CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Qu' il s' agisse des progrès dans l' Union économique et monétaire , de l' effort à entreprendre enfin pour faire aboutir tous ces projets - société européenne , brevet européen , et d' autres encore qui dorment depuis des années - qu' il s' agisse de la définition d' une politique industrielle et technologique commune , au sujet de laquelle la France a déposé un mémorandum resté sans écho , qu' il s' agisse d' une action plus résolue , plus concertée et mieux adaptée à l' égard du tiers monde , notamment de l' Afrique notre voisine , et d' une meilleure compréhension de leurs besoins réels , qu' il s' agisse enfin de la coopération politique , grande espérance de l' Europe , mais encore petite flamme vacillante qu' on ne peut entretenir et faire grandir qu' au prix de beaucoup de patience , de prudence et d' obstination , la route a bien besoin d' être déblayée !

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «agisse» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «agisse»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 2 juin 1972

Monsieur le Premier ministre , Il y a quelque temps je disais que la confiance était le mot clé de la construction européenne . Eh bien , je ne surprendrai personne en affirmant qu' elle est une donnée permanente des rapports -entre la France et la Belgique . Depuis le temps où une princesse française accéda pour la première fois au trône de Belgique , nos relations n' ont cessé de se resserrer sous le signe de l' amitié et de la solidarité dans l' épreuve comme dans les succès . Nos -échanges bilatéraux sont , dans tous les domaines , particulièrement importants et ne cessent de croître . Notre coopération depuis plus de vingt ans au sein des Communautés est étroite et féconde . Et je n' oublie pas l' émouvant accueil que m' ont réservé , voici juste un an , vos souverains , votre peuple , votre capitale , vos grandes cités flamande et wallonne .

C' est vous dire , monsieur le Premier ministre , que je me réjouis et que le Gouvernement français se réjouit de vous accueillir à Paris , à un moment où les entretiens que nous allons avoir peuvent être particulièrement utiles pour nous permettre , au moins vous et nous , d' avoir une vue plus claire de l' avenir européen .

La Conférence de La Haye , à laquelle nous avons tous deux participé , nous a montré la voie à suivre . Les 6 Gouvernements savaient d' avance où ils voulaient en venir . Il s' agissait de consacrer l' achèvement du Marché Commun et de déterminer les conditions de l' élargissement . Deux problèmes entre lesquels chacun , pour des raisons différentes certes , établissait un lien et que nous étions donc tous décidés à régler parallèlement . A partir de là , on pouvait dessiner les perspectives du futur et envisager les progrès de « l' approfondissement » , c'est-à-dire le développement de la construction européenne dans les domaines jusqu' alors restés vierges . C' est ce qui a été fait . Nous avons su éviter les discussions théoriques auxquelles , vous le savez , je répugne tout spécialement , non seulement par pragmatisme et parce que je crois que le mouvement ne se prouve qu' en marchant , mais plus encore peut-être parce que je décèle dans certaines prises de position particulièrement ambitieuses le moyen le plus sûr d' entraver tout progrès . Nous nous sommes fixés des objectifs à la fois larges et précis , notamment dans le domaine de l' union économique et monétaire , et nous avons réussi , en dépit de la grave crise monétaire de 1971 , à ne rien compromettre et même à faire quelques pas en avant significatifs .

L' élargissement a été , de son côté , mené à son terme . L' adhésion de la Grande-Bretagne et de trois autres pays est considérée par nous comme un fait acquis , la France l' a déjà ratifiée , et les pays candidats sont largement associés à nos travaux comme à la préparation de la Conférence au sommet dont on envisage la réunion à Paris cet automne . Mais une réunion de cette importance exige une préparation minutieuse et ce que je me permettrai d' appeler un débroussai age , des questions à l' ordre du jour suffisant pour que les principales difficultés aient été , au préalable , éliminées . je ne prendrais pas , pour ce qui me concerne , la responsabilité d' inviter 9 chefs de Gouvernement si , de leur réunion , ne devaient résulter que de vagues déclarations d' intention , des accords sur des points mineurs ou , pis encore , des désaccords mal camouflés . C' est pourquoi les conversations comme celles que nous allons avoir , celles que nous avons eues ou que nous aurons avec d' autres , tout comme les conférences des ministres des Affaires étrangères , sont de la plus grande importance . Qu' il s' agisse des progrès dans l' Union économique et monétaire , de l' effort à entreprendre enfin pour faire aboutir tous ces projets - société européenne , brevet européen , et d' autres encore qui dorment depuis des années - qu' il s' agisse de la définition d' une politique industrielle et technologique commune , au sujet de laquelle la France a déposé un mémorandum resté sans écho , qu' il s' agisse d' une action plus résolue , plus concertée et mieux adaptée à l' égard du tiers monde , notamment de l' Afrique notre voisine , et d' une meilleure compréhension de leurs besoins réels , qu' il s' agisse enfin de la coopération politique , grande espérance de l' Europe , mais encore petite flamme vacillante qu' on ne peut entretenir et faire grandir qu' au prix de beaucoup de patience , de prudence et d' obstination , la route a bien besoin d' être déblayée ! Quant aux discussions institutionnelles qu' on soulève ici ou là , aux querelles d' attribution que nous connaissons dans tous nos Gouvernements et dont il serait bien surprenant qu' on n' en retrouve pas l' équivalent à l' échelon communautaire , je vous avouerai qu' à mes yeux elles devraient s' effacer devant la volonté d' agir pour faire entendre la voix distincte d' une Europe indépendante qui , sans rien renier de ses amitiés ni de ses alliances , affirme sa personnalité propre . C' est ainsi qu' elle pourra d'ailleurs devenir un lien au lieu de risquer d' être un enjeu . Pour le reste , si les Six , puis les Dix , coopèrent franchement et sans arrière-pensée dans des domaines qui -débordent plus ou moins le traité de Rome , eh bien , les évolutions se feront d' elles - mêmes . A un certain moment , les Gouvernements découvriront sans peine qu' il est plus simple de transférer des attributions aux organismes communautaires , suivant les procédures du traité ou suivant des procédures adaptées . Mais prétendre définir les procédures et les attributions avant d' avoir commencé si peu que ce soit une action intergouvernementale commune nous condamne à ratiociner sans fin sur les principes et , finalement , à ne rien faire . Voilà , monsieur le Premier ministre le fond de ma pensée , que je vous livre « tout à trac » comme aimait à dire le général de Gaulle .

Au total , j' aperçois de vastes perspectives , mais je discerne encore bien des obstacles . Je connais , monsieur le Premier ministre , la sincérité de vos convictions et nous avons en de nombreuses occasions pu apprécier l' habileté de votre action . Ce n' est pas , d' autre part , faire preuve d' excessive prétention que de rappeler que la France a depuis plus de deux ans consenti beaucoup d' efforts et facilité beaucoup de progrès . Puisse tout le monde s' en rendre compte . En dépit des difficultés , de divergences d' intérêt inévitables , d' ambitions contradictoires aussi , en dépit même du manque d' enthousiasme des opinions publiques , nous devons persévérer . C' est le seul moyen , pour la vieille Europe , de retrouver dans le monde sa place , sa personnalité , son influence . C' est le seul moyen , pour elle , de sauvegarder sa conception d' une civilisation fondée sur la liberté et le respect de la personne humaine . C' est aussi le seul moyen d' organiser ses rapports avec l' Europe de l' Est et avec les autres continents , et d' échapper à toutes les vassalités .

Je suis convaincu qu' à cet égard vos dispositions d' esprit ne sont pas éloignées des miennes . Aussi est - ce avec confiance , monsieur le Premier ministre , et de grand cœur , que je lève mon verre en l' honneur de Sa Majesté le Roi des Belges et que je vous propose de boire à l' amitié entre nos deux pays et à leur coopération au service de la construction européenne .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
agisse
dépit
moyen
procédures
attributions
réunion
ratiociner
-échanges
éliminées
vacillante
accéda
wallonne
-débordent
avouerai
déblayée
ratifiée
découvriront
dorment
établissait
débroussai
trac
vierges
vassalités
particulièrement
construction
ministre
boire
camouflés
princesse
domaines

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact