CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Pour les usagers , la relève des combustibles par l' électricité est dans l' ordre des choses car sur le plan de la consommation elle peut devenir la forme d' énergie susceptible de répondre à la totalité des besoins et sur le plan de la production elle est capable de mobiliser toutes sources d' énergie , aussi bien les combustibles que les ressources ces indéfinies de l' atome .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «énergie» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «énergie»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 12 mai 1971

( . ) Il nous appartient de concevoir une politique de l' énergie , politique d'autant plus importante pour la France que nos ressources propres sont modestes et sans commune mesure avec nos besoins . C' est d'ailleurs un trait commun des pays de l' Europe occidentale : cette région du monde ne dispose par exemple que de 1 à deux % des réserves pétrolières connues alors que le Proche-Orient et l' Afrique en recèlent 70 % . Une telle distorsion entre la production et l' utilisation constitue un des problèmes majeurs du monde . Les crises récentes l' ont montré clairement . Sans doute , la fermeture du canal de Suez a - t - elle joué un rôle déterminant dans l' immédiat , mais le problème de fond demeure et appellera sans aucun doute des solutions nouvelles dans les années à venir . La France pour sa part y est prête , comme elle l' a montré et le montrera dans ses rapports non seulement avec différents pays du Proche-Orient , mais aussi avec tous ceux où nous développons nos recherches . Même si des difficultés spécifiques avec l' Algérie ont momentanément quelque peu masqué les données permanentes de notre politique , celle - ci , claire et bien souvent affirmée , garde pour objet d' assurer notre indépendance économique sans porter , bien entendu , en rien , atteinte à l' indépendance d' autrui .

La recherche de cet objectif nous impose une double diversification .

Tout d'abord , et compte tenu du fait que pendant au moins une quinzaine d' années encore le pétrole et le gaz naturel garderont la toute première place dans notre alimentation énergétique , nous devons diversifier nos sources d' approvisionnement . C' est ce qui est entrepris , tant dans les efforts de recherche menés par nos deux grands groupes pétroliers que par les contrats d' achat passés ou en discussion ou encore par des accords d' Etat à Etat . Gaz de France en ce domaine doit avoir une politique résolument dynamique .

En second lieu , nous avons décidé d' accélérer notre programme d' utilisation de l' énergie nucléaire , considéré comme un facteur important d' indépendance énergétique . En effet , nous disposons en France même de ressources en uranium non négligeables et les accords passés notamment , mais pas uniquement , avec différents pays de l' Afrique francophone garantissent notre approvisionnement . L' utilisation des techniques actuellement au point et que nos sociétés vont pouvoir assimiler complètement en peu d' années permet d' ores et déjà à l' énergie nucléaire d' être compétitive , compte tenu surtout de l' augmentation du prix des produits pétroliers . De plus , le succès prévisible des surrégénérateurs , technique dans laquelle nous sommes , grâce au Commissariat à l' énergie atomique , au premier rang de la recherche mondiale , ne pourra qu' accentuer encore le rôle de cette forme d' énergie . Un accord prometteur en ce domaine vient d' être passé avec l' Allemagne .

Comme on le voit , une vue à long terme inspire notre politique . En matière énergétique , plus qu' ailleurs peut-être , c' est une nécessité . Nous savons que les besoins en énergie continueront à croître à un taux rapide . Nous savons qu' il faut quatre à 5 ans pour construire une centrale électrique dont la durée d' utilisation dépasse trente années . Nous savons que les réseaux électriques et les canalisations de gaz sont capables de fonctionner pendant plusieurs -dizaines d' années . Nous savons que les délais ne sont pas moindres pour les utilisateurs : n' aura - t - il pas fallu une vingtaine d' années pour que le processus d' électrification et de diésélisation des chemins de fer soit mené à terme ? Cette politique à vue lointaine s' impose donc particulièrement à Electricité de France et je me félicite que sa direction en ait une claire conscience . Pour les usagers , la relève des combustibles par l' électricité est dans l' ordre des choses car sur le plan de la consommation elle peut devenir la forme d' énergie susceptible de répondre à la totalité des besoins et sur le plan de la production elle est capable de mobiliser toutes sources d' énergie , aussi bien les combustibles que les ressources ces indéfinies de l' atome . La même politique s' impose à Gaz de France dont je rappelais les perspectives que lui ouvre le caractère international du marché du gaz naturel .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
énergie
utilisation
savons
combustibles
gaz
années
énergétique
impose
pétroliers
approvisionnement
besoins
passés
ressources
sources
politique
recherche
diésélisation
indéfinies
-dizaines
canalisations
masqué
claire
indépendance
montré
naturel
garderont
électrification
recèlent
distorsion
montrera

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact