CNRS
UNICE
 
UCA
C. de Gaulle
C. de Gaulle
G. Pompidou
G. Pompidou
V. Giscard d'Estaing
V. Giscard d'Estaing
F. Mitterrand
F. Mitterrand
J. Chirac
J. Chirac
N. Sarkozy
N. Sarkozy
F. Hollande
F. Hollande
E. Macron
E. Macron

Rechercher un mot et afficher ses cooccurrents




Les phrases-clés du discours du

La région doit les intéresser , doit les obliger à s' entendre entre eux ; et par là même , la région doit apporter aux départements le sens de leur interdépendance et le sens de la nécessité de concerter leurs efforts au lieu de rester chacun renfermé sur ses propres revendications .

Voir une autre phrase-clé


Qui utilise le plus le mot «région» ?
Distribution statistique du mot chez l'ensemble des locuteurs du corpus.
Les thèmes autour du mot «région»
Analyse multi-couches de la cooccurrence autour du mot choisi dans le discours du qui
G. Pompidou - 24 janvier 1974

( . ) je ne voudrais pas non plus vous quitter sans vous dire ce que je pense du rôle même de la région . La loi a créé cette région sous une forme mesurée , certains ont parlé de « réformette » , et c' est leur droit . Nous avons fait un choix . Et en faisant ce choix nous avons essayé d' éviter un certain nombre de périls de façon à faire que la région soit un élément supplémentaire d' action et de progrès et que cela ne se fasse pas aux dépens de ce qui est , de ce qui existe et qui est essentiel .

Et d'abord la région ne doit être , à aucun prix , un élément supplémentaire s' intercalant entre Paris et les collectivités locales de base . Ce ne doit pas être non plus une raison pour l' administration de retarder un peu plus les circuits de haut en bas et de bas en haut . Ce doit l' être d'autant moins ( et là il faudra y veiller et tous y veiller ) que telle ou telle administration centrale avec toutes ses qualités risque de trouver volontiers dans cet argument régional un motif supplémentaire de tout évoquer et , finalement , de décider de tout , motif pris de ce qu' un obstacle s' est créé entre les départements ou les communes d' une part , les administrations d' autre part , et qu' en conséquence le seul moyen de dominer cet obstacle c' est de ramener tout à Paris .

La région doit être un apport , un élément positif , un élément d' incitation d' action surajoutée ; elle ne doit en aucun cas être une espèce d' arrêt sur le chemin déjà si lent des décisions administratives de l' Etat .

En second lieu , la région ne doit pas oublier qu' elle est et qu' elle regroupe des départements . Or , le département constitue une organisation ancienne qui a fait ses preuves et qui , non seulement dans ses réalités propres , économiques , sociales et autres , mais dans sa vie administrative , dans la vieille habitude de travailler ensemble qu' ont prise les préfets représentants de l' Etat et les Conseils généraux élus par la population , a ses traditions , mais aussi son efficacité . J' ai été frappé , partout où je suis allé , et dans toutes ces régions de France , qu' à bien des égards il m' arrive , il m' est arrivé , de connaître et de visiter à un moment ou à l' autre de ma vie ' j' ai toujours été frappé de ce que les luttes politiques , les discussions , les contradictions s' atténuaient à l' échelon du département . Et que lorsque l' administration et le Conseil général qui n' étaient pas toujours du même avis sur ceci ou cela s' attaquaient ensemble aux problèmes concrets , eh bien , on avançait et on travaillait . Il y a là des réalités et la région doit commencer par se dire qu' elle ne doit pas chercher à s' y substituer ni à les détruire . Elle doit au contraire s' appuyer sur ses départements . D' autre part , elle doit chercher non pas le saupoudrage , ce qui a été très bien dit , mais les tâches d' intérêt commun à ces départements , qui pourraient être oubliées parce qu' elles ne sont vitales pour aucun d' entre eux ou qu' elles dépassent leurs moyens . La région doit les intéresser , doit les obliger à s' entendre entre eux ; et par là même , la région doit apporter aux départements le sens de leur interdépendance et le sens de la nécessité de concerter leurs efforts au lieu de rester chacun renfermé sur ses propres revendications .

Au-delà d'ailleurs du département , il y a les autres régions . L' organisation régionale doit être un moyen de prendre un contact avec les régions voisines , de voir comment son action peut s' insérer dans une action interrégionale que ce soit par exemple en matière de liaison de toute espèce , routière ou autre . Elle doit essayer de concilier les besoins des uns et des autres , et , quelquefois , de sacrifier un certain égoïsme local au profit du voisin en sachant que le voisin , lui aussi , à un moment donné , sera invité à sacrifier tel autre de ses égoïsmes à l' intérêt interrégional .

A mes yeux , c' est un deuxième aspect de la tâche des régions .

Il y en a un troisième , enfin , capital , c' est la région par rapport à la nation . A ce point de vue - là d'ailleurs , dussé - je contredire certaines convictions , je dois dire tout de suite que l' expression de « l' Europe des régions » , non seulement me hérisse , mais constitue à mes yeux , pour ceux qui l' emploient et même si c' est la foi européenne qui les guide , un étrange retour vers un passé largement révolu . Il y a eu déjà l' Europe des régions ; cela s' appelait le Moyen Age , cela s' appelait la féodalité . Certes , c' était un système différent du point de vue politique et social , le commandement n' était pas le même : ce n' était pas le préfet de région , ce n' était pas le Président du Conseil régional ; c' était le féodal , mais c' était la même chose . C' était vraiment l' Europe des régions et il a fallu à un pays comme la France 1000 ans d' efforts , ou presque , pour créer notre unité nationale , notre identité nationale , notre existence nationale . Et permettez - moi de dire que s' il y a un endroit où l' on peut s' en souvenir , c' est à ' Poitiers . Car si l' histoire des efforts de la royauté pour créer notre unité nationale ne s' est pas traduite uniquement à Poitiers et dans la région Poitou-Charentes , c' est là que nous avons rencontré historiquement de très grandes difficultés et qui ne sont pas nécessairement anciennes . le ne parle même pas des Vandales et des Wisigoths ; je ne parle pas non plus des Arabes et je ne parle pas non plus de tout ce qui s' est passé avant le seizième siècle , c'est-à-dire la lutte entre la France et l' Angleterre . Mais enfin , les guerres de Religion ont eu ici une acuité extrême . La Révolution a eu ici une résonance très grande , les Rouges et les Blancs s' y sont durement et cruellement affrontés et encore , au premier tiers du dix-neuvième siècle , cette région était profondément secouée dans ses diversités , dans ses oppositions . Alors , tout cela n' est pas si loin , pas très ancien , et on se rend compte que si l' unité trouve dans la diversité son charme , c' est à condition qu' on domine cette diversité et qu' on en tire les éléments d' unité . C' est pourquoi la région ne doit à aucun prix être une arme ou un moyen dirigé contre l' Etat .

Dans ce domaine aussi , comme dans d' autres que j' évoquais ce matin , on est sans doute allé un peu loin . Successivement , que ce soit Louis XI , Saint Louis , Louis XIV , Napoléon , la IIIème République . On a poussé à une centralisation excessive . La puissance des administrations parisiennes , aujourd'hui la technicité des problèmes , leur complexité , sont des arguments supplémentaires pour tous les ingénieurs , tous les administratifs , tous les anciens élèves de l' ENA , de dire : « C' est nous seuls qui sommes en mesure d' apprécier et de juger . » Par mes origines et par ma formation , je suis de ceux qui croient que les techniciens sont essentiels , mais qu' ils finissent par se tromper , toujours , grâce au ciel ! Et qu' ils se trompent dans la mesure où ils ne tiennent pas compte d' un instinct qui est dans le peuple et qui fait qu' il ressent certaines choses et certains besoins qui ne répondent pas aux calculs ni même aux réponses des ordinateurs . Naturellement , le danger , en contrepartie , est que l' on aboutisse quelquefois à des revendications purement corporatives , sectorielles et égoïstes , mais , et c' est là que les élus , c' est là que les représentants des activités économiques et sociales , intellectuelles , culturelles ont leur responsabilité . Il faut savoir dégager de ces instincts ce qui peut n' être que revendications sommaires et égoïstes , pour y voir , en fin de compte , une espèce de réaction d' autodéfense de l' homme contre la machine , à laquelle on prétend le soumettre par tous les moyens . Si l' on en croyait tout ce que l' on lit et tout ce que l' on dit ici ou là , nous serions tous inutiles ; il suffirait de s' en tenir aux sondages , de regarder ce que disent les ordinateurs et d' en tirer les conclusions et de les appliquer . Eh bien , non ! Cela nous conduirait , en réalité , à la mort .

Mais , si nous avons versé dans l' excès , précisément depuis quelques années , nous sommes décidés à la fois à pousser la déconcentration et la décentralisation . C'est-à-dire à faire d' une part que les administrations locales , les représentants locaux de l' administration aient des pouvoirs réels de décision parce qu' ils sont au contact des administrés et qu' ils ressentent mieux que les bureaux parisiens les besoins réels de ces administrés . Si d' autre part , je le disais , les élus et les représentants des activités de toutes sortes veulent nous aider à décentraliser , c'est-à-dire aussi bien à travers les communes et leurs regroupements éventuels qu' à travers les départements , qu' à travers les régions sous une autre forme , à chercher le moyen de se dégager de l' emprise exagérée des penseurs parisiens , de trouver les projets , les formules qui répondent non seulement aux besoins mais au tempérament , aux sols et aux possibilités réelles et variées du développement , alors nous pouvons espérer tendre vers un système où , bien sûr , le centre , l' Etat , gardera son rôle directeur et puissant mais se défera progressivement de cette tradition qu' il a acquise de se mêler de tout et de décider de tout .

Cette vie locale , départementale , régionale , doit nous permettre de donner à nos provinces , à nos régions , plus de liberté et en même temps plus de spontanéité , plus d' originalité . C' est là que je retrouve cette diversité sur laquelle nous devons construire notre avenir , sans perdre de vue la nécessité de l' unité . Cette unité peut , à tout moment , être remise en cause pour des raisons parfois absurdes , mais qui trouvent néanmoins des soutiens de toute espèce , car dès qu' il s' agit de s' attaquer à l' unité de la France , croyez bien qu' on trouve partout des gens qui s' y intéressent . Il y a dans le monde d' aujourd'hui une volonté de progrès sur le plan économique , sur le plan social , sur le plan du niveau de vie mais il y a aussi , de - ci de - là , un goût de la destruction , une espèce de répugnance devant certaines caractéristiques de la vie moderne , le sentiment qu' il faut faire une sorte de table rase et qu' à partir de là on pourra partir . Vers quoi ? La destruction sera , elle , acquise et l' idéal sera et restera irréel . Nous ne devons pas le perdre de vue et dans ces régions du centre de la France où non seulement le bon sens est la caractéristique de la race , mais où la situation géographique est à l' abri de telles menaces , c' est là que l' on doit prendre conscience de la nécessité pour notre pays d' être fortement uni , je le répète , dans la diversité et dans la liberté , mais d'autant plus fortement uni qu' il prétend s' intégrer à des ensembles plus vastes , qu' il s' agisse des relations internationales sous toutes leurs formes avec l' Ouest , avec nos alliés , avec les pays de l' Est ; qu' il s' agisse enfin de l' Europe , de cette Europe qui , à l' heure actuelle , souffre quelque peu , mais qui , en fin de compte , reste un objectif essentiel parce que , quelles que soient les diversités des pays qui la composent , quelles que soient les divergences éventuelles , finalement , nous avons en commun l' essentiel de nos intérêts économiques , moraux et politiques , et surtout , nous avons en commun une certaine conception de la civilisation et de la liberté , pour tout dire : de la démocratie .

Donc , soyons régionalistes dans la mesure où nous n' écrasons pas ce qui est à l' intérieur de la région et où nous ne nous dressons pas contre ce qui est au-dessus de la région . Soyons nationaux et Français , dans la mesure où c' est notre unité qui nous permettra de jouer notre rôle et de ne pas perdre nos traditions dans des ensembles plus vastes et qu' il faut pourtant construire . Et disons que , bien sûr , il faut surtout ne jamais désespérer , terme que j' ai entendu tout à l' heure . Il n' y a jamais à désespérer de la France et en particulier dans cette région qui a montré dans bien des cas sa capacité à se reconvertir , à s' adapter à des difficultés nouvelles . Tout à coup , les circonstances changent , on doit s' adapter et y trouver une raison non pas d' amoindrissement mais de développement . Telle doit être notre loi , telle doit être notre ambition . Nous allons connaître des années plus difficiles , plus incertaines . Il dépend de nous , et de vous tous , messieurs , que chacun à sa place et dans un ensemble , nous nous adaptions et nous cherchions à tirer de la difficulté une raison d'abord et un moyen ensuite d' avancer plus vite et plus fermement vers des objectifs que nous nous sommes fixés et qui sont , ainsi qu' on l' a dit et que l' ont dit tous ceux qui m' ont précédé , la prospérité , le développement économique , en un mot la puissance de la région ici , et de la France , bien sûr , mais tout cela au service de l' homme , c'est-à-dire d'abord au service des Français . C' est à ce service que je me consacre et c' est à ce service que vous vous consacrez aussi , messieurs , en travaillant pour votre région et pour ceux qui vous ont délégués sous une forme ou sous une autre , car nous sommes tous solidaires , et en travaillant pour le Poitou-Charentes intelligemment , sûrement et de bonne foi , vous travaillez pour le pays tout entier .

Rechercher un autre mot
Ses mots préférés
Les mots les plus spécifiques de son discours
région
doit
régions
unité
départements
espèce
revendications
diversité
égoïstes
administrés
désespérer
administrations
moyen
représentants
diversités
administration
ordinateurs
parisiens
besoins
élément
uni
sacrifier
supplémentaire
prétend
vastes
travaillant
acquise
perdre
voisin
obstacle

MESURE DU DISCOURS - Logométrie - Mentions Légales - UMR 7320 : Bases, Corpus, Langage - Contact