CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Il s' agit de compenser les servitudes géographiques et climatiques , ainsi que l' inégalité des ressources naturelles qui frappent plus gravement certains de nos partenaires en adoptant des dispositions appropriées dans le cadre du FAC et en améliorant les conditions de nos prêts , notamment par la diminution des taux d' intérêt et l' allongement des délais de remboursement .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «aide» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «aide»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 22 novembre 1972

La France , messieurs les députés , est attentive à l' action entreprise pour faire progresser votre patrie , elle admire votre détermination dans la défense de son indépendance .

Le progrès humain , grande idée de notre époque , est l' ambition des hommes politiques et l' émulation des Gouvernements . Cette espérance , tellement naturelle , certains hommes , aujourd'hui , peuvent se demander si elle ne leur est pas interdite . Vous - même pouvez penser parfois que les sacrifices imposés aux Voltaïques pour affirmer la souveraineté de leur patrie n' auraient plus de sens si les contraintes de la nature n' étaient pas surmontées et si vos efforts ne devaient pas déboucher un jour sur une amélioration de leur situation matérielle .

En ouvrant en septembre 1971 , à Versailles , la Conférence de l' Union interparlementaire , à laquelle certains d' entre vous participaient , j' avais cité l' inégalité des conditions qui existe encore dans les pays les plus évolués économiquement , « mais qui se manifeste de façon infiniment plus grave entre ces pays et ceux qui ne se sont engagés que récemment et difficilement sur la voie du développement » , et j' ajoutai : « le devoir des peuples riches comme leur intérêt leur commande d' accentuer leurs efforts pour atténuer les différences et pour fournir aux nations démunies une aide plus importante et mieux adaptée » .

Depuis une année dans ce domaine , la crise monétaire n' a fait qu' aggraver la situation en additionnant les effets de l' inflation et de la dévaluation du dollar , monnaie de référence des marchés de matières premières , ce qui réduit sensiblement les moyens dont disposent vos Etats .

Or , nous voici arrivés au moment où le montant des échéances annuelles de remboursement des prêts contractés par l' ensemble des pays en voie de développement sera égal au total de l' aide publique qui leur est consentie chaque année par l' ensemble des Etats industrialisés .

On aboutit ainsi fatalement à une impasse dont les responsables des organismes internationaux et les Gouvernements prennent conscience , et qui oblige à repenser les modalités de l' aide au tiers monde . Notre aide à la Haute-Volta , à nos autres amis africains , en répartissant de façon équitable prêts et subventions , a pu jusqu' ici éviter cet écueil .

Mais désireux de donner l' exemple et afin d' alléger le fardeau de la dette des pays avec lesquels la France est liée par des accords de coopération , mon Gouvernement vient de prendre la décision de renoncer au recouvrement des annuités de remboursement en capital et en intérêts des prêts consentis par le Fonds d' investissement et de développement économique et social ( le FIDES ) , annuités qui avaient été prises en charge par ces Etats lors de leur accession à l' indépendance . Etalée certes sur des années , répartie entre les Etats africains et Madagascar , cette dette représentait une somme totale de 50 milliards de francs CFA . A l' occasion de mon voyage en Haute-Volta qui avait sa part de la dette , j' ai tenu à vous réserver la primeur de cette annonce de l' annulation pour rendre en même temps hommage à la valeur exemplaire du redressement financier poursuivi depuis 6 ans par le Gouvernement voltaïque .

Une telle mesure , qui représente pour la France un effort financier non négligeable , répond au souci de ne pas aggraver l' endettement des pays concernés et de libérer ainsi des crédits pour un meilleur usage .

Dans le même esprit , nous envisageons d' accentuer l' orientation de notre politique de coopération telle que je l' ai infléchie depuis trois ans en nous inspirant davantage de la résolution sur l' aide spéciale aux pays les moins avancés , adoptée à Santiago du Chili par la Conférence des Nations-Unies pour le commerce et le développement et dans l' adoption de laquelle vous savez que nous avons pris avec vous une part active .

Il s' agit de compenser les servitudes géographiques et climatiques , ainsi que l' inégalité des ressources naturelles qui frappent plus gravement certains de nos partenaires en adoptant des dispositions appropriées dans le cadre du FAC et en améliorant les conditions de nos prêts , notamment par la diminution des taux d' intérêt et l' allongement des délais de remboursement .

L' aide française doit d' autre part être mieux coordonnée pour être plus efficace .

Il importe que notre politique de subventions et notre politique de prêts soient ainsi conçues de façon globale .

il convient , enfin , et avec votre accord , que notre aide soit constamment mieux adaptée aux réalités africaines et aux plans à moyen ou à long terme que vous pourrez établir .

Cette coopération , qui a déjà porté ses fruits , la France l' offre à la Haute-Volta sans arrière-pensée et sans esprit de calcul . J' ajoute qu' il n' a jamais été dans nos intentions ni de nous en créer un monopole ni de l' imposer à personne et qu' elle est le résultat d' engagements réciproques librement consentis entre Etats souverains .

Il ne serait pas dans la tradition de mon pays ni du vôtre d' agir autrement parce que nous partageons le même respect de la liberté , de la dignité de l' homme et de l' indépendance des Etats .

C' est cette même tradition qui commande à la France d' accorder à l' Afrique une priorité dans sa politique de coopération internationale parce que nous avons avec vous une histoire commune et qu' ensemble nous devons préserver l' avenir .

Monsieur le Président , messieurs les députés , l' accueil extraordinairement amical que vous me réservez aujourd'hui m' est un précieux encouragement à persévérer dans cette voie qui fut tracée comme le rappelait votre Président par le général de Gaulle et dans laquelle il nous appartient d' avancer ensemble résolument , parce qu' elle sert la cause de la paix et de la fraternité .

Vive la Haute-Volta ! Vive l' amitié franco-voltaïque

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
aide
prêts
remboursement
annuités
consentis
dette
aggraver
coopération
subventions
accentuer
inégalité
adaptée
ainsi
écueil
voltaïque
franco-voltaïque
primeur
ajoutai
infléchie
commande
africains
indépendance
développement
réservez
inspirant
députés
voie
patrie
répartissant
interparlementaire

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact