CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

Quant aux rapports avec l' Europe de l' Est , les résultats obtenus au cours de l' année qui vient de s' écouler sont présents à toutes les mémoires : l' entrée en vigueur des traités de Moscou et de Varsovie , la mise en œuvre de l' Accord quadripartite sur Berlin et des arrangements interallemands qui le complètent , la signature du traité fondamental sur les relations entre les deux Etats allemands , l' ouverture à Helsinki de la phase préparatoire de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe sont autant d' événements qui sont venus confirmer la justesse de la politique de détente dans laquelle nos deux pays sont engagés en étroite solidarité .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «coopération» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «coopération»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 22 janvier 1973

Monsieur le Chancelier , C' est un jour faste dans l' histoire de nos deux pays que nous commémorons aujourd'hui en cherchant à donner à cette rencontre traditionnelle de nos deux Gouvernements un éclat particulier . Au-delà toutefois de cette préoccupation , nous avons voulu que cet anniversaire soit aussi un point de départ , comme le prouve la nombreuse délégation qui vous accompagne et où se trouvent ceux de vos ministres qui sont au premier chef engagés dans la coopération entre nos deux pays .

Voici en effet 10 ans . ce 22 janvier , qu' en ce même palais de l' Elysée le général de Gaulle , Président de la République française , et Konrad Adenauer , Chancelier de la République fédérale d' Allemagne , scellaient de manière solennelle un traité qui apparaissait comme l' acte de réconciliation entre deux peuples que tant de drames avaient opposés au cours des 100 dernières années .

Certes , nous étions déjà les uns et les autres engagés côte à côte dans l' Alliance atlantique , dans la Communauté du charbon et de l' acier , dans la Communauté économique européenne . Mais on pouvait croire que la France et la République fédérale n' avaient fait autre chose que d' accepter les nécessités nées de la guerre froide ou de la reconstruction de l' économie européenne . Le traité de janvier 1963 , par son texte , par son esprit , par la personnalité de ses promoteurs , se situait sur un autre plan . Il entendait mettre fin à nos vieilles disputes et , dépassant le stade des relations normales ou même cordiales , faire de la coopération franco-allemande dans tous les domaines une coopération privilégiée . Il ne s' agissait pas seulement d' instaurer un voisinage amical , mais de faire de l' entente entre la France et l' Allemagne un des éléments fondamentaux de la Politique européenne et un exemple Pour les relations entre les peuples .

C' est pourquoi cet anniversaire nous convie à prendre la mesure du chemin parcouru au cours de ces 10 années . Nous avons vu se former , entre nos ministres et nos administrations , des habitudes de travail en commun marquées par la confiance , la volonté de coopération , le réalisme conçu comme une réciproque compréhension , qualités que les historiens n' ont pas toujours reconnues aux relations internationales . Mais plus significatifs encore me paraissent les résultats qui ont été obtenus dans les contacts entre le peuple allemand et le peuple français , aussi bien dans la culture , l' économie , les sciences , les arts , ou les sports ; échanges de professeurs , d' étudiants , de stagiaires pour la formation professionnelle , que sais - je encore ? Le bilan est considérable et correspond , je crois , à l' espoir qui animait le Chancelier Adenauer et le général de Gaulle lorsqu' ils inscrivaient dans la déclaration commune du 22 janvier 1963 que la réconciliation franco-allemande , « événement historique , transformait profondément les relations entre les deux peuples » .

Nous aurions tort cependant , monsieur le Chancelier , de nous satisfaire de ce qui a été fait . D'ailleurs sur bien des sujets , je pense en particulier à la coopération industrielle dans des secteurs aussi importants que l' espace et l' énergie - et ce sont des exemples entre bien d' autres - nous avons encore tant de progrès à réaliser ! Je note cependant avec satisfaction que si , au départ , nos industriels ont paru , des deux côtés du Rhin , exagérément fidèles à leurs habitudes , nous avons pu depuis quelque temps voir un changement s' amorcer , ainsi dans l' informatique ou l' aéronautique , et nous connaissons d' autres projets dont j' espère qu' ils pourront aboutir . En bref , je dirai que dans les relations bilatérales il reste encore beaucoup à faire , donc beaucoup de motifs d' espérance si nos Gouvernements jouent pleinement leurs rôles d' incitateurs et si les responsables d' activités économiques , culturelles , sociales , souvent complémentaires , savent exploiter toutes les possibilités .

Il est clair cependant que nos relations bilatérales , nos rapports immédiats , ne doivent pas être le seul objet de nos préoccupations et de nos soins . Comme le veilleur que Gœthe a évoqué dans des strophes célèbres du Second Faust et qui de sa tour observe la forêt à ses pieds en même temps que les astres sur l' horizon , nous devons « guetter le lointain et voir le proche » . C' est ce que savaient les signataires de la déclaration de 1963 en reconnaissant que je cite - « le renforcement de la coopération entre les deux pays constitue une étape indispensable sur la voie de l' Europe unie , qui est le but des deux peuples » .

A - cet égard , l' année qui s' est écoulée depuis notre rencontre de février 1972 a vu des événements d' une grande portée dans deux domaines qui touchent particulièrement la République fédérale et la France : ceux de la construction européenne et des rapports Est-Ouest .

Pour le premier , la Conférence au sommet des 9 Etats d' Europe occidentale qui s' est tenue à Paris au mois d' octobre 1972 comme conséquence directe de l' élargissement des Communautés européennes a tracé la voie vers l' Union économique et monétaire ainsi que vers l' Union européenne , que nous voulons établir au terme de cette évolution . L' entreprise est certes difficile , nous le savons , mais elle est à la hauteur de nos ambitions et elle demande de notre part comme de la part de nos partenaires un nouvel effort . Nous avons à Paris défini des principes et même fixé des échéances . Aux 9 de montrer qu' ils sont capables d' en tirer les conséquences et d' en respecter les délais , et à nos deux pays d' y contribuer activement .

Quant aux rapports avec l' Europe de l' Est , les résultats obtenus au cours de l' année qui vient de s' écouler sont présents à toutes les mémoires : l' entrée en vigueur des traités de Moscou et de Varsovie , la mise en œuvre de l' Accord quadripartite sur Berlin et des arrangements interallemands qui le complètent , la signature du traité fondamental sur les relations entre les deux Etats allemands , l' ouverture à Helsinki de la phase préparatoire de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe sont autant d' événements qui sont venus confirmer la justesse de la politique de détente dans laquelle nos deux pays sont engagés en étroite solidarité . L' adhésion que le peuple allemand a confirmée récemment à cette politique et à votre personne , monsieur le Chancelier , constitue un gage précieux pour l' avenir . Dans cette marche difficile vers la détente et la coopération , je doute que les résultats que je viens d' évoquer auraient été atteints s' il n' y avait eu , à la base , une franche coopération franco-allemande .

Tout nous commande donc de persévérer dans cette voie ; nous savons qu' en ces matières rien n' est définitivement acquis et qu' il faut sans cesse encourager des initiatives et ouvrir de nouvelles perspectives à notre action commune . Je sais que vous en êtes , comme nous - mêmes , profondément convaincu ; aussi est - ce avec confiance que je considère l' avenir de nos relations et de tout ce qui , en définitive , en dépend pour notre vieux continent .

C' est dans cet espoir , monsieur le Chancelier , que je veux lever mon verre en votre honneur et en l' honneur de madame Brandt dont je suis heureux de saluer la gracieuse présence , au bonheur du peuple allemand , à l' amitié franco-allemande , à laquelle cette date du 22 janvier donne une signification profonde qui nous dicte notre devoir .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
coopération
relations
franco-allemande
janvier
engagés
allemand
cependant
obtenus
bilatérales
côte
fédérale
peuples
anniversaire
européenne
strophes
gracieuse
interallemands
veilleur
scellaient
incitateurs
réconciliation
rapports
dépassant
stagiaires
célèbres
astres
peuple
traité
constitue
résultats