CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Plus qu' une conception statique , photographique , ou qu' une conception proprement religieuse . Je crois qu' une nation , c' est comme un corps vivant , et que par conséquent , comme un corps vivant , cela évolue , cela grandit , cela a des maladies , cela a quelquefois une vieillesse , quelquefois une mort , avec cette différence , par rapport à la vie de l' individu , que l' individu a l' enfance , la jeunesse , l' âge adulte , la vieillesse et la mort , alors que les nations , je ne dis pas qu' elles ont plusieurs existences comme dans la religion hindouiste , mais elles ont des renouveaux de jeunesse , elles ont quelquefois plusieurs jeunesses , plusieurs vieillesses , surtout les vieilles nations comme la France .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «conception» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «conception»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 14 avril 1970

Je ne crois absolument pas qu' on puisse considérer la nation comme le simple rassemblement d' un certain nombre d' individus vivant à un moment donné . Vous prendriez les passagers d' un transatlantique qui fait naufrage , et qui sont amenés à débarquer , à se sauver , à se rencontrer sur une île déserte , il faudrait très longtemps avant que cela fasse une nation . Ce n' est pas cela , une nation .

Cela étant dit , je n' ai pas non plus une conception de la nation tournée entièrement vers le passé et vers un héritage historique .

Je crois tout bêtement , si je puis dire , que les deux conceptions doivent être réunies et que la nation est un ensemble d' individus qui vivent à un certain moment , mais qui portent en eux - mêmes un héritage , un passé , une formation communs . Autrement dit , pour moi , la France , c' est tout aussi bien Jeanne d' Arc que Louis XIV , Napoléon ou je ne sais qui , que d'ailleurs aussi Molière ou Pasteur , ou tout ce que vous voudrez . C' est en plus , et évidemment , ce qui est à l' heure actuelle , c'est-à-dire 50 millions de gens vivant à l' intérieur de frontières et ayant en commun une langue .

Cette histoire - là , vous savez , Renan l' a déjà traitée en réalité ; il y a un discours de Renan sur la nation , qui est d'ailleurs de conception assez religieuse , mais qui montre bien qu' il y a dans la nation quelque chose qui n' est ni la communauté de race , ni la communauté de langue , ni la communauté de religion - mais qui est tout à la fois aussi - qui est quelque chose de plus ; ce plus , il est évident qu' il est imperceptible , qu' il est impalpable , il ne s' exprime pas , mais il existe , et chacun le sent parfaitement en lui - même .

...

A partir du moment où il résulte de ce que j' ai dit que je considère la nation comme un être vivant , c'est-à-dire que comme tout être vivant elle a un passé , elle a un présent , et elle a un avenir , une nation est ou bien une chose morte , ou bien une chose en évolution ; si elle est vivante , elle est en évolution , par conséquent il peut y avoir effectivement une évolution de la nation elle - même , et dans une certaine mesure de sa conception , en tout cas de ses rapports avec l' extérieur .

Il y a évidemment des époques où les nations s' agrandissent , c' est un fait , il y en a d' autres où elles se rapetissent , c' est également un fait . Pour les gens de ma génération , l' Algérie faisait partie de la nation française ; eh bien , elle n' en fait plus partie , par conséquent c' est donc un changement dans la conception même de la nation France que nous avons digéré en nous - mêmes , quelques-uns peut-être plus mal que d' autres , tout le monde p ' s ou moins douloureusement , en ' u tout cas c' est un changement , et cela prouve que la nation est quelque chose qui évolue , précisément parce qu' elle est vivante .

Moi , j' ai une conception quasi physiologique de la nation .

Plus qu' une conception statique , photographique , ou qu' une conception proprement religieuse . Je crois qu' une nation , c' est comme un corps vivant , et que par conséquent , comme un corps vivant , cela évolue , cela grandit , cela a des maladies , cela a quelquefois une vieillesse , quelquefois une mort , avec cette différence , par rapport à la vie de l' individu , que l' individu a l' enfance , la jeunesse , l' âge adulte , la vieillesse et la mort , alors que les nations , je ne dis pas qu' elles ont plusieurs existences comme dans la religion hindouiste , mais elles ont des renouveaux de jeunesse , elles ont quelquefois plusieurs jeunesses , plusieurs vieillesses , surtout les vieilles nations comme la France .

Alors , cela évolue . Je ne sais pas si votre question signifie quid de la France par rapport à l' Europe , par exemple ? . .

Je crois que sur l' Europe , et sur la nation française par rapport à l' Europe , il faut être à la fois très simple et très nuancé . C' est absurde de comparer , par exemple , ce que pourrait être l' avenir de l' Europe avec la création des Etats-Unis d' Amérique .

Il y avait , d' un côté , treize petites colonies peu peuplées , qui avaient une communauté , d' origine déjà , et de soumission à un pouvoir politique unique , qui ont aspiré à se libérer de ce pouvoir , mais aspiré ensemble , et par conséquent à créer leur propre pouvoir . Elles n' avaient aucun passé , sauf ce petit passé commun , elles n' avaient aucune existence historique d' aucune espèce qui les distinguât vraiment les unes des autres .

On les a mises ensemble , elles se sont mises ensemble , d'ailleurs avec un peu de particularisme , un particularisme local et quasiment régional plus qu' autre chose , et malgré cela on voit à quel point il est difficile de faire vivre ensemble des gens qui n' ont pas vraiment une communauté totale , historique et autre , entre eux , puisqu'il y a quand même eu une guerre de Sécession , près de 100 ans après .

Alors , vous prenez l' Europe . Vous avez la France , dont il faut bien dire qu' en gros elle a été une nation unifiée depuis un millénaire , même si ses limites n' ont pas toujours été semblables . L' Angleterre est un tout petit peu différente , mais tout de même , en gros , elle a derrière elle presque un millénaire d' existence en tant que nation . L' Allemagne , elle , a un passé de nation beaucoup plus récent , mais avec une espèce de confusion enfin , je dis confusion pas du tout dans le sens péjoratif vague et poétique qui caractérise la pensée allemande de l' Empire romain germanique , qui a tout de même vécu jusqu' à Napoléon , même si ce n' était pas une réalité politique puissante . Et puis ensuite , Napoléon a créé la nation allemande , ou tout au moins le patriotisme allemand , avec les réactions de Fichte et compagnie , et puis vous avez eu Bismarck , qui l' a faite , lui , par le fer et par le sang , comme il disait , et puis trois guerres , une gagnée , deux de perdues , mais enfin perdues après beaucoup de victoires , de succès , et de résistance incroyable , tout cela représente quelque chose , cela ne s' efface pas du jour au lendemain . L' Italie , elle aussi , a un passé .

Tout ce monde a des langues , tout ce monde a des Etats , tout ce monde a des habitudes , tout ce monde a des législations . Songez que la législation allemande , en Alsace-Lorraine , dans bien des domaines , nous n' avons jamais pu ni la supprimer ni l' étendre au reste du pays . Alors , s' imaginer qu' on va mettre tout cela ensemble , qu' on va élire Dupont président , 6 cents députés , qu' il sortira un gouvernement , et que cela fera l' Europe , que les paysans du Lot apprendront que la culture du tabac est interdite par le Gouvernement Européen , parce qu' il est plus avantageux de l' importer , ou de le cultiver ailleurs , et de tout ainsi , c' est une blague , c' est une pure blague , et c' est dans la mesure où l' on prend cette position qu' on tue les chances européennes .

Le général de Gaulle dl sait qu' il n' avait jamais parlé de l' Europe des nations , mais de l' Europe des Etats . Je crois que cl est , en effet , par les Etats qu' on peut faire l' Europe , que l' Europe peut être une association d' Etats qui , petit à petit , mettraient en commun leur politique . On essaye de le faire sur le plan économique , tout au moins sur le plan douanier , sur le plan agricole , peut-être un jour le fera - t - on sur le plan économique , sur le plan monétaire .

Nous avons des intérêts divergents , mais enfin , en gros , nos intérêts communs sont plus grands que nos intérêts divergents , et nous avons plus d' intérêts communs avec l' Angleterre ou avec l' Allemagne qu' avec la Chine ou avec le Chili , c' est évident de par la géographie .

Alors , dans tout cela , je crois qu' il n' y a de véritable chance de faire naître , si je puis dire , une nation européenne , qu' à travers les siècles , et que l' idée de démolir au départ les nations européennes condamne l' idée européenne à l' échec complet .

Là encore , je reprendrai la comparaison avec un individu il y a un individu qui se marie , il entre dans une famille qui n' est pas la sienne , il y a deux familles qui se trouvent jointes . Cela marche plus ou moins bien , il y a des cas où l' on se dispute , et même où l' on rompt , il y a des cas , tout de même les plus nombreux jusqu' à nouvel ordre , où les choses marchent , où les époux s' entendent , et créent ensemble une famille et des enfants ; et puis les deux familles se voient plus ou moins , s' entendent plus ou moins , souvent elles se voient , quelquefois même elles s' associent , pas beaucoup économiquement parce qu' en général les mariages ne se font que rarement sous l' angle économique , mais elles passent les vacances ensemble , ou voyagent ensemble , ou dînent ensemble . Eh bien , c' est une façon comme une autre de créer une entité nouvelle , et néanmoins chacun est resté lui - même , et n' a pas perdu sa propre substance ; il l' a simplement modifiée , adaptée , et dans une certaine mesure souvent enrichie .

Pour moi , l' Europe , c' est un mariage , seulement c' est un mariage à 6 ou à dix ! . .

... L' amour n' en est pas la base .

...

Si l' Europe se développe , elle devient une puissance mondiale , vous ne pouvez pas séparer l' un de l' autre en réalité .

Je prendrai l' exemple de pays tout petits . Je vois tout à l' heure le Premier ministre de Suède . La Suède n' est pas un grand pays ; il n' empêche que son développement économique et sa volonté d' indépendance nationale font que la Suède a une existence internationale . Elle ne dirige pas le monde , non , mais elle se fait respecter , elle a son opinion , elle la donne , et ce n' est que la Suède , c'est-à-dire 7 ou 6 millions d' habitants , quelque chose de cet ordre .

Alors , il est bien évident que si vous mettez ensemble 250 millions d' Européens qui s' associent dans une action économique , d'abord , puis qui , petit à petit , causent , essayent de mettre leur action en accord , et si cela réussit , ce sera une énorme puissance mondiale . Cela ne peut pas se séparer , vous ne pouvez pas imaginer qu' une énorme puissance économique , monétaire , et autre , se désintéresse des affaires du monde , ce n' est pas vrai , ne serait - ce que parce qu' elle aura des intérêts partout dans le monde .

De toute manière , on ne peut pas imaginer un ensemble de cet ordre vivant replié . Même la Chine , qui est énorme , et qui vit très repliée sur elle - même , on sent très bien que dès qu' elle a un certain équilibre intérieur , elle cherche à s' ouvrir sur l' extérieur , et à jouer un rôle ; pourtant , c' est traditionnellement , peut-être , le pays le mieux fait pour se replier sur lui - même , dans la mesure où il a une civilisation très différente des autres , une pensée très différente du reste du monde , une masse qui se suffit à elle - même , mais alors qu' on pourrait penser qu' il peut se désintéresser de ce qui se passe ailleurs , il ne s' en désintéresse pas . En Afrique , dès maintenant , cela se voit bien , et il ne se désintéresse pas de ce qui se passera en Amérique , en Australie , ou dans le Pacifique , ultérieurement , c' est certain .

Cela n' existe pas , la puissance repliée sur elle - même . Vous pouvez avoir une puissance qui fait une crise d' isolationnisme , elle en sort fatalement . Il n' y a qu' à voir le sort des Etats-Unis : au fur et à mesure que leur puissance grandissait , leur isolationnisme cédait , et même quand il y avait quelques petits retours , c' était du freinage , ce n' était pas du tout le retour véritable à l' isolationnisme , et ils n' y reviendront jamais , même s' ils le voulaient ils ne le pourraient pas .

J' en dis autant de la France , d'ailleurs . Si vous voulez , j' ai pris les deux extrêmes en citant la Suède et l' Europe ou la Chine , mais la France , c' est la même chose . La France a son propre développement , c' est capital , mais ce n' est finalement que le support d' une espèce de puissance et d' une espèce d' ambition . On ne peut pas imaginer le contraire , parce que ce serait la mort , le suicide .

...

Alors là , je vous dirai que ce n' est pas une question , c' est une analyse , et en fait c' est une analyse d' une réponse que je n' ai pas encore faite ! Je n' ai parlé jusqu' ici , en effet , que de problèmes économiques , de puissance , et autres . Le fait de témoigner , comme vous dites , c'est-à-dire ce que j' appellerai une espèce de prestige moral et même politique , c' est une autre affaire .

Les nations , les puissances , sur ce point , ont réagi apparemment de façon différente . Il me semble , par exemple , que l' Allemagne , dans ses périodes de puissance , peut-être même l' Angleterre , dans ses périodes de grande puissance , n' ont pas tellement cherché à témoigner . Elles se sont créé à elles - mêmes une société , une civilisation , et elles n' ont pas tenté d' en faire un modèle à l' usage des autres . On pourrait même soutenir - mais il faut faire attention à ce qu on me fera dire , parce que je ne voudrais pas comparer l' Angleterre de Disraeli à l' Allemagne d' Hitler - qu' il y avait un lien commun entre les deux pays , c'est-à-dire l' idée d' un individu de race supérieure , et que par conséquent ce n' est pas la peine de témoigner , puisque les autres , de toute manière , ne pouvaient pas atteindre à ce niveau .

Si l' on prend la Russie - je ne parle pas de la Chine , je ne connais pas très bien son histoire - il est frappant de constater que la Russie des tsars ne cherchait pas à témoigner , et elle avait même presque tendance à vanter l' extérieur et à chercher perpétuellement à s' y mêler ; elle parlait français à la Cour , elle faisait venir des quantités d' Allemands dans tous les coins pour enseigner les techniques et l' économie à tout le monde , et cetera . Il y avait néanmoins dans l' âme russe une volonté de témoigner , cela se voit dans Dostoïevski de façon très frappante .

Cela peut être comique à dire , mais je crois que dans une certaine mesure la Russie soviétique est sortie un peu de ce courant intellectuel de Dostoïevski ou de Tolstoï , et a sûrement en elle une certaine volonté de témoigner , qui s' inspire alors de Lénine , et cetera .

Les Etats-Unis , eux , ont conçu à un moment donné l' idée d' une forme de vie et de société qui était l' idéal , et qu' ils cherchaient à expliquer aux autres , et à faire adopter aux autres .

Je crois que la France , sur ce point , est de la même farine , si j' ose dire , et a toujours eu tendance à penser que son mode de vie , sa conception de la société , sa forme de civilisation étaient quelque chose qu' il fallait répandre .

Alors , aujourd'hui , où en est - on ? Je crois que la France a toujours cette même attitude , avec naturellement des moyens très atténués , mais il est très frappant de voir , par exemple , que nous sommes sans conteste le pays au monde qui fait le plus de bruit et qui montre le plus d' insistance autour de sa langue . Non seulement en paroles , mais dans les négociations internationales , chaque fois que nous allons dans un pays , l' enseignement du français , pour nous , nous apparaît comme une chose vitale , ce qui n' est pas le cas des Allemands , non pas qu' ils soient contre la langue allemande , mais cela ne leur paraît pas vital .

Donc , nous avons toujours cela en nous , et je crois que cela fait partie à l' heure actuelle de notre force et de notre prestige , c' est absolument certain . Ce que nous disons , et c' était vrai d'ailleurs encore plus quand le général de Gaulle parlait , parce qu' il s' y ajoutait l' éclat et le retentissement de sa personnalité , a tout de même beaucoup plus -d'importance - je l' ai d'ailleurs dit quelque part aux Etats-Unis - que notre population , que notre production d' acier , c' est un fait . J' ai dû dire cela au National Press Club , si je me souviens bien , dans l' introduction .

Alors , je crois que nous avons un devoir , face aux problèmes de la société moderne , c' est d' essayer de dégager une conception de cette société moderne et de la vie en société . Cela ne se fait pas comme cela . Ne confondez pas cela avec les déclarations du Premier ministre parlant de la « nouvelle société » ; c' est tout à fait différent dans ma pensée . Ce n' est pas du tout l' idée qu' on va organiser la concertation sociale , les contrats de progrès , et cetera . Tout cela , c' est très beau , mais c' est très petit , finalement , à côté d' une conception même de l' homme , de la société , de la civilisation , et de l' avenir de cette civilisation . Ce sont des choses qui ne sont pas à l' initiative d' un gouvernement imaginant que , et mettant sur le papier une conception du monde , ce n' est pas vrai , cela se fait petit à petit , et progressivement . Le gouvernement peut y aider , mais à mon avis c' est le rôle aussi bien des intellectuels , des professeurs , des curés , des pasteurs , des rabbins . ne les oublions pas , pour ne pas me faire critiquer . des philosophes , des écrivains ; tous ceux qui prétendent à une espèce de magistrature morale ou intellectuelle jouent un rôle là-dedans , et les choses se font ou ne se font pas , on y arrive , ou on n' y arrive pas . Nous cherchons , et je crois que le devoir de la France est de chercher à y arriver , mais enfin c' est difficile .

Alors , je rejoins l' Europe . J' ai tendance à penser que cette conception française pourrait être une conception européenne , non pas que l' Europe se rallie à la France , mais parce que je crois que l' essentiel d' une conception française de la société , au fond , est l' héritage d' une culture qui est plus européenne que strictement française . Finalement , quand on pense aux problèmes modernes , aux différences entre la France , l' Allemagne , et l' Angleterre , apparaissent des nuances . Il y a tout de même un certain comportement de l' homme européen , occidental j' entends . Au surplus , les pays , comme l' Angleterre notamment , ont certainement pas mai à apporter dans cette conception de la société et de la civilisation , et comme d' autre part on impose en s' opposant , comme le disait Hegel si je me souviens bien , et qu' il y a une opposition qui se crée progressivement entre , d' un côté , l' Europe occidentale , de l' autre le monde soviétique tel qu' il est , et les Etats-Unis , par conséquent en ressentant ces différences une conception de l' homme européen devrait probablement naître dans les prochaines décennies . pour employer le jargon journalistique , ce n' est pas une critique .

...

De tout , de la vie de l' homme , de l' individu , de la morale - il faudra bien qu' on trouve une morale , ou que se recrée une morale - et puis des rapports entre nations aussi .

La France témoigne , par exemple , quand elle prend un certain nombre de positions , mettons , sur le Viêt-nam , et sur les problèmes d' Indochine , mais si on va au fond des choses , c'est-à-dire le rapport des forces , les Etats-Unis , la Chine , la Russie , le Nord Viêt-nam lui - même , le Sud Viêt-nam aussi , pourraient nous répondre : « Vous êtes bien , gentils , mais enfin de quoi vous mêlez - vous ? » Mais aucun ne le dit , aucun . Je ne dis pas qu' ils nous disent : e Bravo , on est du même avis » , mais le fait que nous prenions une position met tout le monde dans l' embarras et éveille partout de l' intérêt . C' est cela , témoigner , notamment .

...

Moi , je crois que nous avons trois ancêtres , ou deux dont l' un est double . L' un c' est la Bible et le Christ , enfin le monde juif et le Christ ensuite , et puis l' autre c' est la culture gréco-latine , et nous sommes sortis de ce passé , c' est en nous .

. Je ne sais pas si ce sont des atouts , c' est ce qui est en nous , ce sont nos chromosomes .

. Une mesure , vous savez , personnellement j' ai toujours pensé que tout au moins la mesure française était un contrepoids contre les excès . Je crois que le Français est exagérément optimiste un jour , et exagérément pessimiste le lendemain , je crois qu' il est exagérément nationaliste un jour , et exagérément défaitiste le lendemain ; d'ailleurs , c' est pour cela que nous avons tant de révolutions dans un pays qui ne fait qu' aspirer à l' ordre . Je crois que notre mesure est plutôt un équilibre qu' il faut essayer de maintenir de temps à autre entre des tendances perpétuelles à l' excès .

. Il y a une citation de Montaigne - parce que j' ai écrit tout cela , vous savez , mais enfin je ne le publie pas ... « Le peuple français , disait Montaigne , est capable d' obéissance et discipline et de servir à quelque bon usage s' il est bien guidé » .

. Cela fait partie des contradictions du Français . Je vous parlais tout à l' heure des excès , et je reviens un peu en arrière . Il y a un exemple que j' aime assez : vous prenez deux Français , vous les mettez dans un ascenseur . Il faut sortir de l' ascenseur . Ils se font des politesses : Après vous , je vous en prie , je n' en ferai rien , et cetera . Cela dure 5 minutes , et pendant ce temps des gens attendent l' ascenseur . Ils sortent , et chacun prend sa voiture . trois cents mètres plus loin , il y a une chance sur deux pour que l' un fasse une queue de poisson à l' autre . parce qu' il prétend passer devant ! C' est comme cela. .

. La France a quelque chose , à mon avis , qui est en elle , une faiblesse qu' elle est en train , je pense , de corriger , en tout cas je fais tout pour essayer de la corriger : le Français n' a pas de formation économique . Il n' a appris l' économie qu' individuellement , dans le cadre de sa vie quand il est dans la vie économique , et par conséquent , pour lui ; s' il est épicier , l' économie c' est , suivant qu' il est plus ou moins intelligent , d' arriver à acheter un peu moins cher , à vendre un peu plus cher , et à avoir une clientèle un peu plus grande , et tout ainsi , mais il n' a jamais reçu une formation économique , il n' a même pas une notion de l' économie .

On a réussi à créer un certain nombre de fantômes économiques : par exemple , l' inflation . Tous les Français sont contre l' inflation ; faites effectuer un sondage par l' IFOP , vous aurez 90 % de gens qui sont contre l' inflation , et 10 % qui diront qu' ils n' ont pas d' opinion . Après quoi toute la tendance de l' action des Français est inflationniste , dans tous les domaines ! Que vous preniez les patrons , les ouvriers , les gens de toutes professions , les syndicats - il n' y a qu' à voir le Conseil économique et social - il n' y a qu' un point de rencontre possible pour tout le monde , c' est une politique inflationniste , c' est vrai .

...

. - Alors , nous avons le devoir d' apprendre aux Français ce minimum de formation économique qui est le propre des Anglo-Saxons , et même des Germaniques ; je ne parle pas des pays communistes , qui ont reçu , eux aussi , une formation économique d' un type différent , mais qui l' ont reçue , et qui s' en sont imprégnés .

D' autre part , la France a honte de l' économie , ou tout au moins de la finance . Quand on dit : « Vous savez , il parait qu' ils ont vendu des Mirage pour des raisons de commerce extérieur et d' argent » , on se voile la face ! Je vous dis tout de suite que ce n' est pas la raison fondamentale de la vente des Mirage à la Libye , mais il n' en reste pas moins que pour un gouvernement anglais , un gouvernement américain , ou hollandais , on aurait dit dans les journaux : « Excellente affaire , remarquable succès , 200 millions - je ne sais pas combien , ou 100 , ou 300 - de dollars d' avions vendus ! » Le Français en a honte , de même , d'ailleurs , qu' il a honte d' être riche , et qu' il le cache et , pourtant , contradiction , il aime l' argent , peut-être plus que personne d' autre au monde . Alors ? Alors , je crois qu' une formation consiste peut-être à enlever un peu aux gens le goût de l' argent , à leur montrer que l' argent n' a pas de valeur en soi , qu' il n' a de valeur que par ce qu ' on peut en faire , mais que , en revanche , la vie économique est quelque chose qui a ses règles , qui a des principes , qui s' apprend . Il y a une formation , et si on y arrivait , eh bien , on aurait peut-être une France qui aurait ce -dynamisme économique en même temps que ce dynamisme politique , culturel , qu' elle a toujours eu .

Il n' y a pas un Français à qui l' on ait dit réellement à l' école que la guerre entre l' Angleterre et Napoléon a été , en grande partie , une guerre économique et financière , et que finalement l' Angleterre a gagné parce qu' elle a tenu la guerre économique et financière suffisamment . Pour les Français , ce sont les coups échangés , ce sont les batailles , et ce n' est que cela . Pourtant , il faut le leur faire comprendre , car comment peuvent - ils saisir la vie moderne , que comprennent - ils a l' histoire de l' Angleterre et de la Communauté européenne , s' ils ne comprennent pas que , pour l' Angleterre , la politique européenne a été le blocus continental , avec d'ailleurs exactement les mêmes limites ? Seulement , je ne sais pas si beaucoup de gens ont réfléchi à ce fait que les limites de la Communauté économique sont exactement les limites de l' Empire napoléonien en 1811 , y compris la coupure de l' Allemagne .

. Je vais tâcher de vous donner un certain nombre d' aspects successifs ; je ne les classe pas dans l' ordre d' importance , je les classe dans l' ordre où ils me viennent à l' esprit .

Vous avez d'abord , sans aucun doute , l' accélération du progrès technique et scientifique . C' est le premier fait , qui a des résultats fabuleux , et qu' on ne mesure pas tous , qui a fait d'abord que la terre est devenue une unité ; maintenant , on peut dire que rien de ce qui se passe dans un coin de la planète n' est indifférent à l' autre bout de la planète . Cela le touche plus ou moins , mais cela le touche .

Il n' y a plus de « terra incognita » , sur les cartes il n' y a plus rien à découvrir , ce qui est une limitation ; alors que le reste est une ouverture et une possibilité d' action , il y a cette limitation , il n' y a plus rien à découvrir sur la terre , ou pas grand-chose , en tout cas ce n' est plus que de l' approfondissement. .

Cela a des conséquences économiques , cela a des conséquences politiques , et cela a même des conséquences pédagogiques : la géographie prend beaucoup plus d' importance que l' enseignement de l' Histoire . Si j' arrive à faire refaire l' enseignement secondaire comme je le souhaite , il est évident que l' histoire des nationalités d' Autriche-Hongrie au Dix-neuvième siècle ou que les réformes des tsars , ou que même la guerre de Trente Ans ont perdu beaucoup de leur intérêt et qu' en revanche la géographie a acquis une importance considérable , ainsi d'ailleurs que les langues vivantes .

Cela a , d' autre part , des conséquences formidables , en ce sens que les conditions de vie et d' action , de l' action économique , de l' action industrielle , sont continuellement transformées . Je n' insiste pas sur le développement de l' industrie et la transformation évidente du cadre de vie : l' urbanisation , la transformation , le fait que l' homme dépend de l' électricité , et cetera , plus les pollutions et tout ce qu' on voudra .

En dehors de tout ceci , je dirai aussi que cela a une conséquence sur l' homme lui - même , car l' un des thèmes les plus traités c' est qu' un des malaises du monde actuel , c' est , au fond , que l' homme lui - même n' a pas évolué , alors que le reste évolue . A mon avis , c' est faux . C' est en partie vrai , bien sur , mais c' est en partie faux aussi , et j' en donnerai un ou deux exemples plus ou moins importants : D'abord dans le comportement , par le développement du sport . Par exemple , la retrouvaille du corps , pour ainsi dire , que le christianisme avait fait -disparaître , avait caché , a provoqué des transformations considérables , dans la race , bien sûr , mais aussi même dans le comportement et dans la morale . Tout ce qui est libération sexuelle , ouverture , et cetera , vient finalement de là .

Vous avez aussi , autre changement profond de l' homme , le fait que nous étions , en gros , depuis le XVI , siècle , depuis Gutenberg , dans une civilisation de l' écrit ; nous sommes en train d' en sortir . Je regrette de vous le dire , à vous dont le métier est d' écrire en grande partie , mais c' est la vérité . La radio , la télévision donnent à l' oreille et à l' image la prépondérance .

Ce n' est pas vrai simplement pour la publicité ou pour la présentation des journaux , ou pour ceci , ou pour cela , c' est vrai pour la formation même des jeunes gens , et à mon avis l' un des éléments fondamentaux du trouble dans l' enseignement et dans l' Université , jusqu' au moment où on arrive à la politique , c' est le fait que la génération des professeurs appartient à la civilisation de l' écrit , et qu' elle a affaire à des enfants ou à des jeunes gens qui , eux , apprennent et se forment essentiellement par l' œil et par l' oreille , qui ont le plus grand mal à lire . Lire est devenu un effort pour la jeunesse , écrire encore plus , mais par ailleurs ils assimilent à longueur de journée des notions , et même une connaissance de la vie , qu' on n' avait pas à leur âge dans le passé , qu' ils assimilent presque sans s' en rendre compte et sans effort , par l' œil et par l' oreille .

Cela aura des conséquences évidentes , depuis les plus visibles , à commencer par l' orthographe - l' orthographe n' existait pas avant l' imprimerie , l' orthographe va disparaître , les gens font de plus en plus de fautes d' orthographe - jusqu' à de moins importantes , par exemple les accents disparaîtront de plus en plus , on parlera de plus en plus naturellement ; il y aura encore des speakers à Radio-Toulouse qui maintiendront un certain accent , mais , en gros , les accents vont disparaître. .

... parce que la radio et la télévision apprendront à tout le monde à parler comme on parle , disons , normalement .

En même temps , vous avez des enfants et des jeunes gens qui ne sont pas , du point de vue de la capacité de raisonner , d' une formation intellectuelle classique en avance sur celle qu' on avait , qui sont même en retard , mais qui , en revanche , ont une connaissance de la vie extraordinairement plus développée , plus étendue que celle qu' on avait à leur âge , d' où à mon avis , je le répète , cette espèce de -désarroi actuel de l' enseignement , qui est l' inadaptation complète et des méthodes d' enseignement et même des méthodes intellectuelles entre un corps professoral qui a une formation intellectuelle très étendue , et qui appartient à la civilisation de l' écrit , et une jeunesse qui a une formation intellectuelle très faible relativement , et des connaissances , au contraire , de la vie , extrêmement étendues , souvent plus que celles des professeurs , ainsi qu' une capacité d' absorber l' image et le son extraordinairement développée .

Cela entraîne , et devrait entraîner , un bouleversement complet de l' enseignement , bien entendu , mais en dehors de cet aspect un peu technique des choses , cela entraîne la formation d' individus nouveaux , d' hommes nouveaux , sans aucun doute .

Cela se sent très bien . Je vais donner un exemple idiot , mais quand je vois des bandes dessinées , très souvent je ne les comprends pas , alors que je constate que mon fils , et même des enfants de 12 ans , comprennent instantanément . Cela prouve bien qu' il y a un changement profond dans l' intelligence des gens , dans le fond même de l' intelligence .

Reste à savoir si le changement moral , lui , a suivi . Pour l' instant , à mon avis , il a surtout suivi sous la forme destructrice , c'est-à-dire que beaucoup de croyances sont effondrées , ou sont mises en cause , ou sont en tout cas discutées .

L' aspect religieux est évident , l' irréligion a été pendant des siècles l' apanage de quelques individus , d' une société très restreinte , même dans ses périodes les plus florissantes , de nos jours c' est quelque chose qui tend à se répandre partout . C' est là probablement l' aspect le plus préoccupant de la suite , pour ceux , en tout cas , qui pensent que l' homme a besoin de croire à quelque chose qui le dépasse , et qui ne soit pas simplement la conscience de classe . Si l' on croit à cela , il y a évidemment à l' heure actuelle un trou qui est ouvert , et qui , pour l' instant , a du mal à se combler .

. Pour moi , le problème de demain , c' est une certaine conception de la société , c'est-à-dire une certaine conception , non seulement des rapports sociaux , mais de l' adaptation de la vie des gens à un monde technique nouveau : comment s' adapteront - ils ? D' autre part , c' est aussi le problème de l' individu dans tout cela .

. Je ne crois pas , je crois qu' ils ont pris conscience de leur appétit de bonheur . Je crois que l' homme a toujours cherché le bonheur , Il a toujours cherché à ne pas être malheureux , ce qui est une façon de chercher à être heureux , mais je crois que l' idée de bonheur est une idée neuve en Europe . oOn connaît le mot de Saint-Just . Cependant , il y a en effet un aspect plus positif de la chose , une conception du droit au bonheur , et non pas simplement le désir de limiter les catastrophes .

Est - ce que le Français est plus heureux ? Là alors , on entre dans la philosophie . Ma tendance personnelle serait de penser que le bonheur ne dépend pas des choses extérieures , ou en tout cas ne dépend des choses extérieures que dans la mesure où on leur est attaché , et que par conséquent cela n' a pas beaucoup changé , cela ne peut pas beaucoup changer . Le paysan était attaché à sa ferme et , si elle brûlait , il était malheureux ; l' homme moderne est attaché à sa voiture et , si on la détruit , il est ennuyé , il est ennuyé parce qu' il y a l' assurance . il serait malheureux s' il n' y avait pas d' assurances ! C' est d'ailleurs un développement que l' on pourrait faire sur la notion d' assurance , c'est-à-dire le besoin qu' a l' homme moderne de s' assurer contre le malheur , précisément dans cette espèce de quête du bonheur .

Mais finalement , sur ce terrain - là , je ne crois pas à un changement . Je crois que les hommes ne sont pas plus heureux ou plus malheureux , tout en pensant que , quoi qu' on en dise , il y a une espèce d' état lié au dénuement , à la pauvreté traditionnelle , qui permet difficilement le bonheur , et que quand même la notion de bonheur n' apparaît qu' à partir du moment où la vie physiologique est assurée .

.

Moi , je procède par approches successives , parce que je n' ai pas la prétention d' avoir une vision globale . Je voudrais bien trouver quelqu'un qui en ait une , ce serait très commode pour tout le monde !

.

En partie , bien sûr , et si vous voulez cela se trouve même dans les mots . Guizot disait : « Enrichissez - vous par le travail et l' économie . » Nous disons : Enrichissez - vous - c' est une notion morale - par le travail , et nous disons : par l' épargne . La différence entre l' économie et l' épargne , c' est que nous lions la notion d' épargne à la notion d' investissement .

Autrement dit , en effet , on sort d' une certaine conception , peut-être paysanne , de la société , où il s' agissait d' accumuler des sous , pour passer à une idée où l' argent épargné doit avoir pour but de servir au développement de la production .

C' est l' investissement , c' est un des aspects du changement , du glissement , de l' enseignement économique , mais enfin il y a beaucoup à faire en ce domaine .

...

... J' ai dit qu' il fallait une renaissance , c'est-à-dire que je crois que la comparaison est la suivante : je pense que nous ne sommes pas , à proprement parler , au Moyen Age . Le Moyen Age avait ses structures , qui n' étaient pas mises en discussion , il avait ses croyances , qui étaient encore moins mises en discussion , il avait ses hiérarchies , qui étaient admises . Ce que j ai voulu dire , c' est que notre société actuelle ressemble à celle de la fin du Moyen Age , c'est-à-dire au moment où les structures , les croyances et les hiérarchies ont été mises en question , voire détruites ; c' est pratiquement la fin du quinzième siècle . Elles ont été mises en question par les découvertes , par les inventions , par un mouvement intellectuel , technique , et autre , qui , toutes proportions gardées , ressemble beaucoup au nôtre .

Alors , j' ai parlé de renaissance au sens de tentative - tentative d'ailleurs réussie jusqu' au début du XVII siècle -pour recréer des structures , des hiérarchies , et créer une certaine conception de l' homme . C' est le cas de la société au XVII et au dix-huitième siècle , car même la critique philosophique du dix-huitième siècle , en réalité , est dans le prolongement de la Renaissance . Tout cela fait partie d' une recherche de nouvelles structures , d' une nouvelle conception de l' homme et de la vie en société , qui a été réussie .

Après quoi , il faut bien le dire , je crois qu' à l' heure actuelle c' est cette société , sortie de la Renaissance , qui est discutée , ce sont ses structures , ses hiérarchies , sa conception de l' homme , qui sont mises en cause , ce qui fait que lorsque je dis qu' on a besoin d' une renaissance , je veux dire qu' on a besoin de refaire le travail qu' avait fait la Renaissance pour recréer des structures , des hiérarchies , et une morale sociale et individuelle .

. - Vous savez , vous auriez demandé à des gens du XVI siècle : « Est - ce que vous en voyez poindre les signes ? . » Qu' auraient - ils répondu ? Ils étalent dedans . Nous sommes dedans . Je crois que si on réfléchit , on doit se dire que tel mouvement qui se fait ici , tel ouvrage philosophique , telle réflexion intellectuelle des uns ou des autres sont des signes , c' est évident , mais tout ce qu' on peut dire c' est que nous sommes tout à fait au début , et nous sommes , dans l' ensemble , plus dans la phase négative que dans la phase créatrice .

...

Avec non pas l' espoir , mais la conscience de la nécessité de recréer , de reconstruire quelque chose , faute de quoi , d' une façon ou d' une autre , on ira à une catastrophe .

.

Je pense que la vie , c' est le mouvement , et que , par conséquent , de toute manière , il ne peut pas y avoir de stabilité . D'ailleurs , quand on prend les hommes , disons , conservateurs , les conservateurs de toutes les époques , ils dénoncent toujours les catastrophes ; pour eux , le monde va à sa perte . Mais il va à sa perte depuis toujours . c' est réconfortant Alors , je crois qu' en effet on voit perpétuellement des agitations , des révolutions . c' est un peu un grand mot , mais enfin des mutations , pour employer encore un terme du jargon actuel , et à partir de ce moment - là l' esprit conservateur peut se dire qu' on est entré dans une espèce de révolution permanente , mais personnellement je ne le crois pas tout à fait . Je crois que , malgré l' accélération de l' Histoire , malgré les changements certainement plus rapides qu' il faut prévoir , si l' on arrive comme cela me paraît logique , et en tout cas souhaitable à recréer les bases morales , sociales , intellectuelles , de la vie des hommes , eh bien , cahin-caha , à travers beaucoup de changements qui apparaîtront aux conservateurs du moment comme désastreux , finalement cela peut durer , et cela devrait durer .

Au fond , il n' y a pas une très grande différence , à mon avis , entre la société du XVII siècle et la société de la fin du dix-neuvième siècle ; il n' en reste pas moins que tous les gens qui ont vécu à travers ces époques avaient l' impression d' un bouleversement permanent . Or , à mon avis , la conception du XVII siècle de l' homme , de la science , des croyances et autres , est restée à peu près stable dans ces trois siècles , malgré , je le répète , le fait que des quantités de choses changeaient , et qu' à tout moment on dénonçait soit la catastrophe , soit au contraire l' avènement d' une ère nouvelle .

Lorsque je ne sais plus quel ballon devait s' élever dans Paris - vous savez , c' est l' histoire de l' aéroscaphe , si je me souviens bien - Victor Hugo écrivait un grand poème pour dire : c' est l' ère nouvelle ! Eh bien , en réalité , cette ère nouvelle a eu lieu 150 ans plus tard ! .

Personne ne peut prétendre que son pays est mieux placé que d' autres . Je le souhaite , et je le crois un peu , parce que je pense que la France , et même l' Europe , dans la mesure où elle a été ces derniers temps un peu en dehors des grands mouvements , en particulier du mouvement américain , et dans la mesure où elle a , d' autre part , un passé plus riche , dans la mesure aussi où l' un des problèmes d' aujourd'hui c' est certainement la discussion de la société américaine , est probablement un peu mieux placée que d' autres - je parle de l' Europe et des Européens - pour essayer de définir quelque chose .

Autrement dit , les Américains ont fait , et peut-être sommes - nous mieux placés qu' eux pour adapter ce qu' ils ont fait , avec un certain nombre de règles , de principes , de conditions de vie que nous pouvons concevoir , ou dont nous avons hérité , c' est possible .

Mais enfin , cela ne veut pas dire que ce que nous ferons sera mieux que ce que feront les autres , ce n' est pas prouvé ; il est possible que l' Amérique trouve en elle - même la force de modifier sa propre évolution , de la contrôler , et de la transformer .

.

. parce que je ne crois pas à l' avenir de la société communiste , alors là , absolument pas ! Je n' y crois pas parce que je suis pour la liberté , et de plus je n' y crois pas parce que je suis pour le progrès économique ; or , il me paraît évident que c' est un régime qui ne permet pas la liberté , et qui paralyse le progrès économique .

Je n' y crois pas . et je me demande s' ils y croient eux - mêmes !

. Si vous me parlez politique , c' est autre chose , mais si vous me parlez de ce que je peux penser « en moi - même » je vous dirai que le côté paysan est peut-être le côté de l' avenir par beaucoup d' aspects .

Je suis de ceux qui pensent que dans cinquante ans la fortune consistera à pouvoir s' offrir la vie du paysan aisé du début du VINGTIÈME siècle , à bien des égards , c'est-à-dire de l' espace autour de soi , de l' air pur , des œufs frais , des poules élevées avec du grain , et cetera . On y ajoute des piscines et des automobiles , mais ce n' est pas une modification fondamentale , il reste le besoin d' air , de pureté , de liberté. .

Alors , je ne crois pas qu' il y ait contradiction , et j' essaye de réaliser ce qui , je pense , sera un idéal très difficile à atteindre , et très coûteux dans quelques dizaines d' années .

Mais politiquement , c' est autre chose . Il y a , en effet , le problème de gouverner à la fois des vieillards et des jeunes gens . Cela a toujours été vrai , cela l' est plus peut-être aujourd'hui .

D' un point de vue strictement politique d'ailleurs , tout au moins en France , je me demande si , contrairement aux apparences , les divergences ne sont pas atténuées . Je veux dire par là qu' on sent dans la jeunesse moderne un tel besoin de sécurité qu' on a l' impression qu' ils sont un peu des vieillards nés d' hier , et qu' il y aurait plutôt besoin de les pousser à être modernes que d' essayer de les calmer . Naturellement , il faut les calmer dans certaines exubérances , mais il est peut-être plus nécessaire de leur donner le goût du risque que de leur apprendre à être posés .

.

... mais cela tient à un moment où deux choses se sont trouvées réunies , qui ne l' étaient pas jusqu' ici . C' est le fait d'abord , traditionnel , que tout le monde passe son temps à regretter sa jeunesse et à vouloir être jeune . Ce n' est pas d' aujourd'hui qu' on cherche à être jeune et à prolonger la jeunesse . C' est le fait , ensuite , que la jeunesse a pris dans la société moderne une valeur publicitaire , si je puis dire ; c' est un marché . Donc , il y a toute une flatterie de la jeunesse qui s' est instaurée partout , dans la radio , dans la télévision , parce que ce sont les jeunes qui achètent les disques , ce sont eux qui font la fortune des postes de radio , et la coïncidence fait que les adultes se mettent à courir après les jeunes d' une façon plus frappante qu' autrefois . Autrefois , cela consistait , pour une femme , à essayer de se farder , pour réparer des ans l' irréparable outrage , et pour un homme , à la rigueur , à faire un peu d' exercice physique et de gymnastique , pour avoir l' air . Tandis que maintenant , c' est la recherche d' être habillé comme les jeunes , de mener la même vie , d' acheter les mêmes disques , de danser les mêmes danses . ce qui est souvent fâcheux , tout au moins pour l' esthétique ! Mais moi , je ne suis pas du tout pour flatter la jeunesse . Je trouve que c' est une énorme erreur . Il faut l' aimer , c' est une autre affaire , mais on l' aime tout naturellement , parce que c' est un peu soi - même qu' on aime à travers elle , et puis parce que c' est très facile , très naturel , mais il faut la reprendre en main , et non pas la reprendre en main , je le répète , pour la réprimer , sauf dans des excès - mais qui ne me paraissent pas tellement liés à l' âge , plus souvent liés à des mouvements politiques , à des minoritaires , ce n' est pas cela l' important - mais , je le répète , pour lui insuffler le goût du risque et le goût de tenter , d' agir , de faire des choses .

Un patron m' a dit dernièrement quelque chose que j' ai trouvé très bien ; il cherchait à embaucher je ne sais qui , un jeune cadre probablement ; les tests , les titres , tout allait très bien , on allait l' engager , lorsqu' il a dit : « Qu' est - ce que sera ma retraite ? » On lui a répondu : « Votre retraite ? . Fichez le camp ! » Eh bien , le trouve que c' est une réaction extrêmement utile vis-à-vis de la jeunesse . On ne doit pas , à vingt - 5 ans , penser à la retraite .

. Je crois , à tort ou à raison , bien sûr , mais je crois profondément , que l' individu a besoin d' être encadré , que la solitude est à la fois le pire des châtiments , et en même temps la source de tous les dérèglements , et finalement de tous les abandons , de tous les laisser-aller .

Alors , à ce titre , j' attache beaucoup d' importance à la nation , à ce titre j' attache une importance capitale à la famille .

La famille est une chose naturelle , qui repose sur la nature , en fin de compte , donc il apparaît vraiment qu' à moins de bouleversement de l' espèce la famille devrait , malgré la crise actuelle , avoir toutes chances de surnager . Le problème est de savoir si l' Etat veut jouer un rôle pour aider la famille .

Naturellement , il peut aider à la vie matérielle de la famille , mais je ne crois pas énormément à ce type d' action ; je crois que cela peut être nécessaire , c' est même nécessaire , mais je ne crois pas que c' est cela qui fait la famille et qui la soutient . On n' a pas une famille parce qu' on a des allocations familiales , ce n' est pas vrai , même si les allocations familiales aident la famille à vivre .

De tout ce qui , à l' heure actuelle , est ébranlé , j' ai tendance à penser , pour ma part , que la famille est ce qui est en train de se reconstituer . Je trouve que les jeunes , enfin ceux que je connais , ont le sens familial , c'est-à-dire qu' ils vivent très groupés , le mari , la femme , les enfants , de façon extrêmement étroite , et d'ailleurs il n' y a qu' à voir la sensibilité de l' opinion publique à tous les problèmes d' enfants , de rapts d' enfants , et cetera . Il y a certainement une renaissance de la famille . Vous savez , Gide disait : « La famille , c' est le social , et puis le régime cellulaire . » Je crois que cette forme - là a disparu tout à fait , mais je crois que la famille s' est reconstituée autrement , et qu' elle a une force , à l' heure actuelle , très grande chez les jeunes .

Au fond , là où elle est le plus ébranlée , c' est plutôt chez les gens d' un certain âge , avec soit le désaccord entre les enfants et les parents , soit cette espèce de maladie des adultes pour essayer , sous prétexte de la comprendre , de laisser faire n' importe quoi à la jeunesse , et même de la copier . Je crois que cela , qui est une maladie américaine fondamentale , ne nous a pas beaucoup atteints , et est en train de régresser , en Europe je ne sais pas trop , mais en France , et probablement dans les pays latins , germaniques aussi .

Non , sur ce point , je crois qu' il y a un état momentané qui est mauvais , mais que c' est la faute des parents , fondamentalement . D'ailleurs , J' ai été frappé de ce que , dans un IFOP récent , ou un SOFRES quelconque , on voyait que les enfants trouvaient que les parents n' avaient pas assez d' autorité .

Je crois que c' est quelque chose qui est en train de se reconstituer très réellement .

...

... Alors là , il y a deux étages à la réflexion .

Il y en a un , relativement simple , qui concerne directement l' Etat , en tout cas les dirigeants , c' est de ne pas avoir le culte de la machine , de ne pas établir le culte de l' économie , le culte de l' industrie , mais d' en souligner la subordination permanente , nécessaire , non pas simplement au bonheur des hommes , mais tout de même à la priorité de l' homme . C' est ce que nous essayons de dire , un peu dans le VI Plan , et en tout cas ailleurs .

Il y a un étage supérieur , c' est que je crois quand même qu' il y a un mal métaphysique dans tout cela aussi , et c' est celui - là qu' il faudrait arriver à guérir , mais je crois que , sur ce point , l' Etat est désarmé .

.

J' ai dit , le crois que c' est à San Francisco en terminant mon laïus , quelque chose comme cela : quiconque cherchera la solution dans les changements ou dans les révolutions économiques , politiques et sociaux , ne la trouvera pas , parce que le mal est métaphysique , et que ses conséquences sont morales .

Alors , je crois que sur l' aspect moral des choses l' Etat peut agir , avec d' autres , mais sur l' aspect métaphysique il ne peut rien .

.

Il y a , à mon sens , deux choses .

D' une part , je le disais tout à l' heure à propos des terres inconnues , le goût d' une espèce de besoin d' action violente , qui a toujours été dans l' homme , en particulier dans sa jeunesse , n' a plus , pour se satisfaire , ni la véritable exploration , dure ni et périlleuse , ou du moins très peu , ni la guerre coloniale même la guerre tout court , c' est en tout cas vrai des Français . Même là où il y a la guerre , malgré tout ce besoin de violence est accompagné d' un besoin de croire à ce qu' on fait : il est évident que les Américains , par exemple , ne croient pas à leur guerre , par conséquent ils ne la font pas volontiers . Donc , je crois qu' une façon d' extérioriser la violence a , pour le moment tout au moins , disparu .

La deuxième raison , à mon sens , est technique , je veux dire par là que les moyens modernes font que les rapports entre les individus ou les groupes d' individus violents , et ce qu' on appelait autrefois la maréchaussée , se sont modifiés . Sur ce point , nous ressemblons d'ailleurs au Moyen Age , je veux dire par là qu' au Moyen Age , pour des raisons qui tenaient à la structure politique et sociale , les individus qui avaient envie de faire du « chambard » avaient la possibilité d' en faire , ils ne tombaient pas instantanément sur la force qui réprime , et qui réprime efficacement .

Au dix-huitième , et surtout au dix-neuvième siècle , les rapports se sont complètement modifiés ; toute l' évolution technique et tout le progrès étaient en faveur de la maréchaussée , et par conséquent , de même qu' on ouvrait des voies pour permettre les charges de cavalerie , et éventuellement les tirs , et mater les révolutions , de même la bande qui voulait faire des « coups » , et qui n' avait que ses pieds , ou des armes médiocres , voyait lui « arriver sur le paletot » des gens qui étaient beaucoup mieux équipés , armés , beaucoup plus rapides .

Il est certain que l' évolution technique est maintenant en faveur des groupes violents . Les moyens de locomotion font qu' ils disposent d' une mobilité qui est plus grande que celle de la répression , car si même les gens chargés de la répression ont les mêmes moyens , ils n' en ont pas de meilleurs , ils n' en ont pas de plus rapides , et par conséquent , au départ , ils ont la faiblesse de partir en second , ils font de la défensive , Ils se précipitent là où a eu lieu l' attaque , mais ils ont donc un temps de retard . Les talkie-walkies , tout ce que vous voudrez , tout cela joue , il y a une espèce de progrès technique qui permet aux groupes violents de se manifester efficacement , en échappant à la répression , c' est un fait .

Dans une large mesure , l' évolution des rapports sociaux consistera dans la recherche , soit législative - mais cela ne va pas très loin , quoi qu' on en pense - soit technique , de la remise de l' avantage du côté des forces de l' ordre faute de quoi le besoin de violence existant , les moyens de sa réalisation s' offrant sous forme anarchique , individuelle , ou par petits groupes , et non plus organisée en quelque sorte par la société elle - même comme du temps des guerres coloniales , faute de quoi on est dans une phase où cette violence peut se déchaîner assez librement , sauf alors à prendre des mesures politiques du système totalitaire , c'est-à-dire à mettre la police partout , de façon à pouvoir réprimer avant la lettre . C' est un gros problème .

.

Au fond , c' est un autre aspect de la lutte éternelle entre la cuirasse et l' épée . Il y a des moments OÙ l' épée est plus forte que la cuirasse , et d' autres inversement . A l' heure actuelle , ce que l' on appelle maintenant « les forces de l' ordre » sont certainement handicapées par rapport aux gens qui veulent faire du désordre . Le problème sera d' arriver à combler ce handicap , mais cela arrivera fatalement , parce que si cela n' arrive pas nous aurons , d' une façon ou d' une autre , un système totalitaire .

Pour moi , le péril n' est pas dans la révolution , il est dans l' autre aspect des choses , c'est-à-dire dans la prise en main des Etats par des régimes totalitaires - de gauche ou de droite , en fin de compte cela ne change pas grand-chose - qui , par le système de la police généralisée à tous les échelons , surveillant tout le monde , font que les mouvements ne peuvent pas éclater . Il y a là un danger .

.

Cela dépend du pays ... et d'ailleurs la puissance est toujours relative . On peut soutenir que la Suisse ou la Suède cherche à être puissante à son échelle . Moi , je crois que les deux se confondent pour la France .

Je crois que les deux se confondent parce qu' il n' y a qu' une façon de chercher le bonheur , en dehors de la puissance , c' est en se repliant sur soi - même . Le monde extérieur est fait d' embêtements , et par conséquent il nous trouble , il nous gêne ; si vous voulez être tranquille , il faut vous enfermer chez vous . C' est ce qu' a fait l' Espagne au dix-neuvième siècle .

L' expérience prouve que pour un pays comme la France , placée où elle est , c'est-à-dire dans un coin du monde où les grandes puissances ne peuvent pas l' ignorer , stratégiquement , celles - ci sont obligées de la mettre dans leurs calculs stratégiques ; il n' y aurait pas une guerre entre la Russie et les Etats-Unis où la France ne serait pas impliquée ; elle le serait , qu' elle le veuille ou non , stratégiquement .

Donc , notre situation géographique , nos dimensions font que nous ne pouvons pas vivre repliés sur nous - mêmes , ou alors nous dégringolerons , parce que nous n' avons pas en nous les ressources nécessaires . La Russie pourrait vivre repliée sur elle - même très longtemps , les Etats-Unis peut-être , probablement moins , la Chine peut-être , mais la France sûrement pas , elle ne peut trouver l' élévation de son niveau de vie , la prospérité , et donc tout de même une des sources fondamentales du bonheur , que par l' ouverture sur l' extérieur , et à ce moment - là elle ne peut pas se désintéresser de cet extérieur , et donc du rôle qu' elle y joue , du rapport des forces , des pressions qu' elle subit , de la façon dont elle s' en défend , et cetera , ce qui fait que pour moi , et pour la France , je ne crois pas qu' il y ait de bonheur en dehors d' un certain degré de puissance , et je pense qu' un certain degré de puissance est nécessaire pour accéder au bonheur , du moins d' une façon durable . On peut manger son capital pendant une génération , cela ne peut pas durer .

J' ajoute aussi qu' à mon avis c' est incompatible avec le tempérament français , qui a nous en avons parlé au début - une certaine vocation un universelle , une certaine idée que sa conception de la civilisation doit être répandue , doit être offerte aux autres . Cela aussi , c' est une forme de la puissance , ou de l' ambition .

. - Vous savez , il faut toujours craindre la guerre , mais je crois que , tout de même , nous sommes dans une période où , effectivement , les caractéristiques de cette guerre - cette fois - ci vraiment pesées , connues -font qu' elle a plus de chances que par le passé d' être exclue .

Cela étant dit , pourra - t - elle l' être toujours ? Cela m' étonnerait quand même beaucoup .

Il n' est pas prouvé d'ailleurs que nous n' aurons pas des guerres . On peut même constater que , depuis vingt - 5 ans , il y a eu tout le temps la guerre , mais ce n' est pas la guerre au sens plein du terme .

C' est d'ailleurs - je pense par exemple à la Défense nationale - tout un problème , parce que je considère que nous sommes obligés de parer au danger nucléaire pour notre pays , en étant une menace pour les autres du même coup , en leur disant que ce n' est pas sans péril , et qu' en même temps nous ne pouvons pas exclure l' hypothèse d' un conflit banal , localisé , ou conventionnel , où nous nous trouverions impliqués .

.

A mon avis , nous ne sommes plus du tout dans la situation antérieure à la bombe atomique , où il y avait ceux qui étaient en retard dans la conception militaire , et puis ceux qui étaient au goût du jour . Nous sommes dans un monde où il peut y avoir deux formes de conflit , parce que la seconde forme fait reculer tout le monde , ce qui Implique qu' on est quand même obligé de se tenir , dans une certaine mesure , prêt pour une guerre conventionnelle , tout en sachant très bien que cette guerre conventionnelle n' aurait pas grand sens si on passait à l' autre stade ; mais on n' y passera pas forcément , en tout cas on peut le penser , puisque , je le répète , cela fait vingt - 5 ans qu' on n' y est pas passé , alors qu' on a continué à se battre un peu partout .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
conception
crois
nation
bonheur
espèce
témoigner
orthographe
hiérarchies
individu
conséquent
mises
chose
vivant
société
jeunesse
puissance
gens
homme
famille
aspect
siècle
ascenseur
quelque
civilisation
individus
mesure
révolutions
isolationnisme
intellectuelle
avis

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact