CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Mais il y aura les Norvégiens qui ne parlent pas français ; ils parlent anglais ou allemand . Les Danois parlent anglais ou allemand .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «français» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «français»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 26 mai 1971

.

. - Ne me demandez pas d' être systématiquement contre le « leadership » du français , mais je ne crois pas que le problème se pose ainsi , j' ai d'ailleurs eu l' occasion de l' expliquer hier à l' ambassade de France , il y a le problème de la langue française qui est la langue des Français , qui est la langue d' une grande partie des Belges et d' un grand nombre d' autres nations , ou parties de nations . Et puis il y a le problème des relations internationales , des organisations internationales . Ce que j' ai dit à propos du français vise à la fois le rôle du français dans le monde et le rôle du français à l' intérieur de la Communauté .

Il y a le rôle du français dans le monde : certains ont démontré à juste titre que le français est moins parlé que beaucoup d' autres langues telles que l' ourdou ou le bengali : C' est vrai statistiquement parlant . Il n' en est pas moins vrai qu' internationalement le français c' est autre chose et qu' il est un lien entre des nations différentes alors que la plupart des langues ne sont que la langue de leurs nationaux ; il y a certaines langues qui sont internationales et qui créent un lien entre les peuples différents : c' est le cas du français . Il n' est pas le seul .

Et puis il y a un deuxième aspect : c' est le problème des Communautés européennes . Il est une règle absolue : toutes les langues sont égales . Le représentant de la Hollande parle néerlandais , le représentant de l' Allemagne parle allemand , le représentant de la France parle français , l' Italien parle italien , l' Espagnol éventuellement parlera espagnol , l' Anglais quand il va entrer parlera anglais . Mais le français a pris dans la Communauté une place particulière qui est due , je crois , en grande partie au fait que le siège de la Communauté est à Bruxelles . C' est pour cela que les Belges , les Bruxellois , ont un rôle à jouer dans cette affaire . Il a pris un rôle particulier en ce sens que , dans les réunions de travail , quand les collaborateurs se réunissent - en matière diplomatique on les appelle des experts - , ils travaillent en français . Quand j' ai été à La Haye , il a fallu rédiger un communiqué ; un certain nombre de nos collaborateurs se sont réunis , ont rédigé un texte et ce texte était en français . Après quoi on le traduisait en allemand , en italien , en néerlandais , mais on travaillait en français . Ce n' est pas une nécessité , mais pour nous , Français , c' est tout de même un sujet de fierté . Or il se trouve que l' Angleterre entrant dans la Communauté , comme c' est probable et souhaitable , nous savons bien que l' anglais va faire une percée . D'abord parce que les Anglais parlent anglais . Mais s' il n' y avait que les Anglais ce ne serait pas trop grave , d'autant plus qu' ils parlent souvent français eux aussi , même s' ils ne le disent pas . Mais il y aura les Norvégiens qui ne parlent pas français ; ils parlent anglais ou allemand . Les Danois parlent anglais ou allemand . Les Irlandais parlent anglais . Nous allons donc avoir automatiquement et non pas par une volonté d' impérialisme , mais par la nature des choses , une offensive de l' anglais . le souhaite , de tout mon cœur , que tous ceux qui parlent français résistent à cette offensive et fassent que le français , sinon garde sa place unique , tout au moins garde sa place au même titre que l' anglais comme langue de travail . le n' en dis pas plus , ce n' est pas de l' impérialisme , c' est simplement le fait que la langue traduit une façon de penser , une façon de voir le monde et que je souhaite que l' Europe , dans la mesure où elle parlera non seulement chacune de ses langues nationales mais aussi français , se distingue un peu du reste qui ne parle pas français .

. - Monsieur , le propre de la langue française est à mon avis d' être très précise et , par conséquent , de ne pas laisser d' obscurité et les paroles que vous venez de citer me paraissent parfaitement claires . En effet , il faut que l' Europe soit européenne , cela me paraît une évidence ; d'ailleurs , un de mes amis qui est ministre dans mon Gouvernement dit que le gaullisme consiste à répéter des évidences si l' Europe n' est pas européenne , elle ne sera pas l' Europe être européenne , cela veut dire se distinguer du reste , de l' Asie , du monde soviétique , mais aussi de l' Amérique . Et si j' ai insisté sur l' idée de se distinguer de l' Amérique , c' est parce que c' est avec les Etats-Unis que nous avons les liens les plus étroits ; il ne nous est pas très difficile de nous distinguer de l' Asie , vous l' avouerez , de la Chine ou du japon , il ne nous est pas très difficile , non plus , de nous distinguer du monde soviétique , encore qu' il soit en grande partie européen parce que nous avons des différences de régime et d' autres qui font que les distinctions sont claires , nettes , et que même notre effort consiste à les diminuer , à les atténuer ; c' est ce que l' on appelle la recherche de la détente politique qui est la politique de la Belgique autant que celle de la France . Quant aux Etats-Unis , nous devons nous en distinguer parce que , si nous ne nous en distinguons pas , nous serons américains , or nous ne voulons pas être américains , nous voulons être européens . Mais nous avons des liens très étroits : parenté de régime politique et social - nous sommes dans le même univers démocratique - liens commerciaux et économiques et monétaires extrêmement étroits - tout notre système monétaire est lié au dollar - liens politiques , et alliance avec les Etats-Unis - tous les pays qui sont dans la Communauté , presque tous ceux qui sont candidats à l' adhésion sont les alliés des Etats-Unis au sein de l' Alliance atlantique , même si la France a une place particulière dans cette alliance elle n' en fait pas moins partie . C' est donc des Etats-Unis dont nous sommes les plus proches et c' est donc forcément en direction des Etats-Unis que nous devons faire effort pour nous distinguer afin d' être nous - mêmes . C' est vrai sur le plan monétaire , je n' ai pas besoin de le dire . je ne suis pas le seul de cet avis , je crois qu' à l' heure actuelle tout le monde se rend compte qu' il y a un problème du système monétaire international et que l' Europe pourrait aider à trouver une solution à ce système si elle se créait à elle - même une entité monétaire , qui permette d' établir un pôle d' équilibre par rapport au dollar ' c'est-à-dire pour faire que les monnaies européennes ne soient pas purement et simplement des dépendances du dollar . C' est vrai sur le plan politique , sans doute l' Alliance existe - t - elle et reste - t - elle nécessaire , il n' en est pas moins certain que tout notre effort consiste à rechercher la sécurité européenne , à la chercher dans la détente avec l' Est , détente qui ne dépend pas que de nous , bien entendu , qui dépend au moins autant de l' Est que de nous , mais enfin nous avons intérêt à chercher cette détente et j' ajoute qu' à mon avis l' Est souhaite cette détente et ne la souhaite pas pour des raisons secrètes d' ambition et de domination , mais la souhaite parce qu' il en a besoin . Au fur et à mesure que nous réaliserons une véritable sécurité européenne , nous donnerons moins d' étroitesse et d' allégeance à l' Alliance atlantique du point de vue de l' Europe . La France d'ailleurs , vous le savez , a une position particulière qui fait que , membre de l' Alliance , elle n' en a pas moins repris sa liberté clé décision pour des raisons qui nous sont aujourd'hui spéciales mais dont nous sommes convaincus qu' elles deviendront européennes . Enfin il y a le problème de civilisation qui est peut-être de tous le plus important . Sans doute en parlons - nous avec quelque détachement dans la mesure où ce sont des choses abstraites , difficiles à définir , difficiles surtout à mettre en pratique - , il n' en est pas moins vrai que le monde actuel souffre d' une crise de civilisation , et cette crise de civilisation trouve sa racine dans une forme de développement industriel qui est spécifiquement américaine , dont l' Amérique a montré les voies . A l' heure actuelle les pays européens sont des pays qui , à un an ou deux ans de distance , ont tendance à se modeler sur le modèle américain dans leur mode de vie , dans leurs conceptions générales de la vie , de l' habillement , de la publicité , et cetera . le crois qu' une façon de résoudre un certain nombre de problèmes qui se posent à la jeunesse et ce qu' on appelle les problèmes de la société de consommation . qu' une façon de résoudre un malaise général , qui naît de l' abondance , d' une abondance mal répartie et dont on n' aperçoit pas le sens ni la finalité , une des façons de résoudre tout cela , c' est d' essayer de recréer une forme de civilisation , différente . Or , l' Europe me paraît mieux placée qu' aucun autre continent pour rechercher cette forme de civilisation parce que nous avons un passé d' humanisme très ancien , très divers , que nous représentons non pas simplement la culture française , mais la culture germanique , la culture anglaise , la culture flamande et la culture italienne et bien d' autres encore . Tout cela réuni a toujours donné la primauté à l' homme . Or , il me semble que le mal de la civilisation actuelle , c' est que l' homme apparaît comme un instrument et non plus comme une fin . C' est pourquoi je souhaite que l' Europe dans la définition de sa civilisation , de sa conception de la vie , trouve son originalité et rende en même temps un service au monde tout entier en rendant finalement un sens à l' existence .

. - Monsieur , je souhaite de tout cœur aile ma visite soit le signe d' un renforcement des échanges culturels entre la France et la Belgique et non -pas seulement une recrudescence d' assaut culturel français en Belgique . L' an dernier , nous avons vu une exposition de la peinture flamande qui a eu un très grand succès et qui a rappelé aux Français qui auraient tendance à croire qu' ils sont les seuls à avoir une civilisation et un art , que l' art et la civilisation belges existent et existent depuis fort longtemps . Donc je souhaite que mon voyage , s' il doit avoir un sens culturel , favorise le développement des échanges . Pour le reste , malheureusement , c' est un problème d' argent , en fin de compte . Organiser des échanges entre nos étudiants , entre nos universitaires , entre nos savants , c' est un problème de budget et , sur ce point , nous sommes quelquefois pauvres ; vous aussi d'ailleurs . Tous les ministres des Finances sont pauvres , du moins ils le disent . Alors , je ne veux pas vous promettre que les budgets augmenteront , mais Je souhaiterais pour ma part que les résultats augmentent , c'est-à-dire que nous développions ces échanges . Nous avons ici un ambassadeur , n' est - ce pas , vous en avez un à Paris , c' est à eux de travailler . Mais comme je l' ai dit dans une des nombreuses allocutions que j' ai prononcées ici , entre la France et la Belgique , il me semble , que les liens sont tellement étroits et nombreux que la part de l' influence officielle est relativement modeste et que l' élan des individus y supplée largement . Surtout , je le reconnais du côté des Belges qui sont plus ouverts sur la France peut-être ; c' est pourquoi , ce qui pourrait être le plus utile parmi les résultats de ce voyage , c' est d' inviter les Français à venir davantage en Belgique et à mieux connaître l' art , la culture et le peuple belges . C' est ce que je souhaite de tout mon cœur .

. - Rien n' est jamais inconcevable , monsieur . Je dois dire que je n' ai pas demandé à monsieur Heath comme prix de son entrée de transporter le siège des Communautés à Paris . J' aurais d'ailleurs trouvé cela d' une incorrection complète vis-à-vis de nos amis belges qui très souvent dans la Communauté sont à nos côtés , et continueront , je l' espère , à l' être dans bien des circonstances . Bruxelles est le siège des Communautés , juridiquement provisoire , mais vous savez qu' il n' y a que le provisoire qui dure .

. - Vous voyez loin , monsieur ; l' isolationnisme américain n' est pas encore tellement manifeste , les Américains sont toujours présents en Europe . Quand j' étais aux Etats-Unis , j' ai dit que je souhaitais qu' ils y restent d' une façon significative , je pense toujours la même chose . Ensuite la Défense est le problème le plus difficile de tous ceux que nous avons à résoudre et c' est en fin de compte celui qui viendra au bout de chemin lorsque nous aurons fait l' Europe économique , lorsque nous aurons fait l' union monétaire , lorsque nous aurons conçu une véritable politique européenne , alors nous serons obligés de régler le problème de la défense . Jusque - là , je crois qu' il vaut mieux ne pas s' en préoccuper pour un certain nombre de raisons : la première c' est que la défense de l' Europe à l' heure actuelle dépend fondamentalement de la puissance atomique américaine . Or , cette puissance atomique n' est pas européenne et le bouton se presse à Washington , qui n' est pas le siège des Communautés , comme vous le savez . Ensuite la Grande-Bretagne qui est une puissance atomique a des liens spéciaux avec les Etats-Unis sur ce point et ne peut pas y renoncer ; le voudrait - elle , elle ne peut pas y renoncer puisqu'elle est liée par les accords qu' elle a passés . La France est plus libre mais elle ne peut à elle seule assurer la défense européenne . Je n' ai pas besoin d' insister sur les autres aspects particulièrement délicats que pose la politique nucléaire . Je pense donc que le problème d' une défense de l' Europe par elle - même n' est pas un problème du moment , que si nous le mettions au premier plan de nos préoccupations nous le ferions par l' Europe , comme on l' a vu d'ailleurs et nous ne ferions pas l' élargissement , comme on l' a vu à plusieurs reprises . Par conséquent , ce qui nous importe , c' est d' avancer progressivement dans la voie de cette union européenne sachant que , si tout va bien , si tout le monde veut être européen , c'est-à-dire solidaire et dans tous les domaines , il y aura un jour où le problème de la Défense se posera et devra être résolu . Nous n' en sommes pas là .

... - Eh bien , monsieur , ils ont commencé entre les 6 et voici qu' il va falloir les étendre à Sept , à Huit , à 9 ou à Dix , n' est - ce pas ? Les débuts n' étaient pas mauvais , on n' éprouvait pas le besoin de mettre la charrue avant les bœufs , on se contentait d' échanger des idées , d' essayer de voir si on avait une attitude commune et en plusieurs cas on s' est aperçu à la grande surprise de l' extérieur que les 6 pays pouvaient en effet avoir une attitude commune . Il y en a même quelques-uns qui en ont conclu que la France réussissait à entraîner ses partenaires dans cette politique . Je veux croire que , si les partenaires de la France adoptaient ces décisions , c' est qu' elles étaient leurs et qu' ils en approuvaient les termes . Nous pouvons dire que ces premières réunions ont été à plusieurs reprises fructueuses . Elles sont d'autant plus fructueuses qu' elles restent entre nous , j' entends par là que , à la sortie de ces réunions , on ne va pas expliquer aux autres qu' on a dit cela , mais qu' enfin on n' était pas tout à fait d'accord , qu' il fallait bien , et cetera , quelques-uns me comprendront . De toute manière ces réunions ont été intéressantes parce qu' elles ont montré que , quand on allait au fond des problèmes , qu' on était entre soi , qu' il n' y avait personne pour vous écouter , finalement on était plutôt du même avis . C' est pourquoi je pense que c' est assez prometteur pour l' avenir politique de l' Europe . Je ne crois pas , compte tenu de ce que je sais de l' attitude britannique , et des entretiens que j' ai pu avoir avec le Premier ministre britannique , que cela change énormément du fait de l' entrée de la Grande-Bretagne . Je ne le crois pas . Alors ne jurons pas que tout est fait , loin de là , mais continuons à parler . En nous parlant , nous nous comprenons .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
français
anglais
parlent
civilisation
distinguer
langue
langues
étroits
liens
belges
siège
souhaite
problème
réunions
détente
flamande
parlera
fructueuses
allemand
européenne
culture
résoudre
néerlandais
représentant
impérialisme
abondance
ferions
monétaire
art
atomique

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact