CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Que cette supériorité technique soit une supériorité de culture , rien n' est moins sûr . L' efficacité pratique , l' élévation du niveau de vie qui s' ensuit , la domination par l' homme des forces de la nature , la substitution de la machine à l' homme pour beaucoup de travaux , les progrès dans le domaine de la médecine et de la chirurgie , constituent , en eux - mêmes , des faits très importants , modifiant profondément les conditions et la durée même de l' existence , mais ne me semblent pas devoir entraîner un jugement de valeur sur le niveau de la culture .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «culture» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «culture»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 17 mars 1970

Mesdames , messieurs , Il y a une quinzaine de jours , je rendais visite à monsieur Thant à New York et j' évoquais avec lui l' action des Nations-Unies en faveur de la paix , par la recherche de la coopération internationale , mais aussi par une préoccupation constante du progrès de la condition humaine .

Au-delà des mécanismes de concertation politique , les Nations-Unies , grâce aux institutions spécialisées , peuvent en effet rapprocher les hommes dans le domaine économique , social et culturel . Parmi ces institutions , il n' en est pas de plus noble dans ses objectifs ni de plus utile dans son action que l' UNESCO . La cérémonie d' aujourd'hui , qui témoigne du développement incessant de vos activités , est une heureuse occasion de me féliciter que Paris ait été choisi pour siège de l' UNESCO et que malgré cela , fait exceptionnel , son actuel directeur général soit un Français . J' y vois un hommage justifié à l' action de monsieur Maheu , mais aussi au rôle que la France joue dans le domaine intellectuel et pour le développement de la coopération culturelle entre les peuples . Puis - je ajouter que les problèmes qui sont les vôtres sont au premier plan de mes préoccupations personnelles au point qu' aujourd'hui j' ai peine à délimiter le champ de mon exposé devant vous . De toutes parts , les sujets me pressent et me sollicitent . Faut - il parier de la jeunesse , de l' Université , des problèmes qu' elles posent aux pays les plus développés ou bien de l' analphabétisme , de la formation professionnelle et technique élémentaire , questions urgentes pour le développement de continents entiers ? Pourquoi , après tout , ne pas parler de ce qui est expressément désigné comme un objet fondamental de vos activités , je veux dire la culture , qui recouvre , me semble - t - il , tout le reste ? Qu' est donc la culture par rapport à une société donnée ? Une conception couramment admise veut qu' elle soit un produit sécrété par cette société et donnant -d'elle une image particulière mais fidèle . Dans cette optique , analyser la situation des classes sociales en France au XVII siècle , par exemple , ou étudier notre littérature classique aboutirait au même résultat , les divergences n' étant pas plus grandes que ne le seraient celles de deux photographies prises au même moment sous des angles différents . De même la culture actuelle serait ici ou là une culture « bourgeoise » et « capitaliste » à laquelle d' autres sociétés opposeraient une culture « populaire » et « communiste » .

A cette conception en quelque sorte passive de la culture , s' oppose et s' est opposée une conception différente , selon laquelle les transformations politiques et sociales seraient au contraire la conséquence du mouvement des idées . Ainsi , la Révolution française serait fille des philosophes du dix-huitième . Ainsi , les nazis brûlaient - ils les livres , responsables de ce qu' ils dénonçaient comme la décadence de la nation allemande . Les procès , ici ou là , d' intellectuels tout au long des siècles et tant d' autres événements passés ou présents relèvent , me semble - t - il , de cette conception activiste de la culture , considérée non plus comme un produit mais comme un agent utile ou dangereux .

Donc , pour les uns , les idées mèneraient le monde , pour d' autres , elles ne seraient que le reflet d' un état momentané de la société .

Vous étonnerai - je si je recherche la vérité à mi-chemin de ces deux théories extrêmes ? La culture est un fait humain , inséparable des hommes qui la possèdent . Elle ne saurait donc échapper à l' influence du milieu auquel appartiennent ces hommes ? Mais la pensée n' est pas un produit de consommation banal , fruit d' un organisme social donné , adapté à la demande de cet organisme . Si la culture à un moment de l' évolution de l' humanité dépend évidemment de cette évolution , elle est par vocation et par réaction un ferment d' évolution , voire de révolution . Penser , c' est juger . Loin d' accepter une situation dont elle émanerait , la culture a pour fin naturelle de porter sur cette situation un jugement et , par voie de conséquence , de préparer les changements . Il n' y a pas de culture a n remise en cause des idées reçues , les intellectuels par nature sont contestataires , et la guerre qui leur est faite parfois l' est toujours au nom d' une autre forme de pensée , autrement dit , d' une autre conception de la culture .

La question se pose alors de savoir s' il y a une hiérarchie des valeurs , une bonne et une mauvaise culture , des formes de pensée supérieures et d' autres attardées . Question importante , qui ne peut pas ne pas se poser à une organisation comme la vôtre : Y a - t - il un type de culture idéal , qu' il importe de répandre partout ou devez - vous , au contraire , adapter votre action en fonction des diverses formes de culture existantes et les considérer toutes sur un même plan ? Nous sommes à une époque où l' homme a fait le tour de sa planète , où disparaît des cartes l' expression « terra incognita » et où nous constatons la coexistence de civilisations dites évoluées et de civilisations dites primitives . La première tendance serait donc de provoquer l' évolution de ces dernières et de les aider à se hausser au niveau des premières . Mais , à y regarder de plus près , s' agit - il bien d' une hiérarchie des cultures ? N' interprétons - nous pas en termes de culture des différences qui ne tiennent qu' à la supériorité technique indiscutable de la civilisation industrielle telle qu' elle s' est développée à partir de l' Europe et des Etats-Unis et tend à s' étendre progressivement à toute la terre ? Que cette supériorité technique soit une supériorité de culture , rien n' est moins sûr . L' efficacité pratique , l' élévation du niveau de vie qui s' ensuit , la domination par l' homme des forces de la nature , la substitution de la machine à l' homme pour beaucoup de travaux , les progrès dans le domaine de la médecine et de la chirurgie , constituent , en eux - mêmes , des faits très importants , modifiant profondément les conditions et la durée même de l' existence , mais ne me semblent pas devoir entraîner un jugement de valeur sur le niveau de la culture . C' est évident dans le domaine de l' art comme de la littérature . Il y a dans les bisons de Lascaux autant de génie que dans les taureaux de Goya ou de Picasso et tel masque nègre porte en lui - même autant de valeur spirituelle que n' importe quelle œuvre de la statuaire occidentale . Pour rester dans le cadre de notre culture européenne , Homère et la tragédie grecque n' ont pas été surpassés et Platon reste le plus grand des philosophes . La révolution industrielle est une conséquence des progrès de la connaissance mais connaissance n' est pas culture .

C' est pourquoi je pense que l' action internationale dans le domaine de la coopération culturelle doit non pas chercher l' unité mais sauvegarder la diversité , non pas imposer une forme de civilisation mais favoriser le développement de toutes les civilisations et leur enrichissement réciproque par leur interpénétration . En agissant ainsi , nous nous conformons d'ailleurs à une réalité qui s' est imposée d' elle - même , comme en témoigne l' influence des civilisations africaines ou précolombiennes sur notre art le plus récent , et nous nous montrons fidèles à une des constantes de la pensée occidentale la plus haute , issue de l' humanisme grec et de la pensée chrétienne , qui accorde une valeur égale à l' homme où qu' il se trouve , quelles que soient ses idées , ses croyances et les formes qu' il utilise pour les exprimer . Admettre une hiérarchie des cultures conduirait à admettre une hiérarchie des races , ce à quoi se refusent et notre jugement et notre volonté .

Ainsi , c' est une conception diversifiée et polyvalente de la culture qui doit guider votre action . S' il est naturel que vous contribuiez à introduire partout les progrès de la technique tels qu' ils se sont manifestés particulièrement dans un certain nombre de pays et tels qu' ils s' imposent comme instruments du pouvoir de l' homme sur la nature , il ne faut pas confondre cette action avec l' action culturelle proprement dite . En ce domaine , votre rôle est au contraire de lutter contre la tendance à une uniformisation qui serait un appauvrissement collectif et d' aider les peuples qui s' initient à la technique industrielle non seulement à protéger mais à développer leur propre culture traditionnelle , c'est-à-dire leur propre explication de la destinée humaine et leurs propres modalités d' expression de l' homme dans sa recherche de la vérité et de la beauté . Par là même vous aiderez à faire que les diverses civilisations ne se contentent pas de coexister mais communiquent entre elles , et trouvent par leurs contacts un réciproque enrichissement dans le respect des originalités de chacun . Voilà , n' est - il pas vrai , l' humanisme moderne au sens plein du terme , tel que l' exprimait Hugo dans un vers que je donnerais volontiers pour devise à l' UNESCO « Il porte l' homme à l' homme et l' esprit à l' esprit . » .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
culture
civilisations
hiérarchie
conception
homme
supériorité
pensée
technique
action
domaine
philosophes
idées
culturelle
littérature
témoigne
humanisme
conséquence
évolution
jugement
formes
intellectuels
réciproque
enrichissement
industrielle
organisme
statuaire
nègre
originalités
bisons
contribuiez

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact