure l' actionnariat des travailleurs . C' est une vieille idée . Il me semble qu' elle reprend de la vigueur . Elle a l' intérêt d' associer les travailleurs à la vie de l' entreprise autrement que par les seules variations de salaires . Elle constitue ainsi , en même temps qu' un effort de justice , une école de responsabilité , et c' est pourquoi je crois qu' il faut l' encourager . Et comme je préfère les actes aux phrases , j' ai décidé d' inviter le Gouvernement , dans des formes et des conditions , notamment d' ancienneté , à étudier , à distribuer aux travailleurs de Renault une partie du capital de la Régie . C' est une expérience qui permettra peut-être de voir si l' on peut abattre les barrières entre le travail et le capital , et de voir si cette forme d' intéressement qui est économiquement la plus saine , et socialement la plus satisfaisante , répond à un besoin réel et durable chez les salariés .

Je n' en dirai pas plus sur les modalités aujourd'hui : c' est une décision dont je pense qu' on mesurera l' importance .

Je voudrais ajouter quelque chose . Lorsque j' ai parlé de Napoléon , à Ajaccio , un certain nombre de commentateurs ont trouvé que je ne prenais pas assez le style épique . Je viens de parler de choses graves , de rapports sociaux , de la condition ouvrière et il y en a peut-être qui trouveront que je n' ai pas pris le style assez lyrique . Je voudrais leur dire que c' est volontaire et je ferais volontiers mienne la pensée de Braque : « Je ne cherche pas l' exaltation , la ferveur me suffit . »

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
dévaluation
coefficient
industrie
rentabilité
millions
produisions
travailleurs
actifs
attaches
proportion
marge
mark
dépenser
demi
machine
francs
insuffisant
progrès
commerce
produisons
réconfortante
dépend
gagné
pressants
convie
salaires
moyenne
constatation
vole
échelons

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact